Rougo ni Sonaete Isekai de 8-manmai no Kinka wo Tamemasu – Tome 2 – Chapitre 14 – Partie 3

***

Chapitre 14 : La marche de l’archiprêtresse

Partie 3

Whoa, on en a un gros ! pensa Mitsuha. Trois gros, en fait, mais un est plus gros que les autres. Il peut parler, alors je vais essayer d’établir le contact. Oh, ne vous inquiétez pas. J’ai vu des tonnes de premiers contacts grâce aux films, aux dessins animés et aux romans de science-fiction. Considérez cela comme du matériel de recherche. Je peux gérer ça !

« Bonjour à vous, M. Dragon. Quelle merveilleuse journée nous avons ! »

« N’importe quoi. Ce n’est pas merveilleux, et cela à cause de vous. Laissez-vous vous faire écraser. »

Cet échange avait suffi à Mitsuha pour réaliser que lui parler n’avait aucun sens. Eh bien, je suppose qu’il est du côté de l’ennemi.

Suite à l’échec de la communication, elle essaya de lui tirer dessus.

B-B-BANG, B-B-BANG !

« Qu’est-ce que c’est censé être ? »

Ça ne te fait aucun mal, hein ? Ok.

« Je vais le faire ! », lança un des plus petits dragons.

Oh, alors je ne sers que d’entraînement à ces bébés, hein ? Merde, ça me rappelle de mauvais souvenirs… Ça me fait palpiter le bras. Mais je suppose qu’un jeune sera au moins plus facile à manipuler.

« Ce sera maintenant entre toi et moi, d’accord ? »

Attends, qu’est-ce que je dis ? Ce n’est pas un mariage arrangé !

Le grand dragon avait reculé un peu, et il y avait un deuxième petit dragon à côté de lui. Mais avant que Mitsuha ne puisse s’occuper de celui-là, elle devait s’occuper de celui qui se trouvait devant elle.

« Hé, tu veux parler ? »

« Meurs. »

Je suppose que non.

« Fusils d’assaut ! Feu »

B-B-B-B-BANG !

« C’est la même chose qu’avant ? Eh bien, ça ne me fait pas du tout mal ! »

Je peux dire à vos yeux que si. Les fusils d’assaut sont bien plus efficaces qu’un pistolet. Et ce ne sont pas des balles habituelles de 5,56 mm, mais de 7,62 mm. Votre peau est-elle plus sensible que celle du grand dragon ?

« À toutes les armes, préparez-vous à tirer. Armes légères, feu. »

Mitsuha voulait réserver leurs armes les plus puissantes pour plus tard. Elle voulait aussi savoir laquelle d’entre elles fonctionnait le mieux contre les dragons, au cas où elle en aurait affaire à un autre.

Je vais utiliser l’ignorance et l’ego de ce petit dragon pour découvrir leurs faiblesses.

B-B-B-B-BANG !

« O-Owch ! Owie, owie, owie ! »

Pendant un moment, Mitsuha avait cru l’avoir fait tomber, mais elle s’était vite rendu compte qu’il était tout simplement endolori.

Les dragons sont-ils faibles face à la douleur ? Est-ce parce qu’ils n’en ressentent pas beaucoup dans leur vie ou parce que celui-ci n’est qu’un enfant ?

Attendez, est-ce qu’il a utilisé le langage des dragons ? La douleur était si forte qu’elle le faisait parler dans sa langue maternelle ? Ah, attendez, ce n’est pas tout. Apparemment, j’ai pu entendre des mots monstrueux du dragon adulte. Ils connaissent donc d’autres langues que l’humain.

Elle avait essayé une approche polie, vu que c’était quand même des dragons, les fameuses bêtes mythiques d’autrefois. Mais elle en avait déjà assez de le faire. Et comme elle en avait marre de toute cette affaire, elle avait décidé de les achever. Elle devait s’assurer d’y mettre fin avant que l’un d’entre eux ne puisse riposter.

Mitsuha scanna ses forces et confirma mentalement que tout le monde était prêt à tirer. Ce sont bien les hommes du capitaine !

« Mitrailleuses lourdes, feu ! »

B-B-B-B-BANG !

« RAAAAAGHHHHHH ! »

Le jeune dragon rugit de douleur alors que ses écailles s’envolèrent et que les balles rongèrent sa peau épaisse, envoyant de la chair et du sang dans l’air.

Les autres dragons étaient figés sur place.

Ils ne s’attendaient probablement pas à ce que les humains soient capables de faire du mal à un dragon. Bien sûr, ils ne sauraient pas comment réagir.

« S-Soyez maudit ! »

Le visage du dragon blessé était tellement déformé par la douleur et la fureur qu’il semblait être devenu fou. Il ouvrit sa mâchoire en grand et commença à inhaler.

Ouaip. Nous savons tous ce qu’il fait !

« Envoyez un RPG dans sa bouche ! »

FWOOM FWOOM FWOOM !

Le RPG-27 retentit alors que trois roquettes s’échappèrent de l’arme antichar à usage unique et visèrent la gueule du dragon. Une seule était parvenue à l’intérieur, les autres avaient explosé sur sa mâchoire et son crâne.

Le jeune s’effondra, provoquant des secousses dans la terre autour de lui.

« T’ELLIIIIIIIII ! »

Submergé par la rage et le désespoir, l’autre jeune dragon chargea Mitsuha.

« Dieu, prête-moi ta force ! », cria-t-elle.

B-B-B-B-B-B-B-B-B-B-B-BANG!

Le canon automatique de 20 mm rugis, provoquant l’immobilisation du second dragon dans la poussière à côté du premier.

Leur compagnon était en état de choc, incapable de bouger. Les deux plus petits dragons firent du sang de leurs blessures lorsqu’ils commencèrent à ramper, rapprochant leurs corps blessés. Une fois à portée de main, ils étendirent leurs pattes avant l’une vers l’autre et les touchèrent ensemble dans un geste intime. Peu de temps après, ils cessèrent de bouger pour l’éternité.

« Ahh ! Aaahhh ! AAAAAAAAAHHHHHHHHHH ! »

Le dragon adulte sortit de sa stupeur et devint frénétique.

« Ahh, aaahhhhh, Lewlieu, T’elliiii ! Ils sont morts ! Ils sont morts tous les deux ! » gémit-il dans la langue des dragons.

Mitsuha était la seule à le comprendre.

« Ils étaient les premiers enfants en deux cents ans ! Ils étaient comme un frère et une sœur pour moi ! Tout est de ma faute ! Je n’aurais pas dû les faire participer à ce jeu stupide ! Aaaahhhh ! »

Après avoir pleuré un moment, le dragon s’était rendu compte que le canon automatique de 20 mm — la main de Dieu — les mitrailleuses lourdes et plusieurs RPG-27 étaient dirigés droit sur lui.

« AAAAAHHHHHHHHH ! »

Pas possible ! Je vais mourir ! Ces choses que je croyais si minables vont me tuer, moi, un ancien dragon ! EEEEEEEK !

Le dragon s’était enfui avec toute sa puissance, piétinant et repoussant les humains dans le processus. Une fois qu’il était certain d’être assez loin des machines de la mort, il s’était envolé et s’était enfui directement dans la Vallée des Dragons.

Sa fuite avait coûté à l’empire un grand nombre de troupes. Le dragon avait pris le chemin le plus facile — la route principale — et c’était exactement là que leur armée était stationnée. Il avait écrasé toutes les forces du milieu ou les avait envoyées voler.

La route principale était, bien sûr, là où se trouvait le quartier général de l’ennemi en première ligne. Un peu plus loin se trouvaient leurs escadrons de ravitaillement, qui transportaient entre autres la nourriture de l’armée, l’eau, la nourriture pour les chevaux et les flèches de rechange. Le ravitaillement lui-même avait également été sur le chemin du dragon, puisqu’il avait été placé au bord de la route pour des raisons de commodité. La perte de tant de fournitures et de leur chaîne de commandement avait instantanément plongé l’armée impériale dans le chaos.

Ayant perdu ses cavaliers volants — la clé du succès de leur invasion — ainsi que les anciens dragons et monstres, l’ennemi n’avait d’autre choix que de donner la priorité à la retraite avec un minimum de pertes.

Les soldats qui pouvaient communiquer avec les monstres étaient morts, et les dragons antiques, dans toute leur supposée majesté, avaient été vaincus ou effrayés avec facilité. Ce qui avait déconcerté les monstres, c’est que Mitsuha avait fini par faire en utilisant ses langues orques et ogres nouvellement acquis pour dire des choses comme : « Vous avez l’air savoureux. Moi, je vous mange en entier ». Les monstres s’étaient tous enfuis vers les collines… les envoyant directement dans les forces impériales.

Je ne me soucie pas vraiment du reste, pensa Mitsuha, bien décidée à laisser les conséquences et la poursuite aux forces de la capitale, aux armées des seigneurs locaux et aux mercenaires.

Elle découvrit rapidement que les autres portes avaient été attaquées par des traîtres au royaume. Leur but principal était d’empêcher la noblesse et la royauté de s’échapper, mais ils avaient également fait en sorte que des soldats tentent de s’introduire. Au lieu de la résistance limitée à laquelle ils s’attendaient, ils avaient été accueillis par des tirs de mitrailleuses et de lance-grenades.

Je suis heureuse de voir que les mercenaires des autres portes ont aussi eu quelque chose à faire. Je ne voulais pas qu’ils boudent sur moi. De toute façon, nous retournons en ville. Mitsuha s’était retournée pour appeler le capitaine, mais lui et ses hommes étaient trop occupés à charger un des dragons dans un camion. Eh bien, je suppose que vous avez le droit de le faire.

◇ ◇ ◇

Épuisée par la bataille et à peine lucide, Mitsuha entra dans la ville… et vit une frénésie populaire. Elle avait du mal à suivre la foule qui l’assaillait, elle ne leur répondait donc que dans ses pensées.

« Archiprêtresse de la foudre ? » Cette blague est terminée, ne vous acharnez pas inutilement.

Une servante de Dieu ? Oh, cool, vous avez entendu mon discours. Vous êtes tombé amoureux de mes mots ? Ça doit être l’effet du pont suspendu.

Vous voulez que j’épouse votre fils ? Attendez, Votre Majesté ! Depuis quand êtes-vous ici ? ! Et non, je n’ai pas besoin de quelqu’un qui brille trop.

Hein ? Leuhen ? Eh bien, ça ne me dérangerait pas de le prendre. Sa présence est assez apaisante.

Ah, s’il vous plaît, arrêtez de me bousculer ! Mon épaule gauche me fait très mal ! Vous allez ouvrir la plaie… Ahh, ça saigne !

Hé, Wolfgang est aussi assez populaire ! Ils reçoivent le traitement de « Soldat envoyé par Dieu ». Cette femme avec le bébé dit qu’elle veut que tu touches son enfant. Vas-y, fais-le. Ah, hé ! On ne touche pas à la mère elle-même ! Et non, il n’y a pas de femmes qui veulent que tu touches ses seins, connard !

Il aurait été problématique pour les mercenaires de rester trop longtemps. Mitsuha avait donc l’intention de les renvoyer chez eux dès que possible. Les garder dans le coin pourrait ouvrir une toute nouvelle boîte de Pandore, et je ne veux pas qu’on leur vole leurs armes ou quelque chose comme ça.

Mais elle ne pouvait pas les renvoyer dans leur monde dans un endroit comme celui-ci, elle les avait donc rassemblés dans la cour intérieure. Après les avoir renvoyés sur Terre, Mitsuha était revenue tout de suite après. Après tout, il y avait encore tant à faire. Elle avait même rendu visite à Alexis. Il était très inquiet à propos de la bataille et était ravi d’apprendre que le royaume avait gagné.

Dors maintenant, se dit Mitsuha. Et je prendrai congé demain. De toute façon, je ne pourrais probablement plus travailler correctement.

◇ ◇ ◇

Des mois, non, des années plus tard, dans la vallée des dragons, deux jeunes gens réfléchissaient à la manière de guérir leur ennui.

« Hé, tu veux jouer avec les humains ? Ils meurent si on les touche un peu, mais ils font de bons pions pour les jeux. »

L’autre dragon semblait en conflit.

« Hmm. Mais, tu sais le vieux dragon bizarre qui vit dans la grotte de la montagne ? Celui qui s’énerve et qui crie des trucs comme “Ne touchez pas aux humains !” et “Ne posez pas la main sur eux !” Est-ce que les humains lui ont fait du mal ? »

« Ohh, ce vieux schnock… Eh bien, je suppose qu’on ne devrait pas le faire. Même les adultes ne veulent pas avoir affaire à lui. »

« Tu as raison. On se voit demain ! »

« Yep ! À plus ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

  2. De boutiquiere a cheffe de guerre en quelques chapitres 😅

Laisser un commentaire