Strike the Blood – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 4

***

Chapitre 3 : Elle pleure

Partie 4

« Donc Mme Minamiya savait, » Yukina avait parlé alors qu’elle marchait le long d’un angle du passage, comme pour se cacher des regards indiscrets.

La façon étrangement heureuse dont elle regardait la poupée qu’elle avait reçue de Natsuki lui donnait vraiment l’air d’une lycéenne ordinaire.

« Je suppose que oui... On a vraiment dérapé en laissant la poupée comme ça, » Kojou avait répondu avec une expression sérieuse.

Il avait eu l’intention de faire une fuite réussie la veille au soir, mais Natsuki semblait en effet savoir que c’était lui dès le début. Maintenant, elle a quelque chose d’autre sur moi, pensa-t-il, se sentant quelque peu déprimée.

Yukina avait fait un soupir quelque peu exaspéré en regardant Kojou. « Non. Pas ça. À propos de l’adversaire que nous avons combattu la nuit dernière. »

« Hein ? Ce vieil homme, Eustache, ou un nom dans le genre ? » demanda Kojou.

« Oui. Et aussi cette fille homoncule... Apparemment, la police savait déjà qu’ils se livraient à la chasse aux démons, » Kojou avait hoché la tête en se souvenant de la photo que Natsuki possédait.

Si les démons agressés avaient été filmés, ce ne serait pas une surprise si la même caméra de surveillance avait filmé Eustache et la fille. Donc, la police était sans doute au courant.

« Cependant, il semble qu’ils ne connaissent pas encore leur identité, » déclara Yukina.

« Identités ? » demanda Kojou.

« Le fait que l’auteur des crimes soit un apôtre arméothargien, » répondit Yukina.

« Je vois... Elle a dit que les gars qui ont été attaqués sont toujours inconscients…, » déclara Kojou.

« Oui. Il semblerait que nous soyons les seuls à les avoir combattus directement et a être sortis indemne, » déclara Yukina calmement.

À ce moment-là, Eustache avait facilement révélé son nom et son titre parce qu’il était confiant dans la certitude qu’il allait vaincre Yukina à ce moment-là. Lorsque l’on considérait la capacité de combat de la jeune fille Astarte, on ne pouvait pas dire qu’il s’agissait d’un excès de confiance. Cependant, Kojou s’était inséré dans la situation et, par conséquent, Yukina avait été saine et sauve. Pour eux deux, il s’agissait sans aucun doute d’une grave erreur de calcul.

« Pourquoi ne pas l’avoir dit à Natsuki plus tôt ? Au-delà des apparences, elle est titulaire d’une carte C. Elle a sa licence de Mage d’Attaque Anti-Démon. De plus, elle semble bien connaître la police, » demanda Kojou.

« Senpai... es-tu sérieux ? » demanda Yukina.

« Hein ? » s’exclama Kojou.

Yukina l’avait regardé les yeux à moitié fermés, faisant que Kojou avait reculé. Elle semblait en colère pour une raison inconnue.

« J’ai aussi une carte C, de plus pourquoi une personne de l’Organisation du Roi Lion doit-elle aller pleurer auprès de la police ? » demanda Yukina.

« Euh, ce n’est pas vraiment en raison du “pourquoi”, mais…, » commença à répondre Kojou.

En y repensant, Natsuki a dit que l’Organisation du Roi Lion et les flics ne s’entendent pas, se souvient Kojou. Cela explique peut-être la tension étrange dans l’air entre Yukina et Natsuki.

Yukina avait poussé un profond soupir. « Une simple affaire de tueur en série est un travail pour la police, mais comme il ne s’agit de rien de moins que quelqu’un de l’Église orthodoxe lothargienne, un apôtre armé, il s’agit donc d’un crime de sorcellerie international. C’est dans notre juridiction. »

« O-Oh. Ce n’est donc pas seulement une question de territoire, » déclara Kojou.

« Bien sûr que non. Et aussi, Senpai, as-tu oublié ? » demanda Yukina.

« Hein ? Oublié quoi ? » demanda Kojou.

« Sur la façon d’obtenir que ce que tu as fait soit reconnu comme une défense légitime, » répondit Yukina.

« Ah... Et sur le fait qu’il n’y a pas de preuve. Euh. Et tu as dit que ton témoignage ne suffira pas, Himeragi... Ah ! » C’était alors que Kojou avait finalement compris ce que Yukina avait en tête. « Himeragi, tu ne peux pas dire... »

« Oui. Cet opposant est l’auteur de la chasse aux démons et il a même vaincu un vampire de la “Vieille Garde”. N’importe qui reconnaîtrait le danger qu’il pose, donc si tu veux prouver qu’il t’a attaqué, je pense qu’on peut faire quelque chose quant à ton propre crime, Senpai. Après tout, tu es techniquement un Primogéniteur, » répondit Yukina.

« L’essentiel, c’est que si nous pouvons attraper l’apôtre armé et sa fille, tout ira bien... ? » demanda Kojou.

Oh, mon Dieu, Kojou avait poussé un soupir. Donc capturer Eustache annulerait son propre crime. L’inverse était également vrai : Jusqu’à ce qu’ils soient capturés, il ne pouvait pas demander l’aide de la police.

Si Kojou avait expliqué à la police ce qui s’était passé hier soir, il y avait de fortes chances qu’il soit détenu sur place, et qu’il ne puisse plus se déplacer librement. Cela révélerait aussi à Nagisa le fait qu’il était un vampire.

« Quoi qu’il en soit, la police n’est pas équipée pour s’occuper de cet apôtre arméothargien. Je crois que cela ne ferait qu’augmenter le nombre de victimes, » déclara Yukina.

Yukina, qui détenait la carte maîtresse appelée « Sekkaro », l’avait clairement fait véhiculer, sans aucune exaltation. Son ton signifiait qu’il s’agissait simplement de son analyse calme des faits en tant que Mage d’Attaque Anti-Démon.

Fatigué de tout cela, Kojou avait regardé dans ses yeux. « Si on ne trouve pas le vieux et la fille avant les flics, on ne peut rien faire, hein ? »

« Je ne crois pas que ce soit impossible. Nous sommes les seuls à savoir que le coupable est un apôtre arméothargien. Et étant donné leur apparence distinctive, les endroits où il peut se cacher sont limités, » répondit Yukina.

« Eh bien, tu as raison à ce sujet... de l’imaginer marcher dans la ville en étant habillé comme ça, » Commença Kojou, mais à ce moment-là, il s’était rendu compte de quelque chose.

C’était un homme d’âge moyen, mesurant près de deux mètres de haut, avec une fille à moitié nue. C’était presque un crime en soi. On pouvait se faire arrêter à tout moment comme ça.

« En fait, en pensant de cette façon, j’ai reçu des données ce matin, » déclara Yukina.

« Des données ? » demanda Kojou.

« Une liste des installations de l’Église de l’Europe de l’Ouest sur cette île, » répondit Yukina.

Pendant que Yukina parlait, elle avait sorti un bloc-notes de sa poche. C’était un bloc-notes fantaisie avec Nekoma-tan dessiné dessus. Cependant, il y avait une liste lugubre de noms d’églises et d’adresses de rues.

« Il n’y a qu’une seule église lothargienne orthodoxe. Il existe également sept établissements appartenant à d’autres sectes. Nul doute qu’il se cache dans l’un d’eux avec son associé, » déclara Yukina.

« ... Je me le demande, » marmonnait Kojou.

Yukina avait cligné des yeux en affichant sa surprise. Elle n’aurait jamais imaginé qu’il la contredise.

« Y a-t-il une erreur ? » demanda Yukina.

« Non, ce n’est pas cela, mais je me demande simplement si nous devrions nous y prendre d’une manière si simple, » déclara Kojou.

« Hmm ? » Les lèvres de Yukina se plissèrent dans ce qui ressemblait à une petite moue.

Le visage de Kojou avait quant à lui grimacé. « Ce que je veux dire, c’est que même si la police ne sait pas qu’ils sont lothargiens, je pense qu’elle sait au moins à quoi ressemblent ces deux-là. Cela inclut le vieil homme qui porte ce vêtement. »

« Je vois... Tu as peut-être raison..., » répondit Yukina.

« Si c’est le cas, la police n’aurait-elle pas déjà enquêté sur l’Église d’Europe occidentale ? »

« Ah..., » Yukina avait légèrement inhalé en entendant ça. Elle avait secoué la tête, semblant légèrement confuse. « Mais si c’est le cas, où sont-ils maintenant ? »

« Ouais... Hmm, peut-être une succursale étrangère ? » demanda Kojou.

Comme il essayait de penser à l’endroit où Eustache pouvait marcher en plein jour sans que personne ne se méfie, il avait dit la première chose à laquelle il pouvait penser.

« Quoi ? » s’exclama Yukina.

« Ce que j’entends par là, c’est que ce n’est pas parce qu’il est un apôtre armé qu’il ne peut pas être ailleurs qu’à l’église. Tout d’abord, nous ne savons pas si le vieil homme est un véritable apôtre armé. Il aurait pu prétendre en être un. »

« Je vois..., » une expression perplexe était apparue sur Yukina alors qu’elle concédait poliment ce point.

Peu importe sa grande capacité de combat, elle était encore une apprentie mage inexpérimentée. Dotée d’une personnalité aussi franche au départ, elle aurait pu être particulièrement vulnérable à la diffusion malicieuse de fausses informations.

« Cela dit, je ne pense pas qu’il puisse vraiment se cacher avec une telle apparence. Je pense qu’il doit avoir une sorte de piège. L’endroit le plus facile pour qu’un Lothargien puisse éviter les soupçons est au milieu des autres Lothargiens, par exemple, un endroit comme une ambassade des Lothargiens... Il n’y en a probablement pas en ville, » expliqua Kojou.

« Donc, une succursale dont le siège social se trouve à Lotharingia... ou autre ? » demanda Yukina.

« C’est bien ça. C’est ce que je veux dire, » Kojou avait hoché la tête. Il avait l’impression que cela avait du sens, mais l’idée n’avait pas la moindre preuve à l’appui. Si quelqu’un le lui avait demandé, il n’était pas assez confiant pour dire qu’il était absolument sûr.

Mais Yukina avait une expression sérieuse lorsqu’elle pensait à quelque chose. « Senpai... Je suis impressionnée. »

« Hein ? » s’exclama Kojou.

« Je suis assez surprise. Je n’aurais jamais pensé que même toi serais capable d’une pensée logique comme celle-ci, Senpai, » elle avait levé les yeux vers Kojou avec des étincelles dans les yeux alors qu’elle disait ça.

Sans réfléchir, Kojou avait détourné son visage de ce regard radieux. « Est-ce que c’est si... Je n’ai pas l’impression que cela soit un compliment, mais... »

« Cependant, s’il s’agit d’une succursale à l’intérieur de la ville d’Itogami dont le siège social se trouve ailleurs, comment devrions-nous enquêter, je me le demande ? » Yukina avait parlé en reprenant immédiatement une expression sérieuse.

« Ouais, ça m’a rendu perplexe, aussi... La Corporation de Gestion du Mégaflotteur devrait avoir des données sur toutes ces entités commerciales, mais ils ne les donneront pas à n’importe qui, après tout…, » déclara Yukina.

« Attends un peu, » avait murmuré Kojou en se souvenant de quelque chose. « La Corporation de Gestion du Mégaflotteur, hein ? »

Dans les pensées de Kojou, le visage d’une camarade de classe très bien connue avait émergé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire