Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 2 – Chapitre 5 – Partie 6

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 5 : La tempête commence

Partie 6

Les élèves étaient actuellement rassemblés au point de départ, un espace dégagé juste en face de la barrière.

Alors qu’ils étaient à peine à portée de la barrière, quelques pas de plus, et ils passeraient à travers elle dans le monde extérieur. Ils étaient à la ligne de démarcation.

La leçon parascolaire avait été planifiée pour les trois groupes de classe de l’année scolaire, la première année étant aujourd’hui, la deuxième année demain et la troisième année le jour suivant. Ils partiraient tous d’ici.

Parmi eux se trouvait la directrice Cisty, qui signalait le départ.

La plupart des élèves se préparaient au combat. Ils portaient l’uniforme de l’Institut ou des tenues d’entraînement, et certains portaient même des tenues d’entraînement sous leur uniforme.

Quant à Tesfia et Alice, elles portaient leur uniforme comme d’habitude. Elles étaient déjà réunies avec leurs groupes et on pouvait les voir en train de discuter ou de faire des confirmations finales.

Le groupe de Tesfia se composait d’elle-même, de deux à cinq chiffres et de deux à six chiffres, et de Cabsol Denvel, la troisième année à quatre chiffres. Il était le fils aîné d’une famille distinguée, et son sens de la rivalité s’était exacerbé contre Tesfia au point qu’il s’était souvent ingéré dans leurs discussions et leurs plans. La raison pour laquelle le groupe de Tesfia avait pris beaucoup plus de temps que les autres était en grande partie due à lui.

Quant au groupe d’Alice, il y avait quatre autres à cinq chiffres. Bien qu’ils aient été à cinq chiffres dans la gamme 60000-70000, ils étaient toujours meilleurs que les membres du groupe Tesfia. Bien sûr, quand il s’agissait de se battre, il n’y avait pas beaucoup de différence entre les classements à cinq chiffres, mais leur dire que maintenant, c’était inutile…

Ils en feraient l’expérience de première main.

De plus, l’étudiante de deuxième année Fokmil était la superviseure du groupe d’Alice. Bien qu’elle soit plus âgée qu’Alice, leurs rangs étaient semblables, Alice trouvait donc facile d’être détendue proche d’elle. Non seulement elles étaient du même sexe, mais Senniat était douée pour s’occuper des autres, de sorte que les premières années l’admiraient.

« La leçon parascolaire va maintenant commencer, » les élèves s’étaient tous tournés vers la directrice. « S’il se passe quelque chose, des renforts viendront en courant. Les superviseurs ont également été équipés de dispositifs d’urgence, alors n’hésitez pas à montrer les résultats de votre entraînement quotidien. »

La directrice Cisty ne leur avait pas fait un discours fastidieux. Il s’agissait donc d’un discours très court, mais les étudiants avaient déjà entendu tous les éléments essentiels auparavant.

Enfin, la directrice avait fait retentir un signal sonore pour signaler le début de la leçon parascolaire, et les élèves avaient franchi la barrière.

Mais alors, ils s’étaient arrêtés.

Leur première impression du monde extérieur pourrait se résumer dans le mot « étourdissant ». Pour la grande majorité d’entre eux, c’était la première fois qu’ils voyaient le monde extérieur.

Devant eux, c’était un paysage magique et grandiose à une échelle qu’ils n’avaient jamais vu à l’intérieur. Le souffle d’air frais saisissant de mère Nature, scintillait comme seules la lumière du soleil, les couleurs chaudes, les sensations et l’humidité du vent constant, et la plupart des odeurs variées qui avaient rempli le monde. Les élèves avaient senti que leurs cinq sens étaient stimulés.

En fait, peut-être à cause de l’impact, aucun des étudiants n’avait bougé tout de suite.

Il en était de même pour Tesfia et Alice.

« … Incroyable ! »

« Magnifique ! »

Elles étaient si ravies de l’expérience qu’elles ne pouvaient s’exprimer qu’avec des mots aussi généraux. Peut-être qu’il n’y avait pas de mots pour décrire avec précision ce qu’elles ressentaient.

Il y avait une abondance de verdure, pas un seul bâtiment moderne ne se trouvait à perte de vue.

Ce qui avait le plus bouleversé Tesfia et Alice, c’était les grands arbres. Contrairement aux forêts à l’intérieur de la barrière, qui semblaient quelque peu artificielles, celles qui poussaient en liberté dans la nature avaient un attrait majestueux chez eux.

Même les superviseurs de classe supérieure n’étaient pas à l’abri de ce paysage impressionnant, car leurs yeux s’ouvraient en grand. Ils avaient probablement eu l’impression d’avoir été envoyés dans un monde qui ne leur était pas familier.

Pour ramener les plus de 400 élèves à la raison, Felinella avait applaudi avec force une fois. Étant l’une des très rares étudiantes ayant une expérience du monde extérieur, elle y participait en tant que superviseure. « Si vous êtes tous groupés, vous ferez de bonnes cibles pour les mamonos. »

Il était clair d’après son ton qu’elle ne les menaçait qu’à moitié, mais c’était suffisant pour ramener les élèves à la réalité.

Tout le monde s’était rapidement regroupé et s’était répandu dans toutes les directions. Leur but était le quartier général qui avait été mis en place dans le monde extérieur.

Bien qu’ils avaient tous un itinéraire préétabli qu’ils devaient suivre, leur priorité n’était pas d’éviter les rencontres avec les mamonos. Après tout, la lutte contre les mamonos était le but de la leçon. En tant que tels, ils avaient peu de contraintes quant à l’endroit où ils pouvaient aller, et bien qu’il n’y avait aucune raison de s’aventurer plus profondément, la curiosité prenait le dessus sur eux à mesure qu’ils avançaient plus loin.

L’exercice ne faisait que commencer, mais Tesfia pouvait entendre des groupes en avant qui étaient déjà engagés dans des escarmouches contre des mamonos. Tout en écoutant l’agitation lointaine, Tesfia s’était préparée et s’était avancée.

Le superviseur Cabsol l’avait suivie, ce qui avait provoqué le déplacement du reste du groupe.

Mais comme il n’y avait pas de routes dans le monde extérieur, ils avançaient étonnamment lentement.

Quelque temps après qu’ils aient commencé à marcher — .

Arrêtez.

Comme ils l’avaient décidé à l’avance, Tesfia en tête avait levé la main gauche pour signaler un arrêt. Au même moment, elle leva le doigt vers sa bouche pour faire savoir aux autres élèves de se taire.

Elle entendit le bruit du bruissement des branches d’arbres. Alors qu’elle abaissait sa posture et jetait un coup d’œil de derrière un arbre — .

« … !! »

Soudain, quelque chose était tombé d’en haut.

Et un truc noir était apparu dans le coin de son œil. Il avait la carrure d’un enfant humain, mais ses mains étaient anormalement longues et ses poings légèrement serrés atteignaient jusqu’au sol.

Pendant ce temps, ses pattes étaient anormalement courtes et sa queue était aussi épaisse qu’un bras humain, enroulée en spirale.

Bref, il avait une apparence très disgracieuse et bizarre. Compte tenu de son centre d’équilibre, il n’y avait aucun moyen de se précipiter sur le sol. De plus, son corps sombre et ses yeux d’un rouge rubis ne faisaient que le rendre plus étrange pour Tesfia et les autres.

Avec cette coloration inhabituelle et ce physique étrange, c’était sans aucun doute un mamono.

Après avoir été un moment décontenancée, Tesfia était revenue à la raison et avait parcouru frénétiquement ses souvenirs des caractéristiques des mamonos qu’elle avait apprises en classe. Et lorsqu’elle s’était finalement rappelé les caractéristiques de l’apparition, elle en avait été convaincue.

Confirmant qu’il n’y avait pas d’autres mamonos dans le coin, Tesfia chuchota à son groupe derrière elle. « C’est probablement un seul Belam de Rang F. Tenons-nous en au plan pour le contourner et l’éliminer. »

Un Belam était l’un des premiers mamonos introduits en classe, et c’était un bon exemple d’une classe F. Il ressemblait beaucoup à un singe, mais il possédait l’allure d’un vieillard rabougri avec un dos tordu. Leur espèce préférait s’entasser dans les arbres, et on les trouvait souvent près de la barrière.

Les membres du groupe hochèrent la tête, montrant qu’ils étaient sur la même longueur d’onde que Tesfia. Pendant que Cabsol regardait en silence, Tesfia utilisait ses mains pour diriger chaque élève vers sa position. Après cela, elle retint son souffle et s’approchait silencieusement de sa cible.

Ne connaissant pas le monde extérieur, des branches tranchantes lui grattaient les jambes, mais elle n’en avait pas l’habitude. Son cœur battait à toute allure.

Tesfia fixa les yeux sur sa cible pour que sa concentration ne s’arrête pas un seul instant, tandis qu’elle avançait lentement.

D’après les conférences, les Belams n’étaient pas souvent descendus au niveau du sol, mais il y avait peut-être des exceptions à tout. Son apparence sur le sol ne semblait pas naturelle.

Elle s’avança, tout en observant attentivement… mais soudain les épaules du Belam se mirent à trembler, et il commença à regarder autour de lui.

M’a-t-il senti ? Mais il n’avait pas l’air d’essayer de s’enfuir…

Peu de temps après, Tesfia s’était mise à porter et avait regardé autour d’elle pour confirmer que les autres membres étaient en position.

Enfin, de derrière un arbre, elle avait jeté un coup d’œil à sa cible.

C’est là que c’était arrivé.

« … ! ! »

La fourrure noire du mamono s’était tendue. Il tourna la tête de 180 degrés, et une expression étrange et étrangement humaine, semblable à un sourire, apparut sur son visage. Il s’ensuivit par un hurlement bas, arrêtant son regard sur un endroit derrière lui. Sa bouche s’ouvrit largement, révélant de petits crocs à l’intérieur.

Il regardait l’une des étudiantes qui se tenaient derrière lui.

« Il nous a vus !! »

Ils avaient perdu l’élément de surprise.

Alors qu’elle fit entendre sa voix, Tesfia avait enfoncé son katana dans le sol. Le mana était passé à travers la lame, faisant briller la formule magique. C’était un exploit rendu possible grâce à des préparatifs anticipés.

En enfonçant sa lame dans le sol, la glace avait commencé à se répandre à la surface. Elle traçait une ligne étroite, se dirigeant droit vers le Belam et formant un chemin de glace dans son sillage.

Alors qu’il avait remarqué l’étudiante, le Belam n’avait pas vu Tesfia, et il avait pris son attaque de plein fouet. Avant que le mamono ne puisse sauter sur l’étudiante, ses pattes étaient gelées et logées dans le sol.

La magie de Tesfia continuait à geler jusqu’à la taille du mamono. « — !! … Attaquez ! » cria-t-elle.

Elle hésita un instant, car son sort avait été plus puissant qu’elle ne le pensait. Leur intention était de geler le bas des pieds du mamono et d’utiliser cette ouverture pour attaquer, mais en réalité, le sort avait gelé tout le bas du corps du Belam, le laissant incapable de bouger.

Bien que l’attaque initiale ait été plus efficace que prévu, les attaques s’étaient poursuivies comme prévu, Tesfia ayant arrêté le mamono et les autres membres ayant lancé une attaque générale.

Cependant, comme le seul sort d’attaque de certains membres était de premier rang, Flèche, et il y avait une limite aux dégâts qu’ils pouvaient faire. C’est pourquoi leur plan d’action fondamental était d’attaquer physiquement avec leurs AAR.

Mais malgré l’incapacité du mamono à se déplacer, aucune des attaques des étudiants n’avait pu l’achever. La raison en était qu’ils n’étaient pas habitués à tuer, même si leur adversaire était un mamono. Ils n’étaient pas complètement résolus à devenir magiciens et étaient timides. Il semblait que leur première tâche, un rite de passage, était un obstacle de taille pour ces magiciens novices.

Mais au bout d’un certain temps, ils s’étaient rendu compte de la situation dans laquelle ils se trouvaient.

Tuer ou être tué.

Finalement, l’attaque de quelqu’un avait frappé la tête du mamono, l’amenant à lancer un cri de mort bizarre.

Quelqu’un d’autre avait suivi avec une autre attaque à la tête. Au même moment, la glace de Tesfia avait fondu et le Belam s’était effondré au sol, complètement immobile.

Après avoir neutralisé leur adversaire, tout le monde avait poussé des soupirs de soulagement comme pour dire : « En voilà un ».

Cependant, il était trop tôt pour baisser leur garde. Après que le groupe se soit tourné vers Tesfia, le Belam qu’ils croyaient inconscient s’était lentement levé.

« — ! »

Tesfia avait commencé à fuir avant même d’avoir compris le danger. Soulevant son katana en hauteur, elle l’avait fait basculer à travers le corps du mamono avant qu’il ne puisse finir debout, le coupant en deux. « Ne baissez pas votre garde ! »

Un instant après que la lame de Tesfia ait détruit le noyau du mamono, son corps s’était effondré.

L’entraînement d’Alus l’avait aidée. Sans ça, elle n’aurait pas su à quel point les Belams étaient robustes, et aurait invité une situation indésirable à cause de sa première victoire.

Des mots de gratitude, « Tu nous as sauvés » et « Merci » étaient venus des autres membres du groupe, une fois passée la sensation des frissons froids qui coulaient le long de leur colonne vertébrale.

« Je suis désolé, Mlle Tesfia. » L’étudiante qui avait été derrière le Belam s’était excusée auprès de Tesfia avec des yeux baissés. Elle se sentait responsable de se faire remarquer et de créer une situation dangereuse.

« Ne laisse ça pas t’atteindre. Il se peut qu’il ait simplement remarqué l’un des autres groupes qui se battent, ou l’odeur du sang de sa famille. » On entendait encore les faibles bruits du combat à proximité. Des batailles similaires se déroulaient probablement ici et là.

« Mais quand même, tu es incroyable. Le vaincre en un seul coup ! »

« Eh bien, oui… merci. » Les remerciements de Tesfia s’adressaient aussi à quelqu’un qui n’était pas présent. Ce qui s’était passé tout à l’heure était sans doute dû aux résultats de l’entraînement sous sa direction. Avec ce seul sort de glace, elle pouvait sentir que la puissance et l’effet de ses sorts étaient clairement différents de ce qu’ils étaient lorsqu’elle s’était inscrite pour la première fois à l’Institut.

« Eh bien, c’était clairement juste un mamono de classe F. Vous auriez probablement eu plus de mal contre une classe E, mais bon travail. »

Apparemment caché pendant la bataille, Cabsol réapparut finalement, donnant à Tesfia des mots vides d’éloges avec un sourire audacieux. Son ton de voix était sarcastique, la ridiculisant.

« Merci, » déclara Tesfia en lui donnant une réponse claire.

« Mais il faudrait que vous soyez capable de les tuer d’un seul coup quand ils sont gelés. Essayez d’être plus diligents, » dit Cabsol avec condescendance.

Il semble qu’il essayait de montrer à quel point les premières années, y compris Tesfia, étaient immatures par leur incapacité à achever le Belam lors de la première attaque. Cependant, ils avaient décidé d’attaquer de très près après l’avoir gelé avec de la magie parce que les attaques à distance manquaient de certitude. En d’autres termes, ce plan avait été conçu en tenant compte de leur inexpérience, mais Cabsol ne semblait pas comprendre cela.

Ou peut-être qu’il l’avait dit alors même s’il le savait.

« Merci pour vos conseils. » Afin de supporter son arrogance et l’inconfort qui en résultait, Tesfia avait choisi de dire à Cabsol ce qu’il voulait entendre.

L’instant d’après, elle l’avait complètement oublié. Son esprit était déjà concentré sur autre chose.

Je l’ai fait… Je l’ai fait !

Tesfia ferma les yeux, plaçant sa main au-dessus de son cœur en ébullition et respirant profondément l’air du monde extérieur. Elle avait réussi à tuer son premier mamono. Elle sentait un sentiment d’accomplissement ainsi que son excitation… elle avait éliminé ce qu’Alus appelait la condition minimale pour être convenable en tant que magicien.

C’était la première étape… Tesfia avait connu un petit bonheur à l’insu de tous.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire