Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 1 – Prologue

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Prologue : Une Rencontre dans la Matinée

Après avoir terminé sa course quotidienne, Ikki Kurogane était retourné dans son dortoir pour étudiants et c’est alors qu’il avait trouvé une belle fille à moitié nue se trouvant à l’intérieur de la pièce.

... Eh !?

Ces cheveux cramoisis semblaient incarner des vagues de flammes ardentes. Ces pupilles de la couleur du rubis placé sur un joli visage clairement étrangère étaient béantes d’étonnement face à la soudaine intrusion d’Ikki. Elle possédait des bras immaculés aussi blancs que de la neige fraîche, revêtus de dentelle noire.

Parfaite. Ikki ne pouvait pas penser à un autre mot pour décrire ces traits. Sa beauté était telle la peinture d’une déesse, évoquant un caractère solennel, mais qui ne laissait aucune place à la convoitise. Elle avait tout simplement suscité son intérêt.

Mais... Mais quelle était la raison pour qu’une fille comme elle se trouve ici dans sa chambre ?

Peut-être que je ne suis pas rentré dans la bonne chambre ?

Il le pensait également, mais il s’agissait bien de la chambre numéro 405 du premier dortoir des étudiants. L’appartement de deux mètres et demi par trois mètres et demi de large avec un lit superposé était sans aucun doute celui d’Ikki, ainsi la personne qui faisait l’erreur était probablement cette fille, mais...

« Heee..., » elle laissa échapper un petit cri de sa gorge serrée, puis il entendit une profonde inspiration.

Oh oh. Si une fille criait dans cette situation, les accusations tomberaient à tous les coups sur le garçon.

« S’il vous plaît, attendez un peu. Je comprends ce que vous voulez dire ! C’est peut-être un accident, mais je ne vais pas m’excuser pour ce que j’ai clairement vu, » déclara Ikki.

Ikki n’allait pas essayer de le reprocher à qui que ce soit d’autre pour ce désastre. Il pouvait parfaitement imaginer l’amertume d’être vu nu par un étranger. C’était une situation qui, en tant qu’homme, devrait être réglée ! Alors il avait dit...

« C’est pourquoi je vais aussi enlever mes vêtements, et restons-en là. »

 

Version originale

Coloriage numéro 1

Coloriage numéro 2

 

« NOONNNNNNN !!! UNE BEEEEEEEEETTTTTTTEEEEEEEEEEE !!! » cria la jeune femme.

Et ainsi, un cri déchira le silence du matin et se leva pour percer le ciel. C’était la vérité de cette étrange rencontre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire