Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 2 – Chapitre 5 – Partie 4

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 5 : La tempête commence

Partie 4

« Mais nous devrions aussi pouvoir faire quelque chose, Directrice. »

« C’est déjà décidé. On ne peut pas changer ça maintenant, » déclara Cisty.

À la porte de la directrice, entendant des querelles venant de l’intérieur, Alus hésita un moment.

Il allait frapper, mais peu de temps après, il avait reconsidéré la question, avait ouvert la porte sans attendre de réponse et était entré. Cisty l’avait déjà fait assez travailler. Il n’avait plus besoin d’être assez prévenant pour frapper.

En conséquence, il était entré en même temps que la réponse de Cisty. Mais contrairement aux approbations habituelles, cette fois-ci, elle lui avait dit d’attendre à l’extérieur — créant ainsi une situation embarrassante.

Conformément à la coutume, Alus était à blâmer pour cela, alors il avait fait claquer sa langue sur la situation problématique qui se présentait à lui. Il s’était dit qu’il pouvait attendre à l’intérieur de la pièce dans un coin… Ce faisant, il espérait que les invités gênants venus avant lui liraient l’atmosphère et se dépêcheraient de finir leurs affaires, mais cela s’était avéré être un espoir naïf.

Dans le bureau de la directrice se trouvaient la directrice Cisty, lui-même, Loki et cinq autres personnes.

L’élève, qui semblait être le chef du groupe, se tenait un peu à l’avant, face à la directrice de l’autre côté de son bureau.

Les regards jetés sur les intrus qui interrompaient cette discussion étaient pleins de mécontentement.

Sentant que les choses étaient sur le point de devenir un emmerdement, Alus retraça ses pas pour tenter de partir.

« Vous… Qu’est-ce que vous avez à faire avec la directrice ? » dit le chef, avec mépris dans les yeux. Un simple étudiant qui demandait à Alus quelles étaient ses affaires au lieu de celles de la directrice était incroyablement impoli. Mais Cisty ne l’avait pas réprimandé.

Alus répondit carrément. « C’est privé. »

Après ça, Cisty avait parlé. « Pourriez-vous attendre un moment ? » demanda-t-elle, en indiquant le canapé à l’intérieur du bureau. Bref, elle disait que c’était la faute d’Alus d’avoir été impoli, alors il méritait d’être mêlé à ça aussi.

N’ayant pas d’autre choix, Alus hocha la tête et s’assit, Loki suivant son exemple.

Le groupe avait eu une réaction visiblement surprise quand il avait vu Loki. Personne n’était allé jusqu’à élever la voix, mais ils ne s’attendaient pas à ce que la fille ayant le deuxième rang le plus élevé de l’Institut soit avec Alus.

Pour tenter de retrouver l’atmosphère tendue, le leader avait repris le dialogue.

Alus et Loki écoutaient calmement, mais les autres membres du groupe jetaient un coup d’œil à Loki avec des expressions stupéfaites.

Peut-être s’en rendait-il compte, le chef s’était exprimé d’une voix forte. « Directrice, nous voulons que vous nous mettiez dans les renforts. Nous ferons passer tout le monde à travers la leçon parascolaire sans une seule victime ! »

« Comme je l’ai dit d’innombrables fois, il est trop tard pour faire des changements maintenant, » déclara la directrice.

En renfort de leur chef, l’un des quatre autres membres du groupe avait ouvert la bouche. « Avec tout le respect que je vous dois, ce n’est pas seulement l’opinion de nous cinq. Il y a beaucoup d’autres personnes des deuxième et troisième années qui sont d’accord pour dire que cet exercice est trop dur pour les premières années. »

« Il ne devrait pas y avoir de problème avec le fait que vous soyez superviseurs, » déclara Cisty.

L’affirmation du groupe était pertinente en termes d’efficacité. En d’autres termes, plutôt que de travailler indépendamment en tant que superviseurs, ils seraient en mesure de mieux travailler ensemble en tant que groupe de renforts.

Cependant, cela allait à l’encontre du sens de la leçon parascolaire. Si la priorité devait être donnée à l’efficacité tout en permettant aux premières années d’acquérir le strict minimum d’expérience, il serait beaucoup plus sûr qu’Alus agisse contre les mamonos.

« Cette question a déjà été tranchée. » Une pointe de colère s’était mélangée à la voix de Cisty. Son phrasé était strict, et cela avait eu assez d’impact pour faire reculer les élèves pendant un moment. Elle essayait d’éliminer toute leur résistance avec cette seule déclaration, comme pour dire qu’elle était fatiguée de s’occuper des enfants.

… Cependant, le groupe n’avait pas reculé devant leur tentative. Ensuite, ils s’étaient tournés vers Loki assise sur le canapé.

« Mademoiselle Loki. En tant qu’étudiant de première année, il y a quelque chose que j’aimerais vous dire, » déclara le chef du groupe.

Alus était surpris qu’ils connaissent Loki, mais son classement étant ce qu’il était, c’était tout naturel. Elle était déjà une célébrité à l’Institut. Pour preuve, le comportement du groupe envers elle — une étudiante de première année — était très poli. Cela démontrait à quel point les étudiants de haut rang avaient de l’influence et du respect parmi les étudiants de l’Institut. Si Loki était de leur côté, même la directrice ne pourrait pas les ignorer. Leur but était douloureusement évident.

La fille aux cheveux argentés assise à côté d’Alus regarda vers Alus d’un air interrogateur. Et il lui retourna le regard, l’air las, comme pour dire. « Prends-le comme tu veux. »

Après avoir fermé les yeux un moment pour réfléchir, Loki s’était levée avec une expression déterminée. « Je comprends. Cela pourrait certainement être trop dur pour les étudiants de première année. Toutefois, je crois que la directrice a déjà réfléchi à la question et qu’elle a mis en place les mesures appropriées. Cela dit, ce n’est pas comme si votre argument était sans fondement. Alors, pourquoi ne pas commencer par me parler de vos réalisations ? »

« Uh — ! »

C’était une question folle et inattendue, mais pour Loki, confirmer cela était tout naturel. S’ils prétendaient qu’ils seraient capables de faire du bon travail, il était tout à fait raisonnable qu’ils en fassent la preuve. Bien sûr, c’était juste pour traiter avec eux. C’est pourquoi Loki n’avait pas demandé leurs rangs, mais leurs réalisations.

Et même s’ils en avaient, il n’y avait pas moyen qu’ils dépassent celles de Loki, ce qui signifiait qu’elle avait un avantage absolu sur eux.

« Non, mais à l’Institut, on est tous vaincu…, » déclara le chef.

« C’est assez. Merci, » Loki interrompit l’orateur avec exaspération. C’est vrai… c’était assez. Pour commencer, peu importe à quel point ils étaient bons, ils n’étaient encore que des étudiants. Le simple fait qu’ils avaient besoin de s’adresser à « l’Institut » était tout ce que Loki avait besoin d’entendre. « C’est hors de question. Qu’est-ce qui vous fait penser que vous pouvez faire du bon travail quand vous n’avez pas d’expérience ? Vous avez déclaré des choses si étranges. »

« Urk... ! »

Ils faisaient perdre du temps à Alus sans rien pour étayer leurs affirmations. Devant une telle immaturité, Loki décida de ne pas mâcher ses mots. Ses pensées étaient simples et ses yeux froids fixaient son seul but. Après tout, Alus avait encore besoin de confirmer les derniers détails avec la directrice après cela.

Cela avait dû ressembler à de la dérision pour le groupe. Leurs yeux devinrent sombres, mais Loki s’en fichait. « Veuillez prendre congé. » À la suite de ce regard glacial, elle avait exhorté le groupe à partir à la place que cela soit la directrice.

« … Hmph, vous allez le regretter. » Le leader s’était retourné vers la directrice, comme s’il était sur le point de relancer la discussion. « — ! »

… Et la directrice avait répondu en faisant un geste de la main, indiquant la sortie. « C’est une question qui a été décidée hors de mon autorité. Il n’y a rien que l’on puisse faire pour le renverser, » avait-elle dit, en guise de coup de grâce.

« … Excusez-nous. » Sur ce, les étudiants étaient sortis de la pièce avec des expressions haineuses. Alors que le chef fermait la porte, ils fixèrent Alus d’un regard féroce, mais Alus le repoussa comme d’habitude.

« Hahhhh…, » Cisty soupira fortement. Elle s’était penchée sur son bureau avec désinvolture, n’essayant même pas de cacher à quel point elle était épuisée.

Alus lui jeta un coup d’œil de côté en posant sa main sur la tête de Loki. Bien que les choses ne se soient pas passées comme il l’avait imaginé, les résultats avaient été les mêmes — ce groupe ennuyeux était parti — alors c’était sa façon de la féliciter. Recevant un sourire heureux de Loki, il se tourna de nouveau vers Cisty. « Qui étaient-ils ? »

« Deuxième et troisième années, » répondit Cisty.

Bien sûr, ce n’était pas ce qu’Alus voulait entendre, alors il avait reformulé sa question. « Je comprends qu’ils veulent rejoindre les renforts, mais pourquoi ? »

« Pour leur carrière, peut-être ? Vaincre les mamonos augmentera après tout leur rang. Leur grade final, lorsqu’ils obtiendront leur diplôme, influencera leur service militaire, » déclara la directrice.

« Alors, c’est comme ça, » déclara Alus.

C’était quelque chose de difficile à comprendre pour Alus et Loki, qui étaient dans l’armée depuis très jeune. « Mais ça n’a toujours pas de sens. Le rôle des renforts n’est pas de vaincre activement les mamonos. »

« Il semble qu’ils aient mal compris, » déclara Cisty.

« Ils voulaient probablement faire semblant d’être des héros, » déclara Loki.

Si Loki avait raison, c’était une grande entreprise. Alus avait eu l’idée de leur faire recevoir leurs héroïques promotions posthumes dans le monde extérieur. Mais quand il avait entendu ce que la directrice avait dit ensuite, il avait eu la prémonition que les choses allaient devenir problématique.

« Peut-être. La vérité, c’est qu’ils sont tous issus de familles aisées, » déclara la directrice.

« Je vois, » déclara Alus.

Il s’agit de la noblesse, de familles renommées ou établies de longue date. Les gens de ce genre de famille partageaient tous la même obsession pour le grade. On leur avait très probablement enseigné dès leur enfance à acquérir un grade qui n’apporterait pas la honte à leur famille.

Cela expliquait aussi l’attitude arrogante du chef qui avait demandé à Alus ce qu’il faisait ici. Alus ne représentait, en premier abord, pas quelque chose que la noblesse aimait.

C’était un genre de personnes vraiment irritantes… et probablement, ou plutôt certainement, une source d’ennuis pour l’avenir.

Alus n’avait pas parlé de ses prémonitions. Ça ne changerait rien maintenant.

La directrice d’école avait déjà fait approuver leurs suggestions d’amélioration par les hauts gradés, et accepter la suggestion du groupe précédent n’était pas quelque chose d’acceptable. Ils avaient déjà été considérés pour ce poste auparavant, et la conclusion avait été un « non » retentissant.

Si ces superviseurs étaient autorisés à rejoindre les renforts, la charge sur Loki, qui serait chargée de les envoyer, augmenterait au-delà de ce qu’Alus pourrait approuver. Elle serait chargée d’évaluer leurs capacités et d’envoyer jusqu’à 80 groupes de renforts. C’est pourquoi il était plus facile et plus réaliste de faire des ajustements à la volée, sur place.

De plus, s’ils faisaient quelque chose de suspect, la situation ne ferait que devenir plus complexe. Bref, c’était une option inacceptable.

Concluant que toute autre réflexion sur la question était inutile, Alus était passé au sujet principal. « À ce sujet, je commencerai à travailler sur cette question tôt le matin. »

« Oui, s’il vous plaît, » déclara Cisty.

Il faisait référence à la réduction du nombre de mamonos pour réduire le risque que les étudiants rencontrent des adversaires trop puissants.

Certains pourraient se demander pourquoi ne pas le faire aujourd’hui, mais ce serait une course folle. Les mamonos étaient très actifs la nuit. Au coucher du soleil, la longueur d’onde du mana des mamonos allait changer radicalement, attirant d’autres mamonos et créant une chaîne de mamonos demandant plus de mamonos.

C’était cette nature qui était à l’origine de l’adage selon lequel une douzaine de monstres se cachent près de l’un d’eux en plein air.

Si un seul individu trouvait une proie dans la nuit, il s’exciterait et en convoqueraient d’autres de ce genre… qui afflueraient de toutes les directions.

De plus, les mamonos avaient tendance à se rassembler lorsqu’ils sentaient le sang d’un autre individu de leur espèce. Cette tendance était plus faible lorsque le soleil était encore haut. On disait que la raison en était le mana mélangé avec le sang et d’autres fluides corporels, mais personne n’en était vraiment sûr.

Quoi qu’il en soit, si Alus partait à la chasse aux mamonos aujourd’hui, ils seraient encore plus nombreux à se rassembler le lendemain après avoir senti l’odeur du sang et les longueurs d’onde du mana. C’est pourquoi il attendait jusqu’au matin. « Est-ce toi qui apporteras l’équipement, non ? »

« Oui. Les préparatifs sont déjà terminés. Ils seront amenés tôt le matin, » déclara Cisty.

« Je comprends. » Après avoir ainsi confirmé les détails importants, Alus posa une question à Cisty. « Et mon uniforme de combat ? »

« C’est fait, bien sûr. » Il devait être à ses pieds, alors qu’elle se penchait pour soulever une valise et la poser sur son bureau.

Alus pensait que l’étui était trop gros pour ne contenir que des vêtements.

« Allez-y, » déclara Cisty, en tournant le boîtier pour que le fermoir lui fasse face.

Alus détacha le fermoir et posa prudemment sa main sur le boîtier. Il traitait avec Cisty, donc il ne serait pas étrange qu’il y ait une surprise à l’intérieur… mais cela s’était avéré être une inquiétude inutile. Cela dit, quand il regardait à l’intérieur, il hésita à réagir. « … »

La première impression qu’il avait eue… C’est lui qui l’avait demandé, alors s’il voulait se plaindre, il se trompait de cible. Mais quand même, il devrait avoir le droit de dire quelque chose.

« Tu parles d’un mauvais goût, » déclara Alus.

« … ! » Contrairement à Alus, dont les joues frémissaient, Loki se tenait sur la pointe des pieds pour regarder par-dessus l’épaule d’Alus, et quand elle l’avait fait ses yeux brillèrent.

Dans le boîtier se trouvait un tissu noir avec un masque blanc sur le dessus. Il y avait deux trous ronds pour les yeux, et en dessous, un trou plus grand pour la bouche. C’était un masque elliptique qui ressemblait au visage d’un fantôme d’un spectacle d’horreur.

« C’est ce que vous croyez ? Vous semblez être le seul ici qui n’aimez pas ça. Notre goût s’impose avec deux voix contre un. » Étonnamment, il semblait que Cisty croyait vraiment que c’était bien.

Vu ses paroles, Alus n’avait pas besoin de regarder l’expression de Loki pour connaître son opinion. Né et élevé dans l’armée, il n’avait pas la qualification pour parler de ses goûts. Les seuls vêtements qu’il avait étaient simples, centrés uniquement sur la fonction plutôt que sur la forme. Mais que devait-il en penser ? Et s’il pouvait croire Cisty, il ne comprendrait pas les goûts de Loki si elle aimait ça.

Il avait commencé par prendre le masque et frapper dessus pour vérifier sa durabilité. Il semblait être fait du même matériau que celui utilisé par l’armée pour les boucliers. En termes de solidité pure, il n’y avait pas de quoi se plaindre. C’était un masque vierge. En le portant, il cachait non seulement le visage, mais toutes les émotions sur ce visage. Le porteur irait au-delà même du visage sans expression de Loki, comme une poupée, et dans le territoire d’une absence totale de tout ce que l’on pourrait appeler une expression.

« Je n’en suis pas content, mais je suppose que je dois te remercier, » dit Alus en soupirant. La directrice lui avait donné une tenue pour éviter que son identité ne soit révélée. Allure mis à part, il avait rempli son objectif, ce dont Alus était reconnaissant.

Après avoir remis le masque à Loki, Alus sortit le tissu noir — la robe — en dessous. C’était clair et cela descendait jusqu’en dessous de ses genoux. Quant au matériel… il savait déjà ce que c’était. C’était du matériel fourni par l’armée, quelque chose qu’Alus et Loki avaient déjà utilisé auparavant. Mais très peu de magiciens l’utilisaient.

Il avait été fabriqué à partir d’une fibre anti-magie de qualité spéciale qui était très résistante, mais il était difficile de se déplacer avant. C’était difficile pour la plupart des magiciens normaux, alors ils avaient évité de l’utiliser. Seuls des magiciens excentriques ou habiles l’avaient favorisé.

Au fait, Alus et Loki avaient tous deux préféré l’utiliser. Bien sûr, dans le cas de Loki, la raison principale était qu’Alus l’aimait bien.

« Nous avons vérifié tout ce dont nous avons besoin pour demain, et j’ai obtenu ce que je voulais, alors nous allons partir d’ici, » déclara Alus.

« Oui, bien sûr. Je vais me montrer un peu demain matin, mais je vous souhaite bonne chance. » Cisty lui fit un signe de la main, comme si elle ne s’inquiétait pas le moins du monde. Elle avait une expression brillante et joyeuse sur son visage, comme si un poids lui avait été enlevé des épaules.

Il avait fallu beaucoup d’effort pour qu’Alus évite de demander à Cisty si elle comprenait la gravité de la situation.

Il sera impossible, même avec Loki et moi, d’empêcher les victimes d’arriver, tu sais.

Alus et Loki qui tueraient tous les mamonos par leurs propres moyens seraient une chose, mais ils devaient laisser les étudiants se déplacer librement et accumuler de l’expérience. Il ne voulait pas qu’elle ait trop d’espoir en eux.

Cela dit, compte tenu des missions qu’il avait effectuées, la difficulté de celle-ci était inférieure à la moyenne. C’est pourquoi la seule chose qu’il ressentait, c’était l’amertume d’avoir été pris dans quelque chose d’aussi gênant.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire