Strike the Blood – Tome 1 – Prologue

***

Prologue

***

Prologue

Partie 1

Une ville en plein été...

Cet endroit s’appelait l’Île d’Itogami et il s’agissait d’un petit affleurement flottant sur le dessus de l’océan Pacifique. Elle était entièrement artificielle, et avait été construite avec de la fibre de carbone, de la résine, du métal et de magie.

Une lune blanche flottait haut dans le ciel, mais la mer qui enveloppait la ville reflétait une lumière froide.

Il était près de minuit : c’était presque l’heure pour changer de jour.

Les fenêtres en verre des bâtiments avec leurs lumières intérieures éteintes reflétaient l’éclairage des lampadaires, leur faisant énormément ressembler à des miroirs magiques fissurés. La ville animée en face de la gare était une mer éblouissante de néons : restaurants familiaux opérant tard le soir, positionné à côté de karaoké et de dépanneurs. Les rues étaient encore pleines de jeunes en vadrouille.

Alors qu’ils riaient d’une innocente clameur, ils discutaient parfois à propos de stupides rumeurs.

Il s’agissait toujours de sujets dénués de sens, de simples distractions afin de contrer leur ennui. L’une de ses stupides rumeurs concernait une légende urbaine commune : un vampire connu comme étant le Quatrième Primogéniteur se trouvait quelque part dans cette ville.

L’homme avait parlé de ça avec un ton sérieux. Le Quatrième Primogéniteur était, semble-t-il, un être immortel et indestructible. Rejetant ses frères vampiriques, il ne désirait pas la domination, mais seulement le service des douze Vassaux Bestiales (Familiers) qui étaient l’incarnation du désastre, du sang, du carnage et de la destruction. Le vampire aurait été impitoyable et sans cœur, complètement au-delà des doctrines du monde. Selon la légende, il s’agirait d’un monstre qui aurait dévasté de nombreuses villes dans le passé.

Une femme à l’air ennuyé avait alors dit... « Oh ouais ? Quoi d’autre ? »

Il s’agissait du lieu connu comme étant le sanctuaire des démons appelé l’Île d’Itogami. Dans cette ville, les monstres n’étaient pas une rareté.

Et cela comprenait également le plus puissant vampire du monde.

***

Partie 2

Le Quatrième Primogéniteur, le sujet de ces rumeurs, avait continué à marcher sur un trottoir le menant au quartier résidentiel.

Il possédait l’apparence d’un jeune homme portant une capuche de parka blanche au-dessus de sa tête, transportant un sac tenu dans l’une de ses mains.

Il semblait avoir quinze ou seize ans. Il ressemblait à un lycéen ordinaire, ce qu’il était réellement. Ses mèches sur le front avaient une teinte assez légère, comme la fourrure d’un loup, mais même en incluant cela, rien de lui ne ressortait. Peu importe ce que vous regardiez chez lui, il ressemblait à un adolescent tout à fait ordinaire.

Ses pas étaient apathiques, mais ce n’était pas parce qu’il était fatigué. Il avait l’air d’un lycéen obligé de porter le contenu du sac, acheté au dépanneur le plus proche, pendant tout le chemin du retour.

Il y avait d’autres personnes dans les rues à part le garçon.

Il y avait une paire de jeunes femmes portant des yukatas aux couleurs vives.

Ces femmes n’étaient assurément qu’un peu plus âgées que le jeune homme. Elles avaient l’air d’étudiantes, mais elles avaient un charme bien au-delà de celui d’une lycéenne. De temps en temps, il voyait leurs visages de côtés, ainsi que leur épais maquillage dont elles avaient couvert leur visage, mais dans tous les cas, elles étaient toutes les deux assez belles.

Le jeune homme se sépara de la paire. Cependant, peut-être par manque de familiarité avec les sandales en bois qu’elles portaient, le rythme des femmes était lent. La distance entre eux s’était petit à petit rétrécie. Portée par la brise de la nuit, l’odeur du parfum féminin dérivait jusqu’à lui.

Un petit cri se fit entendre devant le jeune homme.

L’une des femmes avait trébuché sur une irrégularité de la rue, avait perdu son équilibre et était tombée au sol. L’ourlet du yukata avait été largement remonté, exposant même les cuisses de la femme alors qu’elle tombait sur ses fesses.

Le jeune homme s’était arrêté sur place et il avait regardé fixement la scène.

Cependant, ce qui attira le regard du jeune homme n’était pas l’ourlet relevé du yukata, mais plutôt l’arrière du cou des deux filles. Il regarda les interstices entre le col, les cheveux surélevés et la peau blanche et nue de leurs nuques.

Même sous les réverbères, il distinguait facilement les pâles vaisseaux sanguins.

Il s’éclaircit un peu la gorge en voyant ça, comme s’il était assailli par une puissante soif. Il avait couvert ses yeux avec sa main droite, peut-être pour cacher ses iris teintés en rouge.

Son corps avait alors dégagé une aura surnaturelle. Les filles haussèrent la voix alors qu’elles riaient, n’ayant pas encore remarqué ce qui arrivait.

« ... ! »

Un instant après, le jeune homme poussa un petit soupir en appuyant sur le bout de son propre nez. Il avait alors recommencé à marcher comme si rien ne s’était produit avant ça.

Un liquide cramoisi coulait depuis le bout des doigts. Une sensation tiède se propageait dans sa cavité buccale. Un saignement de nez.

Son sang possédait une odeur sucrée et métallique.

Alors qu’il essuyait furieusement le sang qui jaillissait de son nez, le jeune homme quitta l’endroit aussi vite que ses pieds pouvaient le faire. Derrière lui, les voix rieuses des femmes continuaient.

La lune de l’été était au-dessus de lui. Une brise de mer tiède et humide avait soufflé à travers la ville.

« ... Laisse-moi tranquille, » le jeune homme marmonna sans que cela vise quelqu’un en particulier. Son saignement de nez ne s’était pas encore arrêté.

***

Partie 3

Une forêt en été...

Tard dans la nuit, des flammes illuminèrent les terres du temple. Le pâle clair de lune illuminait la salle de culte. Un courant d’air froid était présent dans l’air, assez intense pour faire oublier la saison, et il était sûrement dû à la barrière qui entourait le sanctuaire shintoïste.

Même les sons bruyants des insectes pouvaient à peine être entendus maintenant.

La fille s’agenouilla au centre de la salle de culte sans prononcer la moindre parole.

Certaines caractéristiques enfantines étaient restées chez elle, mais la jeune fille avait un très joli visage.

Son corps élancé était délicat, mais il ne donnait pas l’impression d’être fragile. Au contraire, la fille dégageait un sentiment de souple ténacité, comme une lame finement conçue. Peut-être était-ce son sérieux qui l’emportait sur tout : alors que ses lèvres se pressaient l’une contre l’autre, une forte lumière se mit à briller dans les yeux de la jeune fille.

La fille portait l’uniforme d’une école secondaire privée dans la région du Kansai.

La plupart des alma mater savaient qu’il s’agissait d’un lieu pour les traditionalistes shinto, mais peu de monde savaient qu’il s’agissait d’une branche subordonnée de l’Organisation du Roi Lion.

Trois personnes l’avaient précédée dans la salle de prière.

Un paravent de bambou obstruait la vue sur ces trois personnes.

Cependant, la fille avait été informée à l’avance de leur vraie nature. Il s’agissait des Anciens de l’Organisation du Roi Lion, connus sous le nom de « Les Trois Saints ».

Bien que chacun soit un médium ou un magicien du plus haut rang, ils étaient enveloppés d’une aura de tranquillité, comme s’il n’y avait rien de coercitif à leur égard. Ce manque en lui-même était quelque chose d’effrayant.

Inconsciemment, la fille agrippait fermement les revers de son uniforme. Et alors...

« Annoncez votre nom ! » Elle entendit une voix venant de l’autre côté des bambous. Le ton était solennel, mais il n’y avait pas de froideur présente. La voix était plus jeune qu’elle ne l’avait prévu. Il s’agissait de la voix d’une femme qui, en quelque sort, contenait la trace d’un sourire.

« Himeragi. Yukina Himeragi. » Elle avait lentement répondu à la demande. Il y avait un léger frisson dans sa voix indiquant une certaine tension en elle.

Cependant, la femme de l’autre côté de la barrière de bambou qui obstruait la vision n’en avait pas tenu compte et avait continué avec ses questions. « Votre âge ? »

« Dans quatre mois, j’aurai quinze ans, » répondit la jeune fille.

« Je vois... Yukina Himeragi. Avez-vous bien commencé votre formation il y a 7 ans ? C’était proche de votre septième anniversaire... par une nuit froide et neigeuse, vous avez été amenée à l’organisation, toute seule. Vous souvenez-vous de ce jour-là ? »

La femme derrière le rideau de bambou avait soudainement parlé d’un ton très approprié pour un monologue. Un frisson parcouru tout le long de la colonne vertébrale d’Yukina. Elle n’avait sûrement pas examiné cela d’avance, mais elle avait plutôt lu les souvenirs d’Yukina. Elle avait franchi les défenses mentales d’Yukina avec un niveau écrasant d’ESP.

« Non... J’ai seulement de vagues souvenirs de tout cela, » répondit Yukina.

Yukina secoua légèrement la tête. La femme avait sûrement remarqué que ses mots n’étaient pas véridiques.

Cependant, la femme n’en avait rien dit, continuant à la place ses questions. « Vos notes semblent bonnes. Endo vous tient en très haute estime. »

« Merci beaucoup, » répondit la jeune fille.

« Il semblerait que vous ayez travaillé plusieurs fois avec Endo, » continua la femme. « Elle est une Mage Offensive d’une rare excellence. Votre technique de défense mentale partage les mêmes particularités que la sienne. Est-ce qu’Endo vous a enseigné autre chose ? »

« Toutes les techniques pour les rituels, ainsi que les techniques de chaman, les techniques d’illusion, et l’exorcisme, » répondit la jeune fille.

« Et qu’en est-il des techniques de magie ? Cela devrait être le domaine d’expertise d’Endo... »

« J’ai eu une compréhension générale des techniques de la Chine continentale. Mais je n’ai eu que les théories de base des techniques de magie occidentale. »

« La moindre expérience dans des combats contre des démons ? »

« J’ai suivi deux entraînements intensifs à l’école de formation, impliquant des batailles simulées. Mais je n’ai actuellement aucune expérience en combat réel. »

« Qu’en est-il des arts martiaux ? » demanda la femme.

« J’ai quelques compétences quant à eux, » répondit la jeune femme.

« Vraiment ? Je l’espère vraiment. »

Elle sentit un petit rire en provenance de la femme derrière l’écran de bambou.

« ... !? »

À cet instant, Yukina bondit, sentant une explosion de soif de sang jaillir à côté d’elle. Elle avait donné un coup de pied dans le plancher, puis avait fait une roulade vers l’arrière avant de se mettre debout dans le même mouvement.

Cela n’était pas une action issue de sa pensée consciente. Son corps, sentant le danger, avait inconsciemment bougé.

Une lame déchira l’atmosphère, découpant l’espace dans lequel Yukina était assise un instant auparavant.

Si Yukina avait bougé même une fraction de seconde plus lentement, elle aurait sans doute perdu la vie. Il s’agissait d’une attaque tranchante très dangereuse utilisant une véritable lame. Deux grands samouraïs en armures étaient apparus devant elle, semblant se fondre dans l’obscurité même.

Un guerrier sans visage avait saisi une grande lame non raffinée et l’autre, un guerrier à quatre bras, brandissait des arcs à sa gauche et à sa droite.

Ils s’agissaient d’êtres sans forme physique, des shikigamis, produits par des techniques de rituels. Il s’agissait sans doute de l’acte de l’un des Trois Saints présents derrière l’écran de bambou. Mais avant qu’elle ne puisse s’occuper de ça, Yukina était passée à la contre-attaque.

« Distorsion ! » Après avoir incanté un sortilège rapide, elle concentra l’énergie rituelle dans ses paumes, les faisant claquer dans l’armure du dieu de la guerre qui l’attaquait, et ceci affecta directement ses entrailles.

Le samouraï en armure avait alors immédiatement disparu et tout ce qu’il resta de lui fut sa longue lame qu’il tenait avant ça dans ses mains.

Yukina avait alors attrapé la longue épée qui avait été utilisée comme catalyseur pour créer le shikigami puis elle l’avait utilisée pour se défendre contre les attaques du second samouraï, repoussant ainsi les projectiles. Et, au moment où son adversaire avait fini de tirer ses flèches, elle l’avait coupée en deux avec une frappe horizontale de la longue épée. Le deuxième samouraï avait alors disparu sans laisser de traces.

« Que... signifie tout cela ? » Alors qu’elle haletait légèrement, Yukina tourna la longue épée vers le panneau de bambou après avoir demandé ça.

Elle n’était pas encline à faire face à plus de shikigamis. Se sachant inférieure en termes de force physique, Yukina n’avait aucune chance de victoire dans un combat prolongé. Même si ses adversaires étaient les Anciens de l’Organisation du Roi Lion, s’ils avaient l’intention de continuer cette farce, elle devrait directement abattre les lanceurs de sorts. Tel était son jugement...

« Ha ha ha ha ha. Excellent jugement, Yukina Himeragi. Bien joué. » Elle avait entendu le rire chaleureux d’un homme avec une voix grave et gutturale.

Après ça, une voix dont elle ne pouvait pas distinguer l’âge ou le sexe se fit entendre. « Les rituels et les divinations ne sont peut-être pas son fort, mais elle excelle dans la détection spirituelle et la maîtrise de l’épée... Comme le dit le rapport, une Chamane Épéiste tout à fait classique. Je suppose que je dois d’abord dire que vous avez passé... »

« Passé... ? » demanda Yukina.

Alors qu’elle entendait les voix des Anciens au-delà de l’écran de bambou, Yukina fronça les sourcils tout en provoquant un bruit indiquant son agacement.

« Tout à fait. Habituellement, vous devrez suivre un cours de quatre mois pour devenir une Chamane Épéiste. Cependant, les circonstances ont changé. S’il vous plaît, assoyez-vous, Yukina Himeragi. » Ainsi avait déclaré la première femme qui lui avait parlé.

À contrecœur, elle obtempéra face à ses paroles, et Yukina retourna à sa position agenouillée. Elle poussa un soupir et posa la longue épée devant elle.

« Maintenant, passons aux choses sérieuses, » déclara la femme.

« Tout à fait d’accord, » répondit Yukina.

« Bonne réponse. Pour commencer, veuillez regarder ceci, » déclara la femme.

Après avoir dit ces mots, quelque chose était apparu à travers un trou dans le panneau de bambou. Il s’agissait d’un unique papillon.

Battant les ailes sans un bruit, le papillon avait atterri devant Yukina et s’était transformé en une photographie.

La personne affichée était un étudiant portant un uniforme du lycée. Quelqu’un semblait avoir secrètement pris la photo alors qu’il avait une conversation amicale avec un ami. Il affichait une expression sans défense et ouverte.

« Qui est sur la photographie ? » demanda Yukina.

« Il s’appelle Kojou Akatsuki. Est-ce que vous le connaissez ? » demanda la femme.

« Non, » répondit Yukina. Elle hocha fermement la tête. Elle ne l’avait jamais vu de toute sa vie. Ils s’attendaient sûrement à cette réponse depuis le début.

La femme avait continué avec un ton sans aucun sentiment profond. « Qu’est ce que vous pensez de lui ? »

« Hein !? » La question soudaine avait surpris Yukina. « Je ne peux pas donner une réponse précise à partir d’une simple photographie, mais il est probable que ce soit un amateur complet concernant les arts martiaux, ou un simple débutant. Il ne semble pas particulièrement avoir sur lui un fétiche dangereux, et après tout, il ne montre aucun signe d’avoir senti la présence du photographe. »

« Non, je ne dis pas ça, je vous demande ce que vous pensez de lui. En d’autres termes, est-ce qu’il vous plaît ? » demanda la femme.

« E-Excusez-moi ? Que dites-vous... ? » demanda une Yukina surprise.

« Par exemple, s’il a un bon ou un mauvais visage, si vous aimez ou n’aimez pas son apparence, etc. Qu’est-ce que vous en pensez ? » demanda la femme.

« Euh... Me feriez-vous une blague, par hasard ? » Yukina avait demandé ça en retour avec un ton maussade. Elle ne savait pas ce que les Anciens voulaient vraiment, mais elle avait détecté de la mauvaise foi dans leurs questions inappropriées. Elle tendit involontairement sa main vers la longue épée posée sur le sol.

La femme de l’autre côté de l’écran de bambou avait fait un soupir découragé face à la réaction d’Yukina avant de demander. « Eh bien ! Yukina Himeragi, avez-vous entendu parler du Quatrième Primogéniteur ? »

Yukina en eut un peu le souffle coupé face à la question encore plus abrupte qui venait de lui être posée. La plupart des Mages Offensifs du bon côté de la ligne se seraient tus pendant un moment à la simple mention de ce nom.

« Voulez-vous parler de Kaleid Blood ? Le quatrième des Primogéniteurs, dont on dit avoir à son service douze Familiers, les Douze Vassaux Bestiales..., » déclara Yukina.

« C’est correct. Un vampire séparé de tous ses frères vampiriques. Il est seul, distant et le plus puissant d’entre tous..., » la voix calme de la femme retentit dans tout le hall du culte.

Le quatrième Primogéniteur, Kaleid Blood...

Il était impossible pour quiconque, même vaguement lié aux démons, d’ignorer ce nom.

Car après tout, il s’agissait du titre du plus puissant vampire du monde.

Non que ce soit un titre autoproclamé, mais tout le monde avait reconnu qu’il s’agissait d’une vérité. Et dans tous les cas, ses ennemis n’avaient fait aucun argument contraire. C’était ce genre d’être qu’était le Quatrième Primogéniteur.

« Cependant, j’ai entendu dire que le Quatrième Primogéniteur n’existe pas. Que c’est simplement une légende urbaine, » Yukina sentit comme si la femme secouait négativement la tête face à ses paroles.

Les Primogéniteurs étaient des empereurs qui régnaient sur les clans des ténèbres. Ils étaient les plus anciens, possédant la plus vaste énergie magique, les « premiers vampires ». Chacun commandait une armée de milliers ou de dizaines de milliers de leurs frères, construisant des dominions souverains sur trois continents distincts.

« Certes, il n’y a que trois Primogéniteurs reconnus publiquement : Le “Seigneur de Guerre Perdu” qui gouverne l’Europe. Le “Fallgazer” qui domine l’Ouest de l’Asie, le “Fiancé du Chaos” qui dirige l’Amérique du Sud. En comparaison, le Quatrième Primogéniteur ne possède ni clan ni territoire, » déclara la femme.

« Effectivement. Cependant, cela est insuffisant pour réfuter l’existence du Quatrième Primogéniteur, » déclara l’homme à la voix rauque.

À son tour, la voix de l’autre aîné avait suivi les deux autres. « Vous souvenez-vous des explosions qui ont eu lieu à Tokyo au printemps de cette année ? »

« ... Hein !? » s’exclama Yukina.

« Il y a quatre ans, il y a eu l’incident du train à Rome et la disparition d’une ville en Chine. Il y avait également eu une explosion dans le tunnel sous-marin de Manhattan. En outre, un grand feu s’est produit dans la vieille ville de Sydney, » énonça la troisième personne.

« Ne voulez-vous quand même pas dire... que tout cela était les actes du Quatrième Primogéniteur ? » demanda Yukina.

L’expression d’Yukina se contracta. Les incidents auxquels les Anciens se référaient avec tant de désinvolture étaient de vils, de grands incidents terroristes avec d’énormes pertes en vies humaines. Dans chaque cas, le coupable était resté non identifié. Cependant, si ces incidents étaient l’œuvre d’un Primogéniteur, on ne pouvait que dire que c’était de la chance que le dommage n’ait pas été pire que celui-là.

« Avec toutes ces preuves circonstancielles, cela indique l’existence d’un quatrième Primogéniteur, » la première femme parla alors que Yukina pâlissait.

« Ils apparaissent toujours à des tournants dans l’histoire du monde, apportant dans leur sillage des massacres et de grandes destructions dans le monde. Cependant, ce n’est pas la seule préoccupation. L’existence même du Quatrième Primogéniteur perturbe l’ordre et la stabilité de ce monde. Comprenez-vous la raison de tout cela ? » demanda la femme.

« Tout à fait, » Yukina hocha la tête raidement.

Les vampires, une espèce possédant une haute intelligence et des caractéristiques vampiriques, n’étaient en aucun cas en conflit constant avec l’humanité.

Comme beaucoup d’entre eux préféraient vivre dans la société humaine, ils avaient pris soin d’éviter jusqu’à maintenant de devenir un ennemi de toute la race humaine.

De plus, chaque gouvernement national avait signé des traités avec les Primogéniteurs interdisant l’activité vampirique sans discernement, provoquant ce qui semblait être une coexistence pacifique en surface. Cependant, c’était le résultat d’un équilibre extrêmement précaire entre les trois Dominions.

« Dans les décennies qui ont suivi la signature du Traité du Saint-Siège ou encore Traité Sacré par les Primogéniteurs, les Primogéniteurs sont restés dans une impasse trilatérale. Constamment préoccupés par les autres Primogéniteurs, ils n’ont eu aucune force à mettre de côté pour ainsi devenir les ennemis de l’humanité, » énonça Yukina.

« Tout à fait, » répondit l’homme.

« Cependant, si un quatrième Primogéniteur se présentait avec une force égale à la leur, cet équilibre se briserait facilement. Dans le pire des cas, l’humanité serait entraînée dans une guerre à grande échelle, » déclara la femme.

« Savez-vous où se situe le Quatrième Primogéniteur ? » demanda Yukina avec une tension dans sa voix. Pour une raison inconnue, elle avait un mauvais pressentiment à ce sujet.

« Oui. Bien que cela ne soit pas encore confirmé à cent pour cent, il n’y a probablement aucune erreur, » déclara la femme.

« Et où est-il ? » demanda Yukina.

« Dans le district de Tokyo, dans la Cité d’Itogami — Le Gigaflotteur du Sanctuaire des Démons aussi connu sous le nom de District des Démons. »

Les paroles de la femme avaient stupéfait Yukina pendant un moment.

« Le Quatrième Primogéniteur est au Japon... ? » s’exclama Yukina.

« C’est pourquoi nous vous avons appelé ici aujourd’hui, Yukina Himeragi. Au nom des Trois Saints de l’Organisation du Roi Lion, nous vous assignons par la présente à la surveillance du Quatrième Primogéniteur. » Bien que calme, la femme l’avait informée d’un ton qui n’avait laissé aucune place à la dissidence.

« Je dois... surveiller le Quatrième Primogéniteur ? » demanda Yukina.

« Oui. Et, si vous déterminez que la cible de votre observation est un être dangereux, vous devez l’éliminer avec des préjugés extrêmes, » répondit la femme.

« Éliminer... ? » demanda Yukina. Yukina était toute tremblante et à court de mots.

Elle avait peur du Quatrième Primogéniteur. Elle était également anxieuse d’être chargée d’un devoir aussi important. Sa formation n’avait pas été mauvaise, mais à la fin, Yukina était seulement une apprentie. Elle n’était pas assez vaniteuse pour penser sérieusement qu’elle pouvait vaincre un Primogéniteur. En premier lieu, on disait qu’un Primogéniteur possédait la puissance militaire de toute une armée nationale, ils étaient des monstres du premier rang.

Mais, à moins que quelqu’un ne le fasse, une calamité allait frapper, et beaucoup de personnes perdraient la vie.

« Prenez ceci, Yukina Himeragi. »

La femme avait alors présenté quelque chose à travers l’espace sous l’écran en bambou surélevé.

Une flamme avait fait surgir un objet, une lance unique, brillante comme si elle flottait dans l’obscurité. Yukina connaissait bien son nom. « C’est... »

« La Lance d’Assaut Mécanique Purgeur de Démons, Modèle Sept, aussi connu sous le nom de “Schneewalzer”. Son nom est le “Loup des Congères”. »

Quand la femme avait demandé : « Alors, vous devriez la connaître, n’est-ce pas ? » Face à ça, Yukina hocha vaguement la tête.

Les Schneewalzers étaient des armes aux pouvoirs spéciaux développés par l’Organisation du Roi Lion afin de pouvoir affronter les démons. Le fer de lance, conçu avec des techniques de travail raffinées du métal, possédait une silhouette élégante ressemblant à un avion de combat à la fine pointe de la technologie. Vraiment, la lance mécanique était un nom approprié pour elle.

Cependant, puisque l’arme employait une lance ancienne inestimable comme noyau, elle ne pouvait pas être produite en masse, il avait été dit que seulement trois exemplaires existaient dans le monde entier. De toute façon, il était prudent de dire qu’elles étaient la plus puissante des armes secrètes à la disposition de l’Organisation du Roi Lion.

« Donnez-vous une telle arme... à moi ? » Alors qu’elle acceptait la lance qui lui était offerte, Yukina demanda avec une expression d’incrédulité.

Cependant, la femme avait expiré avec le cœur gros. « Contre un Primogéniteur, je préférerais avoir une arme plus puissante à vous accorder, mais il s’agit de la plus puissante des armes que nous pouvons vous fournir dans les circonstances présentes. Prenez-la, s’il vous plaît. »

« Oui, bien sûr, mais..., » alors qu’Yukina parlait, une expression perplexe avait envahi son visage.

La lance n’avait pas été tout ce qui avait été présenté à travers l’espace dans l’écran de bambou. Enveloppé dans du vinyle, il y avait aussi un ensemble d’uniformes scolaires flambant neuf, soigneusement plié et délivré en main propre. Les couleurs de base étaient le blanc et le bleu, avec un chemisier à col marin et une jupe plissée. Cela semblait être un uniforme d’été des filles pour le collège.

« Euh, qu’est-ce que c’est ? » demanda Yukina.

« Un uniforme scolaire. Il vous est fourni et il devrait correspondre à votre taille, » répondit la femme.

« Euh... Ce que je voulais dire c’est plutôt. Pourquoi un uniforme scolaire ? » demanda Yukina.

« Votre cible d’observation est un étudiant dans une école ayant cet uniforme, » répondit la femme.

« Quoi !? » Yukina était un peu confuse, incapable de comprendre ce qu’on lui disait. « ... La cible d’observation... le Quatrième Primogéniteur est un étudiant ? Hein !? »

« Académie Privé Saikai, Section Lycée, première année, classe B, siège numéro un. Tel est le statut social actuel du Quatrième Primogéniteur, Kojou Akatsuki. Donc, comme vous le voyez, nous n’avons personne qui puisse l’approcher pacifiquement, sauf une exception : vous, Yukina Himeragi. »

« Kojou Akatsuki... La personne sur cette photo est le Quatrième Primogéniteur... ? Quoi !? » Les yeux d’Yukina s’élargirent alors qu’elle regardait la photo qui avait été jetée sur le sol.

Elle sentit en quelque sorte les sourires tendus des Trois Saints à travers le paravent de bambou. C’est seulement maintenant qu’Yukina comprenait pourquoi une Chamane Épéiste inexpérimentée comme elle avait été choisie pour une mission aussi importante.

« Modifions nos ordres, Yukina Himeragi. À partir d’aujourd’hui, vous devez faire tous les efforts pour contacter et ensuite l’observer. Les formalités pour votre transfert à l’Académie Saikai ont déjà été prises en charge. Vous pouvez disposer. »

Ne laissant aucune place à une réponse à leurs paroles, les auras des Anciens derrière le panneau de bambou avaient disparu.

Yukina, maintenant la seule personne restant dans le hall de prière, avait même oublié de respirer, continuant simplement à regarder fixement la lance se trouvant dans ses mains.

Le Quatrième Primogéniteur. Transfert. Contact. Observer. Éliminer. Elle se demandait si elle serait impliquée dans une terrible catastrophe. Avec de telles pensées en tête, Yukina laissa échapper un petit soupir, morte d’inquiétudes.

Même si la divination n’était pas son fort, elle ne savait pas que son intuition avait été correcte vis-à-vis de ce qui se déroulerait sous peu...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire