Shiniki no Campiones – Tome 3 – Chapitre 5

***

Chapitre 5 : Jusqu’à Nara…

***

Chapitre 5 : Jusqu’à Nara…

Partie 1

Le rideau de la nuit chassait le soleil couchant restant.

Le minitruck contenant Ren et son groupe avait roulé sauvagement tout droit vers l’est depuis le parc du château d’Osaka jusqu’au pied d’une montagne.

« N’est-ce pas la montagne d’Ikoma ? » demanda Julio.

« C’est un nom familier. C’est la montagne sacrée de Riona et la ville natale de Fumika, » répondit Ren.

Ren et Julio se chuchotaient à l’oreille à l’arrière du minitruck.

D’autre part, la deuxième fille des sœurs locales parlait fortement. « Allez-y — . Traversez cette montagne et foncez là où je suis ! »

Toba Fumika n’était pas du genre à déborder d’une aura dominante.

Cependant, à l’heure actuelle, sa voix et son expression étaient vaillantes et peut-être même hautaines. Sa façon de parler était aussi dominatrice. Elle était plutôt plus proche de sa grande sœur Riona en ce moment.

Les yeux de Fumika brillaient encore en bleu.

Ren avait alors demandé. « Au fait, tu es… qui ? C’est bien de te considérer non pas comme Fumika-chan, mais comme “la personne à l’intérieur” qui possède cette fille, non ? »

« Alors vous l’avez réalisé, Tueur de Dieux, » répondit-elle.

« Fumika » avait souri sans crainte, ce qui n’était pas son genre.

« Eh bien, ma présentation sera pour plus tard. Je vais me présenter directement à vous. Disons que je suis un noble qui a surpassé votre imagination, » déclara Fumika.

« Hee. J’ai hâte d’y être, » répliqua Ren.

Il semblerait être un fantôme avec une très forte confiance en soi. Ren avait souri.

Stella qui était sur son épaule avant ça avait disparu depuis. Riona était encore allongée sur le sol. Cassandre poursuivait sa conduite furieuse et vigoureuse sur le siège du conducteur.

La princesse de Troie regarda le rétroviseur et ses sourcils bien formés se froncèrent.

« Je n’arrive pas à m’en débarrasser. Quelle vexation ! » déclara Cassandre.

« C’est la vérité. Ces gars aussi sont persévérants, hein ? » répliqua Ren.

Il y avait un groupe qui poursuivait le minitruck qui roulait à une vitesse de plus de 100 km/h.

Bien qu’ils se soient débarrassés du kaiju Yamata no Orochi, des Yomotsu Shikome —, les zombies femelles qui se vantaient de leur agilité tel l’éclair couraient à toute vitesse sur la voie publique.

De plus, ce fut la formation d’un grand groupe avec plusieurs centaines d’individus dedans !

La plupart du temps, ils ne bougeaient que leurs pieds sans balancer leurs mains. Ils couraient plutôt que de voler. Leur forme de course était comme un ninja dans les mangas ou les anime.

Il n’y avait qu’une distance de 40 ou 50 mètres entre le minitruck et le groupe de zombies.

« Ça me fait penser à une course de vélo en voyant ça, » Julio, qui venait d’Europe et qui était le centre des sports cyclistes, avait dit cela. « Comme le Tour de France ou le Giro d’Italie. En ce moment, nous sommes le groupe qui prend la tête en échappant avec à notre poursuite un grand groupe derrière. »

« Hahahaha. Dans ce cas, nous ne devons pas nous faire prendre, » déclara Ren.

Il s’agissait d’une évolution qui s’était souvent produite lors des courses sur route. Cependant, il s’agissait d’une conjecture exacte.

Ren tourna à nouveau son regard vers la possédée « Fuymika ».

« D’ailleurs, nous avons été expressément invités, donc nous avons accepté avec reconnaissance, mais… est-ce que ces zombies peuvent aussi venir ? » demanda Ren.

« Fuh. Ne vous inquiétez pas, je vais les chasser de là, » le mystérieux fantôme se vantait avec audace en utilisant le visage de Fumika. « J’ai quelques âmes que j’ai empruntées à l’ascète par ici ! »

Devant eux, il y avait le col pour traverser le mont Ikoma en direction d’Osaka.

C’était un col périlleux avec des méandres continus et excessifs. Cependant, le minitruck avait finalement grimpé jusqu’à être proche du sommet.

Il y avait un parc d’attractions très rétro visible à une certaine distance de là.

Ce n’était pas un grand parc. Les bâtiments et les attractions étaient tous anciens. Il faisait encore assez clair pour le voir même dans l’obscurité du soir.

Et puis — deux énormes corps s’étaient précipités hors du parc d’attractions.

Les deux corps avaient une hauteur d’environ huit mètres. Leur étrange apparence stupéfia Ren.

« Eh… ? N’est-ce pas, ogre !? » demanda Ren.

Rokuhara Ren avait rencontré plusieurs mystères et apparitions divines jusqu’à présent.

Il avait déjà dû se battre il y a un moment contre ce genre de créature. Mais, cette fois, il s’était senti choqué après si longtemps. Il n’avait pas été témoin de quelque chose en rapport avec la mythologie étrangère — mais d’un monstre bien connu de la mythologie japonaise, l’ogre. Son sentiment de quand il était un humain normal avait surgi en lui.

Un ogre rouge et un ogre bleu avec deux cornes qui poussaient de leur tête.

Deux ogres étaient apparus sur la montagne d’Ikoma et s’étaient retrouvés entre le minitruck et les Yomotsu Shikomes.

Un ogre avait un corps complètement rouge. Un pagne était enroulé autour de son corps nu et solide et il tenait une hache de fer.

L’autre ogre était entièrement bleu. De plus, elle avait un corps de femme. Elle portait un kimono sans manches comme un gilet et un pagne. Elle tenait d’une main une grande cruche en fer.

— L’ogre rouge ouvrit largement la bouche et souffla une conflagration de flammes brûlante.

— L’ogre bleu avait déclenché un intense jet d’eau à partir de la cruche de fer qu’elle tenait à deux mains.

Environ deux ou trois cents Shikomes Yomotsu s’étaient rassemblés en groupe, se précipitant à travers le col d’Ikoma. Mais le terrible torrent de flammes et d’eau les avait engloutis.

La moitié des monstres femelles avaient brûlé dans des flammes crépitantes, tandis que l’autre moitié était écrasée par la pression de l’eau.

« Oh mon Dieu. C’est magnifique ! » Cassandre avait assisté à la victoire écrasante dans le rétroviseur et avait fait un éloge.

Elle avait appuyé sur le frein et avait ralenti lentement. Finalement, le minitruck s’était arrêté. Sur la soute, Fumika qui était possédée par le fantôme gloussa. « Kukukukuku. Zenki et Goki que j’ai emprunté à l’ascète d’Ikoma… Ils sont très utiles. Avez-vous vu la vraie force de notre Yamato, Tueur de Dieux ? »

« Yamato ? » demanda Ren.

Ren avait incliné la tête.

La voix faible de sa fiancée devint son salut. « La grande et splendide terre de Yamato… en d’autres termes, c’est l’ancienne façon d’appeler Nara. »

« Riona ! » s’exclama Ren.

Riona qui avait récupéré sa conscience avait relevé d’une façon ou d’une autre le haut du corps.

.

Ren et son groupe avaient finalement accueilli la nuit au sommet de la montagne d’Ikoma.

Il n’y avait aucun signe de poursuite de la part des Yomotsu Shikome, alors ils avaient utilisé le minitruck pour retourner au parc d’attractions rétro à côté duquel ils passèrent avant et ils y avaient fait une pause.

Il n’y avait aucun signe de personnes dans le parc d’attractions. Cela devait être l’effet de la grande épidémie de zombies.

Mais, heureusement, les lumières extérieures le long de la route étaient allumées, donc ce n’était pas une obscurité totale.

Le groupe était descendu du minitruck sous cette faible lumière. Fumika, qui était encore possédée par un fantôme, parla soudain avec arrogance. « Je vais me présenter une fois de plus. Je suis Umayado no Ooji. »

« Hou, le prince impérial du pays du soleil levant, » déclara Julio.

« Vous êtes donc un membre de la royauté du pays du Japon. Je suis Cassandre de Troie. Fufufufufu, j’avais prévu de faire un jour une visite à la royauté de ce pays ! » déclara Cassandre.

Julio hocha facilement la tête pendant que Cassandre se réjouissait joyeusement.

En revanche, le duo de japonais moderne avait échangé des regards.

« J’ai l’impression d’avoir entendu un nom incroyable tout à l’heure…, » déclara Riona.

« Moi aussi. En d’autres termes, vous êtes Shotoku Taishi [i]… » déclara Ren.

« Fuh. C’est le nom posthume que les gens du peuple m’ont donné après ma mort. Ce nom est certainement digne de ma vertu et de mon autorité. Il est compréhensible qu’ils veuillent me vénérer. Vous pouvez aussi vous agenouiller et chanter mon nom chaque fois que vous le souhaitez, » déclara-t-il.

Pour un noble sacré et débordant de vertu, c’était une personne d’une grande confiance et d’une attitude vraiment autoritaire.

Riona semblait vouloir dire quelque chose. Il était fort probable qu’elle avait un doute. « Cette personne pourrait être un imposteur ». Cependant, à bien y penser, ce rendez-vous sur — Ren s’en souvient.

Est-ce le travail du Cercle d’amitié de Stella ?

« Votre Altesse a été vraiment aimée par son peuple, » d’autre part, Cassandre louait le prince avec le sérieux qui semblait venir de son cœur. « Parce que je n’arrêtais pas de faire des prophéties inquiétantes, j’étais vraiment détestée par mon peuple. Je vous envie vraiment ! »

« Ha, ha, ha, ha, ha, » le fantôme qui possédait Fumika, Shotoku Taishi, ria avec force. « Ne vous inquiétez pas, princesse d’un pays étranger. Un talent brillant comme moi ne naît que tous les deux mille ans, ou peut-être même pas. Il n’est pas nécessaire de verser des larmes alors que vous ne pouvez pas être comme cet Uyamado. »

« … S’il est la vraie affaire, alors il était inopinément une personne amusante, n’est-ce pas…, » déclara Ren.

« … Le visage qui était imprimé sur les anciens billets avait l’air très sérieux…, » déclara Riona.

Riona et Ren se chuchotaient. C’est à ce moment-là…

Peut-être à cause du grand rire, le corps et l’esprit de Fumika s’étaient séparés.

Juste à côté de l’étudiante —, un jeune homme mince était soudain apparu. Il avait des traits terriblement minces qu’il semblait androgyne. Et puis son corps était légèrement transparent.

C’était un beau jeune homme à l’air éphémère qui pourrait ressembler ou non au portrait de l’ancien billet de 10 000 yens.

Il portait des chaussures de couleur orange, traditionnellement portée par le prince héritier, qui ressemblait au soleil du matin. Il portait également une casquette traditionnelle de la même couleur et un hakama mince et blanc. Une épée droite et son fourreau étaient suspendus à sa taille.

Le fantôme possédait une impression esthétique associée à son vêtement exotique ancien.

Et puis Fumika était — .

« Onee-chan, désolée. J’ai attiré le regard de gens étranges…, » elle s’était excusée honteusement.

Ren avait remarqué. Il y avait un autre fantôme derrière Fumika.

C’était un vieil homme de petite taille portant des vêtements japonais blancs. C’était un vêtement du Shugendo. Il y avait un kasaya à son cou et des jambières de genoux en bas.

Sous le vieil homme, il y avait aussi des nains de la taille d’un palmier — non, ils étaient deux petits ogres.

C’était l’ogre rouge et l’ogre bleu qui avaient sauvé Ren et son groupe tout à l’heure.

Notes

  • iShotoku signifie ici vertu impériale/vertu céleste, tandis que Taishi signifie prince héritier

***

Partie 2

Le château d’Osaka était autrefois considéré comme le plus célèbre château de tout le pays.

Mais le nombre d’années pendant lesquelles son donjon avait été conservé n’avait pas tardé à se manifester.

Le château qui avait été construit par son premier maître, Toyotomi Hideyoshi avait brûlé lors de la campagne d’été du siège d’Osaka (1615) et il avait ainsi été entraîné dans le destin du clan Toyoyomi. Plus tard, le clan Tokugawa avait reconstruit le château, mais il fut également incendié par la foudre.

Le château ne resta même pas quarante ans entre chaque fois qu’il avait été achevé, puis détruit.

Cependant, le donjon qui avait été reconstruit au début de l’ère Showa — il était resté en sécurité pendant plus de quatre-vingts ans et avait « fleuri » comme symbole d’Osaka.

– *Shuuuuuuuuuuuuuuuuuuu… *

Et là, un serpent à huit têtes et huit queues s’enroulait autour du donjon.

C’était Yamata no Orochi. Il s’enroulait autour du célèbre château avec son immense corps comme si le château lui appartenait. Il semblait que le serpent était satisfait du bâtiment.

*Shuuuu, shuuuu*, de l’air avait été expiré de chaque narine des huit têtes.

Et puis, sur le toit du donjon du château d’Osaka.

« Hohohohohoho. Mes enfants, multipliez-vous. Remplissez la zone, afin d’enterrer ce pays avec les individus du monde souterrain. La bête qui se dresse sur mon chemin —, » la belle reine du royaume des morts, Izanami chantait les paroles de la puissance de la création. « Pour coincer ce maudit tueur de dieux et le jeter dans l’oubli. Et surtout, afin de récolter le peuple de mon mari… le peuple de cette personne sans même en laisser un seul vivant, afin de les éradiquer tous. »

Dans le parc du château d’Osaka — des cadavres criaient à l’intérieur de ce vaste terrain.

Un, puis un autre Yomotsu Shikome était sorti du sous-sol. C’était comme si des cadavres enterrés ressuscitaient encore en bougeant leur corps pourri.

 

 

Les Yomotsu Shikome qui étaient rassemblés à l’intérieur du parc étaient déjà au nombre de plus de dix mille.

Ils gémissaient avec leurs bouches d’une voix qui ressemblait à des pleurs.

… Kunishimemashishi kakasama, himemikosama ja...

... Kunishimemashishi kakasama, himemikosama ja...

... Kunishimemashishi kakasama, himemikosama ja...

C’était des hourras. Honorable mère qui occupe le pays, la majestueuse reine impériale — . Les femmes zombies dirigeaient un regard d’adoration vers la déesse debout sur le toit du donjon, les yeux vides.

La grande déesse Izanami était une mère et une reine pour les Yomotsu Shikome.

Et puis, elles attendaient toutes par anticipation. Elles attendaient pour se précipiter toutes d’un seul coup et dévorer la chair et le sang des vivants qui s’entassaient à l’extérieur du château pour leur plus grand plaisir. Elles attendaient le moment où cet ordre aurait été donné.

Mais Izanami riait fort et élégamment sur le toit du donjon.

« Hohohohohoho. Mes filles, attendez encore un peu. Je suis en train de me remettre de la blessure que m’a infligée ce maudit tueur de dieux. Il ne sera pas trop tard pour commencer la marche de notre armée après ça. »

En ce moment, c’était la nuit. Le rideau de la nuit couvrait le ciel et la terre.

Les créatures du monde souterrain se tortillaient. C’était le bon moment pour qu’ils se lancent dans l’effervescence. Mais, le soleil du matin se lèvera dans quelques heures de plus — .

Et pourtant, Izanami avait laissé entendre sa voix par terre comme une mère aimante. « Soyez rassurés, mes enfants. L’esprit du soleil n’illuminera pas ce pays pour la deuxième fois. Moi — le grand dieu des Enfers vous le promet. Attendez l’heure convenue avec un cœur tranquille ! »

Et puis, un héron blanc vola dans le ciel nocturne.

Il regardait le château d’Osaka qui semblait complètement hors de ce monde en ce moment. C’était le shikigami que l’Institut des Divinités du Japon avait envoyé.

.

« C’est la situation actuelle au château d’Osaka. »

Au siège de l’Institut des Divinités — .

L’un des superviseurs, Seishuuin Maki, avait terminé son rapport.

Les photos alignées sur le tatami de la salle étaient la vision que les shikigamis avaient vue et projetée à l’aide de la technique de Photographie Spirituelle. Elles avaient été préparées afin de montrer la situation à la personne responsable de cette organisation sur papier, le chef Kannagi.

Après que Takatsukasa Hinako ait regardé les photos en général et entendu le rapport de Maki, elle soupira.

« Est-ce que cela va devenir une catastrophe nationale sans précédent ? » demanda-t-elle.

« Bien sûr que oui. Mais, à l’heure actuelle, le contrôle de l’information se déroule bien. Grâce à cela, les gens ne paniquent pas. Ils se cachent dans leur propre maison, sur leur lieu de travail ou dans les abris d’évacuation —, » répondit Maki.

« Ils attendent en retenant leur souffle, » déclara Hinako-sama.

« Oui, » bien que ce ne fût que sur le papier, elle était à la tête de l’organisation. Maki lui répondit sur un ton décontracté.

Son sang-froid lui venait de la façon dont elle était une fille de Seishuuin, un nom célèbre dans le monde de la magie. En fait, c’était une jeune femme qui s’était associée à la noble princesse du sanctuaire depuis son enfance comme si elles étaient parentes.

Et par-dessus tout, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire, elle avait une personnalité humble.

Cependant, en ce moment même, Maki rapportait la situation avec une expression grave.

« S’il y a une lueur d’espoir… des distorsions spatiales sont souvent apparues au cours de cette seule année. Grâce aux interventions répétées en cas de catastrophe, l’arrangement avec les médias a pu être terminé rapidement. Les civils ont également pris pleinement conscience des mesures à prendre en cas d’urgence. Mais —, » cette fois, c’était Maki qui soupira. « Si les zombies qui jaillissent du château d’Osaka sortent, cela n’aura plus d’importance. Ce sera la fin pour toute la région du Kansai. La destruction du Japon ne sera pas non plus si loin dans le futur… »

« Alors, notre seul espoir est comme prévu —, » commença Hinako-sama.

« Le fiancé que Riona et Julio amènent de qui sait où — le tueur de dieux. Tout reposera sur ses épaules. Si cet individu peut renverser la situation avec la déesse et avec l’armée du monde souterrain, alors nous avons peut-être encore un peu d’espoir pour survivre, » continua Maki.

« C’est ça, à propos de cette Riona-san —, » déclara Hinako-sama.

Hinako-sama frappa des mains ensemble.

« Que lui est-il arrivé après ça ? Avez-vous pu vous connecter à son téléphone ? » demanda-t-elle.

« Oui. Ils se sont échappés jusqu’à la frontière d’Osaka et de Nara, dans la montagne d’Ikoma, où ils sont en train de se rassembler. Elle a aussi dit qu’un vieux garçon du coin de Nara était aussi venu aider, » déclara Maki.

« Qu’est-ce qu’elle veut dire par là ? » demanda Hinako-sama.

Hinako-sama était perplexe devant l’explication de Maki.

.

« Finalement, le Cercle de l’amitié que j’ai demandé à Stella d’activer a fonctionné ? » demanda Ren.

« Oui. Parce que cette femme dieu de la mort appelée Izanami machin chose est sorti à la surface, les morts sont aussi en train de devenir animés, » Stella qui s’était matérialisée une fois de plus avait répondu à la question de Ren.

« Grâce à ces fantômes liés à l’oiseau-fille et sa petite sœur — leur clan est venu ici. Ce n’est pas un Dieu avec une bonne compatibilité avec moi. Eh bien, il n’y a aucune chance qu’il y ait un ami d’Aphrodite aussi loin à l’est, donc c’est compréhensible, » déclara Stella.

« C’est d’une grande aide. On a de la chance, » déclara Ren.

« Ce n’est pas la fortune. Ren n’est pas seulement lié à moi, tu es aussi lié à cette fille oiseau par un contrat sacré, en étant sur — ou quelque chose comme ça, donc c’est naturel que les liens de ce côté-là puissent être utilisés, » au milieu, Stella marmonna inintelligiblement ses paroles.

Mais Ren avait tout de suite remarqué. « Ah, tu veux dire que nous ne faisons qu’un en corps et en âme. »

« Quelle est ton intention ? Pourquoi utilises-tu aussi ces mots pour cette fille !? » demanda Stella.

Mettant de côté l’argument avec sa petite partenaire — .

Ren et les autres individus étaient descendus de la montagne d’Ikoma et s’étaient installés dans la périphérie de la ville d’Ikoma, dans la préfecture de Nara.

Ils étaient allés chez Riona. Cependant, les parents de la famille Toba étaient loin de la maison.

Dans l’après-midi, la plupart des zombies japonais qui débordaient dans la région du Kansai avaient été éradiqués par le pouvoir de Riona qui s’était transformée en Yatagarasu. Mais une partie d’entre eux était encore vivante et errait partout. Les parents des sœurs Toba étaient également appelés à « chasser » ces survivants.

Bien qu’ils soient des époux et des épouses excentriques, ils étaient encore des personnes impliquées dans l’Institut des Divinités.

Et puis il y avait eu une « réunion sociale » dans le jardin du manoir, à laquelle le propriétaire n’avait pas assisté. Les sœurs de la Maison Toba et Umayado no Ouji ainsi qu’une « autre personne », avaient formé un cercle et avaient parlé.

« … Toba est une famille d’onmyouji qui descend du clan Kamo, » déclara Riona en regardant le fantôme du vieil homme portant les vêtements de Shugendou.

« En tant que descendant du clan Kamo, le grand pratiquant Shugendou de l’ère Heian, En no Gyoja est venu nous aider… est-ce bien pour moi d’y penser comme ça, non ? » demanda Riona.

« Oui. C’est comme tu le dis, Onee-chan, » répondit sa sœur.

Fumika regardait le vieux ascétique qui bougeait sa bouche, mais sans son qui sortait. Elle servait d’interprète.

Il s’appelait En no Otsunu. Le grand pratiquant du Shugendo qui s’appelait aussi En no Gyoja semblait incapable de faire entendre sa voix auprès des vivants. C’était un fantôme, comme prévu.

Cependant, la fille qui avait un tempérament de médium spirituel ne se limitait pas à ce — .

Fumika, qui était devenue temporairement interprète, avait expliqué ce que l’autre voulait transmettre.

« Parce que la ville natale de Gyoja-sama est aussi la montagne d’Ikoma comme nous, c’est aussi la raison pour laquelle il est apparu ici, dit-il, » déclara Fumika.

« C’est vraiment génial. En parlant d’En no Otsunu qui avait pour shikigami le dieu féroce des enfants Zenki et Goki, c’est un grand nom qui a rivalisé avec Kukai ou Abe no Seimei dans le manga de combat occulte. Dans X-Men, il serait comme un grand senior au niveau du Cable ou du Professeur X. Nous serons heureux de l’accueillir dans notre équipe, mais…, » déclara Fumika.

Jetant un coup d’œil, Riona regarda le fantôme d’Umayado no Ouji.

« Quand il s’agit de raconter l’histoire des ancêtres, j’ai le sentiment que le clan Kamo et Shotoku Taishi ont la pire compatibilité, » déclara Riona.

« Hou ? Pourquoi, réincarnation de Yatagarasu ? » Le fantôme d’Umayado no Ouji leur parla fermement.

Sa voix se faisait entendre clairement, même à l’oreille de Ren, Cassandre et Julio.

Parce que sa célébrité était d’un ordre de grandeur supérieur à En no Gyoja dans le monde moderne, son « statut de fantôme » était aussi beaucoup plus élevé. Il semblait que c’était l’effet de tout cela.

Umayado no Ouji parlait d’une belle voix qui était compatible avec son apparence noble et androgyne.

« Certainement, quand j’étais vivant, j’ai rejoint le clan Soga et détruit le clan Mononobe qui était l’ancêtre de votre clan Kamo. Mais n’est-ce pas quelque chose qui s’est déjà produit il y a plus de 1400 ans ? » déclara-t-il.

« Vous comprenez donc tout à fait ! » déclara Riona.

« Ha, ha, ha, ha, ha. Peu importe le passé insignifiant, » déclara-t-il.

Umayado no Ouji avait ri avec élégance et magnanimité. Il avait caché sa bouche avec la manche de sa robe.

« Voyez-vous, je tiens à informer les gens du monde actuel de cette chance, » déclara-t-il.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Riona.

« Yamato est une grande et splendide terre. Cette expression fait également référence à la façon dont le pays a produit un grand nombre de personnes capables d’exceller dans la vertu et la puissance spirituelle qui ont laissé leur nom dans l’histoire. Par exemple, les gens comme moi ou l’ascète là-bas, » déclara-t-il.

Riona soupira face à l’attitude confiante d’Umayado no Ouji.

« Est-ce quelque chose que vous parlez de vous-même… ? » demanda Riona.

« Essayez d’y penser. Dans la région de Yamashiro —, la capitale qui s’appelle aujourd’hui Kyoto, si vous parlez de gens d’une grande habileté et d’une excellente puissance spirituelle qui viennent de là, au mieux vous ne trouverez que Sugawara no Michizane ou Abe no Seimei, pas vrai ? » demanda-t-il.

« Ahh… cela pourrait certainement être vrai, » déclara Riona.

Riona fut stupéfaite quand le prince lui fit remarquer cela.

« Comme le Grand Moine Saichou, il n’est pas aussi mauvais qu’un érudit, mais son pouvoir mystique en tant que moine Mikkyo était douteux. Même si la montagne Hiei de Kyoto était sa maison, il venait de Shiga. Kukai-san qui est Kobo Daishi est originaire de Shikoku et a déménagé dans la montagne Koya de Wakayama. Il n’a passé qu’une très courte partie de sa vie à Kyoto. En premier lieu, si vous considérez aussi le lieu de naissance, alors même le Seigneur Michizane du sanctuaire Tenmangu est également originaire de Nara…, » déclara-t-il.

« Le petit officiel Seimei est né autour de Naniwa, n’est-ce pas ? » demanda Fumika.

« Oui, en effet. Le village d’Abeno de la région de Settsu… il est originaire d’Osaka. En fait, cette personne a aussi prétendu qu’il était lié au clan Kamo, mais ce lien était peut-être une invention, » déclara Riona.

Riona avait parlé avec vigueur en ce moment. « Tout d’abord, Abe no Seimei est une personne au passé très douteux ! »

« Je vois. En tout cas, c’est ce que je pense. Est-ce que vous comprenez ? » demanda-t-il.

« Oui ! C’est un désastre national sans précédent, nous devrions oublier l’amour et la haine du passé en ce moment ! » déclara Riona.

« Onee-chan. Gyoja-sama a dit : “Aussi pauvre soit-il, moi aussi, je vais tout donner avec cette capacité limitée qui est la mienne. Nous ferons de notre vertu et de notre influence le lot de la capitale impériale”. Il m’a aussi dit : “Même maintenant je n’ai pas oublié l’exil à Izu”, on dirait qu’il est très en colère, » déclara Fumika.

« Maintenant que tu l’as mentionné, En no Gyoja s’est aussi disputé avec la cour impériale de Kyoto…, » déclara Riona.

Les sœurs et deux fantômes se parlaient dans le jardin de la maison Toba.

Ren et les autres étaient assis dans la véranda ouverte tout en les regardant. La princesse de Troie souriait devant le cercle du sage et sorcier de l’ancien Japon.

« Fufufufufufu. Riona-sama, elle s’est bien entendue avec Uyamado no Ouji, » déclara Cassandre.

« C’est parce que les deux semblent être des personnes similaires, » Julio hocha également la tête avec une expression admirative. « Quelqu’un qui a des aspirations, des connaissances étendues, mais aussi de la sagesse et de la grandeur. Ce sont des jeunes qui ont une longueur d’avance sur les autres, avec une grande confiance, et aussi de nombreux ennemis… Il est donc difficile de prédire s’ils seront inimitiés l’un envers l’autre ou s’ils s’entendront bien, mais il semble que cette histoire de temps se passe bien. »

« Oui. C’est vraiment super ♪ , » déclara Cassandre.

« Ce ne sera peut-être que pendant que leurs intérêts sont en jeu, mais c’est assez pour l’instant, » déclara Julio.

D’un autre côté, Rokuhara Ren cachait secrètement une préoccupation.

Il avait le Contrat des Ailes entre lui et Riona. Cela lui avait également permis de se rendre compte à quel point elle était tendue et qu’elle se comportait avec énergie.

Et puis, il y avait quelqu’un qui avait ses yeux tournés vers Ren alors qu’il était comme ça.

Quelqu’un assit juste à côté de lui sur la véranda ouverte — sa partenaire, la petite déesse de la beauté et de l’amour Stella.

***

Partie 3

Tard dans la nuit — .

Rokuhara Ren et ses compagnons avaient passé la nuit chez les Toba et s’étaient couchés.

Cependant, il y avait quelqu’un qui était sorti de son futon tard le soir avec un bruit de bruissement, traversait le couloir de bois avec des pas furtifs, et visitait secrètement une pièce à une certaine distance.

La personne s’était agenouillée devant l’écran coulissant et l’avait ouvert sans faire de bruit.

Immédiatement, la personne s’était faufilée à l’intérieur en marchant à genoux vers la fille — puis Ren avait parlé. « Riona. »

« … !? Pourquoi êtes-vous réveillé, Rokuhara-san !? » demanda Riona.

Le pyjama d’une Riona abasourdie était un kimono blanc uni.

À bien y penser, elle était née dans une vieille famille qui avait hérité des techniques secrètes de l’ancien Japon. C’était tout naturellement qu’elle soit habituée au port du kimono.

Ren hocha la tête face à ce côté inattendu de sa fiancée. D’un autre côté, Riona était agitée.

« Même s’il s’agit d’une situation d’urgence, que faites-vous ici si tard dans la nuit ? Rokuhara-san, vous êtes la personne clé la plus importante. Prendre du repos fait également partie de vos devoirs ! » déclara Riona.

« Je dois te renvoyer ces mots exacts, » répliqua Ren.

« Je ne peux pas m’en empêcher. Il y a des choses que je dois faire la nuit, » déclara Riona.

« Comme m’attaquer dans mon sommeil ? » demanda Ren.

« Haaaaaaa... »

Riona avait été choquée quand Ren était tombé dans le mile.

Elle avait enterré son visage et ses membres minces sous le futon. Peut-être qu’elle ne voulait pas montrer son expression en ce moment à cause de l’embarras.

Au fait, Ren ne s’était même pas allongé sur le futon et avait attendu debout.

« Tu vois, je suis concerné, » déclara Ren.

Les manches kimono de Riona qui tombait prostrée avaient été relevées par la même occasion.

Le bandage enroulé autour de la partie supérieure de son bras gauche était visible. C’était la blessure qu’elle avait eue lors de la bataille du soir.

« Les dommages d’avant sont-ils toujours d’actualité, Riona ? » demanda Ren.

« La magie de guérison a été appliquée, de sorte que ce genre d’égratignure est complètement guérie. Il ne devrait pas y avoir de problème même si le pansement est enlevé à tout moment, » répondit Riona.

« Mais, ton truc de pouvoir magique est sous le coup d’une panne sèche, n’est-ce pas ? » demanda Ren.

« … »

« D’après la blessure qui a été occasionnée par le serpent kaiju avant cela, j’ai senti — comme si ce genre de pouvoir magique s’écoulait principalement de là. Souviens-toi. Je ne fais qu’un avec toi, Riona, donc je peux comprendre ce genre de chose, » déclara Ren.

« Un Goshujin-sama inutilement aiguisé est aussi troublant, n’est-ce pas…, » déclara Riona.

Riona enterrait encore son visage sous le futon.

Cependant, dès que Ren s’était assis à côté d’elle, elle avait tendu la main droite. Elle toucha les genoux de Ren qui était assis les jambes croisées tout en cachant ses bras dans le futon.

« Quand c’est devenu une situation d’urgence comme celle-ci, comme on pouvait s’y attendre, mon propre pouvoir a tendance à devenir insuffisant. Après tout, je suis le serviteur du tueur de dieux Rokuhara Ren — . Si on ne m’accorde pas la source du pouvoir spirituel qui peut éventuellement opposer un dieu directement de mon Goshujin-sama, je ne pourrai pas interférer dans une bataille de niveau légendaire…, » déclara Riona.

« Ouaip, » déclara Ren.

« À ce moment-là, mon contrat avec Rokuhara-san m’enverra rapidement du combustible. Mais en échange, mon mode bête sera activé et me mettra dans un tel état…, » déclara Riona.

« Cela semble être le cas, » déclara Ren.

C’était une conversation entre Riona qui était allongée dans le futon et Ren qui était assis sur le même futon.

Cependant, malgré les mots qui s’étaient formés indifféremment, une intention meurtrière comme face à une gourmandise scintillait et suintait de sa partenaire en kimono — .

« Ça me donne envie de le faire quoiqu’il arrive…, » déclara Riona.

« J’accepterai volontiers la peine, » déclara Ren.

*Gaba — *. Riona avait soulevé son corps en un éclair, puis — .

Quand Ren l’avait remarqué, il avait déjà été plaqué contre le sol.

C’était une rudesse comme issue d’un carnivore. De plus, Riona qui portait un kimono se pencha sur Rokuhara Ren et regarda le visage de son maître comme une panthère féminine.

Une vision sur la vallée de sa poitrine était visible depuis le col de son kimono en désordre. C’était terriblement captivant.

« Je dois être une existence encore plus forte. Puis-je recevoir un pouvoir en tant que reine qui me permettra de m’opposer même à la déesse Izanami ? » demanda Riona.

« Bien sûr que oui. Tu peux en prendre autant que tu le veux, » déclara Ren.

« C’est une réponse idéale, Goshujin-sama », déclara Riona.

Il n’y avait que ses paroles qui étaient comme celle d’une servante, mais son expression et son ton étaient complètement ceux d’une reine.

Les yeux de Riona étaient teintés d’un bleu envoûtant. Elle regardait Rokuhara Ren comme une proie. Son regard était rempli à ras bord de faim, de désir et de fierté.

Elle caressa la joue de Ren, caressa sa main et sa poitrine, pour être reliée à lui.

La puissance magique et la grande présence de la bête tueuse de dieux qui habitait dans son corps et son cœur, ce genre de choses abstraites affluaient aussi dans Toba Riona. Elles avaient été partagées.

Riona qui avait coincé son maître était restée sur lui et elle avait plaqué et poussé son corps mince sur Ren.

Les deux corps étaient collés l’un sur l’autre. La sensation du corps de la jeune fille, doux et séduisant malgré sa minceur, avait été entièrement transmise à Rokuhara Ren — leur point de contact avait augmenté.

 

 

Les choses qui se déversaient dans la réincarnation du Yatagarasu augmentaient encore.

« Rokuhara-san…, » murmura Riona.

Riona avait rapidement rapproché son visage et couvert les lèvres de Ren sans rien dire.

Quand Ren avait aussi sorti la langue et lui avait répondu, la fille qui possédait l’âme de la reine avait aussi tendu la langue maladroitement et avait accueilli Ren — la connexion entre les deux était devenue encore plus profonde et intense.

Leurs lèvres se séparèrent. Riona regardait de haut le visage de Ren une fois de plus.

Dans les yeux bleus de la jeune fille, il avait détecté l’âme ardente de la femelle phœnix — c’était alors…

« Assez avec ça, fille-oiseau… »

« ! ? Pourquoi Stella est-elle là ? » demanda Riona.

« — Ah, c’est vrai. J’ai oublié de lui demander d’aller ailleurs aujourd’hui, » déclara Ren.

Sans qu’ils s’en aperçoivent, la mini déesse était apparue à côté du futon.

Riona fut choquée, et Ren remarqua aussi sa gaffe. Stella alias la déesse de la beauté et de l’amour, Aphrodite fit face aux deux humains et exposa sa colère.

« Nuit après nuit, j’ai toujours su que ce genre de choses se produisait. Oser même faire irruption dans la chambre à coucher de l’autre, il y a une limite même à être insolent ! C’est une bonne occasion pour toi d’apprendre combien tu dois respecter un dieu, alors je vais lentement te discipli —, » déclara Stella.

« Ei —. » Riona qui avait soulevé son corps d’en haut Ren avait appelé un charme — .

Et elle l’avait lancé avec une courte phrase. Le charme avait traversé l’air et s’était collé sur le front de Stella. Le charme avait été peint avec un passage d’un sort d’onmyoudou et le symbole du pentagramme.

Tout le corps de Stella s’était secoué et était devenu raide. Elle ne pouvait même pas bouger.

Elle était tombée dans une paralysie totale avec un puissant charme aussi grand qu’elle collé sur son corps.

« Même si vous êtes une ancienne déesse, l’actuelle Stella est trop fragmentaire d’une existence…, » Riona se vantait avec ses deux yeux brillants de couleur saphir. « Si vous essayez de m’ensorceler sérieusement dans cet état de pleine puissance, comme vous pouvez le voir sur — . »

« Ne… ne te flatte pas, petite fille-oiseau ! » déclara Stella.

Le corps de petite taille de Stella, qui mesurait 30 cm, commençait à trembler.

Ainsi, elle bougeait lentement mais sûrement ses deux mains. Avec un bruit de déchiquetage, elle essayait d’arracher le charme de son corps. Tremblement.

Elle tremblait et le mouvement de ses mains s’était arrêté au cours de route.

« Ne vous forcez pas. Il n’y a aucune chance que vous puissiez résister au pouvoir de mon sort, » déclara Riona.

« … Ho, comment oses-tu te moquer de moi, tu vas le regretter ! Sache que la déesse de Chypre ne sera en aucun cas battue dans la chambre ! » déclara Stella.

« Hein ? Stella — !? » Ren avait aussi soulevé son corps. C’est alors qu’un miracle s’était produit.

Le corps de Stella, qui était comme une poupée jusqu’à présent, s’était soudainement agrandi.

Cependant, bien qu’elle se soit agrandie, sa taille était encore inférieure à 160 cm. Elle était plus petite que Riona. Elle était aussi mince. Mais le style corporel de la déesse était glamour.

Son beau visage d’enfant était toujours le même qu’avant.

Cependant maintenant la poitrine de Stella était lourdement chargée de seins mûrs à un degré déséquilibré avec la jeunesse de son visage, la ligne de sa taille jusqu’à ce que son derrière était aussi splendidement serré et voluptueux. C’était vraiment une forme de corps sexy.

La Stella agrandie s’était facilement débarrassée du charme et avait souri de manière séduisante.

« Fufuh. Comme tu peux le voir, c’est ce qui arrive quand je deviens sérieuse. J’y ai réfléchi il y a longtemps, mais, fille-oiseau… n’es-tu pas trop maigre ? Tu n’es qu’os et peau, » déclara Stella.

« Quoi !? » s’écria Riona.

« Il semble que ta petite sœur soit beaucoup plus douée pour ce genre de développement, » déclara Stella.

« Qu’est-ce que vous dites ! Fumika prend trop de poids à cause de son manque d’exercice, bien qu’elle ait maigri un peu depuis qu’elle a récemment commencé à faire du vélo de route à cause de son goût pour le fujoshi ! Franchement, mon style corporel devrait être le style idéal pour une fille, n’est-ce pas !? » Riona insista même si elle se sentait agitée.

Ces mots étaient persuasifs lorsqu’ils étaient prononcés par une femme au corps élancé et au style de mannequin.

Cependant, Stella ricana comme si elle la regardait d’en haut et croisa les bras pour souligner les monticules de son buste.

Ses deux bras avaient intentionnellement soulevé ses seins voluptueux.

« Fufufufufufu. Ne penses-tu pas que l’honneur d’une femme est d’être aimée par ces messieurs ? » demanda Stella.

« Ne dites pas de telles bêtises. Ce genre de sens de la valeur à l’ancienne pourrait fonctionner dans la Grèce antique, mais il ne passera pas au XXIe siècle ! » s’écria Riona.

« Oh, je me demande laquelle d’entre nous est la plus stupide ? Tu vois, un homme est quelqu’un que tu dois mener par le bout de son nez, » déclara Stella.

Stella gloussa en laissant sortir des ricanements ridicules.

« Tu n’as même pas besoin de pleurer et de t’accrocher à eux. Ces individus sont tous de grands idiots sans exception. Si je flirte avec eux juste un peu, ils vont immédiatement montrer un regard lubrique et s’agenouiller devant moi, tu sais ? Oh, Aphrodite, donnez-moi votre affection, diront-ils ! » Stella avait dit cela en poussant Riona en un éclair.

« Fille-oiseau… Je me demande si tu peux résister au plaisir qu’Aphrodite t’accorde ? » déclara Stella.

« At-Attendez Stella ! Qu’est-ce que vous avez l’intention de faire — nn, ah !? » s’écria Riona.

« Fufufufufufu, » ria Stella.

Stella poussa ses lèvres sur le cou de Riona en souriant.

« Hé, la fille-oiseaux, as-tu remarqué ? Ren et moi ne faisons qu’un dans le corps et dans l’âme. Toi et Ren ne faites qu’un dans le corps et dans l’âme. En d’autres termes, toi et moi partageons un destin commun à travers Ren, » déclara Stella.

« Hein ? » demanda Riona.

« Et, Toba Riona qui s’épanouit dans son cœur et dans son corps en étant en contact avec Rokuhara Ren — est aussi naturellement capable de goûter le même plaisir en étant en contact avec Aphrodite…, » déclara Stella.

« Nn — ! S’il vous plaît, arrêtez, Ste… aah !? » s’écria Riona.

« Ufufufu. Comme ça, même une fille insolente comme toi est mignonne, » déclara Stella.

« A, ah. Sto, stop — Stella…, » s’écria Riona.

« Détends ton corps. Ton cœur et ton corps récupèrent la plus grande partie de leur force en étant en contact avec moi, et cela ne s’arrête pas là, ta réserve devrait augmenter encore plus qu’avant avec ceci, » déclara Stella.

« Ah — . »

« Riona. C’est comme Stella l’a dit. Il vaut mieux que tu te reposes un peu, » déclara Ren.

« Rokuhara-san…, » murmura Riona.

« Ren !? » demanda Stella.

Au moment où les yeux de Riona étaient devenus flous, et après qu’elle soit entrée dans un état d’esprit rêveur…

Ren était intervenu nonchalamment. Il caressa la joue de sa fiancée extatique, sa langue rampa sur son lobe d’oreille, et il chuchota vers elle.

« Nn… nn —, » Riona pressa désespérément ses lèvres pour que sa voix ne sorte pas de là.

Puis, Stella mordit doucement l’oreille de l’autre côté de la caresse de Ren et murmura ceci. « Pour l’instant, tu n’as qu’à restaurer ton énergie. Laisse ton corps à moi et à Ren, comme si tu confiais ton corps à l’écoulement du miel et du mil. Tout se passera bien comme ça, ma belle… »

« — Aa… —, » Riona avait poussé un gémissement et un soupir, puis son corps s’était soudainement vidé de ses forces.

Elle avait commencé à respirer paisiblement. Elle s’était endormie. La tension de son cœur et de son corps s’était finalement relâchée à cause du plaisir que Stella lui avait accordé. C’était la preuve de cela.

Ren fixa le visage satisfait et endormi de sa fiancée et sourit.

« Avec cela, la nuisance disparaît, » déclara Stella.

« Stella. »

Sa petite partenaire, dont la taille convenait désormais à Ren, le fixait encore du regard.

La passion, l’impatience, puis un léger chagrin demeuraient dans ses yeux.

« Qu’en penses-tu, Ren ? Mon apparence est devenue très proche de la déesse Aphrodite, » demanda Stella.

 

 

« On dirait que oui. Tu es vraiment ravissante, » déclara Ren.

« Je te l’avais déjà dit avant, mais… ça ne me dérange pas de te laisser faire ce que tu veux de moi, » Stella souriait allègrement en disant ça.

Une beauté et un charme qui fascineraient chaque homme (et parfois même chaque femme), en faisant d’eux ses prisonniers. Ses bras et ses jambes qui s’étiraient étaient grassouillets tout en étant minces comme du saule.

L’existence qui était la forme ultime de la « femme » dans un sens — était tentante pour Ren.

« Rokuhara Ren, même toi, tu as aussi un désir, n’est-ce pas ? Après tout, tu n’es pas un arbre ou un rocher, » déclara Stella.

« C’est vrai. Mais je te l’ai déjà dit, » Ren avait souri ironiquement et avait parlé. « Je m’abstiendrai de sortir avec la femme de l’autre. »

« Oh ? Mon mari n’est nulle part sauf dans le monde de la mythologie à travers le temps et les destins lointains, tu sais ? Et plus important encore : —, » Stella s’approcha tranquillement de lui au-dessus du futon.

Elle s’était appuyée sur Ren et avait collé ses merveilleux membres sur lui. La scène du parfum jaillissant de ses cheveux blonds lui chatouillait le nez. Ça sentait bon.

Stella commença à caresser la poitrine de Ren avec son index élancé.

« Ce n’est pas vraiment le genre de Ren d’être sérieusement dérangé par ce genre de choses, » déclara Stella.

« Vraiment ? » demanda Ren.

 

 

« Oui. Après tout, tu es une bête scandaleuse et sans précédent…, » déclara Stella pendant que ses lèvres se rapprochaient.

Elle était plus petite que lui. Naturellement, le baiser s’approchait d’en bas. Et puis, Ren avait également bougé pour la rencontrer — au milieu de cela.

*Shuuuuuuuuuu* Un bruit comme l’air s’échappant d’un ballon était sorti.

« Quoi !? » s’écria la déesse.

La déesse de la beauté et de l’amour avait vu son corps se dégonfler progressivement.

Elle était revenue à la hauteur de 30 cm — sa taille habituelle de poupée.

« Comme je le pensais, tu ne peux pas garder cette taille longtemps, Stella, » déclara Ren.

« A-Après être allé aussi loin, juste au moment où ça devient bon ~ ! » s’écria Stella.

Stella était vexée de retourner à son corps de déesse miniature.

En outre, elle était totalement épuisée après avoir fait son agrandissement. Elle était tombée prostrée immédiatement sur le futon avec Riona et avait commencé à respirer paisiblement dans son sommeil. Ren sourit avec ironie.

« Cette fois, c’était un peu… dangereux, » déclara Ren.

Comme attendu de la déesse de la beauté et de l’amour Aphrodite.

Dans sa compétition avec elle, il n’avait pas toujours été capable de la gérer avec sang-froid.

***

Partie 4

Elle semblait s’être endormie pendant environ deux heures.

Riona avait vérifié l’heure avec l’horloge sur le mur. Elle était sur un futon dans la pièce indépendante de sa maison. La porte coulissante était ouverte et le ciel nocturne était visible même de l’intérieur de la pièce.

Un nuage épais couvrait le ciel sombre. Il n’y avait aucune lacune dans le nuage.

Et puis, son « goshujin-sama » était assis sur la véranda ouverte.

« T’es-tu réveillée, Riona ? » lui demanda-t-il.

« O-Oui. A-Avant ça, comment dire, j’ai montré quelque chose d’inesthétique…, » balbutia Riona.

Il était très rare que Riona parle de façon incohérente.

Le col de son kimono n’était pas à sa place et on pouvait voir la vallée de sa poitrine. Elle l’avait corrigé en paniquant. Rokuhara Ren avait légèrement souri devant une telle Riona.

« Ouaip. Ta bataille avec Stella a été vraiment incroyable, » déclara Ren.

« Je, est-ce que c’est si…, » balbutia Riona.

*Coup d’œil*. Quand elle avait regardé à côté d’elle, elle avait vu que Stella dormait paisiblement sur le même futon.

Son corps était aussi grand que sa silhouette habituelle. Que s’est-il passé après qu’elle soit inconsciente ? Quand Riona allait le demander.

« Bon, » Son Goshujin-sama hocha la tête et se mit à parler. «  Riona, on dirait que tu vas bien maintenant, alors allons-y tout de suite. »

« Où, vers ? » balbutia Riona.

« Là où se trouve Izanami-san. Est-elle toujours au château d’Osaka ? » demanda Ren.

« Nous prendrons donc l’initiative de sortir pour faire une attaque ! » Riona devina le sens de l’affirmation de Ren et tendit son expression. « Je vais me préparer en vitesse. Mais, Rokuhara-san, est-ce que cela va ? Ne devriez-vous pas ne plus rien avoir en stock de justice de rétribution sous la main en ce moment, n’est-ce pas ? »

« Tu as raison. Mais je veux attaquer l’ennemi tant qu’elle ne s’en est pas remise, » répondit Ren.

Rokuhara Ren n’était en aucun cas un stratège.

C’était le rôle de Julio et Riona. Mais, comme on pouvait s’y attendre, c’était une bête tueuse de dieux. Peut-être que son odorat reniflait-il le moment critique. Il était sorti pour un gros pari avec une facilité surprenante.

Léger et audacieux — . C’était le maître de Riona et son futur mari.

Elle ne détestait pas ce côté de lui.

Riona avait souri sans peur et changea complètement ses sentiments.

.

Le minitruck avait donc coupé à travers la brise nocturne et avait filé vers Osaka.

« Notre destination est le château d’hier, n’est-ce pas ? » demanda Cassandre.

« Ouaip. Quand Riona a vérifié avec les gens d’Institut des Divinités, ils ont dit qu’Izanami-san n’avait pas bougé de là. Mais elle est en train d’augmenter énormément la taille de son armée de zombies, et en ce moment elle en a déjà rassemblé plus de vingt mille. »

La conversation s’était déroulée sur le siège du conducteur du minitruck et sur le siège du conducteur adjoint.

Cassandre tenait le volant en toute familiarité. Elle avait déclaré avec bravoure à Ren qui était à ses côtés pour lui montrer le chemin. « Alors, nous devrons arriver sur le champ de bataille encore plus vite que ça ! »

« Tu comprends vraiment, Cassandre. Je te le laisse entre tes mains ! » déclara Ren.

« S’il vous plaît, laissez-moi m’en occuper ! » déclara Cassandre.

Ren avait levé le pouce en souriant. Cassandre avait conduit le minitruck à une vitesse de l’ordre de 100 km/h.

La voiture roulait parallèlement à l’autoroute Hanshin qui était bloquée. Il n’y avait même pas une seule voiture venant de la direction opposée. C’était comme un circuit réservé pour eux. La vitesse du véhicule augmentait constamment.

« Ah ! Franchement, que faire avec ça ! » Cassandre faisait une tête troublée tout en accélérant rapidement.

Cependant, ce n’était pas parce qu’il y avait un problème.

« Maintenant, je veux ramener un ou deux de ces chars à Troie ! » annonça Cassandre d’un coup.

« Essayons de plaider auprès des oncles de l’Institut des Divinités plus tard. Si je gagne, je leur demanderai d’en préparer un avec la vitesse la plus élevée possible en bonus, » déclara Ren.

« Vraiment ? Je suis très heureuse ! » déclara Cassandre.

Contrairement à la situation facile à vivre à l’intérieur du véhicule, la plate-forme de chargement du véhicule était très dure.

Julio avait mis en place une barrière magique pour protéger la zone arrière de la pression du vent au-delà d’une certaine limite. Malgré tout, cela ne voulait pas dire que le calme y était total.

Ils avaient été exposés à des vents très forts, de plus l’air de la nuit était frais.

Fumika qui avait le mental le plus faible se plaignait. « Uuuuuuuu. Onee-chan, dois-je vraiment aussi venir ? Tout d’abord, je veux descendre de cette voiture. C’est froid, effrayant… »

« Naturellement. Ce sera troublant si tu ne t’occupes pas des fantômes de l’armée de Nara, » Riona avait complètement ignoré la plaidoirie de sa petite sœur.

En plus, à côté d’eux, Julio ne leur avait même pas prêté attention.

Le jeune noble latino, commandant en chef de l’association magique des Campiones, fixait le ciel du regard. C’était un ciel nocturne rempli de nuages noirs. Il avait aussi vérifié sa montre-bracelet.

« Il est plus de 6 h du matin… c’est déjà le matin, » la voix de Julio était amère. « Il sera bientôt l’heure du lever du soleil matinal. Mais, il n’y a aucun signe de cela. Est-ce aussi l’influence de l’apparition de la déesse des enfers ? »

« Ce doit être le cas, » Umayado no Ouji hocha la tête avec sérieux. « Notre sens spirituel nous le dit. Tant que cette déesse n’est pas bannie, le soleil ne se lèvera pas, quoi qu’il arrive. »

« Voler la lumière du soleil dans le monde de la surface — . Un “phénomène commun” pour la fin du monde qui commence donc aussi ici. Quel mal de tête ! » Julio lâcha ses mots avec un certain mal à l’aise.

D’autre part, Riona avait alors déclaré. « Tout à l’heure, vous avez parlé nonchalamment du sens spirituel, mais est-ce qu’Umayado no Ouji a ce genre de pouvoir ? »

« Qu’est-ce que vous voulez dire ? Les informations concernant ma force circulent aussi même à cette époque, n’est-ce pas ? C’est le Toyoto Mimi, pour savoir les choses avant qu’elles n’arrivent, » répondit-il.

« L’histoire sur la façon dont vous avez écouté le discours de dix-huit personnes à la fois et prédit l’avenir…, tout cela est-il vrai ? » demanda Riona.

« Hmm. »

« Alors, même l’anecdote de vous sur un cheval divin avant de voler dans le ciel est aussi… ? » demanda Riona.

« Comment le prince impérial avec la vertu céleste peut-il être incapable de faire une performance de ce niveau ? » demanda-t-il.

Riona se pressa le front en entendant ce que l’éminent personnage légendaire lui disait avec exaspération.

Capable de prédire l’avenir, la réincarnation d’un grand prêtre des temps anciens, etc. Il existait un grand nombre de légendes irréalistes sur Shotoku Taishi.

« Comme attendu de la “personne choisie” qui est née dans une écurie, votre statut est à un niveau différent…, » déclara Riona.

« C’est incroyable, Onee-chan. Il est exactement comme “The Ruler of The Place of Sunrise” de Yamagishi Ryoko-sensei ! » déclara Fumika.

Les sœurs, y compris Fumika, avaient également été très impressionnées.

Umayado no Ouji. Les opinions divergeaient quant à l’origine de ce nom.

C’était parce qu’il est né devant un umaya, c’est-à-dire une étable. Ou parce qu’il était né dans un pays qui allait devenir Umayado. Ou parce que le nestorianisme — le christianisme de la faction Nestorius, qui s’était propagée de l’Empire romain à la dynastie Tang avait une anecdote « Le fils de Dieu est né dans une écurie » qui s’était répandue au Japon, et qui était ensuite devenue la base de la légende de Shotoku Taishi…

Mais, Riona connaissait l’hypothèse qui était plus abondante et plus convaincante.

« Le roi des héros et le saint sont nés dans un enclos d’élevage — . Ce genre de légende existait à l’est et à l’ouest du continent eurasien. Le fils du dieu, Jésus. Le fondateur du Royaume de Goguryeo Jumong qui a été jeté dans une étable et une porcherie quand il était bébé. Le rituel de la naissance du dieu de la folie Dionysius s’est déroulé dans une étable. Tout cela était très probablement les vestiges d’une foi totémique qui vénérait “l’animal” comme dieu, » déclara Riona.

« Parfois, Onee-chan, tu dis des choses comme notre père, » répondit Fumika.

« Eh bien, en tout cas. C’est à quel point ma force est magnifique, » déclara Umayado no Ouji.

Peut-être parce que c’était un discours qui le rendait plus magnifique, Umayado no Ouji écoutait avec satisfaction, mais…

Il avait soudainement coupé dans le long discours de Riona. « Je vais vous prêter quelque chose, Yatagarasu. Ce n’est pas seulement à cause de notre relation en tant que personne de la même ville natale. En tant que membre de la famille impériale, j’ai le devoir de protéger le Japon. »

« Ah. Gyoja-sama a aussi dit qu’il prêterait les ogres ! » Fumika avait interprété le mouvement des lèvres du fantôme d’En no Gyoja.

Riona tourna son regard vers la direction vers laquelle le minitruck avançait.

Ils étaient déjà à Osaka. Plusieurs kilomètres plus loin, elle pouvait voir l’ensemble des tours et le donjon du château d’Osaka — . Ils arriveront bientôt sur le champ de bataille.

Avec autant de soutiens rassemblés à leurs côtés, le même développement qu’avant n’aurait pas lieu.

Riona avait pris une profonde respiration « fuuuuuu ».

« — Je vais y aller. »

L’instant d’après, le corps et le cœur de Riona s’élancèrent vers le ciel sombre.

Elle se transforma en l’oiseau sacré doré Yatagarasu. L’oiseau à trois pattes qui avait guidé le fondateur de l’empire dans le passé. Même dans les ténèbres de la fin du monde, elle déploya ses ailes dorées et illumina le sol de sa majestueuse silhouette rayonnante.

« Douze généraux divins, venez à moi ! » ordonna Riona.

Les douze shikigamis servant Riona s’étaient manifestés et avaient volé avec Yatagarasu.

Comme d’habitude, ils se manifestaient comme un esprit de flamme. Mais, cette fois-ci, les choses ne s’étaient pas arrêtées là.

Les douze généraux divins créèrent un cercle de flammes flamboyantes autour de Yatagarsu — il y avait deux ogres dans ce cercle. D’un côté se trouvait un ogre rouge portant une hache de fer. L’autre était un ogre bleu portant une cruche à eau.

C’était Zenki Gigaku et Goki Giken qu’En no Gyoja lui avait confiés.

Et puis Umayado no Ouji avait aussi chanté des mots de pouvoir. « Je souhaite humblement aux quatre rois célestes. Permettez-moi de remporter une victoire certaine contre l’ennemi qui s’oppose à moi. Daitzura Taten, Birurokushi Yaten, Biruhakushi Yaten, Bishamonten — venez à moi, Namu Shitennou ! »

En réponse à cela, des guerriers en armures étaient apparus dans le ciel.

Ils rejoignirent le rang des douze généraux divins qui formaient un cercle de flammes et Zenki et Goki avec Yatagarasu. C’était un groupe de quatre. Même les gens ordinaires se souviendraient de les avoir vus d’une manière ou d’une autre sur une photo ou une statue bouddhiste.

Même Rokuhara Ren, qui était mal informé pour ce genre de connaissances, avait été étourdi lorsqu’il l’avait réalisé.

« Ces dieux, qu’est-ce que c’est déjà !? » demanda Ren.

« Des esprits liés à un dieu historique de la guerre — c’est ce que je vois d’eux ! » déclara Cassandre.

Cassandre avait observé et analysé les quatre nouvelles convocations. Derrière elle, Umayado no Ouji sur la plate-forme arrière du minitruck sourit. « Ce ne sont pas des dieux. Ce sont des Dévas. J’ai prié les quatre rois célestes miraculeux et emprunté leurs liens en tant qu’enfant protecteur de Gohou Douji. Je vous les confie, Yatagarasu ! »

Alors que Shotoku Taishi alias Uyamado Ouji avait seize ans, la cour impériale encourageait l’accueil des bouddhistes. Le clan Mononobe qui prônait le rejet du bouddhisme avait comploté pour renverser l’empereur.

L’armée de la cour impériale qui était dirigée par le prince impérial et Soga no Umako fut vaincue jusqu’à trois fois par le clan Mononobe. À ce moment-là, Umayado no Ouji avait prié Bouddha.

— Si la victoire m’est accordée, j’érigerai une tour de temple pour les quatre rois célestes.

Et puis, l’armée du prince avait vaincu le clan Mononobe et il avait érigé le temple Shitennou qui se trouvait encore aujourd’hui dans le quartier Tennoji de la cité d’Osaka. C’était un temple célèbre qui était comparable au temple Houryuu.

.

« Je les emprunterai avec reconnaissance, Votre Altesse ! » Yatagarasu s’envola vers le château d’Osaka. La volonté présente à l’intérieur de l’oiseau, Riona, cria.

Elle était accompagnée non seulement par les douze généraux divins et Zenki et Goki.

Les quatre esprits divins sous forme de guerriers — Bishamonten, Jikokuten, Koumokuten, et Zouchouten étaient aussi avec elle.

Les quatre esprits étaient en armure et ils intimidaient l’ennemi avec leur regard furieux. Ils avaient la coiffure assortie de leurs cheveux étant attachés au sommet de leur tête, mais il y avait seulement Jikokuten qui portait un casque.

Les armes qu’ils tenaient à la main étaient une lance, une épée précieuse, une hache et une hallebarde. Ils étaient en effet les quatre rois célestes.

Bien qu’en fin de compte, ils n’avaient été qu’une image empruntée. Leur essence à la fin était Gohou Douji envoyé par les quatre rois célestes — dans le terme onmyoudou, ils étaient des shikigamis.

Cependant, ils avaient été convoqués ici par le saint Shotoku Taishi qui priait les quatre rois célestes.

« C’est un peu bête de le reconnaître, mais, honnêtement, je sens qu’ils sont supérieurs à mes douze généraux divins… ! » déclara Riona.

Riona se dirigeait vers le château d’Osaka en tant que grand phénix qui brillait d’une aura dorée.

La longueur des ailes de Yatagarasu, déployées avec bravoure, était supérieure à vingt mètres.

Autour d’elle se trouvaient douze généraux divins se déplaçant en cercle autour d’elle en tant qu’esprits des flammes, Zenki et Goki, et ensuite les quatre rois célestes. Chacun d’entre eux était également énorme en taille.

Le phénix d’or volait avec dix-huit êtres autour de lui.

C’était une formation de combat qui ressemblait à un mandala avec Yatagarasu au centre.

« Cette fois, je ne serai pas vaincu, même avec Yamata no Orochi comme adversaire. Je peux aussi me déchaîner à ma guise sans me sentir concerné par une perte humaine. Mais juste au cas où…, » déclara Riona.

***

Partie 5

Cela se passait dans le château d’Osaka où la déesse Izanami et Yamata no Orochi était campée.

Il était situé au centre de la préfecture d’Osaka. Il s’agissait d’un complexe de bureaux surpeuplé dans des immeubles de grande hauteur. La situation de l’endroit était que le nombre de personnes qui s’y rendaient pour travailler était plus élevé que le nombre d’individus qui y vivaient.

Hier encore, alors qu’il y avait une grande épidémie de zombies japonais, l’endroit était animé par un grand nombre de personnes.

Il devrait y avoir beaucoup de gens qui n’avaient pas réussi à évacuer dans l’urgence. Mais, depuis hier, la police et la JSDF avaient travaillé dur toute la nuit pour annoncer et guider l’évacuation.

Le quartier d’affaires d’Osaka qui s’étendait en dessous d’elle était complètement vide d’humains comme si son agitation quotidienne n’était qu’un mensonge. C’était comme une ville abandonnée. Même le sens spirituel de Riona ne pouvait sentir que très peu de présences humaines.

Riona avait sympathisé à l’intérieur du Yatagarasu. « … Ça devrait aller même s’ils me laissent à moi et à mon Goshujin-sama de nous en occuper de tout une fois que les choses seront arrivées jusqu’ici. »

Le groupe de combat de la JGSDF avait été déployé pour encercler le parc du château d’Osaka.

La compagnie d’infanterie (en d’autres termes les fantassins) de la JGSDF était en attente partout sur les bâtiments et sur la route asphaltée.

Et puis — il y avait le parc Naniwa no Miyaato qui était presque adjacent au château d’Osaka et possédait une zone assez large.

Là-bas, le corps des blindés qui se composaient de char de combat de type 10 Hitomaru, véhicule de combat mobile, obusier automoteur, et en plus d’une arme qui pourrait être appelée le trésor de la JSDF, les fusées autopropulsées multiples (en bref un camion avec une remorque qui était chargé de missiles), et ainsi de suite semblaient être rassemblés de partout au Kansai. Ce corps blindé et ce corps d’artillerie étaient positionnés ici.

Il était fort probable qu’ils avaient déjà fini de préparer des hélicoptères de combat.

Lorsque la distorsion spatiale était apparue à Kobe avant cela, la JSDF avait également été dépêchée en réponse à la catastrophe.

Riona qui appartenait à l’Institut des Divinités coopérait parfois aussi avec eux dans la lutte contre les catastrophes et les monstres venant de sanctuaire. Cependant, cette fois, l’échelle était différente.

Ce qui était en eux — le Ki que leur corps et leur cœur émettaient était vraiment faible.

La peur, la terreur, la nervosité, l’anxiété. Elle ne pouvait que ressentir ce genre de choses de leur part.

« Cette fois, c’est évidemment comme une scène de grande bataille contre un Kaiju, donc on ne peut rien y faire. J’espère qu’ils se retireront immédiatement dans une zone de sécurité lorsque la situation deviendra dangereuse…, » déclara Riona pour elle-même.

Le parc du château d’Osaka était déjà à deux pas. Arrivée là, elle se concentra sur la bataille.

Le grand kaiju à huit têtes et huit queues s’enroulant autour du donjon, Yamata no Orochi.

Et encore plus important que ça, c’était là où la reine du monde souterrain Izanami attendait — .

Un message télépathique de son Goshujin-sama lui avait été transmis. « On est déjà arrivé à la fête. Maintenant, fais-le comme je l’ai prévu. »

« … Êtes-vous sérieux, Rokuhara-san ? » demanda-t-elle.

« C’est très bien. Maintenant que les choses ont atteint ce stade, il n’y a aucune chance que je puisse terminer cela en toute sécurité. Plutôt que de se battre en faisant attention à chaque petite chose, s’occuper de tout dès le départ et en un clin d’œil, ce sera —, » répondit Ren.

« Ce sera certainement rafraîchissant… ça pourrait être bien. Compris ! » déclara Riona.

Riona avait souri avec l’audace d’une reine.

Plus tard, même s’il y avait des plaintes, elle les excluait toutes — !

« Ce modeste désir de soi veut affirmer avec révérence en présence de Sume-Mikami… au moyen de la flamme ardente et de ma malédiction, purifiez et exorcisez ! » Les paroles de la puissance du feu et du soleil jaillirent du bec de Yatagarasu.

Instantanément, les shikigamis des douze généraux divins se transformèrent en esprit de feu et ils chargèrent vers le grand ennemi Yamata no Orochi et — le donjon du château d’Osaka qui était enroulé par ce kaiju !

*Gouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuun — !*

La flamme tourbillonnante et l’onde de choc s’étaient déchaînées.

Le donjon qui, d’une manière ou d’une autre, avait survécu même au raid aérien de la guerre du Pacifique avait été avalé par une flamme pourpre et avait été emporté partout par des explosions et des impacts.

Et puis, cette explosion s’était propagée jusqu’à tout le parc du château d’Osaka — .

C’était devenu un gigantesque dôme demi-sphérique qui anéantit tout ce qu’il engloutissait !

Que ce soit le donjon du château d’Osaka, les douves intérieures, les douves extérieures, le sanctuaire et même le parc environnant. Et même les dizaines de milliers de zombies japonais Yomotsu Shikome.

Et le plus touché était le grand monstre à huit têtes et à huit queues qui s’enroulait autour du donjon.

— *ShuuuuuAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!?*

Un cri d’angoisse s’échappa des bouches de ses huit têtes. Yamata no Orochi se tortilla d’angoisse dans le dôme de flammes. Les huit cous s’étirèrent désespérément dans la zone à l’intérieur du feu.

« Après tout, je comprends déjà votre puissance au combat, » Riona baissa les yeux vers le monstre serpent et le château d’Osaka qui s’enflammaient en murmurant. « Il n’y a pas besoin d’attendre et de voir. Je suis à pleine puissance dès le premier round ! »

Contrairement aux flammes ardentes, les yeux de Yatagarasu observaient calmement l’état de l’ennemi.

La déesse Izanami avait disparu du toit du donjon sans qu’elle s’en rende compte. Yamata no Orochi aussi, bien qu’il soit à l’agonie, semblait toujours en vie.

Oui, contre ce monstre de feu et de fer, la flamme ardente ne deviendrait pas un coup décisif quoiqu’il arrive.

Riona avait déclenché sa deuxième attaque.

« Gohou Douji de l’épée, à l’avant ! »

Elle les avait finalement envoyés. Les guerriers en armure qui ressemblaient exactement aux quatre rois célestes.

Lance, épée précieuse, hache, hallebarde, leur arme était partout. Ils avaient simultanément — chargé l’une des huit têtes du Yamata no Orochi en feu !

Les armes des quatre rois célestes taillèrent d’une manière anarchique le sommet de la tête qui était couverte d’écailles.

Et puis, sur la même tête, les deux ogres étaient aussi là — .

« Zenki et Goki vous aussi, allez-y ! »

Le Zenki rouge avait balancé sa hache de fer. Le Goki bleu utilisa sa grande cruche d’eau.

À la fin, l’un des quatre rois célestes, Zouchouten brandit à nouveau son épée précieuse et coupa la tête du serpent. C’est au moment où l’une des têtes de Yamata no Orochi avait été écrasée.

Si cela pouvait être répété encore sept fois ! Riona s’animait à l’intérieur de Yatagarasu.

« Oo, comme c’est terrifiant ! Quel rassemblement sinistre ! » La voix de la déesse Izanami résonna dans le ciel.

On ne pouvait pas voir sa silhouette. Elle était cachée quelque part. Cependant, la belle voix de la charmante déesse résonnait avec éclat dans le ciel enveloppé d’un nuage sombre.

« Une jeune femme gracieuse comme moi est complètement incapable de rivaliser avec eux ! Même le serpent qui est mon dernier rayon d’espoir ne peut pas prendre l’avantage en ce moment ! » déclara-t-elle.

C’était une voix en deuil. C’était une expression de peur.

Mais — Riona l’avait senti. Dans le chagrin de la déesse mère Izanagi, il y avait un effroi indescriptible !

Et puis la reine déesse des Enfers avait crié. « … S’il te plaît, écoute, mon enfant. Tu devrais venir sauver ta mère. Toyo Ashihara no Chiioaki no Mizuho no Kuni sera la terre où ma progéniture sera roi ! »

« Faites attention, Rokuhara-san… ! » Riona lui avait envoyé un message télépathique et avait averti son maître. « Après cela, il pourrait y avoir une contre-attaque scandaleuse ! »

« D’accord. Moi aussi, je trouverai l’endroit où se trouve Izanami-san et je ferai quelque chose à propos d’elle. Je te laisse Yamata no Orochi —, » répondit Ren.

Alors qu’elle était en train d’écouter le message télépathique de Rokuhara Ren.

Au-dessus de la tête de Yamata no Orochi qui avait été englouti par une chaleur torride, huit éclairs étaient apparus.

Les huit éclairs sphériques émettaient une décharge électrique. Il s’agissait des enfants que la déesse Izanami avait mis au monde dans le monde souterrain, les huit dieux de la foudre. Riona s’était mise sur ses gardes en préparation contre leur interception.

Comme prévu, les huit dieux de la foudre avaient fait tomber d’intenses éclairs du ciel.

L’attaque n’avait pas été envoyée sur Yatagarasu et ses dix-huit serviteurs — .

Mais juste en dessous. Vers Yamata no Orochi qui devrait être leur allié. Les éclairs des huit dieux des éclairs s’abattirent sur le monstre à sept têtes et à huit queues qui était angoissé à l’intérieur des flammes.

— *ShuuuuuAAAAAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaaaaaa!?*

Yamata no Orochi avait laissé sortir son gémissement douloureux de ses sept bouches en même temps.

Et puis, une traînée de lumière descendit du nuage sombre qui couvrait le ciel. On aurait dit une étoile filante. Cette lumière tombait droit vers le sol.

Il plongea en plein milieu des flammes brûlantes qui tourmentaient Yamata no Orochi.

L’instant d’après. À l’intérieur des flammes, le corps géant du grand serpent fondit dans une boue. Tout fondait avec une couleur rouge comme le minerai de fer qui avait été jeté dans un four à fusion.

De plus, même les flammes qui devraient brûler le château d’Osaka et ses environs en cendres — étaient en train de disparaître.

Le site du château d’Osaka était devenu un champ brûlé en un instant. À cet endroit, il ne restait plus qu’une seule queue brûlée de Yamata no Orochi. Bien qu’il n’y avait que quelques mètres en tout.

« Mère, mère, mère. Combien de fois ai-je pleuré, juste pour pouvoir t’apercevoir... » Un homme éleva avec ferveur une voix solennelle et émouvante.

C’était comme s’il faisait un discours vers le ciel qui était recouvert par les ténèbres et la terre qui s’était transformée en champ brûlé.

« Je suis venu ici, mon cœur est heureux, » déclara-t-il.

Un homme s’était penché sur le champ brûlé et avait saisi la queue rouge et chaude du serpent.

Juste après ça. La queue de Yamata no Orochi, qui restait avait fondue et disparue, laissant derrière elle une seule longue épée.

La lame brillait d’argent, la longue épée était plantée dans le sol.

« Une épée divine née de la queue de Yamata no Orochi !? » dans le ciel, Riona avait été stupéfaite.

Si c’était comme l’intrigue dans la mythologie japonaise, le nom de cette longue épée et du jeune homme était —

« Ne me dis pas que l’homme qui est descendu du ciel est… !? » s’écria Riona.

« C’est merveilleux que tu sois venu, mon fils. Takehaya Susanoo no Mikoto, » la voix qui résonnait avec éclat dans l’obscurité était remplie de l’amour d’une mère. « Mon dernier fils que je n’ai pas pu rencontrer alors que je possédais encore les flammes de la vie. Mon brave fils. Hohohohohoho, tu peux bondir contre la poitrine de ta mère comme tu le veux ! »

« Ce fils est vraiment reconnaissant pour vos paroles, mère, » déclara l’autre.

L’homme qu’Izanami appelait fils était un jeune homme musclé.

Il portait un vêtement à manches larges blanches et un hakama. Pour ainsi dire, il s’agissait d’un simple vêtement de tissu avec un trou au milieu pour la tête. Le tissu à ses poignets et sous ses genoux était attaché avec une corde pour qu’il puisse se déplacer facilement. Une ceinture de shizuri était enroulée autour de sa taille et un magatama était suspendu à son cou comme collier.

Ses cheveux noirs étaient attachés sur le côté de ses oreilles avec le style midzura.

C’était la tenue standard de l’aristocrate de l’époque Kofun (250-538 de notre ère) — du Japon ancien.

La longue épée qu’il tenait n’était autre que Kusanagi no Tsurugi, son autre nom était Ama no Murakumo no Tsurugi — .

« En tant qu’homme de Susa, je n’hésiterai pas à donner ma vie si c’est pour le bien de ma mère. Je jure que je te protégerai sans faute contre ces bêtes ! » déclara-t-il.

C’était la fière introduction du dieu musclé de la jeunesse.

Entendant ses paroles dans les airs, Riona, qui était à l’intérieur de Yatagarasu, parvint à une compréhension.

« Comme je pensais qu’il est le fils d’Izanagi et Izanami, le dieu qui a vaincu Yamata no Orochi…, » déclara Riona.

Le nom du dieu était Takehaya Susanoo no Mikoto.

La longueur de la longue épée portée par son épaisse main droite était d’environ 3 shaku 3 soleil et 5 bu, soit près d’un mètre. C’était une épée majestueuse et puissante.

Sa lame avait une courbe douce et ressemblait à celle du katana japonais.

Mais, la méthode de fabrication d’un katana avait été trouvée à la fin de la période Heian (794-1185). Susanoo qui était née dans une période encore plus ancienne n’aurait pas dû l’obtenir.

 

 

Il s’agissait probablement de l’épée des temps anciens, le warabitetou (type d’épée de fer à pommeau courbe de l’époque de Nara) qui devint le modèle du katana japonais.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire