Rougo ni Sonaete Isekai de 8-manmai no Kinka wo Tamemasu – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 3

***

Chapitre 1 : Mitsuha va dans un autre monde

Partie 3

« Je reconnais ce plafond », murmura Mitsuha.

Bien sûr, c’était le même plafond granuleux qu’elle avait vu la dernière fois qu’elle s’était réveillée. La plus grande différence entre ce moment et maintenant, c’était qu’elle se sentait rafraîchie.

Je dois juste ignorer les coupures que j’ai partout, ma cheville tordue, et mes cuisses et mes mollets surmenés. Ce n’est pas grave. Maintenant, comment comprendre cette situation ? s’interrogea-t-elle.

Mitsuha s’était retrouvée dans un bâtiment peu sophistiqué adjacent à l’immense forêt qu’elle avait traversée. Elle avait d’abord supposé que le bâtiment brut était une sorte de cabane de montagne, mais cela semblerait être une maison assez standard pour la région. Cela l’avait amenée à conclure qu’elle se trouvait dans un village rural.

On dirait que je dois me rendre dans une ville plus grande et contacter l’ambassade. J’espère qu’ils ont des téléphones là-bas.

Tandis qu’elle réfléchissait à ses pensées, la porte s’ouvrit, et la jeune fille aux cheveux argentés d’avant entra. Elle est probablement venue me voir parce qu’elle a senti que je suis réveillée. Cette petite nymphe des bois a des sens aiguisés ! Voyant que Mitsuha était réveillée, la jeune fille était entrée, avait chargé en direction du lit et s’était précipitée vers elle. Sa tête au sommet argenté s’était directement enfoncée dans l’estomac de Mitsuha.

« GUHHHHH ! JE ME RENDS, JE ME RENDS ! »

Mitsuha avait lutté pour se libérer de l’étreinte de l’ours qui avait suivi, qui avait dangereusement mis son frêle corps en danger.

« MA COLONNE VERTÉBRALE ! TU VAS CASSER MA COLONNE ! »

Après quelques tapotements sur l’épaule, la fille avait libéré Mitsuha de son étau. Alors que Mitsuha retombait dans le lit et se tordait de douleur, son adorable agresseur inclina la tête dans la confusion.

Ce n’est donc qu’une expression d’affection, probablement une salutation locale. C’est si intense, et cela ne provenait que d’une petite fille. Un adulte m’écraserait probablement ! Mitsuha avait fait une note mentale pour esquiver si elle sentait un danger imminent.

Après s’être remise de l’étreinte mortelle, elle s’était assise sur le lit avec la fille et les deux avaient commencé à communiquer. Bien sûr, les mots s’étaient avérés infructueux, mais avec le temps, Mitsuha avait senti qu’elle pouvait obtenir l’information qu’elle recherchait par de simples gestes et expressions.

Il s’était avéré que cette fille était celle qui avait trouvé Mitsuha après qu’elle se soit évanouie sur le chemin et qu’elle avait demandé à ses parents de l’accueillir. La jeune fille avait ensuite fait visiter la maison à Mitsuha, qui était vide à l’heure actuelle.

Ses parents doivent être en train de travailler. Ou peut-être que maintenant que je me suis réveillée, ils sont allés parler de moi à quelqu’un.

Le couple avait dû sortir lorsque Mitsuha avait exprimé le désir d’aller aux toilettes. Dehors, vraiment ? Merde, on est vraiment dans la cambrousse. Elle l’avait déjà déduit, mais c’était bien au-delà de ce qu’elle avait imaginé. Il n’y avait rien dans la région à part quelques autres cabanes, qui étaient faites de bûches de bois à peine transformées.

Si je dois deviner d’où vient le terme « les bâtons », ce serait là, dit Mitsuha à elle-même. Et où sont les lampadaires et les poteaux ? Oh, j’ai compris, ils gardent l’endroit pittoresque et accueillant en utilisant des câbles souterrains, non ? Ugh, cela doit être ça ! On aurait dit qu’elle devait se mettre à trouver le chemin de la ville la plus proche.

Après leur retour à l’intérieur, Mitsuha avait repris ses tentatives de communication. La « conversation » était lente et maladroite, mais elle était surprise de voir à quel point elle était capable d’apprendre. Il était possible qu’elle n’ait pas compris certains détails, mais elle espérait qu’elle n’était pas trop loin.

Si elle avait bien compris cette fille — qui se nommait Colette — c’était une enfant unique qui vivait dans cette maison avec seulement ses parents. Ce village était presque complètement autosuffisant, survivant d’industries simples comme l’agriculture, la foresterie et la chasse. Et comme elle l’avait déjà dit, c’était Colette qui avait découvert Mitsuha inconsciente sur la piste et qui avait appelée du secours. Après cela, Colette s’était occupée d’elle, lui essuyant sa sueur, la maintenant hydratée, etc.

Attendez, c’est réellement ma bouée de sauvetage ! Mitsuha s’en était rendu compte et avait impulsivement tiré la plus jeune fille vers elle pour lui faire un câlin. Colette gloussa un peu et lui tendit la main pour la serrer dans le dos. Sentant le danger, cependant, Mitsuha l’avait repoussée par réflexe. Elle avait toujours été rapide, surtout quand il s’agissait d’une question de vie ou de mort. Alors qu’elle était assise là, se sentant en quelque sorte victorieuse, l’expression choquée de Colette commença à se hérisser de larmes.

Oh, non ! Mitsuha avait désespérément essayé de s’excuser et de la remettre de bonne humeur. Colette avait fini par lui pardonner, même si elle avait l’air un peu boudeuse. Bien jouer, Mitsuha ! T’as vraiment merdé ! jura-t-elle intérieurement. Mais quand les parents de Colette étaient revenus, elle était redevenue normale. Elle a vraiment l’air enfantine, hein ?

Maintenant que ses parents étaient à la maison, Mitsuha avait cherché à communiquer avec eux. Après tout, il n’y avait pas grand-chose à apprendre d’une fillette de huit ans. Oui, elle s’était trompée sur l’âge de Colette. Elle avait d’abord cru que la fille avait dix ans, mais elle avait découvert qu’elle avait deux ans de moins. C’était une surprise pour elle, car elle sentait que la jeune fille était plutôt mature pour quelqu’un de son âge. Pour moi, c’est celle qui m’a sauvé la vie !

Malheureusement, les tentatives de Mitsuha pour obtenir des informations supplémentaires des parents de Colette avaient été décevantes. Ils avaient apparemment travaillé à leur ferme, sans en parler à quelqu’un. Ce n’était pas comme s’ils étaient des méchants qui la gardaient captive, ils n’avaient tout simplement pas envisagé de la dénoncer aux autorités.

Quoi qu’il en soit, Mitsuha était plus que reconnaissante pour la nourriture et l’hospitalité qu’ils lui avaient offerte. En pire compagnie, elle aurait pu être vendue à des trafiquants d’êtres humains et traités comme une esclave. Tout bien considéré, elle pensait que ses hôtes étaient des gens bien et qu’ils l’avaient traitée favorablement. Ce qui l’avait vraiment déçue, cependant, c’était qu’elle n’avait pas appris plus d’eux qu’elle n’en avait appris de leur fille.

Alors qu’il y avait la barrière de la langue à considérer, Mitsuha avait fait progresser ses méthodes gestuelles grâce à des dessins. Pourtant, tout ce qu’elle avait appris à la fin, c’était que l’intelligence du couple était probablement au même niveau que celui de Colette. La fille était-elle une sorte de prodige, ou ses parents étaient-ils un peu malheureux à cet égard ? 

Mitsuha avait dessiné une simple carte du monde et avait essayé de leur demander de préciser leur emplacement, mais il semblerait qu’ils ne pouvaient même pas lire la carte. Je ne suis pas si mauvaise en dessin, n’est-ce pas ? s’inquiéta-t-elle. Elle avait alors fait semblant d’utiliser un téléphone, mais ils n’avaient fait qu’incliner la tête dans la confusion. Mitsuha supposait qu’ils étaient coincés dans une époque plus primitive, dépourvue d’appareils à boutons-poussoirs, alors elle avait dessiné un téléphone à cadran, tout en faisant de drôle de sons. Elle faisait certainement de son mieux. Attendez, c’est quoi ces applaudissements ?! Je ne suis pas un mime, bon sang !

Et c’était de cette manière qu’elle avait abandonné. Mitsuha avait décidé de rester avec la famille de Colette, l’aidant dans la maison jusqu’à ce qu’elle se rétablisse complètement. Elle emballerait alors quelques rations et partirait pour la ville. Je leur enverrai mes remerciements à mon retour du Japon. Je n’ai pas d’autre choix !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire