Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 9 – Chapitre Final A – Partie 11

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre Final A : Le moment promis

Partie 11

« … »

Quand il était revenu à lui, Ikki s’était retrouvé dans le noir.

Il était perché sur un rocher froid et humide comme dans une grotte, sur le point de tomber vers l’avant.

Ses membres étaient encore liés par ces chaînes sombres qui s’étendaient dans l’obscurité derrière lui.

À ce moment-là

Pendant son combat en mêlée avec Stella, ces chaînes noires étaient soudainement apparues.

Ikki comprenait leur vraie nature.

Ces chaînes étaient son destin.

Bien sûr que oui. Cela ne pouvait être que ça.

Il l’avait très bien compris.

Cet endroit en forme de grotte où la lumière ne brillait même pas serait l’endroit le plus loin où il pourrait aller au cours de sa vie.

Ce trou dans la terre était certainement digne d’un Rang F.

Ce corps n’avait pas le droit d’aller plus loin à partir de maintenant.

Les chaînes du destin l’avaient retenu sans mot avec leur poids.

Quoi qu’il en soit, même avant cela, ce corps avait à peine assez de force pour faire un pas de plus.

Il avait vraiment tout utilisé.

Énergie, endurance, pouvoir magique, tout ce qu’il avait.

Il avait tout donné pour parier là-dessus.

C’est pour ça qu’il était vide.

Si vide qu’on aurait dit qu’il s’envolerait si le vent soufflait sur lui.

Mais ce n’était pas grave.

C’était suffisant.

Il avait consacré tout le pouvoir de sa vie, et même épuisé son potentiel.

Même ainsi, il ne pouvait pas gagner.

Alors, il ne lui restait plus rien à faire.

Au contraire, il en avait trop fait.

Même si cela n’avait été qu’une seule minute, il avait affronté la Princesse Cramoisie de front.

Ce souvenir restera dans le cœur de tous. Cela entrerait dans l’histoire.

Il n’avait pas réussi à atteindre son objectif de gagner le championnat, mais personne ne lui en voudrait pour cela.

Quiconque avait vu cette conclusion s’accorderait à dire qu’il n’y avait pas de quoi avoir honte.

C’était un combat complet, mais c’était une perte.

Cette plénitude.

Ikki ne pouvait même pas sentir une once d’une telle plénitude bon marché dans sa poitrine.

« … Tch. »

Dans l’obscurité, les chaînes raclaient le sol.

Ikki s’allongea face contre terre. Cet homme, qui n’aurait pas dû avoir l’énergie de faire un seul pas, tendit la main droite.

Puis il avait enfoncé ses ongles dans la roche mouillée.

Avec un gros effort, il mit de la force dans le bout de ses doigts enflés afin de ramper vers l’avant.

Bien sûr, il n’y avait aucun moyen qu’il en soit capable.

Ces chaînes du destin étaient encore attachées à son corps.

Les chaînes grinçaient et se tendaient, présentant un poids comme si une montagne écrasait son corps.

Sa main avait glissé.

Ses ongles avaient commencé à s’arracher.

De la douleur. Du sang. Il ne faisait que se faire du mal avec cet effort inutile.

« … ouuuuuu… »

Ikki ne s’en souciait pas, il avait de nouveau enfoncé le bout de ses doigts dans le rocher, maintenant sans ongle.

Avec encore plus de force qu’auparavant, épuisant son esprit et son être, il avait tiré son corps vers l’avant.

Pourquoi faisait-il ça ?

Qu’est-ce qu’il aurait pu faire ?

Comment pouvait-il continuer à déplacer ce corps alors qu’il avait épuisé tout son potentiel ?

Était-ce son orgueil de chevalier ?

Non. Cela s’était transformé en cendres il y a longtemps.

Était-ce son admiration pour Ryoma Kurogane ?

Non. Il y a longtemps que cela avait été brûlé.

Il y avait une chose qui faisait avancer Ikki.

C’était un sentiment qui ne pouvait pas être épuisé, peu importe combien il brûlait.

Un sentiment qu’il ne pouvait pas utiliser en l’espace d’une minute.

Sa passion éternelle pour une fille en particulier.

« Ooouuuuuuuu... »

Ikki pensait que s’il n’avait pas rencontré Stella, ou s’il l’avait rencontrée en tant qu’étranger, alors il aurait été satisfait ici.

Il aurait accepté ce résultat comme complet, s’étant complètement épuisé.

Mais ils s’étaient rencontrés.

Ils s’étaient rencontrés, s’étaient touchés et étaient tombés amoureux.

Ils avaient passé tant de temps ensemble, réduisant avec précaution l’écart entre eux, parfois même en se chamaillant, approfondissant toujours leurs sentiments. Chaque moment avait été plus précieux pour Ikki que le précédent.

J’aime Stella.

Plus que quiconque au monde, je l’aime.

C’est pour ça que je ne peux pas rester ici.

« Oouuuuuuuuu — . »

Il s’était mis à genoux, s’était levé et avait tiré contre les chaînes qui couvraient son corps.

Les chaînes s’étirèrent, grincèrent, se serrèrent et essayèrent de briser son corps.

Sa peau s’était arrachée, sa chair avait été écrasée et ses os avaient grincé.

La douleur, le poids monolithique, essayait de s’adresser à Ikki.

Arrêtez cette futilité.

Il n’y a rien de plus pour vous.

Parce que vous ne pouvez pas aller plus loin.

Ikki avait rejeté tout ça, crachant un « Et alors ? »

Son destin ne lui avait donc pas permis d’aller plus loin.

Qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?

N’était-il pas au courant ?

Il ne laisserait pas une telle chose l’arrêter.

C’était tout à fait naturel. En ce moment et même après ça, Stella n’allait pas cesser d’avancer.

Elle pouvait battre les ailes avec lesquelles elle était née, n’importe où.

Puis, elle allait finir par rencontrer un nouveau rival, avec les mêmes ailes qu’elle.

Il ne pouvait pas accepter cela.

Le cœur, le corps, l’amour de Stella… sa force aussi, tout… Comme s’il allait le donner à quelqu’un d’autre.

Alors, brûle !

Ce qu’il avait enflammé, c’était les émotions sans limites qui débordaient de sa poitrine.

Avec la puissance de ces émotions, il avait fait un autre pas en avant.

Ça ne devrait pas être impossible.

Étant celui qui avait toujours désobéi au destin plus que quiconque, Ikki le savait.

Bien sûr, c’était peut-être le talent naturel qui allait déterminer le destin.

Mais peu importe le talent naturel que l’on possédait, sans émotion, on ne pouvait aller de l’avant.

Ces émotions ne pourraient pas être écrasées même si tout son corps était brûlé.

C’était des émotions qu’il ne pouvait pas abandonner, même si on lui disait qu’il était irrécupérable.

Même si sa défaite était si écrasante qu’elle le faisait trembler d’impatience, il continuerait à relever des défis.

C’était à cause de ces émotions que les gens continuent à avancer.

Ces émotions l’avaient rendu plus fort qu’il ne l’était il y a une minute.

C’était donc avec ce pouvoir qu’il avait brisé le destin !

Il était temps d’y aller, avec un pouvoir illimité d’émotions débordant de sa poitrine entre les mains.

Même si c’était le fond de la Terre, il mettrait ces chaînes en pièces et irait de l’avant.

Même si son corps n’avait pas d’ailes, il se précipiterait dans le ciel, à ses côtés.

Pour toujours, quoi qu’il arrive, il voulait rester devant celle qu’il aimait le plus au monde,

« QUAND TU ES DEVANT MOI, SOIS TOUJOURS AUSSI COOL QUE JE SAIS QUE TU L’ES, IDIIIOOOOOTTTTTTT !! »

Il voulait être le plus cool possible… !

« OOOOOUUUUUUUUUUAAAAAAAAAAAAAA !! »

En un instant, alors qu’Ikki faisait un pas de plus avec son pied droit, les chaînes se brisèrent.

Et ce monde de ténèbres avait cédé la place à la lumière.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire