Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 2 – Chapitre 9 – Partie 6

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 9 : Fomenter les ténèbres

Partie 6

Avec la soudaine demande top secrète faite pour l’instant, Alice s’était pointée au laboratoire vers l’heure du déjeuner.

« Al, tu aurais aussi dû venir voir Tesfia, » déclara Alice.

« Tu parles d’en faire trop. Elle ne sera partie qu’une semaine. » En réalité, Alus appréciait sincèrement le silence. La plus bruyante étant partie, il se sentait bien, à tel point qu’il avait commencé à se demander s’il ne devrait pas établir un horaire et ne pas offrir de conseils en dehors de celui-ci. Il avait également envisagé de les faire travailler toutes les deux à l’étape suivante de leur formation par leurs propres moyens.

« Quoi qu’il en soit, le départ de cette personne hystérique n’est que commode, » déclara Alus.

« Hystérique ? C’est plutôt méchant, Al. » Alice avait un sourire ironique, mais elle semblait comprendre qu’il ne faisait que plaisanter. Dernièrement, elle avait commencé à s’habituer à son style.

« Non, je veux dire pratique pour toi, » déclara Alus.

« Hein ? »

Alus avait fouillé une étagère et avait sorti une étrange pièce d’équipement qui ressemblait à un projecteur.

« Loki, désolée, mais peux-tu quitter la pièce ? » demanda Alus.

« … ! » C’était Alice qui avait été surprise par ses paroles. Loki semblait s’y être attendue, car elle fit à Alus un regard de reconnaissance et disparut par la porte avec des pas indifférents.

« … »

Les deux étaient seuls dans la pièce.

Sentant quelque chose, Alice avait laissé échapper un son dans sa gorge. Mais elle posa bientôt un doigt sur sa joue, inclinant la tête, tout en se demandant ce qu’il avait l’intention de faire.

Alice avait parfois l’habitude d’essayer d’échapper aux choses par un comportement enfantin lorsque l’atmosphère devenait sérieuse. Elle avait regardé la réalité en face, tout en essayant inconsciemment de l’éviter.

Elle était attentionnée et douée pour lire l’humeur, ce qui signifiait qu’elle avait aussi de la sensibilité.

Cela dit, Alus n’était pas sur le point de lui parler d’un sujet aussi sérieux, et il n’allait pas non plus lui faire un sermon. Au lieu de cela, il avait besoin de confirmer quelque chose pour pouvoir continuer ses recherches.

« J’ai remarqué quelque chose quand j’ai analysé ton mana. Bien sûr, comme promis, je n’ai pas l’intention d’y fouiner sans ta permission. Mais pour continuer mes recherches, j’ai besoin de te parler. Si tu as une idée de la raison de ce que je vais te dire, je ne pense pas que nous ayons quelque chose à perdre à savoir pourquoi, » déclara Alus.

Alus tapa sur le clavier virtuel projeté en l’air, et fit apparaître un écran devant Alice.

Un défilé de caractères défilait à une vitesse étonnante. Après plusieurs centaines, plusieurs milliers de chaînes de caractères. Alus l’arrêta, donnant à Alice un regard significatif.

« … !? »

Bien qu’elle ne savait pas ce que cela signifiait, elle comprenait que ce qui était exposé n’était pas naturel.

Alus avait montré la ligne du problème. Il s’agissait de données montrant l’analyse de la structure du facteur mana, mais les lignes qui l’entouraient avaient des caractères flous, des caractères sans signification, ou étaient simplement laissées en blanc.

« Normalement, il est possible d’exprimer l’information représentant le facteur mana sous forme de caractères ou de symboles, quelle que soit sa forme, » expliqua Alus.

« Oui… »

« Mais cette transformation n’a pas eu lieu ici. En d’autres termes, je soupçonnerais qu’il s’agit d’une erreur — une sorte de défaut, » déclara Alus sans ménagement. Il ne s’agissait pas d’une détérioration de l’information, mais plutôt de son absence partielle. « As-tu des idées ? »

« … »

En un rien de temps, Alice avait les yeux rivés sur le sol. Elle ne regardait même pas l’écran. Son visage était pâle et elle avait l’air choquée.

Elle a eu une idée. Il existait clairement dans son esprit. Les cicatrices de cette expérience maudite dans son passé. Elle n’avait pas pu parler tout de suite, non pas parce qu’elle se rappelait combien cela avait été douloureux, mais parce qu’elle se souvenait de ses parents.

Alus n’avait pas la tête assez grosse pour croire qu’il ne s’était rien passé quand il avait vu son expression changer. « Comme je l’ai dit, si tu n’en veux pas, je ne vais pas m’en mêler davantage. Mais comme l’analyse me l’a montré clairement, j’ai décidé qu’il fallait au moins que je te le dise. »

« Est-ce que cela veut dire que je suis défectueuse en tant que magicienne… ? » demanda Alice avec effroi. Elle s’inquiétait de ses aptitudes et de son avenir en tant que magicienne avec un regard triste sur son visage.

« Non, ce n’est rien dont tu dois t’inquiéter. Bien que ce ne soit pas comme s’il n’y avait aucun effet, » déclara Alus.

« Alors… bien. » Le soulagement s’était emparé d’Alice.

Alus, cependant, s’était dit qu’il devait s’expliquer correctement. « Tout d’abord, par rapport à ce petit problème, un défaut dans tes informations de mana a un effet sur la durée des sorts. Heureusement, il semble que le temps a passé depuis que le défaut s’est produit, donc il n’y aura pas beaucoup de différence par rapport aux autres. »

Il avait délibérément choisi de dire. « Depuis que le défaut s’est produit ». Ce qui veut dire qu’elle n’était pas née avec ça. « Bien sûr, contrairement à la capacité de mana, ce n’est pas quelque chose que l’on peut affecter par la formation. Il est courant que l’information mana devienne plus dense avec l’âge, mais dans ton cas, tu n’as pas d’information plus ancienne à cause du défaut. »

Quand Alice entendit qu’il n’y avait pas une grande différence, elle poussa un grand soupir de soulagement — bien qu’il n’était pas clair si elle comprenait tout ce qu’Alus lui disait.

« Eh bien, tout simplement, ça veut dire que ton mana est jeune. » C’était un exemple assez brutal, mais ce n’était pas si grave.

« Jeune… ? » Ce sont probablement les femmes « moins jeunes » qui souriraient à cela, mais Alice prenait ça comme un compliment et ne semblait plus y penser.

Alus avait réussi à expliquer brièvement la situation, mais il ne se sentait pas mieux. Parce qu’il était clair que le défaut était d’origine humaine. Quelque chose comme cela se produisant naturellement était pratiquement impossible quand on vivait une vie normale.

Il savait aussi qu’Alice avait des cicatrices quand il avait scanné son corps. Bien que la magie de guérison ne soit pas instantanée ou parfaite, elle existait toujours. Et à moins que ce ne soit quelque chose d’important, il n’y aurait pas de cicatrices laissées après un traitement approprié.

Cependant, la plus grande cicatrice sur Alice était quelque chose que même un scan limité pouvait détecter. C’était la preuve qu’elle avait subi une opération majeure dans le passé et qu’elle avait été pratiquée avec négligence.

« Alice, ce défaut est vraiment déroutant, » déclara Alus.

« … »

Alice s’était mordu la lèvre inférieure en regardant en silence. Elle n’avait pas regretté d’avoir aidé Alus dans ses recherches. Tesfia, en fait, connaissait aussi son passé. Bien sûr, ce n’était pas le genre de chose qu’on révélait à n’importe qui. Elle n’en avait parlé qu’une seule fois à Tesfia et n’en avait jamais parlé depuis.

Cela dit, rien ne l’empêchait de tout dire à Alus si cela pouvait l’aider dans ses recherches.

Pourtant, ses mots semblaient s’agglutiner dans sa gorge et ne sortaient pas, peu importe à quel point elle poussait fort. Son cœur le rejetait inconsciemment.

Les mots commencèrent à ressembler à un poids à l’intérieur d’elle et l’empêchèrent de respirer. Elle respirait comme si elle venait de sprinter à toute vitesse. Elle ne savait pas ce qui se passait.

« Alice… !? »

Il n’était pas clair si la voix d’Alus lui parvint, car elle ouvrit un peu la bouche et prit des respirations superficielles alors qu’elle subissait un étourdissement. Elle était en hyperventilation. Sans pouvoir parler, elle cherchait désespérément de l’oxygène comme si elle se noyait.

Réalisant la situation anormale, Alus s’était précipité aux côtés d’Alice.

« — ! »

Sa conscience s’éloignait, ses membres étaient raides. À ce rythme, tout son corps gèlerait et elle serait incapable de penser à quoi que ce soit.

Cependant, comme pour s’enrouler autour de son soudain état de confusion, la vue devant elle était tranquillement dissimulée, et en même temps, elle sentait une chaleur mystérieuse.

« Je suis désolé, » dit Alus. Il posa sa main sur ses cheveux châtains.

Le visage d’Alice était pressé contre sa poitrine, et elle pouvait entendre les battements rythmiques de son cœur. Elle s’était naturellement mise à l’écoute de ce rythme. En synchronisme avec ce rythme, sa propre respiration s’était progressivement calmée.

Depuis combien de temps était-elle comme ça ? Dix minutes ? Trente minutes ? Ou peut-être même une heure… ? Alice ne pouvait pas le dire, mais elle avait l’impression d’être restée ainsi pendant longtemps. Ses souvenirs de l’époque étaient vagues, comme dans un rêve.

Quand elle s’était réveillée, ses mains tenaient les vêtements d’Alus si fort qu’elles les froissaient. En même temps, le côté de son visage était contre sa poitrine pour une raison quelconque. Son oreille était pressée contre sa chemise, mouillée de ses larmes, comme pour écouter le son au fond de lui.

« Je-Je suis désolée !? » Alice se rendit compte de la situation et rougit jusqu’à ses oreilles. Elle s’était éloignée d’Alus.

« C’est moi qui suis désolé. Alors, oublie tout ça, » déclara Alus.

« … Non, je vais bien maintenant, » déclara Alice.

Son cœur battait encore. Que ce soit par embarras ou parce qu’elle ne s’était pas encore remise du choc… mais ce sentiment d’être émue n’était pas désagréable du tout.

« Je pense que tu devrais rentrer chez toi pour aujourd’hui, » dit tranquillement Alus.

« Mais… Je n’ai pas…, » commença Alice.

Il avait fait cette suggestion parce qu’elle ne semblait pas en état de s’entraîner, mais Alice était un peu hésitante. Aussi sérieuse qu’elle soit, elle ne voulait pas rentrer chez elle sans avoir rien fait. Mais elle savait qu’elle n’était pas en bonne condition physique, alors son insistance était faible.

« Repose-toi pour aujourd’hui. Les vacances commencent demain, donc tu auras tout le temps, » déclara Alus.

« Oui, d’accord. Alors c’est ce que je vais faire, » déclara Alice.

« Bien. Reviens quand tu te sentiras mieux. » Alus voulait dire émotionnellement plutôt que physiquement.

« Oui… À demain, Al, » déclara Alice.

Un sourire sec se glissa sur le visage d’Alus, car il pensait qu’elle reviendrait tout de suite demain.

Il l’avait ensuite vue sortir de la pièce. Comme il ne voulait pas qu’il lui arrive quoi que ce soit sur le chemin du retour, il avait demandé à Loki de l’accompagner au dortoir des filles. Il avait quelque chose à voir avec cette affaire concernant Alice, après tout.

Le laboratoire était calme. Alus s’était assis sur une chaise. Pour la première fois depuis un moment, il était seul ici.

« Haah. » Alus avait apporté une tasse à thé sur ses lèvres. Quand il avait remarqué qu’elle était vide, il avait poussé un autre soupir.

Il avait réfléchi à la négligence dont il avait fait preuve. En même temps, il s’était demandé à quel point c’était profondément enraciné. En voyant la réaction anormale d’Alice — indiquant clairement un traumatisme psychologique — et en tenant compte du défaut incompréhensible de ses informations de mana et des cicatrices de la chirurgie, il était tout naturel que son esprit s’éteigne.

Même si c’était un problème privé, il ne pouvait pas non plus s’en passer.

« Une fois Loki rentrée, je vais devoir lui faire faire du café, » murmura Alus à lui-même en poussant sa tasse sur le bord de son bureau.

Ses yeux s’étaient dirigés vers le clavier et l’écran virtuels, mais il avait soudainement changé d’avis et l’avait éteint.

Sentant l’obscurité profonde, il ne pouvait pas se mettre d’humeur à reconfirmer les données.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire