Shiniki no Campiones – Tome 4 – Prologue

***

Prologue

L’hiver ne devrait pas tarder à arriver.

Le vent froid qui soufflait gelait impitoyablement les corps des humains. De plus, lorsque l’été arrivait, cette terre se transformait avec une chaleur intense remplissant tout.

Le vent sec soufflait violemment en permanence pendant toute l’année ─ .

C’était ce genre de terre désolée.

« Ô le radieux Apollon, » demanda la déesse Athéna d’une voix belle et digne.

Alors qu’elle avait l’apparence d’une jeune fille dans son adolescence, elle possédait une froide majesté.

« C’est ta destination… n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

« Oui. Je dois ajouter qu’après tout, il ne s’agit là que de la “première place”, » celui qui avait répondu avec un sourire de ruffian était un jeune homme musclé et beau.

Une couronne de baies de laurier ornait ses beaux cheveux bouclés et dorés. C’était le dandy qui faisait la fierté de la mythologie grecque et du dieu Soleil, Apollon lui-même.

Juste à côté de lui, la déesse de la sagesse et de la guerre, Athéna, plissa ses yeux.

La fille de Zeus ne fixait pas le dieu Soleil, mais une « image d’animaux »…

« Cet endroit était un sanctuaire dans un passé lointain, n’est-ce pas ? » demanda Athéna.

« Et puis, c’était aussi un village où vivaient les humains. Cela se situe à un endroit où il te faut remonter dix mille ans en arrière, » répondit Apollon.

Ce que les deux dieux regardaient ─ .

C’était un dessin au trait gravé sur un énorme rocher.

Un troupeau de bisons, un troupeau de cerfs, un troupeau de chevaux, dauphins, loups, chèvres, panthères, etc. Divers animaux avaient été dessinés à la surface de la roche avec une méthode très simple.

C’était une paroi rocheuse.

Les montagnes avaient été présentes au centre d’un terrain vague avec une belle visibilité, formant une gorge.

Et puis, les animaux et les humains avaient été dessinés ici et là sur la surface rocheuse de cette zone ─ .

Les humains chantaient et dansaient, les humains chassaient à l’arc et aux flèches.

Cette terre était « au bord de la mer », il semblait que dans l’antiquité, cette région était aussi au fond de la mer. Le nom de l’endroit semblait être Gobustan.

Mais Athéna et Apollon, qui étaient des dieux, ne s’en souciaient pas.

D’ailleurs, ils étaient aussi accompagnés d’une humaine.

Princesse Cassandre. La princesse de Troie, princesse royale, regardait les nombreux dessins avec les yeux vides.

Ses beaux yeux pourpres reflétaient une image animale qui avait un charme profond malgré sa simplicité.

« … »

Cependant, Cassandre n’avait rien dit. Elle ne regardait que les bêtes qui étaient dessinées à la surface de la roche sans rien faire d’autre. Son émotion n’était pas non plus apparue à l’extérieur.

De plus, ils portaient tous des vêtements de style ancien.

Ils étaient habillés comme dans la mythologie alors qu’ils étaient sur terre dans la première moitié du 21e siècle.

Apollon portait un manteau rouge, des gants d’or et un arc argenté. Il demanda à Athéna qui portait une robe verte et un bâton. « Fille de Zeus. De quelle façon as-tu l’intention de détruire ce monde de surface ? »

« Elle devrait être détruite par une grande inondation, » Athéna répondit instantanément par un ton sévère. « C’est tout à fait naturel. Après tout, c’est la fin promise du monde. »

« Hmm. C’est différent de mon opinion, » répondit Apollon.

« Quoi ? Alors, Phoebos, laisse-moi entendre ton opinion, » déclara Athéna.

« Il devrait être détruit par un grand incendie, » déclara Apollon.

« Imbécile. Un jour, quand le temps viendra, le grand déluge arrivera sûrement, mais même avec mes yeux, déesse de la sagesse, je ne vois toujours pas le signe du grand feu, » déclara Athéna.

« Quoi ? Si cet appel d’Apollon pour le grand feu de destruction inéluctable ─ alors c’est ce qui va se passer, » déclara Apollon.

Athéna secoua la tête en entendant le discours du dieu Soleil. « Tu es certainement un dieu puissant. C’est toi qui illumines le monde et les humains avec la lumière du soleil éblouissant. Cependant, tu n’es pas le porteur des flammes qui provoquera la destruction du monde. »

« Seulement maintenant. Mais, je peux devenir quelque chose comme ça, » déclara Apollon.

« … Hou ? » Athéna avait souri à la réponse implicite d’Apollon. « Je vois. Donc tu cherches ton lieu de naissance à cause de ça. Très bien, dans ce cas, joignons la destruction de l’eau à la destruction du feu. Ça conviendra aussi à ce monde pollué. »

« Je suis humilié par ton discernement. Comme attendu de la princesse qui déborde de sagesse, » déclara Apollon.

Il n’avait rien expliqué, mais Athéna avait été facilement convaincue.

Apollon sourit à sa sagesse qui était exactement comme dans le mythe, puis son regard se tourna vers la Princesse Cassandre qui n’avait toujours pas dit un seul mot.

« Maintenant, je vais te faire prouver ton utilité bientôt, » déclara Apollon.

La prophétesse maudite de Troie. La belle princesse qui fut la prêtresse d’Apollon.

Tout raisonnement avait été volé temporairement à Cassandre. C’était Apollon qui avait provoqué cet état mental de moitié éveillé et de moitié endormi. C’était pour puiser son pouvoir.

Il chuchota à l’oreille de la princesse de Troie qui était encore en transe.

« Princesse. Les gens qui ont dessiné le dessin des animaux ─ non, les “dieux saints” dans cette terre après cela ont cherché une nouvelle terre qu’ils n’avaient pas encore vue et qu’ils n’avaient pas quittée. Certains sont partis vers l’ouest, d’autres vers l’est et d’autres encore vers le sud. »

« … » Cassandre n’avait rien dit. Mais, la lumière demeurait dans ses yeux qui fixaient le dessin.

« Ils ne savaient pas travailler le bronze, encore moins le fer. C’était des gens qui frappaient de la pierre pour créer des outils et des armes. Pendant plusieurs milliers d’années, ces gens ont avancé vers l’est et vers l’ouest. En d’autres termes, cette terre n’était autre que la patrie originelle qui a donné naissance à de nombreuses civilisations et dieux. C’était la patrie de cet Apollon, hyperborée ─ . »

« … »

« Peux-tu voir la situation de ce pays, princesse ? » demanda Apollon.

« … »

« Oh Hyperborée. La terre là-bas du vent du nord. Vous êtes le pays de l’éternelle source. La lumière de cette terre ne s’éteindra jamais, continuant à illuminer le ciel et la terre pour l’éternité. O. Hyperborée. Ô patrie d’Apollon, dieu du tir, propriétaire de l’arc d’argent. Le chemin pour arriver à ce pays, personne n’a aucun espoir d’y passer ─ , » Apollon chantait des louanges sur son lieu de naissance.

Sa voix était belle même en temps normal, mais quand il chantait, sa voix était encore plus belle.

Si les humains l’écoutaient, ils pleureraient avec une rivière de larmes parce qu’ils se sentiraient émus. Cassandre qui avait monopolisé cette chanson était ─

silencieuse même maintenant.

Cependant, ses yeux émettaient une forte lumière dorée.

La prophétesse Cassandre ne devrait plus voir le dessin dessiné sur la roche, mais un paysage différent. Oui. La terre qui avait donné naissance au dieu Soleil Apollon ─

« ... Moi, j’ai vu, » les belles lèvres de la princesse de Troie chuchotaient d’une voix rauque. « La mer… la mer bleue qui s’étend sans fin… beaucoup d’îles… la vie déchirée et la vie renaissante… la terre sainte où les héros du salut se réunissent… »

« Bon travail, princesse, » à l’instant où Apollon l’exalta, les genoux de Cassandre s’écroulèrent, impuissants.

Elle avait manqué de force et était tombée. Le bras droit du dieu du soleil avait rapidement attrapé le corps de la prophétesse. Athéna regardait cela avec un regard admiratif.

« C’est tout à fait un beau plan, ô radieux, » déclara Athéna.

« Donc tu l’as deviné. Les yeux de sagesse d’Athéna sont vraiment terrifiants, » déclara Apollon.

« La légende qui a transmis l’emplacement définitif de l’hyperborée ne subsiste plus à cette époque. Mais, ces dessins sont des dieux, des légendes qui ont été dessinées par les gens de ce pays. Comment changeront-ils plus tard pour ─ si la princesse Cassandre, prophétesse est faite pour avoir une vision du “futur”… »

« Cela deviendra la “clé” pour ouvrir la porte du sanctuaire. Eh bien, j’ai moi-même l’autorité de la prévoyance, mais…, » déclara Apollon.

« Tu es Apollon, l’enfant du raisonnement envoyé par les cieux. Tu n’as aucun espoir d’atteindre l’état de transe ainsi et d’obtenir l’oracle dans ton rêve. Tu as kidnappé la princesse Cassandre pour ça, » déclara Athéna.

« Tout est exactement comme tu le dis. Alors, partons, » déclara Apollon.

Afin d’apporter la destruction au monde de surface pollué.

Apollon proclama la reprise de leur voyage d’une voix magnifique sans égal. « Vers la deuxième destination. Notre voyage ne fait que commencer. »

.

Le dieu Soleil Apollon.

Dans la mythologie grecque, son lieu de naissance était considéré comme l’île de Délos.

Leto, la mère d’Apollon et déesse de la lune Artémis avait accouché sur une île faite de rochers flottant sur la mer Égée ─ en plus, elle le faisait cachée dans les profondeurs de la terre.

Le père des jumeaux était le roi des dieux Zeus. Elle y avait accouché pour échapper à la rage de l’épouse légale de Zeus, Héra.

Juste après sa naissance, Apollon était devenu un jeune homme fort. Puis il tua le monstre Python qui nidifiait sur la terre sainte de Delphes avec son arc.

Stimulé par cet élan, Apollon apparut devant Zeus.

Les dieux l’avaient unanimement loué ─ .

C’était l’histoire de la naissance d’Apollon. Cependant, il y avait une histoire étrange. Avant d’apparaître dans le mont Olympe où Zeus se trouvait, il avait vécu pendant un an dans le pays qui s’appelait Hyperborée… c’est ce que le conte disait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire