Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 5

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 4 : Le bal de nuit

Partie 5

« Fia… d’après ce que j’ai vu, tu n’as pas pu le faire. Mais ce n’est pas grave. Je ne pense pas que ça dérange Al, et il n’est pas trop tard pour le faire demain, » déclara Alice.

Alice avait commencé à réconforter Tesfia quand elle était retournée au dortoir. La morosité sur son visage indiquait clairement qu’elle n’avait pas parlé à Alus. Mais plutôt que de lui demander carrément ce qui s’était passé, Alice avait décidé de laisser tomber jusqu’à demain.

« … Oui. Je le ferai demain, » déclara Tesfia. Son corps était encore raide et fatigué. C’était peut-être son atmosphère, mais pour Tesfia, Alus avait l’air de porter seul tout le fardeau du monde sur ses épaules. Ses yeux étaient abasourdis, en y pensant.

Alice s’exprima en regardant Tesfia dans un état de choc. « Fia, les habitudes que tu avais chez toi reviennent. Je ne suis pas ta bonne. » Elle souriait comme si elle se moquait de Tesfia.

« Ah ! » Pour s’inscrire à l’Institut, Tesfia devait s’occuper seule de sa vie quotidienne. Elle n’avait jamais coupé les coins depuis qu’elle s’était inscrite, et elle avait même appris à vivre une vie quotidienne commune à partir de zéro. Y compris changer ses vêtements quand c’était nécessaire.

C’était probablement une situation embarrassante, mais Tesfia avait simplement dit. « C’est vrai » et elle était entrée dans la chambre à coucher avec douceur.

Toujours en uniforme, elle s’était effondrée sur son lit. La réalité qu’on lui avait présentée dépassait sa capacité de traitement. Peu importe à quel point elle y pensait, elle n’avait pas l’impression d’arriver à une conclusion. Elle n’était pas fatiguée, mais elle ne voulait pas bouger et voulait qu’on la laisse seule.

Alice avait frappé à la porte ouverte, par considération pour elle. Les deux filles étaient colocataires, il y avait donc, bien sûr, deux lits dans la chambre. « Fia, si tu veux dormir, prends au moins une douche d’abord. Je ne suis pas sûre qu’essayer de demander pardon à Al avec une odeur fétide va marcher… et juste l’imaginer me fait me demander si une fissure se forme dans notre longue amitié. »

« C’est méchant ! C’est aller trop loin… notre amitié n’est pas si bon marché… n’est-ce pas ? » s’écria Tesfia.

« De nos jours, l’apparence fonctionne sur le même principe que l’amitié, tu sais. » Alice avait dit ce qu’elle pensait comme une enseignante, mais quand Tesfia avait jeté un coup d’œil, elle lui avait fait un sourire espiègle.

« Ce n’est pas ce que j’essaie de faire ! Je reste toujours propre, moi aussi. Tu me vois toujours après le bain, n’est-ce pas ? De toute façon, je sens toujours bon. Il a un effet curatif ! » Embarrassée d’avoir imaginé son apparence immodérée, Tesfia avait ramené de force le sujet sur la bonne voie.

« Et voilà que tu recommences avec cet idéal garçonnier… eh bien, ça marche pour moi, » déclara Alice.

« Hé, c’est injuste, » s’exclama Tesla.

« Allez, dépêche-toi. Senteur à part, tu en as besoin, non ? » demanda Alice.

« Argh… okaaaay. » Tesfia leva les bras de façon négligente en réponse, tandis qu’Alice la regardait avec stupéfaction.

La rencontre de ces deux-là remontait à des années en arrière. Chaque fois que Tesfia, qui normalement ne s’attardait jamais sur les choses, avait son cœur saisi comme ça, c’était habituellement Alice qui s’occupait de ça. Mais elle savait que Tesfia n’était pas obsédée comme ça, alors elle l’avait laissée tranquille.

Connaissant Tesfia, elle n’avait probablement pas dit à la surveillante du dortoir qu’elle était revenue, Alice avait donc décidé de la prévenir et de se faufiler hors de la pièce.

***

Tesfia se leva et sortit des vêtements de rechange de ses tiroirs. Peut-être parce qu’elle n’avait pas l’habitude de plier les vêtements, les vêtements étaient tous asymétriques.

Il n’y avait pas de baignoire dans leur salle de bain. Dans le dortoir, il était normal d’utiliser le bain public pour cela. Mais Tesfia n’avait pas l’énergie pour aller aussi loin.

Elle avait défait ses cheveux et déboutonné sa chemise. Mettant ses vêtements dans un panier, elle entra dans la douche et fixa d’un regard vide la vapeur qui montait dans la ventilation. Un jet d’eau tiède lui était tombé sur la tête alors qu’elle fermait ses lourdes paupières.

« Hahh… »

Tesfia était douloureusement consciente de la raison de son soupir. Ce n’était certainement pas parce qu’elle avait mené une vie négligente depuis son arrivée à l’Institut. Bien qu’elle ait pu être de la noblesse, elle n’avait pas le devoir de fréquenter l’Institut. En fait, bon nombre de familles préféraient les leçons à domicile.

Bien sûr, cela exigeait qu’il s’agisse de familles aisées avec suffisamment de richesses et de relations pour faire appel à des magiciens célèbres possédant le savoir-faire adéquat. Et la famille Fable était l’une de ces familles.

Malgré cela, elle avait choisi de fréquenter l’Institut avec Alice et avait réussi à convaincre sa mère. Ce faisant, elle avait dû renoncer à sa vie gâtée de noble et s’occuper de tout elle-même. Et elle ferait aussi plus d’efforts que la plupart des autres pour devenir magicien.

Son classement ne se refléterait pas seulement sur elle, mais aussi sur sa réputation. C’est pourquoi la noblesse était si attachée au rang.

Cependant — .

« C’était… Je… » Elle avait l’impression que ses efforts n’avaient fait que jouer.

Tesfia avait fait l’expérience qu’un magicien de haut rang était loin d’être ce qu’elle croyait qu’ils étaient. Tout le monde les admirait et polissait leur magie pour cela.

Mais…

Elle avait appuyé son bras contre le mur, en s’appuyant contre lui. Ni la sensation de l’eau qui coulait sur sa peau pâle ni le son de celle-ci ne pouvaient interrompre ses pensées.

« J’ai fait de mon mieux, j’ai fait plus d’efforts que n’importe qui d’autre… que suis-je censée faire de plus ? »

Les mots qu’elle marmonnait étaient probablement une réprimande et une excuse pour elle-même. Quand elle avait vu Alus, elle avait compris qu’il vivait dans la vraie réalité, et que son monde était un monde bercé et soigneusement protégé.

Elle avait tracé un doigt le long du mur, puis ses bras étaient devenus mous.

Elle ne savait plus ce qu’elle devait faire. Elle ne savait pas où elle allait.

Elle ne savait pas non plus ce qu’était vraiment un magicien.

J’ai continué à m’y efforcer, tout comme maman l’a dit…

Sentant que son existence n’était pas nécessaire, Tesfia avait tenu avec ses mains ses épaules tremblantes dans la mince vapeur.

 

 

*

Ayant fini sa douche plus vite que d’habitude, Tesfia était sortie de la salle de bain dans un déshabillé de couleur pastel. Malgré sa douche, elle avait toujours un regard sombre présent sur son visage, et la serviette de bain lui avait glissé de la main.

Alice était retournée dans sa chambre et, avec son sourire espiègle, elle avait utilisé la serviette de bain pour sécher les cheveux de Tesfia.

« Merci, Alice, » déclara Tesfia.

« Ça ne fait pas mal, n’est-ce pas, ma dame ? » demanda Alice.

« Oh, ne sois pas si méchante, » déclara Tesfia.

« Alors, ne me fais pas m’inquiéter. Tu n’es que toi-même, Fia, » dit calmement Alice avec un sourire teinté d’insolence qui fit taire Tesfia. Mais ça ne lui allait toujours pas.

« Te moques-tu de moi ? » demanda Tesfia.

« Oh, je n’oserais pas. Je ne sais pas ce que tu as en tête, mais je suis sûre que ça ira. Je suis là aussi, tu sais. » Alors qu’Alice lui disait ça, elle avait serré Tesfia dans ses bras par-derrière, sans se soucier des cheveux mouillés.

« Allez, tu vas te mouiller. » Mais Tesfia avait l’impression d’avoir perdu un poids sur ses épaules. Son hésitation l’avait quittée et elle avait soupiré.

Elle et Alice n’étaient probablement pas encore sur la ligne de départ. Ce qui voulait dire que ce serait à elles de décider si leur dur labeur avait de la valeur. Tesfia aurait dû se sentir un peu trop coincée si elle n’avait même pas pu arriver à une conclusion aussi simple. Elle avait remercié Alice dans son esprit.

Mais même alors, elle n’avait pas dit à Alice ce qu’elle avait vu et ressenti.

Ce n’était pas seulement parce qu’Alice ne lui en avait pas parlé, mais la journée s’était terminée sans que Tesfia s’en rende compte.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire