Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 11

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 2 : La différence entre l’idéal et la réalité

Partie 11

C’était exact. La barrière de Babel, responsable de l’arrêt de l’avance des mamonos, s’affaiblissait d’année en année.

Il avait été dit que la raison en était que la barrière devait être élargie pour couvrir les territoires regagnés, avec comme résultat que la force globale de la barrière s’affaiblissait à mesure que la zone qu’elle couvrait augmentait.

Dans le passé, les mamonos n’avaient même pas essayé d’approcher les territoires des sept nations, mais cette tendance commençait à changer progressivement. Dans les parties de la barrière qui étaient particulièrement faibles, même les mamonos de classe B avaient réussi à la franchir.

C’était quelque chose que peu de militaires savaient. 

Bien sûr, tous les magiciens avaient remarqué le nombre croissant de missions pour faire face à l’invasion des mamonos, mais aucun d’entre eux ne spéculait à haute voix à ce sujet.

Alus avait fini par divulguer cette information, mais comme son grade était confidentiel, ses remarques seraient balayées comme les ragots oisifs d’un étudiant de première année.

Il y avait maintenant, cependant, certains connaissaient la position d’Alus… et les visages de Tesfia et d’Alice étaient devenus pâles. Elles avaient arrêté de jeter un coup d’œil vers lui.

Alus s’était réprimandé d’avoir laissé échapper quelque chose comme ça, mais comme cela l’avait libéré de leur regard, il avait décidé de laisser faire.

Cependant…

Une fois la conférence terminée, quand l’heure du déjeuner avait commencé, Tesfia s’était précipitée vers lui. Elle avait tiré de force sur son bras et l’avait traîné sur le toit, Alice suivait de près derrière eux.

Du point de vue d’un spectateur, un homme et deux femmes qui s’enfuyaient comme ça, cela avait l’air de devenir indécents… mais comme deux des trois individus étaient Tesfia et Alus, la plupart de leurs camarades de classe s’étaient dit que c’était juste une dispute de plus.

Heureusement, comme les cours venaient de se terminer, il n’y avait personne sur le toit.

Tesfia avait ouvert la porte et avait poussé Alus sur le toit. Même si ce n’était peut-être pas leur intention, la façon dont Tesfia et Alice se tenaient à côté de la porte avait bloqué sa fuite.

Tesfia avait alors dit. « Qu’entends-tu par ce que tu as dit avant ? »

« Qu’est-ce que tu racontes ? » demanda Alus.

Elle n’avait montré aucun signe d’excuse pour l’avoir brutalement forcé à aller sur le toit, mais Alus n’avait pas été particulièrement offensé par cela. Il s’était déjà résigné à ce genre de chose quand il avait laissé passer l’affaire.

« À propos de l’affaiblissement de la barrière de Babel, » déclara Tesfia.

« Ai-je dit quelque chose comme ça ? » Il avait ressenti un léger mal de tête quand il s’était rendu compte qu’il devrait payer pour sa gaffe, mais il avait essayé de faire semblant d’être ignorant. En fait, c’était le seul choix qui lui restait.

« Tu l’as fait !! » s’exclama Tesfia.

Tout ce qu’il avait pu faire, c’était hausser les épaules devant l’affirmation de Tesfia.

« Monsieur Alus, est-ce vrai ? » demanda Alice.

« Alors, qu’en est-il ? Ça n’a rien à voir avec vous deux. » Il avait essayé de rendre ça ambigu, mais cela ne fait que le confirmer dans l’esprit d’Alice.

Alice le regarda d’un air triste. Le vent ébouriffa ses cheveux châtains alors qu’elle faisait un pas en avant pour clarifier sa décision. « Cela a quelque chose à voir avec nous. Nous nous efforçons de devenir des magiciens pour aussi lutter contre les mamonos… alors, ne dis pas quelque chose de si triste, » dit-elle avec audace, avec une résolution sinistre.

Mais ce n’était là que les paroles de quelqu’un qui n’avait pas encore été confronté à l’inconnu. C’était un sentiment creux, non étayé par des éléments de fond.

Mais il était trop tard pour arranger les choses maintenant.

« Encore une fois, et alors ? Ce n’est pas quelque chose que des gens comme vous peuvent faire pour l’instant, » déclara Alus.

« C’est vrai, mais…, » balbutia Alice.

La réplique d’Alus était dure, mais s’il n’allait pas aussi loin, elle ne ferait que s’accrocher. Il avait dit « des gens comme vous », mais maintenant qu’elles connaissaient ses capacités, elles n’allaient pas discuter avec lui à ce sujet.

Elles n’avaient pas d’autre choix que d’accepter calmement la différence de capacité entre eux, et de serrer les dents sur la réalité défavorable.

« Tu te trompes !! » Tesfia avait rejeté la déclaration d’Alus.

Elle n’était pas aussi téméraire et émotive qu’hier. Au lieu de cela, elle réfutait sa façon de penser avec des yeux sérieux. « S’il n’y a pas de temps, il faut avoir honte de passer les trois prochaines années dans cet Institut. Ne devrions-nous pas être prêts à nous battre à l’improviste ? »

Ses cheveux roux brillaient au soleil et ses yeux étaient empli de sérieux.

Tandis qu’Alus pensait qu’elle était déraisonnable, il trouvait son apparence rafraîchissante.

Mais quand elle avait continué vers lui en poussant le doigt contre lui, comme pour lui dire. « Qu’en pensez-vous ? » L’impression profonde qu’il avait reçue pendant un moment avait disparu, laissant derrière lui ce qui n’était qu’une fille très compétitive.

Quand on y pense, le fait qu’elle ait dit cela signifie qu’elle avait effectivement passé son temps de façon décontractée. Bien sûr, si elle avait les compétences pour le prouver, il n’aurait rien à se plaindre.

Alors qu’il se moquait d’elle dans son esprit parce qu’elle n’était qu’une simple étudiante qui n’avait jamais vu un mamono, sa conscience d’elle-même était digne d’éloges. C’était digne d’éloges, mais — .

« C’est pour ça que tu nous entraîneras à combattre les mamonos, » déclara Tesfia.

« Impossible. » Alus avait immédiatement refusé.

« — !! »

Il était évident, en le regardant objectivement, qu’il refuserait, considérant que la façon dont elle se comportait n’était pas la façon dont vous demandiez une faveur.

Cependant, pour Tesfia, cette façon de demander était le résultat d’un conflit avec sa fierté, et finalement d’en subir la honte. C’est pour ça qu’elle ne s’attendait pas à être rejetée.

La façon dont elle avait été rendue sans voix, avec ses yeux qui tournoyaient en rond, était la définition même d’être abasourdie. Elle était complètement abasourdie.

« Monsieur Alus, s’il vous plaît, » déclara Alice.

« … Je vais y réfléchir. la directrice me l’a après tout demandé, » répondit Alus.

« — !! Hé ! » Puisqu’Alice avait demandé, et que la réponse d’Alus laissait place à la considération, Tesfia était revenue à la raison et avait protesté farouchement. « Pourquoi est-ce correct si Alice te le demande ? »

« Je me fiche que tu sois noble ou quoi, mais ce n’est pas comme ça que tu demandes une faveur à quelqu’un, » répliqua froidement Alus.

« Argh… »

Il semble que Tesfia n’ait pas été en mesure de réfuter l’argument parfaitement valable d’Alus. Heureusement, il ne semblait pas qu’elle allait le condamner pour insulte à la noblesse. Pour preuve, Tesfia semblait vouloir dire quelque chose, mais elle avait ravalé ses paroles.

« Tout d’abord, consacrer du temps à des gens comme vous serait un gaspillage, » déclara Alus.

Même si ces deux-là étaient sans aucun doute les meilleurs de leur classe, elles ne pouvaient toujours rien dire à propos d’un magicien à un seul chiffre.

« … Mais la directrice a dit que tu t’occuperais de nous ! » s’écria Tesfia.

« … » Alice avait fait à Alus des yeux de chiot. Ces yeux clairs voltigeaient d’enthousiasme et d’attente, dégageant une lumière éblouissante. Le regard invitait à la compassion tout en étant étrangement doux. C’était un peu injuste.

Et elle avait raison. Cisty lui avait en effet demandé, et Alus lui avait aussi donné une réponse quelque peu affirmative.

Peut-être étais-je trop hâtif, se dit Alus en secouant la tête. « Elle a dit que… Je pense… bien, bien, et toi ? »

« Eh !? »

Il avait entendu les intentions d’Alice et la directrice lui avait demandé. Mais la rouquine boudait et ruminait encore, alors il lui avait demandé de faire la même chose.

Tesfia avait redressé sa posture, et avait raclé sa gorge. Son regard s’éloigna d’Alus, compromettant peut-être sa fierté alors qu’elle commença à rougir. Après avoir posé une main sur sa poitrine et expiré, elle avait placé une de ses jambes en arrière et avait baissé la tête. « Pouvez-vous m’apprendre... » Elle avait ensuite levé le menton, avait effectué des yeux de chiot et avait cligné des yeux à plusieurs reprises.

« … » Alus l’avait regardée d’un air vide. Quel acte évident ! Il s’agissait clairement d’une répétition de la demande d’Alice qui avait réussi.

 

 

Après quelques secondes de silence, la fatigue mentale ou le sentiment de honte de Tesfia semblaient l’atteindre alors qu’elle se détournait et rougissait à nouveau. Ses lèvres tremblaient, comme si elle retenait à peine une tempête de plaintes.

Pendant ce temps, Alice avait décidé de se taire, se grattant la joue avec un sourire ironique.

« C’est une certaine humilité fière, » dit Alus avec sarcasme, la voyant faire preuve d’une humilité si évidente qu’elle ne pouvait pas être sincère à ce sujet.

Tesfia avait réagi brusquement, lui lançant un regard haineux en raison de la honte qu’elle ressentait.

Mais comme Alus avait vu le début des larmes se former dans ses yeux, il avait décidé de l’aider. « Je plaisantais… »

« Tu es vraiment le…, » commença Tesfia.

« J’ai dit que je m’occuperais de vous, mais je vais prioriser mes propres recherches. Il n’y a aucune garantie que vous deux deviendrez des magiciens utiles, » déclara Alus.

« Qu… »

La façon unilatérale de parler d’Alus avait dû sembler horrible aux deux filles qui s’efforçaient de devenir magiciennes.

Alice poussa un soupir maladroit et se gratta la joue, mais il était évident que Tesfia, inébranlable, n’allait pas pouvoir l’accepter. Ou plutôt, si elle ne répondait pas et n’exprimait pas ses frustrations, son visage rouge ne redeviendrait jamais normal.

« Tu ne peux pas le dire tant qu’on n’a pas essayé. Peut-être qu’on deviendra assez fortes pour pouvoir se battre aux côtés de toi. » Son ton était doux, et elle ne montrait aucun signe d’éruption d’émotion comme avant.

Alus pensait qu’elle en avait déjà assez appris. « Ce n’est pas ce que je voulais dire. Vous êtes considérées comme excellentes, non ? »

Alors qu’elles avaient encore des réserves, cet éloge tout à fait inattendu venant d’Alus avait momentanément fait surgir une expression de surprise sur leur visage.

« … Bien sûr, » répondit Tesfia, en mettant autant de calme dans son visage qu’elle le pouvait.

Normalement, c’était là qu’elle le déclarerait avec confiance, mais avec le magicien numéro 1 en face d’elle, personne ne pouvait lui reprocher de défaillir.

Mais Alus soupira, et corrigea le malentendu. « Ce n’est pas ce que je voulais dire. Il n’y a aucune garantie que tous les excellents magiciens seront utiles au combat. Vous n’avez jamais vu les mamonos, n’est-ce pas ? »

Son ton de voix ne les regardait pas de haut. Il ne faisait pas non plus étalage de son propre pouvoir. C’était plutôt le ton de quelqu’un de plus âgé qui parlait aux enfants, avec une certaine prudence.

Tandis que les deux filles auraient dû voir des mamonos dans leur matériel de classe, ce n’était pas ce qu’Alus voulait dire. Les deux filles le savaient manifestement, et elles hochèrent la tête. C’était tout à fait naturel.

Il n’y avait pas que ces deux filles, dans ce cas. Il ne serait pas exagéré de dire qu’aucun des étudiants de l’Institut ne l’avait fait. Alus disait qu’elles étaient encore inexpérimentées. Il croyait que vous n’étiez pas un magicien à part entière jusqu’à ce que vous ayez au moins tué un mamono.

En fait, c’était l’événement critique après laquelle on pouvait dire si une personne serait utile ou non en tant que magicien. Une montagne que tous les magiciens avaient dû traverser.

Ce n’était pas tout ce qu’il y avait de nécessaire pour être un magicien, mais Alus avait laissé cela de côté pour l’instant et avait continué. « Il y a ceux qui ne peuvent pas utiliser la magie face à un mamono. Si cela se produit, il sera très difficile pour ce magicien de sortir dans le monde extérieur. Donc, même si je vais de l’avant avec votre formation et que vos rangs augmentent un peu, on ne sait pas si cela mènera vraiment à quelque chose. »

« Hmph… ce n’est pas un problème. C’est quelque chose qu’on découvrira quand on essaiera, » déclara Tesfia.

Tesfia avait ignoré l’affaire, mais d’après l’expérience d’Alus, c’était le genre de personne qui était inutile au combat, et il lui avait fait un regard cynique. Il n’avait rien dit à haute voix parce qu’il ne voulait pas répéter la même erreur qu’avant.

Les gens acceptaient les choses différemment. Alice, contrairement à Tesfia, accepta les mots d’Alus comme ceux du magicien n° 1 avec un regard doux sur son visage.

Quelqu’un comme Tesfia qui avait sous-estimé son adversaire était un problème. Et il n’y avait rien à gagner à agir timidement avant même le début d’une bataille, comme Alice. Il ne s’agissait pas de savoir si l’une était meilleure que l’autre, mais Alus croyait que le premier était plus susceptible de mourir tôt.

« Nous allons commencer aujourd’hui, » déclara Tesfia.

Le léger mal de tête d’Alus s’était aggravé lorsque Tesfia avait pris le contrôle. Même la dignité d’être classé premier n’avait aucune chance face à cela. Bien sûr, c’était juste limité à Tesfia.

Mon temps…

Soudain, Tesfia avait hésité, marmonnant. « Alus et Alice… » Elle s’était mise à parler toute seule, à ruminer quelque chose. « … C’est trop déroutant. »

Qu’est-ce que cette rousse dit ? Alus se déclara ça à lui-même alors qu’une envie sérieuse de retourner à la salle de classe commençait à gonfler à l’intérieur de lui. Mais avec les filles devant la porte, sa voie d’évacuation était bloquée. C’est pourquoi il attendait silencieusement qu’elle continue.

« C’est trop déroutant, alors changeons ton nom, » déclara Tesfia.

Cet ordre hors du commun lui avait été donné par quelqu’un qui le connaissait depuis deux jours.

Cette suggestion laissa même Alice abasourdie, et sa mâchoire se relâcha avant de se transformer en un sourire amer. Finalement, elle s’était excusée auprès d’Alus, comme pour dire qu’elle était habituée à l’arrivisme de sa meilleure amie.

Même si toute logique avait été ignorée, c’est Alice qui devrait changer son nom, pas lui. Ou j’aimerais le dire, mais ce n’est pas le moment. En fait, pourquoi dois-je m’impliquer dans quelque chose d’aussi illogique, Alus s’était dit qu’il en avait assez de se sentir rejeté par elle. « Continue de parler. »

Répondre à Tesfia était un gâchis… mais le dire l’énerverait. Ou peut-être pas, en posant le doigt sur son menton et en disant : « Et Al ? Tu es Alus, alors… Al. »

« Comment suis-je censé répondre à ça ? » Alus avait eu du mal à répondre à un surnom qu’il n’avait jamais reçu auparavant. Quand il avait été dans l’armée, il y avait eu une période où on l’appelait par son numéro, mais il avait été appelé par son nom bien plus souvent.

Non, il y en avait un qui l’avait appelé comme ça…

Alice, contrairement à un Alus confus, semblait heureuse. « Oui, c’est bien. Monsieur Al semble plus accessible. »

« Alors c’est décidé. » La suggestion surprenante avait été approuvée après l’implication d’Alice. Il semblait que la propre volonté et l’assentiment d’Alus n’étaient absolument pas nécessaires à la décision.

Cependant, le « Monsieur » d’Alice était quelque chose qu’il ne pouvait pas ignorer, alors il avait décidé d’arranger ça. « Alice, tu n’as pas besoin d’ajouter un Monsieur à mon prénom. Je n’ajouterai pas de Mademoiselle au tien. »

« C’est vrai, c’est un peu formel. » Alors qu’un sourire éclatait était présent sur le visage d’Alice, toute raideur d’hier disparut.

« Al, hein…, » Alus avait bougé la bouche, mais il n’était pas sûr si sa voix sortait. La seule chose dont il était sûr, c’est que Tesfia et Alice ne l’avaient pas entendu. C’était juste une syllabe de moins, mais le son était complètement différent et cela lui avait laissé une sensation étrange. C’était une émotion qu’il n’avait jamais ressentie auparavant, presque vexante ou chatouilleuse.

Peut-être parce qu’elles avaient son âge… Quoi qu’il en soit, il ne ressentait pas un fort sentiment de rejet à son égard. Tout au plus, il se sentait bêtement concerné par sa dignité en tant que numéro un apparemment en voie de disparition.

Par conséquent, Tesfia et Alice étaient probablement les seules à se sentir soulagées et rafraîchies par cela.

« Ah !! On doit se dépêcher de rentrer !! » déclara Tesfia.

Alus n’avait pas l’impression que beaucoup de temps s’était écoulé, mais Tesfia l’avait crié, puis s’était rapidement précipitée et avait posé sa main sur la poignée de la porte avant de retourner vers Alus. « Merci, Al... désolée d’avoir pris ton temps. » Ses mots de gratitude semblaient loin d’être heureux.

Eh bien, cela s’améliorerait probablement avec la connaissance de l’autre, mais si elle se sentait gênée par un surnom qu’elle avait elle-même trouvé, elle n’aurait rien dû dire au départ… Alus pensa avec exaspération à tout cela.

Mais alors qu’il pensait cela, Tesfia avait déjà franchi la porte.

Et avant qu’Alice ne la suive, elle s’inclina poliment devant Alus avec un visage plein de joie. « Merci, on se voit après l’école, Al ! »

« Qu’est-ce que tu fais, Alice ? Si tu ne te dépêches pas, l’heure du déjeuner sera passée, » déclara Tesfia.

Alice avait répondu à la voix de Tesfia de l’autre côté de la porte avec un « J’arrive » et avait quitté le toit.

Laissant Alus juste derrière. « En parlant d’égoïsme, » il marmonnait à lui-même.

Bien sûr, ces paroles s’adressaient à Tesfia. Elle l’avait forcé à monter sur le toit, et dès qu’elle avait fini, elle l’avait laissé seul. Quelqu’un qui regarderait pourrait mal interpréter la situation comme si Alus avait été rejeté par Tesfia et Alice.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre. La, il faut être nippon pour apprécié la scène sur les diminutifs 😇

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire