Strike the Blood – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 1

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 4 : Le Bras Droit du Saint

Partie 1

Ce jour-là, après l’école. Asagi Aiba était arrivée à son emploi à temps partiel, toujours en uniforme scolaire.

Douze niveaux sous la Porte de la Clef de Voûte. La section chargée de la sécurité pour la Corporation Publique de Gestion du Gigaflotteur.

Comme on pourrait appeler ça le noyau de l’Île d’Itogami, la sécurité était extrêmement stricte dans cette zone, mais Asagi passait facilement à travers chaque porte avec un seul passage de sa carte d’identité la désignant comme l’administrateur du système qui avait préparée juste pour elle.

Bien que normalement, une telle carte n’était émise à personne à l’exception du maire, la vérité était que si Asagi était sérieuse, elle pouvait facilement désactiver une sécurité de cette ampleur. Sachant cela très bien, le directeur de la société publique lui avait donné la carte en tant que cas spécial. Ce privilège spécial était la reconnaissance du génie supérieur d’Asagi en tant que programmeur.

« Salut, mademoiselle. Tu as l’air mécontente. Ta magnifique beauté sera gaspillée si tu continues ainsi. » Alors qu’Asagi s’asseyait et se connectait à son terminal, son assistant IA lui avait parlé d’une manière trop familière.

L’intelligence artificielle qu’Asagi avait surnommée Mogwai était l’avatar de cinq supercalculateurs détenant à leur portée toutes les fonctions de la ville présente sur l’Île d’Itogami. Bien que sa capacité opérationnelle soit sans aucun doute comparable à celle des ordinateurs les plus puissants du monde, on disait qu’il était difficile à manipuler en raison de ses... bizarreries. Mais pour une raison mystérieuse, Asagi l’aimait bien.

« Oh, la ferme. Arrête avec la flatterie ennuyeuse et l’état d’esprit serviable, d’accord ? » s’exclama Asagi.

« Hehehehe. Des soucis d’amour, je présume ? Il semble que les affaires du cœur des programmeurs de génie soient différentes de celles des simples mortels, » déclara Mogwai.

« Oh, tais-toi ou je télécharge un virus, » s’écria Asagi.

Asagi avait commencé son travail en se chamaillant avec l’IA.

Le travail qu’elle avait accepté pour aujourd’hui était de faire de la remise en ordre après l’explosion dans le quartier des entrepôts la nuit précédente. Des centaines de sujets détaillés, comme la gestion de l’entretien des éléments détruits du réseau électrique et des réseaux d’aqueduc et d’égouts, le réaménagement des horaires de service des installations de transport, le calcul des estimations de la restauration, etc.

C’était un travail qui prendrait un groupe de douzaines d’excellents programmeurs pour un semestre, mais Asagi et Mogwai qui faisait équipe aurait besoin d’environ trois jours.

Avec les compétences d’Asagi, elle aurait pu choisir n’importe quel nombre d’emplois plus importants, mais Asagi aimait plutôt avoir un emploi à temps partiel où elle pouvait utiliser l’un des meilleurs supercalculateurs du monde comme jouet.

Son seul regret était qu’en prenant ce travail, elle n’avait pas de temps libre pour aider Kojou à faire ses devoirs. Elle y pensait, se sentant un peu nostalgique, que c’était un peu dommage d’avoir déchiré et jeté ce rapport sur l’histoire du monde...

Mais de toute façon, c’était la faute de Kojou qui lui avait causé du tort. De plus, l’idiot avait séché l’école si tôt dans le trimestre et n’était jamais revenu.

Elle n’avait même pas besoin de le confirmer. L’étudiant transféré Himeragi était à coup sûr avec lui.

Ce qui avait surpris Asagi, c’était de voir l’importance de la douleur qui était présente en elle face à cette idée.

Une chose désagréable était une chose désagréable, mais elle ne pensait pas que Kojou, entre toute autre personne, avait les ressources nécessaires pour sauter une classe pour aller jouer avec une fille plus jeune. Il devait y avoir des circonstances en jeu.

Ce qui avait mis Asagi de mauvaise humeur, c’était que Kojou ne lui avait pas raconté ces circonstances, essayant plutôt de couvrir les choses avec un mensonge maladroit. Elle avait vaguement réalisé que Kojou essayait juste d’être attentif à ses sentiments, mais elle n’aimait vraiment pas ça.

Il y avait une autre chose qu’elle n’aimait pas : cette fille, Yukina Himeragi.

Asagi n’avait aucune preuve à l’appui de son intuition, mais Kojou avait probablement une faiblesse pour son type.

Elle se comportait avec une détermination qui n’était pas du tout féminine et parlait avec franchise. Sans doute l’aura athlétique qu’elle dégageait avait séduit Kojou, qui avait joué au basket jour et nuit alors qu’il était au collège.

En plus de cela, même si elles étaient du même sexe, Asagi trouvait que Yukina était très belle. Bien que Kojou ne semblait pas du tout prêter attention au sexe opposé, se pourrait-il qu’il puisse tomber amoureux d’un adversaire de ce niveau ?

« Non pas que je pense que je perde en quoi que ce soit dans les points pour le style..., » perdue dans son travail, elle ne semblait même pas se rendre compte qu’elle avait parlé à haute voix. Les oreilles précises de l’IA l’avaient capté.

« Eh bien ! Dans ce monde, il y a des vauriens qui agissent selon toutes sortes de choses, » répondit l’IA.

« Ne réponds pas quand je parle toute seule, » déclara Asagi.

« J’ai juste une conversation avec ma partenaire, » répondit l’IA.

« Ce n’est pas tes affaires. Et quand est-ce que je suis devenue ta partenaire ? » demanda Asagi.

« N’est-ce pas parce que tu n’es pas honnête avec toi-même ? » demanda l’IA.

« Tu n’as pas besoin de me dire quelque chose d’aussi évident. Mais... ! » s’écria Asagi.

Les mains d’Asagi avaient involontairement cessé de taper sur le clavier alors qu’elle plissait ses sourcils dans l’ennui.

Cela s’était passé juste au moment où une vibration sourde et un impact avaient secoué la pièce dans laquelle se trouvait Asagi.

Asagi avait émis un bref jappement. L’Île d’Itogami, flottant sur l’océan Pacifique, n’avait jamais eu de tremblements de terre. C’était le premier tremblement qu’Asagi avait ressenti depuis qu’elle avait immigré sur l’île.

« Mogwai, qu’est-ce que c’était à l’instant ? » demanda Asagi.

« ... Eh bien, c’est inattendu. Des intrus, » L’IA avait parlé avec quelque chose comme de l’admiration.

Asagi avait plissé ses sourcils de surprise. « Des intrus ? »

« Oui. Ils sont en plein combat avec les forces de sécurité de ce bâtiment. La vibration de tout à l’heure provenait d’un pilier de soutien qui a probablement été brisé pendant le combat, » annonça l’IA.

« Brisé... Tu plaisantes, n’est-ce pas ? » murmura Asagi alors que son visage changeait de couleur.

Ce n’était pas un bâtiment ordinaire. C’était la section de l’infrastructure souterraine du Gigaflotteur. Ses principaux piliers de soutien, conçus pour supporter des dizaines de milliers de tonnes, n’avaient pas été aussi facilement détruits, même avec des explosifs.

« Ce n’est pas seulement le pilier du soutien. Il y a aussi beaucoup de dommages aux étages supérieurs. Je crois qu’on est toujours en sécurité ici pour l’instant, mais il n’est peut-être plus possible de fuir d’ici. La cage d’ascenseur a également été détruite, » annonça l’IA.

« Veux-tu dire que je suis enfermée ici ? » demanda Asagi.

« Les escaliers d’urgence sont toujours intacts, mais je ne recommande pas de les utiliser pour l’instant. Non, sauf si tu veux rencontrer les intrus en personne. Les forces de sécurité ont déjà été mises en déroute, » annonça l’IA.

« En déroute ? » demanda Asagi, abasourdie. Même en temps de paix, la Porte de la Clef de Voûte était occupée par près de cent cinquante agents de sécurité. Et avaient-ils été battus ?

« Qui sont ces intrus ? Un groupe terroriste ? Ou bien sommes-nous attaqués par une armée du Dominion ? » demanda Asagi.

« Euh, non. Ni l’un ni l’autre..., » L’IA avait répondu à Asagi, qui s’attendait à une sorte d’incursion militaire démoniaque, avec un ton étrangement humain.

Une explosion féroce avait encore une fois secoué la pièce.

« ... Il n’y a que deux intrus. L’un est un simple humain, l’autre, un homoncule, » annonça l’IA.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire