Rougo ni Sonaete Isekai de 8-manmai no Kinka wo Tamemasu – Tome 2 – Chapitre 19 – Partie 1

***

Chapitre 19 : Être vicomtesse pour les nuls

Partie 1

Peu après, la disciple de Platidus, Miriam, et le métallurgiste, Randy, étaient arrivés de la capitale. Ainsi, la force principale du comté de Yamano était complète.

Il est temps de tricher dans ce jeu politique ! Bien, je vais juste améliorer la situation petit à petit. Rien d’extrême, pensa Mitsuha.

Mitsuha commença par changer les rôles des serviteurs. Dans son nouveau système, il n’y avait pas de préposés aux personnels ou de servantes de corvée. L’assistante-principale était devenue une femme de chambre normale, et la femme de chambre principale était devenue sa seconde. Toutes les autres étaient maintenant des servantes normales, à l’exception de la fille de Rachel, Léa. Une enfant de quatre ans ne pouvait être qu’une apprentie servante.

Gunther et les autres employés déchargés s’étaient directement occupés de certaines taxes pendant leur emploi, mais à partir de maintenant, ce type de responsabilités serait confié à des « fonctionnaires ».

Il ne restait plus qu’un seul serviteur qui avait été responsable de la fiscalité. Mitsuha n’avait pas l’impression qu’il était vraiment digne de confiance, mais il n’avait montré aucun signe de corruption jusqu’à présent, et le retirer serait un préjudice pour les affaires du comté. Elle avait décidé de le laisser en place, mais avait pris note d’apprendre l’intégralité de ses responsabilités afin de pouvoir le renvoyer sans problème s’il décidait de devenir criminel.

Les soldats seraient simplement appelés « armée du comté de Yamano ». Cela les faisait paraître un peu plus importants qu’ils ne le sont, mais Mitsuha pensait qu’un peu d’orgueil était nécessaire de temps en temps. Le Major Willem sera le commandant, tandis que les Sous-Lieutenants Sven, Szep, Gritt, et Ilse seront les officiers principaux. Quatre des trente-six soldats issus du civil sous leurs ordres seraient des sergents, mais ils seraient remplacés tous les mois environ. Et même si les sergents n’étaient pas en service, ils pouvaient être appelés en cas de nécessité.

Il y avait un total de 216 soldats potentiels dans son comté, ce qui faisait six pelotons de trente-six. Ils devraient jongler entre leur métier et le service militaire pendant deux mois par an, ce que Mitsuha jugeait acceptable. Bien que cela semblait être beaucoup de responsabilités, toutes les escouades qui ne s’entraînaient pas ou qui n’étaient pas en service de garde pouvaient simplement rentrer chez elles.

Miriam serait responsable des affaires financières et du bien-être, et agirait en tant que conseillère de Mitsuha. Elle ferait également des suggestions sur la façon de captiver les masses ou de remonter le moral du public. Mitsuha avait même prévu de faire lire à Miriam des manuels de psychologie et de sociologie de la Terre. Enfin, elle les lui lirait — juste une fois, cependant — étant donné que Miriam ne connaissait pas la langue et que Mitsuha ne pouvait pas se donner la peine de faire des traductions écrites. Miriam semblait assez intelligente pour bien saisir le contenu de cette façon. De plus, Colette serait une stagiaire agissant en tant qu’assistante de Miriam.

Quant à Randy, il sera affecté à un atelier appartenant à Mitsuha elle-même. Il fera également partie de l’équipe de direction, car il était suffisamment compétent et excentrique pour donner des avis originaux, dont certains pouvaient s’avérer très précieux.

En certaines occasions, les bonnes, cuisiniers, soldats et autres serviteurs les plus distingués seraient choisis pour assumer temporairement un rôle de direction, avec une chance d’obtenir un poste permanent. Mitsuha ne connaissait pas le processus par lequel le précédent seigneur avait sélectionné ses serviteurs, mais ils lui semblaient être des gens normaux, probablement choisis parmi les habitants. Ceux qu’elle avait choisis elle-même, cependant, avaient le potentiel d’être quelque chose de plus.

Du moins, c’est ce que je veux croire.

Comme Mitsuha s’y attendait, les femmes de chambre servant d’assistantes personnelles n’avaient pas très bien pris la suppression des spécialisations. Pour elles, c’était une sorte de perte de statut. Elles n’étaient cependant pas assez indignées pour défier Mitsuha, et avaient rapidement fini par l’accepter. Leur leadership étant resté essentiellement le même, la transition avait été plus facile pour elles qu’elles ne l’avaient prévu.

Après avoir terminé la réorganisation des serviteurs, Mitsuha décida d’organiser une réunion pour unir tout son peuple.

◇ ◇ ◇

Tous les acteurs clés du comté de Yamano étaient réunis dans la salle de réunion de la vicomtesse. Il allait sans dire que l’un d’entre eux était la vicomtesse Yamano elle-même. Puis il y avait le majordome, Anton, le comité de gestion, et les cinq chefs de l’armée. Ce groupe était composé de tous ceux qui servaient directement Mitsuha.

En plus d’eux, il y avait des représentants des citoyens ordinaires — les chefs des trois villages agricoles, des deux villages de montagne et de l’unique village de pêcheurs. Ils semblaient être sur les nerfs.

Et bien qu’il soit naturel qu’ils se sentent nerveux en présence de leur seigneur, Mitsuha avait mené une sorte de campagne « Hé, je suis votre gentille voisine » quand elle était arrivée, rendant sa présence moins intimidante. La source principale de leur anxiété était plutôt les informations sur Mitsuha qui avaient finalement atteint leur comté.

Ils l’avaient trouvée dès le début inhabituelle. Il était impensable pour une jeune fille de fonder une lignée noble. Après tout, qu’est-ce qu’une enfant pouvait accomplir pour gagner un tel statut ?

De plus, elle recevait souvent la visite d’un jeune seigneur du comté voisin, lui-même nouveau noble. Il n’était pas étrange que deux nouveaux et jeunes vicomtes soient en bons termes ou se consultent, mais il était certainement inhabituel que le vicomte lui-même passe tous les deux jours. D’après ce qu’ils avaient entendu, il était aussi l’aîné des enfants du comte Bozes, qui dirigeait le comté d’en face.

Enfin, il y avait la visite de toute la famille Bozes. Il était compréhensible qu’un nouveau vicomte aille saluer les comtes voisins, mais ils ne comprenaient pas pourquoi le contraire s’était produit. Ils se demandaient aussi pourquoi il avait amené toute sa famille.

Avait-il l’intention d’annexer le comté ? L’attitude de la famille envers Mitsuha rendait cela improbable. Ils la traitaient comme une fille ou une sœur, et les villageois ne pouvaient s’empêcher de remarquer la façon dont les deux fils se comportaient avec la vicomtesse. Finalement, ils avaient fini par comprendre qu’il y avait quelque chose d’unique dans ces circonstances.

Ce fut alors que divers détails sur les événements de la capitale commencèrent à s’infiltrer jusqu’à leur comté. Les citadins avaient entendu des rumeurs glisser des lèvres des passagers et des cochers en voyage d’affaires dans le comté de Bozes. Des ragots gonflés dégoulinaient des grands marchands, des espoirs d’officiers et des messagers nobles de la capitale et d’ailleurs qui s’étaient rendus dans ce comté sur un coup de tête. Il ne leur avait pas fallu longtemps pour comprendre que Mitsuha était la seule et unique Archiprêtresse de la Foudre, et qu’elle avait choisi ce comté comme territoire malgré de meilleures perspectives en tant que vicomtesse.

Il s’agissait d’une terre pauvre, sans avenir, en marge du pays, qui avait perdu son précédent dirigeant lorsqu’il avait commis l’équivalent d’une rébellion. Elle était à peine soutenue par des industries médiocres d’agriculture, de sylviculture et de pêche. La plupart de leurs produits étaient utilisés localement, et ils devaient acheter d’autres produits de première nécessité dans le comté des Bozes pour un prix relativement élevé.

Il ne fallait pas avoir la sagesse d’un Platidus pour comprendre que cette terre n’avait aucune chance de voir un avenir radieux ou même un bon dirigeant. Beaucoup avaient cru qu’au pire, le prochain responsable serait quelqu’un qui l’aurait reçu comme une punition ou une blague, et au mieux, ce serait quelqu’un qui n’aurait pas d’autre choix. Le comté n’était pas déficitaire, mais il ne faisait pas non plus assez de profits pour que le seigneur local puisse entretenir un manoir dans la capitale ou avoir une place dans la haute société.

Les citoyens s’étaient peu souciés de savoir qui les gouvernerait ensuite, croyant que rien ne changerait vraiment. Quelqu’un comme le comte Bozes, dont on disait qu’il était un homme de caractère bon et honnête, n’était qu’un rêve.

Vous ne pouvez qu’imaginer leur surprise en voyant que le nouveau dirigeant était une vicomtesse qui avait volontairement choisi leur terre. C’était une jeune, puissante et talentueuse princesse étrangère. Il y avait aussi des rumeurs selon lesquelles elle avait combattu des loups jusqu’à ce qu’elle soit gravement blessée, juste pour sauver une seule villageoise du comté de Bozes, et cette histoire à elle seule en disait long sur sa nature.

Jusqu’à présent, les citoyens n’avaient jamais eu d’explications ou d’occasions de poser des questions sur quoi que ce soit concernant le comté — ils avaient toujours reçu des ordres. Mais maintenant, ils avaient été convoqués à une réunion concernant l’avenir de cette terre. Pensaient-ils que, peut-être, cela pourrait améliorer leur vie à tous. Leur nouveau chef était une lueur d’espérance. La décevoir était inacceptable, et ils ne toléreraient pas qu’on le fasse. Ils avaient serré les poings alors que la détermination remplissait leur cœur.

Oui, les représentants réunis ici étaient tendus… et personne ne pouvait les blâmer pour cela.

« Merci beaucoup d’être venus ici, tout le monde », dit doucement Mitsuha.

Sa façon de parler était incroyablement dynamique. Elle était capable d’avoir des conversations polies avec ceux qui étaient au-dessus d’elle, de parler comme une lycéenne normale avec ses amis, et de dire un certain nombre de choses bizarres avec sa voix intérieure. Mitsuha avait également tendance à parler froidement lorsqu’elle était en colère, à « emprunter » des répliques ou à devenir de plus en plus théâtrale lorsqu’elle était sur la brèche.

Mais là encore, il était courant de modifier sa façon de parler en fonction de la situation et de son interlocuteur. Par exemple, il pouvait être considéré comme grossier et même stupide de parler à un supérieur hiérarchique comme s’il était un ami proche. Certains employés médiocres traitaient leurs supérieurs comme des égaux — ou pire — simplement parce qu’ils avaient le même âge, mais l’âge ne comptait que lorsque toutes les autres conditions étaient égales pour les parties concernées. Peut-être était-ce pour le mieux, car les imbéciles qui privilégiaient l’âge sur la hiérarchie du lieu de travail avaient tendance à déraper très tôt et à être virés en conséquence.

Quoi qu’il en soit, Mitsuha changeait toujours son style de discours. En tant que noble et leur seigneur, elle aurait pu souligner dès le début qu’elle était au-dessus d’eux. Cependant, cette réunion n’avait pas pour but de dominer, mais d’écouter et d’encourager l’harmonie, elle avait donc choisi un ton doux et poli pour l’occasion. Les serviteurs étaient déjà habitués à ses bizarreries et trouvaient que c’était un bon moyen de discerner si elle était dans son mode de travail normal, en colère ou dépassionnée.

« Je vous ai tous convoqués ici pour que chacun d’entre vous comprenne ce que je vais faire pour développer le comté de Yamano. Je vous écouterai également si vous avez des suggestions. Le statut n’a aucun poids ici, alors soyez aussi honnêtes que possible avec vos opinions. Si vous restez silencieux et que vous êtes mécontents de ce que nous décidons, je serais forcé de dire que ce ne sera la faute de personne d’autre que vous. »

Les représentants des citoyens hochèrent sérieusement la tête. Il était difficile d’ignorer le statut dans une telle situation, mais ils avaient l’intention d’essayer.

« Tout d’abord, puisqu’elle est déjà mise en pratique, vient notre structure de défense actuelle. Y a-t-il des objections ? »

Une main s’était dirigée vers le haut. Elle appartenait à l’un des trois chefs de villages agricoles. Il s’était éclairci la gorge avant de parler.

« Les choses sont bien meilleures qu’avant, quand nos garçons étaient emmenés et ne revenaient presque jamais, j’ai aussi entendu dire qu’ils étaient bien nourris pendant le déjeuner. Mais maintenant, nous avons un certain nombre de deuxième, troisième et plus jeunes fils qui demandent s’ils peuvent devenir des soldats permanents. »

« Oh, je vois. Eh bien, après que tout le monde ait été conscrit au moins une fois, j’ai l’intention d’engager quelques volontaires prometteurs. Mais comme il est impossible de garder beaucoup de soldats permanents dans une si petite zone, la plupart devront rester en rotation. Veuillez dire aux jeunes de faire de leur mieux. », répondit Mitsuha

Il hocha la tête en signe de compréhension. Les autres semblaient partager son opinion sur les affaires militaires.

« Ensuite, permettez-moi d’expliquer les changements dans notre agriculture », déclara Mitsuha.

Les chefs des trois villages agricoles avaient perdu un peu de leur sang-froid. Le terme « chefs » pouvait donner une impression d’importance, mais ces hommes ne représentaient que de petits villages groupés. Les villages de fermiers étaient constitués de vingt à trente bâtiments chacun, tandis que les villages de montagne et de pêcheurs en comptaient entre dix et vingt.

Elle commença à expliquer des facteurs tels que les dommages répétés causés par les cultures et les carences en nutriments. D’abord abasourdis, ils s’étaient rapidement penchés pour l’écouter attentivement. Ce n’était pas simplement une petite fille qui bavardait. Elle était leur chef, et le sage étranger connu sous le nom d’archiprêtresse de la foudre. Personne ne sous-estimait ses paroles.

Mitsuha voulait expérimenter sur quelques terres sélectionnées avant de parler de rotation des cultures. Elle ne pouvait pas forcer ces gens à adopter une nouvelle méthode de culture tout de suite, elle devait l’introduire progressivement. Après tout, une seule erreur ici pourrait être fatale pour tout le comté. Bien sûr, Mitsuha pouvait toujours utiliser son propre argent pour acheter de la nourriture au Japon et sauver tout le monde, mais ce n’était pas le but.

Au lieu de cela, elle avait commencé par des idées simples et infaillibles, comme répandre des feuilles en décomposition ou des cendres pour créer une couche de compost. En plus de cela, elle leur avait dit de mélanger du fumier de volaille et de la paille et de laisser fermenter le tout pendant quelques mois. Elle avait refusé l’idée d’utiliser des excréments humains à la place. Il fallait des années pour fermenter, et les problèmes d’hygiène potentiels d’une telle opération étaient bien trop effrayants pour être envisagés.

Mitsuha avait également décidé d’essayer un petit peu d’engrais qu’elle avait apporté du Japon. Elle voulait explorer toutes ses options, et elle savait que leur intérêt ne changerait pas à moins qu’au moins une expérience ne donne plus de récoltes.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire