Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 2 – Chapitre 9 – Partie 12

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 9 : Fomenter les ténèbres

Partie 12

Ce genre de mission ne visait pas seulement à éliminer une cible. Après avoir pris les devants, il leur fallait enchaîner leurs supporters et les faire tomber d’un seul coup. Les quatre jours qui lui avaient été accordés étaient probablement destinés à lui permettre d’examiner ces questions.

De plus, la cible ne pouvait en aucun cas être autorisée à s’échapper. Un sondage négligent pourrait faire exploser leur couverture et gâcher leur chance.

« Espérons que le gouverneur général ne foire pas, » déclara Alus.

« C’est vrai…, » Loki avait l’air de vouloir dire quelque chose, et elle marmonnait. « Hum… Et Mlle Alice ? »

Cette mission était, par coïncidence, liée à Alice. Après tout, la cible était l’homme qui lui avait laissé une grosse cicatrice dans le passé. 

Loki pensait qu’Alus en avait tenu compte, après ce qu’il avait entendu d’Alice. Mais à moins qu’elle ne fasse quelque chose, il ne dirait probablement rien. 

De plus, elle avait passé quelques jours avec Alice pendant leur camp d’entraînement spécial. La distance qui les séparait s’était rapprochée alors qu’elle n’en était pas consciente. Et ses paroles avaient un ton d’appel et de tristesse.

« On ne devrait probablement rien lui dire. Ce n’est pas comme si elle pouvait faire quoi que ce soit même si nous le faisions. On ne peut pas l’emmener, après tout, » déclara Alus.

« Oui… bien sûr, » murmura Loki, et elle regarda par terre. Dans le passé, elle avait proclamé son aversion pour les deux filles, mais après s’être entraîné ensemble et avoir appris le passé d’Alice, quelque chose avait changé en elle. Alice semblait s’être débarrassée de son passé, mais en même temps, il y avait des choses qu’elle n’avait pas réussi à oublier, et Loki espérait qu’une occasion quelconque l’aiderait à le faire.

Alus ne pensait pas qu’il y avait quelque chose de mal à ça. Mais si Alice devait affronter l’homme qui avait ruiné sa vie, elle tremblerait sûrement d’angoisse. Il y avait aussi la possibilité que la vengeance n’enlève pas sa douleur, au lieu d’apporter une obscurité qui remplirait son cœur. Et ensuite, que se passerait-il ?

On disait souvent qu’un magicien devait rester calme en tout temps. C’était parce qu’ils avaient besoin d’une maîtrise de soi suffisante pour maîtriser leurs émotions afin d’utiliser la magie. Alice était encore immature et risquait de perdre ce contrôle. Les symptômes de traumatisme qu’elle avait montrés l’autre jour avaient traversé l’esprit d’Alus.

Et même si Alice avait réussi à surmonter son traumatisme par la vengeance, cela allait à l’encontre des magiciens. Le pouvoir de la magie était une arme de possibilité créée pour chasser la menace des mamonos. Cela n’avait certainement pas évolué pour tracer un chemin sanglant.

Alus ne voulait même pas penser si elle voulait vraiment ça. Quoi qu’il en soit, Alice devait décider du chemin qu’elle allait prendre toute seule, sinon ce serait inutile. Si elle devait emprunter l’aide de quelqu’un d’autre pour se venger, elle ferait mieux de ne rien faire.

C’est alors qu’Alus se souvint soudain du sourire qu’Alice avait souvent montré pendant le temps qu’ils avaient passé ensemble.

C’est vrai — à la fin, il n’avait qu’à le faire lui-même. Si Alice découvrait que la cause de son traumatisme était déjà partie… le temps guérirait sûrement ses blessures.

Alus avait décidé de mettre sa foi en cela. Alice n’était plus seule. En travaillant à ses études et en passant ses journées avec ses amis, ce qui lui manquait devrait se combler, avec le temps. Finalement, le jour viendrait où elle serait de nouveau entière, comme une croûte sur une plaie qui disparaîtrait, ne laissant derrière elle qu’une petite cicatrice.

Surtout, il sentait qu’elle était heureuse de sa situation en ce moment. C’est pourquoi, pour l’instant — « Cette discussion est terminée. »

« Oui. »

« Je vais me reposer jusqu’à midi, désolé, mais peux-tu t’occuper de l’entraînement d’Alice si elle arrive ? » demanda Alus.

« Bien sûr que oui. » Loki avait une expression soulagée, alors qu’elle l’avait accepté. Elle avait compris que le propriétaire de la chambre s’occupait d’Alice.

Alors qu’Alus ouvrait la porte de sa chambre, il trouva son lit fait.

Il avait été impressionné par sa partenaire attentionnée et s’était couché, se sentant exceptionnellement épuisé mentalement. En la remerciant, il avait eu l’impression que ce serait inconsidéré. C’était un acte stupide qui n’était pas aussi prévenant que cela la rendrait plus inquiète.

La lumière venant de la pièce principale ne l’avait pas empêché de se reposer. Il y a quelques minutes, il faisait parfaitement clair. Mais il était déjà prêt à se reposer avant de voir son lit et de s’y coucher. Ce n’était pas le monde extérieur ni une caserne militaire. Cette connaissance avait soulagé ses sens aiguisés, lui permettant de se détendre.

Il savait ce qui allait se passer. Sa conscience s’enfonçait profondément sous l’océan alors qu’il s’endormait entouré des couleurs sombres de la mer. Éventuellement, son corps se détendait complètement lorsqu’il serait entré dans un état de sommeil profond.

Soudain, il se rendit compte qu’il avait oublié de parler à Loki de l’étrange groupe qu’il avait rencontré, mais, eh bien, ça peut attendre une autre fois, pensa-t-il, et il ferma les yeux.

Son épuisement mental avait atteint son apogée. Alus n’avait aucun moyen de résister à la somnolence accablante qui l’emporterait sur son épuisement.

Tout cela avait commencé le jour où il était entré dans l’Institut… rien de tout cela n’était spécial par rapport à ses batailles dans le monde extérieur. Mais dernièrement, il avait fini par beaucoup parler et sa fatigue mentale s’était aggravée. Même alors, Alus s’était endormi quelques secondes après s’être allongé.

La chambre à coucher s’était tue, au point qu’on pouvait entendre une épingle tomber. Pouvoir se reposer du fond du cœur comme ça, c’était sans doute grâce à la diligence de Loki qui avait créé l’espace pour lui.

***

Quelques heures plus tard, la fille aux cheveux couleur miel était arrivée au laboratoire.

Alice avait ouvert la porte déverrouillée d’une manière familière et avait accueilli Loki qui travaillait dans la cuisine.

« Bonjour, Mlle Alice… Je vais tout de suite mettre du thé, » répondit Loki dans un volume restreint. Mais ses mots suivants expliquant comment Sire Alus dormait n’atteignirent pas Alice, noyée dans le bruit de sa préparation du service à thé.

Alice était entrée dans le laboratoire. Elle avait cherché Alus avec un regard confus. Peu de temps après, elle posa le doigt sur son menton et, lorsqu’elle s’en rendit compte, un sourire espiègle apparut sur son visage.

Comme si elle jouait à cache-cache avec les enfants, elle s’était rendue dans la chambre d’Alus.

Cela dit, ce n’était qu’une simple cloison avec une porte, tout comme la chambre de Loki.

Elle s’approcha lentement de la porte, et se servit de son doigt sur la porte légèrement entrouverte pour l’ouvrir, juste assez pour qu’elle puisse y jeter un coup d’œil.

À l’intérieur, elle ne voyait qu’un lit — une vue solitaire.

Elle avait trouvé le garçon allongé sur le lit. Se glissant à l’intérieur de la chambre, Alice s’approcha du lit.

Se conformant à sa respiration, elle était aussi devenue calme et tranquille.

Finalement, elle avait planté ses coudes sur le bord du lit, ses genoux sur le sol, et elle avait regardé doucement Alus.

Il avait un regard si innocent, comme si cette expression sévère habituelle n’était qu’un rêve. Alice sentait aussi que ses cils étaient longs pour un garçon.

Il était vraiment comme un enfant, Alice riait d’elle-même. Vu qu’il ne l’avait pas remarquée du tout, il devait dormir profondément.

Son visage s’était adouci en regardant Alus endormi. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle avait l’impression qu’il était extrêmement fatigué mentalement pour des raisons sans rapport avec la magie.

« Je te remercie. » La gratitude coulait naturellement de sa bouche. Juste au moment où elle atteignait son doigt pour éloigner la frange qui lui couvrait les yeux…

« … Alice, tais-toi, s’il te plaît, » dit une voix basse juste à côté d’elle. C’était si doux qu’Alice pouvait à peine s’en rendre compte. Surprise et embarrassée, elle avait retiré sa main. Et avec un sourire, elle s’était retournée.

« … Oui. Tu as raison. »

Là, elle vit Loki debout avec un doigt solitaire devant sa bouche souriante. Comprenant le sens de cette expression qu’elle n’avait jamais montrée, Alice avait fait de son mieux pour ne pas faire de bruit quand elle se levait.

« Je parie qu’il était très fatigué. Il ne s’est pas réveillé, même si j’étais tout près. Pour autant que je sache, il n’a jamais dormi aussi profondément depuis que je vis ici… C’est vraiment affligeant, » continua Loki, parlant d’une voix calme avec un sourire ironique.

Mais c’était inévitable. Le cruel champ de bataille auquel il avait été habitué auparavant était un endroit où il ne pouvait pas reposer son esprit ne serait-ce qu’un instant. Loki ne voulait même pas imaginer depuis combien de temps il n’avait pas eu un sommeil vraiment profond.

C’est la raison pour laquelle... Je veux le laisser se reposer pour l’instant. C’est vrai, pour l’instant… répéta-t-elle dans son esprit, regardant ailleurs avec un sourire soulagé.

Les deux filles étaient donc parties sans faire un bruit. Finalement, Alice tourna ses yeux noisette vers Alus.

« Bonne nuit, Al, » murmura Alice.

Sur ce, les filles quittèrent la chambre et fermèrent la porte. Lentement, mais sûrement… en veillant à ce que la porte fasse le moins de bruit possible, les deux filles étant du même avis.

La porte maintenant complètement fermée, elles s’étaient dirigées vers le centre du laboratoire. Loki s’arrêta, et se retourna vers Alice avec une expression inébranlable. « Quant à l’entraînement d’aujourd’hui, je remplacerai Alus. » Son comportement était clairement basé sur l’atmosphère d’Alus.

Malheureusement, Alice, qui était plus grande que Loki, avait fini par trouver ça mignon. Ses tentatives d’imitation de son partenaire n’avaient abouti à rien. Elle avait évidemment essayé d’imiter l’atmosphère d’un instructeur militaire avec la façon dont elle tenait ses mains derrière son dos, mais Alice ne pensait pas qu’elle avait la moindre dignité.

Elle s’était ressaisie pour faire face à cet adorable spectacle.

« Oui, compris. J’ai hâte d’y être… Loki chérie, » déclara Alice.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire