Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 3 – Chapitre 14 – Partie 6

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 14 : Une Arrivée Douloureuse

Partie 6

De manière assez inattendue, cependant, l’attaque de Mélissa n’avait pas été fatale pour les deux filles. Elle n’avait même pas fait beaucoup de dégâts.

Il y a quelque chose d’étrange…

Loki regardait fixement la bataille, sentant que quelque chose n’allait pas. Les mouvements de Mélissa devenaient plus lents. Il y avait un retard dans ses mouvements. Et ce retard dans la réaction créait progressivement une grande ouverture.

Mélissa s’était retirée de la portée d’attaque de la lance rapide d’Alice.

L’expression d’Alice n’était pas seulement remplie d’une grimace de douleur. Il y avait eu une période où Mélissa et elle ne se connaissaient pas du tout. Et Alice se donnait littéralement à fond, comme pour montrer ce qu’elle avait appris durant cette période.

Le mana recouvrant son naginata montrait une lumière forte et raffinée. Bien qu’elles utilisaient toutes les deux l’élément lumière, le mana d’Alice avait un éclat plus brillant.

Son attaque suivante visant l’arme de Mélissa n’avait pas réussi à la faire tomber de ses mains, mais combiner à l’élan, Alice avait réussi à envoyer le couteau et le bras de Mélissa en arrière.

Ayant perdu l’équilibre, Mélissa avait immédiatement balancé son couteau contre la fille aux cheveux rouges qui l’approchait par-derrière. Bien sûr, avec son équilibre ruiné, son attaque n’avait pas la même vitesse qu’avant.

Tesfia avait calmement utilisé toute sa force pour frapper le couteau. Ce coup, avec toute sa force, elle avait réussi à faire tomber le couteau de la main de Mélissa.

Mélissa avait été laissée sans défense pendant un moment.

« Alice ! » Ne manquant pas leur ouverture, Tesfia avait donné le signal à Alice.

Alice avait hoché la tête et avait levé son naginata, prêt à le déplacer pour frapper, quand ses yeux avaient rencontré ceux de Mélissa.

Soudain, sa bouche s’était mise à trembler. Tout ce qu’elle avait à faire était de déplacer son naginata vers sa cible, mais elle restait immobile avec la pointe de sa lame en l’air.

« Je ne peux pas le faire… »

La voix qui s’était échappée de ses lèvres était pleine de chagrin. De grosses larmes coulaient sur ses joues.

Loki, qui regardait, avait plissé les yeux. Manquer cette chance était une gaffe majeure, et cela laissait place à une ouverture fatale. C’était maintenant Alice qui était sans défense face à l’ennemi.

Mais quelque chose d’autre avait changé avant que Loki puisse se précipiter pour aider.

Se remettant de sa posture déséquilibrée, Mélissa avait de nouveau brandi ses couteaux… les pointes, cependant, s’étaient arrêtées. Ses yeux étaient aussi vides qu’avant… mais une larme coulait de l’un d’eux. Les mouvements de ses bras semblaient retenus.

« … Mélissa !? »

« A… Alice… »

Mélissa bougea maladroitement sa bouche en réponse à la voix timide d’Alice. Une pointe d’émotion avait commencé à envahir son expression. Au fur et à mesure que les larmes coulaient, le sourire sur son visage commençait à ressembler à celui qu’Alice connaissait.

Mais les mots qu’elle avait prononcés ensuite avaient fait se contracter le cœur d’Alice, qui avait souffert.

« Euh… tue-moi. »

Avec un sourire toujours sur son visage, Mélissa avait dit quelque chose qui avait fait douter Alice. Et les bras de Mélissa tremblaient pendant qu’elle le disait. Une partie d’elle essayait de frapper avec les couteaux, tandis qu’une autre partie d’elle essayait de les arrêter. C’était comme si deux côtés d’elle se disputaient le contrôle de son corps.

Des larmes coulaient sur le visage d’Alice. « Je ne peux pas… Je ne peux pas le faire, Mélissa. »

La lumière dans les yeux de Mélissa avait vacillé, et l’instant d’après elle avait frappé avec son couteau.

Tesfia avait sauté sur Alice, la repoussant juste à temps.

« — !? » Mais Tesfia avait ressenti une sensation de chaleur brûlante dans son dos, comme si elle avait été coupée. De la sueur s’était accumulée sur son front. Et des larmes avaient aussi commencé à couler de ses yeux.

Ces gouttelettes chaudes étaient tombées sur les joues d’Alice. « Je suis désolée, Alice. Je suis vraiment égoïste… »

Tesfia n’avait pas pris la peine d’essuyer ses larmes et s’était levée pour faire face à Mélissa, son AWR dans les mains. « Si tu ne peux pas le faire, je le ferai. Elle était peut-être la seule personne que tu avais dans le passé, mais tu m’as maintenant. Et je m’inquiète pour toi et je te chéris aussi. Si tu ne peux pas te battre, alors je le ferai pour toi. Je suis aussi ton amie, Alice… »

 

 

Le katana dans sa main tremblait légèrement. Elle ne voulait pas non plus tuer quelqu’un. Surtout pas quelqu’un d’aussi précieux pour Alice. Elles avaient été des amies qui avaient partagé joie et douleur ensemble dans le passé. Et c’était sûrement grâce à Mélissa qu’Alice était ce qu’elle était maintenant.

Mais Tesfia avait quand même choisi de le faire. Parce qu’Alice était si précieuse pour elle.

Elle avait beau essayer de s’en convaincre, son cœur qui s’emballait faisait trembler ses mains et sa vision se déformait.

C’était une chose étrange… pour qui pleurait-elle ? Mais non, ce n’était pas ça. Ses larmes étaient celles d’Alice. Et c’était probablement aussi celles de sa vieille amie.

Dans sa main se trouvait un katana, une arme mortelle. Tesfia s’était avancée devant Alice, qui s’était effondrée en larmes… c’était sa tentative pour l’empêcher de voir ce qui allait se passer.

Pendant ce temps, les yeux remplis de larmes d’Alice fixaient sa meilleure amie. Elle n’arrivait pas à exprimer quoi que ce soit à cause de l’hésitation présente de son cœur. Elle ne pouvait pas se résoudre à mettre fin à la vie de Mélissa. Le simple fait de l’imaginer suffisait à faire naître en elle un sentiment écrasant de refus.

Mais Alice n’avait aucune envie de se battre ou de fuir. À ce rythme, elle ne ferait rien pendant que sa meilleure amie se salirait les mains… ou plutôt, elle ferait en sorte que Tesfia se salisse les mains.

« En es-tu sûre ? »

Soudain, Alice avait entendu la voix de Loki dans son oreille. Sa voix était calme, ayant parcouru une certaine distance, et ses mots s’enfonçaient lentement dans le cœur d’Alice. C’était une question simple, qui ne la blâmait ni ne lui en voulait.

Les épaules d’Alice avaient tremblé et elle avait lentement baissé la tête.

Voyant cela, Loki avait utilisé son bras droit pour sortir un couteau. Si Alice confiait ça à Tesfia, elle ferait son mouvement. Cela ne ferait aucune différence de savoir qui était celle qui tuait réellement Mélissa. Et Loki avait déjà utilisé son corps pour répondre à l’ordre d’Alus auparavant.

Loki ne savait pas comment cela fonctionnait, mais elle considérait calmement que le retour à la conscience de Mélissa n’était que temporaire. Si elle manquait l’opportunité, quelqu’un mourrait. Et elle n’était toujours pas convaincue que Tesfia pouvait prendre cette décision, elle non plus. Ce n’était pas quelque chose qui pouvait être fait juste en frappant sans réfléchir.

Sentant ce changement chez Loki, Alice se retourna docilement pour la regarder. Ses longs cils étaient mouillés de larmes.

« Comme l’a dit Sire Alus… si c’est ce que vous avez décidé, alors c’est bien. Mais ne le regretterez-vous pas si vous laissez cette décision à Mme Tesfia ? »

Loki continua calmement. « Sire Alus et moi pensons tous deux au bon choix lorsqu’on nous presse de prendre une décision. Non, je suis sûre que tout le monde le fait. Vivre dans ce monde vous oblige à accumuler les décisions de ce genre. Mais je suis sûre que Sire Alus sait qu’il n’y a pas de bon choix. Alors je suis sûre qu’au final, ce que vous déciderez pour vous-même sera correct. »

« Loki chérie… »

Une certaine émotion amère se mêlait aux yeux doux de Loki. Ce n’était pas dirigé contre l’hésitation d’Alice, mais plutôt contre elle-même.

Elle parlait après avoir connu le regret qui engendre d’autres regrets. La dernière étape pour ceux qui avaient échoué était un état d’esprit rempli d’autosatisfaction égoïste. Comme les ombres suit la lumière, tant qu’une personne est en vie, elle éprouve des regrets. Mais ceux qui n’avaient pas du tout choisi ne verront jamais le meilleur résultat.

Alice s’était retournée pour regarder le dos de Tesfia. Ce dos petit, mais fiable essayait désespérément de la protéger, ces cheveux roux familiers se balançant dans l’air. Ce dos lui rappelait celui de Mélissa quand elles étaient jeunes.

Puis, tout d’un coup, Alice avait compris.

Elle voulait devenir comme une grande sœur, respectée par tout le monde, assez forte pour ne pas seulement être protégée, mais aussi pour protéger. Tout comme elle avait été sauvée une fois, c’était maintenant à son tour de sauver Mélissa. Si elle restait comme ça, elle ne ferait sûrement que la décevoir.

« Merci, ma chère Loki. » Alice avait essuyé ses larmes. Elle avait saisi fermement son naginata et se leva. À pas réguliers, elle s’avança et appela la fille aux cheveux rouges.

« Fia. J’ai pris ma décision, alors laisse-moi faire le reste. »

« Alice… »

Alice semblait avoir retiré un poids sur ses épaules. Elle avait posé sa main sur les mains tremblantes de Tesfia. Prenant une longue inspiration, Tesfia avait lentement abaissé sa lame.

Mélissa avait pu résister à son corps qui bougeait contre sa volonté. Et un sourire soulagé était apparu sur son visage lorsqu’elle avait vu Alice se tenir devant elle.

« Je suis désolée que ce soit tout ce que je puisse faire. » Après avoir versé d’autres larmes, Alice les avait essuyées du revers de la main et avait essayé de sourire du mieux qu’elle pouvait.

« … Alice, s’il te plaît. » Mélissa avait souri à Alice quand elle l’avait vue positionner son naginata.

À cet instant, les dernières forces de la jeune femme semblaient lui échapper, elle perdit le contrôle de sa main et dirigea son couteau vers Alice, le sourire toujours aux lèvres.

Mais comme si elle l’avait vu venir, Alice avait balancé son naginata dans sa trajectoire, coupant le couteau et la main blanche et maladive qui le tenait.

Et avec un jeu de jambes fluide, elle avait levé son naginata. La seule chose qui restait à faire était de l’abaisser.

Mélissa avait laissé toutes ses forces quitter son corps, attendant tranquillement la fin avec les yeux fermés. Elle avait voulu rester aux côtés d’Alice pour la voir grandir… mais même ce désir sombrait maintenant dans un profond sommeil.

Elle voulait qu’Alice regarde l’avenir plutôt que le passé. Qu’elle regarde ceux qui soutiennent l’avenir, et non ceux qui vont mourir.

En jetant un dernier coup d’œil à la fille rousse derrière Alice, Mélissa avait laissé un sourire naturel apparaître sur son visage.

Mais ce qui était arrivé ensuite n’était pas une attaque pour mettre fin à sa vie, mais le doux impact d’une étreinte.

Le naginata qu’elle tenait haut avait glissé de la main d’Alice, et à la place elle avait étreint Mélissa avec tout ce qu’elle avait.

« Quoi — !? »

« — !! »

L’action d’Alice avait surpris Tesfia et Loki, et aucune d’entre elles n’avait été capable de parler. Personne n’avait été capable de réagir à ce geste totalement inattendu.

Sa décision était illogique, et apparemment c’était même un sacrifice, puisqu’elle avait renoncé à la bataille elle-même.

Alors que Tesfia était étonnée, elle avait réalisé que c’était exactement comme était toujours Alice.

Cependant, sa décision était un pari qui ne ferait même pas une bonne histoire. Incapables de s’adapter à l’impact, les deux femmes étaient tombées.

Peu après, au mépris total d’Alice, la main de Mélissa avait bougé mécaniquement et sans son intention, le couteau se rapprochant à nouveau.

Qu’Alice en soit consciente ou non, elle avait parlé. « C’est la seule chose à laquelle j’ai pensé. C’est la seule façon pour moi de ne pas avoir de regrets. Alors je suis désolée, Mélissa. » Alice avait un sourire éclatant sur le visage.

Et en réponse… le coup de couteau venant de derrière s’était soudainement arrêté, et le couteau était tombé de sa main. À sa place, Mélissa avait doucement posé sa main sur le dos d’Alice. « Tu n’as pas changé du tout, Alice. »

« — ! Melissa ! Est-ce que tu vas bien ? Tu es consciente !? »

« Oui. Je suis un peu dans le brouillard, mais… Je vais bien, grâce à toi. »

Mélissa avait regardé Alice d’un air hagard, un de ses yeux étant fermé. Le sentiment qu’elle pouvait disparaître à tout moment était inchangé, mais la lumière dans ses yeux était revenue.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire