Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 13

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 2 : La différence entre l’idéal et la réalité

Partie 13

Après l’école ce jour-là, Alus avait fini par s’occuper des deux excellentes novices.

Il n’était pas nécessaire de dire que cela avait bouleversé les plans d’Alus.

Il s’était déjà préparé à sacrifier ses heures de sommeil pour compenser. Cela dit, avec les événements qui s’étaient produits au déjeuner, ce n’était pas si difficile de changer de rythme. Il s’attendait à quelque chose comme ça, c’est pour cela qu’il avait séché les cours pour la 5e et la 6e heure.

Passant le temps efficacement et s’arrêtant au bon endroit, Alus avait fouillé dans les bagages qu’il avait apportés à son arrivée. « Je suis sûr de l’avoir apporté dans mes bagages… !! »

Devant lui se trouvait une valise assez grande pour contenir une personne. Quand il était arrivé à l’Institut, il l’avait farci de force avec ses articles personnels. Malheureusement, il n’y avait rien dedans qui pourrait intéresser les garçons et les filles de son âge.

Mais c’était peut-être une montagne de trésors pour ceux qui étaient profondément impliqués dans la magie.

En réalité, comme Alus avait toujours été dans l’armée, il n’avait jamais eu le temps de se consacrer à la mode, aux passe-temps ou autres loisirs. D’un autre côté, il n’avait jamais eu les dispositions ou l’envie de s’adonner à des passe-temps ou à des divertissements.

Obtenir le grade de numéro un n’était pas le fruit du hasard. Il ne pouvait pas passer du temps sur un tas de passe-temps juste parce qu’il avait du talent.

Finalement, Alus avait trouvé ce qu’il cherchait. Il était au fond de la malle, clairement visible. Certains diraient même que c’était un déchet.

Il ressemblait à un morceau de bois ordinaire. Mais sa surface était différente.

S’il n’y avait eu qu’un morceau d’écorce, ça aurait été une chose, mais personne de sensé n’aurait voulu y toucher.

« Apporter ça était le bon choix, » murmura Alus.

C’était quelque chose qu’il avait utilisé pendant son entraînement dans l’armée. Ce n’était pas quelque chose que l’armée avait fourni, et c’était un objet personnel. Il n’était pas fait de bois, et ce n’était pas quelque chose d’aussi simple qu’une arme d’entraînement.

Après tout, le matériel utilisé faisait partie d’un mamono (variante, estimée de classe A) appelé Salqueroit qu’Alus avait tué.

Alus l’avait fait fabriquer spécialement, avec la carapace du mamono comme composant principal. Il avait également eu pour effet de perturber le mana. Plus précisément, lorsqu’il détectait le mana, il allait rapidement le faire osciller et le disperser.

Quoi qu’il en soit, cela serait utile pour l’entraînement de Tesfia et d’Alice, et surtout, Alus n’aurait pas à perdre son temps précieux entre-temps.

Il s’agirait d’un menu de formation irresponsable, mais il faudrait que les deux parties considèrent cela comme quelque chose d’inévitable.

Le carillon, signalant la fin des cours pour aujourd’hui et le début de l’impitoyable assaut de l’après les cours, avait retenti.

Mais tous les élèves étaient ambitieux. Les cours étaient peut-être terminés, mais seuls quelques étudiants étaient rentrés chez eux tout de suite.

De nombreux étudiants s’étaient rassemblés sur les terrains d’entraînement après l’école. Hier, il était réservé à trois étudiants — plus une personne — mais c’était généralement un point chaud pour les étudiants, quelle que soit leur année scolaire.

Bien sûr, si l’on ne réservait pas une place bien, il n’y aurait pas de place libre. De plus, les troisièmes années proches de l’obtention du diplôme avaient été classées par ordre de priorité dans les réservations. La raison pour laquelle tant d’individus de la classe inférieure les observaient était d’étudier leurs techniques dans leurs batailles simulées.

Il était donc inévitable que la plupart des spectateurs soient des étudiants de première année.

Tesfia et Alice étaient convaincues que l’entraînement d’Alus aurait lieu sur les terrains d’entraînement, c’est pourquoi elles s’y étaient rendues directement. Cependant, les terrains étaient déjà pleins d’individus de troisième année.

« Hein !? »

Les deux filles avaient déjà revêtu leur uniforme d’entraînement. Mais en voyant les terrains d’entraînement pleins à craquer, elles avaient failli laisser tomber leurs AAR en raison d’une déception totale.

En même temps, elles étaient bombardées de regards. Bien qu’il ne soit pas clair si c’était dû au fait que les élèves de la classe supérieure étaient subjugués par les deux belles filles, ou si on les regardait de haut pour être arrivée en retard. Quoi qu’il en soit, la plupart des élèves avaient arrêté ce qu’ils faisaient lorsque les deux filles étaient arrivées.

« Ce type ne s’est pas enfui, n’est-ce pas !? » demanda Tesfia.

« Je ne pense pas qu’il le ferait. Et maintenant que j’y pense, nous n’avons pas vraiment décidé d’un lieu, » déclara Alice.

Tesfia avait des soupçons, mais Alice l’avait calmée grâce à un bon raisonnement. Mais même Alice n’avait pas pu s’empêcher de sourire amèrement à la façon dont Tesfia appelait le magicien n° 1 « ce type ». Elle pensait que Tesfia était trop gênée pour utiliser son surnom.

Eh bien, sans ce qui s’était passé entre Tesfia et Alus, Tesfia aurait pu montrer plus de respect et utiliser son propre prénom.

Bien sûr, Alice ne savait pas ce qui s’était passé à la cafétéria.

« Alors où est-il !? » demanda Tesfia.

« … » Alice n’avait pas la réponse à cette question, alors que tout ce qu’elle pouvait faire, c’était incliner la tête.

Un peu plus tard, les deux filles étaient arrivées dans un nouveau bâtiment qui avait été construit cette année sur un espace dégagé sur le vaste terrain de l’Institut. Il n’était pas loin des bâtiments principaux et semblait destiné aux nouveaux membres du corps professoral. Par conséquent, avec si peu d’enseignants présents, ce n’était pas un endroit où les élèves pouvaient s’approcher. Et il avait fallu un certain temps avant qu’elles n’atteignent le dernier étage de l’immeuble.

Ça avait été plus dur qu’elles ne l’auraient cru pour retrouver Alus. Quittant le terrain d’entraînement, elles s’étaient dirigées vers le dortoir des hommes et avaient demandé le numéro de chambre d’Alus Reigin à l’accueil. On leur a dit qu’il n’y avait pas d’étudiant de ce genre dans le dortoir.

Après s’être promenées pendant un certain temps, elles étaient passées devant le bureau de la directrice, se rendant compte qu’elles pouvaient simplement le demander à la directrice Cisty.

La directrice avait été déconcertée par le fait qu’elles n’avaient même pas frappé avant d’entrer dans son bureau, mais c’était probablement inévitable, bien que Tesfia ait fait quelque chose d’aussi irréfléchi, ce qui était indigne de la noblesse.

La directrice Cisty pouvait plus ou moins deviner leur situation et ne les avait pas réprimandées. Si cela avait été quelqu’un d’autre que Tesfia et Alice, le résultat aurait probablement été différent. Pour maintenir l’ordre dans l’Institut, elle les aurait fait subir un enfer… c’est du moins ce qu’elle voulait croire.

Elle leur avait finalement dit où se trouvait Alus et elles avaient quitté précipitamment le bureau de la directrice, ignorant que Cisty les regardait affectueusement.

« Est-ce vraiment le bon endroit ? » demanda Tesfia à Alice. C’était une question rhétorique. Après tout, personne ne pouvait se tromper sur l’endroit dont la directrice leur avait parlé.

La dernière zone de l’immeuble, tout en haut, était tout un étage fait pour une seule personne.

Il y avait une porte de sécurité de pointe, mais elles ne sentaient aucune atmosphère lourde ou oppressante devant elle. Au contraire, c’était anormalement simple. Le panneau sur le côté de la porte d’apparence normale était évidemment une serrure de sécurité. Cela allait fonctionner en plaçant la paume de votre main sur le panneau, puis il lisait ensuite les informations de votre mana. Et la porte ne s’ouvrirait qu’aux utilisateurs autorisés.

Tesfia avait enfoncé la sonnette.

Peu de temps après, la porte s’ouvrit lentement. Bien que la porte paraissait simple, elle était aussi épaisse que la main d’une personne.

Les deux filles avaient jeté un coup d’œil timidement à l’intérieur, et avaient vu des machines et des outils qu’elles n’avaient jamais vus auparavant. Contrairement à l’aspect flambant neuf de la pièce, elles sentirent l’odeur des moisissures provenir de là. En regardant de plus près, elles avaient vu de petites piles de livres si vieux qu’ils ne seraient jamais placés sur une étagère. Les murs étaient blancs et semblaient brillants.

« Tsk, donc vous êtes déjà là, » déclara une voix d’homme.

Tesfia et Alice avaient entendu un clic de langue quelque part. Elles avaient regardé autour d’elles, mais n’avaient pas trouvé Alus.

En y regardant de plus près, elles avaient constaté que la salle était quatre fois plus grande qu’une salle de classe ordinaire pouvant accueillir 40 élèves. La taille était anormale en soi, après tout, elle était beaucoup trop grande pour être utilisée par une seule personne. Même les piles de livres et les machines n’occupaient que la moitié de l’espace.

Finalement, elles avaient trouvé le propriétaire de la voix, au-delà de toutes les choses qui se trouvaient sur le chemin.

À ce moment-là, la colère de Tesfia s’était quelque peu dissipée. Au lieu de cela, une question lui était venue à l’esprit, qu’elle avait lancé grossièrement vers Alus. « C’est quoi, cet endroit ? »

Alus était assis sur un fauteuil inclinable spécial, derrière un bureau massif qui semblait aussi cher que le bureau de la directrice. Si quelqu’un qui ne connaissait pas le classement d’Alus avait vu son traitement, il se serait plaint. En fait, certains enseignants s’étaient déjà plaints à la directrice, alors Alus avait donné aux deux filles, qui connaissaient sa situation, une description brusque. « … C’est mon laboratoire, et alors ? Ça et ma chambre. »

Il inclina la tête, se demandant pourquoi elle demandait l’évidence.

« Pourquoi c’est juste toi… même moi je dois vivre dans le dortoir, » déclara Tesfia.

Le laboratoire était immense, mais la chambre d’Alus n’était pas si différente de celle d’un dortoir ordinaire. La cuisine était très avancée, mais comme Alus était le contraire d’un gourmet, elle était complètement gaspillée pour lui.

Cela dit, le point principal de la plainte de Tesfia était qu’Alus était le seul à ne pas vivre dans un dortoir.

« Tesfia, Monsieur Al est…, » Alice s’interposa, parlant en son nom et essayant de faire comprendre à Tesfia la hiérarchie en jeu.

« C’est tout à fait naturel. Vu mes réalisations, même ça, c’est rien du tout, » déclara Alus.

« Grr… » Comme prévu, Tesfia était à court de mots. Elle ne savait pas exactement quelles étaient ses réalisations, mais elle pouvait supposer qu’elles étaient supérieures à ce qu’elle pouvait imaginer, compte tenu de son classement.

« Quoi qu’il en soit, Al, nous étions sûres que les leçons auraient lieu sur les terrains d’entraînement. » Pressée par le temps, Alice revint au sujet principal.

Elles avaient déjà repris leurs uniformes habituels. Puisqu’Alus était dans sa propre chambre, il n’avait pas à se soucier de l’heure, mais il était mal vu de garder une fille dans votre chambre tard dans la nuit. C’était mal de gagner ce genre de réputation à l’Institut.

« Elle a raison. Depuis combien de temps penses-tu que nous te cherchions ? Si tu dis maintenant que l’entraînement commencera demain, je ne te pardonnerai pas. » Tesfia serra le poing fermement, comme pour se venger de lui pour l’avoir coincée verbalement. Cela ne fonctionnait pas comme une menace contre Alus, mais il était vrai que plus d’une heure s’était écoulée depuis le dernier cours de la journée.

Vu la saison, il faisait encore beau… mais comme Tesfia vivait dans un dortoir, Alus s’était dit qu’elle avait un couvre-feu. « Je sais, » dit-il, en regardant autour de lui comme s’il cherchait quelque chose.

Soudain, les expressions de Tesfia et d’Alice avaient changé. Enfin… des leçons du plus fort magicien en service actif allaient commencer. Cela avait fait battre leur cœur, et leurs attentes les avaient poussées à saisir encore plus fort leurs AAR.

« Rangez ces choses dangereuses. Que comptez-vous faire dans mon laboratoire ? » demanda Alus.

« Quoi !! » Les deux filles avaient laissé sortir des voix stupéfaites, voyant Alus tenir un étrange bâton, et n’ayant aucune idée de ce qu’il avait prévu.

Alus avait essayé de s’assurer qu’ils étaient tous sur la même longueur d’onde. « Je vais seulement vous enseigner les techniques de combat contre les mamonos. Eh bien, vos rangs peuvent augmenter en conséquence, mais si c’est tout ce que vous voulez, vous feriez mieux de vous entraîner toute seule. » C’était ses derniers mots. Le seul choix qu’il leur demandait était de savoir si elles le feraient ou non.

« Hein ? » Tesfia avait été celle qui avait parlé de combattre des mamonos, mais elle semblait déçue d’apprendre qu’elle ferait mieux de s’entraîner toute seule si elle voulait élever son rang. « … !! »

Alus frappa instinctivement Tesfia à la tête avec le morceau de bois à la main. « Es-tu une idiote ? … Pour commencer, quels sont, selon vous, les éléments permettant d’estimer le rang d’une personne ? » C’était une question qui avait même fait l’objet d’un cours, alors…

« Je crois que c’était la capacité en mana, le nombre de sorts difficiles que vous pouvez utiliser, le nombre de mamonos vaincus et le nombre de missions terminées ! » déclara Tesfia.

La réponse était beaucoup trop simple pour déterminer si quelqu’un était excellent ou non, mais Alus lui avait quand même donné une note de passage.

Alice avait ajouté à la réponse de Tesfia. « La classe des mamonos vaincus est également prise en considération. »

Avec ça, elles avaient couvert tout ce qu’on leur avait appris en classe. « Eh bien, c’est à peu près ça. Mais ce n’est pas assez. »

Les deux filles repensèrent à ce qu’on leur avait enseigné, puis regardèrent Alus d’un air interrogateur.

Il n’y avait rien à faire. Aucune conférence n’aurait abordé les informations supplémentaires d’Alus. « Vous avez raison en ce qui concerne le sujet. Alors, sur quoi pensez-vous que vous devriez insister pour élever votre rang ? »

Tesfia avait immédiatement répondu. « La capacité de mana et le nombre de sorts que vous pouvez utiliser. » Sa confiance écrasante se faisait entendre dans sa voix.

« Je le pense aussi…, » Alice, quant à elle, soupçonnait qu’il y avait plus que ça dans la question, et avait donné une réponse plus timide. Dans son esprit, elle se disait probablement. « Mais ce n’est probablement pas ça. »

Alus soupira face à la réponse prévisible. Il avait au minimum voulu qu’elles devinent qu’il ne voulait pas d’une réponse aussi simple. Eh bien, si elles l’avaient bien fait la première fois, il ne serait pas en mesure de continuer aussi bien…

Il confirma ainsi le niveau de Tesfia, la soi-disant étudiante d’honneur. En ce sens, la réaction de Tesfia n’avait pas trahi ses attentes. D’après leurs déclarations, Alus pouvait dire que Tesfia était simple et directe, et qu’Alice était plus prudente et capable d’obtenir une meilleure lecture des choses.

Mais dans le cas d’Alice, bien qu’elle puisse présumer des choses, elle ne pouvait pas utiliser efficacement ses intuitions et il n’était donc toujours pas à un niveau utilisable.

« Ce n’est pas bien. La défaite des mamonos et de leur classe est le point le plus important, » déclara Alus.

« … !! »

Tesfia était choquée, mais Alice n’était pas aussi surprise. Cela signifiait qu’elle avait l’impression que sa réponse n’était probablement pas correcte.

« Le nombre de mamonos est à noter, oui, mais ce n’est pas d’une grande importance que l’on puisse vaincre de faibles créatures. Bref, c’est la défaite des mamonos de haut niveau qui aura le plus d’impact sur votre rang, » répondit Alus.

« Mais alors nous ne pourrons pas élever notre rang ! » s’exclama Tesfia.

« Bien que ce ne soit pas complètement impossible, vous ne pourrez toujours pas rattraper les magiciens qui sont sur le terrain, » répliqua Alus.

Mais c’était pour cela que leur rang était si excellent. Sans tenir compte des mamonos vaincus, obtenir ce classement à partir de la capacité de pur mana et de la capacité magique avait démontré qu’elles avaient le potentiel pour la grandeur dans l’avenir.

C’était en partie pour cela qu’Alus avait écouté Cisty. Alus, ou plutôt Cisty, était plein d’espoir pour elles. « C’est pourquoi les techniques pour tuer les monstres vous amèneront à élever votre rang à l’avenir. Mais si vous préférez démissionner pour vous concentrer sur l’amélioration de votre classement maintenant, cela ne me dérangerait pas le moins du monde. Au contraire, j’adorerais que vous le fassiez. »

L’esprit rebelle de Tesfia s’était réveillé, mais Alice était motivée et Alus avait l’intention de veiller sur elles. Dans ce cas, il n’y avait pas beaucoup de différence entre une ou deux personnes.

« Alors, amène-toi. Si nos rangs montent en conséquence, il n’y a pas de problème. » Tesfia était toujours obsédée par le classement. Alice, par contre, semblait quelque peu inquiète.

Les magiciens qui participaient aux combats dans l’armée n’étaient pas très attentifs à leur classement. Bien sûr, un grade plus élevé signifiait plus de salaires et un meilleur traitement, et surtout — un grade élevé était un grand honneur.

Mais en retour, les magiciens de haut rang étaient affectés à des missions plus dangereuses. Considérant les espoirs et les désirs de l’humanité, ils s’étaient peut-être réjouis de ça. Mais pour Alus, cela signifiait simplement être pressé de mourir.

Comme Alus avait été affecté à l’élimination des monstres de haut rang, aucun autre magicien de haut rang n’aurait dû se voir confier des missions imprudentes.

Mais c’était les valeurs d’Alus, et il n’allait pas les imposer à Tesfia et Alice. Ce n’était pas ses affaires, donc en bref, c’était leur responsabilité. Il n’allait pas s’immiscer dans leur mode de vie et dire quelque chose d’inutile.

Alors qu’Alice acquiesçait de la tête, Alus poursuivit son explication.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire