Pensiez-vous qu'un autre monde motiverait un NEET? – Tome 1 – Chapitre 6

***

Chapitre 6 : Un NEET sans voix

***

Chapitre 6 : Un NEET sans voix

Partie 1

Tifalycia avait gagné contre Paulette dans une Épreuve de Force.

Au lendemain du moment bouillonnant de l’histoire où Liberator avait gagné contre Beastia.

« Reiji ! »

Tifalycia pénétra dans la chambre du héros avec une grande vigueur.

Oubliant de frapper, ce qui était entré sous les yeux de Tifalycia en même temps que la porte s’ouvrait était —

« Qu’est-ce que… c’est… à propos de… ? » Ses cris puissants étaient devenus faibles.

Sur le lit, Leu, dans quelque chose équivalent à des sous-vêtements, était assise sur un Reiji à moitié nu.

Pour parler brièvement.

Cette apparence ne pouvait être vue que comme si les deux faisaient des choses perverses.

Le visage de Tifalycia avait été instantanément teint en rouge, et elle avait crié plus par colère que par embarras. « Qu-Quoi... Qu’est-ce que vous faites !! »

Tifalycia pensait que c’était étrange pour elle de hausser la voix.

Pourquoi a-t-elle haussé la voix ?

Même si c’était embarrassant, même si elle voulait partir un peu plus tôt.

« … Jalouse ? » Leu inclina la tête.

La parole qu’elle murmura sans expression fit vaciller Tifalycia encore plus férocement.

« Ha — Haa ? Pourquoi… ressentirais-je ça !? » s’écria Tifalycia.

« Hier, tu as été louée par le Maître, avec ton cœur battant la chamade, non ? » demanda Leu.

« Je ne sais pas ce que tu dis. De toute façon, enlève-toi de là ! » déclara Tifalycia.

« Je ne veux pas, » déclara Leu.

« Je suis son maître ! » déclara Tifalycia.

« Même si tu portes un collier ? » demanda Leu.

« C’est forcé…, » répondit Tifalycia.

« Et aussi, le Maître est mon maître, » déclara Leu.

« — »

Elle ne pouvait plus le tolérer.

Tifalycia avait exercé sa force.

Elle fit de grands pas vers le lit, et étendit la main vers Leu — .

Reiji cria. « Haaaa, vous êtes irritantes toutes les deux ! J’en aurai la chair de poule si j’entre en contact avec une telle atmosphère érotique !! Ne sous-estimez pas un vierge !? »

« Vie —, » balbutia Tifalycia.

« Un vierge ne devrait pas être quelque chose comme ça à l’origine… mais l’interpréter de cette façon est merveilleux, » déclara Leu.

Le visage de Tifalycia rougissait et Leu hocha la tête sans expression comme si elle l’admirait.

Jetant un coup d’œil de côté sur les deux, Reiji s’était libéré du blocage de l’Obscurité Adjacente de Leu et s’était fâché contre Tifalycia tout en portant à nouveau ses vêtements.

« Alors. N’as-tu rien à dire après être venue jusqu’ici ? » demanda Reiji.

« Ah… C’est vrai, » déclara Tifalycia.

Tifalycia détourna le regard et s’éclaircit la gorge.

« … Qu’est-ce qu’il se passe ? Vous rendez l’autorité de guerre héroïque que nous avons obtenue de Beastia. »

Après cet événement…

Reiji s’installa là où Edolas, le souverain de Beastia, était et établit un certain contrat avec lui.

Il s’agissait simplement de tout lui rendre, pour être plus précis, tout, sauf Tistel, qu’il avait obtenu en retour.

Tifalycia, qui l’avait découvert assez tard, avait été interrogée par les serviteurs, et c’est pourquoi elle était entrée dans la chambre de Reiji.

« Si nous utilisons l’autorité de guerre héroïque de Beastia comme monnaie d’échange, je ne dis pas que cela nous permettrait d’avoir toutes les terres d’Entara, mais nous devrions pouvoir obtenir au moins une certaine quantité de territoire… alors l’Infirma et l’Absence pourraient y migrer… ! »

S’il le faisait, le souhait de Clairlycia (la Mère) pourrait aussi être exaucé — .

« Trop naïve. » Celle qui avait répondu à la place de Reiji était… Leu. « Disons que nous avons réussi à arracher du territoire à Beastia, les citoyens qui y vivent resteraient tels qu’ils sont. Es-tu en train de dire que tu vas les chasser ? »

« — … C’est… »

« Même si tu chassais les citoyens de Beastia, le peuple d’Infirma ne viendra pas. Les gens ici vous suivent, toi ou ta mère, mais les autres sont généralement liés par un contrat de maître-serviteur, » déclara leu.

« — »

Certainement, ce que Leu avait dit avait frappé en plein dans le mille.

Il n’y aurait pas de changement, même s’ils s’emparaient d’un territoire.

Juste ce niveau ne suffirait pas à changer le fait qu’Infirma était une race impuissante qui ne pouvait pas utiliser la magie, et le préjugé des autres races pour Infirma qui disait qu’ils étaient des faibles qui ne pouvaient servir que sous d’autres resterait. Le pays de Liberator serait aussi des mots creux.

Alors que Tifalycia s’effondrait, Reiji rompit le silence comme si c’était trop gênant.

« Devenir gênée, puis en colère, puis déprimée, quelle personne occupée tu es… Ne t’inquiète pas, il ne s’agit pas simplement de rendre le territoire, » déclara Reiji.

« … Hein ? »

Alors qu’il était encore allongé sur le lit, Reiji parla. « En échange de la restitution de l’autorité, Beastia doit préparer un lieu formel qui permettra à toutes les races de reconnaître officiellement ce pays. Un lieu officiel pour une “Rencontre annoncée, L’Autorité”, » déclara Reiji.

« Autorité !? » s’écria Tifalycia.

L’Autorité pourrait être considérée comme la plus haute réunion d’ordre mondial qui allait réunir le souverain et le héros de toutes les races.

Inutile de dire qu’Infirma, et même Beastia ne devraient pas pouvoir convoquer une telle rencontre sur un coup de tête.

« Bien sûr, ils doivent le faire d’une façon ou d’une autre. Pour ce mec, Edolas, c’est plutôt facile. Eh bien, du point de vue de Beastia, comparé à la prise de leur territoire, c’est probablement beaucoup mieux, » déclara Reiji.

« Se pourrait-il que vous ayez déjà réfléchi à cette question au moment où nous avons décidé de lutter contre Beastia — ? » demanda Tifalycia.

« Qui sait ? »

Il avait dit de façon si frivole sans montrer ses vraies pensées.

Cependant, le héros anormal connu sous le nom de Reiji avait montré sa capacité à lire à l’avance la situation qui était similaire à la prédiction future de nombreuses fois.

Dans ce cas — comme Tifalycia le pensait, ses yeux s’étaient ouverts en raison des mots que Reiji avait dits ensuite.

« En passant, je ne participe pas à cette réunion, » déclara Reiji.

« … Ha ? Qu’est-ce que vous avez dit ? » demanda Tifalycia.

« Non, penses-y calmement. Le Héros est celui qui est responsable de la guerre héroïque. La politique n’est-elle pas complètement hors de ma juridiction ? » demanda Reiji.

C’est… bien que ce soit vrai.

L’atmosphère de plaisanterie qui régnait jusque-là avait soudainement changé, puis Reiji déclara sans expression.

« Si tu veux sérieusement faire de Liberator, un pays qui accueille ceux qui n’ont pas d’endroit où aller, montre-moi comment tu traites ouvertement avec eux en tant que représentant. N’est-ce pas l’endroit pour ça ? » demanda Reiji.

« — »

Le pays pour accueillir ceux qui n’avaient pas d’endroit où aller.

En tant que son représentant, elle devait se charger de la réunion.

Avec Tifalycia seule.

« Tout d’abord, le Maître n’a jamais mené la Guerre Héroïque correctement si tu y réfléchis mieux, » déclara Leu.

« N’est-ce pas si évident que ça ? T’attendais-tu à ce qu’un NEET bouge ? » demanda Reiji.

« Faire une déclaration d’ordure humaine d’une manière si digne… Mon respect, » déclara Leu.

« … Ah Leu. Me complimenter, c’est bien, mais arrête parce que ça fait un malaise si le sens est incompréhensible, » déclara Reiji.

« On n’y peut rien si le Maître le dit. En échange —, » déclara Leu.

« Pas question, je ne le ferai pas. Les choses érotiques sont un non non non… J’ai dit non !! Attends… tissu ! Utiliser ce tissu noir, c’est trop sournois, alors arrête ! » s’écria Reiji.

« Être sournois, c’est l’expertise du Maître, il faut donc l’encourager largement. Comme prévu par le Maître. Il se contredit, c’est merveilleux, » déclara Leu.

« Quel genre de compliment est-ce que c’est censé être !! — Ah, attends… vraiment, stop —, » s’écria Leu.

Ne faisant pas attention au fait que Reiji et Leu s’entrelaçaient à nouveau.

Tifalycia continua ses pensées sérieuses et profondes.

♥♥♥◆♥♥♥

— C’est alors que le jour de l’Autorité arriva.

Tifalycia avait été invitée dans une salle du château de Ledra solennellement décoré.

Une grande table ronde avait été placée au centre, avec des chaises élégantes placées à égale distance les unes des autres.

Elle pouvait voir les dirigeants de différentes races avec leurs traits raciaux uniques assis là.

D’un seul coup d’œil, les regards qui contenaient de la curiosité ou de l’irritation se concentraient sur elle, mais elle les ignorait désespérément et observait l’environnement.

Par rapport à tous les dirigeants qui étaient assis, les Héros qui les suivaient avaient des attitudes différentes. Certains s’asseyaient également sur des chaises, d’autres se tenaient à côté de leurs dirigeants, et d’autres encore semblaient être encore plus grands que le souverain et s’asseyaient sur la table…

Paulette n’était pas sur le siège de Beastia, mais la figure masculine qui la remplaçait se tenait là.

Quand elle le regarda fixement, l’homme aux oreilles de chat à côté de lui — le souverain de Beastia, Edolas ouvrit sa bouche.

« On dirait qu’on s’est tous rassemblés, » déclara Edolas.

Ignorant le regard de Tifalycia, Edolas, en tant qu’organisateur principal, avait commencé le discours avec dignité.

« Tout d’abord, il y a les formalités pour les dirigeants et les héros de toutes les races rassemblées ici. Représentant la Beastia, j’offre mon salut le plus cordial. »

Il avait fait un grand salut quand il avait dit ça.

« L’objectif de cette Autorité a déjà été relayé, mais — avant d’entrer dans le vif du sujet, j’ai quelque chose à dire en tant que chef de la Beastia. »

En disant cela, il désigna immédiatement Tifalycia, et cria à haute voix.

« Cette femme bâtarde assise là est une tricheuse extrêmement méprisable ! Nous, de Beastia, avons beaucoup souffert dans cette guerre héroïque, mais leurs actions sont clairement illégales ! Un pays fait par une telle personne ne doit pas être reconnu ! »

La voix résonnait clairement dans toute la pièce.

Personne n’avait rien dit face à la vigueur dont avait fait preuve le souverain de Beastia.

Ils avaient juste tous immédiatement — regardé vers Tifalycia.

La pression contenue dans ce regard avait fait ressentir à Tifalycia une illusion comme s’il lui était soudain difficile de respirer.

« En premier lieu, pour l’Infirma ou l’Absence il est impossible de faire lui-même un pays ! C’est une espèce inférieure qui ne peut pas utiliser la magie et qui n’est pas très nombreuse ! Comment ces gens peuvent-ils être traités en égaux, alors même si la seule valeur des humains inférieurs est d’être utilisée par nous !! »

Vers un Edolas enthousiaste, les autres races avaient gardé le silence.

Les yeux d’Edolas étaient injectés de sang et il avait porté le sujet au voisin de Tifalycia — vers le dirigeant des Elfes.

« Elfe ! Vous avez décidé d’observer comme si c’était l’affaire de quelqu’un d’autre, mais la race des elfes est aussi un facteur dans cette affaire, vous savez ? Cette petite fille a le sang royal des elfes ! Ne pensez-vous pas que vous êtes aussi responsable des actes de vos parents par le sang !? »

La dirigeante elfique qui était à l’extrémité de cette fureur était…

« Je me demandais ce que vous vouliez dire. »

Les yeux fermés, elle poussa un soupir.

« Vous dites que les elfes doivent être responsables des choses qu’une Absence a faites, hein. Est-ce que vous, Beastia, nettoyez tout ce qui porte votre sang ? » demanda la femme elfe.

« Ceci et cela sont des choses différentes ! »

« Alors, déclarons-le clairement à cet endroit. » Sa tante, la Reine des Elfes, ouvrit les yeux, se leva et la regarda d’un air glacial. « Même si… elle porte le sang de ma sœur, tant qu’elle est une bâtarde née avec un Infirma, nous n’avons absolument aucune relation. »

Le lien de race. Tante et nièce. De telles relations n’existaient pas.

Elle l’avait clairement… déclaré.

« — C’est vrai. »

Peu importe qui avait commencé.

Les mots d’accord s’étaient poursuivis.

« Les Infirmas sont présents en grand nombre. Inévitablement, le nombre d’Absences augmentera aussi. Leur extermination a aussi ses limites. »

« Fufu, en premier lieu, pour avoir perdu contre Infirma et un bâtard juste à cause d’actes illégaux, cela indique clairement que Beastia n’équivaut qu’à ça, hein. »

« Qu’est-ce que vous avez dit !? »

***

Partie 2

Tandis que l’Autorité se tournait vers une direction inattendue, les Héros étaient soit étonnés, soit rieurs, soit insouciants.

Les Dirigeants et les Héros séparés n’avaient qu’une seule similitude.

C’était… ignorer le sens originel de la réunion.

Le fait qu’Infirma et l’Absence allaient avoir un pays. Ils avaient traité le problème qui était reconnu comme s’il ne s’était rien passé.

Dans ce sens, personne n’avait remarqué l’existence de Tifalycia.

C’était évident.

Pour eux, l’Absence connue sous le nom de Tifalycia, les Infirmas, étaient…

Des défaillances, avec la seule valeur de leur existence à être utilisée.

Par conséquent.

Il était normal… qu’une bâtarde comme elle serait…

Traitée comme un insecte nuisible.

Détestée et abandonnée.

Sa tante parente par le sang avait rompu ses liens avec elle.

Ne rien pouvoir faire, une existence qui ne pouvait rien accomplir.

Est-ce vraiment le cas ?

Elle avait entendu une voix.

Un rire présentant une assurance, une attitude comme s’il traitait l’environnement comme s’il n’était rien, la voix paresseuse d’un NEET.

Il n’était… pas là.

Dans ce cas, c’était la voix de Reiji dans le cœur de Tifalycia.

Au cours de ce mois, elle l’avait mis au défi d’Épreuve de Force chaque jour, et elle avait perdu, mais elle avait continué comme une idiote.

Sans le savoir, elle avait été lentement influencée, teinte par le plus méprisable, mais extrêmement rusé — le héros connu sous le nom de Houbami Reiji.

Si c’était lui.

S’il était à cet endroit.

S’il se tenait à l’endroit où se tenait Tifalycia, que ferait-il ?

À l’instant où elle avait pensé ça.

Tifalycia sentit soudain un étourdissement devant ses yeux.

« — Fu… fufufufufufufufufufufufufufufufufufufu. »

Tout d’un coup.

Tifalycia avait ri sans raison.

Les dirigeants avaient regardé de l’autre côté.

« Qu’est-ce qu’il y a de si drôle, espèce de bâtard !! » Edolas avait frappé la table d’un grand coup et avait crié.

Tifalycia se leva, ne faisant pas attention à ce bruit, et regarda autour d’elle sans faire attention. « Franchement, quelle bande de gens ennuyeux ! »

Du mépris… et du sarcasme.

C’était cette expression que l’Absence, qui aurait dû être menacée de privation, avait montrée, qui avait fait ouvrir les yeux de tous.

« Qui est celui qui a été irrité et vaincu par une telle bâtarde, corrompu d’Absence ? » demanda-t-elle.

« Qu’est-ce que tu… !! »

Se détournant du dirigeant de Beastia qui s’était levé et qui semblait sur le point de l’agresser…

Tifalycia avait parlé. « Vous tous, laissez-moi vous demander. »

En regardant chacun d’entre eux, elle avait sincèrement demandé.

« Mon côté a été accusé d’avoir agi illégalement, mais cette affaire est-elle vraiment illégale au départ ? »

Certains avaient plissé leurs sourcils.

Sentant une bonne réaction, Tifalycia avait continué. « Comme vous le savez tous, sous la Magie du Grand Contrat, la guerre héroïque est soumise à des règles strictes. Si quelqu’un prétend que des actes illégaux ont été commis pendant la guerre héroïque, ne devrait-on pas le sanctionner à l’avance ? »

« C’est pour ça qu’on parle maintenant de —, » cria le dirigeant de Bestia.

« Je l’ai déjà dit avant. Après ce qui s’est passé, je ne peux pas dire que “n’y avez-vous pas pensé ?” alors que vous vous plaignez de “Je n’aurais jamais pensé que cela arriverait”. »

« — !! »

Contrairement à un Edolas furieux.

« Fu—c’est vrai. » Quelqu’un avait déclaré son accord sur ça.

C’était la première réaction positive envers l’Absence connue sous le nom de Tifalycia.

Il suffisait d’une seule phrase pour effondrer le mur de la discrimination.

À l’origine, elle devait avoir une position inférieure, les mots d’une Absence qui ne devait pas nécessairement être prise au sérieux — et cela pouvait leur être transmis.

« Cette affaire nous a fait nous poser une question, » déclara Tifalycia.

Personne n’avait montré de réaction répugnante au mot « nous ».

Cela semblait être naturel.

« C’est-à-dire… La guerre héroïque est-elle vraiment aussi bien qu’elle l’est maintenant ?... Voilà la question, » déclara Tifalycia.

Sûre que ses paroles leur étaient bien parvenues, Tifalycia poursuivit.

« J’aimerais vous le demander, en particulier à vous, honorables Héros. »

Sans autre, la cible de la question était devenue les Héros.

Eux, qui avaient moins de discrimination contre Infirma et l’Absence…

« Honorables Héros, que pensez-vous de la forme de la guerre héroïque qui consiste à s’arracher le sceau les uns des autres ? Non — honnêtement, êtes-vous satisfait de la forme actuelle de la guerre héroïque ? »

Face à ces propos provocateurs, plusieurs Héros avaient réagi.

« Nous vous avons convoqués, honorables Héros, pour gagner contre d’autres races dans la guerre héroïque. Et puis — depuis que vous avez répondu à l’appel, vous aussi, vous avez souhaité des batailles, la conquête et la domination, n’est-ce pas ? »

Coupant sa parole, elle avait fait une pause.

« Mais est-ce tout ? »

Elle avait ouvert les bras. De façon provocante.

« Vous avez tous répondu à la convocation, était-ce pour la victoire des autres peuples ? — Non. Ceux qui se sentent satisfaits de la victoire des autres peuples n’espéreraient jamais un champ de bataille connu dans un autre monde. »

Tifalycia secoua la tête, et calmement, résolument, elle déclara. « Ce que vous avez tous vraiment souhaité, c’est de prouver que vous êtes les meilleurs au monde, n’est-ce pas ? »

Ce qui était apparu dans sa pensée, c’était la fille Héros qui était probablement en train d’observer l’état actuel de la réunion en ce moment.

La victoire et le combat lui-même étaient équivalents pour elle.

Comme si sa propre valeur n’était que dans le combat.

« Pour cette raison, se battre tout en respectant les conditions et les règles établies — je vois, je pense que cette posture est merveilleuse. Comme on s’y attendait de ceux qui possédaient le Destinée et qui pouvaient faire bouger l’histoire elle-même dans leur monde d’origine. Vraiment, du fond du cœur, c’est sérieusement ennuyeux. »

Comme si elle était possédée par un maniaque sarcastique.

Elle avait ri.

« Se contenter de conditions données, est-ce de l’élégance ? Se battre dans un cadre fixe et gagner est-elle la preuve d’être le meilleur ? La victoire dans la guerre héroïque est-elle la plus grande joie ? »

Ces mots ne pouvaient être considérés que comme de l’incitation et rien d’autre…

« Qu’est-ce que tu es exactement — ? » Edolas avait prononcé des mots remplis de confusion.

Mais à ce moment-là… « Pas question, n’est-ce pas ? »

Au centre de la table.

Reiji apparut depuis l’ombre du lustre, et parla la bouche cachée par le foulard enroulé autour de son cou.

« Preuve d’existence ? Guerre héroïque ? Victoire des races ? C’est quoi ? Est-ce délicieux ? »

Devant les yeux grands ouverts des dirigeants et des héros, l’ultime NEET avait ouvert ses deux bras.

« Je n’ai pas l’intention de marcher sur le rail posé par les autres. Aucune intention de respecter les règles établies. Peu importe ce que les autres disent, je ne fais pas ce que je ne veux pas faire, je ne fais que ce que je veux faire ! Je vais faire mes preuves en utilisant mes règles, de moi-même, pour moi !! »

Coupant le discours.

Questions ajoutées.

« N’êtes-vous pas tous comme ça ? Diriger une armée de soldats rigolos et mener une guerre comme un idiot. Répéter et répéter et répéter victoire et défaite — est-ce intéressant ? Est-ce vraiment ce que vous souhaitez ? »

Même si ça devrait être une incitation.

Ces mots les avaient attirés avant qu’ils ne s’en rendent compte.

Le NEET avait parlé.

« Ce n’est pas comme ça que ça devrait être ! C’est une chance rare que vous soyez venu dans ce lieu qu’est cet autre monde. Pourquoi ne pas faire plus de choses amusantes en utilisant tout ce que vous pouvez dans ce monde ! Décider de tout par vous-même, j’en suis la toute première preuve ! Avec seulement votre propre pouvoir et celle de votre race ! »

Et puis — une déclaration hautaine.

« Et donc — Je vous en supplie ! “Chaque race, chaque Héros décidera de lui-même de se battre avec leur propre pouvoir, de survivre par leurs propres moyens !” »

Ce n’était qu’une déclaration.

Un contrat déguisé en simple déclaration.

Reiji n’était pas le seul à être déformé par une faible lumière.

Sans prononcer une seule phrase, tous les Héros de ce lieu avaient été pris dans la formation magique du contrat en même temps.

— Ils étaient tombés dans le panneau.

Reiji riait dans son esprit.

La loi absolue connue sous le nom de Magie du Grand Contrat qui englobait le monde entier.

Depuis qu’il avait su que son effet n’avait pas besoin de mots d’accord — il avait toujours… pensé.

La méthode pour convaincre les Héros.

La guerre héroïque était reconnue par le souverain, mais c’était le héros qui prenait le commandement.

En d’autres termes, s’il voulait changer le système de la guerre héroïque, au lieu d’affecter la règle, il devait simplement convaincre le héros.

« — Attendez. Qu’est-ce qu’il vient de dire ? »

Un dirigeant d’une race l’avait fait remarquer avec acuité, laissant les autres dirigeants le remarquer également.

À propos du véritable objectif de Reiji.

Il voulait se servir de l’événement connu sous le nom d’Autorité pour cela.

Chaque race utilisant sa propre force pour combattre signifiait qu’elle ne pouvait pas utiliser la force des autres races.

Cela voulait dire.

« Se battre, vivre ? Ne me dites pas — est-ce que vous venez de nous faire établir un contrat qui libérerait Infirma ? »

Toutes les races avaient avant ça établi des contrats de maître-serviteur avec Infirma.

Reiji avait déclaré un contrat qui annulerait ce contrat en lui-même, et au moins les Héros l’avaient accepté.

S’ils continuent à combattre dans des Guerres héroïques avec des Héros comme force principale à l’avenir, ils ne pourront pas emprunter la force de l’Infirma pour toutes ces situations.

Si d’autres races ne voulaient pas annuler le contrat avec Infirma, il serait bon d’établir un contrat pour écraser ce contrat en lui-même.

« Eh bien, c’est comme ça. »

Un instant plus tard, Reiji se détendit et — montra un sourire maléfique.

« Dépêchez-vous de les libérer, d’accord ? »

En disant cela, tout en ignorant toutes sortes de regards jetés sur lui par les dirigeants et les héros, il était sur le point de quitter majestueusement la pièce.

« Vous, les gars… vous ne regrettez pas… vos humbles Infirmas et les Absences qui sont incapables d’utiliser la magie, alors qu’ils ne possédaient rien… »

Edolas s’était enragé.

« C’est toi qui ferais mieux de ne pas le regretter, compris ? »

Le héros de Liberator se retourna et marmonna. « Vous qui avez créé égoïstement cette poubelle qu’est la Magie du Grand Contrat, ne pensez pas que vous pouvez sérieusement lutter contre le Liberator qui peut devenir n’importe quoi, car il n’a rien. »

Edolas était resté sans voix, Reiji avait regardé Tifalycia.

Elle, qui n’avait pas de position, regarda carrément les dirigeants et parla doucement. « Si vous avez des plaintes à formuler, n’hésitez pas à soumettre un document officiel. Que ce soit une guerre héroïque ou quoi que ce soit d’autre, nous nous en occuperons avec respect. Mais — que nous l’acceptions ou non du front ou non, je ne sais pas. »

 

 

Ils étaient partis avec un sourire clair à la fin, alors qu’ils disparaissaient de l’autre côté de la porte.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire