Strike the Blood – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 2

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 3 : Elle pleure

Partie 2

Nous nous trouvions dans la salle de classe, juste avant le début des cours.

« Bonjour, Kojou. Tu as vraiment l’air tellement décontracté dès la première heure du matin. Eh bien, c’est toujours le cas, » tandis que Kojou était assis à sa place, Asagi, assise juste devant, lui avait parlé.

Comme d’habitude, elle était habillée d’une manière magnifique avec une coiffure assortie, mais aujourd’hui, sa vivacité habituelle lui avait servi à dissimuler une ombre, comme si une aura d’ennui pendait sur elle d’une manière ou d’une autre.

Kojou avait fait un signe de la main avec la même expression apathique. « Mince, merci. Hé, tu as toi aussi l’air fatiguée. »

« Je le suis. À cause de ça, mon maquillage est vraiment mauvais... As-tu vu l’explosion d’hier aux infos, n’est-ce pas ? » Asagi avait parlé en regardant les imperfections sous ses yeux avec un miroir à main.

*Déglutition*. Kojou était quelque peu suspicieux lorsqu’il avait répondu. « O-Oui. Un petit peu. »

« Juste après ça, un gros bonnet de la Corporation de Gestion du Megaflotteur a pleuré au téléphone. Leur ordinateur central pour les mesures de lutte contre les catastrophes a été détruit, et ils ont dû mettre en place un système de remplacement à partir de zéro. C’est ce qui se produit lorsque vous achetez votre matériel au plus bas soumissionnaire. Il n’était pas du tout bien en harmonie dans le système, et son filtrage des entrées/sorties est comme une passoire. »

« Je ne suis pas vraiment, mais... ça ressemble à un grand désordre... Désolé, » déclara Kojou.

Alors Kojou avait ignoré à juste titre le technoblabla d’Asagi, il avait été torturé par un sentiment de culpabilité. C’était à la pensée que même des personnes aussi proches de lui avaient été touchées par l’incident d’hier.

Asagi avait effectué sur Kojou d’un regard empli de doute alors qu’il s’enfonçait dans le silence.

« Pourquoi t’excuses-tu ? » demanda Asagi.

« Euh... sans raison. Bref Asagi, tu as ainsi aidé toutes les personnes sur l’île, non ? » demanda Kojou.

« Mais ce n’est pas si énorme que ça, » Asagi avait rapidement parlé, semblant rougir un peu. Puis son rictus habituel orgueilleux était apparu.

« Mais tu devrais quand même peut-être me remercier. Il y a un restaurant à Porte de la Clef de Voûte qui a un buffet de gâteaux…, » déclara Asagi en s’imaginant déjà ce qu’elle pourrait y manger.

« Oui, un jour ou l’autre, c’est d’accord. J’y penserai quand j’aurai réglé mes devoirs des vacances d’été, » répondit Kojou.

Kojou avait essayé de tout écrire. La Porte de la Clef de Voûte était la section où les quatre gigaflotteurs étaient reliés — le bâtiment géant littéralement au centre de l’île Itogami. C’était l’endroit le plus à la mode de l’île, débordant de marques haut de gamme et de magasins spécialisés. Et ce restaurant était juste là. C’est cher, sans aucun doute.

« Des devoirs, hein ? » Tandis qu’Asagi avait posé son menton sur ses mains, elle marmonnait d’un ton indifférent, apparemment exprès. Pour une raison inconnue, elle avait jeté des coups d’œil de côté à Kojou par intermittence. « Au fait, Kojou, j’ai un truc que je dois te demander... Que s’est-il passé après ça ? »

« Après ça ? » demanda Kojou.

« Tu sais, hier, la fille avec qui tu étais à la gare. Le camarade de classe de Nagisa-chan, n’est-ce pas ce que tu as dit ? » demanda Asagi.

Alors qu’il ne répondait pas, elle avait continué. « De toute façon, cela n’a pas d’importance pour moi. »

« Oh ça, » déclara-t-il.

Quelque chose comme ça s’est aussi passé, n’est-ce pas ? se souvient Kojou. Grâce à l’intensité de la perturbation qui avait suivi, il avait eu l’impression que c’était déjà quelque chose dans un passé lointain.

« Oh, on est rentré chez nous, c’est tout, » répondit Kojou.

« C’est... et après ? » demanda Asagi.

« Rien que ça, je l’aidais juste à porter les affaires qu’elle avait achetées, » déclara Kojou.

« Qu’est-ce que c’est ? Hmm... Je vois, » l’expression d’Asagi semblait s’être illuminée lorsqu’elle avait soulevé son visage.

Juste à ce moment-là, dans un coin de la classe, il y avait une petite agitation ponctuée par des « oohs ». Plusieurs garçons s’étaient rassemblés dans le coin autour d’un seul téléphone cellulaire surélevé.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » demanda Kojou.

Kojou avait regardé ses camarades de classe excités comme s’il avait repéré quelque chose de désagréable dans les toilettes d’une gare.

Asagi avait appelé Rin Tsukishima, une de ses amies qui passait avec désinvolture. « Hé, Rin. Qu’est-ce qu’il y a ? Pourquoi les gars s’excitent-ils autant ? »

« Ah, ça ? On dirait qu’une fille a été transférée au collège, » répondit Rin.

Rin Tsukishima était la représentante de la classe. C’était une étudiante dont la taille et le style la faisaient paraître très adulte.

Elle n’était pas vraiment bonne en ce qui concerne de longues interactions sociales et était une fille de peu de mots, mais il y avait étonnamment beaucoup de garçons qui lui courait après. Parmi les garçons de première année du lycée, elle était numéro un dans le classement « La fille qu’on voudrait qu’elle nous marche dessus » par une marge plutôt écrasante. Elle avait apparemment été plutôt choquée d’apprendre ce résultat.

« Une collégienne transférée... ? » Le visage de Kojou avait un peu grimacé en faisant un murmure.

« Bon sang, » murmura Rin, regardant les garçons avec exaspération.

« Apparemment, la rumeur dit qu’elle est extrêmement mignonne, alors ils ont ordonné aux juniors de leurs clubs de leur envoyer des photos, » déclara Rin.

Tandis que le front d’Asagi se plissait, elle plaça son visage près de Kojou. « Hé ! Cette étudiante transférée, est-ce celle de la classe de Nagisa-chan ? »

« Oui, probablement. » Kojou avait acquiescé d’un signe de tête avec une expression douloureuse. C’était à coup sûr Yukina.

Rin avait regardé l’échange entre Kojou et Asagi avec un léger amusement. « Ne vas-tu pas aller voir, Akatsuki ? »

« Non, pas intéressé, » répondit-il.

Après que Kojou ait lancé sa réponse, Rin lui avait dit : « Je vois », hochant la tête avec une apparente satisfaction. « C’est normal. Après tout, tu as déjà Asagi, Akatsuki. »

« Hein ? » Kojou avait levé les yeux en raison de la surprise. Il avait rencontré les yeux très proches d’Asagi, et les deux s’étaient détournés en même temps.

Asagi, même avec ses joues rougissantes, avait maintenu son attitude cool en levant les yeux vers Rin.

« Tu recommences, Rin... Kojou et moi ne sommes pas ainsi. Nous sommes juste des amis du collège. N’est-ce pas ? » demanda Asagi.

« Tout à fait. Asagi traîne beaucoup avec Yaze et moi. C’est tout simplement naturel, » répondit Kojou.

Kojou, lui aussi, l’avait fait passer pour la vérité. Pour une raison inconnue, Rin avait affiché un visage déçu en les écoutant.

« Donc, en fin de compte, aucun progrès cet été non plus ? Même si Yaze semble s’en sortir bien avec une petite amie plus âgée ? » demanda Rin.

« C’est parce que Yaze et sa petite amie sont tous les deux bizarres. » Kojou l’avait affirmé avec nonchalance comme s’il n’était pas commode d’être comparé à l’un ou l’autre.

Certes, malgré les apparences, c’était un fait que Yaze avait une petite amie. Dès qu’il avait obtenu son diplôme du collège en avril, il était tombé amoureux dès le premier regard d’une séniore de troisième année. Après un certain nombre d’approches passionnées tout droit sorties d’une comédie romantique, ils étaient finalement devenus un couple juste avant les vacances d’été.

Rin était d’accord, regardant Kojou avec une expression significative.

« Certes, je pense aussi qu’elle est un peu excentrique, mais, Akatsuki-kun, je ne pense pas que je veuille t’entendre appeler quelqu’un d’étrange. J’ai l’impression que tu as aussi des secrets très intéressants, » déclara Rin.

« Je ne sais pas de quoi tu parles, Tsukishima, » répliqua Kojou.

« Hehe — hehe. » Pendant que Rin regardait Kojou feindre l’ignorance, semblant bouder, elle avait plissé les yeux et avait ri.

Son grand-père était un célèbre spécialiste de l’écologie du monde des démons. Peut-être à cause de cela, Rin était très instruite sur les caractéristiques des différents démons, et parfois, elle agissait comme si elle avait réalisé que Kojou n’était pas un être humain normal.

Cependant, Rin ne considérait pas Kojou avec inimitié, elle semblait de toute façon peu encline à faire des histoires spéciales. On aurait dit qu’elle observait Kojou simplement parce qu’elle le trouvait intéressant. Ici, dans la Cité d’Itogami, où il y avait beaucoup plus de démons, etc. que de résidents étrangers, ce n’était pas grand-chose.

L’Académie Saikai avait après tout un certain nombre d’élèves démoniaques, ils n’étaient pas regardés d’une manière spéciale, assez pour qu’une belle fille qui est transférée au collège attire beaucoup plus d’attentions qu’eux.

Cela dit, même Rin serait sûrement surprise de savoir que Kojou était en fait le quatrième Primogéniteur.

« Oh oui, Kojou. J’ai apporté le rapport sur l’histoire du monde que j’ai mentionné hier... Veux-tu le regarder ? » Asagi, dont l’humeur s’était légèrement améliorée à un moment donné, avait parlé alors qu’elle sortait une pile de papier de son sac.

Kojou avait hoché la tête en un clin d’œil. « Ouais. Bien sûr. »

« Alors ! Buffet de gâteaux à Porte de la Clef de Voûte ! » déclara Asagi.

« Argh... d’accord…, » répondit Kojou.

Il venait d’avoir son cœur brisé, mais Kojou avait quand même hoché la tête. C’était une question de priorités, il s’inquiétait plus de la façon dont il allait faire ses devoirs se trouvant devant lui que de l’état de son portefeuille.

« Bien, bien, » répondit Asagi, en hochant la tête avec un visage souriant tout en remettant le papier à Kojou.

« Ah ? Je me demande ce qu’il y a avec Natsuki-chan ? » À ce moment, Rin avait murmuré.

Il était trop tôt pour la séance d’accueil, mais l’enseignante de la classe, vêtue d’une robe noire et étouffante, était entrée dans la salle de classe avec une expression de déplaisir.

« Kojou Akatsuki, êtes-vous là ? »

Sa charismatique maîtresse de classe, assez petite pour ressembler à une petite fille, avait appelé Kojou à l’entrée de la classe avec l’aura d’une divinité féroce. Kojou avait un mauvais pressentiment à ce sujet alors qu’il faisait des signes de la main.

« ... Quoi de neuf ? » demanda Kojou.

« Venez à la salle d’orientation des élèves à midi. J’ai besoin de vous parler, » Natsuki avait fait une déclaration glaciale.

D’ailleurs, sa tenue de ce jour-là était une robe et des chaussettes en mini-jupe de style loli gothique avec des bordures noir et blanc. C’était complètement étouffant comme d’habitude, mais ça avait l’air sympa et cool comparé à la plupart des vêtements qu’elle portait habituellement.

La froideur et la soif de sang de la menace implicite de Natsuki avaient fait frissonner Kojou.

« Hein ? N’aviez-vous pas dit que j’avais jusqu’au premier cours du dernier jour de la semaine pour rendre ce devoir d’anglais... ? » demanda Kojou.

« Et aussi, amenez cet élève du collège avec vous, » continua Natsuki.

« Himeragi... ? Pourquoi ? » demanda Kojou.

La voix de Kojou avait involontairement augmenté en volume.

Les murmures parmi les étudiants s’étaient propagés au fur et à mesure que le nom de l’étudiante transférée, qui avait fait l’objet de nombreuses rumeurs, émergeait de ses lèvres.

« Comprendriez-vous si je disais que cela a rapport à l’incident d’hier soir ? » demanda Natsuki.

« Euh, ah... Aucune idée de ce dont vous parlez..., » répondit Kojou.

« Ne faites pas l’imbécile avec moi. Je vais vous parler en détail de ce que vous faisiez tous les deux après avoir quitté le centre de jeu tard dans la nuit, » déclara Natsuki.

Natsuki avait laissé ce monologue derrière elle avant de partir sans attendre la réponse de Kojou. Après cela, Kojou avait transpiré à grosses gouttes tandis que des étincelles remplies de rages venant des étudiants masculins se déversaient sur lui. Et puis...

« Akatsuki... De quoi parlait-elle tout à l’heure ? Pourrais-tu nous expliquer en détail ? » Rin se tenait à côté de Kojou assise, le regardant alors qu’elle lui demandait ça. Elle était si calme normalement, mais dans des moments comme celui-ci, elle était impressionnante d’intimidation.

« T-Tsukishima... Euh, Asagi ? » Kojou avait spontanément appelé à l’aide. Cependant, Asagi, qui aurait dû être assise à ce moment-là, avait disparu à un moment donné.

« Si tu veux voir Asagi, elle est là-bas, » déclara Rin.

Rin avait pointé du doigt vers l’arrière de la classe avec un visage sérieux.

Pour une raison inconnue, Asagi se tenait juste à côté de la poubelle, déchirant le tas de papier dans ses mains encore et encore.

Geh ! Tandis que les feuilles se transformaient en lambeaux, Kojou avait retenu son souffle lorsqu’il s’était rendu compte de ce qu’était la pile de papier.

« A-Attends. Ce ne serait pas le rapport sur l’histoire du monde que je t’ai demandé, n’est-ce pas... ? » demanda Kojou.

Tandis que Kojou se hâtait de se lever, Asagi le regardait, les yeux à moitié fermés et remplis d’une rage silencieuse. Sans dire un mot...

« Pfff ! »

... elle avait fait un dur rejet, jetant le papier complètement déchiqueté dans la poubelle.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire