Strike the Blood – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 6

***

Chapitre 4 : Le Bras Droit du Saint

Partie 6

Cet endroit, construit trop profondément sous l’eau pour que la lumière puisse l’atteindre, était facile à considérer comme une prison éternelle.

Le niveau le plus bas de la Porte de la Clef de Voûte se trouvait au milieu de l’océan, à environ deux cent vingt mètres sous le niveau de la mer.

Le mur extérieur, construit en forme de cône pour résister à la haute pression de l’eau, dégageait une aura un peu comme la tour biblique de Babel.

Le rôle du niveau ressemblait beaucoup à la façon dont la tête d’un violon tenait les bobines pour les cordes du violon. En gardant les fils de connexion des quatre gigaflotteurs au diapason, les vibrations de l’île en entier pourraient être contrôlées et rendues inoffensives.

Les câbles métalliques étaient arrivés par les murs de la Porte et avaient été enroulés autour des piliers de support du niveau le plus bas. Les câbles étaient composés d’environ soixante-cinq mille torons d’acier. Le treuil ridiculement énorme était contrôlé par un moteur avec une puissance égale à celle d’une centrale électrique.

Cela donnait l’impression oppressante d’une salle des machines avec une masse écrasante d’acier et imprégnée d’une puissance explosive. Et le bâtiment était enveloppé d’une pression d’eau monstrueuse. Toutes ces choses semblaient changer l’atmosphère qui dérivait en quelque chose... de plus dense.

L’ouverture de la cloison au niveau le plus bas avait donné lieu à un grincement qui ressemblait à un bruit de hurlement lorsqu’on l’ouvrait avec une clef.

Le Vassal Bestial humanoïde de couleur arc-en-ciel scintillante avait déchiré le mur blindé de dix-sept centimètres d’épaisseur comme s’il s’agissait d’une boîte de conserve.

Le maître du Vassal Bestial était visible, enfermé au centre de son torse.

C’était une fille aux longs cheveux violets et aux yeux bleu pâle. L’homuncule, Astarte.

La forme d’un homme au corps musclé, enveloppé dans la robe d’un prêtre, était apparue derrière elle — .

Arrivé au niveau le plus bas de la Porte, l’apôtre arméothargien, Rudolf Eustache, fut profondément ému en regardant lentement tout autour de lui.

« Complétez. L’objectif a été confirmé, » Astarte avait fait son rapport alors qu’elle était encore enveloppée par son propre Vassal Bestial.

L’infection de sa voix, maigre au départ, avait maintenant complètement perdu toute émotion.

Un Vassal Bestial était une bête appelée d’un autre royaume. Pour lui donner une forme physique, son seigneur devait lui offrir un morceau de sa propre durée de vie. Bien qu’il existe différentes variétés de Vassal Bestial, il avait été dit qu’un être humain normal perdrait toute sa vie en l’invoquant un seul instant. Pour un Vassal Bestial, la vie de son maître était de la simple nourriture.

Même un maître homuncule n’avait pas fait exception.

Astarte s’était vu accorder une durée de vie bien supérieure à celle d’un être humain normal pour l’accorder à une vie symbiotique avec un Vassal Bestial, mais il n’en restait pas grand-chose. Elle avait trop utilisé le pouvoir du Vassal Bestial pour envahir la Porte de la Clef de Voûte.

« ... »

Cependant, Eustache marchait vers le centre du niveau le plus bas sans même jeter un coup d’œil à Astarte.

Là reposait le point d’extrémité des quatre câbles métalliques qui s’étendaient de chacun des quatre gigaflotteurs.

Tous avaient été fixés à l’aide d’une ancre avec une tête usinée. Il s’agissait d’une plate-forme métallique construite en forme de petite pyramide inversée.

Comme un poteau, un seul pilier avait été enfoncé au centre de l’ancre pour la fixer.

Le diamètre ne dépassait même pas le mètre de large.

Cependant, pour relier l’Île d’Itogami, elle avait continué à supporter le poids de plusieurs millions de tonnes, et cela même aujourd’hui.

C’était un pilier en pierre translucide ressemblant à l’obsidienne. Une Clef de Voûte.

« Oh... Ohh... » La bouche d’Eustache avait libéré une voix contenant à la fois du chagrin et du plaisir.

Alors que tout son corps tremblait, il était tombé à genoux sur place. Des larmes coulaient sans cesse de ses yeux alors qu’il regardait le pilier de pierre. Puis sa tristesse et son bonheur s’étaient finalement transformés en rires bruyants et déchaînés.

« Le corps immuable volé à l’Église lothargienne... Nous attendons depuis longtemps le jour où il nous sera rendu ! Astarte ! Il ne reste plus rien sur notre chemin. Déchirez cette Clef de Voûte maudite et apporte la justice sur cette île de dégénérés ! » déclara Eustache.

Après qu’Eustache ait ordonné à son serviteur homuncule, sa voix se transforma en rires bruyants.

Cependant, Astarte n’avait pas bougé. D’une voix sans émotion, elle rapportait, toujours enveloppée par l’armure matérialisée du Vassal Bestial. « Rejet. Erreur dans les conditions préliminaires. De plus, demandez la réémission de la commande. »

« Quoi ? » s’exclama Eustache.

Tenant sa hache de combat géante, Eustache s’était levé. Il avait compris pourquoi Astarte avait refusé son ordre. Il y avait quelqu’un au sommet du pilier de pierre fixé par l’ancre.

Un garçon portant un uniforme déchiqueté et une fille portant une lance en argent.

« Désolé, je vais devoir t’obliger à annuler cet ordre, vieil homme, » déclara Kojou.

Le quatrième Primogéniteur — Kojou Akatsuki — avait souri avec une expression triste.

« La relique d’un saint qui sert le Dieu de l’Église d’Europe occidentale…, » déclara-t-il.

Kojou semblait regarder avec compassion le pilier de pierre connu sous le nom de Clef de Voûte.

Le « bras » de quelqu’un flottait dans le pilier translucide.

C’était un bras mince, desséché comme celui d’une momie.

Son poignet portait une cicatrice cruelle qui ressemblait au vestige de la crucifixion. C’était le cadavre d’un martyr qui avait souffert et perdu la vie pour ses croyances.

C’était une manifestation de la sainteté de Dieu dans ce monde et un objet d’adoration pour beaucoup.

C’était un cadavre dont on disait qu’il était si saint qu’il ne pourrissait jamais et qu’il avait accompli de nombreux miracles.

Une partie du corps de ce saint était scellée dans le pilier de pierre.

« Ils appellent ça une “sainte relique”, hein. C’est donc ce que vous cherchez, » Kojou parlait comme dans un soupir.

L’existence de cette sainte relique était le secret qu’Asagi avait découvert en brisant un puissant pare-feu. L’Île d’Itogami, une ville géante et artificielle, était soutenue par un « miracle » provoqué par cette sainte relique.

« La ville que vous appelez maintenant l’Île d’Itogami a été conçue il y a plus de quarante ans, » Eustache avait récité les faits d’une voix grave et solennelle.

Son ton était digne d’un évêque lothargien dont les enseignements avaient guidé une multitude de croyants.

Il avait alors continué. « Il s’agissait d’une conception pour construire une nouvelle ville, une île flottante artificielle au sommet des lignes de ley — les lignes du dragon en Orient — qui s’étendaient sous l’océan. À l’époque, il s’agissait d’un concept innovateur. Comme l’énergie spirituelle qui circule le long des lignes du dragon est liée à la vivacité des résidents, tout le monde pensait que cela mènerait la ville à la prospérité. Cependant, la construction s’est mal passée, car la puissance nue des lignes de dragon qui coulait sur l’océan dépassait de loin les attentes des personnes. »

Kojou hocha la tête silencieusement à ses paroles.

C’était donc la raison pour laquelle l’Île d’Itogami avait été construite au-dessus de l’eau, loin au sud du continent : l’existence des lignes du dragon — des canaux spirituels géants, qui circulaient à la surface de la Terre.

Les lieux construits sur les lignes du dragon étaient pleins d’énergie spirituelle. Cela seul rendait possibles des techniques spirituelles et des expériences magiques plus puissantes que la norme. Ces conditions étaient idéales pour les recherches sur les démons menées dans le sanctuaire des démons. Le projet gigaflotteur était donc indispensable pour construire une ville sur des lignes de dragon.

« Le concepteur de la ville, Senra Itogami, le savait très bien. Il a choisi de séparer les gigaflotteurs en quatre — représentant les quatre animaux célestes du feng shui gouvernant l’est, l’ouest, le nord et le sud, en les utilisant pour tenter de contrôler les lignes de dragon liées d’une manière plus harmonieuse. Cependant, même ainsi, un seul problème insurmontable subsistait. »

« La force de la Clef de Voûte, euh…, » murmura Kojou.

Eustache avait répondu au murmure de Kojou d’un signe de tête solennel. « Précisément comme vous le dites. Le concepteur, Senra Itogami, avait besoin d’une Clef de Voûte au centre de l’île pour représenter le Dragon Jaune — qui gouverne les quatre Animaux Célestes. Cependant, la technologie de l’époque ne pouvait pas construire des matériaux assez solides pour résister à cela. Par conséquent, il s’est souillé les mains en effectuant une abominable hérésie. »

« Composants sacrificiels…, » c’était Yukina qui avait fait cette frêle déclaration.

Le concepteur de l’Île d’Itogami avait résolu une question d’ingénierie en s’appuyant sur la nécromancie.

Le sacrifice humain.

Il s’était rendu compte qu’il pouvait employer l’hérésie du sacrifice des humains vivants pour augmenter la solidité de ses structures. Cependant, les lignes de dragon étaient des flux d’énergie naturelle, leur puissance indomptée avait placé un énorme fardeau sur la section de connexion des gigaflotteurs.

La Clef de Voûte nécessaire pour supporter ce fardeau, la nécromancie de bas étage n’allait pas le supporter. Il avait besoin d’une puissance à la hauteur d’un miracle de Dieu lui-même. D’où...

« Ce qu’il a choisi comme sacrifice pour soutenir sa ville était la relique de notre saint patron, usurpé à notre Église. Cet acte — le piétinement de notre foi pour la création d’une île où les démons fétides peuvent sévir — ne peut être pardonné, » Eustache avait déclaré cela d’une voix calme et se réverbérant partout alors qu’il se tenait en équilibre sur sa hache de combat.

Ses actions indiquaient la fin de l’histoire. L’objectif d’Eustache était de récupérer la sainte relique. Il n’avait aucune raison de forcer le combat avec Kojou et Yukina. C’est pourquoi il avait répondu à la question de Kojou.

En même temps, c’était pour démontrer sa justice — pour prouver qu’il avait raison.

Il ne pouvait plus être dissuadé. Il n’y avait aucun moyen de surmonter sa détermination.

« Par conséquent, nous récupérerons la sainte relique par la force. Vous feriez bien de vous retirer, quatrième Primogéniteur. C’est une guerre sainte entre nous et cette ville. Nous ne tolérerons aucune interférence, et cela même de votre part, » déclara Eustache.

« Je comprends ce que vous ressentez, vieil homme. Ce que ce Senra Itogami a fait était définitivement le plus bas du bas de l’échelle humaine, » répondit Kojou.

Malgré cela, Kojou se tenait devant l’évêque, protégeant la Clef de Voûte.

« Mais cela justifie-t-il de tuer cinq cent soixante mille personnes vivant sur cette île, ne sachant rien, au nom de votre vengeance ? Il en va de même pour les gens que vous avez blessés pour venir ici. N’entraînez pas des gens qui n’ont rien à voir dans tout cela ! » cria Kojou.

Peut-être que ce qu’Eustache faisait était juste. Ou bien peut-être s’était-il vraiment trompé, mais cela n’avait plus d’importance.

Si c’était la décision de Rudolf Eustache de détruire la ville...

C’était la décision de Kojou Akatsuki, de son plein gré, de l’arrêter.

« Si l’on compare cette échelle de sacrifice à ce qu’il faudrait pour racheter cette ville, ce n’est même pas un grain de sable, » annonça froidement Eustache.

C’était Yukina qui avait bloqué son chemin. Sa lance d’argent était tenue face à l’apôtre armé afin de restreindre ses mouvements. Elle avait crié d’une voix aussi claire qu’une clochette, « l’utilisation de composants sacrificiels est maintenant interdite par un traité international, et d’autant plus le vol d’une sainte relique à cette fin... !! »

« Et qu’en est-il, Chamane Épéiste ? Êtes-vous en train de dire que je devrais les poursuivre devant les tribunaux de cette nation ? » demanda Eustache.

« Avec les technologies qui existent maintenant, il est certainement possible de construire une Clef de Voûte assez résistante pour relier l’île ensemble. La Clef de Voûte peut être échangée et la sainte relique rendue à —, » répondit Yukina.

« Diriez-vous la même chose si c’était vos propres parents de sang qui souffraient d’être piétinés par d’autres ? » demanda Eustache.

La colère non dissimulée s’était emparée de la voix d’Eustache.

Une hésitation momentanée avait couru dans le dos de Yukina. Comme elle avait été élevée en tant que Chamane Épéiste, Yukina ne connaissait pas les visages de ses proches.

Eustache avait provoqué Yukina en pleine connaissance de cause.

« Vieil homme... Pourquoi, vous…, » Kojou, indigné, s’était déplacé pour réduire la distance avec Eustache.

Cependant, Yukina avait tendu son bras gauche pour l’arrêter. Elle avait fait un sourire fort, comme pour dire, je vais bien. Les yeux qui regardaient Kojou avec une mystérieuse douceur.

Hmph, Eustache avait reniflé grossièrement.

« Il semble que toutes les autres paroles seront infructueuses. Nous récupérerons la sainte relique. Si vous vous mettez en travers de notre chemin, nous vous l’enlèverons simplement par la force — Astarte ! » cria Eustache.

« Accepter. Exécuter “Rhododactylos”, » Astarte, qui avait gardé le silence, avait répondu avec un pincement de tristesse dans sa voix.

Le scintillement du Vassal Bestial aux couleurs de l’arc-en-ciel augmentait proportionnellement à l’augmentation de la force de l’énergie magique qu’elle diffusait.

« Alors c’est ça à la fin ? Est-ce que c’est... ? » demanda Kojou, puis il poussa un soupir lourd.

Ses crocs avaient montré leur présence entre ses lèvres férocement tordues. Ses yeux étaient teints d’un pourpre éblouissant.

« ... Mais avez-vous oublié, vieil homme ? Je vous en dois une pour m’avoir coupé la poitrine. Réglons ça avant de parler de vengeance sur un type qui a commis un crime il y a longtemps, » déclara Kojou.

« Maudit... Cette capacité a…, » l’expression d’Eustache s’était tordue.

La foudre avait enveloppé tout le corps de Kojou. Ce n’était pas de la colère qui lui avait permis de faire ça. C’était un Vassal Bestial qui s’était réveillé avec le sang de son seigneur, répondant à sa volonté.

« Alors que la fête commence, vieil homme — à partir de maintenant, c’est mon combat, » déclara-t-il.

Puis Kojou avait rugi en présentant son bras droit enveloppé d’éclairs.

Aux côtés de Kojou, Yukina avait brandi sa lance d’argent avec un sourire taquin, comme si elle se blottissait à côté de lui.

Elle avait alors riposté. « Non, Senpai. C’est notre combat — ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire