Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 12

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 2 : La différence entre l’idéal et la réalité

Partie 12

Cela avait pris un peu de temps jusqu’à ce qu’Alus songe à retourner dans l’école pour le déjeuner.

« … Je suppose que je vais aller à la cafétéria aujourd’hui. » Sa voix résignée présentait un soupçon de fatigue mentale mêlée à ça. Il s’agissait de quelque chose qu’un repas du midi n’aurait pas pu dissiper alors que cette fatigue s’était accumulée en lui.

Mais il avait manqué de chance sur la route qu’il avait choisie pour éviter toute attention.

Alus avait décidé de passer par le couloir du deuxième étage près du laboratoire de recherche de la faculté, couramment utilisé uniquement par le personnel.

« Monsieur, à propos de votre cours sur les mamonos… » La voix d’une fille qu’il avait entendue il y a quelques instants lui avait atteint les oreilles.

Avec la porte entrouverte, sa voix avait atteint le couloir. L’image d’une étudiante d’honneur passionnée était apparue dans l’esprit d’Alus. C’était des choses qu’Alus savait déjà, et elle aurait pu le lui demander, mais il était étudiant et avait des responsabilités différentes de celles d’un enseignant.

Eh bien, on n’y pouvait rien. En fait, le simple fait de l’entendre lui avait donné envie de grogner un peu.

Alus passa sans s’arrêter, jetant simplement un coup d’œil dans le laboratoire. Là, il vit la petite fille aux cheveux roux, ouvrant un texte à deux mains. Son ton était enthousiaste comme toujours, et ses yeux étaient sérieux.

Bon sang, comme c’est impatient…

Alors qu’il pensait cela, il lui vint à l’esprit qu’il pourrait devoir revoir son opinion d’elle.

En fin de compte, elle était immature et inflexible, et elle essayait d’être sincère envers elle-même tandis que sa fierté de noble et son visage d’étudiante d’honneur la pesaient.

Elle était, à sa façon — droite, pure et innocente à cause de cela.

Alus était plus loin sur ce chemin, mais il sentait qu’il ne devait pas se mettre en travers de la route pour qu’une jeune pousse puisse se développer. Mais c’était une façon de penser qui ne correspondait pas à son âge. Il se sentait même vieux, en y pensant.

Comme il n’avait vécu que 16 ans, il était trop jeune pour avoir cet état d’esprit.

« Je crois que vous en avez parlé pendant le cours, mais il y a quelque chose que je n’ai pas compris au sujet de la Classe A. Ce qui m’intrigue, c’est ce texte qui parle de “mitose”… »

« Ah, oui, à propos des clones produits par reproduction asexuée… »

Alus n’était pas resté pour écouter. Il s’en était allé avec un sourire ironique alors que le professeur semblait hésiter à parler.

Il s’agissait d’une question liée à l’origine de mamonos, en d’autres termes, l’embryologie. Et lorsqu’il s’agissait de cloner la technologie, que l’humanité n’arrivait pas à perfectionner, il n’y avait aucun moyen pour qu’un enseignant puisse répondre. S’il le pouvait, ça répondrait à de multiples mystères autour des mamonos. Il en résulterait une amélioration spectaculaire des connaissances de l’humanité sur les mamonos.

Mais cette question née du doute pur avait fait douter Alus de son sens.

Même si elle recevait gentiment une explication du professeur, elle ne comprendrait probablement rien à tout cela.

Alus avait continué à se diriger directement vers la cafétéria, mais quand il y était arrivé…

« C’est sûr qu’il y a du monde. » Mais rebrousser chemin dès l’arrivée lui avait semblé être un trop grand gaspillage. Pendant qu’il grimaçait face à la congestion, il avait choisi de l’endurer et de s’aligner pour pouvoir s’y référer à l’avenir.

La cafétéria était comme un marché alimentaire, avec des entreprises alimentaires célèbres alignées les unes à côté des autres, y compris beaucoup de restaurants bien connus adaptés pour la prestigieuse Seconde Institue de Magie.

Alus sentait qu’il perdait son temps, mais il avait quand même déplacé ses yeux sur les multiples menus du tableau lumineux. Fondamentalement, il n’avait besoin que de se nourrir, mais avec tant de choix, il ne savait pas trop quoi choisir.

Après avoir choisi le plat du jour, le tour d’Alus était arrivé. Une vieille dame bien rangée était au comptoir, portant un bandana triangulaire et un tablier, avec un large sourire sur le visage.

« Je prendrai le plat du jour, » déclara Alus.

La vieille dame avait un regard empli de doute dans les yeux alors qu’elle tendait la main.

« Quoi ? » demanda Alus.

« Où est votre ticket restaurant ? Est-ce votre première fois ? » demanda la femme.

« C’est exact, » déclara Alus.

Après avoir acquiescé d’un signe de tête compréhensif, la vendeuse avait pointé son doigt, comme pour dire « Là-bas ». Dans cette direction, il y avait un distributeur de tickets-repas, avec encore une autre ligne de personnes.

Saisissant le sens, Alus avait quitté le comptoir, la tête basse. Une expression troublée apparut sur son visage à l’idée de faire la queue à nouveau.

Dans les cafétérias militaires, il suffisait d’apporter un plateau et la nourriture était mise sur le dessus. Mais il semblait qu’un institut ordinaire était différent.

Alors que les cours de l’après-midi approchaient rapidement, Alus atteignit le distributeur automatique, mais alors il fronça les sourcils dans la confusion. Le distributeur automatique était rempli à ras bord de touches tactiles. Le simple fait de chercher le plat du jour était pénible.

« Pfft, le fait d’avoir beaucoup de choix n’est pas si génial… hm ? » murmura Alus.

Assez perplexe, peu importe combien de fois il avait appuyé sur le bouton, aucun ticket-repas n’avait été émis. Après avoir attendu si longtemps, sa frustration s’accumulant, Alus sentit une irritation s’accumuler à l’intérieur de lui.

Pour une raison ou une autre, les gens autour de lui l’avaient regardé comme s’il était un péquenaud de la campagne. Certains semblaient même se moquer de lui.

Il s’en fichait, mais comme c’était le résultat de ses efforts, les bords de sa bouche avaient tremblé. Et son index était déjà plié vers un poing.

« H-Hey ! Qu’est-ce que tu fais ? »

Quand Alus s’était retourné, il avait vu la rousse qu’il avait croisée. Et elle avait l’air un peu abasourdie.

« J’abandonne. Jusqu’à quel point essaies-tu d’attirer l’attention sur toi, en agissant de cette façon devant tant de gens ? » demanda-t-elle.

« Qu’est-ce que je suis censé faire ? Ce truc s’est cassé juste quand c’est devenu mon tour, » déclara Alus.

« Pousse-toi de là, » déclara Tesfia.

En regardant Tesfia couper à travers la ligne, Alus se plaça sur le côté.

Se tenant à bonne distance d’Alus, elle posa les mains sur ses genoux et se pencha en regardant le distributeur automatique.

Elle avait de longs cils, une peau fine et un nez droit. Objectivement, son attrait en tant que femme se détachait. Mais Alus ressentait encore un certain doute.

Juste à ce moment-là, Tesfia, sentant peut-être son regard, l’avertit d’un murmure. « La directrice t’a dit de ne pas attirer l’attention pour protéger ton secret, non ? » Après ça, elle s’était tournée vers le distributeur comme si elle n’avait pas le choix.

En voyant Tesfia examiner la machine, le spectacle s’était terminé alors que les regards le ridiculisant disparaissaient. Cependant, il n’y avait bien sûr aucun message d’erreur.

Après quelques secondes, Tesfia poussa un soupir. « N’as-tu jamais utilisé de distributeur automatique ? »

« Je les connais, mais je n’en ai jamais utilisé. Dire que j’aurais été rejeté à ma première tentative…, » déclara Alus.

« Bon sang, as-tu vécu sous un rocher ? » demanda Tesfia.

Alors que Tesfia déclara ça, elle avait montré du doigt le message « Insérez la monnaie » dans le coin de l’écran. « Comptais-tu manger sans payer ? » Elle avait l’air amusée par le comportement d’Alus, autant qu’elle avait l’air étonnée.

Cependant — .

« Hein ? Me dis-tu que ce truc veut me faire payer ? » demanda Alus.

« Hé !! » Tesfia avait tiré sur sa manche et l’avait forcé à se baisser. Elle s’était accroupie alors au même niveau, mettant sa main autour de sa bouche. « Es-tu fou ? Ce sont tous des restaurants de haute qualité, bien sûr ils ne te nourriront pas gratuitement ! Si tu veux manger, tu paies. C’est du bon sens ici. Même si tu n’as pas l’argent en main, tu peux utiliser ta carte de paiement de nos jours. Par ici, tu vois ? » Elle avait expliqué tout cela comme si elle faisait la leçon à un enfant.

« Je ne me balade pas avec ma licence, » déclara Alus.

« Hein ? N’as-tu jamais rien acheté sur le terrain de l’Institut ? » demanda Tesfia.

« Bien sûr que je l’ai fait. Mais je n’ai jamais utilisé l’argent pour me nourrir. De plus, j’avais l’intention de jeter ma licence à la poubelle quand je suis entré à l’Institut, » déclara Alus.

En entendant la remarque erratique d’Alus, Tesfia avait jeté un coup d’œil autour d’eux. Heureusement, il semble que personne ne les espionnait.

Et bien sûr, ils ne le feraient pas. Dans un autre univers, Alus aurait pu être à six ou sept chiffres. Et face à ce genre de résultat, Tesfia pourrait comprendre que quelqu’un veuille se débarrasser de sa licence par pure déception.

Non, elle ne pourrait pas non plus comprendre ça.

Le plus important, c’est qu’il avait reçu sa licence de la principale. Elle ne savait pas s’il l’avait jetée de nouveau, mais il était difficile d’imaginer que quelqu’un qui jetterait quelque chose d’aussi précieux l’emporterait avec lui.

« Ce qui veut dire…, » déclara Tesfia.

« Je n’ai même pas un sou, » déclara Alus.

« Bien sûr…, » déclara Tesfia.

Tesfia s’y attendait, mais en entendant Alus le dire à voix haute, elle avait affaissé ses épaules. Elle avait ensuite sorti sa licence de sa poche et avait froncé les sourcils pendant un moment, avant de l’appuyer contre le capteur du distributeur automatique. « Urk... !? » Un glapissement amer lui échappa de la gorge.

Après cela, ses épaules étaient tombées encore plus bas. « Qu’est-ce que tu prends ? »

Elle avait dû japper en voyant le solde restant, et Alus se souvient d’avoir vu des militaires réagir de la même façon au sujet du solde de leur compte. « Et toi, qu’en penses-tu ? N’es-tu pas venue ici pour manger ? »

« Je suis par là-bas. J’ai demandé à Alice d’acheter quelque chose pour moi pour que je l’apporte en classe, alors j’aimerais vraiment me dépêcher. » Tesfia était probablement seule parce qu’elle avait une question pour le professeur. Elle indiqua la direction d’un kiosque un peu bon marché parmi le grand nombre de boutiques somptueuses. On aurait dit le genre de kiosque où les étudiants en difficulté financière pouvaient manger.

« N’es-tu pas de la noblesse ? Es-tu à court d’argent pour le déjeuner ? » Alus s’exprima de façon réfléchie, avant de se maudire à l’intérieur. C’était la vérité qu’il n’avait pas une haute opinion de la noblesse. Mais vu la fierté de Tesfia, sa remarque était probablement imprudente.

Il avait déjà assez attiré l’attention avec le problème du distributeur automatique. Mais contrairement à ses attentes, la réaction de Tesfia avait été calme. « Hmph, bien sûr que non. J’ai demandé à ma mère l’impossible en étant autorisée à entrer dans l’Institut. Elle paie déjà les frais de scolarité, alors je fais le reste toute seule. »

Ses paroles semblaient rebelles, mais son ton n’était pas dur. Elle avait accepté sa situation à la suite de son propre choix. Tout en souriant.

Elle ne le rejetait pas non plus. Elle faisait du mieux qu’elle pouvait par ses propres forces, alors elle pouvait honnêtement se vanter.

Alus avait l’impression d’avoir vu un côté inattendu de Tesfia. Cela dit, il n’était pas du genre à être réservé. « D’accord, alors je t’emprunterai ton déjeuner. Je pourrais aussi bien manger au kiosque. »

« C’est très bien. Je te rends juste la faveur…, » déclara Tesfia.

Après avoir chuchoté cela, Tesfia avait soudain fait une expression sérieuse avant de continuer, semblant quelque peu mortifiée. « La vérité est que… je sais. Tu te retenais pendant le simulacre de bataille, n’est-ce pas ? »

« Hm ? Non, c’est —, » commença Alus, puis son regard se tourna vers le sujet inattendu.

En revanche, Tesfia sourit largement. « Je suis toujours à quatre chiffres, après tout. Eh bien, je n’ai pas pu le dire tout de suite, mais après avoir pris le temps d’y réfléchir… »

« — Je vois. Désolé. »

Il n’avait pas à s’excuser pour ça, mais Alus se sentait étrangement agité.

« Si ça ne te plaît pas, pourquoi ne le vois-tu pas comme mes frais de scolarité pour tes leçons ? » demanda Tesfia.

« Hmm… »

Alus avait réfléchi un instant à cette suggestion. Cela semblait raisonnable à titre de compromis, mais normalement, les frais de scolarité pour les leçons classées actuellement au premier rang étaient beaucoup plus élevés que ceux d’un déjeuner.

Cependant, il pourrait le considérer comme un investissement dans ses faibles perspectives. Alus avait la mauvaise habitude de toujours voir ce genre de choses d’une manière pragmatique. Après s’être convaincu par la force, il avait accepté sa suggestion. « Alors c’est ce que je vais faire. »

Il pensait qu’il n’était pas nécessaire de répondre à sa bonne volonté avec cynisme.

Alors qu’il avait répondu, il s’était dirigé vers le kiosque, suivant le petit dos de Tesfia quelques pas devant lui comme guide. En regardant sa queue de cheval rebondissante, il se dit qu’elle était sincère malgré son manque d’argent.

Quand il pensait comme ça, il ne pouvait plus sentir ce côté piquant venant de son petit corps.

Pendant ce temps, Tesfia s’était arrêtée sur ses pas. « Quoi ? » Elle se retourna et son regard suspicieux montra une méfiance évidente, même si ses mouvements étaient timides et maladroits.

« Qu’est-ce que tu veux dire par quoi ? » demanda Alus.

« … Si tu as quelque chose à dire, dis-le. Tu me regardais fixement. » Apparemment, elle était très consciente du regard d’Alus.

En fait, il avait pensé à quelque chose en la regardant. « Eh bien… » Alus hésita un instant, mais la suspicion dans les yeux de Tesfia ne disparut pas. Au contraire, c’était devenu plus fort.

Mais les mots suivants d’Alus avaient provoqué une situation inattendue, bien qu’il n’ait pas beaucoup de sens pour lui. Il posa la main sur son menton et dit ce qu’il avait en tête. « Quand je te regarde, je pense, tu es plutôt mignonne. Tu es naturellement belle et tu as l’air d’être populaire auprès des garçons… voilà ce qui… j’étais en train de réfléchir. »

Les épaules de Tesfia tremblèrent, et elle se retourna comme pour s’enfuir au lieu d’attendre pour entendre tout ce qu’il avait à dire.

C’était exact — comparé à la plupart des filles, il y avait une différence claire entre sa beauté et la leur. C’était évident d’après les regards qu’elle recevait de ceux qui l’entouraient. Même ses yeux inébranlables étaient adorables.

Bien sûr, ce n’était qu’une évaluation générale et non quelque chose dont Alus lui-même était particulièrement conscient. Et c’est pourquoi il ne comprenait pas les regards jaloux qu’il recevait des étudiants masculins.

C’est probablement ainsi parce qu’Alus, ayant grandi dans le monde extérieur, ne sentait aucune attirance pour la beauté d’un bijou intouchable. Mais il sentait son cœur purifié par son sourire naïf et innocent. C’est pour ça qu’il l’avait mentionné si gentiment.

Il n’y avait pas eu de signification plus profonde en arrière-plan, c’était juste quelque chose qui était sorti de sa bouche.

La zone environnante était devenue silencieuse de façon inattendue. C’était probablement parce qu’ils avaient entendu ce qu’Alus avait dit. Alors que la cafétéria qui était pleine d’agitation était maintenant silencieuse, la voix d’Alus s’éleva jusqu’au couloir.

« Quoi — ! Qu’est-ce que tu dis… ?? » La voix de Tesfia était faible, son dos tourné vers Alus.

Voyant cela, Alus avait parlé d’un ton perplexe. « Hé, et maintenant. » Il était passé devant elle et s’était retourné. Quand il l’avait fait, il l’avait vue presser sa licence contre sa poitrine pour calmer son cœur battant la chamade. Son visage était visiblement rouge, ses yeux baissés et ses lèvres tremblaient. « Si on ne se dépêche pas, l’heure du déjeuner va se terminer. »

« Tais-toi !! … Idiot… C’est ta faute… » répliqua Tesfia, tout en se dirigeant rapidement vers le kiosque et en ramassant de la nourriture sans dire un mot. Ensuite, elle avait déposé sa licence en disant : « Tenez, madame, » et elle avait payé la facture.

« Hé, ma nourriture… »

Tesfia avait déjà terminé sa transaction, donc la voix d’Alus était vaine.

L’instant d’après… « Fia, hey ! » Une voix s’était fait entendre de loin, peut-être après s’être lassée d’attendre.

En regardant dans cette direction, Alus pouvait voir Alice agiter la main avec un sourire éclatant. « Oh, on dirait que ton amie est là — Hé ? » Alus avait encore essayé de regarder son visage.

Mais son corps avait sauté comme un diable à ressort.

Il n’avait aucune idée de ce qu’elle pensait, mais après son saut, elle avait couru vers Alice. Le visage de Tesfia était rouge betterave, mais Alus n’avait aucun moyen de le savoir.

« Euh, alors que dois-je faire ? » Il se gratta la joue avec un regard perplexe tout en observant la rousse rebondir.

Finalement, n’ayant pas d’autre choix que de la pourchasser, Alus avait déjeuné avec une Tesfia au comportement suspect et une Alice confuse qui veillait sur elle.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Tiens, au fait, Alus touche une pension d'ancien combattant ? 😅

    • Pas du tout. Il touche encore son salaire de numéro 1 mondial en plus d'avoir tous les objets qu'il demande, peut importe ce que c'est.

      Mais vu comme il est, c'est pas lui qui fera de gros trou dans le budget, à par pour les locaux dans l'école et cela reste rien.

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire