Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 2 – Chapitre 9 – Partie 3

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 9 : Fomenter les ténèbres

Partie 3

Avec ces mots, la femme était instinctivement capable de dire que l’air autour de sa main avait changé. Elle agissait comme une marionnette flippante, mais il semblait qu’elle était encore humaine, reconnaissant un changement clair comme le font les êtres vivants. Le changement rapide de pression avait provoqué l’expansion de ses vaisseaux sanguins et une douleur sous forme de maux de tête l’avait agressée. Comme elle était essoufflée, après s’être autant agitée, cette sensation ne fit qu’empirer. Elle ressentait probablement aussi les effets du vertige. C’était la raison pour laquelle son attaque avait été si désordonnée.

En plus de cela… elle avait aussi un mur de vent qui entourait la région, empêchant tout bruit, donc même si la femme avait plus d’alliés, ils ne pouvaient pas se mettre en travers du chemin.

Même les bruits du mur dans lequel l’homme s’était écrasé, les bruits de grondement des décombres qui tombaient, ne pouvaient pas franchir cette barrière.

C’était la mesure habituelle que Felinella prenait dans son travail, et c’était ce genre de tactique qu’elle avait qualifiée de non raffinée.

De plus… Felinella lâcha le tourbillon de vent autour de son AAR sur la femme, qui essayait de se frayer un chemin par la force.

« Libera ».

Recevant cet ordre, l’AAR avait lâché le vent dense à courte distance sur la femme.

Le coup de vent, qui était comme une tornade comprimée, s’était transformé en d’innombrables lames d’air.

La femme s’y attendait, mais ne s’en était même pas protégée. Les impitoyables lames de vent avaient coupé la femme sans même la laisser crier.

 

 

Sous la pression, son corps avait été soulevé du sol. Mais l’intensité des lames avait augmenté, malgré le sang projeté dans l’air. Ses muscles et son arme avaient été réduits en pièces, et il ne lui restait plus qu’à faire tomber son corps sur le sol comme un chiffon… mais elle avait répondu avec une force de volonté monstrueuse. Son corps bougeait à nouveau comme s’il était manipulé par des cordes invisibles.

Elle agita sa machette couverte de son propre sang et la jeta sur Felinella à une vitesse fulgurante.

Le contrôle des vents, même le mur de vent autour d’eux, avait été temporairement dissipé pendant l’activation de Libera. Et l’arme fatale s’était approchée de Felinella, ne lui laissant même pas le temps de créer une barrière.

Malgré l’attaque inattendue, la réaction de Felinella n’avait montré aucun retard. Se faisant une idée de la longueur du bras de la femme et de la machette, elle bougea son corps avec un minimum de mouvement pour esquiver habilement l’attaque. Il semblait que ses yeux rouges foncés et froids avaient complètement vu à travers l’attaque.

Cependant… « ! ! »

Ses yeux s’ouvrirent avec surprise. Elle avait vu les mouvements adroits des doigts de la femme autour de la machette, ce qui lui avait permis de dépasser les attentes de Felinella. La femme avait tenu la poignée à son extrémité avec deux doigts, la poussant de force vers l’avant.

Felinella avait plié son corps, posant l’une de ses mains sur le sol et faisant un saut périlleux arrière. Ses jambes se déplaçant à grande vitesse, elle donna un coup de pied au poignet de la femme, frappant la machette vers le haut.

Au moment où Felinella avait fait son saut périlleux, la femme, ayant perdu l’équilibre, était tombée au sol. En même temps, la lame de la machette s’enfonçait dans la terre, son mouvement de rotation la maintenait en action, creusant le sol proche des racines d’un arbre, s’enterrant jusqu’au manche.

Puis il y avait eu la femme au sol. Une mare de sang se répandait d’elle à cause des coupures sur tout son corps. Elle avait perdu tellement de sang qu’elle ne devrait plus pouvoir bouger.

Enfin le silence tomba, et ce n’était pas seulement dû à la magie qui isolait la zone. Felinella avait finalement dissipé la magie. Un voile invisible de vent s’était dispersé dans les airs, signalant la fin.

Elle regarda à nouveau la femme au sol. Alors qu’elle se tenait près du bâtiment abandonné, une ombre apparut sur son visage, peut-être un moment de deuil.

« L’endroit était un leurre, mais j’en ai trouvé d’autres qui sont, je crois, liés…, » sans même se donner la peine de chercher le communicateur qu’elle avait utilisé pour attirer les deux, Felinella sortit son exemplaire de secours et parla alors qu’elle se dirigeait vers le bâtiment, avant que l’homme qu’elle avait emporté soit complètement enterré sous les décombres.

« … ! ! » Soudain, la peur lui avait fait descendre un frisson dans la colonne vertébrale. Non seulement quelqu’un était derrière elle, mais elle avait aussi perdu l’initiative. Mais la zone était insonorisée par magie, qui pouvait… !? Felinella s’était dit que la situation dépassait largement ses attentes.

Elle pouvait le dire sans regarder. C’était la femme qui se tenait derrière elle. Avec ce genre de perte de sang, elle devait sûrement être sur le point de mourir. Même si elle était encore en vie, elle ne devrait pas avoir la force de bouger même un doigt.

Sa ténacité dépassait donc les limites de la vie. L’idée préconçue de Felinella selon laquelle elle faisait face aux humains avait été la bévue du siècle.

Elle s’était immédiatement retournée, mais la femme qui se tenait là était immobile. Ce qui voulait dire qu’elle avait raté sa chance.

« … »

Ses bras étaient mous, le liquide rouge coulait de ses doigts. C’était difficile de l’imaginer se tenir debout par sa propre volonté. Il semblait plus probable que quelque chose l’avait poussée anormalement vers le haut de son corps. Son apparence semblait même triste.

Les yeux à moitié ouverts de la femme ne regardaient pas Felinella. Au lieu de cela, ils étaient dirigés vers le sol. Elle maintenait instinctivement son sens de l’équilibre, bien qu’elle se balançait d’avant en arrière.

Elle était comme une poupée équilibrante. Felinella ne voyait plus rien qui ressemblait à une conscience en elle. C’était une existence frêle qui s’effondrerait si elle était poussée. Ils se battaient jusqu’à la mort il y a un instant, mais la voir se lever malgré ses blessures graves avait fait hésiter Felinella à l’achever.

Vraiment… c’est déprimant… c’est comme si elle n’était qu’un outil. Felinella savait que ce genre de sentiments n’avait pas sa place pour une mission dans l’ombre. Malgré cela, cela avait rempli son esprit.

« Je suis désolée. Mais vous allez devoir venir avec moi, » dit-elle, en se concentrant à nouveau sur son communicateur.

Puis elle avait ignoré la voix qui venait d’elle, fixant un point dans la forêt. Je suppose qu’ils l’ont remarqué. Des renforts… et vu la vitesse, ils doivent être assez bons.

Elle n’avait que quelques secondes pour réfléchir. Alors que le sort d’insonorisation qu’elle avait utilisé était de bas niveau, il couvrait une large zone et consommait donc beaucoup de mana. C’est pourquoi elle l’avait démêlé dès la fin des combats, mais des renforts arrivaient, peut-être des renforts forts, ne lui laissant qu’un seul choix.

Calculant calmement le temps dont elle disposait, Felinella avait fait preuve d’une expression malheureuse rarement montrée lorsqu’elle était arrivée à sa conclusion. « Eh bien, si vous insistez, » chuchota-t-elle, au lieu d’un soupir. Avec l’arrivée de nouveaux arrivants, il serait difficile de s’évader avec la femme qui serait un témoin précieux si elle pouvait retrouver la raison.

Même si elle espérait se regrouper avec ses alliés des forces secrètes, ce choix comportait un risque élevé. Si elle ne savait pas quand il fallait s’arrêter, la collecte de renseignements qu’ils avaient faite jusqu’à présent serait perdue.

Felinella parla brièvement encore une fois à son communicateur à mana. « Je me replie. » Ses jambes souples dansaient dans le vent, et elle disparut dans l’obscurité de la forêt.

Il restait derrière lui une silhouette solitaire… la femme allongée sur le sol une fois de plus. Son saignement avait été arrêté par une aiguille en mana, poussée dans un point d’acupuncture, étincelante au clair de lune.

La prudence et la capacité de Felinella à porter des jugements rapides étaient quelques-unes de ses qualités, et comme elle avait été particulièrement proactive lors de cette mission, elle avait déjà préparé une voie de fuite et des moyens de confirmer sa position. Elle avait les connaissances nécessaires pour pouvoir s’échapper en toutes circonstances.

Plus il y a d’informations, mieux c’est. Bien sûr, l’avidité pouvait faire chuter une personne, mais elle avait déjà pris en compte ses limites. Elle était calculatrice en tout temps, y mettant fin juste avant que les choses ne s’aggravent. C’est pourquoi elle avait fait semblant de s’échapper, mettant en évidence la capacité réelle des forces secrètes, en choisissant de faire un dernier travail.

Se cachant au sommet des arbres, Felinella veillait tranquillement sur la zone.

Le faux clair de lune brillait sur le bâtiment de recherche complètement effondré.

Comme Felinella s’y attendait, une silhouette vêtue était sortie des arbres. Vu ses jambes minces et ses épaules étroites, ce n’était pas un homme.

La silhouette fixait de façon suspecte la femme, dont le saignement avait été stoppé, couchée sur le sol. Constatant qu’il ne s’agissait pas d’un piège, elle avait saisi la cheville de la femme et s’était dirigée vers le bâtiment abandonné, entraînant la femme avec elle.

Sans hésiter, elle s’arrêta alors à un certain point dans les décombres, l’éloignant d’une seule main, et sortit l’homme.

À première vue, elle n’avait pas l’air d’avoir la force de faire ce genre de choses. Mais son rythme après qu’elle eut porté l’homme était incroyablement léger. C’était difficile à croire qu’elle portait deux adultes avec elle.

On aurait dit que la silhouette féminine était sur le point de partir avec les deux derrière elle, mais elle s’était soudainement arrêtée. Sa tête, cachée par un capuchon, se tourna sur le côté.

Elle regarda directement le sommet de l’arbre où se cachait Felinella.

« ! » Elle avait dû sentir sa faible présence. Felinella portait également une cagoule, donc même si elle était découverte, ses traits étaient presque complètement cachés dans l’obscurité.

Leurs yeux s’étaient rencontrés… qui les regardait, et qui était surveillé ?

Soudain, la femme détourna le regard, et avec un adulte sous chaque bras, elle disparut dans le bosquet d’arbres.

Cela s’était bien passé. Cela dit, en se basant sur la minceur du menton et la longueur des cheveux qui sortent du capuchon, Felinella était sûre que c’était une femme. Bien sûr, elle n’avait pas oublié les deux couteaux à sa taille.

Mais elle n’avait pas pris le risque de rester pour confirmer quelque chose comme ça. Ce serait trop imprudent. En fait, si elle n’avait pas pu ramener l’information, tout cela aurait été inutile.

De plus, ce type de collecte d’informations à grande échelle n’avait normalement jamais eu lieu dans Alpha. Les hauts gradés qui avaient donné le feu vert malgré cela, devaient parfaitement accomplir leur mission et résoudre rapidement cet incident.

Voyant la femme marcher dans les bois, Felinella avait délibérément dégainé son AAR. La formule magique gravée dessus avait commencé son travail sur la préparation du sort suivant.

Pour une raison quelconque, la femme avait trouvé l’homme dans les décombres sans difficulté. Elle devait avoir une méthode pour les trouver.

Ce qui signifiait qu’il y avait de fortes chances que Felinella soit retrouvée si elle avait emmené la femme blessée. Et cela aurait pu signifier encore plus de renforts pour la poursuivre.

Comme je le pensais, l’abandonner était le bon choix.

Elle expira, laissant ces pensées échapper à son esprit, et prononça doucement le nom de son sort.

« “Carte aérienne” »

Le vent s’était répandu comme des vagues, avec Felinella en son centre. Le nouveau vent s’était mis à courir après le vent naturel et avait soufflé dans toute la région.

Au moment suivant, le vent avait détecté tout ce avec quoi il était entré en contact et l’avait transmis à l’esprit de Felinella. En même temps, cela capta l’aiguille de mana qu’elle avait placée sur la femme, lui faisant savoir où elle se trouvait.

L’aiguille n’était pas seulement destinée à arrêter le saignement, c’est pourquoi elle l’avait mise dans un point d’acupuncture pour garder son existence cachée plus longtemps.

« On dirait que je suis arrivé à temps. » À la fin, l’aiguille était faite de mana. Cependant, la détérioration du mana était inévitable, ce qui signifiait qu’il ne serait pas actif pendant longtemps. C’est pourquoi il ne laisserait aucune trace une fois qu’elle en aurait fini, ce qui le rendrait parfait pour ce genre de travail.

Peu de temps après, Felinella avait repéré sa cible. Il ne lui restait plus qu’à attendre que la femme soit emmenée dans la cachette qu’elle cherchait. Même si l’aiguille se dissolvait, elle pouvait encore se faire une idée de son emplacement d’après le chemin qu’elle avait emprunté.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire