Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 2 – Chapitre 7 – Partie 1

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 7 : La convergence des turbulences

Partie 1

Juste avant de retourner au quartier général, Alus avait enlevé son masque et sa robe.

S’il gardait son masque, il serait traité comme une personne suspecte et inviterait inutilement le chaos. De plus, son travail était à peu près terminé, il n’avait donc plus besoin de se déguiser.

À leur arrivée au quartier général, Tesfia avait été emmenée à l’hôpital de campagne, comme on l’appelait, mais c’était seulement au niveau de l’infirmerie de l’Institut. Des mesures rapides étaient nécessaires pour éviter que ses brûlures ne laissent des cicatrices.

Tesfia elle-même avait refusé le traitement, disant que ce n’était pas grave, mais Alice — qui était tout sourire à son retour — avait rapidement mis fin à sa résistance.

Accompagnée d’un secouriste, Tesfia était entrée avec réticence dans la tente où un magicien guérisseur l’attendait.

La magie de guérison ne cessait de s’améliorer, mais elle ne pouvait toujours pas guérir instantanément les blessures profondes. Au mieux, il pourrait activer les cellules pour augmenter les capacités régénératives d’une personne.

Les choses seraient différentes si plusieurs magiciens guérisseurs étaient là pour jeter des sorts, mais les magiciens capables d’utiliser la magie de guérison étaient actuellement rares.

Lorsqu’il utilisait des sorts de guérison, le guérisseur devait faire correspondre son mana à celle de la personne blessée. Normalement, les caractéristiques personnelles affectent largement le mana, chacun ayant sa propre longueur d’onde unique. C’est pourquoi le guérisseur devait faire correspondre la longueur d’onde de son mana à celle de la personne blessée pour réduire tout rejet.

En même temps, le guérisseur avait besoin de travailler sur les cellules, ce qui stimulait les capacités régénératives par le mana. Cela dépassait le niveau d’utilisation habile du contrôle du mana, nécessitant une technique superfine pour s’ajuster cellule par cellule.

Il était distinctement différent du contrôle du mana d’Alus, et était bien sûr toujours très recherché.

Les magiciens actifs avaient toujours besoin de faire face aux blessures, mais les jeunes filles devraient être guéries si elles le pouvaient.

Tesfia n’en savait toujours pas assez sur le monde pour se vanter haut et fort des cicatrices connues sous le nom de « décorations de magicien ». Heureusement, même le magicien qui la guérissait avait l’habileté de guérir les coupures sur son front et ses joues sans que cela laisse de cicatrices.

Une fois Tesfia hors de vue, Alice baissa la tête vers Alus. « Merci, Al. »

Son sourire éclatant était comme un médicament qui aidait à mettre de côté un peu de la tristesse qu’Alus ressentait, et à guérir ce sentiment d’en avoir assez, car il n’avait à faire face qu’à des problèmes.

Cependant, ce n’était vraiment qu’un problème. En repensant à l’araignée géante, il n’était généralement jamais aussi bavard quand il traitait avec les mamonos.

Alus s’était laissé aller à ses pensées. À ce moment-là, il se souvenait d’avoir ressenti un léger sentiment de joie au combat — bien qu’un adversaire à ce niveau ne suffirait pas à le satisfaire — ainsi qu’un sentiment différent. Réalisant cela, il avait commencé à penser que ses paroles et ses actions à l’époque étaient comme celles de quelqu’un d’autre.

Même si ce n’était qu’un peu… ce qu’il ressentait pouvait être de la colère, quelque chose qu’il n’avait pas ressenti depuis longtemps. Cela dit, il n’avait jamais été en colère contre les mamonos auparavant, il était donc un peu tôt pour décider que c’était ça.

Mais le résultat final était qu’il avait complètement exterminé le mamono, donc du point de vue d’un spectateur, cela pourrait ressembler à une punition née de la colère.

Alus avait analysé objectivement la situation. Dans ce cas, pourquoi se sentait-il comme ça ?

Cependant, peu importe à quel point il l’analysait, il n’arrivait pas à trouver une explication raisonnable, alors y penser davantage était un gaspillage. Comme Alus préférait la logique, il ne pouvait s’empêcher de rejeter ces pensées.

Il répondit donc à la gratitude d’Alice en disant catégoriquement. « Ce n’est que par hasard. »

En fait, il ne savait pas que la dernière demande de sauvetage qu’il avait reçue concernait le groupe de Tesfia, alors ce n’était vraiment qu’une coïncidence.

Bien qu’Alice n’ait pas l’air de penser ainsi. Elle croyait qu’il s’était inquiété pour sa meilleure amie et avait utilisé tout ce qu’il avait pour la sauver, et elle l’avait regardé dans les yeux sans avoir aucun doute.

Alus avait décidé d’ignorer Alice après qu’elle ait commencé à le remercier abondamment.

Après un certain temps, Alice avait recommencé à s’inquiéter de l’état de Tesfia et s’était précipitée à l’hôpital de campagne après l’avoir remercié une fois de plus.

En parlant d’agitation, Alus se dit en la voyant partir.

Peu de temps après, Alice revint rayonnante de joie, avec un grand sourire, comme si elle voulait dire quelque chose à un Alus aigre. C’était un sourire vraiment captivant et innocent, mais il avait certainement un sens caché. « Al, il y a une formation pratique après ça… mais mon groupe est fatigué et il ne participera pas. J’ai donc un peu de temps libre… »

La formation pratique était volontaire, mais la directrice avait décidé de poursuivre la leçon parascolaire, en supposant qu’il n’y aurait que quelques participants. Et si on n’avait pas besoin de superviseurs, on n’aurait pas non plus besoin d’Alus, bien qu’il doive rester joignable au cas où quelque chose arriverait.

Il savait ce qu’Alice voulait dire. Il savait aussi que c’était probablement Tesfia qui lui avait mis l’idée en tête. La raison de sa façon détournée de demander était probablement sa façon de se retenir. Mais dans ce scénario, il avait presque senti que c’était pire.

« D’accord, » bien qu’il n’ait pas été le moins du monde épuisé par la bataille, il trouvait honnêtement que c’était gênant. Cependant, il ne l’avait pas dit à haute voix. S’il le faisait, il créerait une différence dans la façon dont il traiterait les deux filles.

Et avec l’intérêt de Tesfia pour Mistlotein, ces deux étudiantes étaient un peu gênantes, mais elles avaient obtenu des notes parfaites pour leur enthousiasme.

« J’ai entendu dire que tu as aussi réussi à exterminer des mamonos. » Alus soupira. « Dire que je me tromperais sur vous deux. »

En d’autres termes, Alice avait rempli les critères de passage, tout comme Tesfia. Ce qui veut dire qu’elles pourraient recevoir l’instruction d’Alus sans réserve. Comme c’était quelque chose qu’Alus lui-même avait soulevé, il ne pouvait pas revenir en arrière maintenant.

« Ça ne me dérangerait pas qu’on tombe sur une classe B, tu sais. » Alice avait laissé échapper un rire étouffé, probablement après en avoir entendu parler par Tesfia.

Alus la fixa d’un regard froid. « Ne t’emporte pas. » Il savait qu’elle plaisantait, alors il l’avait épargnée d’un léger coup sur le front.

Même à ce moment-là, Alice semblait enchantée, et elle faisait des petits bons dans sa démarche.

Lorsque Loki revint, il lui adressa des paroles de sympathie et lui demanda d’un air coupable de continuer à s’occuper des étudiants qui restaient.

C’est ainsi que la leçon individuelle d’Alice et d’Alus avait commencé.

Une fois qu’ils avaient quitté le quartier général, Alice avait demandé quelque chose qui lui venait à l’esprit. Mais voyant comment elle avait curieusement regardé par-derrière, elle avait dû le retenir jusqu’à maintenant.

« Est-ce… ton AAR ? » Elle avait pointé du doigt le Brouillard de nuit suspendue à sa taille.

C’était une qualité qu’elle partageait avec Tesfia. C’était dans leur nature de poser des questions sur tout ce qui les intéressait, surtout s’il s’agissait du plus grand magicien du monde.

« Veux-tu le voir ? » demanda-t-il.

Il connaissait la réponse sans avoir à demander. Ou plutôt, son expression le rendait douloureusement évident. Mais il avait quand même décidé de vérifier. Bien que la réponse soit claire, Alus avait enlevé le fourreau de sa taille lorsqu’il entendit sa question.

Bien sûr, Alice hocha la tête sans réserve.

« C’est un peu lourd, » déclara Alice.

Alice l’avait tendu les deux mains pour l’attraper comme s’il s’agissait d’une œuvre d’art de grande valeur. Comme si elle était une vassale recevant un trésor de son seigneur. « Oh, ça l’est ! » Ses bras s’étaient un peu abaissés à cause du poids inattendu.

Elle tendit la main vers la poignée en murmurant. « C’est beau. »

« … »

Il y avait eu une pause avant qu’Alus ne réagisse, car c’était une impression qu’il n’avait jamais entendue auparavant. Le Brouillard de nuit, avec sa lame noire de jais, était plus souvent décrit comme étant effrayant et rustique, et il croyait lui-même qu’il s’agissait d’un AAR uniquement conçu pour exterminer les mamonos.

Il suspecta que son sens de l’esthétique devait être tout à fait unique, et commença à lui expliquer à propos du Brouillard de nuit, lui donnant les mêmes informations qu’il avait déjà données à Loki.

« Puis-je essayer ? » Alice ne voulait pas dire l’utiliser pour tuer des mamonos, mais plutôt injecter du mana à travers lui.

« Ça ne me dérange pas, » répondit immédiatement Alus. Son AAR avait des formules magiques gravées dessus, mais le simple passage de mana ne ferait rien. Et si Alice le faisait, il était sûr qu’elle utiliserait la même forme incomplète et maladroite qu’à l’entraînement. Ces derniers temps, elle avait fait des progrès remarquables… mais Alus ne s’était pas donné la peine de le dire.

Si elle grandissait grâce aux louanges, ce serait bien, mais Alus trouverait cela irritant si elle commençait à s’emporter.

Alice avait commencé son enchantement dans le Brouillard de nuit.

« … ? »

Mais seul Alus avait réalisé que quelque chose n’allait pas.

Alice se concentrait sur son contrôle du mana, comme toujours. Alors qu’elle enchantait le Brouillard de nuit, elle ne se limitait pas seulement à la lame, mais s’étendait aussi à la chaîne du fourreau, et l’instinct d’Alus lui disait que quelque chose était étrange.

Poursuivant son enchantement, tout en ignorant la réaction d’Alus, Alice ouvrit la bouche avec surprise. « — ! ! Jusqu’où cela va-t-il ? »

« Il y a 50 mètres, » répondit Alus.

« Pas possible !! » Peut-être parce qu’elle était découragée, le flot du mana d’Alice s’était arrêté et s’était dispersé.

Mais Alus l’avait certainement vu — ou plutôt ressenti.

Son mana avait fait réagir l’un des anneaux, quoique légèrement… l’anneau dont elle avait tiré une réaction tenait la formule pour Lien Morshonell, qu’Alus avait utilisée pour sauver Tesfia.

Il n’avait pas été en mesure d’expliquer pourquoi cela s’était produit tout de suite. Il avait rapidement rejeté la conclusion temporaire à laquelle il était parvenu avant même d’y penser. Son attribut est censé être l’élément de lumière. Cela aurait pu être une fausse réponse par hasard… Non, ça n’aurait pas non plus de sens.

Parmi tous les attributs, la lumière et l’obscurité étaient exceptionnellement rares et étaient considérées comme des éléments. Alus était confiant dans la précision du Brouillard de nuit à réagir au mana. De plus, l’anneau qui avait réagi, gravé de la formule de Lien Morshonell, était une formule sans attribut. La structure même du sort était très simple, sans formule d’attribut pour servir de base. C’est pourquoi, s’il devait être catégorisé, il serait sans attribut.

La réaction de l’anneau étant si faible, il était difficile d’en être sûr. Mais pour Alus, l’attribut d’Alice était la lumière. Et en même temps, elle avait probablement quelque chose d’unique à elle, tout comme lui.

Cependant, il était encore trop tôt pour décider que le mana d’Alice avait une autre propriété. Bien que la question l’intéressait, il avait reporté sa conclusion à plus tard et n’avait rien dit.

Après cela, Alice avait passé un certain temps sous la direction d’Alus, avec Alus parfois donner un coup de main, et avait vaincu avec succès plus de dix mamonos. Bien qu’avec le peu de mamonos qu’il y avait autour du quartier général, ils avaient dû sortir un peu plus loin.

Parmi les vaincus, il y avait un mamono de classe C, mais c’était trop pour Alice, alors Alus avait dû s’en occuper.

L’attitude d’Alice quand elle traitait avec les mamonos était toujours intrépide. C’est peut-être parce qu’Alus était à côté d’elle, mais elle n’avait pas reculé, même contre des adversaires redoutables. C’était un courage résolu, quelque chose que tous les magiciens devraient avoir.

Regardant sa maîtrise de la lance, Alus avait trouvé ça très impressionnant. Elle était encore quelque peu retenue par sa forme, mais plus elle acquérait d’expérience, plus son style s’adaptait aux mamonos.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire