Strike the Blood – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 6

***

Chapitre 3 : Elle pleure

Partie 6

Sur l’Île Nord

Le district de Recherche et Developpement de l’Île Nord possédaient des laboratoires d’entreprise alignés les uns après les autres. Le site du laboratoire abandonné était resté là dans un coin du quartier futuriste qui avait une allure très artificielle, mais qui était très approprié sur cette île artificielle.

Il s’agissait en grande partie d’un bâtiment de quatre étages en forme de boîte.

Il n’avait pas de fenêtres, peut-être afin de protéger les secrets commerciaux. Pour cette raison, on n’avait pas vraiment l’impression que l’endroit avait été fermé. C’était un environnement idéal pour une cachette pour un criminel.

« Est-ce donc le laboratoire de l’entreprise pharmaceutique ? » en regardant depuis derrière l’ombre d’un arbre au bord de la route, Yukina avait demandé ça avec une expression indiquant qu’elle était sur ses gardes.

« Probablement, » avait répondu Kojou avec un signe de tête incertain. « La société mère s’est retirée, et le laboratoire était apparemment proche. Mais comme on dit que l’endroit a été saisi, je pense que les installations qui s’y trouvent sont encore intactes. Et cela inclut celui pour l’ajustement pour homoncule. »

« Une installation d’ajustement pour homoncule... C’est exactement ce dont ils ont besoin, n’est-ce pas ? » murmura Yukina en affichant une expression sérieuse.

Un homoncule était un titre donné à une forme de vie artificielle construite par la biotechnologie.

Bien qu’ils aient été conçus artificiellement jusqu’au niveau génétique, il y avait des différences fondamentales entre eux et les chimères.

La difficulté technologique était plus grande, mais le niveau de liberté dans la conception était également plus grand.

Les premières méthodes de production des homoncules auraient été établies au XVIe siècle. La recherche s’était longtemps poursuivie entre les mains d’une grande variété de personnes, soit pour produire une main-d’œuvre bon marché, soit pour développer un partenaire pour l’humanité.

Cependant, en fin de compte, l’utilisation généralisée de l’homoncule n’avait jamais eu lieu.

Il y avait deux raisons assez importantes que les personnes avaient citées pour cela.

Le premier était le problème éthique.

Il y avait une opposition profonde centrée sur les institutions religieuses contre la création de la vie, considérant que des comportements tels que les humains s’immisçaient dans le royaume du divin. En outre, un débat féroce avait fait rage sur la question de savoir si les homoncules devraient bénéficier des droits de l’homme, et le débat n’avait pas encore été réglé à ce jour.

Et l’autre raison était une simple question de coût de construction.

Les méthodes de production des homoncules coûtaient trop cher pour les utiliser pour le travail ou les envoyer sur les champs de bataille en tant que soldats. La technologie du clonage, etc., l’utilisation des êtres humains authentiques, était nettement moins chère.

Pour cette raison, la production d’homoncule était aujourd’hui rarement entreprise, et le nombre de scientifiques qui s’y consacraient avait considérablement diminué.

Cependant, même aujourd’hui, il y avait une exception : un domaine qui incorporait la recherche sur les homoncules. C’était l’utilisation de la technologie de l’homoncule dans le développement de produits pharmaceutiques. Les homoncules, dont la construction génétique pouvait être modifiée artificiellement, étaient optimaux pour les essais cliniques et la recherche sur les réponses immunitaires, et ainsi de suite. Les critiques s’étaient émoussées jusqu’à un certain point parce que c’était pour la juste cause de l’avancement de la médecine. Pour cette raison, la plupart des grandes entreprises pharmaceutiques avaient leurs propres installations pour la construction et la recherche d’homoncule.

Le laboratoire pharmaceutique Sfelde avait apparemment déjà été l’une de ces installations de recherche médicale.

« Nous ne pourrons jamais dire ce qu’il y a à l’intérieur de là, n’est-ce pas ? » Pendant que Yukina parlait, elle avait abaissé l’étui de guitare de son dos. Elle avait doucement retiré la lance d’argent, déployant les lames de la pointe de la lance.

« Je vais aller voir. Attends-moi ici, Senpai, » déclara Yukina.

« Hein ? Attends, Himeragi. N’as-tu pas l’intention d’y aller seule ? » demanda Kojou.

« Oui. C’est exactement ce que j’ai l’intention de faire, » Yukina avait répondu en levant les yeux vers Kojou.

« Pourquoi !? » demanda Kojou.

Oh mon Dieu. Alors que les yeux de Kojou s’élargissaient de surprise, Yukina avait poussé un grand soupir et secoua la tête.

« Et que feras-tu si tu viens avec moi, Senpai ? Tu ne ferais que me gêner, alors reste ici, » déclara Yukina.

« Euh, dans le chemin... ? Et si tu tombes à l’intérieur sur le vieil homme et la fille ? Vas-tu les combattre seule, Himeragi ? » demanda Kojou.

« B-Bien sûr. Et que ferais-tu si tu venais avec moi, Senpai ? » demanda Yukina.

« Arrête de parler comme si je pensais faire quelque chose de sale. Bon sang. » s’écria Kojou.

Kojou avait parlé avec un ton de déplaisir. Cependant, contrairement à Yukina, qui avait beaucoup d’entraînement en tant que Mage d’Attaque Anti-Démon, Kojou n’était qu’un amateur qui avait obtenu des pouvoirs de vampire. Même s’il s’appelait le quatrième Primogéniteur, il n’était même pas capable de contrôler un seul Vassal Bestial comme il le voulait. Compte tenu de cela, il ne pouvait s’empêcher d’être vu comme « sur le chemin ».

« Et que pourrais-tu faire en tant que vampire, Senpai ? Tu ne peux pas utiliser de Vassal Bestial, tu ne peux pas voler dans le ciel, tu ne peux même pas te transformer en brouillard ou autre, » répliqua Yukina.

« Seuls quelques vampires ont des pouvoirs spéciaux comme ça. Ce n’est pas comme si je ne pouvais rien faire, » déclara Kojou.

« Certes, ta force brute est considérable, mais tu ne peux pas l’utiliser en combat réel avec les mouvements d’un amateur. De plus, tu manques de prudence et de présence d’esprit, » continua à lâcher Yukina.

« U... gh... »

« Si tu le comprends vraiment, alors s’il te plaît, comporte-toi bien. Ne fais rien d’irréfléchi, » Yukina parlait d’un ton comme si elle le réprimandait.

Ce qu’elle avait dit était assez dur, mais elle n’était en aucun cas délibérément malveillante. Pour elle, elle ne faisait que souligner l’évidence pour que Kojou ne se mette pas en danger.

« Mais je m’inquiéterai pour toi, Himeragi ! » Kojou avait parlé d’un ton brutal et nerveux.

Ces mots avaient ouvert en grand les yeux de Yukina. Ses joues avaient un peu rougi.

« Qu’est-ce que tu dis... !? C’est moi qui m’inquiète pour toi, Senpai ! Si ton Vassal Bestial se déchaîne comme la nuit dernière au milieu de la ville, combien de dégâts penses-tu qu’il y aurait ? » demanda Yukina.

« Tu as raison, mais ce n’est pas juste que tout tombe sur tes épaules, Himeragi ! Je n’aime pas du tout ça. D’abord, ce n’est pas comme si je n’avais rien à voir avec tout ça, » déclara Kojou.

Kojou avait regardé Yukina avec un regard sérieux. Cette vigueur avait impressionné Yukina et cela l’avait rendue silencieuse pendant un moment.

« Je... Je comprends. Je pense que tu as raison, Senpai, » déclara Yukina.

Ahem. Avec un petit éclaircissement de sa gorge, Yukina avait fait une expression sérieuse.

« Eh bien, oui, » déclara Kojou en hochant la tête.

« Tant qu’il est possible que tu sois poursuivi en tant que vampire, tu as certainement quelque chose à voir avec cela, Senpai, » déclara Yukina.

« Attends, penses-tu que c’est le but que j’ai ? » demanda Kojou.

« En premier lieu, ma mission première est de veiller sur toi, je ne devrais vraiment pas te quitter des yeux, Senpai. Agissons ensemble autant que possible. Cependant, si nous rencontrons l’Apôtre Armé…, » déclara Yukina.

« D’accord. Je vais tout de suite courir vers un terrain plus sûr. Je ne veux pas te gêner, Himeragi, » compléta Kojou.

« Bien. S’il te plaît, fais-le, » répondit Yukina.

Après avoir soupiré ces mots, Yukina s’était tenue devant lui en levant les yeux vers Kojou. Après un peu d’hésitation, elle avait parlé d’une voix si faible qu’elle était à peine audible. « Euh, Senpai... »

« Hmm ? »

« Je te remercie énormément, » déclara Yukina.

« Hein ? Pourquoi fais-tu ça ? » demanda Kojou avec un visage empli de doutes. Cependant, Yukina sourit doucement et secoua la tête.

« Non. Ce n’est rien du tout. Allons-y, » déclara Yukina.

Whoosh. Déplaçant d’un coup sa lance comme si elle coupait tous les doutes avec elle, elle s’était dirigée vers le bâtiment.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire