Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 3 – Chapitre 14 – Partie 8

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 14 : Une Arrivée Douloureuse

Partie 8

Au moment où Godma avait reconnu le sort, son corps était déjà une statue de glace.

Bien sûr, cela ne lui ferait rien. L’instant d’après, il avait utilisé son mana pour briser de force la glace. Il ne lui avait fallu qu’une seconde pour le faire.

Une fois libéré de la glace, Godma avait levé les yeux et l’avait vu. Avec un visage rempli d’effroi, il avait crié, « Q-Qui d’entre nous est le monstre… !? »

Avant que le sort en forme d’orbe lumineux ne soit activé, Alus s’était mis à l’abri à une certaine distance, à l’intérieur d’une barrière comme celle qui couvrait Tesfia et les autres filles.

« “Soleil Astral” »

Il était énorme et puissant. Et l’orbe avait encore grandi de deux tailles, et ses flammes étaient devenues encore plus intenses après avoir reçu une quantité apparemment infinie d’informations.

Il s’agissait d’un sort qui ne ressemblait qu’en apparence au sort de débutant Brûler. Celui-ci présentait des températures extrêmes, comme s’il s’agissait d’un soleil rétréci. Et il figurait parmi les meilleurs sorts de l’attribut feu.

« Gaaaaaahh !! »

La zone s’était immédiatement réchauffée. La barrière derrière laquelle Alus se cachait avait commencé à se déformer. Elle ne durerait qu’une douzaine de secondes de plus. Les murs blancs de la barrière avaient commencé à devenir rouges et à fondre, tandis que la composition même de la barrière d’Alus commençait à s’effondrer.

Sentant la température monter rapidement, il avait annulé le sort. S’il faisait une erreur dans une pièce fermée comme celle-ci, tout le monde pourrait mourir brûlé.

Alors qu’Alus annulait le sort, Godma était apparu à travers la fumée noire, à genoux. En raison de la chaleur extrême, certaines parties de son enveloppe extérieure avaient été gravement brûlées, et le sol autour de ses pieds était orange et il était sur le point de se dissoudre.

S’il n’avait subi que ce degré de blessure, c’était probablement parce qu’il avait utilisé à la hâte le mana qu’il avait accumulé et l’avait expulsé pour créer une coquille protectrice autour de lui.

Alus s’était approché de Godma et l’avait regardé sans expression.

Alors…

« — ! Aaaahhh !!! »

Un coup vers le bas, et un bras grotesque avait été coupé à sa base. La punition avait été transmise par la lame noire de la brume nocturne.

Godma avait balancé son autre bras en réponse, mais au moment où il avait bougé, Alus avait appliqué une pression gravitationnelle sur son coude, l’écrasant, le faisant tomber mollement sur le côté.

Ayant neutralisé les dangers provenant du Mamono, Alus avait déplacé sa lame en diagonale vers son torse.

Du sang vert avait giclé. Godma s’était effondré contre un mur.

C’était une conclusion accablante. Cependant, Alus ne l’avait pas achevé.

Voyant cela, Loki avait couru vers lui. « Sire Alus, je vais soigner vos blessures… »

« … ! Ce n’est pas grave. » Ne cachant pas sa surprise, comme s’il venait de s’en rendre compte, Alus regarda vers Loki.

Alice s’était lentement dirigée vers Godma. Tesfia fixait son dos pendant qu’elle allait, jetant un coup d’œil à Mélissa.

L’apparence de Godma n’avait plus rien à voir avec celle qu’il avait lorsqu’il était humain. Des parties de lui se décomposaient et tombaient. Sa carapace grotesque se détachait d’elle-même.

Le sang qui s’écoulait de sa bouche était toujours vert, mais son corps commençait maintenant à redevenir progressivement plus humain. Son bras restant gonflé commençait à avoir l’air plus humain. Mais la couleur dorée de ses yeux n’avait pas du tout changé.

« Ouf… on dirait que ça n’a rien donné, » dit faiblement Godma avec chagrin, son corps toujours appuyé contre le mur. Quoi qu’il en soit, ce n’était qu’une question de temps maintenant.

Alus avait regardé le perdant de haut. Puis — « Elle est là. »

Une femme avait sauté par le trou que Godma avait ouvert auparavant, et avait atterri en silence. Assez rapidement, ses longs cheveux noirs flottants s’étaient remis en place. « Est-ce déjà fini ? »

« Feli, que s’est-il passé là-haut ? »

« Vous n’avez pas à vous inquiéter. L’extermination des poupées qui se sont échappées a déjà commencé, et… il n’en reste que quelques-unes. Voulez-vous voir ? »

Vizaist savait aussi utiliser un sort pour se faire une idée de la situation. Mais le terme « voir » avait suscité un regard perplexe de la part d’Alus.

Felinella lui avait répondu en lui demandant d’attendre un moment. Elle s’était approchée de lui et, alors qu’ils se faisaient face, elle avait pris sa tête en sandwich entre ses mains. Ses joues étaient devenues légèrement rouges et elle avait appuyé son front contre le sien.

« “Vue aérienne, lien” »

Une vision de la zone environnante était apparue dans l’esprit d’Alus, ainsi que des points rouges et bleus dispersés à travers elle. Les points rouges étaient les poupées.

« Quoi !? » s’écria une voix choquée, appartenant sans aucun doute à Loki.

« Penser que tu pourrais faire quelque chose comme ça, c’est incroyable, Feli. »

« Merci ! » Un grand sourire était apparu sur le visage de Felinella.

« Mais… Je n’ai pas vu le commandant faire quelque chose comme ça. » Le sort de Feli était quelque chose que Vizaist aurait dû lui apprendre.

« Eh bien… il faut se toucher le front, donc…, » Felinella avait encore plus rougi.

Alus avait compris ce qu’elle voulait dire. La seule pensée de presser son front contre un vieil homme d’une cinquantaine d’années le déprimait. Et si ses joues devenaient aussi roses que celles de Felinella maintenant, ce serait une expérience traumatisante qu’il n’oublierait jamais. « … Tout sauf ça. »

« D’accord. » Felinella avait également rejeté l’idée qu’Alus et son père se touchent le front.

Dans le silence… Alice regardait un Godma mourant.

Et une voix froide l’appela de derrière. « Je te laisse le reste. Remets-le à l’armée, ou achève-le toi-même, fais ce que tu veux. » Alus s’était déjà désintéressé du sort de cet homme.

Godma avait faiblement levé les yeux vers Alice. « C’était une fin misérable, Alice. Mélissa s’est comportée comme une grande sœur même ici, traitant les poupées comme ses petites sœurs au lieu de toi. Elle n’était pas différente de ce qu’elle était au centre… »

Il se moquait de la mort de Mélissa. Mais Alice avait serré les dents et s’était tue.

« Tue-moi, Alice. Je suis l’homme qui t’a tout volé. Fais-le, et tu pourras te réjouir et te sentir satisfaite, » continua Godma, comme s’il cherchait à la faire enrager.

Alice fixait silencieusement son visage. Franchement, elle le détestait et le méprisait. La raison pour laquelle sa vie et son passé étaient un tel gâchis gisait impuissante juste devant elle. C’était la parfaite occasion de se venger.

Mais alors qu’elle le fixait, elle pouvait sentir sa haine s’estomper. Alice avait compris pourquoi. Si seulement elle avait pu le réaliser dans le passé. « Que vouliez-vous faire… en allant jusqu’à faire du mal aux enfants ? Nous n’étions pas des poupées avec lesquelles vous pouviez jouer », avait marmonné Alice d’un ton déchirant.

Le passé ne peut être changé, et pour une raison inconnue, elle avait ressenti de la pitié. Malgré la montagne de poupées sans âme qui parlaient des cruautés dont Godma était responsable.

« Non, vous êtes des poupées, chacune d’entre vous l’était. Alice, tes parents t’ont même vendu pour de l’argent ! Tout le monde est pareil. Ils acceptent volontiers une excuse commode comme quoi c’est pour le bien de l’humanité alors qu’ils se remplissent les poches d’or. »

Devenant peut-être désespéré, Godma avait commencé à faire pleuvoir des injures sur Alice pour la provoquer. Comme s’il essayait de la blesser, de faire ressortir la haine en elle.

Cependant, le cœur d’Alice n’avait pas changé. « Vous avez tort », dit-elle d’une voix calme, en secouant la tête. Elle tenait sa main au-dessus de sa poitrine. « Parce que ma mère et mon père venaient me rendre visite tous les jours. Ils m’ont chérie jusqu’à la fin… »

Des larmes avaient commencé à couler sur les joues d’Alice alors qu’elle se souvenait. Ces gouttes brillantes ne reflétaient que du bonheur. Elle ne pouvait pas lui pardonner, mais elle l’avait déjà fait.

Et maintenant, elle comprenait enfin la signification de ce que ses parents avaient fait à la fin. « Ils m’avaient acheté un gros animal en peluche. » Alice avait affiché un sourire nostalgique, à travers ses larmes.

Ses parents avaient perdu la vie dans un cambriolage. Même après avoir été poignardés, ils s’étaient accrochés à cette peluche jusqu’à la fin. Ils ne pouvaient pas la laisser se faire voler après l’avoir achetée pour le retour d’Alice, même s’il était impossible que des voleurs ne cherchant qu’à voler de l’argent la prennent.

Elle ne l’avait entendu que de manière indirecte, mais elle pouvait facilement les imaginer se comporter de la sorte. Alors que ses parents étaient décédés, leurs pensées étaient restées sur leur fille bien-aimée.

« Les choses se suivent. Ce que ma mère et mon père ont laissé derrière eux, les sentiments que Mélissa a transmis, et maintenant, alors que je suis sauvée par tant de gens… C’est pourquoi je ne veux pas lâcher le présent… l’avenir qui se poursuit à côté de nos liens. »

Il n’y avait jamais eu aucune raison d’hésiter. Et achever Godma serait sûrement une trahison. Et Mélissa avait pris sa propre vie pour empêcher cela, mettant fin à toute rancune qui pourrait résulter du fait que quelqu’un la tue, de ses propres mains.

Si Alice devait tuer Godma ici, elle ne pourrait pas rester là où elle est maintenant. Le présent qu’elle avait construit et qu’elle chérissait tant était bien trop heureux et précieux pour qu’elle le jette.

Ses retrouvailles avec Mélissa en étaient la preuve ultime. Après tout, il n’y avait aucun moyen de nier son lien avec Mélissa.

En y repensant, la dureté n’était pas la seule chose qu’elle avait ressentie. Peu importe à quel point elle en doutait, ça ne s’était jamais estompé. Que Mélissa se soit vraiment préoccupée d’Alice ou non, et quelles étaient ses véritables motivations n’était pas un problème.

Parce qu’en fin de compte… ce qui comptait vraiment, c’était ce qu’Alice ressentait à ce sujet.

Le lien qu’elle avait formé avec Mélissa était connecté à Tesfia, Alus et Loki, menant à un brillant présent. Et Alice ne pouvait pas souiller ça avec quelque chose d’aussi disgracieux que la vengeance. Si elle le faisait, elle ne pourrait plus jamais prendre leurs mains. Et elle ne pourrait pas affronter ses parents qui l’avaient élevée avec amour. C’est donc la réponse qu’Alice avait choisie.

« Ne sois pas stupide… et alors ? Es-tu sérieusement en train de dire que tu ne me détestes pas pour avoir joué avec toi, Mélissa, et d’innombrables autres expériences ? » Pris de court par la stupéfaction, Godma avait haussé la voix. Son ton semblait vain, et pourtant quelque peu étonné. Il était submergé par ces émotions irrationnelles et absurdes. Il n’y avait pas une seule trace de la haine et de la colère auxquelles il s’attendait dans les yeux d’Alice.

« Oui. Si c’est ce que Mélissa voulait… Je vous pardonnerai, » avait dit Alice d’une voix calme, en essuyant ses larmes du revers de sa main. « C’est pourquoi… Je ne vous laisserai pas souiller mon passé plus longtemps ! »

Après avoir dit ce qu’elle avait à dire, Alice avait pris une profonde inspiration et avait tourné la tête pour révéler l’expression nouvelle sur son visage.

« Es-tu d’accord avec ça ? » demanda Alus.

Alice hocha fermement la tête. « Rien ne serait changé par cela, et je ne le laisserai pas non plus être changé. Cela ne ramènera pas Mélissa, alors je ne veux pas qu’une vengeance inutile gâche le présent qui mène à l’avenir… »

« Eh bien, si tu es d’accord, je n’en dirai pas plus. »

Il n’y avait pas de bonne réponse, mais le choix qu’Alice avait fait toute seule n’était en rien mauvais. Elle avait choisi de ne pas salir la route que Mélissa lui avait montrée. Au final, Alice aurait pu finir par protéger tant de choses précieuses.

Et peut-être que la raison pour laquelle Alus avait emmené Tesfia était que les liens d’Alice avec lui et Loki n’auraient pas été suffisants pour lui faire choisir l’avenir. Tesfia avait sûrement constitué l’un des fils qu’Alice utiliserait pour tisser son avenir.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire