Strike the Blood – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 3

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 3 : Le Nalakuvera

Partie 3

Yukina et les autres étaient dans une pièce exiguë avec les fenêtres fermées.

À l’origine, il s’agissait probablement d’un entrepôt pour le stockage de denrées alimentaires et d’autres produits du genre. C’était une pièce terne, pas même meublée d’une seule chaise. Les tuyaux au plafond étaient nus et exposés, le sol était légèrement rouillé.

En ayant eu les yeux bandés lorsqu’on les avait amenés ici, elles ne connaissaient pas les conditions qui prévalaient autour d’elles. La pièce était probablement souterraine. Le léger balancement de l’édifice qu’elles avaient senti pourrait leur indiquer que c’était un transport par hélicoptère.

« Hé… Où croyez-vous que c’est ? » demanda Asagi, recroquevillée sur une caisse vide en bois, avec hésitation.

Le regard présent en ce moment sur son visage était plus dur que d’habitude, peut-être parce qu’elle se sentait responsable de l’enlèvement de Yukina et Nagisa. Mais cela ne voulait pas dire qu’elle paniquait en ce moment.

Yukina, soulagée, secoua la tête.

« Je n’en sais rien. Je crois que l’hélicoptère a volé pendant une dizaine de minutes, donc je ne pense pas que nous aurions pu aller très loin, mais…, » déclara Yukina.

En regardant cette réaction chez Yukina, Asagi avait plissé ses yeux dans une suspicion apparente.

« Vous êtes très calme, hein ? N’avez-vous pas peur ? » demanda Asagi.

« Hein ? Ah, euh… ce n’est pas vrai, mais ah, vous êtes aussi calme, Aiba, » déclara Yukina.

« Est-ce vraiment le cas ? » murmura Asagi, l’air un peu gêné en jetant un coup d’œil sur le visage de Nagisa pendant qu’elle était inconsciente.

Nagisa était encore inconsciente alors qu’elle s’accrochait à l’épaule de Yukina. Asagi avait dû penser que Nagisa s’était évanouie en raison de la peur provoquée par l’enlèvement.

Cependant, la vérité était que, comme elle tombait dans un état de panique, Yukina l’avait assommée d’un coup de poing. Bien qu’elle ne soit pas fière de ses méthodes violentes, c’était le seul moyen pour elle de protéger Nagisa dans cette situation. Elle aurait été en danger de subir une dépression mentale si Yukina l’avait laissée ainsi.

Yukina pensait que la peur de Nagisa envers les démons était vraiment anormale. C’était clairement contre nature pour un résident d’un sanctuaire des démons.

« … C’est parce que j’ai vu Nagisa comme ça. Je me disais que je devais donc rester calme, comprenez-vous, » déclara Yukina.

Comme si elle remarquait les réticences de Yukina, Asagi avait parlé avec un sourire tendu.

« Savez-vous pourquoi Kojou et sa famille ont déménagé sur l’Île d’Itogami ? » demanda Asagi.

« … Non, » répondit Yukina.

Yukina secoua lentement la tête. Kojou et sa famille avaient déménagé au Sanctuaire des Démons il y a quatre ans. Même les rapports de l’Agence du Roi Lion n’en contenaient pas la raison. Et ce, malgré le fait que tous les immigrants du sanctuaire des démons avaient fait l’objet d’une vérification approfondie de leurs antécédents…

« J’aimerais que vous gardiez ça entre nous, » déclara Asagi.

Asagi leva son index contre ses lèvres en baissant légèrement le regard. Il était rare qu’elle ait une expression franche et sérieuse.

« Nagisa a failli mourir une fois, » déclara Asagi.

« Hein ? » s’exclama Yukina.

« Il y a quatre ans, elle a été prise dans un accident de train impliquant des démons. Elle a survécu d’une façon ou d’une autre, mais ils disaient qu’elle pourrait ne jamais reprendre connaissance, et encore moins retourner à une vie normale…, » déclara Asagi.

Asagi secoua un peu la tête en parlant. Les lèvres de Yukina frémirent d’étonnement.

« Mais Nagisa ne montre aucun signe de…, » déclara Yukina.

« Ouais, je sais. Je ne connais pas moi-même les détails, mais elle semble recevoir un traitement de faveur. C’est après tout un sanctuaire de démons, » déclara Asagi.

Yukina s’était tue devant les explications d’Asagi.

Le Sanctuaire des Démons de l’Île d’Itogami était une ville savante. Des recherches avaient été effectuées sur les corps et les capacités démoniaques sur une base quotidienne, conduisant au développement de nouvelles technologies et de nouveaux produits. Et cette recherche comprenait une technologie médicale de haut niveau : une technologie médicale expérimentale, non approuvée.

« Ses blessures sont complètement cicatrisées, mais je m’attends à ce qu’elle subisse des examens réguliers, même maintenant, cela semble aussi coûter beaucoup d’argent. Je pense que cela a quelque chose à voir avec la raison pour laquelle, après le divorce de leurs parents, leur mère ne rentre pas beaucoup à la maison, » déclara Asagi.

Après avoir tant parlé, Asagi fit un grand haussement d’épaules. Elle semblait gênée d’avoir parlé d’une manière si inhabituellement sérieuse.

« C’est peut-être pour ça que Nagisa a peur des démons ? » demanda Yukina.

« Vous devriez lui demander, mais je ne serais pas choquée si c’était le cas, » déclara Asagi.

Yukina hocha la tête sans dire un mot.

Elle avait l’impression de comprendre pourquoi Kojou, ayant acquis des pouvoirs vampiriques contre sa volonté, essayait si désespérément de cacher ce fait à sa petite sœur. La vie quotidienne dont ils jouissent actuellement ne pourrait pas continuer si Nagisa apprenait que l’un de ses parents de sang était devenu lui-même un démon.

Semblant préoccupée par le silence de Yukina, Asagi avait soudain parlé sur le ton de sa voix habituelle et légère.

« Aussi, désolée. C’est ma faute si vous êtes impliquée là-dedans, » déclara Asagi.

Yukina se sentait coupable en secouant la tête. Asagi n’avait pas besoin de se sentir responsable des crimes du Front de l’Empereur de la Mort Noire. Si quelqu’un était responsable, c’était Yukina pour avoir été incapable de les protéger.

« Aiba, savez-vous pourquoi ils vous ont enlevée ? » demanda Yukina.

« Non, je ne sais pas, » répondit Asagi.

Asagi étendit les bras avec insouciance en soupirant.

« Ce n’est pas comme si je n’en avais aucune idée. Ils ont dit qu’ils avaient un travail pour moi, » déclara Asagi.

« Un travail, vous dites ? » demanda Yukina.

Yukina avait répété les mots en réponse, avec un regard vide dans les yeux alors qu’elle inclinait son cou.

« Je garde cela secret pour l’école, » déclara Asagi, en tirant un peu la langue. « Je fais quelque chose comme de la programmation à temps partiel en free-lance, vous voyez. Parfois, ce qui est demandé ressemble beaucoup à du piratage illégal. Bien sûr, je n’ai jamais eu le bras aussi tordu jusqu’à maintenant. »

« Du piratage à mi-temps, vous dites ? » demanda Yukina.

Yukina était de plus en plus confuse. Bien que Yukina soit une mage d’attaque anti-démon qualifiée au niveau national avec une connaissance approfondie de la magie rituelle, l’inconvénient de cette éducation spéciale était que sa connaissance des autres matières était inférieure à celle des autres filles du collège. Même si elle avait déjà entendu le terme piratage auparavant, elle ne pouvait pas s’imaginer les détails de façon concrète.

« C’est un travail spécial qui utilise des ordinateurs. C’est des trucs comme écrire des programmes personnalisés, envahir les réseaux d’entreprise, déchiffrer les mots de passe…, » expliqua Asagi.

« … Pourquoi le Front de l’Empereur de la Mort Noire ferait-il tout son possible pour exiger que vous fassiez un tel travail pour eux ? » demanda Yukina.

Avec la garde de l’île à leur poursuite, le Front de l’Empereur de la Mort Noire prenait vraiment un risque en enlevant une simple lycéenne comme elle. Elle ne comprenait pas pourquoi ils voulaient un seul programmeur au point de courtiser un tel danger.

« Je trouve aussi ça étrange. Ce sont bien les terroristes du Front de l’Empereur de la Mort Noire qui causaient des problèmes en Europe il y a quelques années, non ? Je me demande ce qui a attiré leur attention sur moi, » déclara Asagi.

Asagi, en utilisant son téléphone cellulaire sans réception à la place d’un miroir, avait redressé ses cheveux à l’avant qui étaient ébouriffés. Ce faisant, elle ne ressemblait en effet à rien de plus qu’une lycéenne ordinaire. Yukina ne pensait pas qu’elle était une personne d’une capacité inhabituelle au point d’attirer les yeux de Gardos. Mais…

Soudain, Gardos avait ouvert la porte et entra, parlant d’une voix très militaire. « … Vous ne semblez pas connaître votre renommée, Mademoiselle Aiba. » Asagi avait retenu son souffle et s’était retournée.

Derrière Gardos, deux hommes se tenaient debout, portant des uniformes militaires de camouflage urbain. Ils étaient probablement tous des hommes bêtes.

« Dans tous les cas, il n’y a pas un seul technicien à notre service qui ne connaisse pas votre nom. Bien sûr, même eux ne pensaient pas que la célèbre Cyber Impératrice était une si jolie jeune femme, » déclara Gardos.

« Pensez-vous que de telles flatteries creuses vont me mettre dans une atmosphère de coopération ? » Asagi parla en regardant le visage de Gardos, sans reculer.

L’officier âgé avait fait un rire satisfait en vue de sa réaction.

« Pardonnez mon impolitesse. Je ne veux pas dire par là qu’il s’agit d’une flatterie creuse, mais j’apprécie grandement votre sang-froid et votre attitude résolue. Je ne veux pas abattre des civils qui perdraient la tête dans cette situation, mais je ne voudrais pas leur confier un travail important, » déclara Gardos.

Gardos baissa les yeux vers Nagisa, encore endormie et sans réaction, tandis qu’il poursuivait sa route.

Asagi avait fait un regard mécontent en se levant.

« Si je suis la seule que vous voulez, laissez-les rentrer chez elles d’abord. Les affaires peuvent venir après, » déclara Asagi.

« Si vous insistez absolument, je me conformerai à vos exigences, mais…, » déclara Gardos.

Gardos fit un sourire doux et tendu.

« Si vous souhaitez sincèrement la sécurité de ces filles, je ne peux soutenir cette décision, » continua Gardos.

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? Sachez que si vous posez un seul doigt sur l’une d’elles…, » déclara Asagi.

« Nous sommes une bande organisée de guerriers. Aucun d’entre nous ne maltraiterait un civil comme un simple voyou, » déclara Gardos.

La voix grave et résolue de Gardos résonnait, comme pour dissiper les doutes d’Asagi.

Malgré tout, Asagi avait regardé dans les yeux de Gardos.

« Et l’homoncule que vous avez abattu dans la salle de soins ? » demanda Asagi.

« Elle était un outil de combat, comme nous, » déclara Gardos.

Parlant d’une voix complètement calme, Gardos baissa les yeux comme s’il pleurait pour Astarte. Son ton de voix respectueux contrastait avec ses paroles, mais à travers elles, on sentait ses convictions inébranlables de guerrier.

« … Puis-je vous faire confiance ? » demanda Asagi.

« Je jure sur nos camarades morts et sur l’honneur du Front de l’Empereur de la Mort Noire, » déclara Gardos.

« Très bien, alors. J’écouterai au moins ce que vous avez à dire. Allez-y, expliquez-moi, » déclara Asagi.

Prenant une grande respiration, Asagi s’était placée au sommet de la caisse en bois.

« Hmph, » dit Gardos, les lèvres doucement recourbées de satisfaction en regardant ses hommes.

Ses subordonnés avaient apporté un anneau qui reliait un document assez épais. On aurait dit des plans et un manuel d’équipement électrique.

« Vous reconnaissez ceci ? » demanda Gardos.

« “Souverän Nine” !? Où en avez-vous eu un comme ça ? » demanda Asagi.

Asagi avait émis une voix choquée en regardant le manuel en anglais.

« De quelqu’un qui sympathise avec notre cause. L’armée australienne devait l’acheter avant qu’il ne soit détourné. C’est le dernier modèle de la série de supercalculateurs qu’utilise la société de gestion de l’Île d’Itogami, n’est-ce pas ? » demanda Gardos.

« Ce que vous voulez dire, c’est qu’il faut utiliser ça pour déchiffrer les codes de commande de cette arme ancienne Nalakuvera ? » murmura Asagi d’un ton très franc.

Cette fois, c’était Gardos qui avait retenu son souffle. Nul doute, qu’il n’avait jamais imaginé qu’une personne sans lien comme Asagi serait au courant de l’existence de l’arme ancienne connue sous le nom de Nalakuvera.

« Il semblerait que nous ayons besoin d’augmenter notre évaluation sur vous de plusieurs crans. Remarquable, » déclara Gardos.

« C’est vous qui m’avez envoyé ce puzzle ennuyeux hier, n’est-ce pas ? » demanda Asagi en le regardant d’un air mécontent. Gardos acquiesça solennellement.

« Nous avons envoyé le même courriel à plus de cent cinquante pirates informatiques, mais seulement huit individus ont été capables de déchiffrer ce que vous appelez un “puzzle ennuyeux”. Parmi eux, vous seule avez produit la bonne réponse sans aucune erreur. De plus, vous l’avez terminé en moins de trois heures, un temps étonnamment court, » déclara Gardos.

« Il s’est passé beaucoup de choses ce jour-là. Je voulais m’évader de la réalité, » déclara Asagi.

S’adressant à elle-même dans une moue, Asagi avait jeté un coup d’œil de côté à Yukina pour une raison inconnue. Yukina avait cligné des yeux avec un sentiment d’égarement, détournant ses yeux à la suite d’un vague sentiment de culpabilité.

Gardos n’avait pas fait attention pendant qu’il continuait à parler.

« Nos objectifs sont la destruction immédiate de ce maudit Traité de la Terre Sainte et l’anéantissement du Premier Primogéniteur, traître de tout démon. Le pouvoir du Nalakuvera est nécessaire à la réalisation de nos objectifs, » déclara Gardos.

« Il n’y a aucune chance que je coopère après avoir entendu ça, n’est-ce pas ? Si vous réussissez avec un plan comme ça, dans le pire des cas, ça plongerait le monde entier dans la guerre ! » cria Asagi en claquant le manuel sur le sol. Un rire était sorti des lèvres de Gardos.

« C’est le monde auquel nous aspirons… mais il est certain que cela va à l’encontre de vos valeurs. Et pourtant… non, parce qu’il en est ainsi, j’espère que vous coopérerez avec nous, » déclara Gardos.

« Hein ? Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? Il n’y a aucune chance que je…, » commença Asagi.

« Savez-vous ce que c’est ? » demanda Gardos.

Pendant que Gardos parlait, l’un de ses hommes avait sorti une fine tablette PC.

L’écran affichait une ligne de texte étrangement longue. Bien qu’elle ressemblait à un sort, elle ne relevait d’aucun des rituels magiques dont Yukina était au courant. Mais elle ne pensait pas qu’il s’agissait d’une phrase dénuée de sens.

C’était une formule compliquée, décomposée en une forme que les humains pouvaient prononcer. Asagi le regarda d’un air aigre.

« Le puzzle que j’ai déchiffré… les codes de commande pour l’arme ancienne, hein ? Mais ne s’agit-il pas d’une pièce d’un puzzle plus vaste ? » demanda Asagi.

« C’est tout à fait exact. Au total, cinquante-quatre tablettes de pierre ont été excavées en même temps que le Nalakuvera. Ce n’était que l’une seul d’entre elles. Mais vous vous souvenez de ce qu’il y avait sur celui-ci, n’est-ce pas ? » demanda Gardos.

« Vous ne pouvez pas… dire ça…, » demanda Asagi.

En entendant les paroles de Gardos, le visage d’Asagi devint pâle.

Le terroriste de l’Empire du Seigneur de guerre avait l’air très heureux alors qu’il faisait un sourire glacial.

« C’est bien vrai. Le titre de cette tablette de pierre est “Les premiers mots” — la commande de démarrage du Nalakuvera, » déclara Gardos.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire