Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 2 – Chapitre 6 – Partie 4

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 6 : Monde extérieur

Partie 4

Peu de temps avant qu’Alus ne reçoive le rapport d’un groupe hors de contrôle…

« M. Cabsol, si nous allons plus loin, nous sortirons de la zone. »

« Suivez-moi, c’est tout, » déclara Cabsol.

Tesfia et son groupe avaient éliminé trois mamonos depuis leur première rencontre. Mais chaque fois, Cabsol insistait pour trouver de stupides fautes dans leur manière d’agir. Finalement, Tesfia avait perdu son sang-froid et avait dit. « Alors, pourquoi ne pas nous montrer comment on fait ? » ce qui avait été le début de tout ça.

Il avait ensuite joué avec un malheureux mamono de Rang F qu’il avait trouvé par hasard, et avait commencé à chercher sa prochaine cible. « Allez… Allez, sors de là. Je vais te tuer ! »

Heureusement, ils n’avaient pas encore rencontré de mamonos, après avoir quitté la zone d’opération, mais Cabsol avait continué sa route en ligne droite vers le monde extérieur, avec ses yeux injectés de sang.

Tesfia et le reste de son groupe avaient senti à quel point il était anormal et dangereux, mais ils ne pouvaient pas le laisser derrière et abandonner la leçon parascolaire. Comme il n’y avait pas de précédent pour cette leçon dans le Second Institut de Magie, ils pourraient être suspendus ou même expulsés. Elle était la plus haut placée parmi les premières années, mais elle ne pouvait pas prendre une telle décision.

« Avec ça, je serai à trois chiffres. Je ne vais pas perdre contre une petite Fable de première année, » murmura Cabsol à lui-même. Comme s’il était possédé par une illusion profondément enracinée, il balança son épée AAR, coupant des branches sur son chemin.

Bien que la famille de Cabsol Denvel n’ait pas interagi avec celle de Tesfia Fable, il fut un temps où leurs parents avaient occupé des postes similaires. C’est pourquoi le chef de la famille Denvel s’inquiétait des capacités de Cabsol, le comparant souvent à Tesfia.

Finalement, son nom était devenu un obstacle pour lui, et il s’était lui-même acculé, disant qu’il ne perdrait jamais contre elle. En tant que tel, il ressentait un sentiment de rivalité envers elle, mais lorsqu’elle s’était inscrite à l’Institut et qu’elle avait obtenu un rang proche du sien comme première année, cette rivalité s’était transformée en hostilité.

Après avoir vu ses capacités, Cabsol avait commencé à éprouver de la panique et du ressentiment.

Bien sûr, Tesfia n’avait aucune idée de ce qu’il ressentait.

Pour lui, cet entraînement de combat en direct, prétendant qu’il s’agissait d’une leçon parascolaire, était l’occasion parfaite pour lui de tuer des mamonos et d’élever son rang. Il n’avait pas d’expérience non plus, mais en voyant cette fille insolente de Fable agir, son sens de la rivalité s’était éveillé et il en avait vaincu un aussi.

Et après avoir réussi à éliminer un mamono, il avait perdu tout semblant de retenue.

« … C’est vraiment étrange, » marmonna une étudiante. Son expression perplexe montrait un léger malaise et de la peur.

Par « étrange », elle ne parlait pas seulement du comportement de Cabsol. Ils étaient déjà en dehors de la zone d’opération, mais n’avaient pas encore rencontré de mamonos. Cela faisait longtemps qu’ils avaient battu leur dernier mamono. Les chances de rencontrer un mamono qui s’abaisse au fur et à mesure que l’on s’enfonçait étaient contraires au bon sens.

Tous les membres du groupe avaient les mêmes appréhensions, et les marmonnements de la jeune fille se répandirent parmi eux.

« Ouais… » Tesfia avait aussi senti que quelque chose clochait. Elle pouvait voir qu’il n’y avait pas de mamono, alors elle s’était préparée pour ce qui serait probablement leur dernier mamono.

Son groupe avait déjà éliminé trois mamonos. Depuis, Cabsol en avait éliminé deux par lui-même. Tesfia pensait qu’elle pourrait le persuader de faire demi-tour une fois qu’il aurait tué un troisième mamono pour lui-même.

Peu de temps après, le sixième mamono apparut au bord d’un lac.

Bien qu’en réalité, cela ne valait pas la peine d’appeler un lac, et ce n’était pas si profond que ça. Au mieux, c’était un étang assez grand. Il y avait de l’eau bleue claire à l’intérieur, avec une lumière arc-en-ciel qui rebondissait sur la surface. Cet étang simple et normal donnait une impression magique et mystique.

Tout au plus, l’étang était aussi profond que Tesfia était grande. L’eau était si bleue qu’on pouvait la confondre avec le ciel. Elle pouvait facilement voir le fond de l’étang.

Seuls les grands arbres étaient entassés autour, comme si tous les petits avaient été enlevés intentionnellement. La lumière du soleil était descendue à travers les arbres avec leurs rayons de lumière.

Mais Tesfia n’avait été captivée qu’un instant, car le son venait d’en haut.

Se souvenant qu’ils étaient dans le monde extérieur, ils avaient tous levé les yeux ensemble.

En face d’eux, près du sommet de ce qui devait être le plus vieil arbre de cette grande forêt, se trouvait un mamono géant suspendu à l’envers à une branche très épaisse.

On aurait dit une araignée géante. Ses nombreux yeux les fixaient avec férocité.

« ! ! »

« Qu’est-ce... C’est… ? ? » L’une des étudiantes s’était recroquevillée en raison de la peur, en le montrant du doigt, avant de trébucher vers le sol.

« Ho… Comment pourrions-nous… peut-être… ? »

« Pas question, pas question, on va mourir ! »

« Aaaaaaahhhh !! »

La panique s’était emparée du groupe en un instant.

Sans même regarder l’étudiante qui était tombée, le groupe s’était tourné sur ses talons et était parti en courant sans même regarder où ils allaient.

Cabsol était aussi complètement effrayé, mais ses jambes étaient paralysées.

Tesfia, avec son sentiment de fierté et de responsabilité en tant que magicienne de haut rang, avait courageusement choisi de rester. Ses jambes tremblèrent alors qu’elle fixait l’énorme mal incarné accroché à l’arbre.

Pendant ce temps, les étudiants, courant désespérément dans une tentative d’évasion, s’étaient malheureusement retrouvés à s’arrêter eux aussi.

« — ! ! »

« Pourquoi... Qu’est-ce que c’est que ça ? »

C’était moins une question qu’une expression de désespoir.

Tesfia jeta un coup d’œil dans leur direction, en entendant leurs voix… et dans l’instant qui suivit, son corps gela de peur.

« Comment… » Bien sûr, il n’y avait personne pour répondre à sa question. Le mot lui avait simplement échappé.

Un groupe d’êtres anormaux était apparu sur le chemin des élèves qui fuyaient l’araignée.

Avant qu’ils ne s’en rendent compte, une multitude de mamonos étaient apparus dans leur entourage. Leurs apparences avaient varié, sans rien en commun, comme un groupe fondé sur le chaos. Et pires que tout, de plus en plus d’individus étaient apparus jusqu’à ce que les étudiants soient encerclés.

La situation était claire, mais aussi paniquée qu’elle l’était, il avait fallu du temps pour que la réalité la rattrape. Bref, ils avaient été attirés ici.

C’était une situation désespérée.

Tandis que Tesfia et les autres n’avaient pas les connaissances nécessaires pour identifier les monstres, l’araignée mamono dans l’arbre était au moins de classe B. En raison de la région dans laquelle ils se trouvaient, il n’y avait probablement pas de mamonos de classe A, mais une classe B était une difficulté ridiculement dure pour un magicien novice.

Les mamonos environnants étaient probablement d’une classe inférieure à celle de l’araignée, mais toujours un pas en avant par rapport aux faibles qu’ils combattaient auparavant.

Soudain, le sol trembla. La grosse araignée avait sauté de l’arbre.

Sa longueur dépassait huit mètres. Tesfia pouvait sentir la méchanceté et la pression s’échapper de tout son corps. De plus, alors qu’il avait la forme d’une araignée, il était différent d’une araignée normale, avec plus de pattes qu’elle ne pouvait en compter. La forme de chacune différait, allant de celles de différentes bêtes à des insectes. On aurait dit qu’ils s’étaient attachés au hasard.

Un objet rond sorti de son corps. Il était impossible de déterminer si c’était la tête ou la queue.

Non, c’était son visage. Les nombreux points rouge dessus étaient probablement des yeux composés.

Et en dessous, une partie vide. Tesfia pensait que c’était une partie de sa peau noire, mais ensuite cela s’était lentement ouvert, montrant un fil collant à l’intérieur. Compte tenu de la fumée qui s’élevait du sol où le fil était tombé dessus, il s’agissait probablement de salive très acide.

En d’autres termes, c’était sa bouche. Cependant, ses dents foncées, que l’on pouvait voir derrière ses lèvres, n’étaient pas aussi pointues que celles d’un carnivore. Au lieu de cela, ils étaient plats, pour écraser leur proie. Malgré l’apparence grotesque du mamono, sa rangée de dents avait l’air d’indiqué que c’était un être humain effrayant, créant une atmosphère étrange.

Son apparence maléfique, sa nature prédatrice exsudant de son corps, avait brisé la volonté des élèves de se battre pour leur survie.

« Ce n’est pas possible… Je ne peux pas mourir dans un endroit comme celui-ci, » déclara Cabsol, en faisant preuve d’audace alors qu’il tenait fermement son épée AAR. Le mana s’y était timidement infiltré en déclenchant le troisième niveau du sort de Tir Enflammé.

Tandis qu’il déplaçait son épée, plusieurs boules de flammes s’envolèrent vers l’araignée mamono. C’était un sort d’attaque intermédiaire qui créait plusieurs boules de feu en même temps. Poussées vers l’avant, les boules de feu avaient absorbé et brûlé l’air environnant pendant leur vol.

L’araignée géante n’avait même pas essayé d’éviter l’attaque, ouvrant férocement sa bouche comme pour les intimider.

Les explosions des boules de feu n’avaient aucun effet contre le mamono. Au mieux, de la fumée s’élevait de sa peau légèrement brûlée.

Il était clair que le sort de Cabsol manquait cruellement de puissance de feu face à la taille écrasante du mamono.

« Aaaaaahh !! » Voyant que son sort n’avait aucun effet, Cabsol tomba en panique, titubant et tombant sur ses fesses. Son AAR lui avait glissé de la main, et il s’était couvert la tête avec sa main maintenant libre, tremblant.

Tesfia fixa aussi le mamono avec un visage pâle. Les seules attaques qu’elle avait pu utiliser tout de suite étaient au même niveau que celles de Cabsol. Son épée de glace était plus forte, mais ça ne changerait pas grand-chose contre cette peau. Cependant, elle n’aurait pas la chance de l’utiliser, en raison du temps qu’il lui fallait pour l’invoquer. L’araignée était étonnamment agile pour sa taille. Il ne serait pas étrange qu’elle attaque si elle sentait qu’un sort allait être jeté.

Cependant…

Tous les élèves avaient compris qu’il s’agissait d’un véritable désespoir. « C’est fini… » Leurs larmes de peur étaient la preuve qu’ils avaient perdu la volonté de lutter. Devant les portes de l’enfer qui s’ouvraient devant eux, tout le monde s’était écroulé à genoux, écoutant les cris de joie des mamonos.

« Pas encore, on a encore une chance. N’abandonnez pas ! » Les mots d’encouragement de Tesfia étaient très faibles. Elle savait à quel point la situation était désespérée, de sorte qu’il n’y avait aucun pouvoir derrière ses paroles.

« Mais… comment ? » demandèrent les étudiants, comme si on reprochait à Tesfia d’avoir dit quelque chose d’aussi irresponsable.

Tesfia s’était mordu la lèvre pâle. Bien sûr, elle n’avait pas de plan en tête. Vaincre un mamono de classe B était impossible pour eux. C’était clair d’après le niveau des sorts qu’ils pouvaient utiliser.

Mais Tesfia ne pouvait pas perdre espoir. Elle ne pensait pas pouvoir être pardonnée pour ça. « Je ne sais pas… mais si on abandonne ici, on va mourir ! »

Comme pour ridiculiser leur angoisse, les mamonos s’approchèrent peu à peu d’eux. La pression écrasante de ces prédateurs les avait empêchés de penser clairement.

Il n’y avait pas de temps à perdre. La seule chose qu’elle pensait, c’est qu’on ne peut pas abandonner.

Je sais !! Tesfia se souvint de quelque chose et se précipita à Cabsol. Elle fouilla de force dans ses poches, sentant les yeux composés du mamono la regarder fixement dans le dos.

Pour l’instant, tout ce qu’elle pouvait faire, c’était de s’accrocher au souvenir de ce que la directrice avait dit au début de la leçon parascolaire — que les superviseurs étaient équipés d’un signal d’urgence.

« Le voilà !! » L’appareil était un hémisphère qui tenait dans la paume de sa main. Se rappelant ce que le manuel disait qu’elle avait lu à l’avance, elle avait versé tout le mana qu’elle pouvait dans le bijou finement taillé.

En un instant, il s’était mis à clignoter en blanc. Ensuite, Tesfia avait senti une sorte de vague de mana remplir leur environnement.

C’est vrai, avec ça, l’aide viendra… probablement. « L’aide est en route, donc d’ici là… »

Cependant, personne n’avait écouté ce qu’elle avait à dire. La raison en était claire pour tous. Ils n’auraient pas le temps. Personne n’allait les atteindre. Ils étaient à l’extérieur de la zone d’opération, et loin du quartier général.

Il n’y avait aucun moyen de tenir à distance les mamonos jusqu’à ce que le signal atteigne le quartier général, et que des renforts puissent être envoyés. Ils étaient toujours dans une situation désespérée. Tous les élèves, à l’exception de Tesfia, avaient cédé à leur peur, abandonnant même le symbole d’un magicien, leurs AAR.

Ils avaient perdu la volonté de se battre et détournaient le regard de la réalité.

Ils avaient cédé au monde.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre. Surestimer et sous-estimer conduit à la perte.

Laisser un commentaire