Protection Divine de Nombreux Dieux – Chapitre 68

Bannière de Protection Divine de Nombreux Dieux ***

Chapitre 68

Quand ma main avait touché la poignée, l’épée s’était illuminée un instant.

Au moment où j’avais utilisé toutes mes forces pour sortir l’épée du fourreau, elle était sortie très facilement.

« Hein ? C’était une si belle épée ? » Selva regarda l’épée avec étonnement.

J’avais aussi vérifié le changement de l’épée sainte.

Épée des étoiles

[Guérison par la poussière d’étoiles]

Le pouvoir magique qui habite les étoiles est conféré au propriétaire.

[Flammes stellaires]

Rang 6 étoiles : Vous ne perdrez jamais de vue votre chemin.

Rang 5 étoiles : Vous ne perdrez jamais de vue votre position.

Rang 4 étoiles : Vision nocturne.

Rang 3 étoiles : La température ambiante est toujours confortable.

Rang 2 étoiles : Les attaques en dessous d’un certain niveau sont invalidées.

Rang 1 étoile : Gagnez le pouvoir de tout couper.

 

Oh, ce n’est pas une épée sacrée, mais une épée des étoiles.

Je suppose que puisqu’un héros l’utilisait il y a longtemps, c’est aussi une Épée Sainte.

Je ne connais pas la cause, mais je ne peux utiliser que l’effet de rang 6 pour l’instant.

Au fait, je suis face au nord.

« Selon la légende, cette épée a été fabriquée à partir d’une étoile filante, » déclara Irène.

C’était donc une sorte de fer météoritique ? Si c’est le cas, cette épée sainte a une histoire intéressante, pensa-t-il en hochant la tête.

« Cependant, ce n’est pas une très bonne épée, » continua Irène.

« Parce qu’elle possède une capacité de découpe très limitée. Elle peut à peine couper à travers les écailles de dragon, » déclara Selva.

Je sentais que si ça pouvait blesser un dragon, alors cela devrait suffire.

« De plus, ses capacités sont légères. Pourquoi avoir besoin d’attendre que le mana se régénère, n’est-ce pas ? Comment quelqu’un pourrait-il épuiser tout son mana ? » déclara Selva.

C’est un peu dragon de dire ça.

« Mon père a trouvé cette épée quelque part et me l’a donnée à son retour. Faites ce que vous voulez, » déclara Selva.

L’Épée des Étoiles ne semble pas avoir d’utilité pour les dragons.

« Dans ce cas, je prends ça, » déclarai-je.

« Eh, c’est tout ? Vous savez qu’il y a encore plus d’armes incroyables ? Entre autres choses, il y a une épée qui tranche les montagnes, une épée qui sépare la mer, et aussi une lance qui perce toujours le cœur. Cependant, il n’est pas permis d’offrir une arme Tueuse de Dragon, » déclara Selva.

« Je suis déjà satisfait de ça, » répondis-je.

« Vraiment ? Hibiki, vous êtes si désintéressé, » déclara Selva.

Avec l’épée à la main, j’étais retourné auprès d’Aria et des autres où elles avaient toutes fini de choisir la chose qu’elles voulaient.

Aria avait choisi un pendentif avec une petite gemme au centre.

Emily avait intelligemment choisi plusieurs volumes d’alchimie inconnus.

Zir avait choisi plusieurs bouteilles de liqueur de dragon.

Sai avait pris avec gratitude plusieurs piles de pièces d’or.

« Bien qu’il soit un peu tard, faisons une pause pour le thé, » déclara Selva.

Selva nous avait guidés hors de l’étage de gestion et nous avions franchi la porte d’entrée d’une zone résidentielle.

La raison pour laquelle l’entrepôt à trésors se trouvait dans l’étage de gestion était que les aventuriers qui visaient le trésor qui s’y trouvait seraient satisfaits en fouillant l’étage de gestion et partiraient.

« Par conséquent, je n’ai jamais voulu envisager que quelqu’un entre dans ma maison jusqu’à maintenant, » déclara Selva.

Nous avions commencé à bavarder tout en buvant un thé riche dans son salon.

Aria, Emily et les autres regardaient sans cesse le château du dragon.

Zir savourait correctement le thé et les sucreries.

Comme Sai n’arrivait pas à suivre le rythme, il s’était mis à engloutir son thé de tout cœur.

Puisqu’il lui manquait un bras, il avait lutté pour ajouter du sucre dans la tasse et l’avait remué avec un bruit.

Du thé et des bonbons avaient également été placés devant Ruby. Ruby avait sorti un tentacule et il avait agi d’une manière plus adroite que Sai. Il avait incliné la tasse, et il avait « bu » le thé dans son corps.

« Irène-san et Selva, vous êtes de la même famille ou quoi ? » demandai-je.

J’avais brusquement abordé le sujet. Selva et Irène étaient trop stupéfaites pour dire qu’elles étaient seigneur et servante.

« Il me semble que vous êtes parents, n’est-ce pas ? » demandai-je.

Selva était enfermée dans le donjon et il semble que la mère humaine d’Irène s’occupait d’elle.

Eh bien, il y a environ 30 ans, lorsque le frère aîné de Selva était venu vérifier son état, la mère d’Irène, âgée de 25 ans, était tombée amoureuse au premier regard et ils étaient devenus partenaires.

Après cela, ils avaient fait progresser leur amour dans ce donjon pendant cinq ans jusqu’à la naissance d’Irène.

La 6e année, Irène était née et il était devenu nécessaire pour le frère de Selva de retourner au village des dragons.

À l’origine, c’était le travail de la mère d’Irène de veiller sur Selva, alors elle était restée pour élever son enfant tout en s’occupant de l’enfant-dragon.

Ainsi, quand Irène avait atteint l’âge adulte (dans ce monde c’est aussi à 20 ans), elle était immédiatement partie pour le village des dragons où se trouvait son mari.

« Je vois… Ça fait de vous sa tata et nièce ? » déclarai-je.

« Tata, s’il te plaît, ne m’appelle pas tata !? Je n’ai que 220 ans, tu sais !? » s’écria Selva.

Comme on peut s’y attendre d’un dragon. Avec une période hikikomori incomplète à environ 80 ans, va-t-elle passer pour une 2e génération parasitaire ?

« Va travailler, NEET, » déclarai-je.

Selva pencha adorablement la tête sur le côté.

« Ça me rappelle quelque chose. Hibiki, vous avez une Protection Divine, n’est-ce pas ? Comment l’avez-vous eue ? Le temple vous a-t-il donné votre nouveau pouvoir ? » demanda Irène.

« Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ? Vous n’avez rien gagné ? Ou ne l’avez-vous pas réalisé ? » demanda Selva.

« Non, je l’ai obtenu. Est-ce qu’un pouvoir s’obtient quand on se rend dans un temple ? » demandai-je.

« Hein ? Vous ne le saviez pas ? Le dieu donne des pouvoirs bien qu’ils ne soient pas absolus, » répondit Irène.

« OUI »

Quand j’avais demandé ça, l’Oracle s’était activé.

Allons dans les temples régulièrement à partir de maintenant. Parce que cet endroit est loin, je vais devoir chercher des temples plus proches.

Après avoir fini le thé et les bonbons, nous avions commencé à parler de repartir.

« Vous partez déjà ? » demanda Selva.

« Si nous restons plus longtemps, nous serons une nuisance, » répondis-je.

« Non, pas du tout, » Selva avait commencé à s’énerver, mais nous devions ramener Sai chez Yakuuu.

« Cependant, il fait nuit devant le donjon maintenant. Ça ne serait-il pas mieux de partir demain matin ? » demanda Irène.

C’est difficile de suivre l’heure dans le labyrinthe. L’extérieur est apparemment déjà très sombre.

« C’est… C’est vrai. Partir demain matin serait mieux. Et si on ne dort pas assez, on peut rester une nuit de plus, » déclarai-je.

Nous avions accepté l’offre aimable d’Irène de passer la nuit dans le château du dragon.

Néanmoins, si nous nous couchions trop, nous partirions quand même le lendemain, alors nous avions gardé à l’esprit que « nous devons faire de notre mieux demain ».

Le lendemain, nous avions prévu de nous réveiller assez tôt avant de partir pour la ville.

Mais était-ce bien qu’elles soient toutes les deux sorties du donjon pour nous accompagner ?

« Dois-je vraiment y aller ? » demanda Selva.

« Uh-huh, » balbutia Irène.

« C’est… c’est vrai. Une autre fois, je veux aller rencontrer Hibiki. Est-ce d’accord ? » demanda Selva.

« Je pense que c’est bon, » répondit Irène.

J’avais jeté un coup d’œil à Irène qui avait acquiescé de la tête. Il semble que ce ne soit pas un problème.

« Eh bien, je vais y aller maintenant, avec Hibiki, » déclara Selva.

« Selva-sama ! » s’écria Irène.

« Hyaii !! » Selva, qui avait commencé à monter dans notre chariot, revint déprimée.

Un peu plus tard, nous avions fait plusieurs rencontres, mais nous étions finalement partis pour Welburg.

Picasso commença à marcher lentement et il quitta progressivement le donjon.

« J’irai, c’est sûr. Je m’en irai bientôt ! » Derrière nous, Selva agitait si fort qu’elle faisait un bruit sourd.

J’avais aussi fait un léger signe de la main.

Notre première exploration au complet d’un donjon s’était terminée de cette façon.

Pendant que nous appréciions lentement le lit de l’auberge après si longtemps, j’avais remarqué quelque chose.

L’Épée des étoiles était une Épée sacrée, mais c’est surtout une Épée sexuelle. (TL : Dans le cas ici, en japonais, les termes sacré et sexuel se prononcent tous les deux Seiken)

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire