Strike the Blood – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 1

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 3 : L’Île d’Exil

Partie 1

Le jour suivant : samedi…

Kojou, ayant passé la nuit sans une seule seconde de sommeil, était sorti de la station de monorail de l’île du nord avec Yukina.

Le Sanctuaire des Démons de la ville d’Itogami était une ville de recherche et développement. L’île était à l’étroit avec de grandes entreprises fabriquant des produits pharmaceutiques, des machines de précision, des matériaux de haute technologie, etc., et plusieurs agences de recherche académique bien connues.

Cet endroit, la vallée Magia de la deuxième section de l’île du Nord, était connu pour avoir une concentration particulièrement élevée d’installations de recherche à grande échelle. C’était une région d’apparence futuriste avec de fortes traces d’appartenance à une île artificielle.

« … Magus Craft ? » Kojou demanda à Yukina en levant les yeux vers la carte VOUS ÊTES ICI se trouvant devant la gare.

Yukina avait déplié une note manuscrite et vérifié deux fois.

« Oui. L’adresse que Nagisa m’a donnée pour Kanase est celle de Magus Craft Incorporated, » répondit Yukina.

« … C’est une entreprise qui fabrique des robots de nettoyage, n’est-ce pas ? » marmonna Kojou en trouvant un souvenir au fond de son esprit. Il avait certainement vu le nom sur les compacteurs de déchets pour les bâtiments, les machines à polir les tapis et les robots de nettoyage ménager.

« C’est vrai. Il s’agit d’une société connue principalement pour la fabrication d’Automates à des fins commerciales. Il y a un centre de recherche ici à Ville d’Itogami, et le père actuel de Kanase y travaille, » répondit Yukina.

« … Père actuel… ? Ah oui, Kanase vivait dans une abbaye ? » demanda Kojou.

« Oui. J’ai entendu dire qu’il a recueilli Kanase après la fermeture de l’abbaye. » Tandis que Yukina prononçait les mots, elle baissa les yeux d’un regard quelque peu contradictoire. Il ne faisait aucun doute que Yukina, une orpheline élevée par l’Agence du Roi Lion, avait de l’empathie plutôt que de la pitié pour la situation de Kanon.

Kojou s’était gratté la tête avec un regard sobre. « Normalement, on pourrait penser que c’est une bonne chose, mais… après avoir vu ça hier, je ne sais pas… »

« Je suis d’accord. Il semble y avoir un peu plus dans l’histoire, » répondit Yukina.

Yukina acquiesça d’un signe de tête face à son attitude trop sérieuse. Puis, elle avait soudain levé le visage avec une apparente inquiétude.

« As-tu parlé à… Mlle Minamiya à propos de Kanase ? » demanda Yukina.

« Pas encore. Ou plutôt, je ne peux pas encore le faire. Elle ne sait peut-être pas que la fille masquée est vraiment Kanase. Nous avons besoin d’un peu plus d’infos d’une manière ou d’une autre…, » répondit Kojou.

Le visage de Kojou se tordait d’angoisse en expirant.

Bien sûr, il ne pensait pas non plus que son propre jugement était absolument correct. Il aurait mieux valu laisser Natsuki s’occuper de prévenir d’autres dégâts. Cependant, Kojou n’était pas membre de la Garde de l’île, il n’était qu’un étudiant. Il n’était pas enclin à remettre une connaissance à la Corporation de Gestion du Gigaflotteur sans aucune idée des circonstances. Il voulait au moins parler à Kanon une fois avant.

Fait inhabituel, Yukina n’avait pas du tout essayé de gronder Kojou, elle avait simplement murmuré. « Alors, on ne peut pas faire autrement… »

« Est-ce… là où elle habite ? » demanda Kojou.

« Ce bâtiment est inscrit comme étant son adresse…, » déclara Yukina.

Arrivés enfin à destination, Kojou et Yukina passèrent un moment à se tenir silencieusement sur place.

Il s’agissait d’une structure s’élevant avec agressivité entièrement recouverte de verre réfléchissant. On aurait dit un immeuble de bureaux froid et sans vie, où personne ne vivrait. Si Kanon vivait vraiment ici, cela signifierait qu’elle ne vivait pas dans une maison, mais dans un laboratoire d’entreprise.

C’était loin d’être le pire de tous, mais ce fait ne correspondait tout simplement pas à l’image qu’ils se faisaient de Kanon. Au minimum, cela ne se prêtait guère à l’élevage d’un chaton.

Alors que Kojou et Yukina entraient dans le hall d’entrée, une jeune fille à la réception leur avait parlé. « … Bienvenue. »

« Ah… Excusez-moi, nous aimerions rencontrer Kanon Kanase qui vit à cette adresse, » déclara Kojou.

Kojou avait fait un sourire maladroit et poli lorsqu’il avait déclaré le but de sa visite.

La réceptionniste leva les yeux vers Kojou avec un regard détaché. Kojou réalisa qu’elle n’était pas humaine. C’était un robot… un Automate construit pour imiter un être humain.

« Kanon Kanase de la chambre 204 est actuellement absente, » la réceptionniste parlait de façon informative, ses doigts tapant sur un clavier pendant tout ce temps.

« Savez-vous quand elle reviendra ? » demanda Kojou.

« Je n’en sais rien, » répondit l’automate.

La réaction calme et polie de la réceptionniste avait donné à Kojou un sentiment effrayant qu’il n’arrivait pas à exprimer avec des mots.

Même si elle aussi était une construction humaine, sa nature était complètement différente d’Astarte.

Astarte était un être humain fait par des moyens artificiels, mais cette réceptionniste n’était qu’une machine prétendant être humaine. Elle ne possédait pas le libre arbitre. Comme elle s’était comportée comme un être humain, malgré cela, Kojou avait vraiment flippé. Le malaise froid qu’il ressentait correspondait bien à celui qu’il ressentait provenant de tout le bâtiment de Magus Craft Incorporated.

« M. Kensei Kanase est-il chez lui ? » Yukina avait ouvert la bouche à la place de Kojou, maintenant silencieux. Ce Kensei Kanase était sans aucun doute le tuteur de Kanon.

« Pardonnez-moi, mais vous êtes qui ? » demanda l’automate.

« Je suis Himeragi de l’Agence du Roi Lion, » Yukina avait répondu à la question de la réceptionniste avec le nom de son organisation. Cela avait un peu surpris Kojou.

Il ne s’attendait pas à ce que le nom de l’Agence du Roi Lion apparaisse dans une situation n’ayant rien à voir avec sa mission officielle, de la part de la très diligente Yukina. Et la réponse correspondante de la réceptionniste dépassait aussi un peu leurs attentes.

« … Compris. S’il vous plaît, attendez là-bas brièvement. »

Pendant que la réceptionniste parlait, elle désignait un canapé pour les invités dans le hall central.

« Qu’entend-elle par “compris” ? » demanda Kojou.

« Je n’en suis pas certaine, mais ça semble bon pour nous, » répondit Yukina.

Bien qu’un peu déconcertés, Kojou et Yukina s’étaient assis sur le canapé et avaient attendu comme on leur avait dit de faire.

Le canapé de luxe était très confortable pour s’asseoir, mais il était impossible de se détendre au milieu d’un immense hall d’entrée comme celui-ci. Kojou avait l’impression qu’ils étaient exposés.

Après une quinzaine de minutes d’attente, Kojou commençant à s’ennuyer, il avait vu quelqu’un descendre de l’ascenseur à l’arrière du hall. C’était une étrangère vêtue d’un costume rouge vin.

La femme avait des cheveux blonds ornés. Avec des talons hauts, elle était probablement plus grande que Kojou. D’un seul regard, on pouvait dire que c’était une femme élégante, sensuelle et belle. Les jambes qui émergeaient de sous sa jupe serrée possédaient des lignes corporelles envoûtantes.

« Ce n’est pas… le père de Kanase, c’est ça ? » Kojou avait rétréci les yeux dans la suspicion alors qu’il murmurait.

« Un démon enregistré, semble-t-il. » Yukina avait laissé glisser la remarque de Kojou, tête en l’air, et lui avait fait cette remarque.

La femme portait un bracelet métallique d’environ cinq centimètres de large sur son bras droit au-dessus de son costume. C’était un bracelet d’enregistrement de démon de la Corporation de Gestion du Gigaflotteur.

Ces bracelets surveillaient le corps d’un démon et empêchaient l’activation de capacités spéciales, en échange, la ville d’Itogami avait accordé aux démons la pleine citoyenneté. Tant qu’ils portaient leurs bracelets d’enregistrement de démons, ils avaient le droit de recevoir une éducation ou un emploi, au même titre qu’un être humain normal.

Mais pour Kojou et les autres habitants de ce sanctuaire de démons, un bracelet d’enregistrement n’était pas du tout rare. Ce qui attirait dans les yeux de Kojou, c’était plutôt la sensualité de la présence de la femme.

« Elle est… assez belle, hein ? » Kojou avait involontairement exprimé ses pensées à haute voix en regardant comment les seins de la femme sortaient du haut de son costume. Pendant que Kojou le faisait, Yukina l’avait regardé de côté en poussant un soupir de mécontentement.

« C’est impoli, Senpai… Ou plutôt, tes yeux indécents ont déjà l’air plutôt criminels, » déclara Yukina.

Alors que Kojou était un peu choqué par ses paroles qui allaient si loin, la femme en costume rouge s’était arrêtée devant Kojou et Yukina. Un sourire séduisant avait envahi son visage, comme si elle essayait d’ensorceler ceux qui la regardaient.

« Je suis désolée. Vous ai-je fait attendre très longtemps ? » demanda-t-elle.

« Non… Nous sommes tout à fait désolés de cette visite soudaine, » répondit Yukina, refusant d’être submergée par l’autre femme. Peut-être qu’elle avait jugé, maintenant qu’elle s’était déclarée membre de l’Agence du Roi Lion, qu’elle ne pouvait montrer aucune faiblesse. Il n’y avait pas non plus de signe qu’elle était effrayée par la différence de taille entre elle et la femme en face d’elle, qui mesurait près de deux cents centimètres de haut.

En regardant Yukina, la femme en costume rouge avait montré un peu de surpris dans ses yeux.

« Vous êtes celle du dernier…, » murmura la femme.

« Ah ? » demanda Yukina.

« Non, pardonnez-moi. Je ne pensais pas qu’une Mage d’Attaque de l’Agence du Roi Lion serait si jeune, » la femme avait continué sur un ton professionnel, secouant la tête comme si rien ne s’était passé.

« Je suis Béatrice Basler du département de recherche. Je… suppose que vous pourriez dire que je suis la secrétaire de Kensei Kanase. Qu’est-ce que vous aviez à faire avec Kanase aujourd’hui ? » demanda Béatrice.

« Je suis vraiment désolée, mais je ne peux pas le dire pour l’instant. J’aimerais lui parler en personne, » Yukina l’avait dit d’une voix dure.

La femme se faisant appeler Béatrice hocha la tête, ne montrant aucun signe d’offense. « Je comprends. Malheureusement, Kanase n’est pas là aujourd’hui. »

« Il n’est pas là ? » demanda Yukina.

« C’est vrai. Kanase est actuellement hors de l’île. Notre cabinet exploite un centre de recherche indépendant sous la juridiction du Sanctuaire du Démon. C’est là où il se trouve en ce moment, » répondit Béatrice.

« À l’extérieur de l’île d’Itogami ? Et Kan… sa fille serait avec lui ? » demanda Yukina.

« Oui. J’ai entendu quelque chose du genre, » répondit Béatrice.

Béatrice avait fait un sourire courtois en hochant la tête.

L’île d’Itogami, qui flottait sur les lignes du dragon qui traversaient l’océan Pacifique, était un site particulièrement propice à la sorcellerie. Cependant, en tant qu’île artificielle, elle avait ses limites. Les effets des vagues et des courants ne pouvaient pas être complètement annulés, et toute magie nécessitant une connexion ininterrompue à la terre ne pouvait être réalisée.

Pour remédier à ces carences, des sociétés basées hors du sanctuaire des démons avaient été autorisées à utiliser plusieurs îles inhabitées qui faisaient partie de la chaîne des îles Izu. Peut-être que l’établissement de Kensei Kanase se trouvait sur une île si inhabitée.

« Savez-vous quand ils reviendront tous les deux ? » demanda Kojou avec de la tension mêlée à sa voix. Béatrice secoua la tête avec un regard de consternation.

« Ce n’est pas clair. Je ne suis pas familier avec les détails du projet dans lequel Kanase est actuellement impliqué, donc je ne peux pas dire…, » répondit Béatrice.

« Est-ce… si… !? » s’exclama Kojou.

Voyant Kojou si déprimé, la femme avait fait un sourire agréable en parlant. « Toutefois, s’il s’agit d’une question urgente, je crois qu’il serait plus rapide que vous visitiez l’installation de recherche en personne. »

« … Nous pouvons faire ça ? » Les yeux de Kojou s’étaient ouverts en grand quand on lui avait dit ça.

« Oui, bien sûr. Un avion léger fait deux allers-retours quotidiens vers l’île, alors vous pourriez l’accompagner sans problème. Je crois que vous pouvez encore le faire avec le vol de l’après-midi, » répondit Béatrice.

« Pourriez-vous… prendre les dispositions nécessaires ? » demanda Kojou.

« Compris. Par ici, s’il vous plaît, » déclara Béatrice.

Béatrice s’en alla, faisant signe à Kojou et Yukina de la rejoindre. Alors que Kojou se levait rapidement pour la suivre, pour une raison ou une autre, Yukina murmurait à elle-même en baissant les yeux. « Avion… »

« Himeragi ? » Kojou avait regardé en réponse à ça avec un regard interrogateur.

« Non, ce n’est rien du tout, » répondit Yukina.

Yukina serra les poings en secouant la tête. Ses lèvres étaient légèrement pâles tout en tremblant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire