Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 2 – Chapitre 5 – Partie 5

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 5 : La tempête commence

Partie 5

Peu de temps s’était écoulé avant qu’Alus et Loki ne retournent dans leurs quartiers. Ils n’avaient même pas passé une heure dans le bureau de la directrice.

Pour cet exercice, quelques enseignants resteraient ici. Leur rôle principal serait la surveillance. Ils détecteraient les mamonos en dehors de la portée de détection de 1 km de Loki.

Loki avait aussi la tâche de commander les renforts, et le fait qu’elle était une guetteuse s’était déjà répandu parmi les enseignants. Avec son classement à trois chiffres, personne ne s’était opposé à son rôle.

De plus, les enseignants auraient un accès temporaire au système de surveillance de l’armée, qu’ils pourraient utiliser pour se faire une idée générale de la situation.

Cependant, alors que les détecteurs pouvaient identifier des mamonos de haut niveau, ils n’étaient pas adaptés pour localiser les plus faibles d’entre eux. Il ne s’agissait en fin de compte que d’une tactique dans le pire des cas, et afin de garder une trace de l’emplacement des élèves, il y avait un dispositif de signalisation d’urgence avec une puce de localisation à l’intérieur.

D’ailleurs, la détection de mamonos de classe inférieure avait dû être abandonnée en raison de la sensibilité de la magie de détection qui fonctionnait sur les détecteurs. Et en tout cas, la barrière projetée par Babel devrait en premier lieu empêcher les monstres de bas rang de s’approcher.

Afin d’être prêts pour demain, Alus et Loki s’étaient couchés plus tôt que d’habitude. C’était l’heure de se coucher tôt, mais c’était fondamentalement à leur rythme habituel.

Les préparatifs étaient terminés. Ils étaient convaincus que même la leçon extrascolaire de demain ne serait qu’une autre journée paisible en fermant les yeux.

À part le fait de ne pas avoir de temps pour ses recherches demain, Alus n’avait plus rien à craindre. Pour lui, même un accident ne ferait qu’ajouter du piquant à sa routine habituelle.

Contrairement à ces deux-là, cependant… la plupart des étudiants étaient loin de faire de beaux rêves. Au mieux, ils auraient un sommeil peu profond avec l’anxiété comme oreiller.

C’était aussi vrai pour Tesfia et Alice. Preuve en est qu’elles parlaient de ce sujet en ce moment même.

« Faisons de notre mieux demain, » déclara Tesfia, pour la énième fois. La plupart des gens seraient capables de dire qu’elle essayait juste de faire preuve de courage. Allongées sur leur lit, elles s’étaient encouragées mutuellement.

« Toi aussi, Fia. Assure-toi de les finir. Et si tu en affrontes plus d’un, songe à te séparer et à battre en retraite temporairement, » déclara Alice.

« Je sais, je sais. Prends soin de toi aussi, Alice, » déclara Tesfia.

Même dans l’obscurité faible, les deux filles se souriaient avec un peu de force.

Cependant, Alice avait quelque chose en tête qui l’empêchait de somnoler. Elle s’inquiétait pour sa meilleure amie.

Le groupe de Tesfia avait beaucoup d’éléments incertains. Afin d’obtenir une moyenne décente, le groupe qui comprenait le meilleur classement de la première année avait été équilibré avec des camarades de classe ayant des classements inférieurs. Il en va de même pour le groupe d’Alice, et comme son supérieur hiérarchique n’était pas beaucoup plus haut que Tesfia, le groupe d’Alice manquait de puissance au combat.

Cependant, son groupe n’était pas aussi instable que celui de Tesfia. La raison en était le superviseur.

Tesfia avait un superviseur de classe supérieure du même rang qu’elle, mais celui-ci n’avait pas une bonne réputation à l’Institut. Il s’appelait Cabsol Denvel, en troisième année. Il était très fier de sa noble lignée et méprisait ses camarades de classe. Le fait qu’il ait complètement ignoré les opinions de Tesfia, bien qu’il n’ait qu’un rang légèrement supérieur au sien, étaient un autre sujet de préoccupation.

Je me demande si elle ira bien, pensa Alice en regardant Tesfia d’un air inquiet.

« Quand tu tues un mamono, assure-toi de t’éloigner de lui tout de suite, » déclara Tesfia, se référant au fait que les mamonos réagissaient au sang de leur propre espèce.

Elle se comportait comme si elle était la sœur aînée d’Alice, mais Alice avait suivi son conseil avec obéissance, en répondant. « Oui. Nous devons aussi nous assurer d’identifier le noyau. »

Les deux filles se hochèrent la tête l’une vers l’autre, alors qu’elles reconfirmaient les sujets qu’elles avaient examinés à maintes reprises.

Quand il s’agissait d’exterminer les mamonos, c’était une pratique courante chez les magiciens de ne jamais baisser la garde jusqu’à ce que le noyau d’un mamono soit détruit, bien qu’il y ait des différences entre les espèces. Comme il y avait des monstres qui avaient des capacités de régénération exceptionnelles, il n’était pas fiable de juger leur force restante par leur apparence.

Peu importe à quel point elles avaient passé en revue les théories, c’était quand même un fait qu’elles n’avaient jamais rencontré un vrai mamono, quelque chose qui pesait lourd sur Alice. Il y avait aussi les inquiétudes qu’elle avait au sujet du groupe de Tesfia.

Voulant croire qu’elle ne s’inquiétait de rien, Alice avait parlé avec une expression joyeuse sur son visage. « Ce n’est pas grave. Al a dit qu’il aiderait s’il arrivait quelque chose. »

« … Vraiment ? Oh, je vois… Je suis sûre qu’il n’aura pas à faire une apparition ! » dit Tesfia avec bravade. Mais elle ne semblait plus aussi anxieuse qu’avant.

Bien sûr, si Alice le faisait remarquer, elle le nierait immédiatement. Ayant toujours été à ses côtés, Alice pouvait voir le changement chez Tesfia en raison de sa confiance en ce garçon. Tu n’es pas honnête, pensa Alice en souriant. « C’est vrai. Nous nous sommes entraînées pour cette occasion, après tout. »

« Oui. Je suis sûre que ce sera facile. C’est un chemin que tout magicien doit suivre ! » déclara Tesfia.

En entendant la puissante déclaration de sa meilleure amie, Alice avait souri une fois de plus.

Voyant cela, Tesfia avait aussi fait un grand sourire.

Elles ne prenaient pas la leçon à la légère parce qu’elle faisait partie du programme d’études. Si elles disaient qu’elles n’avaient pas peur de leur première leçon parascolaire, ce serait un mensonge.

Mais elles avaient été entraînées par le plus grand magicien…

Cette vérité enveloppa leur cœur d’un soulagement passager et empêcha la peur rampante et inconnue de les atteindre.

***

Il était encore trop tôt pour appeler cela le matin.

Alus et Loki avaient ouvert les yeux presque en même temps. Pour ces deux-là, un réveil n’était pas nécessaire.

Après s’être levés du lit, ils s’étaient rapidement mis en route, n’échangeant aucun mot jusqu’à ce qu’ils aient terminé leurs préparatifs.

« Qu’est-ce qu’on prend au petit-déjeuner ? » demanda-t-il.

« Cela sera quelque chose de simple. Désolée, » répondit Loki.

Loki l’avait regardé comme s’il était beaucoup trop tard pour cela, et s’était déplacé dans la cuisine. Préparer la nourriture était déjà son travail. C’est quelque chose qu’elle avait fait parce qu’elle le voulait. Alus n’avait aucun souvenir d’avoir discuté de la répartition des tâches.

Il avait jeté un coup d’œil par la fenêtre. Bien qu’il ne pouvait pas dire le temps qu’il faisait dans le monde extérieur depuis l’intérieur de la barrière, il avait l’impression que la journée serait claire aujourd’hui. La raison pour laquelle il se sentait ainsi était peut-être parce qu’il se sentait bien maintenant que le soleil commençait enfin à se lever.

Au bout d’un certain temps, ils avaient pris un petit-déjeuner simple, mais malgré tout, il était bien équilibré et les valeurs nutritives avaient été prises en compte.

Une fois le petit-déjeuner terminé et la pause thé terminée, Alus avait ramassé sa robe qui était sur un cintre et l’avait mis en place. « Allons-y. »

« Oui !! » La voix vive de Loki lui répondit.

Sa robe voltigeait au petit matin alors qu’il ouvrait la porte, et les deux individus quittèrent le laboratoire.

Ce masque flippant était déjà placé sur son visage. Alus n’était pas très enthousiaste, mais il savait que c’était nécessaire.

Contrairement à Alus, Loki n’avait aucune raison de cacher son identité et portait son uniforme habituel. Bien qu’il n’était pas clair si elle devait prendre part au combat, elle pourrait quand même utiliser cet uniforme modifié si cela se produisait. Elle ne devrait pas avoir de problèmes, puisque les élèves pouvaient se procurer et porter l’uniforme de combat.

Bien sûr, les uniformes de l’Institut fonctionnaient assez bien à cette fin. Le matériau utilisé était exceptionnel. Il n’interférait pas avec la conduction du mana du porteur, mais résistait au mana étranger. Ne pas l’utiliser serait un gaspillage.

Il n’y avait pas d’étudiants visibles à la sortie du bâtiment de recherche. C’était probablement parce qu’il était si tôt. Mais on pouvait voir de loin des lumières dans le bâtiment principal où se trouvaient les enseignants. Il semblait qu’ils travaillaient dur pour se préparer.

Il était un peu plus de 4 heures. La leçon parascolaire devait commencer à 9 h. Compte tenu du temps nécessaire à la préparation, il n’y aurait aucun problème si le personnel de soutien se trouvait à l’endroit désigné dans le monde extérieur juste avant 7 heures.

Soit dit en passant, les deux individus étaient, pour une raison ou une autre, sur le toit du bâtiment de recherche.

« J’irai au Q.G. pour m’échauffer. Et toi, Loki ? » demanda Alus.

« Je vais t’accompagner, » déclara Loki.

Alus avait dit en plaisantant. « Ne te laisse pas distancer » et avait bondi depuis le toit.

Loki ne pouvait pas dire quelle était son expression derrière le masque, mais elle était sûre que les bords de ses lèvres étaient levés comme ils l’étaient habituellement quand il plaisantait.

Peu de temps après, les deux individus s’étaient retrouvés à la barrière la plus proche d’eux. Ce n’était pas quelque chose qu’un magicien pouvait faire facilement.

Alus respirait parfaitement normalement, comme si tous ces mouvements à grande vitesse n’étaient qu’un échauffement. Loki gardait sa respiration en rythme, et son corps était juste un peu plus chaud que d’habitude.

Il y avait des professeurs chargés de surveiller les groupes d’élèves ici et là en cours de route, mais avec Alus qui avançait si vite, personne n’avait aperçu son visage masqué. Certains semblaient remarquer l’uniforme de Loki, mais le temps qu’ils revérifient, elle était déjà loin.

Les deux soldats avaient ensuite lentement franchi la barrière créée par le mana émis par Babel.

Au fur et à mesure qu’ils passaient à travers, ils sentaient le mana caractéristique de la barrière qui stimulait leur corps. Mais Alus et Loki étaient dans l’armée depuis longtemps et y étaient habitués.

À l’instant suivant, le paysage changea, comme s’ils avaient fait un pas dans un autre monde. Même la couleur du ciel avait changé.

Alus avait pris une grande respiration. « Cet endroit est vraiment génial. »

Comme prévu, il n’y avait pas de nuages dans le ciel du monde extérieur, et le soleil sublime se montrait par-dessus les crêtes montagneuses lointaines. L’air clair qui remplissait les poumons d’Alus était aussi rafraîchissant que d’habitude.

En l’entendant dire cela, l’expression de Loki s’était calmée en un sourire. « Avec ce temps, il ne devrait pas y avoir de problème avec le rayon de détection. »

« Ouais, » déclara Alus

« Que devrions-nous faire ? Actuellement… il y a 23 mamonos dans un rayon de 1 km autour de nous, » déclara Loki

« Pourquoi ne pas aider à réduire le travail des premières forces d’assujettissement ? » demanda Alus.

« Je comprends, » répondit Loki.

Bien sûr, Alus pouvait les détecter aussi, mais il n’allait pas être grossier et le dire.

Lorsque les deux individus arrivèrent à destination après avoir parcouru un long chemin, les enseignants et les renforts se préparaient au quartier général.

Même s’il portait un masque, on pourrait l’identifier s’il était avec Loki. C’est pourquoi Loki avait remis l’appareil qu’elle avait reçu au quartier général et Alus s’était tout de suite mis au travail.

À partir de maintenant, ils se sépareraient.

« Comment est la sensibilité, Sire Alus ? » demanda Loki.

« Pas de problème, » déclara Alus dans la radio à mana attachée à son oreille.

La voix de Loki, répondant par un « Compris », semblait quelque peu exaltée.

Ce dispositif fonctionnait en envoyant des longueurs d’onde de mana et en les convertissant ensuite en sons. Il employait un cristal avec une fréquence audio unique et s’appelait un consenseur.

« Je suis actuellement à 6 km au nord-est, » déclara Alus.

« Compris. Il n’y a pas de réactions quant à des mamonos de haut niveau dans la zone de détection, » déclara Loki.

« Compris. Je les éliminerai dès que je pourrai les confirmer, » déclara Alus.

« S’il te plaît, fais-le, » déclara Loki.

« Je te laisse ce côté-là, » déclara Alus.

Une courte pause. Alors. « S’il te plaît, laisse-moi m’en occuper. Je ferai de mon mieux, » déclara Loki, d’une voix pleine de détermination.

Sur ce, leurs communications avaient pris fin pour l’instant.

Pour Alus, les mamonos de bas rang n’étaient rien d’autre que des êtres insignifiants.

Mais s’il les blessait négligemment et répandait leur sang, il y avait une chance que d’autres mamonos se rassemblent, même s’il faisait jour, il fallait donc faire attention.

Il avait donc choisi d’abattre les monstres en leur tirant dessus ou en les détruisant complètement. En d’autres termes, détruire tout le corps du mamono. Tout ce travail avait été un échauffement pour Alus.

Les mamonos de classe inférieure avaient tendance à avoir un physique semblable à celui des petits animaux. Bien sûr, il y a eu des exceptions, mais peu d’irrégularités de ce type avaient été signalées ici. Même les plus grands mamonos ici étaient de taille humaine au mieux, ce qui signifiait que détruire les monstres était plus rapide que de traquer leurs noyaux.

C’était un peu violent, mais un magicien du niveau d’Alus ne manquerait jamais de détruire les noyaux des mamonos de basse classe.

C’est ainsi qu’Alus s’était mis au travail pour éliminer les mamonos en se rafraîchissant sur la sensation de pulvériser les noyaux. Leurs noyaux ayant disparu, les mamonos s’étaient effondrés l’un après l’autre, et après qu’il eut franchi les trente morts, il avait reçu un message de Loki.

« Merci pour ton dur labeur. La leçon parascolaire va commencer maintenant, » déclara Loki.

« Compris, » répondit Alus. Il avait déplacé en cercle ses épaules une fois avant de regarder le ciel. Comme on pouvait s’y attendre, cela n’avait pas été suffisant pour lui servir de véritable échauffement. Mais le ciel était aussi clair qu’à l’aube.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire