Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 7 – Chapitre 10 – Partie 8

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 10 : Le Troisième Tour du Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée — Début

Partie 8

Edelweiss, les Ailes Jumelles, un nom même connu par ceux qui n’étaient pas chevaliers. Son apparence avait fait taire la salle, et dans ce calme étouffant… elle avait calmement levé sa paire d’épées en forme d’ailes horizontalement.

« A-ha-a-a — !? »

À cet instant, Stella, assise dans le public, avait tenu son corps avec ses deux mains. Elle avait senti la pression démoniaque de l’aura de l’épée que les Ailes Jumelles avaient émise juste en prenant une position, une pression si menaçante que cela avait donné envie à Stella de détourner ses yeux.

E-Effrayante... ! pensa Stella.

Cette pression n’était pas dirigée vers elle, mais malgré cela, son corps tremblait de façon incontrôlable et des sueurs froides s’échappaient.

Si loin, mais on dirait quand même qu’une épée est pointée sur ma gorge ! pensa Stella.

Elle pouvait sentir la froideur glaciale de la lame, elle pouvait voir la différence insurmontable entre les deux, rien qu’en voyant la femme !

C’est l’épéiste le plus fort du monde…, pensa Stella.

« Qu’est-ce qui s’est passé !? La criminelle la plus infâme du monde, se tenant au sommet de l’art de l’épée, les Ailes Jumelles Edelweiss elle-même, se tient devant nous ! En cet instant, Sara Bloodlily a convoqué une puissance inimaginable ! »

« Comment… peut-elle même faire quelque chose comme ça… ! »

« Sérieusement… !? »

« Ça doit… être de la triche… ! »

Stella n’était pas la seule à être secouée par l’épéiste d’un blanc pur se tenant sur le ring. Les voix de la commentatrice, de l’experte, de tous les spectateurs avaient tremblé de choc. Et pourquoi pas ? Cette Edelweiss était un faux né du pouvoir de Sara, mais son aura majestueuse n’était pas plus faible que la vraie affaire. Et Ikki, qui l’avait affrontée, le savait mieux que quiconque !

Ikki s’était donc retiré avec tout ce qu’il avait, dans la mesure du possible. La pression de son épée à bout portant avait laissé son cœur sur le point d’éclater, même s’il avait essayé de le calmer. Et plus encore, il se méfiait de la force de Sara en tant qu’artiste, capable de dépeindre la plus forte épéiste du monde sans la moindre erreur.

« … J’ai pensé à tant de possibilités. Même si Stella ou Ouma apparaissaient, je n’allais pas être surpris… mais dessiner ça… ! Maudite Da Vinci ! » murmura Ikki.

« C’est le seul épéiste contre qui tu n’as pas gagné, alors c’est celle que j’ai choisi de dessiner. J’ai dépensé presque tout mon pouvoir magique à la faire, l’image la plus forte de tous les chevaliers que j’aie jamais connue. Et j’ai fait tout cela te battre sans aucun doute ! » déclara Sara.

Sara avait déclaré sa victoire, et alors — la vue des Ailes Jumelles se déplaçant était apparue dans les yeux d’Ikki.

« Rap — . »

Une lame blanche avait pivoté vers le bas à une vitesse fulgurante que la commentatrice ne pouvait pas suivre. Toutes les actions d’Edelweiss, de la charge à l’attaque, avaient été silencieuses et n’avaient gaspillé aucune énergie, dépensée uniquement pour le mouvement. L’accélération instantanée de l’immobilité au mouvement rendait ses épées difficiles à voir. Une frappe indétectable à l’œil et à l’oreille. Si c’était une personne normale, la vie d’Ikki se serait terminée sans même remarquer l’attaque. Mais…

« Gah ! »

Le corps d’Ikki savait déjà tout cela et il avait pu se défendre contre la première attaque d’Edelweiss. Pourtant, il n’avait pas de place pour le soulagement par la suite. À l’instant où Intetsu avait paré la lame gauche des Ailes Jumelles, sa lame droite avait déjà atteint le nez d’Ikki !

« — Kuh ! »

Heureusement, Ikki avait prédit la suite. Il avait calmement incliné la tête pour se dérober, bien que sa joue ait été éraflée. Il avait même frappé avec Intetsu en contre-attaque. En réponse, Edelweiss étendit également ses deux épées — et lança une autre attaque !

« Ahhhhh — !! »

Des épées de noir et blanc étaient entrées en collision et s’étaient collées l’une à l’autre, avec des étincelles se dispersant dans le vent. En effet, Ikki était en conflit avec elle. Il avait besoin d’Ittou Shura dans le passé, mais il pouvait maintenant suivre les épées des Ailes Jumelles sans cela ! Était-ce parce que la représentation de Sarah était inférieure ? Non. Ikki pouvait dire que cette fausse Edelweiss n’était pas plus faible que la vraie Edelweiss qu’il avait combattu à l’Académie Akatsuki. Le tranchant de ses épées, sa puissance et sa présence étaient toutes identiques. Mais pour l’égaler sans Ittou Shura…

C’est juste à quel point je suis devenu plus fort ! pensa Ikki.

Il avait acquis la technique de l’épée d’Edelweiss avec son Vol de Lames, et appris les signaux neuromusculaires pour l’utiliser au combat. Il avait gagné beaucoup d’expérience de ce combat, et donc la force martiale d’Ikki était beaucoup plus grande. Même sans Ittou Shura, il pouvait déjà suivre !

Avec ça, je peux au moins endurer ses attaques ! pensa Ikki.

« Haa ! »

Et finalement, la fausse Edelweiss avait pris du recul par rapport à l’épée.

« OHHHH ! I-Incroyable ! Il a repoussé les Ailes Jumelles, Edelweiss, le plus fort épéiste du monde ! »

« Allez ! Roi de l’épée sans couronne ! »

« Ikkki-kuuuun ! Gagneeeeeeee ! »

Ikki n’avait pas répondu aux applaudissements, mais il avait l’intention de faire ce qu’ils disaient. Peu importe à quel point cette image était proche de la réalité, il devait la battre. Il ne pouvait pas s’enfuir. Ikki s’était avancé pour poursuivre l’Edelweiss en difficulté.

Non, pas bon — ! pensa Ikki.

Il n’aurait pas dû faire ça.

« — Gah !? »

Au moment où Ikki s’avança, sa vision fut tachée de rouge. Tout son corps avait semblé brûlé et son sang s’était répandu. Ikki Kurogane avait été coupé un nombre incalculable de fois.

C’est… c’est… ! pensa Ikki.

« Kurogane progressait vers elle en même temps, mais il s’était soudainement mis à saigner ! Qu’est-ce qui vient de se passer !? » s’écria Iida.

« C’est… un déchirement dans l’air ! » déclara Yaotome.

« Yaotome-pro !? » demanda Iida.

« J’en ai déjà entendu parler… ! L’attaque des Ailes Jumelles est la plus forte du monde. Cette vitesse, ce tranchant, tout est hors-norme ! Les endroits où passe sa lame sont marqués par le vide ! Avec sa finesse, même l’atmosphère ne sait pas qu’elle a été coupée en morceaux… ! » déclara Yaotome.

Yaotome avait dit la vérité. L’espace dans lequel Ikki était entré pour poursuivre Edelweiss était marqué par elle, comme si des lames de vent flottaient dans les airs. C’était exactement comme l’Art Noble d’Ayase Ayatsuji, Marque du Vent, mais cette fausse Edelweiss n’avait qu’à frapper avec ses épées pour provoquer ce phénomène. Elle n’avait pas été repoussée par Ikki, mais elle battait en retraite à cette fin, et Ikki s’y précipita. Sentant que quelque chose n’allait pas, il s’était arrêté, mais ce n’était pas facile de s’arrêter quand il imitait les mouvements d’Edelweiss, et cela lui avait laissé d’innombrables blessures sur le corps.

Mais Ikki savait qu’il n’avait pas le temps de regretter, pas lorsqu’il luttait contre la plus forte épéiste du monde. Il abandonna toutes ses pensées et concentra le précieux pouvoir magique qu’il avait récupéré dans ses jambes. Tout comme Stella et les autres chevaliers normaux, il ajouta de la force à ses pieds et se retira de la portée d’Edelweiss aussi vite qu’il le put. Pas une milliseconde plus tard, l’argent avait éclaté dans l’espace où son cou avait été. Même un instant de retard aurait laissé sa tête danser dans les airs.

« Ha ! Ha… ! Ah ! »

Le prix à payer avait été le pouvoir magique restant d’Ikki. Le simple fait d’entrer dans sa portée lui avait pris tout ce qu’il avait, et il n’avait pas pu réussir une seule attaque. Toujours accroché à la vie, Ikki était convaincu.

N’est-ce pas pire qu’Edelweiss à l’époque ! pensa Ikki.

La dernière fois, Edelweiss n’était pas sérieuse jusqu’à la dernière attaque. Elle avait seulement repoussé Ikki, sans chercher sérieusement à le tuer. La femme devant Ikki était clairement différente, et surtout, elle était impitoyable. Elle utilisait même des techniques qu’il n’avait pas vues pour remporter la victoire !

Ikki avait pris ses distances et avait réfléchi, mais Edelweiss ne le poursuivit pas. Au lieu de cela, elle avait tourné l’épée de sa main droite et l’avait poignardée dans le sol.

*Shnk.*

« Ah — gah !? »

Vingt mètres plus loin, du sang s’était à nouveau répandu sur le corps d’Ikki, et il avait ressenti une douleur comme si chaque partie de son corps était percée par la lumière. Une sorte d’attaque magique ? Non, Ikki s’était immédiatement souvenu de ce que c’était.

Dokuga no Tachi... ! pensa Ikki.

À l’époque, la véritable Edelweiss avait utilisé la même technique que la sixième épée secrète d’Ikki. C’était une technique d’épée pénétrante qui transmettait des vibrations dans le corps de l’adversaire à travers la lame, endommageant les organes internes. Le Dokuga no Tachi d’Ikki l’avait fait en touchant le Dispositif de l’adversaire, mais la fausse Edelweiss avait utilisé le sol du ring comme support, forçant les vibrations dans le corps d’Ikki de loin.

Puis Edelweiss s’approcha d’un Ikki paniqué pour décider du match. Dévorant la distance entre les deux combattants en un clin d’œil, elle frappa avec ses deux épées de toutes ses forces. Malgré des spasmes sur tout le corps, Ikki devait répondre, et il avait tenu Intetsu au-dessus de sa tête pour parer. Voyant que ses frappes ne rencontreraient pas la chair, Edelweiss avait modifié ses efforts, et toute son énergie — avait été transférée à ses jambes !

« Guh ! Ha ! »

Tandis qu’Ikki relevait sa garde, elle s’était baissée vers son corps sans défense. Un coup de pied de la plus forte épéiste du monde avait eu un impact qui avait pu frapper le torse, et celui-ci s’était enfoncé dans le plexus solaire d’Ikki, projetant son corps vers l’arrière. Comme s’il avait été emporté par un camion, le corps d’Ikki avait glissé à l’extérieur du ring et s’était écrasé dans la cloison devant le public. La barrière qu’il avait heurtée avait été déracinée et, ensemble, ils avaient remonté les escaliers entre les sièges du public, s’arrêtant finalement à la rangée du haut.

L’impact de ce qui ressemblait à un accident de la route mortel avait laissé le public à proximité, qui ne voyait plus rien d’autre que l’escalier cassé et la traînée de sang, tel un tapis, incapable même de crier. Le Pire au sol, face au ciel nocturne, était… immobile.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci beaucoup pour ce chapitre

Laisser un commentaire