Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 6

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 4 : Le bal de nuit

Partie 6

Les pensées d’Alus étaient restées les mêmes alors qu’il parcourait rapidement le monde extérieur.

Ses émotions lugubres et froides ne laissaient aucune place à l’excès de sentiments en lui. Son cerveau s’était concentré uniquement sur l’élimination des éléments étrangers.

Dans ces moments-là, il ne sentait même pas la brise rafraîchissante. Seules les parties tendues et inquiétantes de l’atmosphère qui l’entourait pouvaient l’atteindre.

« Donc c’est par ici. »

Le bosquet était bruyant. Ce n’était pas dû au vent, mais plutôt au bruissement étrange des feuilles, comme si le sol tremblait. Les feuilles bougeaient comme si quelque chose cherchait un moyen d’envahir la zone.

Au fur et à mesure que les sons lourds se rapprochaient, Alus pouvait entendre quelque chose de vraiment étrange.

Ce n’était pas, comme prévu, le bruit d’une créature massive qui traversait le sol. C’était comme si quelque chose utilisait les troncs d’arbre pour bouger. Au lieu de voir les arbres s’effondrer, les grands arbres se balançaient anormalement sur les côtés.

Il arrive.

« Désolé, mais il y a un barrage sur ton chemin. » Les bords des lèvres d’Alus se plissèrent.

Au même moment, un mana écrasant éclata comme une onde de choc et se déplaça dans ses cheveux. Il avait déplacé son AAR de type épée courte vers l’arrière, le mana s’y écoulant à un rythme effrayant.

Comme s’il coupait les ténèbres, un faisceau de lumière s’écoula dans l’AAR, et Alus leva la main libre dans les airs. C’était le genre de pose qu’un commandant prenait après avoir donné l’ordre de charger.

« Falaise Gravitationnelle »

Le mamono fit un bruit bizarre à mesure qu’il se rapprochait.

Mais quand Alus avait penché vers le bas son bras, le sol avait tremblé comme si les pieds d’un géant l’avaient piétiné, et un mur incolore avait déformé la vue du ciel. Se rapprochant du sol, le mur descendait impitoyablement.

Les arbres sur le chemin n’avaient même pas servi à le ralentir, car ils avaient été détruits dès que le mur avait touché la cime des arbres. Des fissures s’étaient formées le long des troncs d’arbres, car ils étaient facilement écrasés sous la pression, et une grande surface avait été aplatie avec le mamono.

Un grondement tonitruant, inadapté au silence du monde extérieur, retentit.

Alus fixa sans expression la dépression circulaire qui avait été créée. Des morceaux de bois étaient sortis du sol où ils avaient été enfoncés de force.

C’était une puissance effrayante qui pouvait interférer directement avec l’espace, utilisable uniquement par Alus. Peu de gens étaient au courant de son existence même.

Dans le passé, il avait écrasé un mamono de très haut rang avec une application pratique de la Falaise Gravitationnelle. Cela avait fonctionné en ayant une paire de murs progressivement de plus en plus étroits dans leur position l’un par rapport à l’autre. Il ne s’agissait pas d’interférer avec l’espace, mais plutôt de commander l’espace.

Même maintenant, alors que l’apparence du monde extérieur avait été impitoyablement et cruellement changée, rien n’était différent dans l’esprit d’Alus. Il avait simplement regardé droit devant lui.

L’instant d’après, un énorme objet s’était envolé dans le ciel, projetant de la terre pendant tout ce temps. Le truc noir était tombé devant Alus. C’était lourd comme un rocher.

Les quatre jambes soutenant son corps s’enfonçaient dans le sol chaque fois qu’il faisait un pas ferme. Ses jambes tendues de son corps grotesque et gigantesque ressemblaient aux pattes d’araignée. Au bout de chaque jambe se trouvaient cinq gros doigts qui ressemblaient à des doigts humains. Le torse avait la forme d’une ellipse déformée.

Ce qui avait fait plisser les sourcils d’Alus, c’était le visage qui sortait de son estomac.

Le visage frétillant l’avait repéré. Il s’était progressivement projeté à l’extérieur du corps, sortant de l’estomac. Cela faisait facilement trois fois la taille d’une tête humaine. Il avait rampé jusqu’à la taille du torse allongé et s’était ensuite arrêté.

Le corps noir et lustré s’était raffermi. La tête s’ouvrit et d’innombrables yeux s’ouvrirent de l’intérieur. Des lèvres bizarres battant vers la gauche et la droite dont l’ouverture formait la bouche au centre. Et un bruit continu comme des ondes ultrasonores s’en échappait.

« Je vois que tu viens de transformer ton corps, » dit Alus, comme si cela ne le concernait pas, mais c’était une rencontre rare.

Les mamonos absorbaient le mana, et une fois qu’ils dépassaient une valeur fixe, ils utilisaient le mana à l’intérieur pour refaire leur corps. En d’autres termes, ils étaient montés en Rang, mais l’ampleur et le degré du changement dépendaient des informations présentes dans le mana absorbé.

Le raidissement du corps était une caractéristique de la transformation. Les mamonos étaient comme la forme ultime de la vie.

Les informations des militaires étaient qu’il s’agissait d’une classe A, mais c’était probablement dû à l’observation des résultats de sa libération de mana. Ayant trouvé Alus, la proie parfaite sous la forme d’un mana de haute pureté, le corps du mamono fut immédiatement achevé. C’était probablement un Rang B il y a quelque temps. C’est pourquoi il avait été découvert si tard.

Alus s’était dit qu’ils auraient été bien avec quelqu’un d’autre plutôt qu’avec lui. Mais il se souvint ensuite que des magiciens de haut rang avaient récemment été positionnés dans le monde extérieur, plutôt que sur les lignes défensives.

S’il s’agissait d’un Rang A, comme l’avaient estimé les militaires, il faudrait alors une équipe à magiciens à deux chiffres. Mais même dans un tel cas, il était difficile de dire que ce serait suffisant. Alors il pouvait comprendre pourquoi on l’avait appelé pour ça.

Dans tous les cas, Alus imaginait que puisqu’il venait tout juste de quitter l’armée pour entrer à l’Institut, la formation d’une équipe d’intervention d’urgence n’avait pas été complétée. S’il était honnête, il préférerait qu’ils puissent au moins s’occuper de quelque chose comme ça tout seuls, mais il savait que ce n’était pas si simple.

Un mamono de classe A n’était pas une menace qui pouvait être éliminée sans sacrifice.

Maudissant sa malchance, Alus fixa sa cible. Voyant de quelle espèce il s’agissait, il fut déçu, pensant que ce mamono ne pourrait pas non plus le satisfaire. Sa forme ressemblait à celle d’une espèce appelée ogre à pattes multiples, mais il n’avait ni la forme ni l’aspect fini.

C’était une autre caractéristique des mamonos. Celui-ci avait encore la base à partir de laquelle il avait été formé, et c’était un phénomène courant que d’ajouter des parties de corps lorsque la créature se transformait.

Mais ça n’avait pas d’importance pour Alus. Au bout du compte, il n’avait fait qu’imaginer la stratégie la plus efficace et la mettre en pratique.

Les mamonos les plus faibles qui n’avaient pas été tués par la première attaque étaient sortis de terre en rampant. À première vue, il en restait une trentaine.

La Falaise Gravitationnelle n’était qu’un sort de compression, et comme le sol était relativement meubles, les mamonos et leurs carapaces extérieures dures n’avaient été pressés que dans la terre. Cependant, cela suffisait pour écraser les mamonos de la classe inférieure avec leurs noyaux.

« C’est vrai. Alors, finissons-en, » déclara Alus.

Dès qu’il avait dit cela, Alus avait apparemment disparu d’où il se tenait.

La multitude d’yeux de l’ogre à pattes multiples pouvait le voir, mais il avait quelques millisecondes en retard.

Et plusieurs mamonos s’étaient effondrés en cendres après le passage d’Alus. Leurs corps grinçaient et se tordaient lorsqu’on les tuait l’un après l’autre. L’abattage, l’atrocité et le piétinement étaient tous des descriptions pertinentes, mais elles étaient légèrement erronées. Même les alliés d’Alus pourraient reculer de peur s’ils voyaient cette scène.

Ils avaient été exterminés comme si c’était un jeu d’enfant.

Il était inévitable que cette scène ait l’air horrible, comme un humain écrasant des fourmis sous ses pieds.

Après avoir achevé la plupart des mamonos les plus faibles, Alus avait compté sur ses sens pour esquiver la jambe de l’ogre qui se balançait d’en haut, en déplaçant rapidement son épée courte… cependant.

Sa lame noire de jais avait émis un son aigu. « Tsk, » s’exclama Alus. « Tu y verses des quantités stupides de mana. » Il bougea le poignet pour se débarrasser de l’engourdissement provoqué par son épée déviée, maudissant le mamono, las de sa résistance inutile.

En un instant, l’une des jambes de l’ogre à jambes multiples s’approcha de l’obscurité. Les cinq doigts de la jambe s’étaient écartés lorsqu’elle s’était avancée vers lui.

Sans perdre de temps, Alus avait glissé vers l’arrière pour esquiver, se déplaçant à une vitesse égale à celle de la jambe.

Les cinq doigts bougeaient irrégulièrement pendant la poursuite. Les doigts étaient à peine assez longs pour l’atteindre. Les doigts se fermèrent comme un piège à ours, mais Alus glissa entre eux et se déplaça le long de la jambe tendue, s’avançant pour frapper le corps.

La longue jambe s’était retournée pour le poursuivre.

Peut-être pour contrer l’ennemi qui s’approchait, la tête du mamono s’était mise à osciller. Elle se balançait d’avant en arrière comme un métronome, ce qui la rendait encore plus effrayante. Le bruit qu’il faisait se transforma en une tonalité encore plus aiguë, devenant peu à peu une voix étrange.

Qu’est-ce qu’il prévoyait ?

« C’est une bonne résistance. Ça t’aura aidé à survivre quelques secondes de plus, » déclara Alus.

L’AAR dans la main d’Alus brillait légèrement dans l’obscurité, et alors que la puissance coulait dans la chaîne, Alus chuchota en esquivant la jambe venant de derrière.

« “Torche Volcanique” »

Il lança du pouce la petite boule de feu née de la paume de sa main.

Comme une comète, elle avait déchiré la noirceur de la nuit, se transformant en flammes de l’enfer en un clin d’œil, et avait frappé la bouche du mamono.

Alus fixa son regard en courant sur le mamono dont il avait arraché la bouche et le haut du corps avec l’explosion de flammes.

Le mamono essaya désespérément d’éteindre les flammes de l’enfer qui éclatait de l’intérieur et de l’extérieur avec ses jambes, tout en se tortillant de douleur.

 

 

« Le voilà. C’est là, » déclara Alus.

Alors que les jambes se levaient, Alus vit une lumière luisante à travers le torse. Après avoir repéré le noyau du mamono, il avait sauté haut dans les airs. Laissant son corps à la gravité, la lame noire de jais clignota sous la lumière de la lune.

Il expira brusquement. Il se tenait maintenant au sommet d’un rocher de la taille parfaite pour s’asseoir.

Alus avait plié un genou, le bras au-dessus de lui, tout en tenant fermement son AAR. Une bagarre avait eu lieu il y a quelques secondes, mais il n’y avait pas de sang sur ses vêtements, et sa respiration était parfaitement régulière. En fait, la façon dont il avait étiré son corps donnait l’impression qu’il n’avait fait qu’un peu d’exercice.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire