Strike the Blood – Tome 6 – Chapitre 3 – Partie 9

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 3 : Le retour de l’alchimiste

Partie 9

Un jeune homme se tenait au sommet d’une grue géante, celle qui se trouvait sur la digue du port.

Il portait un uniforme de garçon de l’Académie Saikai, ses cheveux courts et hérissés étaient coiffés en arrière et il avait une paire d’écouteurs ordinaires sur les oreilles. Sa bouche était emplie de petites capsules.

Motoki Yaze avait mordu les capsules avec un craquement dur.

« Alors ça bouge… »

En regardant en bas de la grue, il n’y avait aucune perturbation visible dans la zone. Cependant, Yaze était un Hyper-Adapteur — un médium naturel qui ne dépend pas de la magie. Avec son ouïe augmentée par la drogue qu’il venait de prendre, son champ d’action était assez fin pour percevoir la chute d’une épingle ou la moindre différence de pression atmosphérique dans un rayon d’un kilomètre.

Il pouvait même détecter la forme de vie liquide métallique se faufilant dans les aqueducs de l’île artificielle…

Yaze remonta le micro à broche sur sa poitrine. « Hé… Vous m’entendez ? Capitaine, la cible sort de l’aqueduc. Envoyez l’équipe bleue en B7. Envoyez l’équipe verte sur B9. Que la deuxième compagnie scelle le parc marin, s’il vous plaît. »

Il communiquait avec l’unité de maintien de l’ordre de la garde de l’île, qui avait déjà déployé l’équivalent de deux compagnies dans la zone portuaire.

Il entendit la voix du capitaine de l’unité à travers le récepteur ostéopathique, remplie de colère nue.

« Bien reçu, Heimdall. »

Bien sûr, Yaze n’était pas la cible de son ire. La haine du capitaine était dirigée vers la forme de vie métallique connue sous le nom de sang du sage, et l’alchimiste qui la contrôlait.

La garde de l’île avait déjà perdu douze membres au cours de l’incident. C’était le pire nombre de décès causés par un seul criminel de toute l’année. Même lors d’événements massifs à l’échelle nationale comme le raid sur la Porte de la Clef de Voûte et l’incident terroriste du Front Empereur de la Mort Noire, ils n’avaient pas subi de telles pertes.

De plus, ce criminel n’était pas un homme luttant pour la foi et la fierté comme l’Apôtre Armé Lotharingien ou le Front de l’Empereur de la Mort Noire. C’était un cambrioleur répugnant et pourri qui avait volé un appareil magique verrouillé pour satisfaire son avidité égoïste. Le capitaine était indigné qu’un tel homme ait massacré ses camarades.

Ce n’est pas bon, murmura Yaze pour lui-même. Avoir le moral est une bonne chose, mais perdre son sang-froid dans le processus ne l’est pas du tout. Après tout, ce n’était pas un adversaire que l’on pouvait écraser par le seul nombre.

« La cible est une forme de vie en métal liquide. N’imaginez pas que des balles puissent l’abattre. Prenez votre temps et attendez que les mages d’attaque arrivent. »

Yaze avait encore donné des ordres, mais cette fois, il n’y avait pas eu de réponse. Yaze avait fait claquer sa langue. Ce n’était pas une très bonne situation. En vérité, il avait vraiment un mauvais pressentiment à ce sujet.

Alors que Yaze se renfrognait, il entendit une voix synthétique sarcastique provenant de sa poitrine.

« Keh-keh… Le sang du sage est en liberté, hein ? Cela devient assez intéressant. »

C’était la voix de l’avatar des cinq superordinateurs qui tenaient en main toutes les fonctions vitales de l’île Itogami, l’intelligence artificielle qu’Asagi avait surnommée Mogwai. Apparemment, elle avait pris la liberté d’écouter la conversation radio de Yaze.

« Pas du tout, » répondit Yaze sans enthousiasme. « Peut-être que ce serait différent ailleurs, mais ici c’est un Sanctuaire des Démons. Nous avons de nombreux moyens de même neutraliser les formes de vie immuables qui se propagent d’elles-mêmes. On pourrait le projeter dans une autre dimension, l’écraser avec une puissance magique de niveau Vassal Bestial… »

« Donc, le grand manitou de l’empire des seigneurs de la guerre n’intervient pas dans cette affaire parce qu’il est bien conscient de cela ? »

« … Probablement. C’est tant mieux de mon point de vue, mais… »

En parlant, Yaze avait jeté un coup d’œil à un navire élaboré flottant à la surface de la mer, caressé par la brise matinale. Le nom de ce navire, amarré sur le rivage du port d’Itogami, était l’Oceanus Grave II — le méga yacht personnel du Duc d’Ardeal, Dimitrie Vattler.

Yaze avait discrètement craint que lui, un maniaque de la bataille bien connu ne montre un intérêt personnel pour le sang du sage. Mais il n’y a eu aucun signe de Vattler faisant un geste. Sans doute pensait-il qu’une forme de vie sorcière créée par alchimie n’était pas suffisante pour ses objectifs.

« Plus important encore, Mogwai, tu savais que le sang du sage était scellé dans les ruines de l’abbaye, n’est-ce pas ? »

« Maintenant que tu le dis, je le savais. »

Aux paroles tranchantes de Yaze, l’intelligence artificielle avait répondu avec désinvolture.

« Alors pourquoi ne l’as-tu pas dit à Asagi ? Elle a failli mourir à cause de ça. »

Yaze avait serré les dents. Asagi était son amie depuis l’école primaire. Non pas qu’ils aient eu une relation amoureuse, mais elle était toujours son amie, aussi proche de lui qu’un frère ou une sœur peut l’être.

Et elle avait un rôle supplémentaire à jouer, un rôle très important pour le Sanctuaire des Démons.

« Keh-keh, » dit Mogwai en riant, d’un ton terriblement humain. « Mais elle n’est pas morte, n’est-ce pas ? »

Les yeux de Yaze avaient faiblement vacillé. « Veux-tu dire que tu t’attendais à ce qui s’est passé, et même à ce que Nina Adelard ramène Asagi à la vie ? »

« Qui peut le dire ? Tu peux dire ce que tu veux après coup. Keh-keh… »

Yaze fit claquer sa langue en signe d’irritation. « Quel est ton but ici ? »

« Ne t’inquiète pas, Yaze, » dit Mogwai, riche en sous-entendus. « Cette fille est ma précieuse partenaire. Elle ne mourra pas tant qu’elle sera sur cette île. »

Tout le corps de Yaze avait frissonné lorsqu’il avait deviné le sens de ces mots. L’intelligence artificielle venait de déclarer qu’elle protégerait vraiment la vie d’Asagi… par tous les moyens nécessaires.

« Plus important encore, le spectacle commence, » annonça Mogwai.

« Oui. »

Yaze déplaça son regard vers le bas. Le sol asphalté se rompit tandis qu’une masse brillante de métal liquide émergeait des aqueducs.

Les entrepôts du port d’Itogami contenaient de grandes quantités d’acier et de métaux précieux importés de l’extérieur de l’île. Il n’était pas très difficile de deviner qu’une forme de métal liquide se nourrissant désespérément de métaux lourds qui s’y trouverait.

Le sang du sage modifiait librement sa propre forme, changeant l’emplacement de son centre de gravité pour rouler vers l’avant. Sa vitesse n’était pas si rapide. Ses mouvements tremblants étaient erratiques, comme une goutte de pluie roulant sur un panneau de verre. Cependant, la forme de vie métallique qui avait émergé était de la taille d’un camion de taille moyenne. Elle avait probablement une masse de plusieurs centaines de tonnes métriques. Rien que sa taille et son poids en faisaient une menace.

La forme de vie métallique s’était fracassée avec facilité sur les barricades simples que la garde insulaire avait érigées. Les balles, les mines, le gaz et les chocs électriques n’avaient pas réussi à affecter l’adversaire amorphe.

Yaze regarda les restes des cercles magiques détruits et il déclara avec mécontentement. « Je m’attendais à ce que les attaques physiques soient inefficaces, mais de penser que les sorts rituels n’auraient aucun effet… »

« C’est parce que le sang spirituel, produit par alchimie, ressemble plus à une chimère ou à un automate qu’à une forme de vie sorcière. Il ne s’agit pas d’un golem ou d’un zombie. »

L’intelligence artificielle avait parlé avec l’air détaché d’un spectateur. Froidement, Yaze lui avait répondu. « Si c’est le cas, alors nous avons encore une chance. »

Il y avait déjà une unité déployée le long du parcours de la chose. Au lieu de barricades, des véhicules blindés ressemblant à des camions-citernes lui barraient la route. Ils étaient capables de cracher de l’eau à des dizaines d’atmosphères de pression, mais Yaze ne s’attendait pas à ce qu’un si faible débit d’eau affecte une forme de vie métallique immuable.

Cependant, le liquide tiré des barils était si froid qu’il dégageait une quantité incroyable de vapeur blanche. Simultanément, des cercles magiques étaient apparus au sommet de la rue, piégeant la forme de vie métallique dans un filet de froid extrême.

Quand Mogwai avait repris la parole, son ton était admiratif. « Je vois. Vous le congelez pour l’empêcher de bouger. »

La surface lustrée et noire de jais du métal liquide était maintenant couverte de neige blanche pure. Son corps gelé avait perdu sa fluidité, le rendant incapable d’étirer ses tentacules pour attaquer.

Yaze avait expliqué avec désinvolture. « C’est de l’azote liquide à -196 degrés Celsius combiné à des sorts de congélation. Même si l’alchimie l’a assemblé, c’est toujours du métal au bout du compte. Même le sang du sage ne peut pas ignorer les lois de la physique. »

À une pression atmosphérique normale, le mercure se solidifiait à -38,83 degrés Celsius. Il s’attendait à ce que le Sang spirituel, qui possédait un corps formé du même liquide, ait la même faiblesse.

« Eh bien, ça s’est terminé en vitesse, » murmura Mogwai, déçu.

Même s’ils ne pouvaient pas le détruire, le sang du sage était inoffensif si on pouvait le garder immobile. En effet, il servirait au Sanctuaire des Démons comme un échantillon de recherche inestimable. Tout ce qu’ils avaient à faire était de traquer Kou Amatsuka et l’incident serait clos.

« C’est très bien. J’ai des cours réguliers qui m’attendent après tout ça. De plus, je ne sais pas combien de temps Kojou va rester sain d’esprit en s’occupant d’Asagi. »

« Keh-keh, on est jaloux, hein ? »

« Oh, s’il te plaît, » murmura Yaze, en haussant les épaules en réponse à la taquinerie. « Ce n’est pas ça. J’ai mes propres arrangements. Cependant, je suppose que je serai ennuyé s’il marque des points avant que je le fasse avec ma chérie… »

Yaze avait regardé autour de lui pour descendre de la grue. Mais l’instant d’après, son ouïe étendue avait détecté une série de bruits de pas étranges. Le pied gauche était en chair et en os, mais le pied droit était métallique. Et il portait une canne en argent dans sa main gauche — .

L’homme, qui portait un étrange chapeau à carreaux rouges et blancs, se dirigeait vers la forme de vie métallique gelée.

« Ne me dis pas qu’il est — !? »

« Kou Amatsuka !? Un clone… Non, le vrai !? »

Mogwai siffla alors que sa voix haussa en force. C’était l’unique apprenti de la Grande Alchimiste, Nina Adelard. Il était aussi le criminel qui l’avait trahie pour réveiller le sang du sage scellé. L’alchimiste Kou Amatsuka, un fugitif recherché, se promenait juste sous le nez de la garde de l’île.

Amatsuka avait ignoré l’unité assoiffée de sang de la garde de l’île et s’était adressé à la place à la forme de vie métallique gelée.

« Ahh, Senmu. Tu sembles être en bonne santé. Qu’est-ce que ça fait d’avoir le corps immortel que tu désirais ? »

L’instant d’après, la surface de la forme de vie métallique se fissura, émettant un rugissement macabre qui fit trembler l’air.

« A… AMATSUKAAAAAAA — ! »

« Ha-ha, c’est quelque chose, Senmu. Je n’aurais pas pensé que tu te souviens de moi-même après avoir pris cette forme. Je suis honoré. »

Une expression sadique était apparue sur le jeune homme alors qu’il riait, se moquant de lui. En réponse, la lueur sombre de la forme de vie métallique était devenue plus intense.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA — ! »

Lorsque la masse métallique s’était fissurée, d’innombrables tentacules avaient jailli de l’intérieur. Ils s’étaient transformés en lames géantes et avaient commencé à découper sans distinction les entrepôts et les bâtiments de la zone.

Seule la surface de la forme de vie métallique avait été refroidie, apparemment. Le sang du sage avait créé une cavité interne pour isoler l’intérieur, protégeant le corps principal de la congélation de la même manière qu’un thermos.

Yaze avait désespérément crié dans le microphone. « Capitaine, plus d’azote liquide ! Si vous continuez à le congeler, vous pourrez le maintenir en place — ! »

Mais l’ordre n’avait jamais atteint les gardes de l’île dans la confusion. Au lieu de cela, ils s’étaient tournés vers Amatsuka et la forme de vie métallique, les baignant dans une fusillade.

Ayant perdu leurs camarades face à l’alchimiste et au monstre, la peur et la haine avaient rempli les gardes armés d’une rage meurtrière.

Un sourire de fou s’empara d’Amatsuka alors que d’innombrables balles pleuvaient sur eux. « Ha… ha-ha… ha-ha-ha-ha-ha-ha-ha-ha ! »

Un changement s’était produit alors que le Sang du Sage était baigné par les tirs. L’éclat de la surface brillante s’était intensifié, devenant écarlate comme sous l’effet de la colère. Le Sang du Sage, dilué à cause du Noyau factice, retrouvait sa pureté. C’était comme s’il se nourrissait de la colère et de la haine de l’homme — .

Yaze, comprenant enfin l’objectif de l’alchimiste, avait crié,

« Merde — ! Cessez-le-feu ! Amatsuka en a après les balles ! »

L’unité anti-démon de la garde de l’île utilisait des puces d’électrum de haute pureté et des balles à pointe d’argent-lysium.

Tous deux possédaient des propriétés qui en faisaient des catalyseurs exceptionnels pour l’alchimie.

Le Sang du Sage était frappé par un feu concentré représentant des dizaines — non, des centaines — de kilogrammes de balles. C’était plus qu’assez de ressources brutes pour qu’un alchimiste puisse utiliser une magie de haut niveau.

Amatsuka avait causé de nombreuses pertes parmi la garde de l’île et avait envoyé le Sang du Sage à l’assaut. Tout ça pour arriver à cette situation exacte — tout ça pour rassembler les ressources dont il avait besoin pour son alchimie.

Amatsuka continuait à rire bruyamment en saisissant la canne dans sa main gauche comme une lance.

« Ton sang, comme je l’ai promis ! Maintenant, reviens à la vie comme tu l’as souhaité, Sage ! »

Puis, il l’avait enfoncé de toutes ses forces dans le Sang du Sage. La pierre noire qui se trouvait sur son chemin avait volé en éclats, et la canne avait été enfoncée profondément dans les entrailles du Sang du Sage.

Au sommet du portique, Yaze se pencha en avant et marmonna. « Sage… dit-il !? Ne me dis pas que cette chose est — ! »

Le rituel qu’Amatsuka avait effectué avait provoqué un changement mortel dans le sang du Sage. La forme de vie cramoisie avait été enveloppée de lumière alors que quelque chose émergeait de l’intérieur, comme une éclosion brisant la coquille d’un œuf chaud…

« C’est mauvais ! Cours, Yaze ! » Mogwai avait crié en signe d’avertissement, sa voix était remplie d’une urgence inhabituelle.

« Quoi ? »

Yaze avait levé le visage d’un coup.

Mais alors…

Un éclair de lumière émis par le sang du sage avait silencieusement balayé son champ de vision.

Il y avait eu une explosion. L’énorme grue s’était effondrée comme un tas de rondins tandis que les flammes enveloppaient le quartier du port.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires :

Laisser un commentaire