Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 3 – Chapitre 13 – Partie 4

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 13 : Épouvantable

Partie 4

Godma avait piétiné quelque chose avec son pied. C’était un appareil qui était tombé de la poche de sa blouse, et personne à part lui n’avait le moindre moyen de savoir qu’il s’agissait du terminal de manipulation mentale utilisé pour rendre son identité à Mélissa.

Voyant la fierté de Godma, Alus l’interpella d’un ton sarcastique. « Tu as l’air bien content de toi, mais ta séparation du facteur élémentaire n’était qu’une coïncidence, n’est-ce pas ? »

L’absence de facteur d’Alice n’était pas due au fait que Godma avait essayé de l’enlever. C’était certainement le résultat d’une tentative, mais le résultat était plus un accident qu’autre chose. C’est pourquoi il n’avait pas été capable de répéter le succès et était venu chercher Alice.

« Tu détruis même le sens du soi de tes expériences pour qu’il n’y ait pas de rejet de la greffe. »

« Hmph ! Et grâce à cela, j’ai pu créer des magiciens qui sont absolument obéissants. »

« Tu as tort, ce ne sont vraiment que des poupées. Vu que tu as même coupé leur système nerveux, il y avait vraiment un problème de rejet, n’est-ce pas ? »

« … !! » Godma avait serré les dents.

Ayant combattu l’une des poupées, Loki se souvenait qu’elles se déplaçaient apparemment sans être perturbées par leurs blessures. « Que veux-tu dire, Sire Alus ? »

« Pour commencer, c’est une perspective impossible. Le mana est ce qui dicte l’affinité, et il est généré par le cœur. Cela ne changera pas même si vous écrasez le facteur. Il n’y a aucune chance qu’il n’y ait pas un rejet lorsqu’un corps est forcé d’utiliser un attribut contraire. »

L’affinité d’un magicien était déterminée par ses dispositions, ou le type d’information qu’il avait le plus à l’intérieur de son corps. En écrasant de force ça, cela signifiait que, par exemple, bien que le cœur crée du mana qui penchait vers l’attribut feu, il serait immédiatement converti de force vers une affinité avec l’attribut lumière.

Il n’y avait aucune chance que cela ne cause pas une tension massive sur le corps. C’était un système instable et chaotique.

« Mais au final, il devient possible d’utiliser la magie de lumière… bien qu’un stress extrême soit imposé au corps à cause du processus d’écrasement. Rien que de penser au nombre de personnes qui ont été sacrifiées pour une expérience aussi insensée me rend malade. »

« C’était un prix nécessaire à payer. Il est normal que l’achèvement des recherches ait un coût important, » avait déclaré Godma avec fierté, sans aucune trace de regret dans sa voix.

« Ce n’est pas terminé. Tes recherches sont défectueuses. Tu as coupé leur système nerveux et détruit leur sens de la conscience parce que tu ne pouvais pas contrôler le rejet. »

« C’est vrai. Je n’ai pas désactivé leurs sensations pour le plaisir de la bataille. C’était simplement nécessaire pour créer des magiciens élémentaires. Et il fallait limiter leur esprit pour qu’ils ne reconnaissent pas le rejet, et pour que je puisse leur donner des ordres absolus. »

« Alors… » Alus pouvait comprendre pourquoi Alice se mordait la lèvre de frustration.

« En effet, ces expériences ont une existence fragile. Une fois que les symptômes du rejet de la greffe apparaissent, ils n’ont plus beaucoup de temps à vivre, » confirma froidement Godma.

« Non… ! » Alice porta une main à sa bouche, ses épaules tremblant. Réaliser à quel point Mélissa était victime de ce mal lui faisait monter les larmes aux yeux. Elle semblait prête à s’effondrer à tout moment, quand Alus lui avait touché l’épaule.

« Alice, laisse-moi confirmer quelque chose. Est-ce qu’elle, Mélissa n’avait depuis le début aucune conscience comme les autres poupées ? »

Alice n’avait même pas eu besoin de réfléchir à la signification de la question, car elle avait secoué la tête. « Non, nous étions même en train de parler au début, et elle s’est aussi souvenue de notre passé. »

Si elle avait un sentiment d’identité, même s’il était temporaire, cela la rendait différente des autres expériences. Peut-être qu’elle avait évité l’effondrement de son être grâce à son affinité pour l’attribut de lumière.

Si Godma avait détruit le sens du soi des expériences pour les rendre capables d’utiliser l’attribut de lumière, alors il ne serait peut-être pas trop tard pour elle. Mais Alus n’avait pas dit cela à voix haute.

« Dans tous les cas, il n’y a pas de problème. Tant que je t’ai, Alice, je peux élever mes expériences au niveau supérieur. » Godma avait poussé son visage, avec un sourire sadique, vers Alice.

« Godma, c’est impossible pour toi… non, pour tout le monde, » déclara froidement Alus.

« Oh, ce n’est pas vrai. En réalité, la noblesse rampait vers moi pour mettre la main sur mes expériences… maintenant, tout le monde peut également mettre la main sur le pouvoir. Même les impuissants peuvent devenir utiles. C’est vraiment une chose joyeuse que d’être capable d’apporter un pouvoir qui surpasse celui des magiciens de haut niveau. Il n’y a sûrement pas de plaisir plus grand que celui-là, n’est-ce pas, Alus Reigin ? »

C’était le thème des recherches de Godma. Quoi qu’il en soit, maintenant qu’Alus avait compris à peu près tout ce qu’il voulait sur cet homme, il n’avait plus rien à entendre. Il n’avait pas non plus besoin de gagner du temps.

Une chose était claire : les deux hommes étaient résolument différents.

Alus avait chuchoté aux trois filles de fermer les yeux. Comme elles se trouvaient dans une situation hostile, elles l’appréhendaient… mais lorsqu’il le leur ordonna une nouvelle fois, elles se résignèrent et fermèrent les yeux. « N’ouvrez pas les yeux avant que je vous le dise. »

Il avait poussé ses bras en avant. Un mana sombre et lugubre commença à s’échapper de son corps pour la première fois depuis longtemps.

Bientôt, elle avait pris forme, la rendant facilement visible à l’œil nu. Elle se comprimait, comme une fumée dotée d’une volonté propre, augmentant progressivement de volume, s’enroulant sur elle-même dans l’air. La façon dont elle se tortillait était trop peu naturelle pour l’appeler mana.

L’atmosphère avait changé, donnant la chair de poule aux trois filles. Elles étaient décontenancées, mais elles avaient forcé leurs yeux à rester fermés. Fermer les yeux devant l’ennemi était anormal, c’était clair. Mais les filles sentaient que ce n’était pas les nombreuses poupées qui représentaient la plus grande menace dans la pièce, mais Alus.

« Qu’est-ce que c’est que ça… !? »

Godma était resté derrière pour voir comment Alus allait se battre pour survivre, et il était naturel qu’il soit bouche bée devant ce qu’Alus avait fait. Même un magicien vétéran ne serait pas en mesure de comprendre le phénomène devant lui.

Le mana sombre autour d’Alus avait commencé à ramper comme des vers. Ils ressemblaient à des serpents d’un noir de jais, et en même temps, ils donnaient l’impression que des existences contre nature — des Mamonos — avaient pris forme.

Pendant ce temps, les yeux du maître qui les avait fait naître reflétaient la nihilité et un abîme sans fin. Très vite, comme si toute sa conscience avait été transférée au mana frétillant… il avait murmuré son nom.

« Dévore tout, Prédateur Glouton “Dévoreur de Gra” »

Le mana noir s’était immédiatement dirigé vers la foule des poupées.

Son extrémité arrondie s’ouvrait en une bouche effrayante, d’où jaillissait du mana, qui à son tour ouvrait une autre bouche. Afin d’accomplir son désir de prédation, il étendait continuellement son corps vers sa proie jusqu’à ce que les pauvres victimes soient dévorées.

« — !! Dispersion !!! » cria Godma en même temps que le mana d’Alus se déchaînait, et il ordonna à Mélissa de le protéger. Bien sûr, il était déjà trop tard.

La bouche gigantesque avalait les poupées qui tentaient d’échapper à sa charge, les unes après les autres. Les poupées qui avaient touché le mana noir étaient tombées à plat sur le sol. Leurs yeux s’étaient retournés, comme si leurs âmes avaient été vidées.

Plusieurs des poupées attaquées prirent leur envol pour tenter de s’échapper, mais cela aussi était inutile. Des appendices sortaient du corps du mana noir comme des branches, et lorsqu’ils touchaient les poupées, celles-ci perdaient leur force et s’écrasaient sur le sol avec les autres. Même celles qui avaient réussi à s’échapper n’étaient pas en mesure de contre-attaquer.

« Mais qu’est-ce qui se passe ? » Godma peinait à comprendre le phénomène qui se déroulait sous ses yeux.

Son identité était le deuxième type de mana d’Alus. Il avait un esprit propre et il dévorait le mana de la cible. En effet, il pouvait dévorer le mana d’un magicien juste en le touchant.

Le mana qui naissait du cœur était en quelque sorte la force vitale d’une personne, et être vidé de tout cela en un instant laisserait n’importe qui au bord de la mort.

Normalement, Alus pouvait s’approprier le mana absorbé, mais pour l’instant, il utilisait ce pouvoir dans un autre but.

S’il voulait éliminer les poupées, il aurait pu utiliser un autre sort. Cependant, il ne savait pas comment le mur drainant le mana influencerait le sort, et s’il utilisait un sort trop voyant sous terre, il y avait une chance qu’il fasse tomber le plafond sur eux.

 

 

De plus, c’était une sorte de pitié pour les victimes des expériences de Godma, et par considération pour les trois filles. Les faire assister à l’explosion de parties du corps dans toutes les directions, ou leur combustion en cendre, ou la pièce entière couverte de sang serait trop cruelle.

Bien qu’Alus n’ait aucune pitié pour ses ennemis, il ne voulait pas que les trois filles promises à un brillant avenir voient ce genre de scène. La raison pour laquelle il avait choisi le Dévoreur de Gra était qu’il pensait qu’il serait plutôt efficace. C’était la première fois qu’il l’utilisait sur des humains, mais cela semblait fonctionner parfaitement.

Cela dit, il avait demandé aux filles de fermer les yeux parce qu’il n’était pas sûr que cela puisse être considéré comme brutal ou non, et parce qu’il ne pouvait laisser personne être témoin de cet atout dans sa manche.

« … Reposez en paix. »

Au final, le Dévoreur de Gra s’était écrasé contre le mur et avait éclaté en morceaux, une fois que presque plus rien ne bougeait dans la pièce.

Bien que sa tête ait été ouverte, les serpents noirs continuaient à chercher d’autres victimes, jusqu’à ce qu’Alus utilise toute sa concentration et parvienne à les maîtriser. Le mana noir s’était estompé et avait disparu.

« C’est fini. Vous pouvez maintenant ouvrir les yeux. »

« — !! »

Les trois filles avaient ouvert les yeux à ses mots, et avaient immédiatement fait la même expression.

Quand Godma et Alus parlaient, elles pouvaient entendre les poupées bouger. Mais après cela, elles n’avaient pas entendu de bruits de bataille, seulement le bruit des corps qui s’effondraient sur le sol. Les poupées effondrées n’avaient apparemment pas de blessures externes, comme si elles avaient inhalé un gaz toxique qui les avait tuées, leur âme arrachée.

« Que s’est-il passé ? »

« … » Si Alus pouvait répondre à la question hystérique de Tesfia, il ne leur aurait pas demandé de fermer les yeux en premier lieu.

Loki s’en était rendu compte, alors elle avait réprimé son envie de poser la même question et avait tenu sa langue.

Au total, une centaine de poupées s’étaient effondrées, environ la moitié de celles présentes.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire