Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 3 – Chapitre 14 – Partie 9

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 14 : Une Arrivée Douloureuse

Partie 9

Alus avait un vague sentiment qu’il avait pris la bonne décision. C’était une sorte de prémonition qui pouvait être liée à la vérité du monde qui était sûrement quelque chose qui ne reposait pas sur le raisonnement ou la rationalité, mais quelque chose de bien au-delà.

Il était frustré de ne pas pouvoir en voir la logique, mais il s’était senti étrangement heureux en regardant le dos d’Alice.

Alice n’était pas consciente de son regard fixe… mais elle se retourna soudainement pour lui parler. « D’ailleurs…, » elle s’arrêta pour afficher un sourire espiègle. Ses cheveux couleur miel flottaient dans l’air, et elle arborait un sourire radieux. « En plus, tu avais l’air de ne pas vouloir que je le tue. »

« Est-ce que je ressemble à ça ? » Alus lui avait répondu sans ambages, mais avec un élément de surprise dans le ton.

« … C’est vrai, ton visage était tout triste, et tout ça, » Alice avait ri de nouveau, en tenant ses mains derrière son dos et en le regardant avec des yeux tournés vers le haut. En contraste avec sa voix brillante, elle avait délibérément tordu son visage dans une grimace flagrante.

Comprenant qu’elle le taquinait, Alus avait plissé les yeux avant de répondre calmement. « Je vois. »

Et l’instant d’après : « Qui ferait une tête aussi laide que celle-là ? », s’écrie-t-il à voix haute, de façon cabotine.

Si elle continuait comme ça, Alice finirait par s’en remettre complètement un jour. Et cette intuition rendait les pas d’Alus plus légers. Bien sûr, il n’en était pas conscient lui-même.

« Comment ça, moche… ? Tu n’es vraiment pas honnête, » dit Alice avec joie, en arrêtant le regard grimaçant. Elle ajouta ensuite, plus sérieusement. « … C’est vrai. Tu ne te comprends vraiment pas du tout, Al. »

 

* * *

Dans une pièce blanche sans fenêtre.

Godma, qui s’accrochait à peine à la vie, était attaché à un lit et marmonnait tout seul. « … Je… j’ai peut-être perdu contre vous, bande de salauds… mais cela ne mettra pas fin à mes recherches. J’ai tenu ma promesse envers lui après… tout… »

C’est peut-être parce qu’il s’était transformé en Mamono qu’il était encore en vie. En raison de la réflexion de certains hauts responsables, l’ordre d’élimination de Godma avait été temporairement mis en attente.

C’était une installation près de la base de Godma qui avait été construite pour l’encerclement. À proprement parler, il s’agissait d’une des pièces de l’installation médicale temporaire mise en place pour soigner les blessés… mais en raison des circonstances, elle était également devenue une simple salle d’interrogatoire.

C’était un bâtiment abandonné qui avait été rapidement réparé, mais il avait été autrefois un centre de recherche, ce qui était parfaitement ironique.

Loki se tenait à côté d’Alus, couvrant son bras gauche. Tesfia et Alice étaient soignées pour leurs blessures dans la pièce voisine, mais Loki n’avait reçu que le strict minimum de soins.

Elle avait un air anxieux, mais après un rapide coup d’œil à elle, Alus s’était tourné vers Felinella qui se tenait à une certaine distance. La bataille était terminée, mais il restait encore des choses à faire… Alus commençait à avoir envie de son propre laboratoire après tout ce qui s’était passé.

Felinella avait son permis contre son oreille, recevant un rapport de l’extérieur. Peu de temps après, l’appel s’était terminé, et elle avait rapporté calmement, « Il semble que ce soit terminé. Ils les ont finalement tous éliminés. »

Même après la chute de Godma, les quelque 60 poupées qui s’étaient échappées à l’extérieur avaient continué à se déchaîner.

Et Felinella avait ensuite reçu un rapport indiquant que la dernière restante avait finalement cessé de bouger. « Il y en avait une autre… comme prévu. Une poupée avec des yeux de couleur différente. Nous avons capturé celle-là aussi, et elles semblaient avoir des données intégrées dans ses yeux. »

« Impossible !! » En entendant cela, Godma avait crié depuis son lit.

« Je m’y attendais, » dit Alus.

Puisque Godma avait un soutien de quelque part, il avait dû prévoir une assurance que les données de ses recherches atteindraient l’extérieur. Il avait 200 poupées avec lui. C’était suffisant pour appeler ça une armée privée.

Mais Felinella et les autres avaient reçu des informations selon lesquelles le partisan de Godma n’était pas une personne ou une organisation isolée, mais une nation entière.

Balmes, la nation qui comptait le moins de magiciens dans ses rangs, avait également des magiciens de faible qualité et des rumeurs circulaient selon lesquelles elle n’avait pas la capacité de défendre ses frontières, et même que son dirigeant avait été destitué.

Ensuite, il y avait Hydrange, qui avait le magicien classé numéro 5, mais son nombre de magiciens à deux chiffres était une fraction des autres nations.

La recherche de Godma qui créait artificiellement des utilisateurs d’éléments de lumière était quelque chose qui répondrait aux besoins de ces deux nations.

Ils auraient pu obtenir le nom du mécène de Godma par Godma lui-même, mais il semblait qu’il n’était pas au courant de son identité. Il s’était simplement consacré à ses recherches sans se soucier de savoir à qui il avait affaire ni d’où venait l’argent. Malheureusement, Alus pouvait s’imaginer faire la même chose.

Godma était un homme qui s’était lancé dans une recherche par folie, il n’était donc pas difficile de deviner qu’il ne se dérangerait pas lui-même. De plus, le représentant du patron de Godma devait également être assez prudent.

Cela mis à part — « Alors, où a été capturée cette poupée aux yeux étranges ? »

« … À l’Institut. Il semble qu’ils aient utilisé une porte de transport simplifiée. »

« Je vois, donc ils ont laissé une sorte de dispositif derrière eux lors de la dernière attaque pour permettre le transport depuis l’extérieur. Ils ont dû se battre pour faire fonctionner quelque chose comme ça, une version proche d’une porte de transport. »

« Je ne pensais pas que les choses de ce genre étaient encore à un stade pratique, cependant… Quand a-t-il réussi à faire ça ? » demanda Felinella, surprise.

Alus lui avait répondu. « Cela signifie simplement que Godma était plutôt compétent. Comme le seigneur Vizaist s’y attendait, ils avaient un moyen de sortir du centre de recherche, mais penser qu’ils se dirigeaient vers l’Institut… »

« Ce choix était un peu audacieux, » dit Loki d’un ton exaspéré.

« Oui, il faut beaucoup de cran pour essayer de faire ça sous le nez d’un ancien numéro unique. »

Godma avait finalement sous-estimé Cisty. Elle avait surpris l’intrus en détectant un léger changement dans le mana de l’Institut qu’elle contrôlait. L’infiltration de Mélissa lui avait fait prendre conscience qu’il y avait une faille dans la sécurité.

Alus avait jeté un coup d’œil dans la direction de Godma.

« Je vois… donc tout s’est écroulé, » murmura Godma d’un ton rauque. Avec cela, il avait fermé les yeux et avait perdu conscience.

« Mais quand même, quelle situation terrible, » pensa Alus.

Les blessures de Tesfia et d’Alice étaient considérables, et le bras gauche de Loki était lui aussi gravement blessé. Ils n’avaient perdu personne, mais aucun d’entre eux ne s’en était sorti indemne, pas même Alus.

« Je vais aller voir le Seigneur Vizaist et faire un rapport sur cet incident. Feli, peux-tu demander quelques magiciens guérisseurs ? Une fois que c’est fait, Loki, ramène les autres avec toi à l’Institut. »

« Mais tu pars avant que les magiciens guérisseurs n’arrivent, Sire Alus ? Fais-leur au moins arrêter les saignements. »

« Non, c’est toi qui dois d’abord arrêter tes saignements, Loki. »

Loki avait d’abord été surprise, mais elle avait fini par être convaincue par Alus qui avait dit qu’il irait se faire soigner plus tard, et s’était retirée à contrecœur.

Déchirant sa propre robe, Alus avait enveloppé le bras de Loki. Ce n’était qu’une mesure d’urgence, car même les magiciens guérisseurs ne pouvaient pas restaurer le sang perdu.

Pendant ce temps, Loki avait coupé un morceau de la manche de son uniforme afin d’obtenir un tissu qu’elle pourrait utiliser comme bandage pour Alus. Le temps qu’Alus se dise qu’il n’y avait aucune raison d’aller aussi loin, il était déjà trop tard. « Je pourrais simplement utiliser le mien. »

« Tu ne peux pas ! Tu as été en contact direct avec Godma quand il s’est transformé ! Que ferais-tu si une bactérie bizarre infectait la plaie ? La mienne n’est pas sale. »

« … Loki, remplaçons les bouts de tissus bandés autour de ton bras tout de suite. »

Loki s’était immédiatement couvert la bouche, comme si elle en avait trop dit. Elle avait hésité à dire qu’elle se contentait des restes, ce qui avait rendu Alus très perplexe.

Derrière eux, Felinella avait commencé à déchirer sa propre robe. C’était aussi un gâchis, mais il était déjà trop tard.

Alus avait au moins voulu lier ses blessures avec sa propre robe, mais d’après les regards de Loki et de Felinella, ça n’aurait pas marché. S’il y avait eu des réserves de fournitures médicales, rien de tout cela ne serait arrivé, mais il y avait eu plus de blessures que prévu et Tesfia et Alice avaient été prioritaires.

« M. Alus, laisse-moi au moins arrêter l’hémorragie. »

Alus soupira, tandis que Felinella commençait à enrouler le tissu autour de son épaule d’une manière familière.

Felinella avait tout d’abord confirmé auprès de Loki que les bandages de cette dernière étaient bien placés, peut-être par considération, et avait reçu une réponse affirmative de la part de Loki.

Loki fronça les sourcils un instant, mais elle n’eut d’autre choix que de se retirer après qu’on lui ait dit que c’était pour le bien d’Alus. « Je comprends, je vais l’accepter… mais utilise au moins mon tissu, s’il te plaît. Et… »

Son expression était devenue plus sévère. « Presser ces sacs de graisse inutiles contre l’arrière de la tête de Sire Alus fait-il aussi partie du traitement ? Je ne sais pas trop quoi penser de tout ça ! »

« Ah ! »

S’étant tellement investie à envelopper l’épaule d’Alus, Felinella avait inconsciemment pressé sa généreuse poitrine contre lui. Quand elle s’en était rendu compte, elle avait fait un bond en arrière en rougissant.

« Je suis désolé, M. Alus. C’était un accident, je ne voulais rien dire… »

« Oui, ça ne me dérange pas. »

« Moi, oui ! » avait immédiatement rétorqué Loki. L’incident avait semblé particulièrement contrarier Loki, qui s’était lancée dans un flot de plaintes.

Sentant que les choses pourraient continuer ainsi pour toujours, Alus avait décidé d’y mettre un terme. « Laisse ça comme ça. Feli a dit que c’était un accident. Ce n’était pas volontaire. »

« Elle serait juste une salope si c’était le cas, » dit Loki, lançait un regard noir à Felinella qui avait fermement nié ces mots, rougissant toujours furieusement.

Ils avaient un rapport à faire, mais avec le manque de sérieux dans l’air, Alus n’en avait pas l’impression.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire