Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 2 – Chapitre 6 – Partie 5

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 6 : Monde extérieur

Partie 5

Seule Tesfia était restée, et elle avait versé toutes ses forces dans sa main alors qu’elle prenait le col de Cabsol et criait, « Votre être notre superviseur, alors donnez-nous un coup de main !! »

Mais les yeux de Cabsol ne se focalisaient même plus, et ses pupilles dilatées par la peur ne la regardaient même pas. Elle baissa soudain les yeux vers ses pieds et vit le pantalon de Cabsol taché d’un liquide tiède.

« … ! Pourquoi !? … Si vous ne nous aviez pas emmenés jusqu’ici…, » cria Tesfia.

Tesfia avait broyé ses dents, des larmes s’étaient aussi finalement formées dans ses yeux.

L’araignée géante, capable d’attaquer à tout moment, regardait simplement vers cette scène pathétique. Même les innombrables mamonos qui les entouraient s’arrêtèrent de bouger, comme s’ils attendaient la descente de leur roi. C’était peut-être dû à leur instinct de prédateur pour évaluer la force de leur proie, mais ils avaient au moins eu l’intelligence de les attirer.

Ou peut-être qu’ils aimaient juste jouer avec leur stupide proie.

Tesfia avait rassemblé sa volonté et avait dit au groupe de se rassembler en un seul endroit, en traînant même ceux qui ne pouvaient pas y marcher elle-même, y compris ceux qui étaient inconscients.

« Très bien. Je lutterai jusqu’à la fin, » déclara-t-elle.

Ses larmes ne s’arrêtaient pas maintenant, peu importe le nombre de fois qu’elle les essuyait, alors elle avait arrêté d’essayer.

Elle avait mis de la force dans ses jambes, s’était levée et avait relevé sa tête.

Versant du mana à travers son katana, elle affronta le mamono, se sentant désespérée dans le noir. Puis son cœur s’était rempli de détermination. La victoire ou la défaite n’avait plus d’importance.

C’est pour ça que son mana lui avait répondu.

L’araignée géante ne montrait aucun signe de mouvement. Il émettait un son effrayant, secouant sa grande carrure de haut en bas comme s’il se moquait d’elle.

Dans ce cas… Tesfia pensa, et elle se précipita vers la meute des mamonos. D’après ce qu’elle avait pu voir, il y avait plusieurs douzaines de mamonos des classes D et C. Mais elle ne pouvait plus accepter d’attendre sa mort.

Les mamonos, agités par son acte imprudent, poussèrent des grognements profonds en réponse.

« Haaaaaaaaaaa !! »

Tesfia avait gelé le sol et avait arrêté les mamonos. Mais c’était juste pour un moment. Quant aux mamonos de classe C, il leur suffisait de bouger un peu pour briser la glace et se libérer.

Mais Tesfia n’avait montré aucun signe de panique. Elle n’avait pas imaginé que l’effet serait si faible, mais pour commencer, elle n’avait même pas le sang-froid nécessaire pour élaborer un plan. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était de se perdre dans une lutte désespérée.

Esquivant les attaques des mamonos, elle avait frappé avec son katana.

La différence de résultat était énorme entre ces mamonos de classe D et C par rapport aux mamonos de classe E et aux mamonos de classe inférieure qu’elle avait vaincus auparavant. Il ne s’agissait pas tant d’une question de pouvoir, mais plutôt d’une question de corps qui ne permettait pas à sa lame de pénétrer.

Bien que ses attaques aient laissé des égratignures sur leur peau noire, c’était loin d’être suffisant pour les percer jusqu’au noyau. Même si elle s’était limitée aux mamonos de la classe D, leur nombre aurait rendu les choses difficiles à accomplir. Elle pouvait déjà imaginer qu’elle allait épuiser son mana dans sa tentative de gagner du temps.

« — ! »

Soudain, les griffes acérées d’un mamono s’approchèrent de son visage. Elle avait réussi à les dévier avec le dos de son katana, mais — .

« Ahh !! » Son monde s’était écroulé. La force massive du mamono avait facilement envoyé voler la délicate Tesfia.

Elle avait roulé et avait rebondi sur le sol, s’arrêtant finalement un peu plus loin dans l’étang. Son esprit était confus… ses yeux ne se stabilisaient pas. Tandis qu’elle reprenait légèrement son souffle, elle remarqua que les coins de ses yeux étaient tachés de rouge.

Elle se toucha d’une main tremblante, et quand elle la regarda, elle vit du sang. Il semblerait que son visage ait été coupé à un moment donné. Mais ce n’était pas une blessure mortelle, alors Tesfia s’était dit qu’elle ne pouvait pas encore abandonner et avait utilisé son katana comme support pour se relever.

Un globe rouge apparut devant elle.

Cette boule de feu magique avait illuminé son corps. Elle avait l’impression que sa peau serait brûlée par la chaleur émise par la boule de feu. C’était une manifestation du mal, un sort lancé par l’un des monstres qui ne voulait pas laisser Tesfia se reposer un seul instant.

La boule de feu — à peu près aussi grosse que le tir de Cabsol — était juste au-dessus d’elle.

Déplaçant immédiatement son katana, Tesfia avait préparé un sort.

« “Mur de glace”… !! »

Cependant, avant que le mur de glace s’élevant du sol ne puisse se terminer, la boule de feu s’était écrasée contre elle. L’explosion de feu et de glace qui en avait résulté avait fait voler le corps de Tesfia une fois de plus.

De la fumée s’éleva de l’explosion, alors que la fille qui volait dans les airs atterrissait finalement sur le sol avec un bruit sourd. La mousse au bord de l’eau avait servi d’amortisseur, mais Tesfia était à peine restée consciente.

Son esprit ne fonctionnait plus. La douleur avait pulsé dans sa tête.

Mais elle avait eu de la chance. Si la boule de feu l’avait frappée directement, les dégâts auraient été bien pires.

Toujours allongée sur le sol, Tesfia avait levé la tête. Sa main était légèrement brûlée, mais elle allait toujours bien. Pour preuve, ses doigts et son corps avaient tremblé et bougé pendant qu’elle leur donnait de la force.

« Aaagh... » Tesfia avait poussé un gémissement, endurant la douleur. Ses cheveux étaient en désordre, son visage sale et son uniforme brûlait ici et là. Ayant subi de plein fouet l’explosion, elle ne pouvait pas dire exactement où elle souffrait.

Malgré cela, Tesfia se leva en titubant et prépara son katana. « Aaaaaaaaa !! » En poussant un cri, elle avait bougé ses jambes vers l’avant.

Elle pouvait voir les mamonos tourner leur attention vers son groupe incapable de se battre, se rapprochant d’eux.

Leur nombre ne faisait qu’augmenter. Jusqu’à présent, ses attaques les avaient à peine touchés, et elle n’avait pas réussi à les achever, car elle ne pouvait pas détruire leurs noyaux. Les mamonos qu’elle avait blessés se tortillaient et rampaient, se préparant à attaquer. Leurs yeux rougeoyaient de colère.

« Non, arrêtez… Je ne vous laisserai pas faire !! »

Tesfia avait désespérément frappé avec son katana. Elle ne laissait personne mourir. Tout en sachant que ce n’était pas quelque chose qu’elle pouvait faire, elle se battrait jusqu’à la fin.

Elle avait versé son désespoir dans une seule attaque. Cependant, cette attaque n’avait aucune technique derrière elle. Elle n’avait fait que balancer son arme.

Les mamonos ne montraient aucun signe d’hésitation face à son action, mais ils s’étaient plutôt rassemblés, et Tesfia avait baissé les yeux sur son AAR. C’était l’esprit de la famille Fable, qu’elle utilisait depuis son enfance. Cependant, maintenant, il n’y avait aucune trace de mana qui le traversait.

En voyant ça, elle s’était effondrée sur ses genoux. Le mana qu’elle avait si désespérément utilisé s’était finalement épuisé.

Depuis le début, elle se débrouillait toute seule. Mais en fin de compte, cela ne changerait pas la réalité de la hiérarchie entre les monstres et les humains, celle du prédateur et de la proie, un fait qui était maintenant clair pour elle.

En un rien de temps, l’araignée géante s’approcha d’elle pour l’achever, alors qu’elle n’avait fait qu’attendre jusqu’à maintenant. En poussant un grand cri, elle souleva plusieurs de ses jambes en l’air. Elle agissait comme si elle présentait un sacrifice à un dieu maléfique, alors qu’elle lâchait un rugissement effrayant et ridicule.

Alors qu’elle l’avait fait, une foule de multiples choses était tombée de l’arbre. Ils étaient comme des versions miniatures de l’araignée géante devant elle. Ces petites araignées, probablement les enfants de l’araignée géante, semblaient avoir attendu que leur proie s’affaiblisse.

Tesfia n’avait plus la volonté de s’étonner de l’aggravation de la situation. En y repensant, sa résistance était vraiment désespérée. Ayant dépassé ses limites, son esprit ne pouvait plus se sentir choqué par une telle chose.

Elle ne pouvait pas faire mieux que de se tenir debout… Quand elle avait réalisé dans quel état elle était, elle avait senti sa douleur s’éloigner.

Finalement, le mamono ayant une forme d’une araignée géante attaqua Tesfia comme pour la tourmenter.

Avec ses jambes vacillantes, elle n’avait pas pu échapper à l’attaque.

Sa vision commença à s’estomper, et l’attaque du mamono ne lui paraissait pas réelle, car tout ce qu’elle pouvait voir était quelque chose qui bougeait dans les coins de ses yeux.

L’instant d’après, les griffes du mamono déchirèrent la manche de son uniforme et lui arrachèrent sa barrette, la dispersant ainsi que quelques cheveux pourpres dans l’air. Ayant perdu l’équilibre, Tesfia avait vu ses cheveux coupés, jetés en l’air, flotter au ralenti. Le rouge de ses cheveux présentait une lueur rouge, bien qu’elle ne soit pas semblable à celle des yeux rouges des mamonos.

C’était une couleur rouge foncé flippante. Au lieu de cela, ses cheveux roux avaient absorbé la lumière, l’emplissant de l’intérieur d’une couleur écarlate.

C’était la couleur du soleil et de la vie, une lumière puissante qui ne pouvait pas lui permettre d’abandonner.

Cependant… ce rouge éclatant avait fini par disparaître, et le corps de Tesfia s’était affaissé sur le sol, sur son dos.

En déplaçant son regard, elle pouvait voir la plupart des membres de son groupe profondément choqués et en transe, ou s’évanouir de peur. Quelle chance elle aurait si elle pouvait faire la même chose...

Elle ne pouvait même pas bouger un doigt. Elle ne pourrait pas fermer les yeux avant la fin.

Les mamonos l’avaient approchée. Elle sentait parfaitement le sol trembler. La mort s’approchait d’elle, mais elle n’avait pas l’impression que ça la concernait. Les cris grinçants et flippants semblaient venir de quelque part de loin.

C’est fini. C’est fini. Mais j’ai fait ce que j’ai pu… Elle se donnait des éloges sans réconfort.

Elle était captivée par le ciel bleu du monde extérieur qu’elle apercevait entre les branches.

C’est magnifique…

Mais cette vue fut bientôt bloquée. Les membres des mamonos, les griffes tendues, s’approchèrent de son visage. Et tout cela s’arrêta juste avant, comme pour mesurer l’angle et la distance nécessaires.

Même maintenant, Tesfia pensait à autre chose alors qu’elle se trouvait au seuil de la mort.

Même dans cette situation désespérée, je sens ma magie me répondre. Je ne te laisserai pas dire que je ne suis plus jamais apte à être un magicien !

Pour une raison quelconque, elle avait souri. Le sang qui coulait sur sa joue se mêlait à ses larmes.

Les griffes acérées qui l’enverraient dans l’au-delà se levèrent lentement pour rassembler assez de force. L’instant d’après, sa faiblesse s’était accrue et elle avait essayé de s’accrocher, incapable de donner sa vie.

Elle ne voulait pas que sa fin soit au milieu de nulle part.

Elle venait juste de commencer.

Il y avait encore tant de choses qu’elle voulait faire. Le fait d’avoir fait la paix et s’être louée, c’était du bluff.

Dès qu’elle avait pensé ça, ses dents avaient commencé à claquer. Ce n’était pas de la peur. Elle rejetait le destin.

Non ! Je ne veux pas mourir ! Je ne veux vraiment pas mourir !

Exprimant son opinion, elle rejeta tout le reste et rejeta la dure réalité.

Elle rassembla le peu d’énergie qu’il lui restait pour se lever. Les larmes débordaient de ses yeux et déformaient sa vue.

Mais la réalité était cruelle, et ce cri douloureux dans son esprit avait été ignoré.

Les griffes des mamonos avaient finalement atteint la hauteur optimale et, après une brève pause, elles s’étaient impitoyablement retournées vers le bas.

Al... « — ! »

Tesfia ne comprenait pas ce qui s’était passé à ce moment-là. Même si elle n’avait pas pu fermer les yeux, elle ne pouvait pas voir ce qui s’était passé.

Les lames offrant une mort certaine qui se balançaient vers elle avaient soudain disparu.

Elle entendit un lointain cri douloureux d’un mamono, et un bruit sourd et fort retentit, tandis que l’araignée géante s’était écrasée contre un arbre.

Et à côté d’elle, il n’y avait plus aucun des mamonos qui allaient l’achever. Les petites araignées, ainsi que tous les autres mamonos avaient été soufflés dans la même direction, comme si la gravité elle-même s’était retournée.

« Je vois que je suis un peu en retard. »

Une voix calme et familière lui parvient.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Première phrase a corrigé : « Votre être notre superviseur, alors donnez-nous un coup de main !! »

  2. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire