Shiniki no Campiones – Tome 3 – Chapitre 5 – Partie 1

***

Chapitre 5 : Jusqu’à Nara…

Partie 1

Le rideau de la nuit chassait le soleil couchant restant.

Le minitruck contenant Ren et son groupe avait roulé sauvagement tout droit vers l’est depuis le parc du château d’Osaka jusqu’au pied d’une montagne.

« N’est-ce pas la montagne d’Ikoma ? » demanda Julio.

« C’est un nom familier. C’est la montagne sacrée de Riona et la ville natale de Fumika, » répondit Ren.

Ren et Julio se chuchotaient à l’oreille à l’arrière du minitruck.

D’autre part, la deuxième fille des sœurs locales parlait fortement. « Allez-y — . Traversez cette montagne et foncez là où je suis ! »

Toba Fumika n’était pas du genre à déborder d’une aura dominante.

Cependant, à l’heure actuelle, sa voix et son expression étaient vaillantes et peut-être même hautaines. Sa façon de parler était aussi dominatrice. Elle était plutôt plus proche de sa grande sœur Riona en ce moment.

Les yeux de Fumika brillaient encore en bleu.

Ren avait alors demandé. « Au fait, tu es… qui ? C’est bien de te considérer non pas comme Fumika-chan, mais comme “la personne à l’intérieur” qui possède cette fille, non ? »

« Alors vous l’avez réalisé, Tueur de Dieux, » répondit-elle.

« Fumika » avait souri sans crainte, ce qui n’était pas son genre.

« Eh bien, ma présentation sera pour plus tard. Je vais me présenter directement à vous. Disons que je suis un noble qui a surpassé votre imagination, » déclara Fumika.

« Hee. J’ai hâte d’y être, » répliqua Ren.

Il semblerait être un fantôme avec une très forte confiance en soi. Ren avait souri.

Stella qui était sur son épaule avant ça avait disparu depuis. Riona était encore allongée sur le sol. Cassandre poursuivait sa conduite furieuse et vigoureuse sur le siège du conducteur.

La princesse de Troie regarda le rétroviseur et ses sourcils bien formés se froncèrent.

« Je n’arrive pas à m’en débarrasser. Quelle vexation ! » déclara Cassandre.

« C’est la vérité. Ces gars aussi sont persévérants, hein ? » répliqua Ren.

Il y avait un groupe qui poursuivait le minitruck qui roulait à une vitesse de plus de 100 km/h.

Bien qu’ils se soient débarrassés du kaiju Yamata no Orochi, des Yomotsu Shikome —, les zombies femelles qui se vantaient de leur agilité tel l’éclair couraient à toute vitesse sur la voie publique.

De plus, ce fut la formation d’un grand groupe avec plusieurs centaines d’individus dedans !

La plupart du temps, ils ne bougeaient que leurs pieds sans balancer leurs mains. Ils couraient plutôt que de voler. Leur forme de course était comme un ninja dans les mangas ou les anime.

Il n’y avait qu’une distance de 40 ou 50 mètres entre le minitruck et le groupe de zombies.

« Ça me fait penser à une course de vélo en voyant ça, » Julio, qui venait d’Europe et qui était le centre des sports cyclistes, avait dit cela. « Comme le Tour de France ou le Giro d’Italie. En ce moment, nous sommes le groupe qui prend la tête en échappant avec à notre poursuite un grand groupe derrière. »

« Hahahaha. Dans ce cas, nous ne devons pas nous faire prendre, » déclara Ren.

Il s’agissait d’une évolution qui s’était souvent produite lors des courses sur route. Cependant, il s’agissait d’une conjecture exacte.

Ren tourna à nouveau son regard vers la possédée « Fuymika ».

« D’ailleurs, nous avons été expressément invités, donc nous avons accepté avec reconnaissance, mais… est-ce que ces zombies peuvent aussi venir ? » demanda Ren.

« Fuh. Ne vous inquiétez pas, je vais les chasser de là, » le mystérieux fantôme se vantait avec audace en utilisant le visage de Fumika. « J’ai quelques âmes que j’ai empruntées à l’ascète par ici ! »

Devant eux, il y avait le col pour traverser le mont Ikoma en direction d’Osaka.

C’était un col périlleux avec des méandres continus et excessifs. Cependant, le minitruck avait finalement grimpé jusqu’à être proche du sommet.

Il y avait un parc d’attractions très rétro visible à une certaine distance de là.

Ce n’était pas un grand parc. Les bâtiments et les attractions étaient tous anciens. Il faisait encore assez clair pour le voir même dans l’obscurité du soir.

Et puis — deux énormes corps s’étaient précipités hors du parc d’attractions.

Les deux corps avaient une hauteur d’environ huit mètres. Leur étrange apparence stupéfia Ren.

« Eh… ? N’est-ce pas, ogre !? » demanda Ren.

Rokuhara Ren avait rencontré plusieurs mystères et apparitions divines jusqu’à présent.

Il avait déjà dû se battre il y a un moment contre ce genre de créature. Mais, cette fois, il s’était senti choqué après si longtemps. Il n’avait pas été témoin de quelque chose en rapport avec la mythologie étrangère — mais d’un monstre bien connu de la mythologie japonaise, l’ogre. Son sentiment de quand il était un humain normal avait surgi en lui.

Un ogre rouge et un ogre bleu avec deux cornes qui poussaient de leur tête.

Deux ogres étaient apparus sur la montagne d’Ikoma et s’étaient retrouvés entre le minitruck et les Yomotsu Shikomes.

Un ogre avait un corps complètement rouge. Un pagne était enroulé autour de son corps nu et solide et il tenait une hache de fer.

L’autre ogre était entièrement bleu. De plus, elle avait un corps de femme. Elle portait un kimono sans manches comme un gilet et un pagne. Elle tenait d’une main une grande cruche en fer.

— L’ogre rouge ouvrit largement la bouche et souffla une conflagration de flammes brûlante.

— L’ogre bleu avait déclenché un intense jet d’eau à partir de la cruche de fer qu’elle tenait à deux mains.

Environ deux ou trois cents Shikomes Yomotsu s’étaient rassemblés en groupe, se précipitant à travers le col d’Ikoma. Mais le terrible torrent de flammes et d’eau les avait engloutis.

La moitié des monstres femelles avaient brûlé dans des flammes crépitantes, tandis que l’autre moitié était écrasée par la pression de l’eau.

« Oh mon Dieu. C’est magnifique ! » Cassandre avait assisté à la victoire écrasante dans le rétroviseur et avait fait un éloge.

Elle avait appuyé sur le frein et avait ralenti lentement. Finalement, le minitruck s’était arrêté. Sur la soute, Fumika qui était possédée par le fantôme gloussa. « Kukukukuku. Zenki et Goki que j’ai emprunté à l’ascète d’Ikoma… Ils sont très utiles. Avez-vous vu la vraie force de notre Yamato, Tueur de Dieux ? »

« Yamato ? » demanda Ren.

Ren avait incliné la tête.

La voix faible de sa fiancée devint son salut. « La grande et splendide terre de Yamato… en d’autres termes, c’est l’ancienne façon d’appeler Nara. »

« Riona ! » s’exclama Ren.

Riona qui avait récupéré sa conscience avait relevé d’une façon ou d’une autre le haut du corps.

.

Ren et son groupe avaient finalement accueilli la nuit au sommet de la montagne d’Ikoma.

Il n’y avait aucun signe de poursuite de la part des Yomotsu Shikome, alors ils avaient utilisé le minitruck pour retourner au parc d’attractions rétro à côté duquel ils passèrent avant et ils y avaient fait une pause.

Il n’y avait aucun signe de personnes dans le parc d’attractions. Cela devait être l’effet de la grande épidémie de zombies.

Mais, heureusement, les lumières extérieures le long de la route étaient allumées, donc ce n’était pas une obscurité totale.

Le groupe était descendu du minitruck sous cette faible lumière. Fumika, qui était encore possédée par un fantôme, parla soudain avec arrogance. « Je vais me présenter une fois de plus. Je suis Umayado no Ooji. »

« Hou, le prince impérial du pays du soleil levant, » déclara Julio.

« Vous êtes donc un membre de la royauté du pays du Japon. Je suis Cassandre de Troie. Fufufufufu, j’avais prévu de faire un jour une visite à la royauté de ce pays ! » déclara Cassandre.

Julio hocha facilement la tête pendant que Cassandre se réjouissait joyeusement.

En revanche, le duo de japonais moderne avait échangé des regards.

« J’ai l’impression d’avoir entendu un nom incroyable tout à l’heure…, » déclara Riona.

« Moi aussi. En d’autres termes, vous êtes Shotoku Taishi [i]… » déclara Ren.

« Fuh. C’est le nom posthume que les gens du peuple m’ont donné après ma mort. Ce nom est certainement digne de ma vertu et de mon autorité. Il est compréhensible qu’ils veuillent me vénérer. Vous pouvez aussi vous agenouiller et chanter mon nom chaque fois que vous le souhaitez, » déclara-t-il.

Pour un noble sacré et débordant de vertu, c’était une personne d’une grande confiance et d’une attitude vraiment autoritaire.

Riona semblait vouloir dire quelque chose. Il était fort probable qu’elle avait un doute. « Cette personne pourrait être un imposteur ». Cependant, à bien y penser, ce rendez-vous sur — Ren s’en souvient.

Est-ce le travail du Cercle d’amitié de Stella ?

« Votre Altesse a été vraiment aimée par son peuple, » d’autre part, Cassandre louait le prince avec le sérieux qui semblait venir de son cœur. « Parce que je n’arrêtais pas de faire des prophéties inquiétantes, j’étais vraiment détestée par mon peuple. Je vous envie vraiment ! »

« Ha, ha, ha, ha, ha, » le fantôme qui possédait Fumika, Shotoku Taishi, ria avec force. « Ne vous inquiétez pas, princesse d’un pays étranger. Un talent brillant comme moi ne naît que tous les deux mille ans, ou peut-être même pas. Il n’est pas nécessaire de verser des larmes alors que vous ne pouvez pas être comme cet Uyamado. »

« … S’il est la vraie affaire, alors il était inopinément une personne amusante, n’est-ce pas…, » déclara Ren.

« … Le visage qui était imprimé sur les anciens billets avait l’air très sérieux…, » déclara Riona.

Riona et Ren se chuchotaient. C’est à ce moment-là…

Peut-être à cause du grand rire, le corps et l’esprit de Fumika s’étaient séparés.

Juste à côté de l’étudiante —, un jeune homme mince était soudain apparu. Il avait des traits terriblement minces qu’il semblait androgyne. Et puis son corps était légèrement transparent.

C’était un beau jeune homme à l’air éphémère qui pourrait ressembler ou non au portrait de l’ancien billet de 10 000 yens.

Il portait des chaussures de couleur orange, traditionnellement portée par le prince héritier, qui ressemblait au soleil du matin. Il portait également une casquette traditionnelle de la même couleur et un hakama mince et blanc. Une épée droite et son fourreau étaient suspendus à sa taille.

Le fantôme possédait une impression esthétique associée à son vêtement exotique ancien.

Et puis Fumika était — .

« Onee-chan, désolée. J’ai attiré le regard de gens étranges…, » elle s’était excusée honteusement.

Ren avait remarqué. Il y avait un autre fantôme derrière Fumika.

C’était un vieil homme de petite taille portant des vêtements japonais blancs. C’était un vêtement du Shugendo. Il y avait un kasaya à son cou et des jambières de genoux en bas.

Sous le vieil homme, il y avait aussi des nains de la taille d’un palmier — non, ils étaient deux petits ogres.

C’était l’ogre rouge et l’ogre bleu qui avaient sauvé Ren et son groupe tout à l’heure.

Notes

  • iShotoku signifie ici vertu impériale/vertu céleste, tandis que Taishi signifie prince héritier

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire