Strike the Blood – Tome 5 – Épilogue

Bannière de Strike the Blood ***

Épilogue

***

Épilogue

Partie 1

Au centre même de l’île d’Itogami, il y avait un petit musée à l’intérieur du bâtiment appelé Porte de la Clef de Voûte.

Son nom propre était le Musée du Sanctuaire des Démons. L’installation servait de vitrine pour les fruits des travaux scientifiques du Sanctuaire des Démons de l’île d’Itogami, orientés vers les touristes. On y vendait des photos de Senra Itogami, conceptrice de l’île artificielle, et des maquettes de l’île elle-même, des emballages de produits commerciaux développés dans le Sanctuaire des Démons, des répliques d’équipements de la Garde de l’île et de célèbres dispositifs de sorciers, etc. — l’abondance de biens rares que l’on ne verrait jamais sur le continent en avait fait l’une des attractions touristiques les plus célèbres de l’île d’Itogami.

Mais il y avait une section qui n’était pas ouverte au public.

Dans un coin du musée, il y avait une seule lance vieillie dans une vitrine en verre. Au-dessus et en dessous de l’arme complète se trouvait une variété de grosses pointes de lance. La lance présentait un dessin étrange, comme si deux lances plus courtes avaient été enfoncées l’une dans l’autre pour former celle-ci.

La vitrine n’indiquait pas le nom de l’objet ni son historique. Sécurisée par plusieurs fils solides, c’était comme si l’arme enfermée dans le musée avait été scellée par quelqu’un.

Un homme jeune et tout seul avait levé les yeux vers cette lance.

Le jeune homme portait des lunettes et affichait un air calme et intellectuel. Il avait une menotte grise autour de son avant-bras gauche. Cela prouvait qu’il était le dernier de ceux qui s’étaient échappés de la Barrière pénitentiaire.

« … Il semblerait que le brouillard se soit levé. »

Alors qu’il regardait son propre reflet dans la vitrine, le jeune homme avait doucement ouvert la bouche, presque comme s’il se parlait à lui-même.

Une lycéenne en uniforme était alors apparue, comme si elle répondait à son appel.

Elle portait également des lunettes et transportait des livres sous un bras. Ce n’était pas des grimoires, c’était tous des ouvrages littéraires achetés dans une librairie. La jeune fille avait un air plutôt adulte et ressemblait à une lectrice passionnée.

La jeune fille avait parlé avec un faible soupir mêlé. « Oui. Le phénomène de brume qui s’est produit en pleine nuit n’a fait aucune victime. Les dégâts causés aux matériaux à la suite de la perte de la magie sont bien dans les limites des spécifications d’autoréparation, bien qu’il ne fasse aucun doute que les responsables de la Corporation de Management du Gigaflotteur poursuivront leurs inspections et contre-mesures jusque tard dans la nuit. »

Le jeune homme avait écouté sa réponse avec un sourire agréable et satisfait.

« Cela fait un moment, Shizuka. »

« En effet… »

La jeune fille avait regardé en entier la silhouette du jeune homme, alors qu’une expression lui était venue, quelque chose semblait l’avoir quelque peu perturbée. Elle ressemblait à une personne chargée de faire respecter les normes scolaires qui avait trouvé quelqu’un qui violait la politique.

« J’ai pensé que vous pourriez venir ici. »

« La sécurité de la salle du musée était après tout en panne, alors que normalement je n’aurais jamais pu entrer aussi facilement… Je suppose que je devrais remercier Aya Tokoyogi pour cela. »

« Vous dites cela même si vous l’avez utilisée en sachant que ce serait le résultat, » l’avait réprimandé la fille.

Le jeune homme avait fait semblant de ne pas l’entendre en déplaçant son regard vers la vitrine.

« Une lance jumelle de type zéro, Fangzahn — vous avez été négligente de la laisser dans le Sanctuaire des Démons comme ça. »

« … Ce n’est pas comme si nous pouvions l’enlever, et c’était, en tout cas, une expérience ratée. »

« Certainement. Dans un sens, c’est une arme qui me convient bien. »

Une fois qu’il avait dit cela, le jeune homme avait souri. Pendant qu’il faisait cela, la menotte sur son poignet gauche avait émis une lueur métallique.

La menotte était liée à une seule chaîne brisée. Grâce au contrôle spatial de Natsuki Minamiya, directrice de la Barrière pénitentiaire, elle était déjà reliée à l’intérieur de la prison. Si Natsuki retrouvait sa magie, la Barrière pénitentiaire se réactiverait et les évadés de la prison seraient à nouveau traînés dans la prison de l’autre monde.

« Il semblerait que Natsuki Minamiya ait retrouvé son pouvoir magique, » déclara la jeune fille.

Le jeune homme acquiesça doucement et il tendit la main vers la vitrine.

« … Tout à fait. Cependant, il est trop tard. »

La lance laquée de noire exposée avait alors émis une lueur résonnante. Cette lueur gris-blanc était la lumière de l’effet d’oscillation divine qui annulait le pouvoir magique et pouvait traverser n’importe quelle barrière.

La menotte du jeune homme s’était alors brisée, tombant en morceaux sur le sol.

Les fils qui maintenaient la lance immobile avaient été arrachés, brisant à leur tour la vitrine d’exposition. Alors que la gravité entraînait l’arme vers le bas, le jeune homme l’avait saisie en plein vol. On aurait dit que la lance s’était envolée dans ses mains de son plein gré.

Maintenant armé, il avait fait tournoyer la lance. Le geste était d’une grande dextérité, comme s’il testait un engin auquel il était parfaitement habitué. Satisfait, il se retourna et se mit à marcher, semblant avoir perdu tout intérêt pour le musée.

« Où comptez-vous aller maintenant, Meiga Itogami ? » demanda la fille derrière le sorcier.

Le jeune homme s’était arrêté là où il se tenait, regardant en arrière avec amusement.

« Oh mon Dieu — allez-vous m’arrêter, Paper Noise ? » demanda-t-il.

Il l’avait dit avec désinvolture, et non par raillerie, la jeune fille avait incliné la tête dans un mouvement de taquinerie.

« … Je m’abstiendrai. Après tout, je ne pense pas que mon pouvoir puisse vous arrêter sans vous tuer maintenant que vous maniez le Loup de l’Enfer. De plus, vous laisser partir n’apporte aucun mal à l’Organisation du Roi Lion. »

Le jeune homme sourit doucement, bien que ses yeux soient remplis d’une lumière sombre que même ses lunettes ne pouvaient dissimuler.

« Je vois. Une sage décision, Shizuka. Eh bien, alors… »

La vue du jeune homme portant la lance s’était fondue dans l’horizon de l’aube et avait disparu.

Alors qu’elle le regardait partir, un sourire silencieux se dessinait encore sur ses belles lèvres.

***

La deuxième nuit du festival de la Veillée Funèbre approchait à grands pas.

Toutes sortes d’événements étaient prévus pour le lendemain et le dernier jour, mais en pratique, cette nuit-là serait l’événement principal : le grand feu d’artifice qui était le point culminant du festival.

Huit mille feux d’artifice seront lancés dans le ciel. Spécialement conçus par l’alchimie du Sanctuaire des Démons, ces feux d’artifice spéciaux avaient attiré l’attention tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

La scène du spectacle, la côte du quartier portuaire de l’île de l’Est, était animée par un grand nombre de jeunes gens en tenues, dont beaucoup s’alignaient sur les toits.

C’était une scène à peine croyable pour ceux qui avaient engagé les évadés de la Barrière pénitentiaire dans un combat meurtrier à peine vingt-quatre heures auparavant.

« Elle est belle… Kojou Akatsuki a bien amené une vraie poupée avec lui… »

« Bon sang… est-ce un mannequin ? De longues jambes… Mince… De gros seins… »

« Apparemment, ils se connaissaient au collège avant son transfert… Merde, pourquoi a-t-il toute la chance… !? »

Sayaka, qui suivait Yukina et Kojou sur le chemin des feux d’artifice, les avait accompagnés jusqu’au lieu de rendez-vous. Elle ne savait absolument pas pourquoi elle était maintenant entourée d’un groupe de garçons qui ne lui étaient pas familiers.

« Euh… ah, euh… attendez… ? »

Il s’agissait pour la plupart de lycéens dans la même classe que Kojou Akatsuki. Elle était dégoûtée par eux, mais ils étaient néanmoins assez inoffensifs. Ils sifflaient pratiquement comme des serpents pour dire que le beau visage de Sayaka faisait désormais partie du cercle social de Kojou.

« Qu… qu’est-ce que c’est ? H-hey… sauve-moi, Kojou Akatsuki ! Gyaaah — ! »

Le cri angoissé de Sayaka avait fait s’évaporer son humeur festive dans l’air.

Asagi observait depuis l’ombre d’un buste en bronze, souriant ironiquement en regardant Sayaka qui cherchait désespérément à s’échapper.

« Keh-keh-keh… comme je l’avais prévu. C’est ce qu’on obtient quand on amène une fille comme ça en public à un festival avec des garçons de notre classe. »

Ne le prends pas personnellement, Kirasaka, s’était dit Asagi avec un sourire plutôt méchant.

Motoki Yaze, habillé en tenue d’été décontracté et regardant Asagi de dos, affaissa ses épaules d’exaspération.

« Whoa… Je pensais que quelque chose n’allait pas quand tu as soudainement dit “Allons tous regarder le feu d’artifice”, mais ce plan est totalement diabolique. Tu es tombé du côté obscur, Asagi. »

Rin Tsukishima avait rétréci ses yeux pétillants. « Même Asagi, socialement maladroite, est devenue assez débrouillarde, n’est-ce pas ? On peut aussi remercier Akatsuki, non ? »

« Oh, taisez-vous, » souffla Asagi, en gonflant ses joues.

« À quel point pensez-vous que j’ai souffert de ce festival ? Il faut que je me venge au moins un peu, » déclara Asagi.

Les deux mains serrées d’Asagi tremblaient pendant qu’elle parlait.

Entre la mystérieuse disparition de la magie et l’irréelle transformation en brume de l’île artificielle, Asagi n’avait pas eu un seul temps de sommeil jusqu’à cet après-midi. Avant cela, elle fuyait un des évadés pour sauver sa vie. Même si je souhaite au moins un bon souvenir de printemps avant la fin, je n’en aurai probablement pas, s’était-elle dit.

Si j’avais aussi pu faire sortir Yukina Himeragi du tableau, ce serait parfait — mais je suppose que c’est bon. C’est déjà l’heure de la deuxième étape, se dit Asagi en tentant d’attraper son téléphone portable.

Elle avait déjà appelé Nagisa Akatsuki et ses amies pour rencontrer Yukina. Elle avait comploté pour profiter de l’occasion pour éloigner discrètement Kojou et disparaître dans la foule avec lui.

Mais à ce moment, l’expression d’Asagi s’était figée. Un objet rouge se dirigeait vers elle à travers la congestion.

La voix de Lydianne Didier était assez forte sur le haut-parleur extérieur.

« Ohh, Impératrice ! Quel hasard de vous rencontrer dans un tel endroit ! »

Le blindage du char à quatre pattes s’était ouvert, et la pirate informatique rousse de l’école primaire, vêtue d’un costume de pilote qui ressemblait à un maillot de bain d’école, avait sorti la tête.

Tandis que Lydianne la montrait du doigt, Asagi cria comme si sa voix avait été brisée.

« Qu… qu’est-ce que tu fais ici, Tanker !? »

Lydianne avait sorti sa langue de façon taquine.

« Vous avez écrit : “Plus on est de fous, plus on rit”, alors je ne pensais pas que cela posait problème que je me joigne à la mêlée. »

« Ahg ! Toi, tu as jeté un coup d’œil à mon e-mail !? »

« Non, non, c’était un simple accident. Ce n’était pas crypté ou quoi que ce soit. Oopsie... »

« Ne m’oublie pas ! Quoi, tu dis que j’aurais dû mettre un cryptage quantique sur une invitation à un feu d’artifice de festival !? » demanda-t-elle.

Rin et Yaze avaient dit, en mélangeant des tons de pitié à leurs sourires douloureux. « … C’est donc cela qui signifie être frappé par son propre jeu ? »

« N’est-ce pas plutôt… ce qui se passe quand on en fait trop ? »

Avec un mélange de pensées et de sentiments divers, le festival s’était poursuivi dans la nuit.

***

Partie 2

Kojou et Yukina marchaient dans une rue latérale légèrement éloignée du lieu de rencontre.

Tous deux étaient en vêtements de ville, mais pas en yukata. Sayaka voulait faire entrer Yukina dans un yukata, mais cela rendait la marche avec une lance plutôt inconfortable, alors elle avait refusé.

En parlant de Sayaka, ils avaient cessé d’être capables d’entendre ses cris peu de temps auparavant.

Kojou avait jeté un regard inquiet derrière lui en marmonnant. « Bon sang, Kirasaka va-t-elle s’en sortir… ? »

Bien sûr, Kojou ne pensait pas que ses camarades de classe pouvaient faire beaucoup de mal à une danseuse de guerre chamanique de l’Organisation du Roi Lion.

Il était plus préoccupé par le fait que Sayaka puisse essuyer le sol avec les écoliers par pur ennui.

Yukina avait lancé un regard semblable à celui de Kojou et avait poussé un soupir.

« J’aimerais dire qu’elle est bien quand elle ne se force pas, mais elle s’est forcée quand elle a dit qu’elle devait te surveiller… Sayaka n’est pas très douée avec les foules. »

« Et elle est censée être en pause. Je me sens mal de l’avoir emmitouflée là-dedans, » déclara Kojou.

On ne croirait pas qu’elle a autant de faiblesses, soupira Kojou, compatissant avec un sourire tendu.

Mais c’est un fait qu’elle l’avait sauvé plus d’une fois ces derniers jours : des duels meurtriers avec les sœurs Meyer et l’un des prisonniers évadés et le traitement des blessures de Kojou alors qu’il était au bord de la mort. Elle avait également fait de gros efforts pour que Kojou puisse boire son sang.

Le visage de Kojou rougissait alors qu’il se rappelait inconsciemment ce que ses efforts avaient précisément impliqué.

Yukina lui avait jeté un regard glacial, c’était comme si elle avait jeté un coup d’œil dans l’esprit de Kojou au pire moment possible.

« Je suppose que oui… Il semble que toi et elle, vous avez traversé beaucoup de choses la nuit dernière, » déclara-t-elle.

Le souffle de Kojou s’était arrêté devant le déplaisir flagrant que lui inspirait son ton. Euh…

Il s’attendait avec optimisme à ce qu’elle ne remarque rien s’il ne disait rien, mais apparemment, elle avait compris qu’il avait goûté le sang de Sayaka et de Yuuma.

« Je me demande si Kirasaka est vraiment fâchée contre moi… C’est plus qu’assez pour la mettre en colère…, » Kojou marmonna à lui-même, légèrement agacé.

Yukina regardait le côté du visage de Kojou quand elle avait cligné des yeux plusieurs fois. Elle avait l’air de ne pas pouvoir croire qu’il pensait vraiment ce qu’il avait dit.

Yukina avait poussé un petit soupir comme si elle sympathisait avec Sayaka.

« Je ne crois pas que ce soit le cas… mais sois un peu gentil avec elle, Senpai, » déclara Yukina.

Le mécontentement s’était dissipé sur le visage chaleureusement souriant de Yukina.

Les deux individus s’étaient rendus à pied dans un coin isolé du quartier du port, largement dépourvu de population.

Ils étaient loin des points de vue pour le spectacle des feux d’artifice, avec l’éclairage des rues au niveau minimum nécessaire, ce n’était pas du tout un endroit où les gens normaux se trouveraient.

Les deux individus s’étaient glissés dans les espaces entre les conteneurs d’expédition empilés et ils étaient arrivés sur une falaise.

Il semblait que c’était un endroit où les cargos pouvaient jeter l’ancre, mais l’île d’Itogami recevait peu de visites de cargos à cette époque de l’année. Grâce à cela, la vue était assez splendide, la mer couvrait tout le champ de vision.

Kojou avait sorti son téléphone portable pour vérifier quelque chose, se sentant légèrement mal à l’aise.

« C’est donc là que nous devions nous retrouver… ? » demanda Kojou.

Soudain, le monde avait été baigné dans une lumière nouvelle.

Avec un retard momentané, un boom ultérieur avait fait frémir la peau de Kojou et de Yukina. Feux d’artifice. Le ciel nocturne s’épanouissait avec des fleurs de feu.

Yukina regarda vers le haut, laissant échapper un petit soupir.

« Ah… »

Ses deux yeux grands ouverts contenaient un scintillement comme celui d’un enfant innocent. Le ciel était vaste, les feux d’artifice étaient proches. Tout leur champ de vision était inondé de lumière.

À un moment donné, une très jeune fille était venue se mettre à côté d’eux. Elle était petite, avec une robe extravagante, ressemblant à une poupée. Elle tenait son nez haut, fière en quelque sorte des expressions remuantes que portaient Kojou et Yukina.

« C’est bien et loin du chemin, n’est-ce pas ? D’habitude, je me réserve cette place, mais je fais une exception pour vous deux, juste pour cette fois, » déclara la petite fille.

« Natsuki… »

Natsuki, toujours minuscule, fixait Kojou avec une apparente insatisfaction.

« N’appelle pas ton professeur principal par son prénom ! Bien que je te permette de m’appeler Sana. »

Kojou avait gémi alors qu’il s’agenouillait, épuisé.

« Tu as vraiment aimé ce surnom, hein ? »

Sans le prévoir, son regard était maintenant à la même hauteur que celui de Natsuki.

Natsuki avait entendu dire qu’ils allaient regarder le feu d’artifice et donc, elle les avait contactés, leur disant de venir à cet endroit. C’était peut-être sa façon de récompenser Kojou et Yukina pour avoir été impliqués dans l’incident précédent.

Kojou avait attendu une pause dans le feu d’artifice avant de demander. « Retournes-tu à la Barrière pénitentiaire, Natsuki ? »

La Barrière pénitentiaire était un rêve de sa directrice, Natsuki. Pour la refermer, elle devait s’enfermer dans un autre monde et retourner dormir une fois de plus.

Elle ne serait en contact direct avec personne, elle ne vieillirait pas, elle serait toute seule.

C’est le prix qu’elle avait payé pour son pacte de sorcière.

Natsuki avait regardé dans les yeux de Kojou pendant qu’elle parlait.

« Il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Nous nous reverrons bien assez tôt. »

La Natsuki que Kojou et Yukina avaient vue était une illusion magique tandis que la vraie Natsuki continuait à dormir. Nul doute qu’ils allaient bientôt rencontrer l’illusion de Natsuki. Ils seraient capables de lui parler. Mais ils ne rencontreraient plus jamais la vraie Natsuki. Du moins, pas avant que quelqu’un ne la libère de la Barrière pénitentiaire.

Peut-être que ce sera mon travail en tant que quatrième Primogéniteur, se dit Kojou.

Mais Kojou ne pouvait rien faire comme il était.

Kojou ne pouvait cacher sa nature vampirique et aller à l’école comme un garçon normal que parce que Natsuki tirait les ficelles en coulisses. Il s’était toujours demandé comment une « simple enseignante » comme elle pouvait faire quelque chose comme ça. Mais maintenant il comprenait pourquoi : parce qu’elle était la gardienne de la Barrière pénitentiaire. Si Kojou devenait un ennemi de l’île d’Itogami, Natsuki Minamiya l’arrêterait, non pas en tant que professeur d’anglais à l’Académie Saikai, mais en tant que gardienne de la Barrière pénitentiaire — la Sorcière du Vide.

Même le vampire le plus puissant du monde ne pourrait pas s’échapper de la prison. C’est précisément parce que Natsuki détenait le pouvoir de s’opposer à Kojou qu’elle avait été autorisée à le laisser en liberté.

En d’autres termes, Natsuki était le garant de la liberté dont jouissait Kojou en ce moment. En tant qu’enseignante, elle avait protégé Kojou, son élève, pendant tout ce temps.

C’est pourquoi Kojou ne pouvait pas simplement sortir et dire : OK, Natsuki, arrête d’être la gardienne de la Barrière pénitentiaire. Tant qu’il était celui qui était protégé, Kojou n’avait pas le droit de dire une telle chose. Pas encore.

Oui — pas encore.

Natsuki avait déclaré avec son ton hautain habituel. « Les cours normaux reprendront à la première heure la semaine prochaine. Ne vous avisez pas d’être en retard. »

C’était cette normalité qui avait permis à Kojou de sourire et de répondre comme d’habitude.

« Compris, Natsuki. »

« Ne m’appelle pas Natsuki. »

Sa minuscule paume avait frappé le bout du nez de Kojou, le faisant japper en tombant.

En se retournant, Kojou avait senti que quelqu’un l’enlacer doucement par-derrière. Il pensait que Yukina était venue à son secours, mais ce n’était pas le cas.

Une jeune fille à l’air vif, avec un petit bob, soutenait le dos de Kojou en souriant. Elle portait la même tenue que celle qu’elle portait à son arrivée sur l’île d’Itogami.

Kojou avait jeté un regard de surprise à son amie très proche, Yuuma Tokoyogi.

« Yuuma… !? Est-ce que tes blessures vont bien !? »

Même si elle avait retrouvé son gardien, les dommages causés à l’esprit et au corps de Yuuma étaient importants, il avait entendu dire qu’elle devrait rester à l’hôpital pendant un certain temps.

« La sorcière de… euh, Mme Minamiya m’a donné une permission spéciale, très temporaire. Tu ne me reverras plus pendant un certain temps, tu vois, » déclara Yuuma.

Le sourire de Yuuma présentait un soupçon de solitude. Même si elle était mineure et qu’elle avait été manipulée par sa mère, elle était toujours une membre haut placée de l’organisation criminelle LCO. Même une fois remise de ses blessures, une longue enquête policière l’attendait… mais — .

Pour une raison inconnue, Kojou s’était senti très sûr en prononçant ces mots : « Mais nous nous retrouverons. »

Sans aucun doute, Yuuma ferait l’objet d’une enquête en tant que suspecte criminelle. Cependant, il était sûr qu’ils ne la traiteraient pas trop durement. Elle avait tout simplement trop de valeur. L’amie d’enfance du quatrième Primogéniteur avait en effet une grande valeur.

Yuuma avait souri en levant les deux mains.

« Je suis sûr que nous le ferons. Probablement dans un avenir pas si lointain. »

Ils avaient alors fait un double high five. C’était une pose porte-bonheur qu’il avait fait à maintes reprises avec elle quand ils jouaient au basket ensemble. C’était un geste d’adieu bien plus approprié entre Kojou et elle que n’importe quelle poignée de main ne l’aurait été. Sensible comme toujours, pensa Kojou, en levant lui aussi les deux mains. Il se mit à taper fermement ses paumes contre les siennes.

Mais Kojou n’avait eu que de l’air. Yuuma avait brusquement esquivé son mouvement.

Alors que l’élan de Kojou le faisait dégringoler, elle avait saisi Kojou et avait pressé ses propres lèvres contre les lèvres de Kojou.

« Eh — !? »

Gelé, Kojou n’avait pas pu sortir un seul mot. Au lieu de cela, c’était Yukina qui avait haleté.

Parce que Yuuma avait continué à embrasser Kojou, même si elle avait envoyé un sourire taquin à Yukina.

« En attendant, je te laisse emprunter Kojou, Yukina. Mais le prochain tour est pour moi, » déclara Yuuma.

Ce n’est qu’une fois qu’elle avait dit cela qu’elle avait libéré Kojou. Natsuki soupira, exaspérée, et claqua des doigts. Soudainement, elle et Yuuma fondirent en l’air et disparurent. Elles étaient parties par téléportation.

Les seuls qui restent sur la falaise étaient Kojou et Yukina.

Même maintenant, d’innombrables feux d’artifice dansaient au-dessus de leurs têtes. Ils entendaient sans cesse des pops et des booms.

Cependant, tout cela semblait se dérouler dans un pays très, très lointain.

Yukina avait crié d’une voix calme. « Senpai… »

Pour une raison inconnue, elle était plus effrayante lorsque son expression était neutre.

« Attends. Il est impossible que ce soit ma faute. J’ai juste été un peu négligent, » répondit Kojou.

« Je suppose que oui. Cependant, tu étais empli d’ouvertures, n’est-ce pas, Senpai ? N’a-t-elle pas détourné ton corps l’autre jour ? » demanda Yukina.

Yukina avait laissé sa colère envers Kojou prendre le dessus. Son poing avait à peine tapé sur le sternum de Kojou, mais il l’avait senti se répercuter profondément dans sa poitrine.

« Je suis toujours si inquiète pour toi… ! Hier encore, je pensais que tu pourrais mourir ! As-tu la moindre idée de ce que j’ai ressenti ? »

« O... Ouais. Désolé. »

« Si tu le penses vraiment, alors ne fais plus rien d’étrange dans mon dos ! Sois à mes côtés et reste là ! »

Pour Yukina, qui laissait rarement transparaître ses émotions, c’était sans doute ce qu’elle ressentait vraiment.

Kojou avait réfléchi de façon logique sur ce qui s’était passé. Cette fois-ci, il avait peut-être trop inquiété Yukina. Il était sans doute préférable de se comporter et de faire comme elle l’avait dit pendant un certain temps.

Comme il ne savait pas combien de temps il allait rester dans la niche, il s’était dit qu’il ferait mieux de demander à en être sûr.

« À tes côtés… veux-tu dire jusqu’à ce que le feu d’artifice soit terminé ? » demanda Kojou.

Yukina fixa Kojou avec ses yeux assez larges pour le choquer.

« Et pour toujours après ça ! » cria-t-elle.

Euh, eh bien, c’est un peu… Kojou avait visiblement faibli. Mais il n’avait pas réussi à sortir une réfutation — pas quand il avait senti des gens s’agiter tout près d’eux.

 

 

Leurs amis se tenaient là, sous le choc, regardant Kojou et Yukina avec étonnement. Kojou n’avait pas du tout entendu leurs pas à cause de tous les feux d’artifice qui s’étaient déroulés au-dessus d’eux.

« … Yukina… !? » demanda Sayaka, le visage pâle. « “Et pour toujours après ça”… ? Ne me dis pas que tu as propo — . »

« Eh !? » répondit Yukina avec une apparente perplexité. Apparemment, Sayaka avait écouté à partir de la moitié de la discussion.

Même si Asagi, elle aussi, se balançait sur ses talons, elle avait en quelque sorte commencé à faire preuve de combativité.

« D-De penser que vous lanceriez un assaut frontal… Impressionnant… »

Le regard avec lequel elle considérait Yukina ressemblait beaucoup à celui d’un joueur de sport rencontrant un vieux rival.

Il n’est pas surprenant que Yukina ait rejeté tout cela assez violemment lorsqu’elle avait réalisé à quel point ses paroles étaient prises au sérieux.

« Ah, euh — attendez, s’il vous plaît. Ce que vous avez entendu, c’était juste moi —, » déclara Yukina.

Cependant, dès le départ, ses sentiments étant assez compliqués, alors elle avait eu beaucoup de mal à s’expliquer.

Yaze et Rin avaient observé le comportement de Yukina avec un amusement évident.

Et derrière les autres, les joues de Nagisa étaient rouges pour une raison inconnue alors qu’elle regardait Yukina.

« Yukina… c’est tellement audacieux. »

« Ce n’est pas… Je veux dire, en tant qu’observatrice de Senpai… Ce n’est pas ce que tu penses ! »

Le cri de Yukina résonnait dans le ciel nocturne. Kojou se sentait détaché de tout cela alors qu’il regardait au-dessus de lui.

De nouvelles explosions les avaient tous baignés dans des éclats de lumière.

Ici, à l’abri des regards indiscrets, le rideau final était tombé sur l’incident qui s’était produit pendant cette fête bruyante.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire