Protection Divine de Nombreux Dieux – Chapitre 38

Bannière de Protection Divine de Nombreux Dieux ***

Chapitre 38

« Maître, j’espère que vous n’utiliserez pas cette magie..., » déclara Zir.

« Oui, je sais, cette magie est une exception, » répondit Hibiki.

« Ahh, j’ai compris ! Vous allez utiliser d’autres types de magie, n’est-ce pas ? » demanda Zir.

Zir avait fait un « Hmm ! » alors que j’avais hoché la tête. Honnêtement, en écrasant le Guerrier-Squelette en utilisant ma Magie de Choc, je serai en mesure de totalement le détruire. Cependant, il semblerait que tant que Zir était en sécurité, il serait capable de se ressusciter... Mais de toute façon, même si je gagnais de cette façon, Zir ne serait probablement pas convaincue. Même si je venais de l’apprendre, et que j’étais impatient de l’utiliser, j’allais devoir me retenir.

J’avais baissé mon centre de gravité en écartant mes jambes jusqu’à avoir environ la largeur de mes épaules. Je m’étais alors préparé à intercepter le Guerrier-Squelette et son nodachi, en utilisant Zetsumu.

En raison de sa position, j’avais l’impression qu’il n’était pas du tout ordinaire... Ou plutôt, c’était la première fois que je rencontrais un monstre qui utilise une Position de Combat.

« Ho Zir ! Ce monstre n’est-il pas étrange !? » Demandai-je.

« Kufufu ! » Zir se mit à rire. « Maître, ce monstre est sous mon contrôle. Alors bien sûr qu’il possède une quantité décente de capacité. »

« Non, ce n’est pas ce que je veux dire ! » répondis-je.

Alors que j’essayais désespérément d’interroger Zir, le Guerrier-Squelette avait commencé à bouger afin de m’attaquer.

Il avait frappé à l’aide de son nodachi du haut de sa tête afin de tirer le meilleur parti du poids de l’épée. Un coup qui n’utilisait pas seulement la puissance de l’arme, mais aussi les muscles du corps entier de son porteur, était sans aucun doute capable de facilement trancher en deux le corps d’un humain.

Bien sûr, c’était s’il était capable de toucher.

« Pfff ! C’est dangereux. Mais un squelette n’a pas de muscles, » dis-je.

J’avais déplacé mon corps et avait été en quelque sorte en mesure d’éviter le coup mortel, puis j’avais rapidement essayé de contre-attaquer. Au moment où j’avais évité son attaque, j’avais de mon côté frappé avec mon épée sur le côté sans changer ma posture.

Le Guerrier-Squelette se déplaça un peu afin d’esquiver mon attaque, mais j’avais fini par frapper sur le bras qui ne tenait pas le nodachi.

J’avais alors effectué un nouveau coup dans lequel j’avais mis tout mon poids dedans. Au moment où j’avais frappé la main du Guerrier-Squelette, j’avais lancé en même temps ma Magie de Terre sur le sol en dessous du Guerrier-Squelette et je l’avais fait s’enfoncer de quinze centimètres. La posture du Guerrier-Squelette avait donc été détruite dès que le sol s’était creusé. Je n’avais pas manqué cette chance, et j’avais utilisé ma Magie de Feu afin de lui lancer une boule de feu.

Le Guerrier-Squelette fut projeté en arrière sur plusieurs mètres. La boule de feu avait directement frappé un os, car elle était dirigée vers une partie de son corps qui n’était pas couverte par l’armure métallique.

Quand la poussière s’était éclaircie, le Guerrier-Squelette était déjà au sol. Parce que la partie inférieure de sa colonne vertébrale semblait avoir été perdue, il était devenu incapable de bouger. Il avait essayé à plusieurs reprises de se lever et de bouger son corps, mais en vain.

Juste au moment où je pensais que c’était fini, une lumière pâle commença à s’enrouler au niveau du ventre du Guerrier-Squelette.

Hein !? Pendant l’instant où j’étais coincé dans une certaine confusion vis-à-vis de ce qui se passait, il s’était à nouveau levé et avait commencé à se précipiter vers moi.

« Zir, la récupération magique est injuste !! » dis-je.

« Qu’allez-vous donc faire ? » me demanda-t-elle en retour. « N’est-ce pas, une utilisation pratique de la magie ? »

« Comme attendu de la récupération magique, les dommages qu’il avait encaissés plus tôt sont récupérés en un instant ! » Alors que je disais ça, le Guerrier-Squelette cherchait une occasion favorable afin de m’attaquer avec son épée.

Nous avions croisé les épées à plusieurs reprises, et comme prévu, ses coups étaient très puissants. J’avais alors jugé qu’il m’était impossible de gagner en utilisant uniquement ma force. Alors j’avais décidé d’utiliser mon épée magique.

« Prends ça, Épée de Feu !! » criai-je.

Le feu, qui recouvrait maintenant l’épée, n’était pas seulement offensif, mais aussi défensif. C’était efficace tant qu’il est capable de toucher.

Les flammes s’étaient propagées sur mon adversaire et l’avaient ainsi privé de sa visibilité. De plus, j’avais ressenti de la sympathie envers le Guerrier-Squelette alors que j’utilisais ma Magie du Vent afin d’attiser les flammes pour en faire un petit tourbillon de flammes.

« Que dis-tu de ça ! » dis-je.

Le Guerrier-Squelette avait réussi à s’échapper à mon tourbillon de flammes, mais son corps présentait un grand nombre de blessures.

Un instant avant qu’il ne soit totalement détruit, encore une fois, tout son corps fut enveloppé par une lumière diffuse. Et ainsi, le Guerrier-Squelette fut complètement soigné.

J’en avais marre de ça et j’avais alors cherché une façon de le terminer définitivement.

« Maintenant que j’y pense, cette lumière pâle utilisée lors de la récupération plus tôt semble différente de la magie de récupération habituelle, » murmurai-je.

Ce pourrait tout à fait être une magie de récupération exclusivement utilisable pour les morts-vivants.

« Ah ! Alors, je pourrais peut-être utiliser ça..., » murmurai-je.

J’avais alors commencé à gorger mon épée avec de la magie.

Je remarquai que le Guerrier-Squelette courrait vers moi, alors je m’étais précipité vers lui.

Au moment où nos épées s’étaient croisées, j’avais utilisé ma Magie du Vent afin de protéger mon corps et j’avais esquivé l’attaque du Guerrier-Squelette d’un cheveu. Bien que j’avais échappé à l’attaque en tournant autour de lui, j’avais réussi par la même occasion à lui lacérer le dos.

Le Guerrier-Squelette s’était retourné et avait commencé à marcher. Un pas, deux pas, trois pas. Puis il tomba sur le sol en produisant un son et ne bougea plus du tout après ça.

« Quoi, aucune récupération ? Que lui avez-vous fait ? » me demanda Zir.

« Hehe, ça s’est bien passé, » dis-je.

« Maître, je voudrais avoir une explication. La magie de Zir devrait être encore suffisante. Alors, pourquoi n’est-elle pas capable de faire revivre son squelette ? » me demanda le Grimoire.

« Pas de problème. Je vais tôt ou tard vous en parler, » dis-je.

Je m’étais alors assis par terre. En y pensant, l’histoire d’un Nécromancien qui avait détruit la ville pouvait tout à fait être vraie.

Juste un Guerrier-Squelette était capable de me mettre dans un tel état. Alors, qu’en est-il s’il avait été une douzaine ? La ville pourrait vraiment être dévastée.

« Mais, je vais retourner à ma formation de magie, alors ne me dérangez surtout pas, » dis-je.

« Je vous le rappellerais plus tard, » me déclara Zir, toujours frustrée d’avoir perdu.

« Maître, j’espère pouvoir comprendre en vous observant, » déclara le Grimoire.

Ces deux personnes semblaient vouloir rester ici.

J’avais alors sorti une Horloge brisée que j’avais placée au préalable dans mon sac en cuir.

Cette vieille horloge à bascule, peu importe combien de fois j’avais essayé de remonter son ressort, n’avait jamais réussi à fonctionner.

Et ainsi, je fis une petite pause après trente minutes...

Après avoir confirmé que lorsque je remontais le ressort et que l’horloge commençait à bouger, je devais commencer à transférer de la magie dans l’horloge.

Donc, après avoir compris quand vous mettiez de la Magie dans du Feu, alors il en résultera une Magie du Feu. Lorsque vous mettez de la Magie dans un courant électrique, alors il en résultera une Magie de Choc. Alors, comme je voulais apprendre la Magie du Temps, je m’étais dit qu’il était possible de le faire avec une Horloge.

Lentement, l’horloge fut imprégnée par de la magie. Est-ce que cela fonctionnait ? Alors, essayons de déplacer le temps sur un délai d’une seconde. Pensai-je.

La petite aiguille commença à faire un son de *Gigigi* et à se déplacer en sens inverse. Cependant, il n’y avait rien d’inhabituel qui se produisit en même temps. J’avais maintenant arrêté l’aiguille des secondes... et comme prévu, il ne s’était rien passé.

Pourtant, il s’agissait d’un fait que j’étais en mesure de faire fonctionner l’horloge. En vérifiant mon statut, j’avais découvert que j’avais appris une nouvelle magie appelée Magie de Force Mentale, même si je ne me souvenais pas du tout de l’avoir appris...

Ceci semblait être une magie capable de déplacer des objets se trouvant plus loin sans devoir les toucher. Long à expliquer, mais, finalement, c’était la télékinésie.

Quand j’avais demandé au Grimoire de la Sagesse à propos de la Magie de Force Mentale, et il m’avait alors répondu. « La Magie de Force Mentale est une magie qui n’a pas beaucoup d’utilisateurs connus. Pour commencer, cette magie n’était transmise que dans un certain clan. Une fois, j’ai entendu dire qu’il y avait un homme au pouvoir qui craignait d’être assassiné par cette magie parce qu’il est plus difficile à percevoir que les autres magies, donc tout le clan qui était capable de l’utiliser fut exterminé. Mon propriétaire est-il l’un des survivants de ce clan ? »

Il semblerait que je devais me rappeler de ne pas utiliser cette magie devant d’autres personnes.

Ce ne serait pas vraiment un problème, puisque je ne prévoyais pas vraiment de l’utiliser.

« Je ne suis ni le héros désigné ni le survivant d’un clan détruit, » déclarai-je.

En raison de la présence du Grimoire de la Sagesse, j’avais expliqué en détail la Magie de Choc et la Magie de Force Mentale.

« Que sais-tu sur la foudre ? » demandai-je en retour au livre.

« La foudre est l’une des magies qui furent utilisées par les Dieux quand il s’agit de rendre un Jugement Divin, » répondit le Grimoire. « Cependant, les personnes qui entourent la personne coupable sont également touchées. Ceci se produit parce que ces autres personnes n’ont pas pu arrêter la personne coupable, et donc, elles ont aussi été jugées coupables. »

Et bien, c’est bien trop déraisonnable. Mais je ne veux pas vraiment parler en mal des dieux, puisqu’ils me donnent leur protection divine... Pensai-je.

« Elle pourrait ne pas être liée aux Dieux. Et que cela soit juste une coïncidence ? » Demandai-je.

« Cependant, il est également vrai que l’éclair frappe ceux qui commettent les péchés, » répondit le livre.

« Et si le péché a déjà été commis, et que le pécheur n’est pas frappé par la foudre ? Est-ce que cela signifie que la foudre est limitée seulement à certains pécheurs ? » demandai-je.

Le Grimoire de la Sagesse s’était alors mis à réfléchir avant de répondre. « En effet, je peux comprendre ça. Bien que ce soit la vérité que les pécheurs soient frappés par la foudre, il se pourrait aussi que cela ne soit pas limité qu’à eux... »

« Dans le pays où je vis, la foudre est classée comme un phénomène naturel. Nous savons même exactement comment tout ça fonctionne, » dis-je.

« Je ne peux même pas imaginer comment la foudre et un fruit peuvent être d’une manière ou d’une autre proches. Alors, si vous pouvez, pourriez-vous me l’expliquer ? » demanda le Grimoire.

« Voyons voir. Pour le dire simplement, la foudre est le résultat du déplacement d’une énergie, » dis-je en retour.

« Un mouvement ? » me demanda le livre.

« Exacte. Par exemple, si la température dans une pièce est refroidie à l’aide de la glace, alors au moment où la porte de la pièce s’ouvre, l’air chaud se trouvant à l’extérieur entrera, n’est-ce pas ? » expliquai-je. « Autrement dit, l’air va commencer à se déplacer et commencer à changer pour avoir la même température. »

« C’est possible pour moi de le comprendre, mais ce n’est pas possible pour moi de sympathiser avec vous, car je n’ai pas réellement de corps, » répondit-il.

« La foudre est issue du déplacement de quelques choses appelées des électrons, » expliquai-je. « Lorsque les électrons sont présents entre une zone de froid et de chaleur, alors le phénomène de la foudre se produit. Quant à savoir pourquoi la foudre lorsqu’elle tombe du ciel frappe tant de personnes qui se trouvent au niveau du sol, alors c’est simplement parce qu’il est vraiment très facile de traverser leur corps. »

« Je vois. Mais dans ce cas, pourquoi la foudre se produit-elle dans un fruit ? » demanda le livre.

« Bien que l’échelle soit un peu plus petite. Mais la même chose se produit quand deux plaques de métal, l’une froide et l’autre chaude, entrent en contact... De cette façon, je suppose que le fruit peut être vu comme le nuage ? » dis-je.

Cette explication devrait être assez bonne pour lui, même si ce n’était pas exactement ça. De toute façon, personne ne connaissait exactement les détails, donc personne ne pourrait me blâmer si ce que je disais n’était pas parfait.

« Alors, vis-à-vis de la Magie de Choc et de la Magie de Foudre, n’y a-t-il pas de différences entre eux ? » demandai-je.

« Eh bien, la différence entre eux n’est-elle pas de savoir s’ils ont ou non la puissance d’un dieu ? » répondit Zir.

« Exact. Dans mon pays, la Foudre s’écrit avec le mot “Kaminari” et c’est parce qu’il y a probablement une partie du pouvoir de Dieu au sein de la foudre. Tandis que pour la Magie de Choc, il s’agit d’une Magie de moindre puissance, car elle n’a pas le soutien d’un Dieu, » dis-je.

Il y avait aussi quelque chose à propos du Feu Sacré de l’Olympe qui était éclairé par la puissance du soleil. Donc un courant électrique artificiel pourrait ne pas être jugé au même niveau que la Foudre.

Ma Magie de Choc était quelque chose de complètement artificiel. Pour le moment, cette interprétation de la comparaison entre eux était assez convaincante.

« Je pense avoir compris, » déclara le Grimoire. « Mais qu’en est-il de la Magie de Force Mentale ? »

« Je ne comprends pas non plus. Quoi qu’il en soit, elle semblerait être une force capable de déplacer un objet sans devoir le toucher, » déclarai-je.

« Pour ma part, je ne comprends pas du tout, » annonça le Grimoire. « Pourriez-vous me l’expliquer d’une manière plus détaillée ? »

« Dans ce cas, permettez-moi de vous faire une expérience de première main, » déclarai-je.

« Que pensez-vous faire ? » me demanda-t-il.

J’avais alors utilisé ma Magie de Force Mentale afin de soulever Zir qui portait dans ses bras le Grimoire de la Sagesse. Elle ne touchait plus le sol.

« Wôw, que se passe-t-il ? Maître, ne me faites pas une telle surprise ! » cria Zir.

Zir fut encore plus surprise que le Grimoire de la Sagesse. Le Grimoire de la Sagesse lui-même afficha une réaction différente, comme s’il était désintéressé, car il parla avec un ton totalement neutre. « Hmm ! Bien que je ne comprenne pas pourquoi nous volons, je n’ai certainement pas détecté de magie. Être capable de ressentir une magie si rare est une expérience formidable. »

Il avait déclaré tout ça sur un ton plat, mais il semblait quand même très heureux concernant ce sujet. « Hum ! La collecte de nouvelles connaissances est vraiment merveilleuse. J’ai de la chance d’avoir pu rencontrer un propriétaire aussi compétent. »

« Eh bien, tu m’as aussi appris à propos de la Médecine de la Jeunesse. Alors, on est quittes, » dis-je.

« À partir de maintenant, je vous demande de compléter mes connaissances manquantes, » me demanda le Grimoire.

« Si tu es d’accord de le faire avec moi pendant mon temps libre, alors c’est bon, » dis-je.

Comme j’avais encore un peu de temps à tuer, je voulais encore entraîner ma Magie de Choc qui avait été banni lors du combat précédent. D’abord, faisons une voie classique en plaçant mon épée dedans.

Parfois, un son de *bzzzz* pouvait être entendu alors que la foudre se déplaçait à la surface de l’épée. J’avais ensuite essayé de faire passer l’épée à travers le tronc de l’arbre que j’avais abattu il y a un moment. Bien que je ressentais une résistance, je pouvais quand même faire des tranches rondes dans le tronc. Mon épée laissait une marque de brûlée sur la section coupée, mais elle était toujours très nette après son passage. Cette technique pouvait probablement être utilisée comme une attaque (Épée de Foudre). Elle devait probablement créer un électrochoc si mon adversaire avait utilisé un bouclier métallique afin de bloquer mon attaque.

Puis, je testais l’attaque à distance. J’accumulai de la Magie de Foudre dans ma main gauche parce que mon épée se trouvait dans ma main droite.

Grâce à la dernière expérience que j’avais menée, j’avais une meilleure compréhension du temps nécessaire pour collecter l’énergie par rapport aux autres magies.

Pour choquer ma cible, je devais décharger l’électricité dans son voisinage. Mais pour pouvoir le faire, je devais charger une grande quantité de puissance.

Après avoir envoyé plusieurs Chocs Électriques Magiques à pleine puissance, je constatai que quelque chose me dérangeait.

Mon corps se sentait de plus en plus sableux après avoir répété plusieurs fois le processus de chargement jusqu’à la limite suivie par le tir.

J’avais alors enlevé le sable qui couvre presque tout mon corps. Mais assez rapidement, cela recommença à me couvrir.

Comment est-ce arrivé ? Quand je combattais le Guerrier-Squelette plus tôt, je n’avais jamais été ainsi sali. Pensai-je.

Je réalisai quelque chose après y avoir réfléchi un moment. J’avais utilisé trop de Magie de Choc. Mon corps s’était donc polarisé. Ce sable devait être du sable de fer...

« Je vois. Il s’agit du Magnétisme. Si j’utilise la Magie du Choc pendant encore un moment, alors je pourrais certainement développer quelque chose, » murmurai-je.

J’avais alors décidé de concevoir quelque chose basé sur le magnétisme à l’aide de cette découverte.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre.
    PS:Il est conscient au moins qu'il est en train de totalement changer le principe d'utilisation de la magie de ce monde ?!

  4. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire