Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 2 – Chapitre 6 – Partie 3

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 6 : Monde extérieur

Partie 3

Alus avait tiré sur la chaîne de son AAR quand il avait coupé les communications.

Autour de lui se trouvaient les restes du mamono qu’il avait tué il y a quelques instants, sous la forme de cendres grises.

Avant de se rendre sur les lieux, il avait d’abord fermé les yeux et élargi sa vision. Utilisant la magie de la distorsion spatiale, il avait cherché n’importe quel mamono puissant dans un rayon de 1 km.

Alus avait pu projeter une carte de la région dans son cerveau. Grâce à cela, il avait pu se faire une idée claire de la taille et de la forme d’un mamono, mais bien sûr, cela avait aussi des limites. Strictement parlant, il ne faisait pas la différence entre le mana des mamonos comme le pouvait la capacité de détection de Loki. Par conséquent, il n’avait pas l’information nécessaire pour les classer avec précision.

C’est pourquoi Alus avait dû classer les mamonos en fonction de leur forme, de son expérience et de son instinct. Avec sa grande expérience, ses attentes n’étaient généralement jamais déçues.

Après avoir confirmé qu’il n’y avait pratiquement pas de mamonos autour de lui, il avait ouvert les yeux. « Ce groupe est donc le plus proche. » Confirmant seulement l’emplacement, Alus était rapidement parti à une vitesse extrême. Même les forêts denses du monde extérieur ne pouvaient pas l’obstruer. En fait, il s’était servi des arbres comme prises de pied, s’envolant pratiquement.

Le groupe le plus proche était facilement à 2 km, mais il n’avait pas fallu trois minutes à Alus pour les atteindre.

Mais pour les étudiants, un mystérieux homme masqué s’était soudain présenté devant eux, il était donc naturel qu’ils se méfient de lui.

« Qui diable êtes-vous !? » un étudiant, apparemment le leader, avait haussé la voix. Il avait les cheveux courts et bruns foncés, et il tenait dans sa main une épée décorée et d’apparence coûteuse, son AAR.

« … Je suis des renforts envoyés du quartier général, » répondit Alus.

Alors qu’il était exaspéré par la situation, Alus s’était contenté d’être un simple membre du personnel, se disant que c’était la seule fois qu’il allait le faire.

« Tsk ! Donc, ils ont déjà compris. » Peut-être, sous-estimant Alus comme étant un étudiant plutôt qu’un professeur, le jeune homme avait posé son épée sur son épaule.

« Vous êtes tous actuellement hors de la zone d’opération. Veuillez revenir immédiatement, » déclara Alus.

« Désolé, mon pote. Nous allons partir d’ici. En fait, il n’a jamais été déclaré que nous ne devions pas quitter la région, » déclara l’autre.

Devant cet étalage insolent, Alus lui avait demandé avec méfiance. « Vous êtes un superviseur, n’est-ce pas ? »

« Qu’est-ce qu’il y a ? » Il n’avait pas seulement veillé sur les premières années, il avait eu le culot d’agir comme leur chef.

Alus s’était vite rendu compte du fond du problème à partir de son attitude. Il était fort probable qu’ils ne travaillaient plus dans le cadre de la leçon parascolaire. S’il devait le deviner, c’était le superviseur qui chassait les mamonos, forçant les autres élèves à y aller. Le superviseur, qui était censé soutenir les premières années, prenait plutôt l’initiative et battait les mamonos pour augmenter son propre rang. Il allait à l’encontre du but même de la leçon parascolaire.

C’était probablement le véritable but des camarades de classe supérieure qui se trouvaient dans le bureau de Cisty. Et l’élève devant lui était probablement l’un d’eux.

Les premières années derrière lui semblaient effrayées. L’un des élèves de sexe masculin avait timidement pris la parole. « Monsieur, je pense que nous devrions faire ce qu’il dit… »

« Ferme ta gueule, ne me dis pas quoi faire !! Ne voulez-vous pas, vous aussi, les perdants, augmenter votre rang ? Si vous vous battez pour de vrai comme celui-ci, votre classement sera calculé avec précision. Si vous avez compris, restez derrière moi ! » Le jeune homme se comportait aussi agressivement que n’importe quel voyou de la rue, criant après son groupe.

L’élève qui avait parlé avait tremblé et avait fermé sa gueule.

Pendant ce temps, Alus avait lentement bougé ses épaules. Ce genre d’affirmation pourrait être acceptable pour un magicien dans l’armée — s’il agissait seul, bien sûr. Comme ça, il ne causerait plus d’ennuis à personne s’il se remplissait de suffisance et perdait la vie.

Mais en ce moment, ils étaient au milieu d’une leçon parascolaire éducative. De plus, il forçait les premières années à les suivre, au péril de leur vie.

« Oh… Je vois ce que c’est, » déclara Alus.

« Hein ? … Gah !! »

Saisissant l’épaule du superviseur et le faisant tourner, Alus lui enfonça le coude dans son plexus solaire. Il avait suivi ça d’un coup au cou, l’assommant, puis il l’avait pris par le col de sa veste et l’avait mis sous son bras.

« Il semble que même les superviseurs ne soient pas bons…, » dit Alus, en jetant un coup d’œil autour de lui avant de retourner son visage masqué vers les élèves. « Retournez à l’intérieur de la zone. Vous devriez pouvoir vous rendre au QG si vous allez à l’ouest. »

Le ton d’Alus avait déjà changé par rapport à celui quand il avait commencé à parler. Les élèves semblaient tous abasourdis, mais ils hochèrent rapidement la tête, un à la fois.

« Merci beaucoup. Merci beaucoup. »

« J’emmène cet idiot. Suivez-moi et vous ne rencontrerez pas de mamonos, » déclara Alus.

« Compris ! »

Ne prenant pas la peine de répondre aux étudiants de première année, Alus s’était dirigé tout droit vers l’ouest.

Il avait instantanément éliminé tous les mamonos tout en portant le superviseur inconscient. Le mana jaillissait de son AAR, couvrant la lame et l’aiguisant.

Ils n’étaient qu’à quelques centaines de mètres de la zone d’opération. Il lui avait fallu moins d’une minute pour l’atteindre.

Une équipe de renfort était prête à intervenir. Se méfiant de l’homme masqué, les deux hommes avaient préparé leurs AAR pour le combat, mais Alus avait levé la main pour les arrêter. Il avait montré du doigt le corps inconscient de l’ancien superviseur, ce qui leur avait permis d’avoir une compréhension générale de la situation.

« Un groupe de première année devrait arriver d’ici quelques minutes. Je vais aux prochains, alors ramenez ce type au QG. S’il vous cause des problèmes, vous pouvez le jeter dans un buisson ou quelque chose comme ça. »

« Quoi — ! »

Leurs yeux s’ouvrirent à grand renfort de surprise, mais Alus avait pensé à le faire lui-même à plusieurs reprises en cours de route. Il marmonna ensuite dans son Consesseur. « Le problème avec le Groupe 46 a été résolu. Comme je le pensais, c’était le superviseur. »

« Je vois…, » déclara Loki.

« Loki, choisis quelqu’un parmi les renforts pour être leur nouveau superviseur, » ordonna Alus.

« Je comprends… cependant, nous avons perdu le contact avec plusieurs des renforts, » répondit Loki.

« Tsk, c’est vrai. Ils ont toujours besoin d’un superviseur, alors il va falloir qu’on s’y fasse » déclara Alus.

« Certainement, » répondit Loki.

Au bout d’un certain temps, Alus avait renvoyé quatre groupes et en avait renvoyé deux autres de force. Une situation similaire s’était produite dans tous les cas, où le camarade de classe supérieure avait pris le contrôle du groupe.

Une fois qu’il s’était occupé de certains d’entre eux, Alus en avait eu assez d’entendre leurs excuses et il les avait assommés tout de suite. Il avait même sérieusement envisagé de les signaler comme disparus au combat et de les laisser dans le monde extérieur.

Enfin, beaucoup de temps s’était écoulé après midi, la leçon parascolaire devait se terminer bientôt.

Une fois l’heure venue, les élèves retournaient au point de départ ou se rassemblaient au quartier général. Après cela, ceux qui s’étaient portés volontaires pouvaient rester de la sixième période jusqu’au soir et continuer la leçon.

À cause des idiots et de leurs actions irréfléchies, la leçon avait été un peu turbulente, mais la procédure elle-même ne serait pas changée.

Alus courait à travers le monde extérieur après avoir reçu un rapport, se dirigeant vers ce qui était probablement le dernier groupe hors de contrôle. Après s’être dirigés directement hors de la région, ils avançaient de plus en plus profondément dans le monde extérieur à une vitesse considérable.

Ils étaient déjà assez loin de la zone qu’Alus et Loki avaient nettoyée de mamonos tôt ce matin-là. Les mamonos de classe A n’étaient probablement pas là, mais les mamonos de classe B et C plus difficiles à détecter auraient pu s’y faufiler.

« Le groupe 11 demande des renforts, » déclara Loki.

« Je suis déjà en route. » Ils avaient déjà dû rencontrer un mamono et ils étaient dépassés. Alus en avait assez, pensant « voilà ce que vous obtenez », mais une mission était une mission. Il avait pris encore plus de vitesse. Le visage sous son masque atteignait la limite de ce qu’il pouvait supporter. Il avait l’impression que même le fait de prendre la peine de faire une expression était un gaspillage d’efforts.

Contrairement à son esprit déprimé, la robe en fibre anti-magique voltigeait dans le vent alors qu’il avançait à toute allure.

À cette vitesse, il transforma les petits mamonos qui apparaissaient de temps en temps en poussière.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire