Strike the Blood – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 4

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 2 : Voici le Chien de Garde

Partie 4

Le souper que Nagisa avait préparé aurait dû être suffisant avec des portions légères pour sept ou huit personnes, mais les trois étudiants présentaient une énorme faim alors qu’ils dévoraient le tout. Ils avaient même réussi à terminer le dernier bouillon de gruau de riz.

« Ah, on a bien mangé. Je ne peux plus bouger, » déclara Nagisa.

Nagisa, vêtue d’une mince camisole, était tombée sur le canapé du salon. Quand Yukina avait essayé de nettoyer après ça, Nagisa avait dit : « C’est bon » et elle l’avait forcée à retourner dans sa propre chambre ; quand la cuisine avait été impeccable, elle semblait avoir épuisé toutes ses forces.

« Hé, Nagisa. Ne t’endors pas dans un endroit comme ça. Tu vas attraper froid, » tandis que sa petite sœur tenait joyeusement son ventre avec ses mains, Kojou regardait avec une expression incrédule pendant qu’il parlait franchement.

Nagisa lui avait répondu d’un air agacé. « Encore un petit peu plus, je suis fatiguée de l’entraînement du club d’aujourd’hui, Kojou, d’accord ? »

Après ça, Nagisa lui avait parlé quand elle avait vu son frère se déplacer vers l’entrée. « Où vas-tu ? »

« Au dépanneur. Je vais aller me chercher quelque chose à boire pour rester éveillé, » répondit Kojou en mettant son parka sur sa tenue de maison.

Nagisa, avec toujours le visage tourné vers le bas, avait levé son visage comme s’il lui avait fallu beaucoup d’efforts.

« Ahh ! Alors, achète-moi de la glace tant que tu y es. La même que la dernière fois, » lui demanda Nagisa.

« Peux-tu encore manger ? Tu vas grossir au niveau de ton ventre si tu continues, » répondit Kojou.

« Oh, tais-toi. Je déteste quand tu dis ça, Kojou. » Les joues de Nagisa s’étaient gonflées quand elle s’y était opposée.

« Ouais, ouais, » répondit-il.

Comme Kojou le pensait, elle était en colère parce qu’elle savait qu’il avait raison, il avait fini d’attacher ses lacets et avait ouvert la porte d’entrée. Yukina se tenait tout simplement devant lui.

« Senpai, où crois-tu aller dans un moment pareil ? » demanda Yukina.

« Wôw ! » Kojou avait involontairement crié devant ce qui se trouvait devant lui.

Les yeux d’Yukina s’étaient rétrécis alors qu’elle était sur ses gardes et qu’elle fixait Kojou avec un regard glacial.

« H-Himeragi !? » s’écria Kojou.

« Oui. Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Yukina alors qu’elle inclinait un peu la tête.

Quand il vit ça, Kojou s’était senti un peu soulagé.

Les cheveux d’Yukina étaient encore humides, avec des gouttelettes d’eau s’égouttant des pointes. De plus, la seule chose qu’elle avait jetée sur le haut de son corps nu, c’était sa blouse, qui semblait indiquer qu’elle était sans défense. Elle n’avait pas d’étui à guitare sur le dos. Il se demandait si elle avait attendu à l’extérieur de la résidence, surveillant sa sortie pendant tout ce temps, mais apparemment cela n’avait pas été le cas.

Elle était probablement en train de prendre un bain quand elle avait senti Kojou partir. Nul doute qu’elle s’était empressée de partir. Ce genre de dévouement stupide et aveugle à son travail était exactement ce que l’Yukina, trop sérieuse, ferait.

« Tu n’as quand même pas l’intention de venir avec moi alors que tu es habillée comme ça ? » demanda Kojou en sentant un léger mal de tête.

« C’est mon devoir de te surveiller, » répondit Yukina avec son ton impassible habituel, mais même elle avait fait preuve d’un peu de timidité et d’anxiété.

Les circonstances étant ce qu’elles étaient, et probablement, elle ne portait même pas de culotte sous sa jupe.

Kojou secoua la tête avec consternation. « Hé, c’est bon. Va... sèche tes cheveux et tout ce que tu veux. J’attendrai ici jusqu’à ce que tu aies fini. »

« Vraiment ? » demanda Yukina alors qu’elle clignait des yeux, semblant un peu surprise.

Le visage de Kojou continuait à grimace avant de répliquer « Comme si je décidais d’emmener un lycéen qui ressemble à ça !? Je vais me faire arrêter ! »

« Je suppose que tu as raison. S’il te plaît, entre et attends un peu, » déclara Yukina.

« Non, ce n’est pas grave. Je vais attendre ici. Ce n’est pas comme si j’allais m’enfuir, » répondit Kojou.

Kojou cachait la tristesse sur son visage pendant qu’il parlait. De toute façon, être seul avec une fille sortant du bain, c’était mal. Le niveau de difficulté était trop élevé pour Kojou.

Yukina l’avait laissé avec un « Eh bien, alors », semblant s’enfuir alors qu’elle retournait dans sa propre chambre.

Kojou avait regardé le ciel depuis le couloir de l’appartement. Il avait innocemment compté les étoiles. Après tout, il avait le sentiment qu’il serait agressé par des impulsions vampiriques s’il voyait Yukina changer de vêtements.

Finalement, la porte de la chambre d’Yukina s’était ouverte une fois de plus, et Yukina était sortie, entièrement habillée cette fois-ci. Elle avait en effet cet étui de guitare sur son dos.

Peut-être qu’elle n’a pas de vêtements à part les uniformes scolaires, pensa soudain Kojou. Je vais bientôt devoir l’emmener faire du shopping. Tout en ayant cette pensée entièrement naturelle, Kojou s’était rendu compte de quelque chose et il avait poussé un soupir.

Il avait l’impression d’avoir ramené un petit animal de compagnie à la maison.

« Alors, où allons-nous, Senpai ? » demanda Yukina, ignorante du conflit intérieur de Kojou.

Kojou était monté dans l’ascenseur en répondant : « Dépanneur. Ne me dis pas que tu ne sais pas ce qu’est un dépanneur ? »

« Oui, je sais ce que c’est, mais je n’en ai jamais vu un au milieu de la nuit comme ça. »

Yukina avait parlé avec un certain entrain dans sa voix, comme si elle contenait des attentes sans aucun malaise. Elle avait l’expression d’une fille qui cachait une farce à ses parents. N’attends pas grand-chose d’un dépanneur, pensait Kojou avec un sourire tendu.

« Désolé pour tout à l’heure. Tu dois être épuisée, » déclara Kojou.

« Hein ? »

« À l’heure du souper, Nagisa était vraiment excitée, » déclara Kojou.

« Non, c’était amusant. Le ragoût était aussi délicieux, » répondit Yukina.

Yukina avait souri avec ce qui ressemblait à un petit rougissement. Je suis content alors, pensa Kojou en souriant.

« Nous avions l’habitude de cuisiner à tour de rôle, mais Nagisa s’est améliorée dernièrement, alors…, » déclara Kojou.

« C’est bien d’être un frère et une sœur. Je n’ai pas de famille, alors j’admire ça, » Yukina l’avait déclaré sur un ton décontracté.

« N’as-tu pas de famille ? » demanda Kojou.

Kojou avait regardé le côté du visage d’Yukina avec surprise.

« Non, » répondit Yukina, secouant la tête sans montrer aucun sentiment réel.

« Tout le monde à la Forêt des Grands Dieux est orphelin. L’organisation rassemble des enfants à potentiel de tout le pays et les élève pour devenir des Mages d’Attaque Anti-Démon, » répondit-elle.

« C’est si... ? » L’histoire personnelle d’Yukina présentait un poids inattendu, et cela avait laissé Kojou à court de mots. « Alors tu as été élevée dès le début pour être une Mage d’Attaque... ? »

« Oui. Euh ! Mais ce n’est pas comme je me sentais seule parce que je n’avais pas de famille. Tout le personnel de la Forêt des Grands Dieux est très aimable et la formation Chamane Épéiste ne me dérangeait pas non plus. »

Yukina s’était amendée à la hâte. Il n’avait pas l’impression qu’Yukina mentait. Kojou avait accepté ses paroles. Il pensait qu’Yukina n’aurait de toute façon pas pu apprendre les arts martiaux à un niveau assez élevé pour dominer complètement les démons si elle avait détesté l’entraînement. Mais —

« Qu’est-ce qu’une Chamane Épéiste ? » demanda Kojou. Kojou avait incliné la tête face au terme inconnu.

« Un Mage d’Attaque au service de la Forêt des Grands Dieux. Je pense que c’est censé signifier une jeune fille de sanctuaire formée à l’art de l’épée, » Yukina avait parlé avec un regard incertain. Apparemment, elle ne l’avait pas vraiment compris elle-même.

« Jeune fille du sanctuaire... Himeragi, ça veut dire que tu peux prier et dire la bonne aventure ? » demanda-t-il.

« Je peux faire les actes, mais ce n’est pas vraiment ma spécialité…, » répondit-elle.

« Hmm »

Je vois, pensa Kojou, en l’acceptant d’une manière ou d’une autre. Maintenant qu’elle l’avait mentionné, Yukina semblait très comme il faut, mais avait l’air de quelqu’un qui trouvait les formalités rigides difficiles.

D’une façon ou d’une autre, vous pourriez l’appeler animaliste, ou plutôt, le type de mouvement basé sur l’instinct et l’intuition. C’était peut-être au départ ces qualités qui lui avaient permis d’être Chamane Épéiste.

« Senpai... Ne penserais-tu pas à quelque chose de grossier, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

Elle avait déconcerté Kojou avec l’instant parfait choisi pour sa question, comme si elle avait regardé à travers son esprit.

« Euh, non, pas du tout, » répondit-il.

« Je suis un médium plutôt habile, tu vois. Il est inutile de me mentir, » répondit-elle.

« Eh... !? Tu es vraiment comme un animal…, » répondit Kojou.

« Donc tu pensais à quelque chose comme ça…, » déclara Yukina.

Au cours de cette conversation, les deux individus étaient arrivés au dépanneur qui était leur destination.

L’Île Sud, le principal gigaflotteur résidentiel principal où se trouvait le complexe d’appartements de Kojou et Yukina, n’avait pas beaucoup de personnes qui se promenaient la nuit. Malgré tout, les choses étaient assez animées à l’approche de la gare.

Il y avait de restauration rapide et des cafés et même les cafés manga ainsi que des centres de jeux.

« Ah… »

Quand ils étaient passés devant le centre de jeu, Yukina s’était soudainement arrêtée. Cela avait attiré un regard par-dessus son épaule de la part de Kojou. Il n’y avait aucune chance qu’elle ne savait pas ce qu’était un centre de jeu, pour l’amour de Dieu, mais...

« Ah, désolée. Ce n’est rien, » déclara Yukina.

« Y a-t-il quelque chose à propos du jeu de grue ? » demanda Kojou en réalisant qu’Yukina avait fixé son regard sur une armoire à l’avant du magasin.

Yukina avait un peu incliné la tête. « C’est donc un... jeu de grue. Il y a un Nekoma-tan dedans... »

« Nekoma-tan ? Cette mascotte en peluche ? » demanda Kojou.

« Oui. Euh... C’était très populaire dans mon ancienne école, » répondit-elle.

Yukina avait fait un petit signe de tête. C’était un chat-mascotte à deux têtes agitant une patte comme un chat qui faisait un signe.

Il comportait une queue divisée en deux, ce qui expliquait probablement le nom. Yukina avait essayé de parler comme si ce n’était rien de spécial pour elle, mais elle avait regardé la mascotte dans la vitrine avec des yeux brillants et scintillants.

« Eh bien, on peut le choper si c’est juste ça, » déclara Kojou.

Un sourire légèrement tendu était apparu sur Kojou alors qu’il sortait une pièce de cinq cents yens. Yukina leva les yeux vers Kojou avec une expression surprise.

« Qu’est-ce que tu veux dire par “chopper” ? Tu ne veux quand même pas dire…, » demanda Yukina.

« Non, non. Je ne veux pas dire ça dans le sens de voler. Ce dont je parle, c’est vis-à-vis de ce à quoi sert la machine, » répondit-il.

Après avoir dit ça, Kojou avait inséré la pièce dans la machine de jeu. Comme Kojou utilisait des boutons de commande pour faire bouger le bras de la grue, Yukina avait également compris l’idée générale. Elle avait observé les mouvements du bras avec un regard beaucoup plus sérieux que lorsqu’elle avait combattu ces démons.

Puisqu’il avait été avec Nagisa quand elle avait fait beaucoup de demandes en l’air, la maîtrise de Kojou avec les jeux de la grue était assez décente. Avec précision, il avait placé le bras là où il pouvait facilement l’attraper, avait ciblé la peluche et avait abaissé la grue.

Yukina retenait son souffle en regardant le but inaltérable du bras qui s’agrippait à la mascotte, la tirant vers le haut et la portant jusqu’à la boîte de dépôt. Finalement, la mascotte-chat en peluche était tombée dans la boîte. À ce moment-là...

« … Vous deux, là. Vous êtes des étudiants de l’Académie Saikai, n’est-ce pas ? Que faites-vous ici à cette heure ? »

Quand Kojou et Yukina avaient entendu la voix calme qui venait de derrière eux, ils s’étaient figés comme s’il avait été zappé par l’électricité.

Merde. Kojou avait retenu son souffle en voyant la silhouette reflétée par le verre de la machine de jeu.

Natsuki Minamiya se tenait là. Il n’avait pas besoin de bien voir son visage ; personne d’autre sur l’île de l’été éternel n’était assez fou pour porter quelque chose d’aussi étouffant qu’une robe à volants. Le parasol qu’elle tenait levé n’était pas à sa place la nuit, mais il semblait qu’elle était en train de faire les rondes pour donner aux élèves des conseils appropriés.

« Vous, le garçon. Je crois que je vous ai déjà vu. Tirez votre capuche vers le bas et tournez-vous vers moi, » Natsuki parlait sur un ton qui semblait amusé. Elle semblait avoir l’intention de coincer Kojou petit à petit, comme si elle étranglait son cou avec de la dentelle de soie.

Quand il avait jeté un coup d’œil à Yukina, elle était paralysée tout en affichant un regard pâle. Ayant été élevée pour tenir pour acquis le fait d’être une étudiante d’honneur, cette situation la frappait probablement assez durement.

C’est mauvais, pensa Kojou avec une sueur froide.

Il était déjà près de minuit. Même si c’était une machine de jeu à l’avant du magasin, nous jouions dans un centre de jeu n’était pas une excuse. C’était totalement contraire au règlement de l’école. Et il avait une lycéenne avec lui.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Si vous vous entêtez, j’ai des moyens de vous faire obéir…, » déclara Natsuki.

C’était arrivé juste après que Natsuki ait parlé sur un ton comme si elle jouait avec sa proie.

*Boom.* Une faible vibration avait secoué toute l’île artificielle. Un instant plus tard, le bruit d’une explosion se fit entendre partout.

« Qu’est-ce que... !? » Natsuki, également une Mage d’Attaque, s’était retourné en réaction à cet étrange événement.

Les bruits d’explosions continuaient à rugir sans fin. Aucun simple accident ou phénomène naturel ne pouvait expliquer cela.

Quelqu’un se livrait à une destruction délibérée. Cela avait également été transmis par la vague féroce d’énergie magique que même les gens normaux étaient capables de ressentir. Au moment où l’attention de Natsuki avait été entièrement attirée par cela...

« Himeragi, cours ! » Kojou avait instantanément saisi la main d’Yukina et s’était mis à courir.

« Eh, ah... C’est vrai ! » Comprenant l’intention de Kojou, Yukina avait également tenu serrée la main de son côté.

« Ah, attendez, vous deux…, » cria Natsuki.

Natsuki leur criait quelque chose dans leur dos, mais Yukina et Kojou possédaient des capacités athlétiques incomparables vis-à-vis de celles d’une personne normale. Kojou avait senti un flash provenant d’Yukina alors qu’elle détruisait la barrière que Natsuki avait instantanément tendue devant eux. Natsuki, complètement prise au dépourvu, n’avait plus aucun moyen de les suivre.

Nous l’avons fait, pensa Kojou avec soulagement. Mais à ce moment-là...

« Je m’en souviendrai, Kojou Akatsuki ! » Les mots de Natsuki, comme ceux d’un méchant récurrent, avaient résonné tout au long de la nuit.

Cependant, sa voix avait disparu au fur et à mesure que les sons intermittents d’énormes explosions continuaient à se faire entendre.

L’expression de Kojou s’était tordue alors qu’il courait. Ce n’était pas que les paroles de Natsuki qui le dérangeait. C’était qu’il s’était rendu compte de la vraie nature des étranges explosions qui se produisaient à l’intérieur de la ville.

Il s’agissait d’une masse de pouvoir magique sensible, d’une puissance magique écrasante et sauvage. Une incarnation de la destruction.

Et un être trop proche de l’existence actuelle de Kojou Akatsuki.

Un Vassal Bestial d’un vampire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire