Strike the Blood – Tome 6 – Chapitre 4

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 4 : Les victimes sacrifiées

***

Chapitre 4 : Les victimes sacrifiées

Partie 1

Elle était juste devant les yeux de Nagisa — des yeux que Nagisa avait fermés, parce qu’elle et la fille étaient si proches que leurs souffles s’entremêlaient.

C’était une fille à l’expression sérieuse, dont les cheveux noirs raides tombaient sur ses épaules. De longs cils ondulés dépassaient le bord de ses lunettes. Ses lèvres étaient légèrement pincées, avec un éclat brillant de son rouge à lèvres rouge.

Elle rapprocha ses lèvres de celles de Nagisa et elle ferma aussi les yeux…

Et juste au moment où leurs lèvres semblaient vouloir se presser l’une contre l’autre — .

« Je ne peux pas… ! Je suis à ma limite ! »

— Nagisa avait crié et elle s’était séparée.

Il y eut un claquement satisfaisant lorsque le bâton de sucre suspendu entre leurs bouches se fendit en deux.

Leurs amies, qui regardaient le spectacle, étaient émerveillées et déçues.

Il s’agissait du premier jour du voyage scolaire du collège. Nagisa et l’autre fille jouaient au jeu Pocky pendant que leur ferry se rendait au port de Tokyo. Le but du jeu était de s’asseoir l’un en face de l’autre avec un bâton de chocolat croquant entre deux personnes, et de voir jusqu’où on pouvait le grignoter.

Nagisa soupira. « Haah… C’était juste. J’ai failli me faire voler mon premier baiser par la déléguée de classe. »

Nagisa s’écroula sur le sol, vidée de ses forces. La fille aux cheveux noirs et aux lunettes la regardait froidement.

« C’est valable pour nous deux. »

Elle s’appelait Sakura Koushima. Depuis qu’elle avait commencé à vivre sur l’île d’Itogami au cours de sa cinquième année d’école primaire, elle avait été choisie comme déléguée de classe chaque année, ce qui faisait d’elle une sorte de représentante de classe à vie. Pour quelqu’un qui était la chouchoute des professeurs et qui avait toujours l’air sérieux, elle avait une personnalité étonnamment facile à vivre, ce qui lui valait le soutien exceptionnel de ses camarades de classe.

Une autre camarade de classe, Cindy, avait parlé en mélangeant un jeu de cartes qu’elle avait apporté. « Je dois dire que Yukina est une cliente difficile. Tu n’as pas perdu une seule fois, n’est-ce pas ? »

« Cindy » était une jeune fille japonaise née à Akita. Son nom de famille était Shindou, un nom qu’elle avait malmené par stress en se présentant, et le nom de Cindy était resté depuis. Cindy, la déléguée de classe, et Yukina constituaient le groupe de Nagisa pour l’excursion.

Cindy fit un regard suspicieux à Yukina. « Tu n’utilises pas de charmes ou d’appareils magiques modifiant les probabilités, n’est-ce pas ? »

Yukina secoua rapidement la tête. « … J’ai juste de la chance… »

Bien sûr, il était hors de question qu’elle utilise un charme extravagant contre des camarades de classe en jouant au Pouilleux. Mais elle gardait pour elle le fait qu’elle avait inconsciemment utilisé sa vision spirituelle de Chamane Épéiste un certain nombre de fois. Après tout, si elle perdait au Pouilleux, elle serait l’objet d’un jeu d’humiliation cruel. Il n’y avait pas de place pour la pitié dans les jeux auxquels les écolières jouaient lors d’un voyage de classe.

Nagisa, qui avait subi trois défaites d’affilée, murmura avec regret en regardant sa main. « Tu as vraiment un visage impassible, Yukina. »

En fait, Nagisa était du genre à projeter sur son visage tout ce qu’elle pensait, à tel point qu’il fallait se convaincre consciemment qu’elle ne faisait pas ça pour vous déstabiliser.

Nagisa respira lourdement par les narines en tendant des cartes vers Yukina en forme d’éventail. « Voilà, Yukina. C’est ton tour. »

Yukina n’avait même pas eu besoin de sa vue spirituelle, il était clair comme le jour que Nagisa avait un joker mélangé dans sa main. D’après les mouvements de ses grands yeux, Yukina savait exactement où se trouvait le joker. Elle tendit un doigt vers la carte à côté du joker.

C’est alors que Cindy demanda d’un ton nonchalant. « Alors, Yukina, comment ça se passe avec le frère de Nagisa ces derniers temps ? »

 

 

Pendant un moment, la question de la fille s’était perdue dans la tête à Yukina. À cause de ça, elle n’avait pas réalisé que sa main s’était égarée jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Elle avait fait une erreur fatale.

« Aah… »

Yukina avait émis un petit son quand elle avait vu qu’elle avait tiré le joker de la main de Nagisa.

La représentante du groupe n’avait pas manqué de le remarquer, ajustant légèrement ses lunettes en disant. « Ça l’a déstabilisée. »

Cindy avait saisi le moment pour arracher la carte sûre à Yukina. « Je vais la prendre ! »

Cindy s’était débarrassée de toutes ses cartes numérotées, ce qui lui laissait deux cartes. Yukina en avait six, ce qui était une situation assez difficile à récupérer.

Cindy, sentant la faiblesse après les victoires répétées de Yukina, avait persisté dans son attaque avec ténacité.

« Kojou a beaucoup changé ces derniers temps, n’est-ce pas ? »

Même si Yukina savait que c’était un piège, ce n’était pas un sujet qu’elle pouvait éviter. La fille était une membre actuelle de l’équipe de basket, donc elle était la junior de Kojou quand il était au collège. En d’autres termes, la fille savait des choses sur Kojou que Yukina ne savait pas. Et donc, Yukina demanda. « C-Comment ça ? »

« Hmm, je dirais qu’il est redevenu comme il était quand il jouait au basket. Il était une sorte de personne effrayante jusqu’à il n’y a pas longtemps. »

« Akatsuki ? Faisait-il peur ? » Yukina avait l’air dubitative. Mais Cindy avait été tout à fait sérieuse.

Pour autant que Yukina le sache, Kojou n’avait pas une personnalité agressive. Il avait le pouvoir du plus puissant vampire du monde, mais ne savait pas quoi en faire, alors il vivait ses journées dans une oisiveté languissante. C’est pourquoi Yukina ne pouvait pas le laisser seul. Même Yukina, son cadet en âge le considérait comme un type qui avait juste besoin de se reprendre en main. L’entendre décrire comme une personne effrayante ne résonnait pas du tout.

Alors Yukina avait répondu en toute honnêteté. « Je trouve cela difficile à imaginer… »

Cindy avait fait un sourire douloureux en plissant les yeux. « Oh, je ne voulais pas dire ça comme ça. C’est comme s’il n’était pas hostile, plutôt comme s’il était difficile de lui parler ? En plus, il était vraiment amoché ici et là. »

Yukina plissa les sourcils. « Quand… était-ce ? »

Cindy fredonna et leva les yeux au plafond en passant au crible sa mémoire. « Les vacances de printemps, le Golden Week peut-être, quelque chose comme ça ? C’était à peu près au moment où Nagisa est entrée à l’hôpital pour des tests, alors peut-être que ça a quelque chose à voir avec ça ? »

« Les vacances de printemps… »

Yukina laissa échapper un lourd soupir.

C’était juste après que Kojou ait été diplômé du collège — et à peu près au moment où il avait obtenu le pouvoir du Quatrième Primogéniteur. Qu’est-ce qui avait bien pu arriver à Kojou pour le rendre si hostile que son affable cadette puisse à peine lui adresser la parole… ? Cela semblait valoir la peine d’être examiné.

Cindy murmura en tendant la main vers les cartes de Yukina. « Tu vois, à l’époque où Akatsuki jouait au ballon, il était assez imbu de sa personne quand il était sur le terrain, mais en dehors de ça, il était distrait, et c’était un bon mélange. Je pense que c’est bien qu’il soit à nouveau comme ça. C’est parce que tu l’as traîné là-bas, hein, Yukina ? »

Yukina avait fait un regard mystifié vers la jeune fille. « Alors, tu l’observes donc beaucoup, non ? »

« Ah… ? Euh, je veux dire, nous étions dans le même club. Akatsuki se distinguait beaucoup quand il était dans le club de basket du collège. »

Cette fois, pour une raison inconnue, c’était au tour de Cindy d’être désemparée. Et quand ce fut enfin le tour de Yukina, elle tira un joker du jeu, ce qui fit presque pleurer Cindy. Elle protesta. « Euh, non, vraiment, ce n’est pas comme ça. Je veux dire, il n’a pas que toi, il a aussi Aiba. Il n’y a pas de place pour moi dans tout ça. »

Alors que Cindy s’agita et paniqua, Nagisa, qui attendait son tour, intervient. « Maintenant que j’y pense, Kojou a dit de bonnes choses sur toi, Cindy. »

Cindy leva les yeux, prise par surprise. « Ah ? Qu’est-ce qu’il a dit ? »

« Il a dit que tu revenais vite en défense et que tu étais bon pour les doubles pas. »

« Argh… C’est ce genre de personne, n’est-ce pas ? » gémit Cindy, les épaules affaissées.

Yukina ne pouvait que compatir. Bien que ni l’un ni l’autre n’aient eu de mauvaises intentions, ils étaient un frère et une sœur qui démolissaient tout sur leur passage.

« Mais tout à l’heure, tu as dit qu’il y avait quelque chose d’effrayant chez Kojou… ? » répliqua Nagisa.

Cindy avait répondu d’un ton maussade. « Je savais que tu allais dire ça… Il est super gentil avec sa petite sœur. »

Pas du tout. Nagisa secoua la tête.

« Il ne l’est pas. On se dispute tout le temps, et avant-hier encore, il a mangé toute la glace à lui tout seul. C’était mon précieux Mont Blanc foncé que je n’achète pas plus d’une fois par lune bleue. Je veux dire, c’est incroyable. Personne ne fait ça. Je l’ai sermonné un moment et il est sorti et en a acheté plus et… ! »

Les joues de Nagisa s’étaient gonflées dans un grand élan d’irritation.

La déléguée de classe murmura en signe d’exaspération. « Tu vois ? C’est doux. »

« Quoi ? Mont-Blanc foncé ? » Nagisa cligna des yeux et secoua la tête. « Pas vraiment, cela a en quelque sorte un goût aigre-doux. »

D’ailleurs, Yukina était bien au courant de cet incident. Puisque Kojou était parti soudainement pendant la nuit, Yukina, son observatrice, s’était précipitée après lui.

Au final, Kojou avait dû faire pas moins de quatre magasins de proximité avant de trouver la bonne glace, faisant de Yukina, qui était restée aux côtés de Kojou jusqu’à la fin, la principale victime de la dispute entre frères et sœurs.

Il sera bientôt neuf heures du matin. Le ferry, parti du port d’Itogami à sept heures, s’arrêtera sur l’île de Kamijo et l’île de Bikura, qui font partie de l’archipel d’Izu, et devrait finalement arriver à la jetée Takeshiba du port de Tokyo à onze heures et demie.

Cent cinquante-six collégiens étaient entassés dans les quartiers de seconde classe du navire, de style tatami. Ils avaient été répartis en fonction de leur classe, de leurs intérêts pour les jeux et de leur façon de parler, afin de s’amuser au maximum pendant le voyage. Pourtant, malgré tout cela, il était toujours quelque peu mystérieux de pouvoir regarder la mer bleue qui s’étendait au-delà du verre renforcé de la fenêtre et de ne jamais s’ennuyer.

Cindy demanda. « En tout cas, qu’est-ce qui est prévu pour plus tard ? »

La déléguée de classe répondit consciencieusement. « Nous nous rassemblerons dans le hall à 10 h 30, et nous regarderons une vidéo éducative avant le repas. »

« Je me demande ce que sera le dîner ? » se demandait Nagisa à voix haute. « Du curry, peut-être ? J’adorerais manger du curry — Ah, Kanon ! »

Nagisa, qui avait toujours l’air de baver à cette idée, avait remarqué que son amie était là et lui faisait signe.

Kanon Kanase, debout au bord de la fenêtre, regardait vers elles avec un battement de ses longs cheveux argentés.

« Ah, Nagisa. Bonjour à tous. » Kanon leur avait adressé un salut révérencieux alors qu’une grande paire de jumelles noires pendait à son cou. Apparemment, c’était une location de la compagnie de ferry. « J’ai des jumelles. J’ai entendu dire qu’on pouvait voir des dauphins sauvages dans cette région. »

Les yeux bleus de Kanon, semblables à des pierres précieuses, scintillaient pendant qu’elle parlait. Kanon était une amoureuse des animaux, peu importe le type. D’ordinaire plutôt docile, les animaux sauvages lui donnaient un dynamisme insoupçonné.

L’expression de Nagisa s’était éclaircie et elle s’était levée. « Des dauphins !? Wôw, c’est génial, je veux aussi les voir ! »

Yukina et les autres filles s’étaient déplacées vers le bord de la fenêtre.

« Je les ai déjà vus, » fit remarquer Cindy. « Maintenant que j’y pense, c’était juste à côté d’ici. Voici une photo. »

Cindy avait sorti son téléphone portable. L’image affichée à l’écran montrait un navire avec un groupe de dauphins bondissant hors de la mer à ses côtés. Cela renforça les espoirs des filles.

Cependant, plusieurs minutes s’étaient écoulées sans qu’aucun signe d’un dauphin ne montre ses nageoires.

« Pas de dauphins, hein, » murmura Nagisa, dépitée.

Cindy lui tapota le dos pour la consoler. « Ils ne vont pas apparaître comme ça, n’est-ce pas ? »

« C’est un grand océan, » ajouta la déléguée de classe d’un ton détaché.

Mais à ce moment-là, Kanon et Yukina avaient sursauté en remarquant quelque chose, et elles avaient déplacé leurs regards vers la poupe du navire. Il y avait quelque chose d’argenté qui scintillait dans la mer, flottant entre les interstices du sillage blanc laissé sur le passage du ferry. Par la suite, elles avaient eu l’impression que quelqu’un les observait.

Il y avait un objet métallique là, rappelant un mini sous-marin ou une torpille… Cependant, il avait tortillé son corps géant tel un serpent de mer et avait immédiatement replongé sous l’eau.

« Hein, c’était quoi ça ? » Nagisa écarquilla les yeux de confusion. « Était-ce un dauphin ? »

Ce n’est pas possible, murmura Yukina.

À côté d’elle, Kanon s’était mordu la lèvre inférieure, comme si elle avait peur.

***

Partie 2

La poussière et la fumée dégagées par les bâtiments détruits planaient au-dessus du port comme une brume matinale inquiétante.

Yaze était assis paresseusement sur le toit incliné d’un phare en admirant la vue.

L’énorme grue sur lequel Yaze se tenait peu de temps auparavant avait été pliée et sectionnée près de ses fondations, et gisait maintenant pathétiquement sur le côté au-dessus de la jetée en contrebas. Elle était irréparable.

Yaze aurait dû être dans le même état. Mais une petite silhouette brandissant une ombrelle noire l’avait sauvé.

Natsuki Minamiya, dont la robe à froufrous extrêmement déplacée bruissait dans la brise, demanda. « Es-tu vivant, Yaze ? »

Elle s’était téléportée pour sauver Yaze juste à temps avant qu’il ne s’écrase au sol avec la grue.

« Oui, en quelque sorte. »

Yaze releva lentement son visage, utilisant les écouteurs pour peigner ses cheveux ébouriffés. « Bon sang, j’ai vraiment cru que j’étais fichu cette fois-ci… Merci, Natsuki. Tu m’as vraiment sauvé les fesses. »

La femme grimaça de mécontentement en donnant un coup de talon dans le dos de Yaze. « N’appelle pas ton professeur principal par son prénom. Qu’est-ce que tu as avec Akatsuki… ? Qu’est-ce que vous avez tous avec votre professeur principal ? »

Yaze leva ses deux bras ensanglantés au-dessus de sa tête en implorant désespérément la pitié. « Hé, attends — aïe, je suis blessé ici ! Je saigne ! Cela jaillit ! »

Il avait peut-être été sauvé d’un atterrissage en catastrophe, mais il avait tout de même été touché par des fragments soufflés par l’explosion, ce qui avait blessé Yaze sur tout le corps.

Natsuki ignora les supplications de son élève et regarda l’état de la jetée. Plus de dix des entrepôts géants qui se trouvaient sur la côte de l’océan avaient été détruits et étaient en feu en ce moment. L’unité de la Garde de l’île qui avait encerclé le sang du sage avait été complètement mise en déroute. Heureusement, il y avait eu peu de morts, mais les gardes étaient dans un état de confusion extrême et leur équipement était complètement épuisé.

C’était en raison de l’étrange crâne que Kou Amatsuka avait plongé dans le sang du sage. Le mystérieux rayon que le crâne avait émis avait soufflé les gardes de l’île en un seul coup.

« Quel spectacle ! » murmura Natsuki avec ce qui ressemblait à de la pitié.

Yaze se gratta la tête en levant les yeux vers elle. « Désolé, on a fait une erreur. Nous avons mal interprété l’objectif d’Amatsuka. »

« La résurrection du Sage ? »

« Tu le savais ? » demanda Yaze avec surprise.

Le visage de poupée de Natsuki était sans expression alors qu’elle hochait gravement la tête. « Kensei Kanase a repris conscience il y a peu de temps. Grâce à lui, je connais une variété de choses assez intéressantes. Les Chevaliers Aldegiens m’ont aussi donné quelques conseils. »

Les lèvres de Yaze s’étaient tordues en signe de mécontentement. « J’aurais vraiment apprécié être informé de tout ça avant… »

S’ils avaient su que le but d’Amatsuka était la résurrection du Sage, ils auraient pu planifier en conséquence.

Ils n’auraient certainement pas essayé de cribler Amatsuka de balles en métaux précieux et de lui prêter main-forte.

Mais Natsuki avait renâclé froidement. « La division d’enquête leur a dit haut et fort de laisser les Mages d’attaque s’en occuper. Je comprends la colère de leurs collègues gardes qui ont été tués, mais… »

« Ouais… Au final, ça a été utilisé contre eux et la liste des victimes n’a fait que s’allonger, hein. »

Nous y voilà. Yaze essuya le sang au coin de sa bouche et se leva.

« Natsuki, sais-tu dans quel état se trouve la Garde de l’île, globalement ? »

« La chaîne de commandement est dans le chaos. Ils font tous ce qu’ils peuvent faire pour soigner les gardes blessés. Ils ont demandé des renforts, mais la garnison de la Porte de la Clef de Voûte ne veut pas partir dans ces circonstances. Ils sont relégués à appeler des membres pas en service jusqu’à ce que des réserves arrivent du continent. »

Yaze se renfrogna et soupira. « Donc, perdre la moitié de sa force signifie qu’il n’en reste plus aucune. »

« Dans tous les cas, si le Sage est aussi bon qu’on le dit, l’équipement normal de la Garde de l’île n’a aucune chance. Pourrais-tu essayer d’appeler des unités augmentées par le surnaturel et des mercenaires démoniaques travaillant pour l’industrie privée ? »

« Ce serait bien. Un certain charmeur de serpent n’est pas garanti de jouer gentiment pour toujours ici. »

Natsuki avait jeté un coup d’œil agacé à un seul vaisseau élaboré — la Tombe de l’Oceanus II de Dimitrie Vattler — qui gardait toujours le silence.

Même si Vattler n’avait manifesté aucun intérêt pour Amatsuka, on ne pouvait pas savoir quelle serait sa réaction s’il apprenait que le Sage était apparu. Ils devaient trouver Amatsuka et mettre un terme à tout ça avant que ce vampire nuisible ne vienne tout gâcher.

Yaze jouait avec les écouteurs qui pendaient à son cou en confessant avec tristesse. « Mais ça va prendre du temps avant que je puisse redéployer mon Paysage sonore. »

Le Paysage sonore était un champ spécial que Yaze pouvait créer en utilisant ses pouvoirs psychiques en tant qu’Hyper-Adaptateur. Il pouvait y suivre tous les sons à l’intérieur de la barrière avec une précision rivalisant avec les meilleurs radars existants. Yaze pouvait même suivre les mouvements d’une forme de vie métallique amorphe comme le sang du sage.

Cependant, le Paysage sonore était si sensible qu’il avait une faiblesse fatale aux sons forts… comme les explosions. Jusqu’à ce que les séquelles de l’attaque d’Amatsuka aient complètement disparu, Yaze était incapable de redéployer le champ — ce qui signifiait qu’il faudrait plusieurs heures au minimum avant qu’il puisse reprendre la piste d’Amatsuka.

« Tu es vraiment inutile dans les moments difficiles, » déclara Natsuki, l’air déçu. « Tu ne mettras jamais la main sur Shizuka comme ça. »

« Oh, la ferme ! Et d’ailleurs, comment sais-tu ça !? »

« Toi et Akatsuki êtes vraiment des oiseaux du même plumage. »

Yaze avait l’air plutôt abattu. « J’ai l’impression que c’est une chose horrible à dire pour un professeur principal ici… »

Sans prévenir, Natsuki avait claqué des doigts, faisant onduler l’air devant ses yeux. Elle avait ouvert une porte de téléportation.

« Bien. Je m’en occupe à partir de maintenant. Va à l’école dès que possible. Tu devrais pouvoir y arriver à temps. »

« H-hey, Natsuki ! Attends ! Je t’en supplie ! »

Yaze s’était empressé de lui demander de s’arrêter, mais la sorcière ne s’était même pas retournée avant de franchir la porte. Elle avait semblé se fondre dans l’air en disparaissant.

Yaze était complètement hors de lui. Il secoua la tête.

La brise de l’océan caressa le visage de Yaze qui restait sur le toit incliné du phare, à des dizaines de mètres au-dessus de la mer.

« Comment diable suis-je censé descendre d’ici… !? »

***

Partie 3

À cette même période, Kojou Akatsuki était près de cette même jetée. Il avait accouru lorsque Nina avait senti la présence du sang du sage.

Cependant, la bête avait déjà disparu depuis longtemps. Les gardes de la Garde de l’île s’étaient également retirés, ne laissant que les décombres d’une destruction écrasante.

« Mais qu’est-ce que c’est que ça ? » Kojou s’était exclamé en regardant le tas de ferraille qui avait été précédemment des entrepôts et une grue de quai. « Est-ce cette masse amorphe qui a fait tout ça ? »

Les dégâts étaient suffisants pour modifier la topographie du port. Cela ressemblait à une ville bombardée en plein milieu d’une guerre. Mais les cicatrices laissées par les bâtiments étaient clairement différentes de celles causées par de simples armes de destruction comme les bombes. La grue détruite était lisse là où elle avait été sectionnée, comme si elle avait été fauchée par une lame géante et invisible. Et les murs en béton de divers entrepôts avaient été fondus par des températures élevées, s’effondrant lorsqu’ils n’étaient plus capables de supporter le poids des structures.

Nina Adelard, apparaissant comme Asagi, avait chuchoté en inspectant les bâtiments détruits. « C’est une attaque par canon à particules en métal lourd. »

En ce moment, elle portait une reproduction de l’uniforme scolaire d’Asagi. De toute évidence, se promener en survêtement aurait attiré trop d’attention, alors Nina avait utilisé l’alchimie pour recréer l’uniforme de l’école, sans un seul fil de travers.

« Canon à particules ? »

Kojou était sous le choc en demandant. En effet, avait répondu Nina avec un hochement de tête.

« C’est pour ainsi dire une arme à faisceau d’électrons. »

« — Une arme à faisceau !? »

Nina semblait mystifiée en regardant Kojou, qui était toujours choqué, alors qu’elle continuait son explication avec désinvolture. « Ce n’est pas aussi grandiose que tu l’imagines. Il s’agit simplement de disperser une collection de particules dans l’atmosphère, la portée est au maximum de plusieurs kilomètres. Même un coup direct ne peut pas obtenir plus qu’une désintégration au niveau atomique. »

« C’est très mauvais, n’est-ce pas !? »

Kojou avait pris une grande inspiration, on aurait dit que tous ses cheveux se dressaient.

C’était une arme à faisceau capable de désassembler atomiquement toute la matière dans un rayon d’un demi-kilomètre. Il n’arrivait même pas à imaginer les dégâts qu’une telle arme pourrait infliger si elle était lâchée sur une zone urbaine. Dans le pire des cas, l’île d’Itogami pourrait être détruite en un instant.

« Il peut même utiliser des attaques comme ça !? Alors c’est l’œuvre d’Amatsuka ? »

« Non, » répondit Nina d’une voix plus froide et plus dure qu’auparavant. « C’était le Sage. »

C’était une voix frêle qui ne lui convenait pas.

Kojou, perplexe, avait répondu. « Qui est-ce… !? »

Le fin sourire de Nina, agréable, semblait quelque peu moqueur. « N’as-tu pas trouvé étrange que la masse de métal liquide soit appelée “sang du sage”, mais ne t’es-tu pas demandé à qui pouvait appartenir le sang spirituel ? »

« Donc le propriétaire légitime du sang spirituel… s’appelle le Sage !? »

« En effet. »

Kojou s’était inconsciemment renfrogné en regardant Nina acquiescer lentement.

« Alors, qui est-il ? » avait-il demandé.

« Connais-tu l’objectif ultime de l’alchimie ? »

« O-ouais… se rapprocher de Dieu… c’est ça ? » Kojou avait répondu avec ce qu’il avait appris de la fille homuncule.

Nina avait plissé les yeux, l’air satisfait. « Correct. Cependant, il n’a rien d’aussi extravagant qu’un être de dimension supérieure. Il s’agit plutôt d’un Homme parfait artificiel, créé par alchimie. »

« … Et c’est ce qu’on appelle le Sage, hein ? »

Je vois, murmura Kojou pour lui-même. En y réfléchissant, ce n’était pas une idée si folle que ça.

En ce qui concerne les alchimistes, ils disposaient déjà de la technologie nécessaire pour créer un « être humain », sous la forme d’un homuncule. Il était donc naturel pour les alchimistes de chercher à produire ensuite un « Dieu ».

« Alors, qu’ont-ils réellement fait ? »

« Ils ont réussi… en un sens. »

Nina avait parlé comme si cela ne la concernait pas. Kojou était hors de lui en la regardant fixement.

« On dirait qu’ils ont échoué à de nombreux niveaux, tu sais. »

« On ne peut rien y faire, car c’est la vérité. Les alchimistes ont voulu créer un Dieu parfait, et ont naturellement abouti à quelque chose de trop parfait. »

Kojou avait incliné la tête en demandant. « … Je ne comprends pas. Quel est le problème avec la perfection ? »

Si c’est ce qu’ils voulaient et c’est ce qu’ils ont obtenu, ils n’avaient pas à être mécontents, n’est-ce pas ?

Mais Nina secoua la tête avec un rire sarcastique. « C’est assez simple. Un être individuel parfait n’a besoin de personne d’autre que de lui-même. »

« … Hein ? »

« Les êtres vivants aiment et protègent leurs semblables, car la survie de l’espèce l’exige. En effet, les humains protègent naturellement même ceux qui ne sont pas de leur race, car ils comprennent que ne pas le faire invite à leur propre destruction. »

« L’instinct… hein ? »

La manière détachée de parler de Nina avait irrité Kojou. C’était triste qu’elle puisse dire quelque chose comme ça si directement.

« Eh bien, c’est peut-être vrai, » avait-il poursuivi, « mais, tu sais, n’y a-t-il pas une meilleure façon de le dire ? »

« Ne te méprends pas, je ne critique pas. Après tout, la vie a ses limites. Dès lors, une personne ne devrait-elle pas vivre pleinement sa vie, qu’elle soit instinctive ou non ? »

Nina avait émis un rire impétueux en poursuivant.

« En outre, l’“écosystème” de ce monde est le résultat de diverses espèces qui mettent en commun leurs connaissances collectives dans l’intérêt de leur survie mutuelle. Dans cette optique, on ne peut pas si facilement déclarer que c’est l’amour qui tient le monde, mais plutôt que c’est l’instinct. »

Le visage de Kojou s’était creusé quand il avait réalisé ce que Nina voulait vraiment dire.

« Je vois. Alors le Sage… ! »

Nina avait approuvé d’un signe de tête. « Le Sage n’a besoin ni de nourriture ni de respirer pour vivre. Même si toutes les créatures vivantes de la Terre périssaient et que celle-ci devenait une planète de mort, cela ne le dérangerait pas. Au contraire, c’est tant mieux pour lui, car sa seule crainte est que d’autres formes de vie évoluent et qu’un être plus “parfait” émerge. »

Kojou avait couvert ses yeux d’une main.

« Ils ont fait une chose bien merdique… »

Ils avaient créé un « Dieu » artificiel qui souhaitait la mort de tous les êtres vivants autres que lui-même afin d’avoir le monopole de la perfection. Cela en faisait le plus sombre des fléaux, quelque chose pour lequel le mot mal semblait inadéquat.

« … Alors qu’ont-ils fait avec le Sage qu’ils ont créé ? » demanda Kojou.

« Le Sage, un être immuable, ne pouvait pas être détruit, alors ils l’ont enfermé. Ils ont extrait tout son sang spirituel pour le priver de son pouvoir. C’était il y a deux cent soixante-dix ans. »

« Donc, le sang du sage est ce qu’on lui a retiré à l’époque… »

Kojou avait soupiré sans enthousiasme alors qu’il comprenait enfin la situation. Mais il avait immédiatement réalisé que l’explication de Nina manquait encore une pièce cruciale. « Attends, Nina. Alors, qu’est-ce que tu es ? Comment peux-tu contrôler le sang du sage ? »

« Je suis le geôlier du Sage pour empêcher sa résurrection. J’ai été choisie parce qu’il se trouve que j’étais l’alchimiste qui avait le plus grand pouvoir spirituel à l’époque. Si l’immuable Sage devait être surveillé, son observateur devait lui aussi être immuable. Ainsi, ma conscience a été transférée dans le noyau dur et le sang du sage a été placé sous ma responsabilité. »

« Mais ça… c’est comme si tu étais… »

Le bouc émissaire, Kojou était sur le point de dire, mais il avait ravalé ses mots.

Telle était la vérité de Nina Adelard — une gardienne solitaire liée au Sang spirituel pour l’éternité afin d’empêcher l’immuable Sage de revivre. Il ne doutait guère que les alchimistes de l’époque l’avaient surnommée « alchimiste légendaire » pour alléger un tant soit peu le poids de leurs péchés.

Il ne doutait pas non plus que Nina elle-même était douloureusement consciente de sa propre position. Kojou se souvenait de l’expression de solitude sur son visage quand elle avait murmuré, Je n’ai jamais cherché à avoir un corps comme celui-ci.

Il ne savait pas à quoi pensait Nina, qui avait reçu un corps immortel qu’elle n’avait pas cherché, lorsqu’elle était arrivée au Sanctuaire des Démons et avait fondé une abbaye, mais elle avait sans doute gagné une famille de substitution dans le processus, lui permettant de vivre ses jours en toute tranquillité. Du moins, jusqu’à ce que l’abbaye soit détruite il y a cinq ans — .

« Nina ? »

Après avoir dérivé dans de telles pensées pendant un moment, Kojou avait réalisé que Nina était immobile à une courte distance. C’était un endroit où il y avait sans aucun doute eu de lourds combats. En s’accroupissant, elle fut entourée de fragments de véhicules détruits et d’innombrables douilles de balles vides. Il y avait aussi de légères traces de sang spirituel éparpillées un peu partout. Les fragments, autrefois gelés par l’attaque glaçante de la Garde de l’île, avaient dégelé et s’étaient remis à bouger.

Cependant, ce n’était pas vers le sang spirituel que Nina avait tendu la main, mais vers les ossements humains éparpillés un peu partout.

Kojou était resté figé sous le choc quand il avait réalisé combien il y en avait.

« Ces os… Ils ne proviennent pas de gardes de l’île, n’est-ce pas… ? Comment cela a-t-il pu se produire... »

Les os ne provenaient pas seulement de quelques personnes. Au minimum, il y avait des dizaines de squelettes. En particulier, il y avait un grand nombre de petits os, comme ceux d’enfants. Il n’y avait qu’un seul corps qui semblait récent, un homme adulte de grande taille. Tout le reste semblait avoir été rongé depuis longtemps.

« Ce sont les enfants et les nonnes consommés par Amatsuka, » expliqua Nina. « Je sais peu de choses sur cet homme. Il était probablement un leurre dans le but d’implanter le noyau factice dans mon corps. »

Les yeux de Nina étaient restés baissés avec tristesse alors qu’elle se relevait. Kojou s’était exclamé face à ces mots.

« Les nonnes… ? Veux-tu dire les personnes qui vivaient à l’abbaye et qui sont mortes dans l’incident d’il y a cinq ans ? »

En effet, Nina avait murmuré avec un sourire amer.

« Il y a cinq ans, Amatsuka est apparu devant moi et m’a demandé de faire de lui mon apprenti. Il avait le noyau factice avec lui. Il a dit qu’il voulait l’étudier, mais mon corps était son seul objectif depuis le début. Il avait l’intention de me voler le sang du sage. »

Kojou avait hoché la tête sans un mot. Il n’avait pas l’intention de critiquer Nina pour avoir été trompé.

Si le Noyau factice était vraiment capable de contrôler le Sang du Sage, Nina aurait pu se libérer d’une éternité en tant qu’agneau sacrificiel. Pour elle, cela avait dû être une tentation irrésistible — .

Mais même cet espoir inconstant n’était devenu qu’une autre partie du plan d’Amatsuka pour ramener Sage à la vie.

« Mais Amatsuka a échoué, hein ? »

Un sourire douloureux s’était dessiné sur le visage de la femme.

« Le Sang du Sage s’est déchaîné quand il a échappé à mon contrôle, massacrant tout le monde à l’abbaye. Même Amatsuka a eu la moitié de son corps consumé par le sang, il aurait dû périr sur place. Le déchaînement a été arrêté par Kanon Kanase, la fille dotée d’un pouvoir spirituel si rare, et par son père, Kensei Kanase, qui surveillait Kanon dans l’ombre. »

« Donc la raison pour laquelle Amatsuka a essayé d’éliminer Kanase et son vieux père est… »

« Sans doute cherchait-il à s’assurer que le père et la fille n’interviendraient pas une seconde fois. »

Une colère glaciale s’empara de Nina et elle poursuivit. « Je me suis toujours demandé comment un homme du niveau d’Amatsuka avait pu construire le Noyau factice… Mais si le Sage le contrôlait depuis le début, tout s’explique. »

« Donc le Sage a utilisé Amatsuka pour sa propre résurrection… hein ? »

Kojou se souvenait de tous les éléments étranges du comportement d’Amatsuka jusqu’à ce moment-là. Bien sûr, ses actions avaient semblé incohérentes et illogiques — Amatsuka ne les avait pas faites pour son propre bénéfice, mais plutôt pour ranimer le Sage scellé. C’était la seule chose qui dictait ses actions, même au prix de morceaux de son propre corps — .

Et juste au moment où il pensait ça. « H-hey, Nina !? »

Kojou avait été complètement déstabilisé en voyant Nina défaire la cravate du col de son uniforme scolaire.

D’abord, Nina utilisait le corps d’Asagi pour ça. Du point de vue de Kojou, ce n’était pas différent que de voir Asagi se déshabiller soudainement sous ses yeux.

Cependant, Nina avait murmuré d’un ton sobre en tendant la main vers les seins d’Asagi.

« Ces fragments de sang spirituel échappent au contrôle du Sage… Ils ne sont pas suffisants pour refaire mon propre corps, mais… »

Puis, elle avait arraché le bijou écarlate incrusté dans sa poitrine.

« Nina !? »

Devant les yeux choqués de Kojou, le corps d’Asagi avait commencé à tomber.

La pierre précieuse qui était tombée du bout de ses doigts avait fait un son clair et cristallin en roulant sur le sol.

***

Partie 4

Le ferry géant Phaeton avait poursuivi son voyage de façon régulière.

Les arrêts au Sanctuaire des démons du port d’Itogami comportaient de nombreux inconvénients par rapport aux autres itinéraires. Ils avaient déposé une grande quantité de marchandises, ce qui avait impliqué des inspections douanières complexes et de la paperasse. Maintenant que les longues formalités étaient terminées, ils étaient sur le chemin du retour, et les hommes d’équipage en service dans la cabine de pilotage s’acquittaient de leurs tâches dans une atmosphère détendue.

Le ciel était clair et la visibilité excellente. Les vagues étaient relativement douces. Les passagers à bord, pour la plupart des lycéens en excursion, étaient quelque peu turbulents, mais rien de plus que ce à quoi ils s’attendaient. À moins d’un changement soudain de la météo, ils arriveraient sur le continent sans trop de difficultés — du moins, c’est ce qu’ils commençaient tous à penser lorsqu’ils avaient entendu un garde crier :

« Mais qui êtes-vous ? »

Les autres membres de l’équipage s’étaient retournés.

Les ferries desservant l’île d’Itogami devaient avoir au moins quatre gardes à bord. Beaucoup venaient des équipes d’intervention de la police ou de la garde de l’île. Ils ne portaient pas d’armes à feu, mais ils étaient autorisés à porter des matraques et des armes blanches. Ce sont des pros des méthodes brutales avec une grande expérience du combat contre des adversaires démoniaques. Et c’était précisément ces hommes qui étaient clairement terrifiés à ce moment-là.

Un homme mince portant un manteau blanc venait d’entrer dans la cabine de pilotage. Cependant, la porte d’entrée de la cabine de pilotage était restée fermée et fermement verrouillée. L’homme n’avait pas ouvert la porte pour entrer. Il s’était plutôt infiltré par un conduit d’air conditionné situé au plafond.

« Ne bougez pas. Arrêtez-vous là — ! »

Les gardes avaient sorti leurs armes. L’homme mince s’était froidement tourné vers eux et avait souri.

« C’est bien. Mais ce n’est pas moi qui m’arrêterai, ce sera vous. »

« Quo — . »

Un garde armé d’un bâton paralysant avait essayé de dire quelque chose quand il avait soudainement arrêté de bouger — comme tout le reste. Son corps entier s’était figé sur place, prenant une couleur semblable à celle de l’acier rouillé.

L’alchimiste, Kou Amatsuka, avait tendu son bras droit, semblable à un tentacule, pour transformer le garde en métal. Il avait ensuite transformé les deux autres gardes en métal, puis l’homme à la barre de pilotage, ne laissant qu’un seul navigateur dans la cabine de pilotage.

Le visage du navigateur pâlit et il s’écria. « Attendez. Arrêtez, c’est… »

Il ne connaissait pas l’identité de l’envahisseur. Mais le marin avait instinctivement compris que l’alchimiste qu’il avait sous les yeux faisait quelque chose de plus qu’un simple détournement de bateau. Il y avait quelque chose de bien plus effrayant, de plus maléfique, chez cet homme — .

Kou Amatsuka avait souri et avait répondu. « Je sais. Cette pièce est pleine d’instruments de navigation pour le navire. »

C’est alors qu’il avait également transformé le navigateur en métal.

« C’est pourquoi je suis venu le détruire ! »

Amatsuka avait fait pivoter son bras droit en forme de lame, en riant sauvagement. Il envoya le système de pilotage automatique voler dans une grande grêle d’étincelles. Ensuite, il détruisit la radio et le radar, puis le système de contrôle de la propulsion, les transformant en pièces de ferraille que tout le monde pouvait voir comme étant irréparables.

Le système de propulsion qui fonctionnait auparavant s’arrêta, peut-être à cause d’un mécanisme de sécurité. En conséquence, le Phaeton perdit sa mobilité et se transforma en un navire à la dérive perdu en mer.

Amatsuka avait souri en voyant ce fait. Mais lorsqu’il ramena son bras droit tendu vers lui, son expression s’assombrit. Ses doigts, transformés en lame, n’avaient pas repris leur forme humaine. La lame elle-même était fendue, avec des morceaux qui tombaient.

Les cellules de métal liquide fusionnées avec sa chair et son sang avaient déjà atteint leur limite.

« La dégradation a déjà progressé à ce point… Merde. Le Sage va devoir aider. »

Amatsuka respirait lourdement en appuyant une main sur le noyau factice enfoncé dans sa poitrine. Il n’avait pas pu cacher l’expression d’impatience.

« Bon, d’accord. Juste un peu plus longtemps. Puis vous me rendrez l’autre moitié de mon corps comme promis, Sage ! »

Amatsuka avait ri comme une sorte d’esprit hanté. Il avait regardé la mer par la fenêtre de la cabine de pilotage.

Ici, déjà loin des rivages de l’île d’Itogami, il n’y avait pas de Quatrième Primogéniteur, ni de sorcière pour s’opposer à lui. Tout ce dont il avait besoin était de fournir le « carburant ».

Pourtant, aux oreilles d’Amatsuka, une voix bizarre avait retenti, avec un rire bizarre :

Ka-ka…

***

Partie 5

« — Yukina, où vas-tu ? »

En la voyant retourner tranquillement à leur cabine, Nagisa l’avait appelée avec une expression mystifiée.

Les élèves de la sortie scolaire de l’Académie Saikai se rassemblaient dans le hall du ferry. Il était prévu qu’ils regardent une vidéo éducative jusqu’à l’heure du dîner. C’était un événement ennuyeux en ce qui concerne les élèves, mais étant donné qu’il était obligatoire, il fallait une certaine dose de courage pour oser le sauter. Cependant, Yukina avait rapidement dit. « J’ai oublié quelque chose. Vas-y, d’accord ? »

Yukina s’était mise à courir sans attendre la réponse de Nagisa.

De retour dans la cabine vide, Yukina avait sorti un long et fin paquet de tissu du fond de son sac de voyage.

Une paire de couteaux emballés se trouvait à l’intérieur. Il s’agissait d’armes simples et pratiques, avec des lames d’environ vingt-cinq centimètres de long et une corde de parachute enroulée autour du manche. L’éclat argenté du métal était leur seule et faible ressemblance avec le Loup de la Dérive des Neiges.

Yukina rangea les couteaux dans le dos de son uniforme et enfila son manteau pour les cacher du mieux qu’elle pouvait. Elle avait ensuite quitté la cabine et s’était dirigée directement vers le pont.

Ce n’est pas qu’elle sentait clairement que quelque chose n’allait pas. Mais pour une raison inconnue, elle ressentait un profond malaise. Son intuition de Chamane Épéiste lui avait dit qu’il y avait un danger. C’était comme si le vaisseau lui-même était entouré d’une force malveillante.

Alors que Yukina se précipitait dans les escaliers, elle réalisa avec stupeur que quelqu’un marchait devant elle.

« — Eh !? »

Se dirigeant vers la section réservée aux EMPLOYÉS du vaisseau, une écolière en uniforme aux cheveux argentés translucides avait l’air inquiète en examinant la zone. Yukina l’avait interpellée.

« Kanase ? »

« Ah… » Kanon semblait effrayée en regardant en arrière.

Ce n’était pas la réaction de quelqu’un repéré quelque part où elle ne devrait pas être, elle semblait plutôt avoir peur d’envelopper Yukina dans quelque chose. Ce comportement avait conduit Yukina à comprendre l’objectif de Kanon.

« … Toi aussi ? »

La question de Yukina était vague, mais Kanon avait correctement lu le sens de ses mots. Elle avait hoché faiblement la tête et avait regardé Yukina de ses yeux bleu pâle.

« Il semble que quelque chose de mauvais entoure le vaisseau, donc… »

Je dois faire quelque chose, Kanon était sur le point d’ajouter, quand Yukina l’avait arrêtée avec un sourire.

« C’est bon. Je vais m’occuper des choses à partir de maintenant, alors pourrais-tu en parler à Mme Sasasaki ? »

Kanon avait cligné des yeux en raison de la surprise quand elle avait vu Yukina sortir un couteau de son dos. Finalement, elle avait écarquillé les yeux en comprenant.

Dans la seconde moitié du mois d’octobre, Kanon avait vu Yukina combattre en tant que Chamane Épéiste lors de l’incident Faux-Ange. Même si elle ne connaissait pas encore les moindres détails, elle semblait comprendre qu’il était juste de laisser Yukina s’en occuper.

« Aussi, prends ça… C’est un charme protecteur. » Yukina avait montré sa main ouverte à Kanon. Au-dessus de sa paume se trouvait un origami de couleur argentée en forme de loup. Kanon semblait dubitative en prenant l’origami de Yukina.

« Ah, attends ! » Kanon l’avait appelé alors que Yukina commençait à se précipiter dans les escaliers.

Lorsque Yukina s’était arrêtée, Kanon avait levé les yeux vers elle avec une expression anxieuse alors qu’elle continuait à parler. Elle avait tenu ses mains tremblantes ensemble devant sa poitrine. « Je pense que je connais ce sentiment. Je l’ai probablement déjà rencontré auparavant. »

« … Kanase, ne me dis pas que tu sais pour l’alchimiste ? » demanda Yukina, perplexe.

Kanon était là quand l’incident s’était produit à l’abbaye d’Adelard cinq ans auparavant. Il ne serait pas choquant qu’elle ait rencontré Amatsuka à ce moment-là. Si c’est le cas, elle pourrait savoir ce qu’Amatsuka cherchait.

« Alchimiste… ? »

Cependant, Kanon avait lentement secoué la tête.

« Non, c’est quelque chose de bien plus effrayant. J’ai perdu beaucoup d’amis chers à cause de ça. Je ne veux plus jamais voir une chose pareille… Yukina, s’il te plaît, fait attention… »

Yukina avait senti une chaleur tourbillonner dans sa poitrine en écoutant les paroles maladroites de Kanon. Kanon était inquiète pour elle. Elle disait, je ne veux pas te perdre, et elle le disait parce que Yukina était sa précieuse amie. Yukina, qui n’était allée au Sanctuaire des Démons qu’à cause de sa mission — .

« Merci, Kanon, ma chère. Sois prudente, toi aussi. »

Les deux filles avaient fait un signe de tête avant de prendre des chemins séparés.

Yukina avait sauté par-dessus la corde qui délimitait la zone réservée aux employés et était entrée sur le pont.

Le couloir menant à la cabine de pilotage était dépourvu des membres d’équipage ou des gardes qui auraient dû être présents. Le sentiment effrayant qui lui piquait la peau se renforçait encore.

Quand elle avait atteint la cabine de pilotage, la porte était toujours fermée. Mais Yukina avait pris une courte inspiration et s’était retournée avec un battement de jupe. Avec la force brute de son coup de pied haut, elle avait défoncé la porte.

Lorsque la porte s’était ouverte, la scène qui se déroulait au-delà avait glacé l’expression de Yukina.

« C’est… »

Il n’y avait plus rien dans la cabine de pilotage à part le silence et le désespoir.

Des membres d’équipage transformés en sculptures de métal gisaient sur le sol. Des étincelles jaillissaient des appareils de navigation. Même Yukina, qui n’était pas réputée pour son habileté avec les machines, pouvait clairement dire que les dommages étaient fatals.

Je dois en informer quelqu’un, pensa Yukina, mais au moment où elle tourna sur ses talons, une secousse de malice l’assaillit par-derrière.

Une lame de métal liquide ressemblant à un fouet s’était élancée, mais le couteau de Yukina l’avait repoussée.

« Ahhh. » Le haut du corps de l’alchimiste en blouse blanche se dévoila en suintant du conduit du climatiseur. « Ah, c’est toi, Chamane Épéiste. Qu’est-il arrivé à ta précieuse lance ? »

Un mince sourire était resté sur son visage alors qu’il coulait sur le sol.

Yukina l’avait regardé en étant choquée. « Kou Amatsuka… !? Comment... Tu devrais être mort… ! »

Amatsuka avait ri de bon cœur. « C’est vrai. Vous m’avez tué tous les deux. »

Mais Yukina s’était immédiatement remise de son choc lorsqu’elle avait réalisé qu’Amatsuka était incapable de conserver complètement sa forme humaine.

« Kou Amatsuka… Tu es… »

Le jeune homme avait perdu le fil de son regard.

« Tu es vraiment très maline. Oui, ce que tu vois ici est un clone. Ce corps est beaucoup plus pratique pour se déplacer dans un vaisseau, tu vois — ! »

Un nouveau tentacule sortit de son torse et s’enroula autour du couteau de Yukina. Sans aucun doute, il voulait fusionner avec le couteau pour la priver de son arme.

Mais c’est l’expression d’Amatsuka qui avait changé. Son tentacule n’avait pas pu assimiler le couteau, et il avait à la place été frappé par Yukina.

« Ce couteau… Il est fait de fer météorique enchanté ? Quelle nuisance ! »

Amatsuka avait craché cette phrase en reculant. Le corps entier d’Amatsuka s’était transformé en métal liquide visqueux et cela avait donné l’impression qu’il était aspiré dans la fente du tuyau de drainage derrière lui.

« Désolé, mais je m’occuperai de toi plus tard. Il y a une limite au nombre de clones que je veux détruire ! »

« Kou Amatsuka — ! »

Abasourdie, Yukina avait regardé Amatsuka disparaître. Elle n’avait aucun moyen d’arrêter l’alchimiste avec son équipement actuel. Elle avait besoin du Loup de la Dérive des Neiges, capable d’annuler tout type d’énergie magique, mais la lance purificatrice de démons n’était pas en possession de Yukina.

Amatsuka en était sûrement conscient, mais il n’avait même pas essayé de l’achever. Ça l’a déstabilisé. Pourquoi l’aurait-il laissé partir comme ça — ?

« Ce n’est pas possible… ! » Yukina s’était précipitée hors de la cabine de pilotage, un couteau à la main.

En dépit d’être un Chamane Épéiste, il y avait un médium spirituel plus fort que Yukina à bord du navire. Oui — Amatsuka en avait après Kanon Kanase depuis le début.

Yukina avait senti un frisson remonter le long de son échine. Elle pourrait ne pas être capable de protéger ceux qui lui sont précieux. C’était la première fois de sa vie qu’elle ressentait vraiment une telle peur.

Et cette fois, le garçon qui l’avait toujours sauvée était introuvable.

Kojou Akatsuki n’était pas là.

***

Partie 6

« Ils ont dit que le lieu de rencontre a été changé. »

À l’entrée du couloir du navire, Cindy et la déléguée de classe attendaient Nagisa. D’autres groupes d’étudiants étaient là aussi, et commençaient à s’agiter.

« Oh ? Pourquoi ça ? » demanda Nagisa.

Cindy haussa les épaules en répondant. « Je ne sais pas, mais ils en discutent un peu. Tout l’équipage est agité pour une raison inconnue. »

Hmm, pensa Nagisa en inclinant la tête. « Je me demande ce que c’est. Un feu ou autre chose ? »

« Bon sang, bien sûr que non. La sirène n’est pas activée. »

« A-t-on peut-être heurté un iceberg ? »

« Pas possible. Depuis quand on a des icebergs ici ? Je veux dire, j’adorerais en voir un ! »

Cindy avait l’intention de donner une réponse sérieuse à Nagisa, mais elle avait trouvé l’idée si drôle que ses épaules fines avaient tremblé en éclatant de rire. Hmm, fit encore Nagisa, en mettant un doigt sur ses lèvres.

« Cependant, c’est problématique. Si je n’arrive pas à prévenir Yukina… »

« Oui. C’est tellement rare que cette fille oublie quelque chose comme ça, » ajouta la déléguée de classe sur son ton habituel de lucidité.

Oui, acquiesça Nagisa en réfléchissant. « Vous deux, allez-y et faites le service, d’accord ? Je vais l’attendre ici. »

« Compris. Nous vous verrons plus tard. »

La déléguée de classe et Cindy avaient salué en partant. Nagisa leur avait rendu la politesse avant de regarder le couloir soudainement vide. Normalement, il y aurait eu des passagers en route vers la boutique de souvenirs et le comptoir d’information, mais ces endroits étaient également déserts. Il semblait, comme l’avait dit Cindy, qu’il y avait une sorte de problème sur le navire.

Eh bien, s’inquiéter ne mène nulle part, pensa Nagisa en commençant à parcourir négligemment les souvenirs sur les étagères de la boutique de souvenirs. Les porte-clés du Sanctuaire des démons et les sangles de téléphone étaient tous des objets que l’on n’avait pas l’occasion de voir souvent dans la vie quotidienne, et même dans la ville d’Itogami. Le fait de les voir rarement ici accentuait le sentiment de libération de la voyageuse — tout en stimulant ses pulsions de consommatrice.

« Oh, c’est chouette. Je devrais peut-être l’acheter ? »

Sans réfléchir, Nagisa avait attrapé un porte-clés portant l’inscription KOJO dès qu’elle l’avait vu. C’était une marque inhabituelle à voir sur les étagères, et le fait que le nom soit très proche de Kojou le rendait très rare. Elle ne pouvait pas laisser quelque chose d’aussi précieux lui glisser entre les doigts.

« Ah, excusez-moi ? »

Nagisa regarda par-dessus son épaule et leva une main en entendant la porte de la caissière s’ouvrir. Elle pensait que c’était un employé du magasin. Cependant, l’homme mince qui se tenait là était habillé comme un magicien de scène. Dès que ses yeux avaient rencontré ceux de Nagisa, il avait souri cruellement et avait levé sa main droite.

Puis, sans crier gare, il avait baissé la main, comme pour essuyer la boue de sa veste.

« Nagisa ! Couche-toi — ! » Yukina cria.

Nagisa s’était immédiatement jetée à terre, une lumière argentée se dispersant juste au-dessus de sa tête. Le tentacule volant directement devant les yeux de Nagisa avait été dévié par un couteau.

« Y-Yukina !? »

Nagisa, qui n’avait aucune idée de ce qui se passait, fut encore plus déconcertée en voyant Yukina tenir un couteau peu sophistiqué. Mais elle vit ensuite l’homme contre lequel Yukina était dressée et resta bouche bée, car les contours de l’homme s’effaçaient tandis qu’il se transformait en un monstre aux innombrables appendices vacillants.

« Qu’est-ce que c’est que ce type !? »

« Cours ! Vite ! »

Yukina s’était avancée pour la protéger. Nagisa se trouvait au milieu d’un large couloir — il ne serait pas difficile de fuir le monstre. Cependant, le visage de Nagisa était pâle et elle secouait la tête. Elle était restée à genoux, enracinée sur place.

« Est-ce que c’est… un démon !? »

« Nagisa… ! »

Avec horreur, Yukina avait réalisé que sa camarade était trop paniquée pour bouger.

Nagisa avait une phobie des démons. Elle en avait peur, malgré le fait qu’elle résidait dans un sanctuaire de démons, au point qu’elle ne pouvait même pas fuir.

« C’est grossier. Je suis tout à fait humain. Vous me blessez… »

Amatsuka s’était lentement approché de la fille au sol, comme pour la tourmenter davantage.

« N-Non, restez à l’écart ! » La voix de Nagisa tremblait tandis qu’elle tentait désespérément de reculer. Mais ses bras minces étaient devenus rigides, et se contentaient de frotter contre le sol.

Yukina donna un coup de couteau à l’homme à tentacules en cherchant une ligne de retraite. Il n’y avait aucun moyen de le combattre tout en protégeant Nagisa. Sa seule option était de sortir Nagisa de là — .

Mais le plan de Yukina avait été réduit en miettes par l’émergence d’une nouvelle silhouette dans une brèche du mur. Un nouveau Kou Amatsuka était apparu pour bloquer leur retraite.

Yukina regarda avec désespoir les ennemis bizarres, un devant et un derrière elle.

« Deux individus — !? »

Même avec le Loup de la Dérive des Neiges, Amatsuka était un adversaire puissant qu’elle ne pouvait être certaine de vaincre. Et en combattre deux à la fois, tout en protégeant Nagisa, était bien au-delà des capacités de Yukina.

Les deux Amatsukas avaient réduit la distance — lentement, profitant du désespoir des filles.

« N — non ! Kojou, sauve-moi ! Kojou — !! » Nagisa s’était recroquevillée et avait crié.

À cet instant, une énergie magique incroyable, capable de briser les barrières, avait jailli de tout son corps. L’air avait gelé et un brouillard blanc avait entouré Nagisa, faisant danser les flocons de neige dans l’air comme des pétales de fleurs.

« Qu’est-ce que — !? »

Le second Amatsuka avait reçu un coup direct du froid glacial, son corps se figeant en blanc tandis qu’il tombait. Il s’était tordu et avait rampé sur le sol, essayant désespérément de s’éloigner de Nagisa.

Le premier Amatsuka avait reculé de terreur et s’était mis à courir. « Qu’est-ce qu’elle… !? Quel est ce pouvoir magique… !? Merde !! »

Yukina l’avait regardé bouche bée pendant qu’il s’enfuyait. Il n’y avait aucune possibilité de le poursuivre, car le changement en Nagisa se poursuivait. Si les vents glacés continuaient à tourbillonner sans relâche, Yukina était elle aussi condamnée.

« Nagisa — ! »

Yukina, endurant le froid jusqu’à la limite de son pouvoir rituel interne, appela désespérément son amie.

Nagisa, entourée d’un froid arctique, s’était calmement levée. Cependant, les yeux qui regardaient Yukina ne contenaient aucune trace de Nagisa. Ils ne reconnaissaient même pas l’existence de Yukina. C’était comme si Nagisa avait complètement perdu conscience.

Elle était possédée.

Si le froid continuait à ce rythme, nul doute que le navire lui-même serait détruit par lui tôt ou tard. Cependant, il était clair que cette autre personne n’attaquait personne volontairement. Elle était simplement apparue, probablement pour sauver Nagisa de la crise qui l’affectait.

Pourtant, cela seul répandait une incroyable force destructrice dans toutes les directions.

Yukina ne connaissait que trop bien ce phénomène : c’était l’une des douze vassales bestiales qui servaient le quatrième Primogéniteur. Nagisa présentait les mêmes symptômes que lorsque les vassales bestiales de Kojou avaient échappé à son contrôle.

Mais le flux d’énergie magique destructeur avait été interrompu par une femme parlant d’une voix étrangement pétillante.

« Bon, ça suffit — ! »

La jeune femme qui apparut, tranchant au passage le tourbillon de froid pur, avait les cheveux roux portés en un double chignon tressé et portait une robe de style chinois. Elle se dirigea vigoureusement vers le flanc de Nagisa et donna un coup sur la tête de la fille hors de contrôle.

« Mlle Sasasaki !? »

Yukina avait regardé avec effroi la méthode de force brute employée par son professeur principal.

La femme aux cheveux rouges, Misaki Sasasaki, était la professeur principale de Yukina et de Nagisa, et également l’instructeur principal de l’excursion. Elle était une Mage d’Attaque certifiée au niveau fédéral et la cadette de Natsuki Minamiya à l’académie. Cependant, le fait que même Natsuki ait eu du mal à la supporter en disait long sur le caractère anormal de Misaki.

L’être qui possédait Nagisa avait utilisé la voix de la jeune fille terrestre pour demander à Misaki. « Tu veux te mêler de mes affaires, moine — ? »

Ce n’était pas que le déchaînement de « Nagisa » ait pris fin. Cependant, la « chose » qui la possédait avait apparemment reconnu Misaki comme quelqu’un digne de dialogue.

Même si le froid s’était abattu sur elle, Misaki avait souri en répondant. « Pas du tout. Je veux dire, si tu étais sérieuse, tout le navire serait fichu. Mais ça ne te ferait pas du bien non plus, n’est-ce pas ? »

L’être n’était pas nécessairement d’accord avec cette évaluation, mais la vague d’énergie magique qui surgissait tout autour s’était soudainement arrêtée.

« Je vois… Très bien. Je vais t’accorder un peu de temps… »

Ces paroles prononcées, Nagisa avait fermé les yeux. Elle était tombée au sol comme une marionnette dont on aurait coupé les fils. Il semblait que l’état de possession ait diminué.

Yukina était toujours pâle et respirait lourdement. « Mlle Sasasaki… Qu’est-ce que c’était à l’instant… ? »

Le dispositif de protection de Yukina, créé à l’aide de la magie ritualiste, était à bout de souffle. Si le déchaînement de Nagisa avait duré une trentaine de secondes de plus, le corps de Yukina aurait été entièrement gelé.

Misaki avait souri ironiquement. « Répondre à cette question serait une violation de la vie privée des élèves et des professeurs. »

Le regard présent sur son visage avait silencieusement ajouté, Nous avons tous nos circonstances ici.

Yukina soupira silencieusement. Ne pas savoir la dérangeait, mais leur agresseur était la préoccupation la plus urgente. « Concernant l’alchimiste nommé Kou Amatsuka — . »

« Je sais. Je l’ai croisé avant d’arriver ici, et Natsuki m’a aussi parlé de lui. Le plan s’est retourné contre nous… Nous ne pensions pas qu’il s’en prendrait vraiment à ce navire. »

Les lèvres de Misaki s’étaient tordues en parlant. En tant que professeur principale, elle était responsable de la sécurité de tous les élèves. Il ne fait aucun doute que la situation l’affectait encore plus que Yukina.

« Les autres étudiants ? »

« Shiromori les mène vers une zone plus sûre, mais il est toujours à bord du navire. Ce n’est pas exactement quelqu’un qu’une garde va arrêter, donc ce n’est pas une bonne situation. »

« Pas du tout… »

Un regard angoissé était apparu chez Yukina. Malheureusement, Misaki avait raison : même s’ils montaient dans les radeaux de sauvetage, la fuite était probablement impossible. Amatsuka, capable de modifier la composition de son propre corps à volonté, pouvait probablement se déplacer sans problème sous l’eau. Après tout, même un corps en métal liquide relativement lourd pourrait flotter s’il ajoutait quelques poches d’air internes.

Misaki serra les dents de manière audible. « Pour être honnête, maintenant qu’il s’est scindé en plusieurs corps et que nous ne savons pas d’où il pourrait frapper, je ne peux pas faire grand-chose. Natsuki pourrait probablement se débrouiller si nous savions au moins ce qu’il cherche… »

C’est alors qu’elle avait entendu la voix douce d’une fille derrière elle — la voix de Kanon.

« Je suis très probablement sa cible. »

« … Kanase !? Ne t’es-tu pas réfugiée avec les autres ? »

Misaki avait levé le visage en signe de choc. Kanon avait secoué la tête en s’excusant.

« Je me souviens maintenant, c’est l’homme qui a attaqué tout le monde à l’abbaye. Il a dit qu’il avait besoin de puissants médiums spirituels comme carburant. Cette abbaye en avait beaucoup sous leur responsabilité, vous voyez. »

Le sang s’était vidé du corps de Yukina. Amatsuka était un alchimiste. Il n’y avait qu’une chose que le carburant peut signifier quand il sortait des lèvres d’un alchimiste.

« Carburant !? Ne veux-tu pas dire qu’il a l’intention de t’utiliser comme ingrédient alchimique — !?? »

« Oui. C’est pourquoi les autres s’en sortiront probablement s’ils ne sont pas près de moi. »

Les mots de Kanon étaient doux, mais son visage était celui d’une personne déterminée. Elle avait tourné le dos à Yukina et Misaki et avait commencé à courir dans la direction opposée aux étudiants qui s’étaient réfugiés.

Misaki, réalisant les intentions de Kanon, avait crié, « Kanase !? Te sers-tu de toi-même comme d’un leurre — !? » Comme elle portait dans ses bras Nagisa inconsciente, elle n’avait aucun moyen immédiat de l’arrêter.

Yukina s’était avancée. « Mlle Sasasaki, vous vous occupez d’Akatsuki. Je vais m’occuper de Kanase ! »

« Ah… !? Attends, tu ne vas pas t’enfuir, toi aussi — ! »

Yukina avait ignoré la voix de son professeur et s’était dirigée vers la proue du navire.

La décision de Kanon était probablement correcte. Si Amatsuka était à la recherche d’un puissant médium, il n’aurait jamais négligé deux personnes de premier ordre — l’une faisant partie de la famille royale Aldegian, et l’autre étant une Chamane Épéiste de l’Organisation du Roi Lion. Au moins, les autres étudiants devraient être en sécurité pendant que Yukina et Kanon servaient de leurres.

Mais elles ne pouvaient pas continuer à fuir éternellement dans un vaisseau exigu. Tôt ou tard, Amatsuka les rattraperait. Elles devaient trouver un moyen de le vaincre avant que cela n’arrive.

Mais que faire — ?

***

Partie 7

Des gouttelettes écarlates s’étaient rassemblées sur la pierre précieuse qui était tombée au sol. Défiant la gravité, elles s’élevèrent lentement et prirent progressivement la forme d’un être humain. Elle avait des cheveux noirs brillants, une peau brune, et des traits de visage ornés qui semblaient très familiers — .

La fille au même visage qu’Asagi avait émis un murmure satisfait — mais avec la voix de Nina.

« En effet, c’est bien. Est-ce donc comme ça que ça se passe ? »

Kojou était sous le choc en comparant une Asagi à l’autre. Pour une raison inconnue, Nina avait rassemblé le sang du sage pour se restaurer, mais elle ressemblait toujours à Asagi. Ses vêtements étaient même le même uniforme de l’Académie Saikai qu’auparavant.

En regardant entre les visages jumeaux, il avait l’impression de regarder un personnage d’un jeu de combat dont la palette de couleurs avait été modifiée. Je suis si heureux que l’Asagi originale soit toujours en santé, avait pensé Kojou avec un lourd soupir.

« Alors tu es de retour, Nina ? Ah… Mais pourquoi ressembles-tu à Asagi ? » avait-il demandé.

Nina fit tourner ses deux bras, testant l’amplitude de ses mouvements tout en parlant. « Modifier soudainement la longueur de mes bras et de mes jambes me ferait perdre l’équilibre. De plus, il n’y avait pas assez de “sang” pour restaurer toute la richesse de mon corps. C’est tout ce que je pouvais faire dans son maigre physique. »

Kojou se renfrogna et la réfuta pour le bien de l’honneur de son amie évanouie. « Hé, ne dis pas maigre. Franchement, tu es grossière… Et, je veux dire, Asagi a un meilleur style de toute façon. Je ne sais pas à quel point tu étais glamour avant, mais… »

Alors qu’il parlait, Nina semblait prendre cela comme un défi. Elle avait haussé le ton, rejetant fièrement son menton sur le côté. « En effet, je suis incroyable. Et si je me restaurais un peu, comme… ça ? »

Pendant que Nina parlait, ses seins avaient soudainement augmenté, doublant presque de volume. La chemise de son uniforme s’était gonflée jusqu’au point de rupture, faisant sauter un bouton et le faisant voler.

Kojou, qui regardait avec surprise Nina faire délibérément osciller son buste, demanda. « … Que faisait quelqu’un comme toi dans un couvent ? »

Nina avait souri chaleureusement pour une fois. « En soi, ce n’est pas que j’avais une quelconque utilité pour un couvent. Cependant, c’était un moyen pratique de s’occuper des médiums qui n’avaient nulle part où aller. Je ne savais que trop bien que les alchimistes égoïstes et autres considéraient leur espèce comme un combustible idéal. »

« Nina… » Kojou avait regardé la fille à la peau sombre avec surprise.

Elle-même avait été malencontreusement sacrifiée à cause de sa force spirituelle deux cent soixante-dix ans plus tôt. C’est pourquoi elle utilisait le couvent pour protéger ces enfants sous son propre nom — afin que personne n’ait à subir le même sort.

Mais le Sage et Amatsuka avaient conspiré pour écraser ses espoirs sous leurs pieds.

Kojou avait silencieusement serré les poings. Il commençait à se rendre compte qu’il ressentait une puissante colère envers le Sage, un dieu sans remords, créé par l’homme, qui écrasait tous les autres êtres vivants pour protéger sa propre existence. Il était certain dans son propre esprit qu’on ne pouvait pas permettre à un tel être d’exister.

Les poings de Kojou étaient encore serrés quand il entendit une voix zézayante derrière Nina.

« Oh, tu es donc Nina Adelard ? »

C’était Natsuki Minamiya, émergeant d’une ondulation dans l’air, portant une robe élaborée qui était très déplacée. Comme le reste de son corps, c’était tout à fait son genre de se montrer aux moments les plus étranges.

« Natsuki !? » s’écria Kojou, ce qui lui avait valu un coup de poing silencieux. Kojou, frappé durement au visage par son ombrelle, recula en pressant ses mains sur son visage. Puis, Natsuki avait jeté à Nina — et à ses seins — un regard maussade.

« Bien que je me demande pourquoi la Grande Alchimiste de Yore a le visage d’Aiba et de faux seins. Kojou Akatsuki. Est-ce un de tes fétiches ? »

« Non, bien sûr. Et ce n’est pas comme si c’était l’endroit pour dire ça…, » répliqua Kojou.

Natsuki avait ignoré Kojou et s’était adressée à Nina. « J’ai entendu la plupart de l’histoire concernant la vraie nature de Kou Amatsuka par Kensei Kanase, et la tienne aussi, Nina Adelard. »

Nina fredonna et répondit d’un air désinvolte. « Laissons les discussions gênantes pour plus tard, Natsuki. S’il te plaît, cherche d’abord où se trouve Amatsuka. Le Sage qu’il tente de ressusciter est plutôt… mauvais. Si nous ne le trouvons pas au plus vite… »

Kojou avait ramassé Asagi, toujours inconsciente. Natsuki avait émis un petit grognement.

« Je conviens que nous n’avons pas le temps de faire des civilités. Je sais avec une quasi-certitude où se trouve Amatsuka. L’équipement de communication du ferry a été détruit, donc je n’ai pas beaucoup de détails, mais… »

Les paroles désinvoltes de Natsuki avaient fait tressaillir le visage de Kojou. « Ferry… ? Attends, de quoi tu parles — tu ne peux pas dire !? »

La réponse de Natsuki avait été brutale. « Le ferry part pour Tokyo à sept heures ce matin, avec les étudiants de l’Académie Saikai à bord comme prévus. »

Kojou avait faiblement secoué sa tête. « Non… pas question. Alors Nagisa, Yukina, et les autres… »

Nina l’avait interrompu d’un air renfrogné. « Elles pourraient… être la raison même de cette situation. »

« Qu… quoi !? »

« La création du Sage a nécessité une vaste quantité de métaux précieux, et des médiums comme carburant. Trouvez-vous étrange que le Sage ne se soit pas arrangé pour retrouver sa force juste après sa résurrection ? »

Kojou avait inconsciemment frissonné. « Je vois. Kanase est aussi sur ce ferry… ! »

Pour le moins, Amatsuka était bien conscient que Kanon était une médium de première classe, même selon les normes de l’île d’Itogami. D’un côté, elle était un obstacle à la résurrection du Sage, mais de l’autre, elle était le carburant nécessaire à la résurrection complète.

Et Nina acquiesça gravement en ajoutant. « La cible d’Amatsuka n’est peut-être pas seulement elle. Cette fille Yukina est aussi une médium spirituelle supérieure, non ? »

Le visage de Kojou s’était tordu d’impatience. « C’est mauvais… Himeragi n’a pas Loup de la Dérive des Neiges avec elle ! »

Les coups ne feraient rien contre Amatsuka. La magie rituelle ne fonctionnerait probablement pas non plus. Aussi compétente que soit la Chamane Épéiste, Yukina n’avait aucun moyen de vaincre Amatsuka pour le moment. Il n’était même pas certain qu’elle puisse se défendre — .

Kojou s’était précipité vers Natsuki, comme s’il était prêt à la saisir. « Natsuki, peux-tu nous faire sauter jusqu’au bateau ? »

Avec un regard agacé, Natsuki avait utilisé son parasol pour le repousser. « Irais-tu la sauver ? »

« C’est vrai. Himeragi est sur ce navire ! Et Nagisa, et un tas d’autres personnes que je connais ! »

« Je ne peux pas. C’est trop loin pour moi. La magie de contrôle spatial ne réduit pas la distance elle-même à zéro, elle réduit le temps de transit à zéro. Pour chaque seconde de temps de trajet gagné, mon corps ressent une charge égale à celle d’avoir parcouru cette distance à pied. Je peux faire un bond de quelques kilomètres tout au plus. »

Kojou avait émis un faible gémissement agonisant. « Je suppose que la magie ne peut pas tout faire. Alors, trouve-moi un avion ou un hélicoptère. Ça peut m’amener tout près, non ? »

« Je ne peux pas non plus faire ça. »

Le ton indifférent de Natsuki avait provoqué chez Kojou un grognement de frustration alors que le sang lui montait à la tête. « Eh bien, pourquoi pas !? »

« Par traité, la Garde de l’île ne possède pas de force aérienne. Elle a été créée pour maintenir la loi et l’ordre dans le Sanctuaire des Démons… Plus précisément, c’est pour empêcher les coups d’État. Si la Garde de l’île devait s’allier aux démons de la Ville d’Itogami, cela représenterait une grave menace pour le gouvernement. »

« Mais qu’est-ce que c’est que ça ? »

Le raisonnement, adulte à souhait, avait mis Kojou dans une colère sans cible. De toute façon, étant donné qu’il n’y avait pas d’avion disponible avec une portée de vol assez grande, il n’y avait pas grand-chose à faire.

« Eh bien, pourquoi ne pas emprunter un avion civil… !? Ne me dis pas que nous ne pouvons pas non plus faire ça !? »

« Non, je suis venue te voir avec cette intention dès le départ. J’ai déjà organisé un avion. Ou plutôt, un bon samaritain a gentiment mis un engin à disposition. »

L’explication sans émotion de Natsuki avait donné à Kojou un tel sentiment de soulagement que ses genoux avaient failli lâcher. Il ne se plaindrait pas, peu importe si l’avion était un seau de boulons. S’il pouvait le transporter jusqu’au ferry à la vitesse maximale, il ne se souciait pas de savoir si la chose s’écrasait et brûlait après coup.

Nina s’était immiscée de force dans leur conversation. « Je vais avec lui. Pas de réclamation, Natsuki Minamiya ? »

Natsuki avait hoché la tête une fois et avait expiré. « Ça ressemble à un plan, Faux Nichons. J’étais un peu nerveuse à l’idée d’envoyer Akatsuki seul. »

« … Moi, seul ? Quoi, tu ne viens pas, Natsuki ? » demanda Kojou d’un ton dubitatif.

Natsuki leva les yeux vers lui et hocha franchement la tête. « Nous vous suivrons en hélicoptère. Ce n’est pas ma préférence, mais je ne vois personne d’autre que vous deux qui pourrait supporter de voler dans cet engin. »

« Comment ça, voler dans “cet enfin”… ? »

Le son sinistre de la parole de Natsuki avait fait hésiter Kojou instinctivement. Cependant, la femme fit virevolter l’air en ouvrant une porte, et balaya Kojou d’un revers de main en les téléportant tous les deux.

Kojou avait ressenti une sensation de flottement désagréable pendant un moment, quelque chose comme le mal de mer, avant d’apparaître dans un endroit inconnu. D’un mouvement de la tête, il vit une piste construite au sommet d’un Gigaflotteur s’étendre devant ses yeux. Une horde d’hélicoptères et d’avions de tourisme y était stationnée. Il était apparemment en plein milieu de l’aéroport central de l’île d’Itogami.

Mais en voyant un avion particulier stationné à un endroit particulier, Kojou avait soudainement réalisé quelque chose.

« Hein… !? »

C’était un vaisseau énorme. C’était un vaisseau construit comme un ballon de baudruche avec une coque de plus de cinq cents mètres de long. Le vaisseau, assez grand pour transporter deux mille personnes, était équipé d’innombrables tourelles de mitrailleuses. L’épaisse coque blindée, construite avec un alliage spécial, rendait les mots « forteresse volante » appropriés.

C’était un dirigeable militaire blindé. L’armure bleu perle semblable à un glacier était embellie par des bords dorés. Et la coque était ornée de l’image d’une Valkyrie brandissant une grande épée.

Kojou connaissait cet emblème. C’était l’emblème d’une nation d’Europe du Nord, le Royaume d’Aldegia.

***

Partie 8

« Qu’est-ce que c’est ? Un… dirigeable ? »

Kojou avait levé les yeux vers le splendide vaisseau, un peu hors de lui alors qu’il parlait.

En regardant le dirigeable de plus près, sa taille semblait incompréhensible. S’il ne planait pas légèrement au-dessus du sol, on pourrait le comparer à un château orné.

Alors que le vampire restait sur place, il entendit une voix amusée et élégante provenant d’un haut-parleur situé à proximité. Il connaissait cette voix, et son ton aristocratique qui projetait sans effort la classe — .

« Voici le dirigeable blindé Böðvildr, la fierté du royaume d’Aldegia. »

« Cette voix… !? La Folia !? »

« Je suis heureuse que tu te souviennes de moi. Ça fait longtemps, Kojou. »

Un grand écran suspendu au dirigeable affichait une belle fille aux cheveux argentés. Elle ressemblait beaucoup à Kanon Kanase, mais elle portait une majesté écrasante que Kanon n’avait tout simplement pas.

La princesse La Folia Rihavein portait un blazer brodé d’or qui ressemblait à un uniforme militaire de cérémonie. Elle était la princesse du royaume d’Aldegia — « La seconde venue de Freya. »

Même une image envoyée par signal satellite n’avait pas réussi à diminuer sa présence. Elle était dotée d’une aura irrésistible que seuls les meilleurs artistes pouvaient rendre justice.

Et le simple fait de se frotter à cette aura avait donné des sueurs froides à Kojou.

Secrètement, il avait beaucoup de mal à traiter avec la princesse sage et intelligente. Elle était très maligne, et Kojou ne savait jamais ce qu’elle pouvait bien penser. D’une manière différente de Natsuki, le monde semblait tourner autour d’elle.

Et avec La Folia attirant une telle attention, il y avait trois personnes descendues du bateau qui se tenaient dans son ombre. C’était un groupe de trois femmes qui ne lui étaient pas familières, portant des blazers comme celui de La Folia, mais sans broderie aussi extravagante que celle de la princesse. Il s’agissait d’uniformes militaires ordinaires et pratiques, et les cheveux argentés coupés court des femmes ajoutaient à l’impression qu’elles étaient des soldats compétents.

« Et vous êtes… »

« Je suis le Chevalier Intercepteur Kataya Justina des Chevaliers Aldegian du Second Avènement. Je protège, Son Altesse, la sœur royale par ordre de la princesse La Folia. »

« La sœur royale ? »

Pendant un moment, Kojou n’était pas sûr de qui elle parlait, mais il s’en était souvenu après avoir réfléchi un peu. Kanon Kanase était une enfant illégitime de l’ancien roi d’Aldegia. En d’autres termes, elle était la demi-sœur du roi actuel d’Aldegia. Cela faisait d’elle la tante de la princesse La Folia.

« Protéger Kanon, hein ? Attends, est-ce pour ça que tu es ici sur l’île… ? »

La voix de la princesse avait un peu baissé. Apparemment, le haut-parleur du dirigeable était directionnel, ce qui signifie que Kojou et les autres étaient les seuls à entendre sa voix.

« Même si elle a abandonné sa place dans la ligne de succession royale, Kanon fait toujours partie de la famille royale d’Aldegian. Il n’y avait aucune garantie que quelqu’un ne surgisse pas pour utiliser sa position et ses capacités à mauvais escient. »

Kojou plissa les sourcils. « Pourtant Kanon n’a pas dit un mot à ce sujet, non ? »

Même quand Kanon était à l’école, il n’y avait aucun signe d’un chevalier qui la protégeait. C’était le contraire de la façon dont Yukina planait sur la vie de Kojou 24 heures sur 24.

« Justina est un talentueux Chevalier intercepteur. Elle est là pour éliminer discrètement les menaces qui pèsent sur Kanon, dans l’ombre, et non pour interférer dans sa vie quotidienne. La famille de Justina est japonaise et elle est plutôt une grande fan des ninjas. »

« … Des ninjas ? »

Quand Kojou avait jeté un regard dubitatif à Justina, elle avait calmement pressé ses deux paumes de mains devant elle. Elle avait baissé la tête comme on le fait quand on fait une demande sérieuse.

« Nin ! Le Ninja japonais, servant fidèlement son maître, se cachant dans l’ombre, ne cherchant ni gloire ni fortune, est l’essence même du chevalier. J’ai utilisé cette mission comme une opportunité d’étudier davantage afin d’accroître ma maîtrise de la chevalerie. »

« D-D’accord. Eh bien, c’est génial. »

Kojou, décontenancé par la ferveur de la femme, donna une réponse vague et superficielle. Il remarqua tardivement que l’image de La Folia affichée sur le moniteur donnait l’impression qu’elle s’efforçait de ne pas rire.

Elle a mis ça en place exprès, n’est-ce pas ? Kojou l’avait finalement réalisée. Cette princesse intrigante était sans doute en train de s’amuser de voir à quel point Justina prenait ça au sérieux… Et de toute façon, qui saluait les gens avec un nin dans la vraie vie… ?

Ramenant les choses à leur sujet, Kojou demanda, « Tu veux dire comme Amatsuka cette fois-ci… »

La Folia acquiesça. « J’ai compris la situation assez tôt. Je comptais sur le Mage d’attaque Minamiya pour protéger Kanon, car, malheureusement, nous ne pouvons pas intervenir en dehors du Sanctuaire des démons. »

Ces mots prononcés, la princesse avait baissé les yeux en signe de consternation. « Et donc, Kojou, je souhaite emprunter ta force. »

Kojou fit un petit heh et adressa un sourire à la princesse. « Je crois que c’est moi qui emprunte la tienne ? »

Mis à part les petits défauts de personnalité, le désir de La Folia de sauver Kanon était absolument sincère. Kojou était vraiment reconnaissant pour son aide dans son heure de besoin. Kojou avait continué. « Donc nous pouvons voyager sur ce dirigeable jusqu’à ce que nous atteignions Kanon et son groupe, non ? »

« Non. Le Böðvildr mettrait plus de quinze minutes pour arriver à leurs coordonnées actuelles. C’est trop lent, et nous n’avons pas un instant à perdre… Par conséquent, tu utiliseras ceci. »

« Ceci… ? » Kojou murmura avec un fort sentiment d’effroi.

Au moment où il regardait, le dirigeable avait ouvert un rack d’armes d’où émergeait une étrange pièce d’équipement. Il s’agissait d’une boîte blindée qui ressemblait beaucoup à un lanceur de missiles embarqué…

« Quand tu dis ça, tu ne veux pas dire… la chose qui est placée sur ce lanceur ? »

La princesse déclara d’un ton distant : « Voici le Floaty, un prototype d’avion des Chevaliers du Second Avènement. »

Kojou avait furieusement passé ses mains dans ses cheveux.

« Attends un peu. Ça ne ressemble pas à un avion selon moi ! C’est un missile de croisière ! »

La princesse avait souri fermement et elle déclara. « C’est un prototype d’avion. Normalement, il est utilisé comme un véhicule aérien sans pilote, mais nous avons retiré l’équipement de surveillance afin de pouvoir y embarquer… ah, une personne. Sa vitesse de croisière est de trois mille quatre cents kilomètres par heure. D’après nos calculs, il arrivera à destination en cent cinquante secondes avant impa… »

« Impact !? Tu as dit impact, n’est-ce pas !? Tu t’es reprise, mais tu as dit impact exprès !! »

La voix de Kojou avait explosé d’indignation. Trois mille quatre cents kilomètres par heure, c’est Mach 2.8. Il n’y avait pas beaucoup de chasseurs à réaction qui pouvaient atteindre ce genre de vitesse. C’était un véritable missile de croisière supersonique.

Alors que Kojou vacillait, Natsuki lui donna un coup dans le dos par-derrière, comme pour l’inciter à continuer. « Dépêche-toi, on n’a pas le temps. Vas-tu laisser la bonne volonté de la princesse se perdre ? »

« Je pense que tu confondes mauvaise volonté et bonne volonté, bon sang… ! »

Kojou avait serré les dents en signe d’agacement. L’ignorant, Nina s’extasia devant l’engin en disant : « Les avions modernes sont tout simplement incroyables ! » comme une vieille femme. Il ne fait aucun doute qu’une forme de vie en métal liquide immuable ne serait guère incommodée par le fait d’être entassée dans le missile. Kojou n’avait apparemment aucun autre recours que de durcir sa résolution.

À la toute fin, La Folia lui avait lancé un regard sérieux. « Kanon est entre tes mains, Kojou. »

Kojou offrit à ses yeux bleu pâle un sourire tendu, mais il répondit à ce regard par un hochement de tête fort et silencieux. Il se retourna et donna Asagi, qu’il tenait toujours dans ses bras, à Natsuki.

« Bon alors. Natsuki, désolé, mais peux-tu la ramener chez elle ? »

La femme avait pris Asagi dans ses bras, son beau visage se tordant de consternation. « Bonté divine. Tu as beaucoup de cran pour présenter ton compagnon d’infortune à ton professeur comme ça. »

Ensuite, Kojou s’était dirigé vers le prototype d’avion. Monter dans un missile n’était pas son premier choix, mais c’était mieux que de laisser Yukina et les autres mourir sous ses yeux.

Puis, alors que Kojou était sur le point de poser son pied sur la passerelle du dirigeable, une voix inattendue l’interpella. C’était la voix d’un chat — le familier du maître de Yukina qui était à la boutique d’antiquités.

« Professeur Kitty !? » Kojou avait déplacé son regard dans la direction de la voix.

Une fille portant le visage de Sayaka Kirasaka sortait de la navette qui l’avait amenée sur la place de parking. Elle portait cette tenue de soubrette ridiculement exposée, avec le chat noir assis sur son épaule…

Et un étui à guitare noir accroché à son dos.

« Oh, Professeur Kitty, as-tu aussi réparé ton shikigami ? C’était rapide. » Kojou s’était approché sans prévenir et avait voulu toucher l’épaule de la jeune fille. Mais au moment où il l’avait fait, elle avait frissonné et avait reculé. En conséquence, la main de Kojou avait glissé au-delà de la cible prévue, s’emparant à la place du sein le plus proche de la fille.

« Hya !? »

« Eh !? »

Kojou s’était immédiatement figé. Le cri, et le rebondissement de sa chair semblaient trop réels pour être un shikigami. Le visage de la fille semblait devenir plus rouge à chaque instant. En effet, avec ses sourcils élevés, la soif de sang et la rage tourbillonnaient dans ses yeux…

« Combien de temps vas-tu me toucher ? Espèce d’agresseur ! Pervers ! Pervogéniteur ! »

Avec un uppercut croisé, elle frappa le menton de Kojou, lui brouillant le cerveau. Kojou avait gémi en raison d’une douleur aiguë en titubant en arrière. « Kirasaka !? Attends, c’est donc la vraie !? »

« Quelque chose ne va pas avec ça !? »

Sayaka avait des larmes dans les yeux alors qu’elle continuait à frapper Kojou. Il avait pensé que c’était le shikigami qui ressemblait à Sayaka, mais cette fois la vraie Sayaka était présente.

Donc, quand le professeur Kitty avait déclaré que recréer le shikigami prendrait un certain temps, ce qu’elle voulait dire, c’est qu’au lieu d’envoyer un shikigami du continent, elle envoyait la vraie. Tu aurais dû être plus précis, avait pensé Kojou, en regardant le chat.

Mais le chat noir n’avait fait que regarder le chahut. « Oh, calme-toi, Sayaka. Ça n’a rien fait de mal. Pourquoi s’énerver pour qu’on te caresse les seins ? Tu l’as laissé les sucer avant, n’est-ce pas ? »

« Je ne l’ai pas laissé les sucer ! »

« Hé, ne dis pas des trucs qui vont être mal pris, espèce d’égarée ! »

Sayaka et Kojou avaient objecté d’une manière étrangement similaire. Puis, lorsque Sayaka s’était enfin calmée et avait retrouvé ses esprits, elle avait fait glisser l’étui à guitare de son dos et l’avait tendu à Kojou.

« Et voilà. »

Les yeux de Kojou avaient brillé lorsqu’il avait senti le poids familier de la mallette. « Loup de la Dérive des Neiges… ! »

Le chat noir aux yeux d’or avait fixé Kojou. « S’il te plaît, donne ça à Yukina. »

Kojou avait silencieusement hoché la tête en réponse, puis avait changé d’attention. « Nina ! »

« Voilà. »

Kojou, emmenant la Grande Alchimiste de Yore, était monté à bord du dirigeable blindé.

Le missile de croisière verrouillé dans le lanceur était dirigé vers l’horizon bleu et scintillant. Sans doute Yukina et son groupe se battaient-ils en ce moment même sur le ferry au-delà de cet horizon.

Kojou avait rampé dans la tête du missile de croisière.

« On compte sur toi, Justina ! »

En signe apparent de respect pour Kojou, le chevalier aux cheveux d’argent avait joint les paumes de ses mains, murmurant un seul mot en réponse.

« Nin ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire