Strike the Blood – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 7

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 3 : Elle pleure

Partie 7

Cela allait de soi, mais le bâtiment du laboratoire était fermé à clé. Bien sûr, c’était le cas pour les portes vitrées de l’entrée principale, mais l’entrée de service était aussi bloquée avec un cadenas et des chaînes.

Le cadenas bon marché était rouge avec de la rouille, indiquant qu’il n’avait pas été utilisé depuis longtemps.

« N’est-ce pas l’endroit où le vieux et la fille se cachent... ? » Kojou avait parlé sur un ton découragé.

D’après ce qu’ils pouvaient voir, c’était la seule façon d’entrer dans le bâtiment. Ce n’était pas non plus le genre de bâtiment auquel on pouvait accéder par le toit ou par le sous-sol. Même la fille homoncule n’aurait pas pu entrer par les évents, sans parler d’Eustache, avec son énorme carrure.

Cela signifierait que l’hypothèse de Kojou et Yukina selon laquelle ils avaient utilisé le laboratoire comme cachette était fausse. Cependant, Yukina avait fait un sourire satisfait.

« Non, Senpai. Nous avions raison, » déclara-t-elle.

La lance d’argent avait soudainement touché la porte de service.

*Chingg !* à cet instant, avec un son métallique aigu, Kojou avait l’impression que le verre se brisait sous ses yeux. La chaîne et le cadenas qui auraient dû verrouiller l’entrée de service avaient disparu, la porte s’était lentement ouverte.

« Himeragi ? Qu’est-ce que... ? » demanda Kojou.

« Un sort d’illusion de niveau novice. Senpai..., tomber face à une magie aussi simple fait de toi un échec en tant que Primogéniteur, » déclara Yukina.

Yukina avait fait un soupir exaspéré. Kojou était resté silencieux. Son cœur murmura comme s’il l’excusait, ce n’est pas comme si je voulais une note de passage pour ça !

L’intérieur du bâtiment était sombre. Cependant, Yukina semblait sereine lorsqu’elle marchait à l’intérieur.

Elle semblait avoir une meilleure vision nocturne que le vampire Kojou. Peut-être que cela aussi, c’était le pouvoir spécial du Chamane Épéiste que Yukina avait appelé la vue spirituelle.

Certes, avec autant de pouvoir à la disposition de Yukina, Kojou pouvait comprendre pourquoi elle sentait qu’il était sur son chemin.

Cependant, cela avait rendu Kojou vaguement nerveux. C’était la vérité que Kojou était un vampire sans talent, mais il pensait que même ainsi, Yukina était tout simplement trop parfaite.

Il ne pensait pas que l’ampleur de la puissance offensive et des connaissances de Yukina était quelque chose qu’une fille de quatorze à quinze ans pouvait acquérir par n’importe quelle méthode saine d’esprit.

« ... »

Tandis que Kojou marchait, réfléchissant distraitement à ce sujet, Yukina s’était soudainement arrêtée. Kojou avait foncé par inadvertance contre Yukina, lui faisant lâcher un soupir silencieux.

« Qu’est-ce qu’il y a, Himeragi ? » demanda Kojou.

« Senpai... C’est..., » Yukina avait désigné du doigt la scène qui s’était répandue sous leurs yeux.

C’était une pièce avec un plafond haut, comme la chapelle d’une église.

Au lieu de vitraux, les murs étaient revêtus de cuves cylindriques.

Chacun d’eux mesurait environ un mètre de diamètre. Ils mesuraient probablement un peu moins de deux mètres de haut. Au total, vingt exemplaires étaient disposés de gauche à droite à intervalles réguliers.

Les cuves étaient remplies d’une solution visqueuse de couleur ambre.

La lumière émise par les panneaux illuminés faisait faiblement briller le liquide, mais la vue était loin de ce que l’on pourrait appeler belle.

C’était une simple salle de laboratoire. Des cuves abandonnées pour l’ajustement de l’homoncule. Mais...

« Est-ce... un homoncule... ? C’est... ? » s’exclama Kojou en levant les yeux vers les cuves. Sa voix tremblait légèrement de colère.

Des formes de vie bizarres de la taille d’un chiot étaient suspendues dans la solution de couleur ambre. Certains, on pouvait le deviner, étaient comme des bêtes démoniaques, d’autres, comme de belles fées. Quoi qu’il en soit, il s’agissait de formes de vie qui n’existaient pas dans la nature.

« Senpai... ? »

Yukina avait été surprise de voir Kojou faire preuve d’une si grande et féroce colère. Yukina voulait lui demander la raison de cette colère, mais elle lui avait plutôt tourné le dos. Elle avait posé sa lance d’argent et avait abaissé sa posture.

Elle avait remarqué la présence de quelqu’un qui émergeait de l’ombre d’une cuve.

C’était une petite fille aux cheveux indigo. Elle avait des yeux splendides, d’un bleu pâle, mais elle regardait sans expression la lance que Yukina pointait vers elle. C’était la fille homoncule appelée Astarte.

« C’est…, » s’exclama Yukina.

Remarquant la présence d’Astarte, Kojou se retourna aussi. Gasp ! Cependant, Yukina avait étendu sa paume gauche devant les yeux de Kojou.

« Ne regarde pas, Senpai ! » déclara Yukina.

« Hein ? Euh, mais…, » balbutia Kojou.

« Ne regarde pas. Ne tourne pas ta tête par là, s’il te plaît ! » demanda Yukina.

« Himeragi ? Qu’est-ce que tu es… ? » commença Kojou.

« Euh ! » Kojou s’exclama d’une voix basse en regardant l’allure d’Astarte au travers des interstices entre les doigts de Yukina.

La première chose sur laquelle son regard était tombé, c’était la peau si blanche qu’elle en était presque transparente.

Des gouttes transparentes étaient tombées aux pieds d’Astarte. La fille homoncule semblait sortir tout juste d’une cuve, son adaptation était terminée.

La seule chose qu’elle avait sur son corps était un tissu fin, comme une blouse chirurgicale. Ce tissu était tout aussi trempé, s’accrochant à sa chair nue. Elle était bien entendue nue.

« Senpai..., » tandis que Kojou continuait à fixer Astarte, Yukina le regardait dans les yeux, parlant à voix basse. L’expression de Kojou s’était raidie en secouant la tête.

« Non, tu te trompes... ! Je ne le suis pas, Himeragi ! » s’écria Kojou.

« Je me trompe à propos de quoi ? Bonté divine... Tu es vraiment pervers, » déclara Yukina.

En laissant échapper un seul soupir difforme, Yukina semblait en colère alors qu’elle regardait de l’autre côté.

Cependant, Kojou n’avait pas détourné son regard de la vue de la chair d’Astarte, facilement visible à travers le tissu. Car sous sa chair blanche et transparente, une ombre aux couleurs de l’arc-en-ciel scintillait.

Soudain, Astarte avait tranquillement ouvert la bouche. « ... Avertissement. Veuillez immédiatement quitter cet endroit. »

« Hein ? » s’exclama Kojou.

 

 

Les mots quelque peu inattendus de la jeune fille avaient fait revenir Kojou à la raison. Entre-temps, Yukina avait modifié la façon dont elle avait placé sa lance, passant à une posture à partir de laquelle elle pouvait attaquer de manière préventive sans avertissement.

Cependant, Astarte avait continué à parler, semblant toujours complètement sans défense. « Cette île va bientôt couler. Avant que cela ne se produise, veuillez fuir le plus loin possible... »

« L’île... couler !? Bon sang, ça veut dire... !? » stupéfait, Kojou s’exclama en sentant un frisson couler le long de sa colonne vertébrale. Peut-être que la voix robotique avec une faible inflexion avait rendu les mots d’Astarte plus dignes de confiance. Un homoncule comme elle n’avait aucune raison de mentir à Kojou ou Yukina.

« Cette île se trouve être une terre transitoire flottante où les lignes de dragon traversent la mer du sud. Sans son noyau, il s’effondrera tout simplement..., » continua à dire Astarte.

« Hein ? » Yukina avait laissé échapper une voix étonnée par les mots récités par l’homoncule.

Kojou ne pouvait pas suivre, mais le dialogue avec Astarte comprenait apparemment des informations qui semblaient choquer Yukina.

Puis, derrière Astarte, une énorme ombre était lentement apparue.

C’était un homme énorme portant un vêtement solennel sur sa combinaison blindée d’amélioration. L’apôtre arméothargien Rudolf Eustache.

Tandis qu’il regardait froidement la fille homoncule, elle se retourna, semblant effrayée.

« — En effet. Nous désirons le trésor le plus précieux et immuable qu’est le noyau. Et c’est grâce à vous, Chamane Épéiste de l’Organisation du Roi Lion, que nous avons le pouvoir de réaliser notre aspiration de longue date. »

Il avait tourné la lame de sa bardiche vers la Yukina qui tenait sa lance pendant qu’il parlait.

Les mots mordants de l’Apôtre armé avaient apporté un regard de confusion sur Yukina.

Cependant, ce n’était pas elle qui avait répondu à Eustache, mais Kojou. « J’ai gagné le pouvoir... vous avez dit... ? L’avez-vous mis dans le corps de cette fille ? »

« Senpai ? »

La colère étouffée dans la voix de Kojou avait clairement déconcerté Yukina.

Kojou avait marché devant Yukina, regardant Eustache avec des yeux remplis de colère. L’apôtre arméothargien fixa indifféremment Kojou.

« Alors vous avez remarqué. Je devrais dire, comme on peut s’attendre du quatrième Primogéniteur. Cependant, même vous n’êtes plus une menace pour nous. Nous sommes invincibles, » déclara Eustache.

« Ne jouez pas avec moi ! » Le grondement de tonnerre de Kojou avait secoué l’air dans le laboratoire anciennement calme. « Vieil homme, pourquoi, avez-vous mis un Vassal Bestial dans cette fille ? »

« Euh... !? » s’exclama Yukina.

En écoutant la voix en colère de Kojou, Yukina avait regardé le corps mince d’Astarte avec une surprise apparente. Puis elle avait regardé les formes de vie bizarres dans les cuves de culture à gauche et à droite d’Astarte.

Ils ressemblaient à des bêtes démoniaques et des fées, des formes de vie déformées qui ne devraient pas exister dans ce monde. Mais une forme de vie artificielle pourrait-elle devenir l’hôte d’un Vassal Bestial — ?

« C’est exactement ce que vous dites. » Eustache avait exprimé sa fierté par ses paroles. « Le seul sang qui coule dans ses veines est celui des vampires qui font des vassaux de ces bêtes. Grâce à l’implantation d’un Vassal Bestial avant qu’il n’éclose, j’ai réussi à créer un homoncule qui est l’hôte d’un Vassal Bestial — bien qu’Astarte soit mon seul succès. »

« La ferme !! » Kojou avait interrompu les paroles de l’évêque. « Ne me dites pas que vous ne savez pas pourquoi aucun démon autre que les vampires ne peut utiliser les Vassaux Bestiales !! Vous le saviez parfaitement et vous l’avez quand même fait... ? »

« Bien sûr que si. Quand un Vassal Bestial se matérialise, elle consomme la force vitale de son hôte à un rythme incroyable. Pensez-vous vraiment que seuls les vampires ayant une force vitale “négative” infinie peuvent les apprivoiser ? » demanda le prêtre.

« Alors cette fille…, » commença à parler Yukina.

« Aucun doute, tant que Rhodaktylos réside en elle, sa durée de vie restante ne sera pas longue. Elle pourrait tenir encore deux semaines ou un peu plus. Et cela a été grandement allongé par la consommation des démons que nous avons vaincus... Cependant, c’est suffisant pour atteindre notre objectif, » Eustache avait parlé sur un ton qui n’avait pas un seul soupçon d’angoisse ou de culpabilité.

Kojou était tellement en colère qu’il n’arrivait pas à trouver les mots.

Yukina avait ouvert la bouche à sa place. Elle avait saisi sa lance comme si elle était secouée par l’image. « Consommer les... démons... ? Vous ne voulez pas dire que vous attaquiez des démons sur cette île pour... »

« Oui. Tout d’abord, leur énergie magique a servi d’appât vivant pour le Vassal Bestial. Et la deuxième raison, pour compléter la technique infusée dans Astarte... Chamane Épéiste de l’Organisation du Roi Lion, la bataille avec vous et la lance que vous tenez ont fourni des données splendides et précieuses à cette fin, » déclara Eustache.

Les épaules de Yukina tremblaient alors qu’il s’adressait à elle par son titre.

« Pour ça... vous avez élevé cette fille dans ce seul but !? C’est comme si vous l’utilisiez comme un outil ! » s’écria Yukina.

Eustache avait regardé Yukina manifester sa colère avec ce qui semblait être un amusement.

« Pourquoi êtes-vous indignée, Chamane Épéiste ? L’Organisation du Roi Lion ne vous a-t-il pas élevé pour que vous soyez également un outil ? » demanda Eustache.

« ... C’est... ! » commença à répondre Yukina.

« Acheter les enfants non désirés, leur inculquer uniquement des compétences pour s’opposer aux démons, et les envoyé au combat comme un outil jetable — c’est la voie de l’Organisation du Roi Lion, n’est-ce pas ? Chamane Épéiste, pour obtenir des techniques de contre-détonique avec une telle maîtrise, vous avez dû sacrifier quelque chose, n’est-ce pas ? » demanda Eustache.

Alors qu’Eustache lui avait fait remarquer cela calmement, tout le corps de Yukina s’était figé. Elle s’était mordu la lèvre inférieure sans dire mot alors que ses joues perdent leur couleur, devenant pâles.

« La ferme, vieil homme... » murmura Kojou comme pour protéger Yukina. Cependant, l’expression d’Eustache n’avait pas varié.

« J’utilise comme outil ce que j’ai créé pour être un outil, on prend ceux qui sont nés avec la bénédiction de Dieu et on les dégrade en outils. Je me demande à qui appartient le péché ? » demanda Eustache.

« Je vous ai dit de la fermer, sale prêtre pourri ! » cria Kojou.

Pendant que Kojou rugissait, tout son corps était enveloppé d’éclairs pâles. Des éclairs éblouissants émanaient du poing droit de Kojou. Kojou aurait dû apparaître comme un lycéen moyen, mais grâce à l’énergie magique dense qu’il dégageait, son Vassal Bestial s’était partiellement matérialisé, utilisant sa propre chair comme médium.

« Senpai... !? » Yukina avait fait une faible exclamation, comme si elle était complètement submergée par la densité de l’énergie magique qu’il dégageait.

Le visage d’Eustache, en équilibre sur sa hache de combat, s’était un peu étonné.

« Mon Dieu. Ainsi, l’énergie magique d’un Vassal Bestial répond à la colère de son hôte... C’est donc le pouvoir du quatrième Primogéniteur. Très bien Astarte ! Accordez-leur la pitié ! » déclara Eustache.

« Ordre accepté. » Obéissant aux ordres de son maître et créateur, la fille homoncule s’était mise au travers du chemin de Kojou.

De son petit corps, un Vassal Bestial géant et brumeux avait émergé.

C’était un géant translucide, scintillant des couleurs de l’arc-en-ciel. Ce n’était plus seulement des bras, mais un corps presque complet qui émergeait. C’était un géant de quatre à cinq mètres de haut. C’était un golem sans visage avec une épaisse armure de chair sur tout le corps.

Le Vassal Bestial humanoïde avait pris la fille qui était son hôte en elle pendant qu’elle hurlait.

« Ne fais pas ce qu’il dit ! » Kojou s’était déplacé pour frapper le golem avec son poing infusé d’éclairs.

Même s’il ne s’agissait que d’une petite frappe, cette attaque éclair avait la puissance d’un Vassal Bestial du Quatrième Primogéniteur. Certes, il pourrait surpasser celui d’un Vassal Bestial d’un vampire ordinaire. Cependant — .

« Senpai, non ! » Au moment où Yukina avait vu la scène, elle avait spontanément crié.

L’instant d’après, c’était Kojou, enveloppé de lumière, qui était envoyé en vol plané.

« Gu... aaa !! »

Tandis que Kojou poussait un grand cri, son corps volait en arrière comme un morceau de tissu en lambeaux.

Au moment où Kojou semblait avoir frappé le Vassal Bestial d’Astarte, une importante explosion avait éclaté, le faisant reculer de près de dix mètres.

Tout le corps du Kojou tombé était enveloppé d’une vapeur blanche qui avait en elle la puanteur de la chair brûlée.

C’était comme s’il avait été frappé par la foudre, comme si l’énergie magique du corps de Kojou s’était retournée contre lui.

« Senpai !! »

Yukina avait déplacé sa lance et avait chargé vers Astarte, apparemment pour protéger Kojou.

De concert avec l’énergie rituelle de Yukina, la pointe de lance argentée était enveloppée d’un éclat blanc pâle.

C’était la lumière sainte et purificatrice qui pouvait détruire même le Vassal Bestial d’un Primogéniteur. Aucune capacité que les démons possédaient ne pouvait résister à ce coup. Cela n’aurait pas dû pouvoir être bloqué. Cependant...

« Mon arme... a été arrêtée !? » Yukina s’exclama en réponse à l’étrange résistance qu’elle ressentait à travers la lance.

La lame de sa lance s’était arrêtée un tout petit peu avant de toucher le Vassal Bestial qui enveloppait Astarte. La lance, capable de pénétrer n’importe quelle chair démoniaque, avait été stoppée net.

Dans leur bataille précédente, Yukina avait ressenti une résistance similaire, mais maintenant elle en comprenait parfaitement la raison.

La surface du Vassal Bestial d’Astarte, « Rhododactylos », était entourée de la même lumière blanche que sa lance. En effet, par le même rayonnement sacré et purifiant.

« Résonance... !? Ce pouvoir est... ! » s’exclama Yukina.

« Vous avez raison, Chamane Épéiste. L’effet de l’Oscillation Divine — le pouvoir de neutraliser l’énergie magique et de déchirer n’importe quelle chair, mise en œuvre avec succès uniquement par l’Organisation du Roi Lion, son atout pour le combat anti-démon. En utilisant vos données de combat comme référence, j’ai finalement pu compléter les miennes, » déclara Eustache.

Eustache avait fait un sourire satisfait.

Sévèrement secouée, Yukina avait à peine réussi à continuer à repousser les contre-attaques d’Astarte.

Eustache avait dit qu’il s’était engagé dans des combats répétés avec des démons pour perfectionner sa technique incomplète.

C’était l’« Effet de l’Oscillation Divine », le pouvoir de neutraliser complètement toute attaque par l’énergie magique, le rituel secret déclaré comme étant la technique ultime de combat contre-démon, qu’il avait cherché.

Et puis ils avaient rencontré Yukina.

« Et ainsi, une Chamane Épéiste est venue sur l’île avec un Sekkaro, l’arme secrète de l’Organisation du Roi Lion, la seule mise en œuvre réussie au monde de “l’Effet de l’Oscillation Divine”. »

« Pas possible... C’est de ma faute si…, » balbutia Yukina.

Yukina, ayant perdu sa volonté de se battre, était submergée par Astarte.

Même incomplet, le EOD d’Astarte utilisait une technologie très similaire, en combinant les données obtenues de la lance, il était finalement devenu assez complet pour faire rebondir l’énergie magique de Kojou Akatsuki, le quatrième Primogéniteur. Les actions de Yukina les avaient donc aidés à l’achever.

Eustache avait obtenu le pouvoir qu’il désirait. Kojou avait été blessé et était au sol. Tout ça parce que Yukina était venue sur l’Île d’Itogami.

Alors qu’une expression creuse était arrivée sur Yukina, Eustache avait placé sa hache de combat devant elle.

« ... ! »

Yukina, avec sa concentration mentale perturbée, avait remarqué l’attaque de l’apôtre armé bien trop tard. Au moment où elle avait réagi, la lame massive de la hache de combat était déjà sous ses yeux.

Percevant qu’il ne lui était pas possible d’éviter ou de bloquer l’attaque, Yukina s’était instantanément résignée. Un impact avait secoué Yukina, et tout son corps avait été trempé par du sang tiède.

Cependant, cela n’avait pas fait mal comme elle s’y attendait.

À la place de ça, Yukina avait senti la chaleur l’envelopper partout, ainsi qu’une légère lourdeur.

« Koff... ! » Kojou avait légèrement toussé dans l’oreille de Yukina. Il y avait beaucoup de sang frais qui coulait de ses lèvres.

Déjà lourdement blessé dans la bataille contre Astarte, Kojou avait repoussé Yukina pour la protéger, encaissant l’attaque d’Eustache à sa place.

« S... Senpai... !? »

La voix de Yukina était tremblante. Elle avait soutenu Kojou alors qu’il s’effondrait.

Le corps de Kojou était exceptionnellement léger. De son bras, qui semblait enlacer désespérément Yukina, son torse déchiqueté avait glissé vers le bas.

Un seul coup de hache venant du haut avait brisé les côtes et la colonne vertébrale de Kojou, transformant le torse de Kojou en une scène abominable avec de petits morceaux de viande qui se détachait de là. Les os brisés étaient tombés sur le sol sous forme de fragments ensanglantés.

Avec un son sec et déchirant, ses vaisseaux sanguins et ses muscles endommagés s’étaient également déchirés en raison de la puissance de l’attaque.

Le sang frais et jaillissant de partout avait formé une mare de sang aux pieds de Yukina.

Le dernier morceau de peau reliant la tête de Kojou à son torse, incapable de supporter le poids du corps, s’était déchiré avec un son comme une fine déchirure de papier. Tout ce qui restait entre les mains de Yukina était la tête coupée de Kojou, avec ses yeux ouverts et vacants.

Le corps de Kojou s’était écrasé sur le sol. Sa colonne vertébrale, ses poumons, son cœur, tout s’était brisé et déchiré en morceaux méconnaissables en raison de la technique utilisée par l’Apôtre.

Les vampires étaient des êtres immortels et extrêmement solides. Cependant, un seul coup de l’Apôtre armé avait détruit son cœur, la source de ce pouvoir, son sang, le fondement de son énergie magique, et maintenant tout cela s’était simplement déversé en vain sur le sol...

« Senpai... Pourquoi... Oh non... non... Aaaaaaaaaaah... ! » cria Yukina.

La lance était tombée des mains de Yukina. Elle tenait désespérément Kojou, maintenant réduit à sa tête, avec ses deux bras. Cependant, Kojou n’avait bien sûr pas répondu.

Eustache avait regardé cette scène avec une expression neutre, abaissant sa hache de combat.

Il ne fait aucun doute qu’il avait jugé que Yukina n’avait plus la force de continuer le combat. Ayant maintenant perfectionné sa technique, Eustache n’avait plus aucune raison de combattre Yukina.

« Allons-y, Astarte... Allons reprendre notre trésor le plus précieux, » déclara Eustache.

« Acceptez, » murmura Astarte avec une expression neutre, enveloppée par le Vassal Bestial humanoïde.

Les bras géants du Vassal Bestial libérèrent une lumière pâle, détruisant le mur extérieur du laboratoire en produisant une explosion. Yukina avait tourné son dos pour protéger la tête coupée de Kojou de la poussière et des débris dansant dans le vent violent, penché sur lui comme la Vierge Marie.

Pendant un seul et dernier instant, le golem sans visage qui servait l’apôtre armé était resté accroupi, regardant Yukina.

Semblant triste d’une manière ou d’une autre, son regard semblait communiquer désespérément, fuyez rapidement de là.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire