Strike the Blood – Tome 5 – Chapitre 5 – Partie 3

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 5 : Fiesta pour les observateurs

Partie 3

« S’il vous plaît… pas plus. Ayez pitié… »

Sayaka était recroquevillée en boule sur le canapé de la salle de clinique, faiblement éclairée.

Sa chemise blanche était complètement déboutonnée, exposant presque complètement son torse maigre. Sa jupe ayant été dénudée, sa peau blanche brillait sous le clair de lune.

Sayaka avait résisté lorsque Yuuma l’avait forcée à se baisser et à enlever son soutien-gorge. Yuuma avait souri de façon charmante alors qu’elle faisait courir le bout d’un doigt sur la clavicule fine de Sayaka.

« Ahh, Sayaka, tu es si jolie. »

Eeeek, avait été la réponse silencieuse de Sayaka, qui secouait faiblement la tête tandis que tout son corps tremblait.

« Pourquoi me faites-vous cela ? » demanda Sayaka.

« Eh bien, tu vois, je suis gênée d’être la seule à être habillée comme ça, » déclara Yuuma.

Kojou, d’une voix étrange, interjeta avec un halètement. « … Non pas que l’on puisse vraiment appeler cela une tenue… »

La robe blanche que portait Yuuma était celle d’un hôpital. Le tissu qui était noué à un endroit de chaque côté, il était très proche d’un « tablier nu ». Bien sûr, elle ne portait aucun sous-vêtement. Les seules choses qui cachaient sa peau nue étaient les bandages qui couvraient tout son corps.

Yuuma ne s’était pas excusée. « Je me suis échappée d’une chambre d’hôpital. Je ne pouvais pas faire autrement. »

Puis, elle avait jeté un regard furtif sur le buste de sa blouse d’hôpital, comme si elle mettait Kojou au défi de regarder.

Cependant, l’homme n’avait pas réagi. Il était habitué à ses taquineries, elle l’avait fait plusieurs fois depuis l’école primaire.

« Désolé, Kirasaka, » s’était excusé Kojou. « Elle est comme ça depuis longtemps. »

Sayaka avait jeté un regard plein de ressentiment sur Kojou.

« … J’ai toujours trouvé étrange qu’une jolie fille comme elle soit une de tes amies proches, mais maintenant je comprends. Qui se ressemble s’assemble… ! » déclara Sayaka.

Pourquoi est-ce devenu comme ça ? pensa Kojou, en poussant un soupir léthargique.

Yuuma avait fini de retirer le soutien-gorge de Sayaka et elle s’était dirigée vers l’Écaille lustrée.

« Nous n’avons pas le temps, alors commençons le spectacle. J’emprunte ton épée, Sayaka. »

Puis, elle avait touché la lame à son propre poignet sans aucune hésitation. Kojou avait haleté.

« Yuuma !? » s’exclama Kojou.

« Aya Tokoyogi utilise la Bible noire pour effacer le pouvoir surnaturel de toute l’île d’Itogami. Les démons perdent leurs capacités et deviennent des personnes normales, la vie des homuncules et des patients gravement malades qui dépendent de sorts pour survivre sera en danger si cela continue encore longtemps, » déclara Yuuma.

Kojou avait regardé le sang frais qui coulait du poignet de Yuuma et avait murmuré. « Alors… il en va de même pour toi… »

Yuuma, la bénéficiaire de la magie de guérison, était dans le même bateau. Les graves blessures de Yuuma, presque mortelles, n’avaient été stabilisées qu’à l’aide des derniers sorts médicaux exclusifs au MAR.

« Il y a des exceptions, Kojou. Aya Tokoyogi a laissé sa propre énergie magique intacte. Ou plutôt, elle n’a pas pu effacer son propre pouvoir parce que c’est elle qui active la Bible, » continua Yuuma.

Alors que Kojou était étendu sur le lit, Yuuma s’était jetée sur lui. Les gouttes de sang qui s’écoulaient de son poignet étaient tombées dans la bouche de Kojou.

« Pour cette raison, et parce que je suis une copie d’elle, mon pouvoir est aussi intact. En ce moment, je n’ai pas le pouvoir de m’attaquer à Aya Tokoyogi, mais si tu bois mon sang…, » déclara Yuuma.

Réalisant l’objectif de Yuuma, Sayaka s’était assise avec force. « Alors il pourrait récupérer ses pouvoirs de vampire… !? Mais… »

La Bible noire ne pouvait pas annuler le pouvoir magique de Yuuma. Tout comme un vaccin était une version affaiblie d’un virus, la prise de sang par Kojou dans son propre corps pourrait bien être un catalyseur lui permettant de retrouver ses pouvoirs vampiriques.

Mais si Kojou avait déjà complètement perdu sa propre capacité surnaturelle, il serait trop tard pour qu’il puisse boire le sang de Yuuma, car rien ne se passait quand un simple être humain buvait le sang d’un autre.

Cependant, Yuuma souriait chaleureusement à ce spectateur, mal à l’aise, comme si elle essayait d’apaiser ses nerfs. « Tout va bien. Oui, peut-être qu’Aya Tokoyogi essaie d’effacer toutes les capacités surnaturelles sauf la sienne… mais Kojou est le quatrième Primogéniteur. Comprenez-vous ce que ça veut dire ? »

« … Un quatrième Primogéniteur… quelque chose qui ne devrait pas exister dans notre monde… »

Le quatrième Primogéniteur était un élément étranger à la composition même du monde. Yuuma était certaine que son corps contenait des facteurs surnaturels qui n’étaient pas sous le contrôle de la Bible noire. Tout ce que le pouvoir magique restant dans le sang de Yuuma ferait, c’est servir de déclencheur pour le réveiller.

Et comme pour étayer la théorie de Yuuma, les yeux de Kojou étaient devenus pourpres.

Comme une bête féroce, les crocs aiguisés et allongés de Kojou s’enfoncèrent impitoyablement dans le cou blessé de Yuuma. Yuuma enlaça doucement le dos de Kojou pendant qu’il le faisait, lui faisant fermer les yeux de satisfaction. Les lèvres fermes de Yuuma laissèrent échapper un frêle, doux et charmant soupir.

Alors que Sayaka était sous le choc à la vue de Kojou et Yuuma s’enlaçant, elle avait haleté et elle avait partiellement retrouvé ses sens.

« Attendez une seconde. Alors, quel était l’intérêt de me déshabiller… ? » demanda Sayaka.

« C’est… »

Yuuma était au milieu d’un sourire douloureux quand elle avait violemment craché du sang.

Ses forces étant épuisées, elle s’était effondrée à ce moment-là. Ce n’est que maintenant que Kojou avait réalisé à quel point elle s’était forcée à aller aussi loin.

« Yuuma, tu… ! »

Elle avait utilisé autant de sorts de guérison et d’amélioration que possible pour forcer son corps, qui avait besoin d’un repos absolu, à bouger — tout cela pour sauver du danger Kojou. Tout cela pour offrir son propre sang à Kojou.

Yuuma avait parlé d’une voix faible et hésitante. « Désolée, Kojou… le reste dépend de toi. On dirait que j’ai enfin atteint mes limites… »

Kojou avait mordu sa lèvre ensanglantée et avait hoché la tête.

« … Je m’en occupe. T’ai-je déjà laissé tomber quand tu m’as envoyé une passe ? » demanda Kojou.

Kojou avait fermement appuyé sa propre paume sur celle de Yuuma et l’avait fortement saisie.

La colère s’était emparée de Kojou, emplissant son corps — la colère contre la folie du destin qui avait fait subir cela à Yuuma et la colère contre lui-même pour avoir été incapable de la protéger.

L’énergie magique que Yuuma avait fournie par son sang aurait sûrement dû faire renaître le pouvoir du quatrième primogéniteur, volé par la Bible noire. La Bible noire n’avait plus d’emprise sur lui. Mais ce n’était pas suffisant. Elle n’était pas assez puissante pour dissiper la colère de Kojou. Il avait besoin de plus de sang — .

« Kirasaka — ! »

Sayaka, nue à l’exception de sa chemise blanche, avait frémi alors que tout son corps se figeait.

« O-oui !? »

Kojou, son corps encore blessé, s’était levé, avait attrapé Sayaka et l’avait tirée tout près. Son ton était peut-être fort, mais les mains avec lesquelles il la touchait étaient tendres. Sa prise était douce, comme pour ne pas effrayer Sayaka quant à sa peur des hommes, la manipulant aussi délicatement que de la porcelaine fine — mais toujours très audacieux là où ça comptait.

Une telle manœuvre était clairement différente du Kojou normal, si peu habitué avec les femmes.

Peut-être qu’un souvenir d’un précédent quatrième Primogéniteur qui dormait dans son sang avait influencé son comportement d’une manière ou d’une autre.

« Attends un peu. Je — Je ne suis pas émotionnellement préparée pour… Je n’ai même pas pris de douche, et Yuuma regarde… aah !? » s’exclama Sayaka.

Malgré les excuses désespérées de Sayaka, sa résistance avait été bien plus faible que ses paroles.

Le bout des doigts de Kojou avait touché la chair sans défense de Sayaka. La force avait été drainée de tout son corps.

Kojou avait doucement enfoncé ses crocs dans la peau pâle de Sayaka.

« A-Aie ! Pas… là… Je ne suis pas… nn ! »

Bien qu’elle ait d’abord gémi de douleur, elle avait elle aussi poussé un frêle soupir, ce qui avait permis à Kojou de supporter tout son poids.

C’était la deuxième fois que Kojou goûtait à son sang, mais sa réaction était celle d’une innocente vierge. Cela lui convenait parfaitement. Le corps du quatrième Primogéniteur aimait beaucoup son sang de puissant médium spirituel.

Kojou avait murmuré à l’oreille de Sayaka, les yeux fermés.

« … ne laisserai personne… »

Sayaka, la chair pâle et les yeux humides, se retourna vers Kojou.

« K-Kojou Akatsuki ? »

« Je ne laisserai personne d’autre mourir, Kirasaka. »

La réponse de Sayaka avait été directe, voire flatteuse. « … Je sais. »

Kojou continua à l’enlacer en posant une main sur sa poitrine. La blessure du gardien d’Aya Tokoyogi qui l’avait empalé était déjà complètement guérie.

Cependant, la blessure sur le côté droit de sa poitrine était présente.

C’était le coup perforant de l’arme de Yukina. Les blessures infligées par cette lance ne pouvaient donc pas être soignées, même par la puissance du quatrième Primogéniteur — ?

Mais quelqu’un à l’intérieur de Kojou avait eu une réponse… :

Oui, c’est vrai. Mais c’est aussi une erreur. Tu ne vois que la chair. Parce que tu ne vois que la chair, elle te fait défaut. Les vampires sont au-delà des limites de la vie et de la mort. Ils sont à cheval sur la frontière entre l’existence et la non-existence. Tu n’as qu’à retourner dans la brume du chaos primordial d’où ont émergé toutes choses, saintes et impies, vivantes et mortes — .

Sayaka était sous le choc. Une brume argentée était apparue autour de Kojou, l’enveloppant.

« Kojou Akatsuki, que… es-tu… ? » demanda Sayaka.

Le corps physique de Kojou se transforma partiellement en la brume argentée dont il était entouré. Finalement, alors que le brouillard recouvrait Kojou, Yuuma blessée, et aussi Sayaka, elles semblaient s’y fondre…

Maintenant, Kojou avait compris.

« J’ai compris… alors c’est comme ça, Avrora… C’est le numéro quatre, n’est-ce pas ? »

Le vassal bestial numéro quatre avait déjà été réveillé depuis le moment où il avait été empalé par la lance de Yukina. Et étant apparu pour sauver le corps physique de Kojou de l’anéantissement, il s’était mis en colère, le laissant coincé de cette manière.

Le sentiment de fatigue qu’il ressentait était le même que lorsqu’il avait utilisé ses pouvoirs vampiriques pour invoquer plusieurs vassaux bestiaux en même temps. La blessure non cicatrisée dans la poitrine de Kojou était elle-même le quatrième vassal bestial du Primogéniteur.

Kojou avait solennellement haussé la voix. « Kojou Akatsuki, héritier de la lignée du sang de Kaleid, te libère de tes liens… ! »

La brume qui l’enveloppait s’était alors encore plus épaissie. Kojou lui-même se transforma en brume.

« Viens, Vassal bestial numéro quatre, Natra Cinereus — ! »

Finalement, la brume avait recouvert tout le bâtiment, les contours du monde entier étaient devenus flous. Le chaos argenté avait effacé les bâtiments, les gens, l’air lui-même — tout.

Les yeux de Sayaka s’ouvrirent en grand quand elle regarda au-dessus d’elle.

« Un vassal bestial… de brume… !? »

L’ombre d’un vassal bestial géant flottait dans l’épaisse brume argentée. Le corps tout entier de la créature était recouvert d’une carapace grise, son armure épaisse et sinistre en faisait une véritable forteresse mobile. Cependant, la seule chose qui sortait des interstices de la carapace était la même brume argentée et épaisse.

La bête écaillée avec un corps de brume ressemblait à un fantôme —

Le monde enveloppé d’une brume argentée avait frémi à la suite du rugissement du monstre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire