Strike the Blood – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 8

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 4 : Le Bras Droit du Saint

Partie 8

Un silence sinistre s’était installé sur le niveau le plus bas de la porte Porte de la Clef de Voûte.

Eustache n’avait plus bougé. Même s’il avait repris connaissance, il était très probable qu’il n’avait pas l’intention de continuer à se battre. Sa défaite avait été assurée dès la chute d’Astarte.

La guerre sainte d’Eustache était terminée.

Malgré cela, Yukina était restée en position de combat, comme pour se prémunir contre une contre-attaque de sa part.

« ... »

Sans un mot, Kojou regarda la zone. Le niveau le plus bas de la Porte avait subi de graves dommages. Malgré tout, la clé de voûte était intacte, les câbles métalliques étaient pratiquement intacts. Ils avaient protégé l’île, même si c’était de peu.

Après l’avoir confirmé, Kojou avait rencontré les yeux de Yukina.

Il avait involontairement laissé échapper un petit sourire.

Yukina avait fait la même chose. Pourtant, en un instant, comme une fleur qui s’épanouissait timidement en hiver, son beau sourire avait inévitablement disparu de ses lèvres.

Ils avaient remporté une victoire. Cependant, cela ne signifiait pas qu’ils avaient réalisé quoi que ce soit au cours du processus.

Un grand nombre de personnes avaient été blessées. Et même maintenant, la sainte relique dormait dans la clé de voûte. Aucune des distorsions qui enveloppaient l’Île d’Itogami n’avait été résolue.

Pourtant, après avoir vu son visage souriant tout à l’heure, Kojou était quand un peu satisfait. Juste pour cela, pensa-t-il, cette bataille n’a pas été vaine.

Et, ce n’était pas comme s’il n’avait sauvé personne — .

« ... »

Kojou avait poussé un soupir peu profond en regardant une Astarte tombée au champ d’honneur.

Elle était très épuisée, mais elle était encore en vie.

Elle ne semblait pas non plus souffrir des effets significatifs de la foudre provenant du Vassal Bestial de Kojou.

Lorsqu’elle était entourée de métal, une substance qui conduit facilement l’électricité, la personne à l’intérieur n’était pas affectée par la foudre. Le phénomène était connu sous le nom de « cage de Faraday ». Il était probable que le Vassal Bestial entourant Astarte avait produit le même effet.

La jeune fille était un homoncule, avec une espérance de vie bien supérieure à celle d’un être humain.

Cependant, tant que le Vassal Bestial habitait en elle, sa durée de vie ne serait pas plus longue que quelques jours.

Mais si on pouvait faire quelque chose pour le Vassal Bestial, elle pourrait vivre plus longtemps.

L’Astarte vaincue était vêtue d’une mince robe d’hôpital.

Cependant, avec ça, elle ressemblait maintenant à une fée blessée. Il ne pouvait pas former de sentiments obscènes en la regardant, et c’était douloureux rien qu’en regardant sa forme trop frêle.

On ne peut pas faire autrement, pensa Kojou. Il s’était tourné vers Yukina.

« Himeragi, » déclara Kojou.

« Oui ? » demanda Yukina.

« Désolé. Juste une seconde, d’accord ? » demanda Kojou.

Yukina avait jeté un regard mystifié en réponse alors que Kojou s’approchait. Puis, il prononça ces mots alors qu’il l’enlaçait fortement.

Les lèvres de Yukina avaient laissé sortir un « Quoi ? » d’une petite voix.

Elle semblait dans une certaine confusion face au comportement imprévu de Kojou, mais son corps ne s’était que légèrement raidi, elle n’avait pas vraiment essayé de résister. Elle s’était penchée maladroitement vers Kojou, lui confiant le poids de son corps.

« S-Senpai…, » murmura Yukina.

Yukina semblait déconcertée alors que son corps tremblait. Elle était si douce, si chaude. Elle sentait faiblement la sueur et le sang. Tout le corps de Kojou avait absorbé toutes ces sensations, semblant convoiter tout ce qui la concernait.

Il comprenait parfaitement la raison pour laquelle Yukina était déconcertée.

Il ne s’agissait pas de savoir ce qui lui arriverait si un vampire buvait son sang. On disait que les humains ressentaient du plaisir et de l’extase suprême, alors c’était aussi simple que cela.

Le problème était de savoir si le plasma sanguin du propre corps du vampire s’écoulait de ses crocs pendant qu’ils étaient encore plantés dans le corps de l’autre personne. Ceux qui avaient reçu du sang de vampires étaient devenus des « Serviteurs de Sang ».

Cela ne voulait pas dire que c’était garanti. Cela avait probablement changé en fonction des phases de la lune, de l’état du corps humain et de la capacité à résister aux forces obscures. Cependant, si ce comportement vampirique était fait encore et encore, l’autre personne deviendrait éventuellement l’un de ces morts-vivants.

Cela signifiait vivre ensemble comme partenaires pour le reste de sa vie éternelle.

« Senpai... tu ne peux pas... Nous ne sommes pas prêts pour…, » Yukina avait essayé de réprimander Kojou, d’une voix frêle.

Mais contrairement à ce qu’avait dit Yukina, il n’y avait pas eu de résistance dans son comportement. Alors que Kojou pensait que c’était une chose plutôt mystérieuse, il avait serré Yukina avec force. Yukina avait doucement déplacé ses mains vers le dos de Kojou.

« Merci, Yukina. Je peux maintenant le faire, » déclara Kojou.

Ses pulsions vampiriques ayant été suffisamment exacerbées, Kojou avait rapidement lâché Yukina.

« Eh... ? Faire quoi ? » demanda Yukina.

Yukina avait regardé Kojou avec une expression distraite. La légère rougeur sur son visage était plutôt mignonne.

« Euh, euh... Senpai ? » demanda Yukina.

Cependant, alors que Yukina avait réagi ainsi, Kojou lui avait rapidement tourné le dos, se penchant sur l’Astarte déchue.

Kojou avait doucement ramassé la mince fille homoncule, puis il avait percé le cou exposé de la fille avec ses crocs. Il avait ensuite bu les fluides corporels de la jeune fille.

Après un long, très long silence, il avait lentement retiré ses lèvres d’Astarte.

Il n’y avait pas eu de changement dans la forme d’Astarte. Cependant, il avait sûrement terminé tout ce qu’il avait à faire.

Tenant toujours une Astarte à moitié nue, Kojou avait lâché un soupir de soulagement.

À côté de lui, Yukina était restée impressionnante d’insensibilité lorsqu’elle avait ramassé la lance d’argent.

« Senpai... qu’est-ce que tu fais ? » le ton froid dans la voix de Yukina était identique à celui de leur première rencontre.

D’une manière ou d’une autre, Kojou avait senti un refroidissement glacial dans sa colonne vertébrale alors qu’il tournait son visage vers elle.

« Je, ah, j’ai pensé que j’allais mettre son Vassal Bestial sous ma domination. C’est comme une allocation d’énergie magique, ou une location de Vassal Bestial... En d’autres termes, si le Vassal Bestial de cette fille ne draine pas directement la vie de son hôte, mais consomme plutôt ma force vitale, la durée de vie de cette fille sera beaucoup plus longue qu’elle ne l’est maintenant, n’est-ce pas ? » demanda Kojou.

« Donc tu dis qu’en d’autres termes, tu as bu son sang pour lui sauver la vie ? » Le ton de la voix de Yukina était rempli de colère froide et non dissimulée.

Kojou, ne comprenant pas la raison pour laquelle elle s’était mise en colère, avait fait un signe de tête timide. « C’est bien le cas. Pour prendre le contrôle de son Vassal Bestial, je n’avais pas le choix. C’est vrai, je n’avais vraiment pas le choix. »

Par ses paroles, il avait fermement annoncé la justice de sa propre cause. Il n’y avait sûrement rien d’erroné sur ce qu’il avait fait. Au contraire, il aurait dû s’agir d’un comportement louable.

Cependant, l’expression de Yukina n’avait pas changé. En effet, les émotions avaient complètement disparu d’elle.

« Je vois. Si c’est le cas, pourquoi as-tu fait un tel comportement obscène envers moi ? » demanda Yukina.

« Euh, ah. Je ne l’ai pas fait avec des pensées obscènes, mais... En d’autres termes, pour boire du sang, je dois me mettre dans l’ambiance —, » répondit Kojou.

Les paroles instables de Kojou semblaient s’être essoufflées à la fin. L’excitation sexuelle était le déclencheur des impulsions vampiriques. Cela dit, il ne pouvait pas ressentir ce genre de chose avec le corps frêle et blessé d’Astarte, alors il n’avait pas d’autre choix que de solliciter la coopération de Yukina.

« Ce que je veux dire, c’est que tu n’es certainement pas du genre sexy, Himeragi, mais il n’y avait personne d’autre, alors j’ai dû faire avec ce que j’avais sous la main... J’avais juste besoin de ton aide, » déclara Kojou.

« ... Faire avec ce que tu avais... n’est-ce pas ? Il n’y avait personne d’autre, donc tu n’avais pas le choix…, » balbutia Yukina.

Yukina regardait vers le bas alors que ses épaules commençaient à trembler. Pendant qu’elle le faisait, Kojou avait réalisé son erreur verbale. La façon dont il venait de le dire était méchante, mais il ne savait pas comment l’expliquer autrement.

Finalement, l’expression glaciale de Yukina s’était brisée, et ses soucis s’étaient plissés et elle le fixait du regard.

Son visage était enragé, même si elle semblait pouvoir pleurer à tout moment.

« Senpai, tu peux couler au fond de la mer pour ce que j’en ai à faire ! Idiot — ! » Pendant qu’elle criait, Yukina avait frappé avec Sekkarou.

Il s’agissait de la section la plus profonde de l’Île d’Itogami. Au niveau le plus bas, à quelque deux cent vingt mètres sous le niveau de la mer, les cris du quatrième Primogéniteur avaient résonné dans toute la zone pendant un moment — .

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

  1. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire