Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 2 – Chapitre 9 – Partie 1

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 9 : Fomenter les ténèbres

Partie 1

Quelques jours plus tard, à minuit, alors que la plupart des gens s’étaient couchés pour la journée…

Les ténèbres, souvent perçues comme un symbole de peur, couvraient la région.

Il n’y avait pas beaucoup d’endroits aussi sombres que celui-ci dans la sphère d’influence humaine. C’était une grande forêt à une certaine distance d'une autoroute à l’intérieur des frontières d’Alpha. Elle avait été laissée en souvenir de leur ancien territoire, de leur gloire passée.

Et ce n’était pas seulement Alpha. Le symbolisme originel des sept nations qui gardaient la nature telle qu’elle était, c’était parce que la petite surface qu’elles avaient comme espace de vie maintenant était tout ce qu’elles avaient dû avoir.

Et, comme pour s’en souvenir, la forêt était encore vivante et bien à l’intérieur de la barrière, pour garder cette mémoire fraîche — pour que l’humanité n’oublie pas complètement la splendeur du monde dans lequel elle devrait s’efforcer de retourner.

La grande forêt d’Alpha, en tant que représentation de cela, pourrait même être confondue avec la mer massive d’arbres du monde extérieur. C’était si profond qu’un seul mauvais virage pouvait vous laisser en rade, et en tant que tel, sans la permission du gouvernement, l’entrée était interdite.

À cause de l’épais voile de feuilles d’arbres, les ombres qui descendaient de là étaient extrêmement sombres. De plus, les ombres n’étaient pas les seules choses dans cette forêt.

En réalité, toutes les recherches inhumaines effectuées dans le passé avaient été éliminées à l’intérieur, et il y avait des installations qui avaient fait des recherches sur des technologies douteuses présentes ici. C’était un dépotoir pour un héritage négatif.

Et maintenant… la lumière de la fausse lune dans le ciel brillait sur le rideau sombre de la forêt.

Dans cette nuit étrange, personne ne remarquerait l’irrégularité que l’on ne pouvait même pas voir à vol d’oiseau. Il faudrait avoir des sens très aiguisés ou une excellente ouïe pour percevoir le léger tremblement de l’atmosphère.

Les voix échangeaient des mots. Tous les membres à leur position, à peine hors du rayon de détection, se concentraient sur les communicateurs à mana dans leurs oreilles.

« J’attends un jugement rapide, comme toujours. Ne laissez aucune trace derrière vous. Je vous souhaite bonne chance. »

Dans l’obscurité, une fois la transmission interrompue, ils avaient cessé de se concentrer sur leurs communicateurs à mana et sur leurs propres tâches.

Cependant, c’est à ce moment-là qu’une transmission privée était parvenue aux oreilles de l’un des membres. « Feli, ne surestime pas tes capacités… et ne cours pas trop loin non plus. Je suis content que tu sois plus passionné que d’habitude, mais… »

« Tu n’as pas à t’inquiéter pour moi. Je connais ma place, capitaine Vizaist. Alors, je vais commencer ma mission. » La voix confiante qui répondait appartenait à une jeune femme.

La transmission s’était terminée par le soupir de l’homme qu’elle appelait « Capitaine ».

Les transmissions n’étaient autorisées que lorsque c’était nécessaire. De plus, la transmission précédente avait été une considération montrée à sa famille. Normalement, ce n’était pas nécessaire avant que Felinella Socalent ne commence une mission.

Finalement, les membres finirent par se camoufler pour se fondre dans l’obscurité, avant de se diriger vers les points qui leur avaient été assignés. Ils fouilleraient toutes les installations qui avaient été abandonnées dans cette mer d’arbres.

Près de l’avant du groupe se trouvait Felinella, avançant en se fondant dans l’obscurité. Le sort jeté à l’extérieur de sa robe l’enveloppa d’une brume sombre, la faisant se fondre parfaitement avec la nuit.

Une fois qu’elle avait atteint son troisième point après le début de la mission, elle avait sauté pour avoir une vue d’ensemble de la région.

Utilisant les branches densément tassées pour sauter plus haut, se déplaçant vers le haut comme si elle n’était pas affectée par la gravité, elle avait regardé au-delà des espaces vides du bosquet.

La structure devant elle ressemblait à ce qu’elle avait vu pendant le briefing. C’était un bâtiment qui avait été utilisé pour étudier un certain type de magie. Un seul coup d’œil sur le mur qui s’écaillait avait suffi pour voir à quel point il était détérioré, et il ne serait pas étrange qu’il se renverse à tout moment.

J’aimerais le trouver bientôt…

Les cheveux noirs de Felinella voltigeaient alors qu’elle se disparaissait dans la brume sombre. Elle avait déjà été à deux endroits, mais ils étaient tous les deux vides. Un sentiment d’effort gaspillé s’empara d’elle, mais elle se reprit rapidement et rétrécit ses yeux rouges foncés.

Son excellente intuition était basée sur un sentiment mineur que quelque chose n’était pas à sa place. Le bâtiment était étrangement petit avec seulement deux étages. Une partie du mur s’était effondrée, révélant l’intérieur.

Il n’y avait aucun signe de vie, mais elle sentait un léger picotement à la nuque — cette étrange sensation que quelque chose ne tournait pas rond — et pouvait intuitivement dire que quelque chose était là.

Felinella lécha le bout de son doigt et le plaça en l’air pendant que ses cheveux flottaient dans le vent.

« C’est un vent agréable…, » ses yeux rouges avaient un regard envoûtant quand le clair de lune tombait sur eux.

Dans le bâtiment de recherche que Felinella regardait, les poutres d’acier apparentes s’étaient élevées du sol en une masse. Le plafond était anormalement bas, se fondant presque parfaitement dans les arbres de la forêt.

En regardant à l’intérieur, il était clair que les choses qui restaient étaient là depuis longtemps, car elles s’effritaient. La seule chose qui se détachait, c’était les ordures. Les matériaux s’étaient détériorés et il y avait des éclats de verre partout. Sinon, il n’y avait que de la poussière, des flaques d’eau et des feuilles qui s’étaient enflammées. Le clair de lune qui brillait à l’intérieur des murs en ruines illuminait la poussière dans l’air.

Il était impossible d’imaginer ce que l’établissement avait recherché en regardant simplement ce qui restait là. Pour commencer, peu de gens connaissaient la raison pour laquelle les articles avaient été jetés et laissés.

C’était un bâtiment abandonné qui n’aurait pas dû voir la vie depuis longtemps. Abandonné par le monde, tout ce qui était à l’intérieur était devenu silencieux comme s’il avait abandonné.

Les deux individus appuyés contre le mur dans les coins faiblement éclairés par le clair de lune ne faisaient pas exception. Ils étaient placés au premier et au deuxième étage comme s’ils gardaient une vieille tombe.

D’après la longueur de leurs cheveux, l’un semblait être un homme et l’autre, une femme. Cependant, leurs manteaux tachés couvraient leur corps, ce qui rendait difficile à le dire. Leurs membres étendus étaient mous, sans aucun signe qu’ils allaient bouger de sitôt. Et leurs yeux légèrement ouverts ne clignoteraient probablement pas, même si de la saleté s’y trouvait. Vu leur apparence, il doit s’agissait de vagabonds ou autres. Ou ils auraient pu venir ici dans leurs derniers instants de vie.

Leurs postures recourbées recouvraient les traits de leur visage, mais leurs silhouettes de marionnettes leur donnaient l’impression d’avoir de la masse. D’un coup d’œil, leurs mains molles tenaient des lames qui brillaient au clair de lune. Ces machettes semblaient être les seules choses qui rejetaient la détérioration générale, car elles étaient encore tranchantes.

Soudain, les cheveux des deux personnes se mirent à flotter dans un vent venu de quelque part. Ensuite, le bruit étouffé du verre sur lequel on marchait fit écho dans le bâtiment. C’était très faible, mais dans ce silence, il s’étendait très loin.

C’est alors que les doigts de ces silhouettes inanimées avaient tremblé. Leurs yeux secs se mirent à bouger, regardant dans la direction du son. Les individus se levèrent, les bras au-dessus de la tête, et saisirent maintenant fermement les poignées de leurs armes, jusqu’à laisser des marques dans leurs paumes.

La silhouette du deuxième étage s’était déplacée, suivie de celle du premier étage. Traînant les pieds sur le sol, ils se rendirent jusqu’à l’origine du son. Le vent qui avait soufflé anormalement dans le bâtiment s’était retourné et s’était dirigé vers l’extérieur. Comme attirés par le vent, les individus bougèrent imprudemment avec leurs jambes flétries.

Les deux individus s’étaient rencontrés au premier étage, baissant leurs armes lourdes. Quand, soudain, une voix s’était fait entendre depuis l’entrée.

C’était la voix d’une jeune femme. Entendant cela, les deux qui ressemblaient à des cadavres furent emplies de haine et produisirent des grognements semblables à ceux des bêtes. De plus en plus de force était déversée dans leurs jambes alors qu’ils se dirigeaient vers la voix, enjambant les éclats de verre avec leurs pieds nus.

Les silhouettes de l’homme et de la femme avaient sauté dehors avec une dextérité qu’il était impossible d’imaginer d’après leur apparence. Courant vers la voix, ils avaient de nouveau levé les armes.

Mais au moment suivant, les deux individus, les yeux remplis de haine avaient commencé à errer dans l’obscurité comme s’ils avaient perdu tout intérêt. À leurs pieds, il y avait un seul communicateur. La voix de la femme semblait en provenir.

Cette voix étouffée n’était pas très claire. Si l’on était assez prudent, on pouvait dire que quelque chose n’allait pas, mais les deux silhouettes découragées n’avaient aucun moyen de le reconnaître.

« Oh mon Dieu. On dirait que j’en ai même eu deux. » Cette fois, la voix sagace de la femme ne retentit pas du communicateur, mais de tout près. Le sort de camouflage s’était dissipé, révélant la jeune femme, Felinella, et son sourire charmant.

L’impression qu’elle avait eue venait de ces deux silhouettes. En utilisant un sort de détection des attributs du vent pour fouiller l’intérieur, puis en créant un son contre nature en contrôlant l’atmosphère, elle les avait facilement fait bouger.

Le sourire sur son visage était en partie dû au soulagement qu’elle pouvait enfin obtenir des informations. « Eh bien, s’ils ne sont qu’à ce niveau, ce ne sont que des leurres… mais s’ils étaient positionnés ici, ça doit vouloir dire que je suis proche, » déclara Felinella d’un ton feintant l'innocence. Cependant, son sourire ne bougeait pas du tout.

C’est une belle prise, se dit-elle. Les forces secrètes envoyées dans ces bois étaient peu nombreuses, donc il avait fallu beaucoup d’efforts pour fouiller chaque endroit de cette mer d’arbres.

Compter les deux individus comme ayant des capacités de combat ridicule, mais le fait d’avoir trouvé ce qui était clairement des leurres prouvait que leur conjecture était correcte. Leur but principal était quelque part dans la région.

Mais avant ça, elle avait besoin de confirmer quelque chose. « Je ne veux pas le penser, mais ce ne sont pas des civils, n’est-ce pas ? »

« Agh… urgh, j’ai trouvé… i-intru Tuer… TUER. »

L’expression de Felinella s’éclaircit à la réponse qui ne venait probablement pas d’un humain ordinaire. Elle avait rapidement mis sa main devant sa bouche, cachant élégamment son visage qui s’était transformé en un regard joyeux. « Je suis contente. Je ne déteste pas les corvées, mais être envoyé tous les soirs est mauvais pour la peau d’une fille. Il y a beaucoup de choses que j’aimerais vous demander… mais, eh bien, ça n’a pas l’air possible. »

 

 

Le sourire était encore sur son visage quand une lumière menaçante apparut dans ses yeux. Bougeant un pan de sa robe, elle avait dégainé l’AAR accroché à sa taille.

Devant elle se trouvaient les deux individus, la paire portant des manteaux minables. Leurs joues étaient maigres, leurs cheveux si emmêlés qu’il faudrait plus qu’un simple peigne pour les traverser. Leurs voix enrouées et folles étaient difficiles à entendre, probablement parce qu’ils ne pouvaient pas bouger correctement leurs lèvres.

Ils traînaient des machettes avec des lames noires. Les yeux aiguisés de Felinella avaient vu les formules magiques scintiller sur ces larges lames.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire