Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku – Tome 1 – Chapitre 16 – Partie 2

☆☆☆

Chapitre 16 : Redéfinir le concept de partenaire

Partie 2

Loki, pour une raison inconnue, rejetait de toutes ses forces la réponse autodépréciative d’Arus. « Monsieur Arus, le fait que vous ayez sauvé l’humanité n’y est pour rien avec le fait que nous soyons devenus incompétents dans la gestion des urgences. Une telle chose ne pourrait jamais être de votre faute. Sans parler de la population d’Alpha qui n’a pu s’épanouir que grâce à vos efforts. Ces filles ne comprennent vraiment rien. » Au-delà de l’indignation qui traversait les yeux de Loki, il y avait de la tristesse. Leurs bords scintillaient au fur et à mesure que ses mots sortaient de sa bouche.

« Cela aussi est probablement inévitable... Alpha ne pourra plus survivre une fois que je serai parti. De toute façon, je ne pense pas que le Rang S devrait arriver avant quelques jours, » déclara Arus.

Après tout, c’est ce qui préoccupe les gros bonnets, pensa Arus.

En raison du désir de leur propre protection, la retraite d’Arus du service militaire avait provoqué une réforme sur la formation des magiciens. Leur manuel devait maintenant inclure l’entraînement au combat. S’il était vrai que le temps et l’enfance d’Arus lui avaient été volés, cela en disait long sur la façon dont les politiques antérieures du pays l’avaient rendu anxieux face à l’avenir.

Arus ajouta. « Ce n’est pas comme si ça n’avait rien à voir avec moi. Je dois l’éliminer pour le bien de ma vie paisible. »

Loki savait très bien pourquoi Arus avait quitté l’armée et pourquoi il se plongeait maintenant dans la recherche. Par conséquent, afin de résoudre un doute incompréhensible, elle se posait beaucoup de questions. Elle regarda Arus puis Tesfia et Alice. Lorsqu’elle était dans l’armée, elle avait également reçu une formation similaire où sa vision était restreinte, mais les résultats de ces deux-là étaient maigres et inesthétiques. « Diriez-vous que ces deux-là sont utiles ? »

Arus plaça un marqueur rouge sur la carte et une ligne depuis là tout en disant. « Je me le demande. Apparemment, elles sont au sommet de leur classe ici, dans cette académie. »

Le ton de Loki s’était dissocié. « Alors pourquoi leur apprenez-vous les bases ? » En plus de douter de sa décision quant à quoi leur enseigner, elle n’était pas convaincue qu’il devrait le faire.

« La directrice les a simplement poussés sur moi en même temps que cette autre tâche, » déclara Arus.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Loki.

Tesfia et Alice pourraient avoir besoin de beaucoup de formation continue pour s’épanouir, mais Arus les considérait toujours comme une assurance potentielle. Il déclara. « Tu étais presque un magicien à deux chiffres. Alors, peux-tu gagner contre ces deux-là en même temps ? »

« Voulez-vous dire que ces deux-là ont un talent caché ? » demanda Loki.

« Eh bien, » Arus était bien conscient que le talent et l’effort ne surmontent pas toujours les barrières. L’effort de se surpasser pourrait mener à une obsession de toute une vie. « En fin de compte, ceux qui survivent sont ceux qui continuent à progresser. »

Loki, en tant que personne ayant une expérience réelle du combat, comprenait d’une manière ou d’une autre le sens des paroles d’Arus. Peu importe à quel point une personne était forte ou talentueuse, cela n’avait plus de sens après leur mort. Si les attaques-surprises ou les rencontres fortuites avec des mamonos mutants non confirmés étaient les principales causes de pertes, les possibilités étaient aussi nombreuses qu’il y a d’étoiles dans le ciel.

Arus et Loki avaient tous deux supervisé de tels magiciens. Leurs derniers instants avant la mort n’étaient pas spectaculaires. Victoire ou défaite, survie ou mort, c’était tout ce qu’ils avaient en tête.

Arus tapa ensuite plusieurs fois avec ses doigts en un point de la carte.

« Ceci est aussi quelque chose que j’ai tout de suite compris, » déclara Arus.

Loki ne comprenait pas ce à quoi Arus fait référence par « Ceci ». Bien qu’elle ne le sache pas, elle ne pensait pas pouvoir participer à son processus de pensée. C’est son partenaire. Devenir capable de l’assister était suffisant pour elle. Elle n’avait jamais rien désiré plus que ça. S’il la sacrifiait comme un pion, elle accepterait volontiers ce rôle. Par conséquent, au lieu de lui demander ce qu’il voulait dire, elle ne changea pas de sujet, mais exprima ses intentions. « Je resterai à vos côtés, Monsieur Arus. »

« Je vois... Pour moi, ta détermination est claire comme de l’eau de roche, » déclara Arus.

Cet échange la satisfaisait pleinement, mais Arus ajouta. « Dans ce cas, j’ai besoin que tu acquières des capacités qui me conviennent. » Il se pencha sur sa chaise et dirigea son attention sur Loki. « Je ne te prendrai pas comme partenaire si tu ne peux pas le faire. Mais j’anticipe un avenir où je t’aurai à mes côtés. »

« — !! »

La valeur de ce qu’Arus demandait à Loki la plaçait dans une situation délicate, mais elle afficha sa détermination sans broncher. « Je répondrai à vos attentes sans faillir. »

Son expression était restée stable. Quant à ses pensées, rien n’avait besoin d’être dit à leur sujet. Ils étaient aussi clairs et exempts d’anxiété que son sang-froid. Rien de plus, rien de moins.

 

☆☆☆

Arus déclara, « Je vois que ta portée de détection est d’environ 1 km. » Il ne demandait pas de confirmation, il voyait clairement à travers ses capacités.

Loki acquiesça d’un signe de tête, et il ajouta de son côté. « La mienne est environ la même, selon les circonstances. »

Pour un support qui se spécialisait dans la détection, ce niveau était largement suffisant pour le déploiement au combat. Alors qu’Arus était dans l’armée, selon les rumeurs, la raison pour laquelle il n’avait pas choisi un partenaire était qu’il pouvait aussi détecter. Maintenant que Loki l’entendait personnellement l’admettre, elle se trouvait confrontée à de fortes turbulences internes.

Arus déclara. « Loki, je serai troublé si tu ne peux pas augmenter ta portée de détection à au moins 5 km. »

Le nombre de magiciens avec ce niveau de détection pouvait être compté sur une main. Arus ne comprendrait peut-être pas à quel point sa demande est imprudente, mais Loki le comprenait. Pourtant, malgré cela, elle lui déclara. « Je comprends. »

Loki n’avait pas dit que c’était impossible. Pour elle, l’échec s’accompagnait du lourd tribut de la perte de sa raison de vivre.

En vérité, Arus n’avait aucune difficulté à imaginer la difficulté de sa tâche. Cependant, le fait était qu’à moins que Loki ne puisse accomplir cette tâche, il serait difficile pour elle de lui être utile au combat.

Arus ajouta. « Bien sûr, tu devrais aussi augmenter tes capacités de combat, mais pour l’instant, donne la priorité à l’amélioration de tes capacités de détection. » Il traça ensuite un demi-cercle d’environ 1 km sur la carte.

Ce cercle signifiait que Loki n’était pas sans rapport avec la situation actuelle, mais comme prévu, il ne lui donnait pas plus d’informations. Parce que ces deux-là sont toujours dans la pièce.

Arus se tourna alors vers Tesfia et Alice pour leur dire. « Nous allons nous arrêter là aujourd’hui. Je dois rencontrer la directrice. »

Il avait alors reçu une résistance considérable de Tesfia. L’irritation d’être interrompu était visible quand elle se tourna vers lui. Puis, comme pour l’ignorer, elle se détourna.

Alice s’était souvenue de la sensation d’absence de conscience qu’elle avait ressentie pendant son entraînement. Elle ne comprenait pas non plus pourquoi elle devrait accepter qu’Arus termine leur formation.

 

☆☆☆

Tesfia et Alice étaient forcées de rentrer chez elles. Une fois dehors, Tesfia avait été confuse de voir Loki toujours de l’autre côté de la porte à côté d’Arus. « Qu’est-ce que tu fais ? »

Alice déclara. « Loki ? »

Tesfia et Alice devaient retourner au dortoir des femmes pour la nuit. Loki, maintenant étudiante à l’académie, devait aussi aller au dortoir. Les doutes qu’elles ressentaient étaient naturels. Cependant, aucune des deux filles ne se rendait compte que puisque Loki venait de s’inscrire ce jour-là, aucune chambre n’avait été préparée pour elle. Ce qu’elles savaient, c’était qu’Arus était un homme. Selon elles, une fille ne pouvait pas rester dans la chambre d’un homme.

Loki leur parla sans aucune timidité. « En tant que partenaire de Monsieur Arus, partager son logement avec lui est tout à fait naturel. Donc, vous deux, vous n’avez pas besoin d’y faire attention. »

Le calme naturel avec lequel elle répondait rendait même Arus mal à l’aise. Quoi qu’il en soit, cette situation entre Arus et Loki n’était pas rare. Même s’ils passaient une nuit sous le même toit, rien ne se passerait. Il déclara. « Loki, apparemment la pratique courante est que nous nous séparions. »

Les individus élevés par les militaires développaient des normes différentes. Que Loki ait reçu une éducation générale déficiente ne pouvait pas aider dans la situation. Arus aussi n’avait découvert le principe de ségrégation des dortoirs par sexe qu’à son arrivée à l’académie.

Les militaires étaient également séparés, mais une chambre personnelle était assignée au supérieur du groupe. Arus, cependant, ne s’en souciait pas puisque cela n’avait rien à voir avec lui.

Loki ferma sa bouche. Son expression terne ne permettait pas aux autres de s’en rendre compte, mais à l’intérieur, elle était en train d’effectuer un vote. Elle déclara finalement. « Rejetée. »

Pour la première fois, Loki rejeta l’opinion d’Arus. Obéir aux instructions d’Arus était une exigence essentielle de Loki et c’était donc une affaire importante pour elle. Malgré cela, son désir de lui accorder de l’attention était plus important. Ainsi, son seul désir de le soutenir devenait encore plus grand.

Sa définition du « soutien » s’était élargie. Jusque-là, elle comprenait qu’il s’agissait d’aider Arus au combat. Maintenant, cela l’élargissait en s’appliquant aussi aux conditions de vie quotidienne.

La décision était unanime et personne ne pouvait s’opposer. Avec ça, toutes ces préoccupations anticipées avaient été écartées.

Alice jeta un coup d’œil à Arus en lui disant. « Mais cela ne sera-t-il pas gênant ? »

« C’est normal dans l’armée. Il n’y aura aucun inconvénient pour moi à rester chez Monsieur Arus, » déclara Loki.

Seules Tesfia et Alice qui comprenaient les implications cachées de ces mots rougissaient devant la réponse de Loki.

Les émotions de Tesfia s’embrasèrent alors qu’elle lui disait. « Pas question ! Absolument pas possible ! » Elle refusait que Loki reste là.

« Cela ne vous concerne pas, » répliqua Loki.

Aussi bien, Tesfia ou Alice ne trouvèrent pas les mots pour répondre. « « ... !! » »

« Ou est-ce que vous aimeriez toutes les deux aussi partager votre logement avec Monsieur Arus ? Il n’y aurait pas de problème si vous le faisiez, » déclara Loki.

Personne ne pouvait dire si Loki était sarcastique. Son manque d’expression lui donnait l’air sérieux. Cela rendait impossible de savoir si elle plaisantait. Ainsi, Tesfia et Alice regardèrent vers Arus, puis elles prirent du recul.

Arus ne se souciait pas de l’opinion des autres, mais il trouvait franchement leur réponse regrettable. Mais dire quoi que ce soit serait une perte de temps. Au lieu de faire ça, il déclara. « Pour l’instant, vous devriez toutes les deux rentrer chez vous. Dans tous les cas, j’ai besoin que Loki m’accompagne au bureau de la directrice. »

Je n’arrive peut-être pas à les convaincre, mais le fait de mentionner la directrice devrait au moins les inciter à abandonner, pensa Arus.

« Pervers ! » s’écria Tesfia.

On ne savait pas si Arus avait entendu les réprimandes méprisantes de Tesfia, mais Loki, pour le meilleur et pour le pire, elle ne l’avait certainement pas entendu. Arus, cependant, avait dû l’entendre. La seule raison pour laquelle il devait faire abstraction à cette colère, c’était qu’il avait dû l’entendre.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire