Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 8

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 4 : Le bal de nuit

Partie 8

Grâce à la prévenance de la directrice, Loki s’était retrouvée dans leur classe et elle s’en était sortie sans problème. Elle n’avait pas fait d’erreurs, mais une excitation énorme était présente en classe et risquait de se propager dans l’Institut.

L’allure féminine de Loki semblait plaire encore plus aux filles qu’aux garçons. Cependant, son sourire calme qui aurait dû être dirigé vers ses camarades de classe était uniquement dirigé vers Alus.

Les étudiants de l’Institut appartenaient au même groupe d’âge, mais il n’y avait aucune restriction d’âge. Tant que la personne avait le potentiel de devenir un magicien, son âge n’avait pas d’importance.

Mais comme l’enseignement général faisait partie du programme d’études, ceux qui étaient beaucoup plus âgés n’avaient pas été acceptés afin d’éviter une perte de temps. Dans ces cas, il était courant que la personne suive une formation dans les installations militaires.

Même la courte présentation de Loki n’avait fait que la rendre plus populaire. Et son sourire innocent, le sourire destiné à Alus, qu’elle montrait de temps en temps, la rendait presque irrésistiblement charmante.

Captivés par son charme, les garçons, et même les filles, soupirent d’une expression indéfinissable. Ce n’était pas un soupir ardent, mais plutôt un soupir d’affection universelle.

De plus, le classement de Loki était un autre point d’intérêt. Pendant que les étudiants s’efforçaient de devenir magiciens, le rang avait toujours été quelque chose en tête. La question de l’augmentation du grade de Loki était donc inévitable.

Cependant — . 

« 570 !! »

Il n’était pas clair qui l’avait dit… mais cela venait de l’un des étudiants près de Loki.

En entendant cela, même Alus avait été surpris, mais il avait vite compris la raison. Le combat simulé d’hier avait dû l’amener à se faire réévaluer, puis il y avait eu ce grand sort qu’elle avait utilisé. Bien qu’il s’agisse d’un sort tabou, il avait fait appel à la magie et cela avait probablement été inclus dans la mesure.

Elle avait utilisé le sommet du tonnerre, Naruikazuchi, le sort le plus fort de l’attribut de la foudre.

Le classement de Loki était à l’origine dans les 1000, il ne serait donc pas étrange pour elle de sauter directement au milieu des Triples Chiffres.

Comme s’il attendait que le rang de Loki soit élevé, l’écran à l’avant de la classe affichait les résultats des meilleurs individus de l’examen. L’écran était utilisé pour les cours, mais aussi pour des annonces importantes concernant l’Institut.

Soudain, tous les étudiants autour de Loki s’étaient dispersés, avec leurs licences en main. Bien qu’ils voulaient connaître les grades des autres, ils ne voulaient pas que les leurs soient connus.

Profitant de cette ouverture, Loki se dirigea vers Alus et s’assit doucement dans un siège vacant à côté de lui. La plupart du temps, cette place était toujours libre pendant les cours. C’était probablement parce que, dernièrement, tout le monde commençait à penser que quelque chose n’allait pas chez lui.

Alors que la salle de classe était remplie de voix faibles de joie ou de déception, Loki se demandait à haute voix pourquoi son rang avait augmenté, et demanda à Alus ce qu’il en pensait.

Il lui avait donné la réponse qu’il lui avait donnée auparavant, à laquelle elle avait souri avec satisfaction.

Alus trouva que Loki, une soldate, s’inquiétait de son classement comme une étudiante, et la regarda d’un air contre nature et avec surprise. Il était normal d’être obsédé par son rang à l’Institut, et Tesfia et Alice avaient fait la même chose dans le passé. Mais ce n’était pas nécessairement le cas dans l’armée, où de vraies batailles avaient eu lieu.

Pendant ce temps, les classements de Tesfia et d’Alice avaient été révélés. Et ceux qui avaient réagi de façon excessive n’étaient pas elles, mais ceux qui avaient un classement inférieur autour d’elles.

« Classements 4500 et 7833, hein. Vous avez vraiment une longueur d’avance sur nous, » déclara avec admiration une étudiante qui avait souvent demandé conseil à Tesfia et Alice.

« Tu es presque dans les quatre chiffres aussi, Ciel, » dit Tesfia.

Ciel, une petite camarade de classe qui avait pour elle une abordabilité différente de celle de Tesfia avait rougi.

Cependant, il y avait une certaine déception dans la voix de Tesfia alors qu’elle faisait l’éloge de sa camarade de classe. C’était dû au fait que son rang n’avait pas beaucoup augmenté.

En même temps, sa partenaire — les deux filles seraient malheureuses d’être mises dans le même panier, mais Alus ne voyait pas beaucoup de différence entre elles, donc ce n’était pas si faux — Alice avait fait une ascension remarquable depuis son ancien classement de 8867.

Mais ce n’était pas surprenant en soi. Elles n’avaient après tout reçu qu’un classement simpliste à l’examen d’entrée. Cette mesure plus précise les rapprochait de leurs prouesses réelles.

Après avoir fini de vérifier leur propre classement, les camarades de classe avaient regardé dans la salle à la recherche de Loki, la cible de leur attention. Quand ils l’avaient finalement trouvée, la raison pour laquelle il y avait eu une pause avant que quelque chose ne se produise était probablement parce qu’elle était assise à côté d’Alus.

On n’y pouvait rien s’ils le regardaient avec autant de prudence. Plus encore, maintenant qu’ils savaient que Loki était à trois chiffres.

« Connaissez-vous Alus, Mlle Loki ? » demanda Ciel.

Alors qu’Alus pensait qu’elle était plus courageuse qu’elle n’en avait l’air, il vit Tesfia et Alice derrière elle.

« Oui. Alus et moi étions proches avant notre inscription à l’Institut, » répondit Loki.

C’était l’une des réponses qu’elles avaient préparées.

On pourrait penser qu’une telle déclaration serait dite d’une voix vive et avec un grand sourire, mais en réalité, Loki l’avait dit sur un ton monotone avec une expression sans émotion. Quoi qu’il en soit, comme c’était une déclaration inoffensive qu’elles avaient préparée, et tout ce qui s’était passé, c’est que Ciel avait été un peu surprise.

Mais aussi calculateurs qu’ils l’étaient, une fois que Ciel avait commencé à parler, leurs camarades de classe étaient venus en masse pour entourer Loki. Une élevée transférée qui se faisait bombarder de questions était une réalité incontournable de la vie qui se produisait probablement partout.

Bien sûr, Alus n’avait aucune expérience avec ça.

Quoi qu’il en soit, comme le rang de Loki était proche de celui de Felinella, elle était devenue une star immédiate pour ceux qui ne connaissaient pas sa situation.

Pendant que Loki était encerclée, Alus s’était enfui tranquillement… tout en portant un sourire de sympathie.

Remarquant cela, Loki le regarda avec des yeux de chiot, mais Alus la laissa derrière comme pour dire, « Habitue-toi à cela, » et il sortit de la classe.

*

… Je suppose qu’elle est vraiment de mauvaise humeur.

Alus jeta un coup d’œil de son livre à Loki pendant le cours du matin. Ses cheveux argentés pendaient vers le bas, l’empêchant de voir son visage, mais il était probablement aussi peu expressif que d’habitude.

Bien qu’elle n’ait pas eu une personnalité aussi facile à comprendre que Tesfia, elle était tout aussi difficile à gérer.

Cela dit, Alus n’allait pas utiliser son temps pour lui remonter le moral. Après tout, la même chose allait se produire pendant le déjeuner.

Une fois que le signal de fin de classe avait retenti, les élèves étaient arrivés comme prévu. Il y en avait même quelques-uns en attente à la porte.

Et la première à venir en courant avait été… Alice. Elle ne pouvait plus supporter de rester loin de Loki et elle lui caressa la tête. « Ahhhh… Tu es si mignonne, et tes cheveux sont si soyeux. »

Tesfia, exaspérée, demanda à Alice en souriant. « Tu ne vas pas passer tout le déjeuner à faire ça, n’est-ce pas ? »

« Attends encore un peu, que je me rassasie, » répondit Alice.

Alus s’était abstenu de poser des questions sur ce commentaire et avait décidé de se rendre à la cafétéria pour déjeuner. N’ayant pas l’intention de faire la même gaffe deux fois, il avait même apporté sa licence.

Loki avait laissé Alice lui caresser la tête passivement, mais quand elle avait vu Alus quitter la classe, elle l’avait rapidement poursuivi.

Bien sûr, deux autres personnes suivirent, mais à proprement parler Alice poursuivait Loki, tandis que Tesfia ne faisait que suivre.

Cela signifiait essentiellement que les trois meilleures des premières années marchaient ensemble dans un groupe, mais que personne d’autre ne les poursuivait.

Mais Alus, contraint de cacher ses capacités qui surpassaient les trois filles, marchant avec elles, fut exposé à des regards encore plus étranges.

*

Comme prévu, la cafétéria était toujours aussi bondée.

Non seulement Alus n’avait pas répété son erreur, mais il avait utilisé le distributeur automatique avec les mouvements familiers d’un habitué, donnant à Tesfia un regard satisfait avant de s’asseoir à une table assez grande pour dix.

Elle répondit avec une expression exaspérée, mais Alus n’y prêta aucune attention.

Il pouvait comprendre que Loki s’essayerait à côté de lui. « Mais pourquoi venez-vous aussi ? »

« C’est le déjeuner, donc c’est bon. En plus, c’était ta première fois, non ? C’est grâce à moi, tu sais, » déclara Tesfia.

« C’était la première fois que j’utilisais la machine seul, mais ça n’a rien à voir avec toi, » répondit Alus.

Tesfia avait essayé de plaider sa cause avec une logique qui n’avait aucun sens. Mais c’était vrai qu’elle avait aidé la fois précédente, et seul Alus comprenait ce qu’elle voulait dire par là.

Alors qu’ils l’avaient fait valoir, Alice avait également posé son plateau sur la table, faisant réaliser à Alus qu’il était le seul à ne pas être civilisé dans cette situation. « Excusez l’intrusion, » déclara Alice.

Alors qu’il y avait beaucoup de monde, il y avait encore des places libres. La cafétéria pouvait accueillir tout le monde, à condition que tous les élèves ne fassent pas irruption d’un seul coup.

Les quatre individus étaient cachés au bout de la table, Tesfia s’asseyait en face d’Alus, avec un air de défi. Il n’avait pas pu s’empêcher de laisser échapper un soupir. En fait, après cela, Alus pousserait un soupir après l’autre.

« Puis-je m’asseoir à côté de vous, Monsieur Alus ? » demanda une voix familière.

Le groupe avait cessé de manger et s’était tourné vers la nouvelle venue. Des expressions de surprise apparurent sur leurs visages, mais ils ne voyaient pas de choses.

Debout, Felinella attendait la réponse d’Alus, son plateau à la main. Malgré la cafétéria bondée, il semblait y avoir un air inviolable autour d’elle.

Alus jeta un coup d’œil sur les autres étudiants, qui semblaient détourner le regard par jalousie ou crainte, et se dit qu’être aussi charismatique faisait peur.

Ne sachant pas comment interpréter la réaction d’Alus, Felinella vint juste à côté d’Alus avec un regard perplexe. « N’est-ce pas acceptable ? » Tandis qu’il se retournait pour la regarder, elle se pencha et bougea ses cheveux derrière son oreille, rapprochant son visage du sien.

Des halètements d’étonnement étaient venus de la région environnante, suivis par des voix excitées qui s’y étaient mélangées pour une raison quelconque.

C’était facile d’être frappé par sa beauté. Alus n’était pas très bon pour interagir avec Felinella. Elle était un peu comme Cisty, avec un corps envoûtant et une langue élégante. C’était dur de lui dire non. Il suffisait de la regarder dans les yeux pour être attiré. « Vas-y, fais ce que tu veux. »

Cette réponse brusque était sa façon de se défendre contre le fait d’être entraîné dans l’orbite de Felinella… mais il était conscient que c’était une défense fragile.

« Merci beaucoup, » dit poliment Felinella, mais avec un sens caché derrière elle. Elle-même ne s’en rendait peut-être pas compte, mais l’élégance avec laquelle elle était née avait poussé les gens à lui céder leur initiative.

Felinella avait donc obtenu un siège à côté d’Alus. La seule raison pour laquelle elle ne s’était pas assise immédiatement, c’est parce qu’il y avait quelqu’un à la table qu’elle n’avait jamais rencontrée auparavant. « Enchantée, Mlle Loki. »

Après avoir rendu hommage à Alus, Felinella avait salué Loki avec un sourire. Il semblerait que des rumeurs sur le transfert de Loki se soient répandues dans tout l’Institut.

Loki avait vu ce sourire séduisant et avait eu la même première impression d’elle qu’Alus, mais sa propre expression était restée la même sans une once d’amitié. « Enchantée, Lady Felinella. »

Au cours de son briefing avec Alus hier, Loki avait regardé dans le registre de ses camarades de classe supérieure. C’est pourquoi elle savait pour Felinella, y compris que son père était militaire.

Après cela, Alus avait donné à Felinella, ainsi qu’à Tesfia et Alice, le strict minimum d’informations sur Loki, terminant leurs présentations. Mais il n’était pas nécessaire de dire qu’Alus avait été bombardé de regards hostiles de la part des autres étudiants témoin de cette scène bizarre. Avec quatre beautés autour de lui, il était tout naturel qu’il devienne leur cible d’envie.

Mais à l’instant d’après, ces regards s’étaient arrêtés.

La cafétéria, qui pouvait accueillir 1 000 personnes, était équipée de cinq grands écrans pour que chacun puisse en voir au moins un. Après un bip indiquant que de nouvelles informations étaient sur le point d’être révélées, une voix était arrivée pour annoncer les détails.

« Il s’agit d’une annonce concernant une leçon parascolaire qui sera mise en pratique. Le 28e jour du cinquième mois, après l’obtention du diplôme, les étudiants feront leurs premiers pas en tant que magiciens et participeront à un entraînement de combat en direct. »

La voix articulée poursuit. « Nous vous ferons participer à l’élimination effective des mamonos. Nous distribuerons des informations détaillées pour chaque classe. Je répète… »

Finalement, l’annonce s’était terminée et les écrans étaient revenus à la normale, alors qu’une vague d’agitation secouait tous ceux dans la cafétéria.

Dans le tumulte, plus d’un élève avait fait tomber sa vaisselle sur le sol.

Pour les étudiants cherchant à devenir magiciens, le combat réel était quelque chose qu’ils ne pouvaient pas éviter, mais en même temps c’était leur plus grand obstacle.

Ceux qui avaient du courage étaient impatients d’y aller, mais la majorité des élèves s’étaient retrouvés perdus.

Quant à la table d’Alus… comme lui et Loki le savaient déjà, ils continuèrent à manger comme si de rien n’était.

Felinella, avec son expérience du combat, avait été surprise par la nouvelle soudaine, mais elle avait vite murmuré. « La directrice a la vie dure. » Après ça, elle s’était calmée et avait repris son repas comme les deux premiers.

Quant aux deux autres — .

« Vous êtes sûr d’être… calme, » déclara Tesfia. Sa cuillère n’avait rien dessus, et dérivait dans les airs sans endroit où aller. Elle parlait sur un ton raide, tout à fait à l’opposé du calme, tout en regardant toujours l’écran.

« Pourquoi maintenant !? Cela ne s’est jamais produit auparavant…, » dit Alice avec un regard déconcerté sur son visage.

Elle semblait chercher de l’aide, et le seul présent qui pouvait lui répondre était Alus, mais lui expliquer la situation n’allait rien changer. Au lieu de cela, cela ne ferait que la rendre anxieuse et frustrée, alors Alus avait gardé le silence. Les visages d’Alice et de Tesfia étaient déjà très pâles.

« Je me demande ce qu’ils vont faire. Il semble que les autres instituts font déjà quelque chose de similaire, mais ce sera la première tentative de cet institut, » dit Felinella d’une voix calme, mais en s’assurant que c’était assez fort pour qu’Alus puisse l’entendre. Elle avait tourné les yeux dans sa direction.

C’était gênant, mais Alus avait répondu d’une voix tout aussi grave. « J’ai déjà ressenti une bonne partie de la douleur que tout cela inflige. » Il n’avait aucune obligation de répondre, mais elle était candidate pour être superviseure d’une équipe de première année… il ne pouvait pas cacher toute l’information.

« Je vois. Désolée de vous avoir causé des ennuis, » déclara Felinella.

« Tu peux le dire encore une fois, » déclara Alus.

Cependant, Felinella n’avait pas creusé plus profondément. Elle baissa les yeux et termina la conversation. On aurait dit qu’elle était attentionnée envers lui.

C’est pourquoi Alus s’était senti à l’aise avec elle et avait fermé les yeux. Même si c’était juste un moment… avant que ce tumulte ne s’estompe… il voulait se reposer.

La sensation d’être incapable de suivre l’évolution constante du paysage qui l’entourait l’emporta. Ce furent des jours agités, même sans la responsabilité d’être le magicien le plus fort avec le sens du devoir correspondant. Tout ce qu’il faisait apportait quelque chose. Comme les aiguilles de l’horloge qui n’arrêtaient pas de bouger, les jours paisibles étaient chassés avec un tic-tac, comme s’ils étaient en accord avec son cœur qui battait.

Que désirait-il exactement ?

Ayant vécu une vie pratique et utilitaire, Alus n’avait aucun moyen de savoir ce qui lui manquait. C’est pourquoi il essayait d’accepter les difficultés qui accompagnaient les relations. Il n’avait même pas besoin de confirmer son propre état d’esprit.

Après tout, ces jours turbulents se transformaient en une vie quotidienne complètement nouvelle.

Mais nous n’avons pas eu le temps de remarquer ce changement…

« Al ? » Comme il avait arrêté de manger, Loki l’appela avec inquiétude, le ramenant à la réalité.

Nous n’avons pas eu le temps de nous reposer… mais ce n’est jamais ennuyeux.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire