Strike the Blood – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 5

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 1 : Le calme avant la tempête

Partie 5

Au neuvième mois lunaire, quelques jours après le premier croissant de lune gonflé au-delà de la moitié de sa taille, le ciel du sud-ouest brillait de mille feux.

La nuit du sanctuaire des démons avait été longue. De nombreux démons aimaient la nuit, ainsi, dans les villes à forte population de démons de passage, les commerces proposant de la nourriture et des divertissements avaient continué à fonctionner jusqu’à l’aube ou presque.

D’autre part, un peu à l’écart de l’agitation de la ville, l’île était entourée par la mer sombre et grande ouverte couverte par la nuit, où même la lumière des néons n’arrivait pas. Les vagues rugueuses de l’océan s’écrasaient sans cesse contre les falaises de l’île artificielle, répandant des embruns froids tout autour. Une voix tordue et moqueuse résonna sur la surface de la mer, ondoyante et veloutée.

Une femme vêtue d’une tenue rouge parla.

« Comme avant, une ville horrible, ma sœur. »

Ses vêtements étaient très révélateurs, on aurait pu croire qu’elle était une danseuse d’un pays étranger. Elle portait des bas de jarretière sensationnels ainsi qu’une robe de sorcière et une longue capuche. Tous étaient teints en écarlate, comme la couleur du sang.

À en juger par son apparence, elle avait une vingtaine d’années. D’après ses vêtements, on pourrait penser qu’elle était une prostituée ou vue de dos seulement, peut-être une prêtresse. Cependant, l’atmosphère sinistre qui l’entourait ne lui rappelait qu’un seul mot : sorcière.

L’autre voix enivrante répondit à la femme écarlate par un rire. « Oui, tout à fait. »

Cette femme était en noir de jais. Elle portait un chapeau triangulaire à larges bords sur la tête, un manteau noir sur les épaules et un costume de bondage en cuir noir, dans un sens, l’air qui l’entourait était plus érotique que si elle avait été complètement nue.

Son apparence, elle aussi, ne pouvait être appelée que celle d’une sorcière.

Une sorcière écarlate et une sorcière noire.

Marchant calmement à la surface de la mer, les deux femmes avaient posé le pied sur la terre artificielle de l’île d’Itogami.

L’instant d’après, un projecteur éblouissant les éclaira brutalement.

La police antiémeute, bien armée, était fortifiée contre les falaises au bord de la route. Leurs boucliers étaient gravés de runes magiques défensives, leurs armes à feu étaient chargées de cartouches spéciales anti-démons.

C’était l’unité d’interdiction de la garde de l’île. Conformément à leur mission, ils débordaient d’expérience du combat et d’armes puissantes.

Cependant, les sorcières avaient fait sur les gardes un regard méprisant, soupirant avec un manque d’enthousiasme.

« Ils semblent peu amusés, ma sœur. »

« On pourrait penser qu’ils nous accueilleraient plus chaleureusement, en revenant après dix ans comme ça. »

Alors qu’elles parlaient avec désinvolture, les deux femmes avaient continué à marcher vers la ville. Leur comportement était assez arrogant, complètement insouciant des canons de l’arme qui les visait.

Le chef de l’escouade de la garde de l’île avait crié. Sa voix amplifiée par haut-parleur semblait faire trembler l’air très côtier.

« Attention, intrus : Vous violez la juridiction d’un sanctuaire de démons. Conformément à la loi sur les mesures spéciales de sécurité, vous êtes en état d’arrestation. Abaissez immédiatement vos sorts et suivez nos instructions. Vous avez dix secondes. C’est votre dernier avertissement. Si vous ne vous y conformez pas, nous vous arrêterons par la force. »

Les gardes avaient enlevé les sécurités de leurs armes.

Ils étaient équipés de cartouches énergétiques rituelles de gros calibre et de cartouches à puces électriques capables de même neutraliser les hommes bêtes. Un coup solide et les corps physiques de la sorcière seraient réduits en miettes.

Quoi qu’il en soit, les sourires froids et moqueurs des sorcières n’avaient pas faibli.

« Les paysans sont dans le tumulte. »

« Permettez-nous de nous amuser un peu. »

Le chef de l’équipe avait poursuivi son compte à rebours. Les deux sorcières avaient continué à marcher, même au-delà des dix secondes allouées. Après qu’une expression amère se soit momentanément emparée du chef d’équipe, il avait crié sur un ton impassible.

« Feu ! »

Des étincelles bleues se dispersèrent dans l’obscurité. Le bruit d’innombrables coups de feu s’était fondu en un seul et unique bruit de tonnerre qui avait secoué la terre. Cependant, la grêle de balles qu’ils avaient envoyée n’avait pas touché les sorcières.

Un tentacule géant avait fendu la mer et s’était avancé, leur servant de bouclier, bloquant toutes les balles qui les visaient. Les gardes étaient choqués par ce spectacle bizarre.

Le tentacule avait un diamètre d’environ cent cinquante centimètres à son point le plus épais, ils n’avaient même pas pu voir sa longueur. Il s’agissait d’un appendice translucide suggérant peut-être un céphalopode, un calmar. Se déplaçant comme des serpents, d’autres tentacules étaient entrer en jeu, dissimulant complètement les sorcières derrière eux.

« Vous vivez dans un sanctuaire de démons. Êtes-vous vraiment surpris par un familier de ce niveau ? » La sorcière écarlate avait fait un rire hautain comme pour se moquer des troupes qui semblaient prêtes à s’enfuir.

La sorcière noire avait cruellement tordu ses lèvres et secoué la tête. « C’est une demande déraisonnable, Octavia. Après tout, c’est une ville dans laquelle vit cette petite fille grossière. »

« C’est vrai, ma sœur. »

La sorcière écarlate étendit le livre qu’elle portait sous un bras. Elle appuya sa paume sur le livre. Les symboles dessinés sur lui brillèrent, libérant une immense quantité d’énergie magique.

« Qu’ils embellissent au moins de leur propre sang cette sale ville. »

Les tentacules se déplacèrent avec encore plus de force.

Les gardes avaient continué à tirer, mais naturellement, même les balles de gros calibre ne pouvaient pas pénétrer les tentacules translucides sur un mètre d’épaisseur. Le barrage s’était terminé lorsqu’ils avaient manqué de munitions.

À cet instant, les tentacules étaient passés à l’offensive.

Les tentacules, s’étendant comme des fouets géants en cuir, avaient fauché les gardes les uns après les autres.

Les boucliers n’avaient aucun sens face à une telle différence de masse. Les troupes robustes avaient été jetées à l’écart comme des quilles de bowling, la formation enveloppant les sorcières s’était complètement effondrée.

« Mais qu’est-ce que c’est que ça ? » Le chef de l’équipe avait crié avec colère.

C’était des gardes du sanctuaire des démons ayant une grande expérience du combat. Aucun familier contrôlé par un utilisateur de magie ne les avait jamais mâchés et recrachés comme ça.

Cependant, ces tentacules se trouvaient à un autre niveau. Un familier aussi puissant était bien au-delà de la capacité d’appel d’un être humain ordinaire. C’était un monstre qui rivalisait même avec les bêtes vampiriques. Il était certain que la consommation de force vitale nécessaire pour invoquer un monstre de cette taille épuiserait instantanément tout sauf un vampire immortel.

Dans un passé récent, des expériences avaient apparemment été menées pour greffer un vassal bestial à un homoncule, mais même leur corps, dont la durée de vie naturelle était bien supérieure à celle d’un humain, s’était épuisé en peu de temps.

Non — il n’y avait qu’un seul moyen. Un raccourci que l’on pourrait appeler une exception.

C’était un moyen pour quelqu’un d’acquérir un énorme pouvoir démoniaque rivalisant avec celui d’un vampire, tout en restant sous forme humaine.

Un diable pourrait accorder à une telle personne un pouvoir en échange de son âme. En d’autres termes, une sorcière — .

Un opérateur du QG de la garde de l’île avait envoyé un message d’urgence directement dans l’écouteur du chef d’équipe.

« La rune de Sort a été croisée avec la banque de données criminelles de la Corporation de Management du Gigaflotteur. Il est fort probable qu’il s’agisse des sorcières criminelles de haut rang “les sœurs Meyer” affectées à la première branche de LCO, “Philosophie”. »

La voix du chef de l’équipe avait tremblé de désespoir. « Les sœurs Meyer !? Les sorcières d’Ashdown !? »

Les sœurs Meyer étaient des criminelles internationales de la sorcellerie qui avaient mené un dangereux rituel magique dans l’état impérial d’Ashdown de la mer du Nord, et le désastre qui s’ensuivit avait anéanti une capitale provinciale en entière.

Ces mêmes sœurs étaient apparues sur l’île d’Itogami une dizaine d’années auparavant, infligeant des dommages graves et sans précédent.

Si ces sœurs sorcières étaient réapparues, les armes de l’Unité d’Interdiction étaient loin d’être suffisantes pour les combattre.

« Tout à fait exact. Il semble que vous vous souveniez encore de nous. »

« Merveilleux. Voici votre récompense. »

En regardant les gardes choqués, la sorcière noire avait levé son propre livre vers le ciel. Le sol aux pieds des troupes s’était fendu, un miasme nauséeux s’était élevé à travers la fissure.

Reprenant ses esprits, le chef de l’escouade avait tenté d’ordonner à ses hommes de se replier. Mais il était déjà trop tard. Un nouveau tentacule avait émergé de la fente à la surface du sol, déchirant les fondations en acier de l’île artificielle et entraînant les gardes vers le fond de la mer noire.

Lorsque l’assaut écrasant s’était terminé, un silence étrange s’était installé sur la route au bord de la falaise.

Tout ce qui restait à la surface du sol était deux sorcières, une écarlate et une noire.

La sorcière écarlate murmurait d’un ton ennuyé en remettant son livre sous son manteau. « Une bande pathétique. Si nous n’avions à faire qu’à eux, nous n’aurions pas du tout besoin de l’aide de la Bibliothèque. »

La sorcière noire avait hoché la tête. « Tout à fait, Octavie. »

Soulevant le bord de son chapeau triangulaire, elle avait regardé fixement la ligne d’horizon nocturne de la ville d’Itogami.

« Mais n’oublie pas. Natsuki est dans cette ville… cette abominable sorcière du néant ! »

Laissant derrière eux un plop humide, les tentacules géants retournèrent à la mer.

Les deux sorcières s’étaient à nouveau fondues dans les ténèbres, ne laissant rien derrière elles, si ce n’est la preuve de leur destruction insensée.

Minuit était passé. C’était un nouveau jour.

Il restait un jour de plus avant le début du banquet sauvage et sanglant — .

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire